Fabrication de la liasse
Photo de monsieur le député Meyer Habib
Photo de monsieur le député Guy Bricout
Photo de monsieur le député Jacques Cattin
Photo de madame la députée Josiane Corneloup
Photo de monsieur le député Claude Goasguen
Photo de madame la députée Constance Le Grip

À l’alinéa 3, après le mot :

« haine »,

insérer les mots :

« , notamment à l’égard de l’existence de l’État d’Israël, ».

Exposé sommaire

L’antisémitisme traditionnel continue d’exister mais il est aujourd’hui marginal.

Transcendant le clivage gauche-droite, le nouvel antisémitisme se nourrit d’abord de détestation d’Israël, d’islamisme et de théories du complot.

Boosté par la puissance virale d’Internet, il se propage insidieusement et infecte les esprits. Sur les réseaux sociaux, on dit « sale sioniste » pour dire « sale juif ».

Par ce tour de passe-passe sémantique, les nouveaux antisémites échappent à la loi.

Non seulement il existe une forme de laxisme judiciaire mais surtout la loi n’est pas adaptée au nouveau fléau : l’antisionisme.

Pour reprendre les mots du Président de la République, « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme. »

C’est pourquoi, cet amendement vise à introduire dans la présente proposition de loi, la notion moderne d’antisémitisme : l’antisionisme.