Accueil> Dossiers

impact de la consommation des drogues sur la santé mentale

( 1er avril 2005 )


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
La Mission d'information a nommé M. Christian Cabal rapporteur le 20 février 2002
Rapport sur l'impact éventuel de la consommation des drogues sur la santé mentale de leurs consommateurs n° 3641 déposé le 20 février 2002 par M. Christian Cabal

Voir le Tome II (audition publique du 13 février 2003)


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



The possible impact of drug taking on the mental health of those concerned
By Mr Christian CABAL, Deputy (2002)
As a result of advances in fields such as medical scanning and neurobiology, it is now possible to get a better idea of how drugs affect the brain. This report, submitted by Christian Cabal, summarises our knowledge about the effects of drugs on the brain.
The rapporteur stresses the difficulty of drawing too general conclusions from this work. The effects of any particular drug vary widely between individuals and according to the way in which they are administered, and although there are hard drugs - such as heroin - which are always harmful, there are now "hard" ways of taking soft drugs, showing that the latter term has come to have little meaning.
In this paper, readers will not find answers to questions about the criminalisation of drugs, for that is a separate issue, but they will at least see convincing evidence about the hazards of these substances.

Résumé



L'impact éventuel de la consommation des drogues sur la santé mentale de leurs consommateurs
M. Christian CABAL, député (2002)
Les progrès de la médecine dans des domaines comme l'imagerie médicale ou la neurobiologie permettent aujourd'hui de mieux saisir les effets des drogues sur le cerveau. Ce rapport présenté par Christian CABAL synthétise la vision que nous devons avoir de l'effet des drogues sur le cerveau.
Le rapporteur insiste sur la difficulté qu'il y aurait à prétendre tirer des conclusions trop générales de ce travail. L'effet de certaines drogues varie considérablement en fonction des individus et de leur mode de consommation et s'il existe des drogues dures, nocives dans tous les cas telle que l'héroïne, il existe aujourd'hui une façon dure de consommer des drogues douces ce qui signifie que cette dernière catégorie n'a plus de sens aujourd'hui.
Le lecteur ne trouvera pas dans ce travail de réponse à la question de la pénalisation des drogues, cela constitue un autre débat mais, au moins pourra-t-il se forger une conviction sur les dangers de ces produits.


© Assemblée nationale