Accueil > Les députés > M. Martial Saddier

M. Martial Saddier

Haute-Savoie (3e circonscription)

Mandat en cours

Commission
Biographie
  • Né le 15 octobre 1969 à Bonneville (Haute-Savoie)
  • Cadre à la Chambre d'agriculture d'Annecy
Suppléant
  • Mme Isabelle Villard
Contact
Déclaration d’intérêts et d’activités

Martial Saddier

Union pour un Mouvement Populaire

Navigation

Actualité

  • DERNIÈRES VIDÉOS

  • Commission

    Budget (commission élargie) : Crédits 2015 : Égalité des territoires et logementVoir la vidéo

    Budget (commission élargie) : Crédits 2015 : Égalité des territoires et logement

  • Commission

    Commission du développement durable : M. Louis Schweitzer, commissaire gl à l'investissement en matière de développement durableVoir la vidéo

    Commission du développement durable : M. Louis Schweitzer, commissaire gl à l'investissement en matière de développement durable

  • Commission

    Commission du développement durable : Objectif : Aucune perte nette de biodiversitéVoir la vidéo

    Commission du développement durable : Objectif : Aucune perte nette de biodiversité

  • Toutes les vidéos de Martial Saddier
  • Travaux récents

  • Question écrite n° 67827 publiée le 28 octobre 2014
    urbanisme - PLU - intercommunalité. POS. caducité. report

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité sur la caducité des plans d'occupation des sols (POS) n'ayant pas été remplacés par des plans locaux d'urbanisme (PLU) au 31 décembre 2015 conformément à l'article L. 123-19 du code de l'urbanisme. Cette disposition permet cependant de reporter le délai d'adoption d'un PLU au 27 mars 2017 si la procédure de révision a été initiée avant le 31 décembre 2015. Néanmoins, il souhaite soulever la question du transfert de compétence dans le cadre intercommunal avec l'élaboration d'un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi). Dans cette hypothèse, même si le PLUi est prescrit début 2015, les règles relatives à la caducité des POS semblent demeurer. Cette situation risque de poser problème pour les collectivités (EPCI et communes membres) puisque dans ce cas deux procédures parallèles seraient engagées : l'EPCI travaillerait à l'élaboration d'un document d'urbanisme unique de grande ampleur et, dans le même temps, les communes membres, bien qu'engagées dans cette démarche communautaire, seraient contraintes de lancer une révision de leur POS en vue d'éviter leur caducité. Aussi, il souhaiterait connaître la position du Gouvernement sur cette question et savoir s'il autorise un report de l'échéance de la caducité des POS dans le cadre d'une procédure d'élaboration d'un PLUi.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67810 publiée le 28 octobre 2014
    transports ferroviaires - SNCF - diversification des activités. financement. perspectives

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur la stratégie de développement de la SNCF. Depuis ces dernières années, la SNCF a diversifié les investissements dans de nombreux secteurs soumis à la concurrence. L'opérateur intervient ainsi dorénavant bien au-delà de ses activités ferroviaires protégées par le monopole en France, comme par exemple le lancement d'une offre de covoiturage IDVROOM, ou encore IDCAB une offre de réservation de taxis ou VTC, ou IDBUS pour les trajets longue distance par autocar. La multiplication de ces nouvelles activités a suscité de nombreuses interrogations en raison notamment des pertes affichées par certaines filiales et supportées par le contribuable. Il souhaite donc connaître la position du Gouvernement concernant la stratégie de diversification des activités de la SNCF.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67390 publiée le 28 octobre 2014
    enseignement maternel et primaire - rythmes scolaires - financement. pérennité

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les inquiétudes des maires quant à l'avenir du fonds d'amorçage de la réforme des rythmes scolaires. Ce fonds, débloqué en 2013-2014 et reconduit en 2014-2015, est destiné à aider les communes pour l'organisation d'activités périscolaires de qualité. Or l'article 55 du projet de loi de finances pour 2015 ne prévoit qu'une reconduction partielle du fonds d'amorçage pour l'année 2015-2016. Il dispose, en effet, que ce montant ne sera pas versé à partir de la rentrée 2015 et que seule est prorogée sa composante majorée destinées aux 7 600 communes percevant la dotation de solidarité urbaine cible (DSU) ou la dotation de solidarité rurale cible (DSR). Une telle disposition risquerait inévitablement de remettre en cause la gratuité des activités proposées ainsi que leur qualité, pénalisant ainsi les familles et notamment les plus modestes. Face aux inquiétudes grandissantes des maires quant au financement de la réforme des rythmes scolaires, il souhaite donc connaître les raisons qui ont poussé le Gouvernement à revenir partiellement sur le fonds d'amorçage. Il souhaite également savoir s'il envisage de donner à ce fonds un caractère durable et général adapté au coût réel de la réforme.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67364 publiée le 28 octobre 2014
    énergie et carburants - économies d'énergie - isolation de façades. bâti ancien. réglementation

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur l'obligation d'isoler les bâtiments concomitamment à des travaux de ravalement de leur façade telle qu'elle est prévue dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (article 5, alinéa 6). À ce titre, il est indiqué qu'un décret en Conseil d'État détermine les catégories de bâtiments existants qui seront soumis à cette obligation. Il souhaite ici aborder la question du bâti ancien, celui construit avant les années 1950, pour lequel l'isolation par l'extérieur des murs en pierre, terre ou bois est délicate et présente des risques pour la pérennité de la construction. Aussi, il souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement concernant les catégories de bâtiments existants devant répondre à l'obligation d'isolation et savoir s'il envisage d'exclure les constructions antérieures à 1950 dans le but de protéger notre patrimoine architectural.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67257 publiée le 28 octobre 2014
    agriculture - fruits et légumes - tarifs. difficultés

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement, sur les graves difficultés rencontrées par les producteurs de fruits et légumes. Par rapport à l'été 2013, la consommation de ces produits a baissé de 10 %. En parallèle, les prix des fruits et légumes accusent une baisse importante liée notamment aux prix très bas des produits importés. Il souhaite donc connaître les mesures que le Gouvernement envisage, afin de rassurer les maraîchers et de leur permettre de faire face à ces difficultés.

    Voir la question
  • Réponse à la question écrite n° 61839 publiée le 28 octobre 2014
    établissements de santé - fonctionnement - imagerie médicale. délais d'attente

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous d'imagerie par résonance médicale (IRM). Selon une étude récente, la moyenne des délais d'attente pour obtenir un rendez-vous en urgence était de 29 jours en 2012. Elle est passée à 30,5 jours en 2013 puis 37,7 jours en 2014, soit une semaine de plus. En outre, des disparités existent en fonction des régions. En région Rhône-Alpes, par exemple, 70 IRM ont été recensées et les délais moyens d'attente dépassent actuellement 35 jours. Alors que le Plan Cancer III avait fixé comme objectif un délai d'attente de 20 jours maximum, il souhaite connaître les mesures envisagées par le Gouvernement afin de réduire ces délais.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 61024 publiée le 28 octobre 2014
    entreprises - PME - seuils. suppression. conséquences

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social sur le gel des seuils sociaux. Le Gouvernement a récemment proposé de geler pendant trois ans les seuils sociaux en entreprise. Cette mesure aurait pour conséquence que les entreprises qui passent de neuf à dix salariés ne seraient plus tenues de créer un délégué du personnel et celles qui passent de quarante-neuf à cinquante salariés ne seraient plus obligées de créer un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail et un comité d'entreprise. Suite à cette annonce fin mai 2014, il lui demande de bien vouloir lui apporter des précisions quant aux intentions du Gouvernement.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 56304 publiée le 28 octobre 2014
    santé - allergies - ambroisie. prolifération. lutte et prévention

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les moyens de prévenir les allergies liées à l'ambroisie. En effet, plante invasive et allergène, l'ambroisie s'étend sur le territoire et touche désormais 87 départements. Initialement présente dans le quart sud-est de la France, elle est désormais très présente dans la vallée du Rhône, la région Poitou-Charentes, les Pays-de-la-Loire, le Centre ou encore la Bourgogne. Le pollen de cette mauvaise herbe invasive cause de nombreuses affections telles que des rhinites, des conjonctivites, des infections respiratoires pouvant aller jusqu'à de l'asthme. Ces allergies touchent environ 15 % de la population exposée à l'ambroisie. Tous les acteurs ont besoin de soutien technique pour lutter contre la plante, notamment les agriculteurs puisque le pollen d'ambroisie est originaire à 75 % de leurs parcelles. Attendue depuis de nombreuses années, une proposition de loi visant à organiser la lutte contre cette plante allergène était à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, le 5 décembre 2013. Alors qu'il permettait de fixer un cadre juridique national pour la lutte contre l'ambroisie, applicable dès la saison 2014, ce texte n'a pas été adopté au motif qu'il fallait étendre la lutte à d'autres plantes invasives, le Gouvernement s'engageant alors à œuvrer dans ce sens très rapidement. Le printemps étant déjà entamé, les premières manifestations allergiques vont apparaître dans les prochaines semaines et devraient atteindre un pic lors de la saison estivale. Il est urgent de prendre des mesures de lutte efficaces permettant de prévenir ce problème de santé publique. La lutte contre l'ambroisie étant inscrite dans le plan national santé environnement 2 au titre de la prévention des allergies, il lui demande donc de bien vouloir lui préciser les dispositions particulières qu'elle compte prendre, dès à présent, afin de soulager, dans les semaines à venir, les malades dont le nombre ne cesse de croître, et qui ne comprennent toujours pas l'attentisme des pouvoirs publics sur ce sujet.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 55654 publiée le 28 octobre 2014
    emploi - politique de l'emploi - contrats de génération. perspectives

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social sur les contrats de génération. Initié en mars 2013, ce dispositif crée un binôme jeune-senior et a pour objectif d'encourager l'embauche des jeunes et de garantir le maintien dans l'emploi des séniors. Alors que l'objectif initial était fixé à 75 000 embauches de jeunes en un an, à la mi-janvier, seules 20 000 aides financières avaient été demandées. Face à ce constat, le Président de la République a annoncé une amélioration et un renforcement des contrats de génération. Il souhaite donc connaître les mesures envisagées par le Gouvernement pour aménager ce dispositif.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 54736 publiée le 28 octobre 2014
    santé - épidémies - risques. lutte et prévention

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la gestion des risques liés à l'épidémie de fièvre ebola en Afrique de l'ouest. Cette maladie virale est mortelle dans 90 % des cas. Selon les derniers chiffres publiés par l'OMS, 157 cas ont été recensés en Guinée depuis le début de l'année, dont 101 mortels, et 21 cas au Liberia, dont 10 mortels. En Sierra-Leone, plusieurs personnes mortes pourraient avoir contracté la maladie en Guinée. Le Mali compte, quant à lui, 9 cas suspects. La fièvre ebola étant hautement contagieuse, il souhaite connaître les mesures préventives que le Gouvernement a mises en place, afin d'éviter tout risque d'importation et de propagation du virus sur notre territoire national.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 53522 publiée le 28 octobre 2014
    assurance maladie maternité : prestations - frais d'appareillage - prothèses auditives. remboursement

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur l'insuffisante prise en charge des audioprothèses. Le coût des appareils auditifs est extrêmement élevé et le remboursement par la sécurité sociale demeure faible de l'ordre de 120 euros par appareil. À titre de comparaison, ce remboursement s'élève à 600 euros en Italie, 660 euros en Belgique ou 840 euros en Allemagne. Il souhaite donc connaître les mesures que le Gouvernement envisage afin d'améliorer la prise en charge des audioprothèses, les troubles auditifs touchant tout particulièrement les personnes âgées.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 47668 publiée le 28 octobre 2014
    retraites : généralités - réforme - pénibilité. prise en compte. champ d'application

    M. Martial Saddier interroge Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le compte personnel de prévention de la pénibilité. Certains salariés proches de la retraite se préoccupent de la mise en œuvre du dispositif et s'interrogent sur le calcul des points. Ils ne comprennent pas en effet que le projet de loi garantissant l'avenir et la justice du système des retraites ne prévoit de comptabiliser les expositions aux facteurs de pénibilité qu'à compter du 1er janvier 2015, excluant les expositions antérieures. Ils font valoir que la prise en compte de leurs expositions passées serait pourtant permise grâce aux multiples justificatifs (dossier médical du travail, certificats d'exposition, etc.) fournis par des professionnels de santé. C'est pourquoi il souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement concernant la mise en œuvre opérationnelle du compte personnel de prévention de la pénibilité afin de savoir s'il prévoit de prendre en compte les expositions aux facteurs de pénibilité antérieures au 1er janvier 2015.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Réponse à la question écrite n° 44701 publiée le 28 octobre 2014
    pharmacie et médicaments - médicaments - consommations et prescriptions. suivis

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la nécessité de mettre en place un système efficace de pharmacovigilance en temps réel. En effet, le 16 septembre 2013, dans un rapport sur la surveillance et la promotion du bon usage du médicament en France, les professeurs Dominique Costagliola et Bernard Begaud ont souligné que l'un des trois leviers majeurs agissant sur les prescriptions et l'usage non conforme des médicaments était celui de la connaissance en temps réel de ce qui est prescrit, à qui, comment et pourquoi. Or, en France, une telle représentation n'existe pas encore, alors même qu'elle permettrait de prévenir des incidents sanitaires. Il faut en effet préciser que le mésusage du médicament par absence d'analyses est responsable de 18 000 décès chaque année. Malgré tout, la société Celtipharm, spécialiste du recueil et du traitement de l'information dans le domaine de la santé, a développé un projet permettant d'analyser en temps réel la consommation et l'usage des médicaments en France à partir de feuilles de soins anonymes (projet de veille syndromique en temps réel). La mise en œuvre de ce projet a été autorisée par la CNIL dans le cadre d'une délibération du 8 septembre 2011, mais elle est empêchée depuis plus de deux ans par la direction de la sécurité sociale. La société Celtipharm ne connaît pas les raisons exactes de ce blocage mais il semblerait que les services du ministère de la santé pensent que la CNIL a répondu défavorablement à la demande d'autorisation. Elle a confirmé cette erreur le 9 juillet 2013 lorsqu'elle fut interrogée à ce sujet par M. le député Hervé Pellois lors d'une audition par la commission des affaires sociales. Il lui demande donc de bien vouloir lui dire si le Gouvernement a connaissance de cette situation et lui communiquer des éléments de réponse sur le sujet.

    Voir la réponse publiée le 28 octobre 2014
  • Question écrite n° 67217 publiée le 21 octobre 2014
    tourisme et loisirs - colonies de vacances - fréquentation. perspectives

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le ministre de la ville, de la jeunesse et des sports sur la baisse continue de la fréquentation des colonies de vacances. Récemment un rapport parlementaire a constaté un effondrement de leur fréquentation depuis 1995. En effet en 2011 le taux de départ des 5-19 ans en colonies de vacances de plus de cinq nuits était de 7,5 % alors qu'il était de 14 % en 1995. Le rapport pointe notamment le coût élevé de ces structures pour les classes moyennes, entre 400 et 600 euros par enfant. Face à ce constat, le rapport préconise un véritable plan de relance des colonies de vacances s'articulant autour de 21 propositions dont la création d'une taxe sur l'hôtellerie de luxe, afin de financer un fonds d'aide ; la généralisation des chèques vacances aux petites entreprises ; la redistribution des aides sociales ; des accords avec la SNCF afin d'abaisser les prix des transports. Il souhaite donc connaître les suites que le Gouvernement envisage de donner à ces propositions, pour relancer durablement la fréquentation des colonies de vacances.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67131 publiée le 21 octobre 2014
    professions libérales - statut - professions réglementées. avocats. réforme

    M. Martial Saddier attire l'attention de M. le ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique sur le projet de réforme de la profession réglementée d'avocat. Il est notamment prévu de supprimer la territorialité de la postulation, d'ouvrir aux tiers le capital social des sociétés d'exercice libéral et de créer un statut de l'avocat en entreprise. Selon les avocats cette transformation risque de conduire à la destruction du maillage territorial de la profession. Aussi il souhaiterait connaître la position et les intentions du Gouvernement sur ce sujet.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67112 publiée le 21 octobre 2014
    professions de santé - sages-femmes - titulaires d'un diplôme étranger. qualification. reconnaissance

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la situation des sages-femmes titulaires d'un diplôme hors Union européenne ayant réussi l'épreuve de vérification des connaissances. La loi n° 2012-157 du 1er février 2012 régit l'exercice de la profession de sage-femme titulaire d'un diplôme obtenu dans un État non membre de l'UE. Elle conditionne ainsi l'exercice de cette profession en France à la réussite d'une épreuve de vérification des connaissances suivie d'une année probatoire de fonctions hospitalières. Toutefois les sages-femmes lauréates de l'épreuve de vérification des connaissances ne parviennent pas à effectuer cette année probatoire puisque les hôpitaux refusent de les employer pour des raisons budgétaires mais aussi parce que certains d'entre eux méconnaissent le statut de sage-femme associée et exigent l'inscription à l'ordre des sages-femmes. Au regard de cette situation, il souhaiterait connaître les mesures que le Gouvernement envisage d'adopter en vue de remédier à cette impasse et de permettre aux sages-femmes concernées de retrouver leur identité professionnelle.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67103 publiée le 21 octobre 2014
    professions de santé - masseurs-kinésithérapeutes - formation. revendications

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la réforme de la formation initiale en kinésithérapie. Les étudiants en kinésithérapie revendiquent une intégration pleine et entière de leur formation à l'université afin de mettre fin aux disparités existantes et de répondre aux critères du processus de Bologne. Ils souhaiteraient également que l'interdisciplinarité puisse commencer dès la formation initiale. La prise en charge en kinésithérapie regroupe à la fois la prévention, le traitement et l'éducation des patients ; ces composantes sont toutes essentielles au regard de l'évolution de l'état de santé de la population et pour y répondre les étudiants réclament cinq années de formation universitaire conférant un grade de master afin d'avoir accès à la recherche. Les étudiants seraient alors à même d'acquérir une validité scientifique, d'améliorer leurs techniques pour pouvoir prendre en charge en première intention certaines pathologies, ceci afin de simplifier le parcours de soin des patients. Aussi il lui demande si le Gouvernement entend répondre favorablement aux revendications des étudiants en kinésithérapie concernant la réforme de leur formation.

    Voir la question
  • Question écrite n° 67063 publiée le 21 octobre 2014
    politique économique - pouvoir d'achat - retraités. perspectives

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la revalorisation des pensions de retraite. Récemment le Gouvernement a annoncé que les petites retraites inférieures à 1 200 euros ne seront pas revalorisées à compter du 1er octobre 2014. Cette mesure va encore pénaliser davantage le pouvoir d'achat de près de huit millions de retraités. Par conséquent il souhaite connaître les raisons de cette décision et les mesures envisagées par le Gouvernement pour venir en aide aux petites retraites.

    Voir la question
  • Question écrite n° 66920 publiée le 21 octobre 2014
    famille - politique familiale - réforme. conséquences

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargée de la famille, des personnes âgées et de l'autonomie, sur les annonces récentes du Gouvernement en matière de politique familiale. Lors de la présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour l'année 2015, le Gouvernement a fait un certain nombre d'annonces réduisant les aides à la famille : diminution du « complément de mode de garde » ; division par trois de la prime de naissance à partir du deuxième enfant ; partage du congé parental entre les parents ; report au 16ème anniversaire de l'enfant de la majoration pour âge des allocations familiales de 64,67 euros et versement de la prestation mensuelle de base d'accueil du jeune enfant (PAJE) le mois suivant la naissance de l'enfant. Face aux inquiétudes des familles suite à ces annonces et alors qu'il convient d'encourager la natalité dans notre pays, il souhaite donc connaître les intentions du Gouvernement et les mesures qu'il envisage en faveur des familles.

    Voir la question
  • Question écrite n° 66832 publiée le 21 octobre 2014
    enfants - crèches et garderies - capacités d'accueil. perspectives

    M. Martial Saddier attire l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, chargée de la famille, des personnes âgées et de l'autonomie, sur les objectifs d'accueil des jeunes enfants. En juillet 2013 une convention d'objectifs et de gestion (COG) a été signée entre la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) et l'État, prévoyant que les ressources du Fonds national d'action sociale (Fnas), qui finance les crèches, centres de loisirs et autres actions en faveur des jeunes, soient augmentées de 7,5 % par an. L'objectif affiché était de financer 200 000 nouvelles solutions d'accueil pour les 0-3 ans ainsi que 75 000 nouvelles places en école maternelle. Or récemment des annonces ont été faites indiquant que le budget du Fnas serait amputé de 1,4 milliard d'euros sur cinq ans jusqu'en 2017. Alors que cette décision risque inévitablement de remettre en cause l'objectif affiché par le Gouvernement et va accroître les difficultés rencontrées par les parents pour l'accueil de leurs jeunes enfants, il souhaite connaître les mesures envisagées par le Gouvernement sur ce sujet.

    Voir la question

Fonctions

  • Organismes extra-parlementaires

    • Membre titulaire du Conseil national pour le développement, l'aménagement et la protection de la montagne
    • Membre titulaire du Conseil national de l'aménagement et du développement du territoire
  • Mandats locaux en cours

    • Maire de Bonneville, Haute-Savoie
  • Mandats intercommunaux

    • Président de la Communauté de communes Faucigny-Glières

Contact

  • Mél et site internet

  • Adresses

    • Assemblée nationale

      126 Rue de l'Université

      75355 Paris 07 SP

    • Permanence parlementaire

      111 Rue du Pont

      Immeuble "La Résidence"

      74130 Bonneville

      Téléphone : 04 50 25 24 13

      Télécopie : 04 50 25 95 83

Historique

  • Anciens mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

    • Mandat de député
        • 12e législature : Élu le 16/06/2002 - Mandat du 19/06/2002 (élections générales) au 19/06/2007 (Fin de législature)
        • 13e législature : Réélu le 10/06/2007 - Mandat du 20/06/2007 (élections générales) au 19/06/2012 (Fin de législature)
    • Commission permanente
      • Commission des affaires économiques
        • du 16/03/2011 au 16/03/2011 (Membre)
        • du 17/07/2012 au 17/07/2012 (Membre)
      • Commission des affaires économiques, de l'environnement et du territoire
        • du 26/06/2002 au 19/06/2007 (Membre)
        • du 29/06/2005 au 19/06/2007 (Rapporteur pour avis au nom de la commission des affaires économiques : Transports)
        • du 27/06/2007 au 30/06/2009 (Membre)
      • Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire
        • du 01/07/2009 au 15/03/2011 (Membre)
        • du 17/03/2011 au 19/06/2012 (Membre)
        • du 28/06/2012 au 16/07/2012 (Membre)
    • Commission d'enquête
      • Commission d'enquête sur les conditions de la présence du loup en France et l'exercice du pastoralisme dans les zones de montagne
        • du 12/11/2002 au 19/06/2007 (Membre)
    • Délégation
      • Délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes
        • du 03/07/2002 au 19/06/2007 (Membre)

Retour haut de pageImprimer