Accueil > Les députés > M. Guy Teissier

M. Guy Teissier

Bouches-du-Rhône (6e circonscription)

Mandat en cours

Commission
Biographie
  • Né le 4 avril 1945 à Marseille (Bouches-du-Rhône)
  • Administrateur de biens
Suppléant
  • M. Lionel Royer-Perreaut
Contact
Déclaration d’intérêts et d’activités

Guy Teissier

Union pour un Mouvement Populaire

Navigation

Actualité

  • DERNIÈRES VIDÉOS

  • Commission

    Commission des lois : Nouvelle organisation territoriale : audition de Mme Marylise Lebranchu et de M. André Vallini, ministres, puis examen des amendementsVoir la vidéo

    Commission des lois : Nouvelle organisation territoriale : audition de Mme Marylise Lebranchu et de M. André Vallini, ministres, puis examen des amendements

  • Commission

    Budget (commission élargie) : Crédits 2015 : DéfenseVoir la vidéo

    Budget (commission élargie) : Crédits 2015 : Défense

  • Séance publique

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; Impact de la réduction progressive du temps de travail ; Débat sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Salle Lamartine)Voir la vidéo

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; Impact de la réduction progressive du temps de travail ; Débat sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Salle Lamartine)

  • Toutes les vidéos de Guy Teissier
  • Travaux récents

  • Question écrite n° 74610 publiée le 24 février 2015
    formation professionnelle - AFPA - sous-utilisation. pertes financières. mesures

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les difficultés que rencontrerait l'AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes). Depuis 2007, l'AFPA aurait perdu 80 millions d'euros de commandes publiques. En effet, dans un avis de juin 2008, le Conseil de la concurrence a estimé que la délivrance de prestations de formation professionnelle devait, de manière générale, être considérée comme une activité économique entrant dans le champ de la concurrence, avec pour conséquence le principe du recours à des appels d'offres de la part des acheteurs publics. Depuis cette mise en application, les opérateurs historiques du service public de la formation continue tels que l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) connaissent les plus grandes difficultés financières. Ainsi, la place de cette dernière sur le marché de la formation des demandeurs d'emploi n'est pas à la hauteur des capacités de l'association, puisqu'elle n'obtient que 22 % des financements disponibles. Alors que l'AFPA est une association qui a fait ses preuves et tandis que la formation est un des moyens clefs du retour à l'emploi, d'autant plus en période de crise économique, il souhaiterait savoir si le Gouvernement envisage de protéger les opérateurs du service public de la formation et notamment l'AFPA en les déclarant services d'intérêt économique général.

    Voir la question
  • Question écrite n° 73979 publiée le 17 février 2015
    défense - personnel - gendarmerie. associations représentatives. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre de la défense sur la création d'associations professionnelles militaires au sein des armées et de la gendarmerie. Le rapport Pêcheur propose d'instituer un droit d'association professionnelle adapté à l'état militaire, à l'exclusion de tout droit syndical. Les associations actuelles de retraités de la gendarmerie ne seraient alors plus présentes dans les organes de concertation comme le Conseil supérieur de la fonction militaire où elles ont des représentants désignés par arrêté du ministre de la défense. Ainsi, l'Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie s'inquiète du rôle qui lui sera accordé dans le cadre des concertations futures. Son implantation sur l'ensemble du territoire national et ses structures semblent être des atouts majeurs pour rester dans le paysage de la concertation. Aussi, il souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement à l'égard des associations de retraités de la gendarmerie.

    Voir la question
  • Question écrite n° 73732 publiée le 10 février 2015
    professions libérales - statut - professions réglementées. commissaires-priseurs. réforme

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice sur les inquiétudes des commissaires-priseurs judiciaires concernant la réforme prévue des professions réglementées. Dans son rapport « Pour une nouvelle jeunesse » publié en octobre 2014, Richard Ferrand, député du Finistère, préconise une réflexion sur l'opportunité de la création d'une profession unique de l'exécution qui regrouperait notamment les huissiers de justice et les commissaires-priseurs judiciaires. Si cette mesure a semble-t-il pour objectif de mutualiser les moyens afin de baisser les coûts pour les justiciables et d'accroître la lisibilité du droit grâce à « un guichet unique de l'exécution », tel ne sera pas le cas dans la pratique. Il rappelle que les professions d'huissier de justice et de commissaire-priseur judiciaire n'ont ni les mêmes missions ni les mêmes formations. Ce projet de fusion ne va pas dans le sens d'une ouverture de la concurrence puisqu'à terme, seule la profession d'huissier de justice (10 fois plus nombreux) serait maintenue et aboutirait à la disparition de celle de commissaire-priseur judiciaire. Il s'inquiète de savoir si le Gouvernement a pris conscience des conséquences inévitables de cette réforme : mise en cause de l'équilibre financier des maisons de ventes françaises, fermeture de Drouot, fin de la place de la France sur le marché de l'art mondial. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si le Gouvernement soutiendra le maintien de la profession des commissaires-priseurs pour que la France conserve son niveau d'expertise, dans le domaine de l'art, reconnu à l'international.

    Voir la question
  • Question écrite n° 73521 publiée le 10 février 2015
    architecture - CAUE - recettes. recouvrement. dysfonctionnement. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la ministre du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité sur les difficultés rencontrées par les Conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (CAUE). En effet, depuis mars 2012, la part départementale de la taxe d'aménagement (TA), remplace la taxe départementale du CAUE (TDCAUE). Elle est applicable à toutes les opérations d'aménagement, de construction, de reconstruction et d'agrandissement de bâtiments ou d'installations nécessitant une autorisation d'urbanisme et qui changent la destination des locaux dans le cas des exploitations agricoles. Cependant, depuis la mise en place de ce nouveau dispositif et du logiciel « Chorus », les CAUE sont confrontés à une situation budgétaire difficile en raison d'importants dysfonctionnements informatiques dans le processus de recouvrement de cette taxe. De surcroît, le retard pris dans le traitement administratif des dossiers est considérable. Cette situation, si elle venait à perdurer, représenterait une menace dans la bonne conduite des missions indispensables confiées aux CAUE, dont l'utilité est reconnue par tous. Aussi, afin de résoudre cette situation, il serait opportun que l'État communique, à chaque CAUE, le solde restant dû de TDCAUE. De même, dans la mesure du possible, un engagement de l'État sur une date fiable d'un retour effectif à un fonctionnement normal semble nécessaire. Dans ce contexte, il lui demande quelles dispositions le Gouvernement entend adopter afin de remédier à cette situation.

    Voir la question
  • Question écrite n° 73520 publiée le 10 février 2015
    aquaculture et pêche professionnelle - thon rouge de la Méditerranée - quotas. répartition

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur les problématiques actuelles auxquelles sont confrontés les pêcheurs. Forte de plus de 900 marins pêcheurs, d'un site de débarquement tous les 10 kilomètres et d'une pêche visant alternativement au fil des saisons plus de 150 espèces différentes, la pêche de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est raisonnée, diversifiée et elle dispose d'un ancrage territorial fort. Le maintien d'une telle activité de pêche artisanale est donc un enjeu fondamental pour nos territoires. La commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) a décidé de relever le total autorisé de captures de thon rouge de 20 % par an pendant les trois prochaines années. Cette décision, qui prend en compte le très fort recouvrement de cette espèce, était assez attendue depuis que le comité scientifique de la CICTA avait estimé la biomasse de reproducteurs à 585 000 tonnes (un des plus hauts niveaux historiques). Cependant, les pêcheurs méditerranéens ont éprouvé, ces dernières années, un grand malaise dû à une répartition inéquitable du quota de thon rouge français entre les différents pêcheurs. Il semblerait donc opportun, en vue de la préparation du projet d'arrêté de répartition du quota de thon rouge pour l'année 2015, de permettre une amélioration significative de cette répartition, et ce pour mettre fin au sentiment d'injustice ressenti par les pêcheurs. Il s'avère que la répartition des quotas pour les 94 navires professionnels autorisés est actuellement fonction des antériorités de pêche de 2009 et 2010. Ces années ont été pourtant particulièrement complexes pour la grande majorité des pêcheurs artisans en raison d'une reconversion obligatoire imposée par l'interdiction du métier traditionnel de pêche appelé « thonaille ». Tous les pêcheurs n'ont pas réussi à se reconvertir à une nouvelle technique dès la première année de pratique, souvent pour des raisons financières dues aux coûts d'achat du nouveau matériel. Cette base de calcul entraîne des écarts disproportionnés dans la flottille petits métiers méditerranéens autorisés à pêcher le thon rouge sans avoir de quota. Ce quota minimal, à haute valeur symbolique, n'est malheureusement pas suffisant pour réduire l'importance des distorsions qui gangrènent la pêche artisanale du thon rouge. Augmenter ce quota minimal à 3 tonnes par navire tout en créant un quota maximal de 10 tonnes permettrait de faire un pas en avant vers une équité entre les pêcheurs artisanaux de thon rouge titulaires d'une autorisation. L'augmentation du quota minimal de 3 tonnes et la création d'un quota maximal de 10 tonnes pour les titulaires actuels d'une autorisation de pêche de thon rouge et un quota de prise accessoire pour les autres pêcheurs ne visant pas le thon rouge permettraient à toute la côte méditerranéenne de retrouver du thon rouge à la vente sur les marchés traditionnels et de ne plus créer des monopoles et des oligopoles du « thon rouge » dans certains départements qui détruisent l'ancrage territorial de cette activité. Cela permettrait également à un plus grand nombre de pêcheurs artisans d'être compétitifs. Aussi, il souhaiterait connaître sa position en la matière.

    Voir la question
  • Réponse à la question écrite n° 68630 publiée le 10 février 2015
    énergie et carburants - stations-service - comité professionnel de la distribution des carburants. budget. réduction. conséquences

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la situation alarmante des détaillants de carburants alors que le Gouvernement envisage de supprimer les subventions au comité professionnel de la distribution des carburants (CPDC) dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015. Le CPDC a pour mission de soutenir depuis 1991, les stations-service financièrement, notamment dans leurs travaux de mise aux normes. La baisse continue de ses subventions, couplées à la concurrence de la grande distribution, a conduit à une désertification de nos régions, supprimant près de 100 000 emplois depuis 1991. Il reste ainsi aujourd'hui 6 000 stations-service de proximité en France, contre 22 000 en 1991. Avec la fin du CPDC, ce serait 30 000 postes non délocalisables dans nos régions qui seraient menacés. Les détaillants ne peuvent comprendre cette décision dans la mesure où ils ont obtenu récemment un délai de trois ans pour la mise aux normes, afin de pallier les retards de paiement d'un comité déjà mis à mal par les baisses de subventions. Ce report entre en totale contradiction avec la suppression du CPDC. Aussi, il lui demande quelles mesures le Gouvernement entend mettre en œuvre pour garantir le traitement équitable de 2 200 dossiers en souffrance actuellement au CPDC et quelles solutions le Gouvernement entend trouver pour garantir sur le long terme un maillage territorial de détaillants de proximité, tout en les réengageant sur une dynamique d'investissements, notamment par l'équipement du pays en bornes de recharges électriques.

    Voir la réponse publiée le 10 février 2015
  • Compte rendu de réunion n° 43 - Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale

    Mercredi 4 février 2015 - Séance de 09 heures 30

    • - Suite de l'examen du projet de loi, adopté par le Sénat, portant nouvelle organisation territoriale de la République (M. Olivier Dussopt, rapporteur) (n° 2529).

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu de réunion n° 41 - Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale

    Mardi 3 février 2015 - Séance de 16 heures 30

    • - Audition de Mme Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la fonction publique, et de M. André Vallini, secrétaire d'État à la Réforme territoriale, sur le projet de loi, adopté par le Sénat, portant nouvelle organisation territoriale de la République et examen de ce projet (M. Olivier Dussopt, rapporteur) (n° 2529)

    Voir le compte rendu

  • Question écrite n° 73172 publiée le 27 janvier 2015
    transports ferroviaires - transport de voyageurs - ligne des Cévennes. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur l'avenir des trains d'équilibre du territoire (T.E.T) en France et plus particulièrement sur la ligne des Cévennes, suite aux inquiétudes exprimées par l' « association des élus pour la défense du Cévenol et de la ligne Clermont-Ferrand, Nîmes, Marseille ». En effet, suite à l'annonce faite par la SNCF de fermer des guichets à Villefort, Génolhac et la Grand'Combe à partir de janvier 2015, les élus des communes concernées craignent que cette situation, si elle venait à se confirmer, engendrerait une forte détérioration du service public ferroviaire de proximité au détriment des voyageurs et des habitants et pénaliserait d'autant l'attractivité de la ligne et la fréquentation du Cévenol qui pâtit déjà d'un lourd déficit de communication, de promotion et de visibilité commerciale. Aussi, alors même que d'importants travaux, traduits par quelques relèvements de vitesse ont permis de remettre en état la ligne des Cévennes, il s'avère indispensable que ces améliorations se confirment au niveau de la qualité de l'exploitation et, par là même, du service offert aux voyageurs. En ce sens, le maintien des guichets et le rétablissement du parcours du Cévenol jusqu'à Marseille sont des enjeux fondamentaux. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser ses intentions quant au maintien du Cévenol en train d'équilibre du territoire.

    Voir la question
  • Réponse à la question écrite n° 70188 publiée le 27 janvier 2015
    chambres consulaires - chambres d'agriculture - financement. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur les vives inquiétudes manifestées par les chambres d'agriculture à propos du projet de loi de finances pour l'année 2015. En effet ce projet de loi prévoit à la fois le prélèvement de 45 millions d'euros sur les financements des chambres d'agriculture par le biais d'un fonds national de solidarité et de péréquation et la réduction de 5,35 % de la recette issue de la TATFNB, soit près de 45 millions d'euros sur 3 ans. En conséquence on peut craindre aisément que cette situation aboutira à générer des contraintes supplémentaires dans le fonctionnement de l'ensemble des Chambres consulaires qui doivent pour autant rester fortement mobilisées sur les enjeux de la promotion et de la sauvegarde des emplois agricoles, du développement des territoires et du commerce extérieur. Cette diminution substantielle provoquera également de lourdes conséquences sur les salariés des chambres d'agriculture dont on connaît les missions de service public qu'ils remplissent et qui sont essentielles au développement du secteur agricole ainsi qu'à l'accompagnement des agriculteurs dans des domaines en constante évolution. De surcroît dans ce contexte et compte tenu des missions nouvelles qui ont été jusqu'alors transférées ou confiées aux chambres d'agriculture, et ce sans contrepartie financière, il lui demande de bien vouloir tout mettre en œuvre pour maintenir les moyens jusqu'alors alloués par l'État à ces dernières dont le rôle est primordial.

    Voir la réponse publiée le 27 janvier 2015
  • Question écrite n° 72789 publiée le 20 janvier 2015
    santé - politique de la santé - service public hospitalier. hospitalisation privée. disparités

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur les vives inquiétudes exprimées par les professionnels des cliniques et hôpitaux privés quant au projet de loi santé qui sera examiné par le Parlement début 2015. En effet, ce texte a accentué la différence de traitement entre l'hospitalisation publique et l'hospitalisation privée, excluant ainsi les cliniques et hôpitaux privés du service public hospitalier. Cette disposition a pour conséquence non seulement de fragiliser dangereusement l'hospitalisation privée, mais aussi d'engendrer une discrimination territoriale par la suppression d'activités qui existaient jusqu'à présent. Alors que les cliniques et hôpitaux privés représentent 25 % des capacités hospitalières, assurent 34 % de l'activité et représentent seulement 17 % des dépenses de l'assurance maladie, il souhaiterait que le Gouvernement revienne sur cette discrimination dangereuse pour l'avenir de notre tissu territorial hospitalier. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser les dispositions qu'elle envisage de prendre afin de préserver la viabilité économique des cliniques et hôpitaux privés.

    Voir la question
  • Question écrite n° 72660 publiée le 20 janvier 2015
    impôts locaux - taxe sur les surfaces commerciales - augmentation. conséquences

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la majoration de 50 % de la taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) pour les surfaces de vente de plus de 2 500 m². Cette nouvelle ponction fiscale est une véritable menace pour l'emploi et fait suite à une véritable inflation fiscale. En effet, depuis 2003 la Tascom a augmenté de 314 % pour certains groupes, passant de 14 millions à 58 millions d'euros, notamment dans le secteur de la grande distribution. Cette taxe additionnelle annule purement et simplement les effets du pacte de responsabilité. D'après la fédération du commerce et de la distribution, le CICE a permis à la grande distribution de favoriser en 2013 la création de 14 000 emplois nouveaux, mais la hausse de la Tascom devrait avoir pour conséquence d'en supprimer environ 35 000 au plan national dans le secteur. Enfin, cette taxe accentuera les distorsions de concurrence qui existent déjà entre les commerces physiques et les <em>e-commerces</em>, déjà 2,5 fois moins taxés que les commerces physiques. Dans ce contexte, et dans le but de sauvegarder et développer l'emploi de ce secteur, qui est toujours considéré comme un fort pourvoyeur d'emplois au plan national, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles dispositions il envisage de prendre à court terme sur l'allègement de cette taxe.

    Voir la question
  • Question écrite n° 72635 publiée le 20 janvier 2015
    handicapés - accès des locaux, transports et services - mise en conformité. délais. conséquences

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion sur les vives réserves exprimées par l'Association des paralysés de France (APF) vis-à-vis de l'ordonnance du 26 septembre 2014 qu'elle considère comme étant un « grave recul au regard des ambitions initiales de la loi de 2005 et qui est contraire à la convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées ». Les personnes en situation de handicap sont restreintes dans leur liberté de déplacement et l'accès aux prestations par de nombreux obstacles, notamment architecturaux et organisationnels attendent avec impatience une concrétisation de l'accessibilité de la cité pour vivre comme tout un chacun. L'APF demande ainsi à ce que l'ordonnance précitée soit retirée, considérant que « les délais envisagés jusqu'à dix années supplémentaires pour concrétiser une continuité de la chaîne de déplacement entre le cadre bâti, les transports publics, la voirie et les espaces publics sont inenvisageables après 40 ans d'attente pour une réelle liberté d'aller et de venir, droit constitutionnel fondamental ». Les associations contestent le rallongement de délais de procédure concernant les ERP de 5ème catégorie (commerces et services publics de proximité) qui passeraient de 3 ans à 9 ans voire plus ; les souplesses des procédures et l'instauration de sanctions non-dissuasives. Les associations y voient un grave recul par rapport à l'objectif initial de loi du 11 février 2005, notamment dans le domaine des transports avec la suppression de l'obligation de rendre tous les points d'arrêts d'un service public de transport accessible et de l'automaticité de l'accessibilité des transports scolaires. Il aimerait donc connaître sa position en la matière.

    Voir la question
  • Question écrite n° 72555 publiée le 20 janvier 2015
    baux - baux d'habitation - dépôt de garantie. réglementation

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la ministre du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité sur les principes actuels qui régissent le montant du dépôt de garantie dans le contrat de bail d'habitation. En effet depuis le 10 février 2008, ce dépôt de garantie ne peut être supérieur à 1 mois de loyer hors charges et doit être versé lors de la signature du bail, au bailleur ou à son mandataire, pour servir au propriétaire à se prémunir contre les dégradations ou les impayés éventuellement dus par le locataire lorsque ce dernier quitte le logement. Aussi ce même dépôt de garantie ne porte pas intérêt au profit du locataire et ne peut faire l'objet de révision durant l'exécution du contrat de location, éventuellement renouvelé. Dans ce contexte, et compte tenu de la dévaluation dont peut faire l'objet cette caution proportionnellement à la durée de la location, les locataires se sentent souvent lésés. Ainsi, alors qu'il existe une disposition permettant chaque année de réviser le montant du loyer, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si les conditions de la réévaluation du dépôt de garantie peuvent être prochainement envisagées.

    Voir la question
  • Réponse à la question écrite n° 70162 publiée le 30 décembre 2014
    audiovisuel et communication - radio - radios associatives. financement. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget, sur les inquiétudes exprimées par les radios associatives locales par rapport au gel budgétaire de 7 % des crédits FSER (fonds de soutien à l'expression radiophonique locale), soit un peu plus de 2 millions d'euros, alors qu'elles sont déjà durement touchées par la baisse successive des dotations de l'État et des régions. Alors que ces radios, depuis trente ans, participent à l'essor culturel et économique des territoires, qu'elles sont des acteurs essentiels à l'expression de nos concitoyens, qu'elles participent à la lutte contre toute forme d'exclusion et sont les garantes de la démocratie locale, une telle disposition mettrait immédiatement en péril leur activité ainsi que les emplois qui y sont liés. Rappelons que le secteur de la radiodiffusion associative compte actuellement près de 3 000 salariés et constitue, en France, le 1er employeur radio. Il souhaiterait donc connaître la position du Gouvernement en la matière.

    Voir la réponse publiée le 30 décembre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 69857 publiée le 30 décembre 2014
    impôts et taxes - entreprises - taxes à faible rendement. suppression

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique sur les petites taxes qui affectent les entreprises. Le secrétaire d'État chargé du budget avait annoncé en avril 2014 que les petites taxes seraient « supprimées pour environ un milliard d'euros ». Force est de constater que cette promesse n'est pas tenue puisque le projet de loi de finances pour 2015 n'enraye qu'une poignée des prélèvements absurdes sur les entreprises. Ces 192 taxes locales et sectorielles sont inégalées par nos voisins européens. Additionnées les unes aux autres, elles équivalent aux deux tiers de l'impôt sur les sociétés et s'ajoutent au poids des différentes impositions dues par les entreprises. D'un faible rendement, même l'IGF propose la suppression de la majorité de ces taxes. Leur disparition participerait en plus au « choc de simplification » engagé par le Gouvernement. Il aimerait donc savoir dans quel délai le Gouvernement tiendra sa promesse de supprimer ces 192 taxes qui n'ont aucun intérêt et pèsent sur le budget des entreprises.

    Voir la réponse publiée le 30 décembre 2014
  • Question écrite n° 71901 publiée le 23 décembre 2014
    produits dangereux - bisphénol A - utilisation. conséquences

    M. Guy Teissier appelle l'attention de M. le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique sur la loi n° 2012-1442 du 26 décembre 2012 qui prévoit la suspension de l'utilisation du BPA (bisphénol A) au 1er janvier 2015 dans les emballages alimentaires en France. Cette réglementation française interdisant l'exportation d'emballages contenant des résines époxy (pouvant contenir des traces de BPA) impacte directement la filière industrielle de l'emballage métallique en France. En effet, 40 % des emballages métalliques conditionnés en France sont destinés à l'exportation. Or l'Europe ne s'est pas encore prononcée sur l'opportunité d'une telle interdiction. Aussi, dans cette situation, les entreprises directement concernées pourraient envisager de délocaliser leur activité à l'international pour rester compétitives. Aussi, en attendant que l'Autorité européenne de sécurité sanitaire statue sur ce dossier, il lui demande si un report de cette réglementation pour une durée de 6 mois est envisageable afin de permettre aux entreprises françaises, notamment les petites et moyennes Industries, de faire face à la concurrence des pays européens et éviter ainsi tout risque de délocalisation de leurs activités.

    Voir la question
  • Question écrite n° 71764 publiée le 23 décembre 2014
    enseignement supérieur - universités - financement. perspectives

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les substantielles réductions de dotations budgétaires de l'État au programme « formations supérieures et recherche universitaire ». En effet le Gouvernement a proposé une série d'amendements de dernière minute dans le cadre du vote en première lecture du projet de loi de finances pour 2015 visant à réduire de 70 millions d'euros, par rapport à la loi de finances initiale de 2014, le programme précité destiné au financement des universités. Ainsi cette situation pourrait provoquer de grandes difficultés dans les universités françaises, lesquelles doivent déjà assumer en 2015 une forte augmentation des dépenses obligatoires de leur masse salariale dans un contexte d'augmentation du nombre d'étudiants. Cette forte réduction de moyens n'est donc pas soutenable financièrement pour les établissements qui n'ont plus aucune marge de manœuvre alors même qu'ils ont déjà engagé des réformes structurelles lourdes et qu'ils financent majoritairement leurs investissements. Conscient des vives inquiétudes qui animent les présidents des universités, il lui demande de bien vouloir revenir sur cette décision qui condamne les universités et les écoles françaises à une dégradation sans précédent de leur situation financière et compromet leurs missions au service de notre jeunesse et de l'avenir de notre pays.

    Voir la question
  • Question écrite n° 71679 publiée le 23 décembre 2014
    commerce et artisanat - débits de tabac - revendications

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès du ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique, chargée du commerce, de l'artisanat, de la consommation et de l'économie sociale et solidaire sur les inquiétudes exprimées par les débitants de tabac, notamment dans le département des Bouches-du-Rhône, face aux menaces actuelles qui pèsent sur leur profession. En effet, la perspective d'une nouvelle hausse des prix du tabac début 2015, l'hypothèse d'une mise en place par le Gouvernement de paquets dits génériques et l'augmentation substantielle des taxes sur les cigares risquent d'avoir de graves répercussions sur leur activité commerciale au point de mettre en danger la pérennité de leur activité. C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'elle entend prendre afin de sauvegarder cette profession.

    Voir la question
  • Question écrite n° 71672 publiée le 23 décembre 2014
    chasse et pêche - gardes-chasse - contraventions. recouvrement. fonctionnement

    M. Guy Teissier appelle l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les difficultés que rencontrent certaines fédérations départementales de gardes de chasse et de pêche du fait de l'absence de régies locales de recettes destinées à recouvrer le montant des verbalisations dressées auprès de contrevenants. En effet, bien que souvent autorisées à recourir à la procédure de l'amende forfaitaire pour verbaliser des contraventions de la première à la quatrième classe en matière de chasse et de pêche, ces fédérations ne disposent pas toujours de régies départementales de recettes chargées du recouvrement des timbres amendes. Aussi, face à cette situation qui limite fortement l'efficience de la fonction d'agent verbalisateur, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il envisage de prendre afin de favoriser la création de régies de recettes lorsque celles-ci font défaut.

    Voir la question

Fonctions

  • Fonctions dans les instances internationales ou judiciaires

    • Membre de la délégation française à l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe
  • Organismes extra-parlementaires

    • Membre titulaire de la Commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires
  • Mandats locaux en cours

    • Membre du Conseil municipal de Marseille, Bouches-du-Rhône
  • Mandats intercommunaux

    • Président de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole

Contact

Historique

  • Anciens mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

    • Mandat de député
        • 9e législature : Élu le 12/06/1988 - Mandat du 13/06/1988 (élections générales) au 26/11/1988 (Annulation de l'élection sur décision du Conseil constitutionnel)
        • 10e législature : Réélu le 28/03/1993 - Mandat du 02/04/1993 (élections générales) au 21/04/1997 (Fin de législature)
        • 11e législature : Réélu le 01/06/1997 - Mandat du 01/06/1997 (élections générales) au 18/06/2002 (Fin de législature)
        • 12e législature : Réélu le 16/06/2002 - Mandat du 19/06/2002 (élections générales) au 19/06/2007 (Fin de législature)
        • 13e législature : Réélu le 10/06/2007 - Mandat du 20/06/2007 (élections générales) au 19/06/2012 (Fin de législature)
        • Secrétaire de l'Assemblée nationale - du 13/06/1997 au 01/10/1998 - du 01/10/1998 au 01/10/1999 - du 26/06/2002 au 01/10/2002
    • Commission permanente
      • Commission de la défense nationale et des forces armées
        • du 08/04/1993 au 05/04/1994 (Membre)
        • du 06/04/1994 au 04/04/1995 (Secrétaire)
        • du 06/04/1994 au 04/04/1995 (Membre)
        • du 05/04/1995 au 01/10/1996 (Membre)
        • du 02/10/1996 au 21/04/1997 (Secrétaire)
        • du 02/10/1996 au 21/04/1997 (Membre)
        • du 13/06/1997 au 18/06/2002 (Membre)
        • du 26/06/2002 au 19/06/2007 (Membre)
        • du 27/06/2002 au 19/06/2007 (Président)
        • du 27/06/2007 au 19/06/2012 (Membre)
        • du 28/06/2007 au 19/06/2012 (Président)
      • Commission des affaires culturelles, familiales et sociales
        • du 23/06/1988 au 06/07/1988 (Membre)
        • du 07/07/1988 au 26/11/1988 (Membre)
    • Commission d'enquête
      • Commission d'enquête sur le fonctionnement des services de renseignement français dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés
        • du 12/12/2012 au 24/05/2013 (Membre)
      • Commission d'enquête sur les conditions de la privatisation de la Société nationale maritime Corse Méditerranée
        • du 18/06/2013 au 13/12/2013 (Membre)
      • Commission d'enquête sur les produits financiers à risque souscrits par les acteurs publics locaux
        • du 15/06/2011 au 06/12/2011 (Membre)
    • Commission permanente non législative
      • Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques
        • du 01/07/2009 au 19/06/2012 (Membre de droit)
        • du 01/07/2009 au 19/06/2012 (Membre)
    • Office parlementaire
      • Délégation parlementaire au renseignement
        • du 30/10/2007 au 19/06/2012 (Membre)
        • du 12/12/2007 au 19/06/2012 (Membre de droit (Président de la commission de la défense))
        • du 13/12/2007 au 31/12/2008 (Président)
        • du 01/02/2012 au 19/06/2012 (Président)
  • Anciennes fonctions dans les instances internationales ou judiciaires

    • Membre suppléant de la délégation française à l'Assemblée parlementaire de l'OTAN du 12/06/1997 au 18/06/2002

Retour haut de pageImprimer