Accueil > Dossiers

Impact écologique de la liaison Rhin-Rhône


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
Rapport sur l'impact écologique de la liaison Rhin-Rhône n° 3250 déposé le 22 janvier 1993 par MM. Raymond Forni et Pierre Vallon

Lire le texte du rapport (au format PDF)


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



The ecological impact of the Rhine-Rhone link
Mr. Raymond Forni, M.P. and Mr. Pierre Vallon, senator (1993)
The two " rapporteurs " of OPECST have found themselves involved in an emotional and fascinating debate on the very future of this project.
Their concern was therefore to reintroduce transparency and objectivity, by focusing on the real problems and pointing out the paradoxes in this matter.
Their conclusions stemmed from a two-fold analysis:
For a project such as this which, although ambitious, was disputed, poorly run and poorly presented, it is important to find a way out of the current impasse and to move on.
It is essential to adopt a completely different approach so as to take into account the changes that have taken place over the last fifteen years in terms of ecology, to note some aspects of the experience with the Rhine-Main-Danube canal, to control more closely the consequences of the works proposed, to draw benefit from an overall approach to transport systems, to make better use of ministerial authority and to enable a democratic discussion as well as an independent view of the ecological consequences of the work carried out.

Résumé



Impact écologique de la liaison Rhin-Rhône.
M. Raymond FORNI, député et M. Pierre VALLON, sénateur (1993)
Les deux rapporteurs de l'Office se sont trouvés impliqués dans un débat émotionnel et passionné sur l'avenir même de cet ouvrage.
Leur souci a donc été de retrouver transparence et objectivité en posant les vrais problèmes et en mettant en évidence les paradoxes de ce dossier.
Leurs conclusions ont découlé d'une double analyse :
Face à un tel projet, ambitieux mais contesté, mal conduit et mal présenté, il convient de trouver les moyens de sortir de l'impasse actuelle et de dépasser le statu quo.
Il faut adopter une démarche profondément différente, permettant de tenir compte des changements intervenus depuis quinze ans en matière d'écologie, de retenir certains aspects de l'expérience du canal Rhin-Main-Danube, de maîtriser davantage les conséquences des travaux envisagés, de tirer parti d'une approche globale des systèmes de transport, de mieux utiliser le pouvoir de tutelle et de permettre un débat démocratique de même qu'un suivi indépendant des conséquences écologiques des travaux engagés.


© Assemblée nationale