Accueil > Base de données des députés français depuis 1789

Joseph, Grégoire CASY

(1787 - 1862)

Informations générales
  • Né le 08/10/1787 à AURIBEAU (VAR - FRANCE)
  • Décédé le 19/02/1862 à PARIS (PARIS - FRANCE)

Navigation

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

  • 23/04/1848 - 26/05/1849 : Var - Centre

Biographie

  • Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

    représentant du peuple à l’Assemblée constituante de 1848, ministre, sénateur du second Empire, né à Anribeau (Alpes-Maritimes), le 8 octobre 1787, mort à Paris, le 19 février 1862, abandonna sa famille pour s'engager mousse à bord d'un bâtiment de l'Etat, mais ses parents le réclamèrent et lui firent terminer ses études. En 1802, il put suivre sa vocation et s'embarquer sur une corvette de guerre; aspirant l'année suivante, il fit plusieurs campagnes sur la Pomone et l'Annibal ; puis il prit part, en 1808, avec le grade d'enseigne, aux opérations de l'amiral Cosmas devant Barcelone et Tarragone, et se distingua en 1813 dans l'expédition de la Méditerranée. M. Casy devint lieutenant de vaisseau sous la Restauration (1816), fut chargé (1819), de surveiller les côtes d'Afrique, et reçut encore la mission d'établir des relations amicales avec les Etats Américains. Après avoir pris part à la guerre d'Espagne en 1823, il fut attache comme chef d'état-major au contre-amiral Rosamel; la campagne de trois ans, qu'il fit avec lui à bord de la Marie-Thérèse, lui valut le grade de capitaine de frégate (1827).

    Il assista à l'expédition de Grèce (1828), à celle d'Alger (1830), à celle de Portugal ; passa capitaine de vaisseau après la l'évolution de Juillet, sur le Trident, et eut à accomplir un certain nombre de stations navales dans l'Océan, aux Antilles, etc. Contre-amiral en 1839, il dirigea deux ans plus tard une escadre d'opérations, et fut nommé (1814) préfet maritime de Rochefort. Le 17 décembre 1845, il fut promu vice-amiral et nommé membre du conseil d'amirauté.

    Sa première apparition sur la scène politique date de 1848. Ayant brigué les suffrages des électeurs du Var (où il avait rempli les fonctions de préfet maritime), il fut élu le 23 avril représentant de ce département à l'Assemblée constituante, le 7e sur 9, par 26,998 voix (87,328 votants, 96,216 inscrits). Il semblait alors s'être rallié au gouvernement républicain, et la commission exécutive crut pouvoir lui confier, le 11 mai 1848, dans le ministère Crémieux, Bastide, Charras, Recurt, Trélat, etc., le portefeuille de la marine. Il ne le garda que jusqu'à l'avènement de Cavaignac, et fut remplacé, le 28 juin, par l'amiral Leblanc: celui-ci n'ayant pas accepté, Bastide fut désigné pour ce portefeuille. M. Casy vota avec la gauche : 26 mai 1848, pour le bannissement de la famille d'Orléans, et 9 août, contre le l'établissement du cautionnement; puis, avec la droite : 26 août, pour les poursuites contre Louis Blanc et Canasidière; 18 septembre, contre l'abolition de la peine de mort; 7 octobre, contre l'amendement Grévy. Il demanda alors un congé, ne prit plus aucune part aux travaux parlementaires, et alla commander l'arrondissement maritime de Toulou. Il présida, aux préparatifs de l'expédition de Rome, et se déclara en faveur de la politique de L.-N. Bonaparte. Après le coup d'Etat, il fut appelé (26 janvier 1852), à siéger au Sénat. Il s'associa au rétablissement de l'Empire et mourut grand officier de la Légion d'honneur et vice-président du conseil d'amirauté.


Retour haut de pageImprimer