Accueil > Dossiers

Santé : efficacité du traitement de radiothérapie et maîtrise des risques


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
Rapport sur la radiothérapie : efficacité du traitement et maîtrise des risques (compte-rendu de l'audition publique du 15 novembre 2007) n° 576 déposé le 10 janvier 2008 par M. Claude Birraux

Synthèse
Synthesis


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



On request by Mr Claude Birraux, deputy, First Vice-President of the Parliamentary Office for Scientific and Technological Assessment, a public hearing was organised on 'Radiotherapy: treatment efficacy and risk control' on Thursday 15 November at the National Assembly.
Thanks to the statements by the best specialists of the field, the hearing was an opportunity to present an exhaustive overview of the new technologies that hold hope for patients because they are all directed towards a better targeting of treatments and a reduction of toxicity for healthy tissues close to the tumoral zone. The Plan Cancer has allowed the country's equipment to be renovated with the generalisation of linear accelerators and innovatory technologies have been rolled out in pilot centres (tomotherapy, CyberKnife, latest generation accelerators...). France, the birthplace of radiotherapy with the Institut Curie, remains, in the field of innovations, a 'country that counts'.
Nevertheless, the terrible accidents that recently occurred at Epinal and Toulouse have underscored flaws in a system that appeared to be 'under control'. The various agencies took immediate action and several measures have made up for the most serious shortcomings in the regulatory and organisational field.
The public hearing however revealed that major efforts are still necessary as regards in particular the number of personnel and the highly complex surveillance and safety system, whereas, for the nuclear industry, the system is clear and effective.
During his statement to the Parliamentary Office for Scientific and Technological Assessment on 27 November 2007, Mr Claude Birraux emphasised the alarmingly low number of medical physicians in France and the need to set in place, for the personnel, training adapted to the continuous evolution of the technologies employed and integrating risk control.
Two other remarks were made.
The introduction of a safety culture is essential at all stages of the chain, beginning with a verification of the equipment used. During the public hearing, the idea was mentioned of applying to radiotherapy some of the current safety principles in the nuclear industry.
The development of research in this field is also a priority. There are considerable needs: metrology of ionising radiation and dosimetry, analysis of secondary effects by the long term follow-up of patients and the creation of epidemiological data bases on a little explored subject, development of new therapeutic approaches to treat complications and launch of a research programme on the suffering of patients.


Résumé



A la demande de M. Claude Birraux, député, Premier Vice-Président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, une audition publique sur « La radiothérapie : efficacité du traitement et maîtrise des risques » a été organisée le jeudi 15 novembre, à l'Assemblée nationale.
L'audition a été l'occasion de dresser, grâce aux interventions des meilleurs spécialistes du domaine, un panorama exhaustif des technologies nouvelles, porteuses d'espoir pour les malades car ces technologies vont toutes dans le sens d'un meilleur ciblage des traitements et d'une réduction de la toxicité pour les tissus sains proches de la zone tumorale. Le plan Cancer a permis de rénover le parc des équipements avec la généralisation des accélérateurs linéaires et d'implanter des technologies innovantes dans des centres pilotes (tomothérapie, CyberKnife, accélérateurs de dernière génération...) et la France, berceau de la radiothérapie avec l'Institut Curie, reste, en matière d'innovations, un « pays qui compte ».
Néanmoins, les terribles accidents survenus récemment à Epinal et à Toulouse ont révélé des failles dans un dispositif qui semblait « sous contrôle ». Les différentes Agences se sont immédiatement mobilisées et plusieurs mesures ont comblé les lacunes les plus criantes en matière réglementaire et organisationnelle.
L'audition publique a cependant révélé que des efforts importants sont encore nécessaires, en ce qui concerne notamment les effectifs, le dispositif de veille et de sécurité, très complexe, alors que, pour l'industrie nucléaire, le système est lisible et performant.
Lors de sa communication devant l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, Ie 27 novembre 2007, M. Claude Birraux a souligné le caractère alarmant du sous-effectif des physiciens médicaux en France et la nécessité de mettre en place, au bénéfice des personnels, un dispositif de formation adapté à l'évolution continue des technologies employées et intégrant la gestion du risque.
Deux autres observations ont été formulées.
L'instauration d'une culture de sûreté est primordiale et ce à toutes les étapes de Ia chaîne, en commençant par la vérification des appareils utilisés. Au cours de l'audition publique, l'idée d'appliquer à la radiothérapie certains principes de sécurité en cours dans l'industrie nucléaire a été évoquée.
Le développement de la recherche dans ce domaine est également prioritaire. Les besoins sont considérables : métrologie des rayonnements ionisants et dosimétrie, analyse des effets secondaires grâce à un suivi à long terme des patients et constitution de bases de données épidémiologiques sur un sujet peu exploré, mise au point de nouvelles approches thérapeutiques pour traiter les complications et lancement d'un programme de recherche sur la souffrance des patients.



© Assemblée nationale