Accueil > Les députés > M. Jacques Bompard

M. Jacques Bompard

Vaucluse (4e circonscription)

Mandat en cours

Commission
Biographie
  • Né le 24 février 1943 à Montpellier (Hérault)
  • Docteur en chirurgie dentaire
Suppléant
  • M. Louis Driey
Contact
Déclaration d’intérêts et d’activités

Jacques Bompard

Députés non inscrits

Navigation

Actualité

  • DERNIÈRES VIDÉOS

  • Séance publique

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; PLFR pour 2014Voir la vidéo

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; PLFR pour 2014

  • Séance publique

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; Projet de loi de finances rectificative pour 2014 (vote solennel) ;  Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 (suite) (articles 1 et 2)Voir la vidéo

    1ère séance : Questions au Gouvernement ; Projet de loi de finances rectificative pour 2014 (vote solennel) ; Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 (suite) (articles 1 et 2)

  • Commission

    Commission des lois : Lutte contre l'apologie du terrorisme sur internet ; Formation pratique aux gestes de premier secours ; Nomination des dirigeants de la SNCFVoir la vidéo

    Commission des lois : Lutte contre l'apologie du terrorisme sur internet ; Formation pratique aux gestes de premier secours ; Nomination des dirigeants de la SNCF

  • Séance publique

    2ème séance : Prévention de la récidive et individualisation des peines (suite)Voir la vidéo

    2ème séance : Prévention de la récidive et individualisation des peines (suite)

  • Commission

    Commission des lois : réforme des procédures de révision et de réexamen d'une condamnation pénaleVoir la vidéo

    Commission des lois : réforme des procédures de révision et de réexamen d'une condamnation pénale

  • Toutes les vidéos de Jacques Bompard
  • Travaux récents

  • Réponse à la question écrite n° 57861 publiée le 22 juillet 2014
    drogue - trafic - trafic international. lutte et prévention

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur l'augmentation du trafic de drogues originaires d'Afghanistan. Selon un rapport de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, publié en avril dernier, la culture du pavot, d'où est extrait l'opium, a crû pour la troisième année consécutive. Avec 90 % des besoins mondiaux, l'Afghanistan est le premier pays producteur. Or la recette de la vente de stupéfiants permet de financer des organisations terroristes et extrémistes qui menacent la sécurité de l'Europe. Bien qu'interdite, la culture du pavot s'étend et n'est pas toujours combattu par les talibans, c'est souvent même le contraire. De ce fait, l'Europe doit lutter avec force contre le trafic de drogues en Afghanistan. M. Jacques Bompard demande donc à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international quels sont les outils qu'il compte mettre en place pour mettre un terme un narco-terrorisme.

    Voir la réponse publiée le 22 juillet 2014
  • Réponse à la question écrite n° 40650 publiée le 22 juillet 2014
    ministères et secrétariats d'État - éducation nationale : fonctionnement - dépenses de fonctionnement. comparaisons européennes

    M. Jacques Bompard interroge M. le ministre de l'éducation nationale sur les coûts de gestion de son ministère. La France, l'Allemagne, et le Royaume-uni comptent le même nombre d'élèves, soit 10,5 millions. Malgré cela, le Royaume-uni et l'Allemagne dépensent annuellement 30 milliards de moins que la France pour les premier et second degrés. La masse salariale est de 10 milliards plus élevées en France, qui compte 126 000 professeurs de plus qu'en Allemagne et 300 000 de plus qu'au Royaume-uni. La France compte aussi 220 000 personnels non enseignants dans l'éducation nationale alors que l'Allemagne n'en a que 87 000 et le Royaume-uni, 100 000. La France compte 49 000 établissements publics (premier et second degrés), l'Allemagne 32 800 et le Royaume-uni 30 000. Il lui demande, à l'heure où le contribuable est déjà pressuré, s'il ne serait pas judicieux, plutôt que d'embaucher 60 000 enseignants de plus, de réfléchir à la réorganisation totale de l'éducation nationale en s'inspirant de celles d'autres grands pays qui ont plutôt de meilleurs résultats scolaires que les nôtres.

    Voir la réponse publiée le 22 juillet 2014
  • Réponse à la question écrite n° 40587 publiée le 22 juillet 2014
    fonctionnaires et agents publics - rémunérations - écarts. perspectives

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances, chargé du budget, sur les écarts de salaires pratiqués par l'État envers ses fonctionnaires. Ces écarts sont de 1 à 25. Le Président de la République avait promis, dans ses engagements de campagne, d'établir un plafond avec un multiplicateur maximal de 20. Il lui demande s'il compte tenir cette promesse.

    Voir la réponse publiée le 22 juillet 2014
  • Compte rendu intégral de la première séance du mardi 15 juillet 2014

    • 1. Hommage à un soldat mort au Mali
    • 2. Questions au Gouvernement
    • 3. Souhaits de bienvenue à deux candidates reçues au baccalauréat
    • 4. Questions au Gouvernement (suite)
    • 5. Projet de loi de finances rectificative pour 2014
    • 6. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Question écrite n° 60134 publiée le 8 juillet 2014
    travail - réglementation - détachement. directive européenne. perspectives

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social sur le scandale des travailleurs détachés. L'UE depuis 1996, permet l'exercice des travailleurs détachés dans ses pays membres. Pourtant, cet exercice a des répercussions néfastes sur notre économie : citons, l'augmentation de plus de 3 000 % de travailleurs détachés, entre 2004 et 2011, avec l'intégration des anciens pays de l'URSS. Le différentiel de coût entre ces travailleurs immigrés et les français oscillent entre 30 % et 40 %. Ce gain d'argent facile séduit de nombreux entrepreneurs notamment dans le bâtiment, l'agriculture, les industries de l'agroalimentaire. L'État se trouve complice de ces emplois précaires, mal rémunérés, davantage enclin au profit qu'à la dignité de ses travailleurs. En outre, ce n'est pas cet emploi qui soulagera le chômage français. Désormais les chômeurs français sont obligés de fuir pour travailler dans d'autres nations, notamment en Angleterre, plus séduisante. Il l'interroge sur cette concurrence déloyale et demande quelles sont les réponses qu'il peut y apporter.

    Voir la question
  • Question écrite n° 60131 publiée le 8 juillet 2014
    travail - grèves - service minimum. mise en oeuvre

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur la grève de la SNCF. Le précédent gouvernement s'était, en effet, engagé à garantir un service de transport normal aux heures de pointe, dans le but de garantir la liberté de circulation de tous les travailleurs. Ce dispositif avait été mis en place sous l'expression de « service minimum dans les transports en commun ». La loi du 21 août 2007 sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs en était l'expression. Cependant, l'importance de la grève de juin 2014 et l'infime proportion de trains circulant sur certaines lignes n'ont pas permis d'assurer ce service minimum. Il lui demande pourquoi la loi de 2007 n'a pas été actionnée et si sa non-application remet en cause les missions du Gouvernement et le statut des employés des entreprises publiques.

    Voir la question
  • Question écrite n° 60123 publiée le 8 juillet 2014
    travail - droit du travail - portage salarial. incitation

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social sur le portage salarial. La France appartient aux seuls pays d'Europe à statuer sur cette activité, alternative à l'entreprenariat et au salariat. Ce portage salarial qui permet d'exercer une activité sans contrainte, ni risquer la création d'une entreprise, mérite un réel intérêt. Les entreprises intermédiaires entre portage salarial et celles qui les rémunèrent font un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros. La France se doit donc de rassurer les personnes qui pratiquent le portage salarial, sans les restreindre trop. À ce titre, il est discriminatoire de ne réserver ce secteur qu'à des cadres, cette ségrégation empêche le plein développement de cette activité et il serait préférable de l'ouvrir à tous les professionnels autonomes. Il lui demande de prêter attention à ce secteur d'activité unique, et de retirer la législation sur la restriction du portage salarial aux cadres seuls.

    Voir la question
  • Question écrite n° 60115 publiée le 8 juillet 2014
    transports ferroviaires - matériel roulant - infrastructures. compatibilité. coordination RFF et SNCF. perspectives

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur la gestion des TER par la SNCF et Réseau ferré de France. L'achat de nouvelles rames sans vérification de leur cohérence avec le réseau ferré laisse pantois. Les coûts annoncés pour le rabotage des 1 300 quais sont de 50 millions d'euros au minimum. Alors que la France et ses collectivités sont handicapées par 400 000 normes ubuesques auxquelles chacun doit se soumettre, des frais de gestion aussi énormes viennent s'ajouter à l'impéritie législative. Il lui demande quelles mesures il compte prendre pour assurer la responsabilité des acheteurs, des vendeurs et des fabricants, qui eussent tous pu s'enquérir de l'adéquation entre les rames et le réseau.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59866 publiée le 8 juillet 2014
    système pénitentiaire - détenus - contrainte pénale. perspectives

    M. Jacques Bompard attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur l'expérience californienne en matière de surpopulation carcérale. Joan Petersilia, criminologue reconnu, favorable aux peines alternatives, a analysé une réduction de 25 % de la population carcérale californienne de 174 000 détenus. Ils ne sont plus aujourd'hui que 114 000, à l'image de ce que notre pays veut réaliser. À la suite de cette expérience, la criminalité en Californie est plus importante qu'ailleurs aux États unis d'Amérique notamment en matière d'atteintes aux biens. La libération de 50 000 détenus ne peut se faire sans conséquences sur la criminalité. À l'image de l'expérience californienne, le projet de la « contrainte pénale » risque davantage la capacité opérationnelle des services de police comme il renforcera le laxisme judiciaire. Il lui demande s'il n'apparaît pas évidemment inutile et dangereux pour la France de tenter des expériences de libérations massives de détenus qui ont échoué ailleurs à baisser la criminalité.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59840 publiée le 8 juillet 2014
    sports - football - violences. lutte et prévention

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la question des dégradations de biens publics et privés orchestrées systématiquement par les supporters de l'équipe Algérie au Mondial du Brésil. Déjà suite au précédent match Algérie-Belgique le 17 juin 2014, les rapports de police mentionnent, à Lyon, une cinquantaine de supporters ont dégradé des véhicules pour voler du butin à l'intérieur et jeté des projectiles sur les policiers place Gabriel-Péri à la Guillotière. Des échauffourées ont éclaté dans les 3e et 7e arrondissements de Lyon ainsi qu'à Vaulx-en-Velin. Place Guy Môquet, située au coeur de la ZSP Mas-du-Taureau où les forces de l'ordre ont été la cible de tirs de mortier. Des dégradations ont été constatées sur un bus de la ville (vitre brisée) et sur un portillon d'accès à la station de métro Guillotière. À Saint-Fons, les pompiers ont été victimes de tirs de projectiles lors d'une intervention sur un véhicule incendié. À Longwy, des courses automobiles ont été recensées place Darche, sur des parties interdites à la circulation. À Lille, les supporters ont agressé un supporter belge. À Maubeuge, les supporters ont mis le feu à un conteneur à poubelles. À Grenoble, des policiers et un journaliste de M6 ont été pris à partie. Le mardi 22 juin 2014, suite à la victoire de l'équipe d'Algérie contre la Corée du sud, toujours selon des rapports de police : dans l'agglomération lyonnaise, plusieurs feux de véhicules et de poubelles, notamment à Vénisseux, Vaulx-en-Velin et La Duchère ont été signalés. Les lignes de tramway T1 et T4, la ligne de trolleybus C3 ont été bloquées. Vers minuit, toutes les lignes de tramway ont été interrompues. À Roubaix, la police recense une vingtaine de feux de voitures. Abribus saccagés boulevard Gambetta, vitrines de commerces cassées, détritus vidés au milieu de la chaussée et incendiés, rue de Lannoy, feu de poubelles qui se sont propagés à des voitures en stationnement ainsi qu'à un garage privé, rue Louis-Decottignies, une camionnette enflammée collée contre la façade d'un commerce s'est propagée à une supérette, rue de l'Alma. Idem à Paris, où les violences ont causé le blocage de plusieurs bus et tramways. Il lui demande si des mesures seront prises et pour éviter à l'avenir ce type d'incidents.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59837 publiée le 8 juillet 2014
    services - services à la personne - coût. charges. conséquences

    M. Jacques Bompard attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les résultats de l'augmentation de la TVA dans le champ des services à la personne. Les coûts ont en effet augmenté de 12 %, ce qui entraîne, selon les spécialistes, une augmentation importante du « travail au noir » ou du « travail au gris » (déclaration partielle des employés). La répression est la réponse classique à ce problème. Mais quand on compare le coût de travail d'un pays à l'autre, on sait bien que cette réponse n'est pas bonne. Il lui demande donc de bien vouloir chercher des solutions qui permettraient une baisse de cette fiscalité destructrice de l'emploi en France.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59827 publiée le 8 juillet 2014
    sécurité routière - limitations de vitesse - pertinence

    M. Jacques Bompard interpelle M. le ministre de l'intérieur sur l'exaspération des Français quant aux limitations de vitesse sur le réseau routier secondaire. La ligue de défense des conducteurs a eu recourt à un cabinet mathématique indépendant pour calculer le rapport entre la vitesse et le nombre de morts, le verdict est sans appel, cela n'a aucun rapport. À ce titre, citons l'augmentation de la vitesse moyenne de 0,3 km/h en 2012 qui, au lieu de voir une augmentation du nombre de morts, en a vu une diminution de 7,8 % par rapport à 2011. Cette politique de limitation de vitesse, au lieu de protéger la sécurité des automobilistes par des routes sûres, entraînera des dépenses conséquentes pour les automobilistes, freinera encore davantage la compétitivité des salariés, et occasionnera un coût important pour la France. Il lui demande de concentrer ses efforts sur la baisse de la criminalité au lieu d'exaspérer et de crisper les automobilistes français.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59816 publiée le 8 juillet 2014
    sécurité publique - sécurité des biens et des personnes - criminalité. zones rurales. lutte et prévention

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le crime organisé qui se développe dans les campagnes. Selon un rapport réalisé par la Direction générale de la gendarmerie nationale, les zones rurales font face à une explosion de la criminalité. Cette criminalité issue, selon ce rapport, de groupes composés de romanichelles ayant la citoyenneté serbe ou roumaine, ou de Bosniaques, albanophones, de russophones, de Lituaniens et de Géorgiens, sévit désormais sur tout le territoire. Ces groupes criminels, solidement implantés dans de nombreuses régions, en particulier métropolitaines, brassent des sommes d'argent considérables comme l'attestent les saisies effectuées lors des procédures judiciaires, avec par exemple ces sept millions d'euros d'avoirs criminels récupérés, dans une affaire de "stups", par les enquêteurs des sections de recherche de Pau et Poitiers en janvier 2013. Il lui demande ainsi ce qu'il compte faire pour que cette criminalité disparaisse et que la sécurité des citoyens soit assurée.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59815 publiée le 8 juillet 2014
    sécurité publique - sécurité des biens et des personnes - communes. forces de l'ordre. moyens

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la nécessité pour des villes comme Reims de créer des brigades de nuit pour protéger la population. Il semblerait que les chiffres catastrophiques du Gouvernement soient tels vis-à-vis de la sécurité des citoyens que des mairies établissent la nécessité de créer et de mettre en place des brigades de nuit. Reims, par exemple, a dû débloquer un budget d'un minimum de 400 000 euros par an pour cette brigade. Pourtant, même si cette initiative est salutaire pour la sécurité des citoyens, ce n'est pas la solution. Les problèmes viennent d'une justice laxiste : rappelons que la densité de population carcérale en France est inférieure à la moyenne européenne, inférieure à celle des États-unis non pas parce que la France n'a personne à condamner, mais parce que personne n'est condamné ; mentionnons le mépris et la perte d'autorité constante des forces de l'ordre qui sont ridiculisés par l'impossibilité de la justice à punir les coupables. Il lui demande d'assurer et de permettre une sécurité sur l'ensemble du pays et de garantir l'autorité des forces de l'ordre par une justice punitive.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59814 publiée le 8 juillet 2014
    sécurité publique - sécurité des biens et des personnes - commerçants. agressions

    M. Jacques Bompard attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice, sur les attaques de plus en plus violentes dont sont victimes les bijoutiers à Paris et ailleurs. Partout, les voyous font part d'une grande violence, et attaquent souvent en plein jour, en toute impunité. Ces gens méprisent ceux qu'ils agressent mais également les lois de la République. Face à cette violence, les commerçants cherchent légitimement à assurer eux-mêmes cette protection que la loi ne leur offre plus, avec parfois des bavures qui les mettent alors en position d'accusés. Il lui demande ce qu'elle compte faire pour que notre pays reste un pays où les lois s'appliquent et pour que la défense des citoyens soit assurée.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59777 publiée le 8 juillet 2014
    sécurité publique - gendarmerie et police - manifestation. interpellation. hierarchie

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les arrestations massives après la manifestation du 26 janvier. 250 personnes ont été arrêtées suite à la manifestation du 26 janvier organisée par le collectif "jour de colère". En effet, suite à l'ordre de dispersion lancée à 18h, toutes les voies de sortie se sont retrouvées bloquées par la police à 18h10, empêchant ainsi la foule de sortir rapidement de la place Vauban. Dans le même temps, la police utilisait des gaz lacrymogènes pour accélérer l'évacuation de la foule, ce qui n'a eu pour effet que de l'énerver davantage, le comportement de certains policiers étant dans la provocation, depuis le début de la manifestation comme cet homme de 70 ans passé à tabac par la police pour avoir été présent au mauvais endroit, au mauvais moment. Enfin, la présence de "policier en civils", sans insignes permettant de les identifier, est avérée par tous, de l'aveu même des CRS et de la gendarmerie mobile, et est, comme ce fut le cas lors des manifestations contre le mariage gay, la première cause de désordre puisque ces policiers ont pour but de chauffer les manifestants afin de les amener à avoir un comportement violent. Il lui demande à M. le ministre de prendre des sanctions contre ceux qui ont pris la décision d'utiliser des "policiers en civil", sans insigne pour semer le trouble au sein d'une manifestation pacifique et demande si la police a reçu l'ordre, comme c'était le cas lors des manifestations contre le mariage gay d'arrêter un certain nombre de personnes.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59759 publiée le 8 juillet 2014
    santé - accès aux soins - aide médicale d'État. abus

    M. Jacques Bompard attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les utilisations abusives de la couverture maladie sur le territoire français. La France est en effet le seul pays au monde à assurer une protection médicale au monde entier, y compris aux étrangers en situation irrégulière, par le biais de l'aide médicale d'État. Ces dernières années ont ainsi vu l'émergence de diverses filières, qui trouvent notamment leur source en Russie, en Géorgie et en Tchétchénie et visent à exploiter illégalement la générosité de la couverture maladie française. L'une de ces filières les plus lucratives est celle des tuberculeux, dont le traitement coûte 1 050 euros par patient et par jour. Ces filières apportent sur le territoire national des formes très sévères et très résistantes de tuberculose, qu'il revient alors à la France de traiter. À une époque de restrictions budgétaires et de pression fiscale qui pèsent sur la population, il lui demande si elle compte prendre des mesures afin de limiter le poids du tourisme médical, en particulier extra-européen, pour les Français.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59755 publiée le 8 juillet 2014
    retraites : régime général - cotisations - hausse. conséquences

    M. Jacques Bompard attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la diminution des pensions de retraite. La hausse des cotisations retraites de 0,15 point en 2014, 0,20 en 2015 et 0,25 en 2030 est très douloureuse pour les retraités. En effet, un salarié dont le salaire brut s'élève à 2 000 euros depuis 2009 a perdu en 3 ans 7 % de ses revenus. Son salaire net, de 1 626 euros, est tombé à 1 515 euros sans tenir compte de l'inflation de 15 % qui détruit son pouvoir d'achat. Quant à un salarié qui gagne 3 000 euros par mois, la hausse de 0,30 % des cotisations lui fera perdre 204 euros en 2017. Il s'inquiète de cette situation et lui demande s'il n'y a pas par là une perte d'avantages acquis et une spoliation du travail de nos aînés.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59737 publiée le 8 juillet 2014
    relations internationales - droit international - corruption. lutte et prévention

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international sur le récent rapport de la commission européenne sur la corruption en Roumanie et en Bulgarie. La commission européenne a relevé, en 2012, que les progrès concernant la lutte contre la corruption en Bulgarie "ne sont pas suffisants", sont "fragiles". Au contraire, José Manuel Barroso, a relevé que la Roumanie avait fait des avancées remarquables. Ainsi, la justice aurait montré un réel engagement à se réformer. Pourtant, un récent rapport de la commission a relevé que la corruption dans ces deux pays stagnait en raison de l'instabilité politique mais que ces deux avaient complètement rempli les critères nécessaires pour être membres de la zone Schengen. Il lui demande à M. le ministre des affaires étrangères s'il y a lieu de s'inquiéter des difficultés que la Bulgarie et la Roumanie rencontrent concernant la lutte contre la corruption, alors même que ces pays vont intégrer Schengen.

    Voir la question
  • Question écrite n° 59732 publiée le 8 juillet 2014
    régions - organisation - regroupement. réforme. coût

    M. Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur les rapports de l'agence de notation <em>Moody's</em> concernant la réforme territoriale. Cette agence affirme en effet que la réforme territoriale présidentielle ne génèrera pas d'économies pour les collectivités locales dans les prochaines années. Cette volonté du Gouvernement de réaliser des économies d'échelle en simplifiant la carte des régions était pourtant au coeur de la réforme territoriale. En effet, fusionner des régions déjà existantes ne permettra pas de réduire les coûts, du fait de la réaffectation du personnel de la fonction publique. D'autre part, la redéfinition et l'élargissement des prérogatives des régions nouvellement constituées imposera une inflation de leur budget. De fait, seule une restriction drastique des dépenses du personnel pourrait permettre de générer des économies réelles. Il s'agirait également d'y adjoindre une politique visant à réduire le chômage, en créant des emplois et en luttant contre l'assistanat. Il lui demande quelles mesures il compte prendre afin de faciliter l'émergence d'une politique visant ces deux objectifs.

    Voir la question

Fonctions

    • Mandats locaux en cours

      • Maire d'Orange, Vaucluse
      • Membre du conseil général (Vaucluse)

    Contact

    Historique

    • Anciens mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

      • Mandat de député
          • 8e législature : Élu le 16/03/1986 - Mandat du 02/04/1986 (élections générales) au 14/05/1988 (Fin de législature)
      • Commission permanente
        • Commission de la production et des échanges
          • du 04/04/1986 au 14/05/1988 (Membre)

    Retour haut de pageImprimer