Accueil > Base de données des députés français depuis 1789

Bernard, Thomas TRÉHOUART DE BEAULIEU

(1754 - 1804)

Informations générales
  • Né le 14/01/1754 à SAINT-MALO (ILLE-ET-VILAINE - FRANCE)
  • Décédé le 12/11/1804 à EPINIAC (ILLE-ET-VILAINE - FRANCE)

Navigation

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

  • 08/09/1792 - 26/10/1795 : Ille-et-Vilaine - Modérés

Biographie

  • Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

    membre de la Convention, né à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) le 14 janvier 1754, mort à une date inconnue, était capitaine d'un brûlot. Devenu maire de Saint-Malo, colonel de la garde nationale et administrateur du département, il fut élu, le 8 septembre 1792, quatrième député suppléant du département d'Ille-et-Vilaine à la Convention, à la pluralité des voix. Il fut adjoint au ministre de la Marine (1793), en raison de ses connaissances spéciales. Admis à siéger à la Convention, le 4 août 1793, en remplacement de Lanjuinais, il remplit une mission à Brest, annonça à l'assemblée les réjouissances qui avaient en lieu dans ce port pour la reprise de Toulon, se rendit de nouveau à Brest et à Lorient et fit enlever l'argenterie des églises. « Nous vous invitons nous-mêmes, écrivait-il aux agents nationaux, à exercer ce nouvel apostolat dans votre arrondissement, en y envoyant des commissaires dont la mission sera de dissuader les citoyens crédules et fanatiques que ces superHuites puissent contribuer à leur salut. » A Vannes, il se trouva en lutte contre Carrier, dont il fit arrêter l'agent Le Batteux, « cédant, écrit-il au comité de salut public, à la clameur publique»; Carrier demanda son rappel; le comité se contenta de l'éloigner, sans le rappeler. Guermeur, d'un autre côté, mandait à Bouchotte que « le langage du plus détestable modérantisme était dans la bouche de Tréhouart. » Mais, soutenu par Prieur (de la Marne), Tréhouart parvint sans encombre jusqu'au terme de son mandat, et disparut de la scène politique après la session conventionnelle.


Retour haut de pageImprimer