Accueil > Histoire et patrimoine > Biographies des députés de la IVe République > Gerty ARCHIMÈDE

Gerty ARCHIMÈDE 

ARCHIMÈDE (Gerty, Marie Bernadette)

Née le 26 avril 1909 à Morne-à-l'Eau (Guadeloupe)

Décédée le 15 avril 1980 à Morne-à-l'Eau

Député de la Guadeloupe de 1946 à 1951

Née d'une mère téléphoniste et d'un père travaillant dans une boulangerie devenu conseiller général de 1910 à 1945 et maire de Morne-à-l'Eau de 1912 à 1947, Gerty Archimède suit les enseignements primaire et secondaire à la Guadeloupe. Venue à Paris pour poursuivre des études de droit, elle passe sa licence. Rentrée en Guadeloupe, elle travaille comme employée de banque, avant de s'inscrire au barreau et de s'installer à Pointe-à-Pitre en 1939. Elle est bâtonnier de l'ordre pendant deux ans et membre de l'Association internationale des juristes démocrates.

Gerty Archimède sera attirée par le parti communiste pendant la guerre.

Elue conseiller général en 1944, elle est conseiller municipal de Basse-Terre de 1947 à 1952, puis adjoint au maire de 1952 à 1955.

Le 10 novembre 1946, elle est élue député à l'Assemblée nationale (1ère législature), sur la liste du parti communiste (16 252 voix pour la liste, sur 36 632 votants et 114 099 inscrits). Elle est membre de la Commission de la justice et de la législation et de la Commission des territoires d'outremer, et nommée juge suppléant à la Haute cour de justice.

Gerty Archimède présente, en 1947, le rapport de la Commission de la justice et de la législation sur le projet de loi permettant aux femmes l'accession à diverses professions juridiques. Elle dépose en outre différentes propositions de résolution sur le taux du franc Antilles-Guyane, sur les mesures pour la reconstruction des quartiers incendiés de Pointe-à-Pitre (1948 et 1951), ainsi que des propositions de loi pour l'amnistie des délits politiques dans les départements d'outre-mer, pour le maintien dans les lieux des locataires ou occupants des locaux d'habitation, ou relatives à l'alignement des salaires des départements d'outremer sur ceux de la région parisienne.

Elle prend part aux délibérations, à de nombreuses reprises. Elle a voté pour la candidature de Maurice Thorez (4 décembre 1946, non élu), puis pour la candidature de Léon Blum comme président du gouvernement provisoire (élection du 12 décembre 1946), pour la confiance au cabinet Blum (17 décembre 1946, confiance accordée) et contre la question de confiance au gouvernement Paul Ramadier (8 mai 1947, confiance accordée). Elle s'est abstenue lors du débat sur le statut de l'Algérie (27 août 1947). Elle a voté contre le plan Marshall (17 juillet 1948) et contre le statut du Conseil de l'Europe (9 juillet 1949).

Aux élections des 17 juin 1951 et du 2 janvier 1956, la liste du parti communiste n'obtient qu'un élu en Guadeloupe, ce qui ne permet pas à Gerty Archimède de retrouver son siège.