Accueil > Les députés > M. Jean-Philippe Nilor

M. Jean-Philippe Nilor

Martinique (4e circonscription)

Mandat en cours

Commission
Biographie
  • Né le 15 mai 1965 à Fort-de-France (Martinique)
  • Collaborateur parlementaire
Suppléant
  • Mme Stéphanie Norca
Contact

Jean-Philippe Nilor

Gauche démocrate et républicaine

Navigation

Actualité

  • DERNIÈRES VIDÉOS

  • Séance publique

    1ère séance : Questions au gouvernement ; Agriculture, alimentation et forêts (suite) (discussion générale (suite) aux inscrits de l'article premier)Voir la vidéo

    1ère séance : Questions au gouvernement ; Agriculture, alimentation et forêts (suite) (discussion générale (suite) aux inscrits de l'article premier)

  • Séance publique

    2ème séance : Agriculture, alimentation et forêt (suite)Voir la vidéo

    2ème séance : Agriculture, alimentation et forêt (suite)

  • Séance publique

    2ème séance : PLF 2014 (seconde partie) : Outre-MerVoir la vidéo

    2ème séance : PLF 2014 (seconde partie) : Outre-Mer

  • Commission

    Budget (commission élargie) : crédits 2014 Outre-merVoir la vidéo

    Budget (commission élargie) : crédits 2014 Outre-mer

  • Séance publique

    2ème séance : Garantir l'avenir et la justice du système de retraites (suite - De après l'article 4  à article 25)Voir la vidéo

    2ème séance : Garantir l'avenir et la justice du système de retraites (suite - De après l'article 4 à article 25)

  • Toutes les vidéos de Jean-Philippe Nilor
  • Travaux récents

  • Compte rendu intégral de la première séance du mercredi 16 avril 2014

    • 1. Questions au Gouvernement
    • 2. Modernisation et simplification du droit dans les domaines de la justice et des affaires intérieures
    • 3. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Réponse à la question écrite n° 44765 publiée le 1 avril 2014
    professions de santé - sages-femmes - statut. revendications

    M. Jean-Philippe Nilor attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le statut professionnel des sages-femmes. Depuis le 16 octobre 2013 les sages-femmes, notamment celles de Martinique, ont débuté une grève nationale afin d'être reconnues en tant que praticien hospitalier de premier recours dans le parcours de soin lors de la grossesse et le suivi gynécologique. Actuellement, le cursus de maïeutique débute par la réussite du Paces, année commune aux études médicales, et se poursuit jusqu'à la validation d'un Master 2. Ce cursus leur permet d'assurer le suivi gynécologique de prévention ainsi que le suivi médical des femmes du prénatal au postnatal. Néanmoins, si l'article L. 4111 du code de la santé publique énonce trois professions médicales à savoir médecin, chirurgien-dentiste et sage-femme, il n'en demeure pas moins que la sage-femme hospitalière se situe dans le titre IV de la fonction publique catégorie A avec les personnels non médicaux. En outre, le rapport de la Cour des comptes du 8 septembre 2011 sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale, recommande la valorisation des compétences de la sage-femme hospitalière et préconise le recours à cette dernière en première instance, en vue de réguler les dépenses de la sécurité sociale. Il lui demande les évolutions concrètes qu'elle envisage pour cette profession.

    Voir la réponse publiée le 1 avril 2014
  • Compte rendu intégral de la première séance du vendredi 24 janvier 2014

    • 1. Égalité entre les femmes et les hommes
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la première séance du vendredi 10 janvier 2014

    • 1. Agriculture, alimentation et forêt
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du mercredi 08 janvier 2014

    • 1. Modification de l’ordre du jour
    • 2. Agriculture, alimentation et forêt
    • 3. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la première séance du mercredi 08 janvier 2014

    • 1. Questions au Gouvernement
    • 2. Agriculture, alimentation et forêt
    • 3. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du mardi 07 janvier 2014

    • 1. Agriculture, alimentation et forêt
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Réponse à la question écrite n° 44262 publiée le 24 décembre 2013
    enseignement : personnel - auxiliaires de vie scolaire - développement. perspectives

    M. Jean-Philippe Nilor attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le rôle indispensable d'un auxiliaire de vie scolaire individuel (AVSI) dans la scolarisation des enfants en situation de handicap. La scolarisation d'un enfant est primordiale. Cependant, en réalité, pour les handicapés elle devient un véritable parcours du combattant. En vertu de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, ces enfants sont de plus en plus scolarisés dans leur école de quartier ou dans une école privée. L'éducation nationale met à la disposition des familles, dans le cas où l'enfant en a besoin et sur avis favorable de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), une aide à la scolarisation en la personne d'un AVSI. Ce dernier participe à l'accompagnement, la socialisation, la sécurité et l'aide à la scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble de santé invalidant. Paradoxalement, ce dispositif suscite chez les parents espoir et désillusion. En effet, aujourd'hui, bon nombre de familles s'adressent à la MDPH, se voient délivrer des notifications d'attribution d'un AVSI pour l'enfant concerné, et en définitive n'en disposent pas, ou peu. Privé de cet accompagnement, la différence de l'enfant est plus pénalisante puisque l'enseignant peine à s'occuper de tous les élèves en même temps, l'intéressé nécessitant plus de temps et d'attention. L'AVSI intervient dans la vie de son bénéficiaire au même titre que les aidants à domicile pour lesquels les familles bénéficient de fonds pour les rémunérer. Il souhaite donc savoir quelles dispositions il entend prendre pour permettre la scolarisation de ces enfants dans des conditions optimales.

    Voir la réponse publiée le 24 décembre 2013
  • Question écrite n° 44672 publiée le 3 décembre 2013
    outre-mer - DOM-ROM : Martinique - établissements de santé. cité hospitalière Mangot-Vulcin. fermeture

    M. Jean-Philippe Nilor attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la situation des hôpitaux en Martinique. Si la mise en œuvre du projet médical de territoire poursuit un objectif louable de rationalisation des finances, il n'en demeure pas moins que cet assainissement hypothétique est opéré au détriment de la qualité des soins fournis aux patients. En effet, la cité hospitalière Mangot-Vulcin, fleuron de la Caraïbe, en paie les frais quand le 21 mars 2013 ses urgences ferment définitivement ses portes. Le paradoxe réside dans le fait que ce plateau technique est le seul qui répond aux normes parasismiques en Martinique. De fait, les impacts de cette fermeture ont-ils été analysés au préalable ? Tout en reconnaissant que c'est l'ensemble des urgences hospitalières en France qui présente des pathologies organisationnelles, il insiste sur le caractère inédit et sur l'acuité des difficultés des urgences en Martinique. La finalité première d'un hôpital est d'apporter des soins de qualité ; or c'est le contraire que l'on observe actuellement en Martinique. Depuis le début de l'année, sur le centre hospitalier de Trinité, 50 urgentistes ont déjà exercé sur 9 postes avec une rémunération équivalente à environ 500 euros par jour ; ceci alourdit considérablement les dépenses de l'hôpital public. De plus, le manque de matériel accroît le temps de diagnostic et contraint le personnel à faire des choix entre plusieurs patients. En définitive, à l'heure où le plateau technique de Mangot-Vulcin permettait de désengorger les urgences de l'hôpital de Trinité et du CHU de Fort-de-France les patients se retrouvent aujourd'hui à attendre plus de 10 heures. Par ailleurs, les maisons médicales de garde ne peuvent constituer une alternative efficace dans la mesure où ces services ne sont ouverts que dans un créneau horaire allant de 19h à minuit et qu'ils demeurent sous équipés. De fait, elles ne peuvent intervenir qu'en complément mais pas en remplacement des urgences. La situation critique des services hospitaliers ne s'améliore donc pas avec la mise en place du projet médical de territoire. Au contraire, elle a tendance à s'aggraver. Il souhaite savoir quelles mesures elle entend prendre afin de garantir la qualité et la dignité des services d'urgences hospitalières en Martinique.

    Voir la question
  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du mercredi 20 novembre 2013

    • 1. Avenir et justice du système de retraites
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la première séance du mercredi 20 novembre 2013

    • 1. Questions au Gouvernement
    • 2. Communication de M. le président
    • 3. Interdiction du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur-Interdiction du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen
    • 4. Modification de l’ordre du jour prioritaire
    • 5. Avenir et justice du système de retraites (suite)
    • 6. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu de réunion n° 005 - Délégation aux outre-mer

    Mardi 19 novembre 2013 - Séance de 17 heures

    • - Communication de Mme Annick Girardin, députée de Saint-Pierre-et-Miquelon, sur la question du plateau marin continental.
    • - Information relative à la Délégation

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du mercredi 06 novembre 2013

    • 1. Projet de loi de finances pour 2014
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu de réunion n° 004 - Délégation aux outre-mer

    Mardi 5 novembre 2013 - Séance de 17 heures

    • - Examen du rapport d'information sur les agricultures des Outre-mer, présenté par Mme Chantal Berthelot et par M. Hervé Gaymard.

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu de la commission élargie n° 12

    Mardi 29 octobre 2013 - Séance de 17 heures

    • 1. Projet de loi de finances pour 2014 - Commission élargie : Outre-mer

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du vendredi 11 octobre 2013

    • 1. Avenir et justice du système de retraites
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la troisième séance du jeudi 10 octobre 2013

    • 1. Avenir et justice du système de retraites
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la deuxième séance du jeudi 10 octobre 2013

    • 1. Avenir et justice du système de retraites
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu intégral de la première séance du jeudi 10 octobre 2013

    • 1. Avenir et justice du système de retraites
    • 2. Ordre du jour de la prochaine séance

    Voir le compte rendu

  • Compte rendu de réunion n° 002 - Délégation aux outre-mer

    Mardi 8 octobre 2013 - Séance de 17 heures

    • - Table ronde, ouverte à la presse, avec les acteurs de la filière agricole de la banane : M. Louis-Daniel Bertome, président de la Chambre d'agriculture de la Martinique ; M. Laurent Laviolette, secrétaire général de l'Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et de Martinique (UGPBAN) ; M. Pierre Monteux, directeur général de la société Banamart ; M. Philippe Ruelle, directeur général de la société Fruidor ; M. Denis Loeillet, responsable de l'Observatoire des marchés du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ; M. Tino Dambas, président de l'Institut Technique Tropical (IT2) ; M. Franck Gonsse, secrétaire général de la Coordination nationale des travailleurs portuaires et assimilés (port de Dunkerque) et de la Chambre syndicale des ouvriers du port mensualisés et intermittents (CNTPA/CSOPMI) ; M. Xavier Eiglier, directeur de la ligne Antilles de la Compagnie maritime d'affrètement-Compagnie générale maritime (CMA-CGM) ; M. Jean-François Tallec, chargé des relations institutionnelles de CMA-CGM ; M. Xavier Freyermuth, directeur de la cartonnerie International Paper de Basse-Terre en Guadeloupe ; M. Franck Lliso, président de la société Fructifrui (réseau de mûrisseurs indépendants de Rungis) ; M. Jean Simonnet, responsable de la société Antilles Vitro Plants (entreprise de reproduction de plantes) ; M. Juvénal Rémir, représentant du syndicat « Coordination rurale » en Martinique ; Mme Laetitia de La Maisonneuve, chargée des relations avec le Parlement de l'association Eurodom (association de promotion des territoires ultramarins).

    Voir le compte rendu

Fonctions

    • Mandats locaux en cours

      • Membre du conseil général (Martinique)

    Contact

    Historique

    • Anciens mandats et fonctions à l'Assemblée nationale

      • Commission permanente
        • Commission des affaires sociales
          • du 28/06/2012 au 25/03/2013 (Membre)
          • du 28/03/2013 au 23/04/2013 (Membre)
        • Commission des affaires économiques
          • du 26/03/2013 au 27/03/2013 (Membre)
          • du 24/04/2013 au 16/05/2013 (Membre)
      • Commission d'enquête
        • Commission d'enquête relative aux éventuels dysfonctionnements dans l'action du Gouvernement et des services de l'État, entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013, dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du Gouvernement
          • du 14/05/2013 au 08/10/2013 (Membre)
          • du 15/05/2013 au 08/10/2013 (Secrétaire)

    Retour haut de pageImprimer