Fabrication de la liasse

Amendement n°II-2664

Déposé le mardi 3 novembre 2020
Discuté
Rejeté
(vendredi 13 novembre 2020)
Photo de monsieur le député Loïc Prud'homme
Photo de madame la députée Clémentine Autain
Photo de monsieur le député Ugo Bernalicis
Photo de monsieur le député Éric Coquerel
Photo de monsieur le député Alexis Corbière
Photo de madame la députée Caroline Fiat
Photo de monsieur le député Bastien Lachaud
Photo de monsieur le député Michel Larive
Photo de monsieur le député Jean-Luc Mélenchon
Photo de madame la députée Danièle Obono
Photo de madame la députée Mathilde Panot
Photo de monsieur le député Adrien Quatennens
Photo de monsieur le député Jean-Hugues Ratenon
Photo de madame la députée Muriel Ressiguier
Photo de madame la députée Sabine Rubin
Photo de monsieur le député François Ruffin
Photo de madame la députée Bénédicte Taurine
ARTICLE 33 - ÉTAT B

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Infrastructures et services de transports01 000 000
Affaires maritimes00
Paysages, eau et biodiversité1 000 0000
Expertise, information géographique et météorologie00
Prévention des risques00
Énergie, climat et après-mines00
Service public de l'énergie00
Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de la mobilité durables00
Charge de la dette de SNCF Réseau reprise par l'État (crédits évaluatifs)00
TOTAUX1 000 0001 000 000
SOLDE0
Exposé sommaire

"La question de l'eau est une question centrale dans la bifurcation écologique. Le cycle de l'eau, son accès, sa gestion, sont des enjeux majeurs face à l'urgence écologique et climatique.

Ce sujet est coeur des préoccupations dans le marais Poitevin. Les projet de bassines font l'objet d'une vive opposition. Elles retiennent l'eau et assèchent les sols, au profit d'une agriculture productiviste intensive, en totale incohérence avec notre époque.

Aussi, il est inimaginable, face aux menaces de rétention d'eau, de bassines, ou d'assèchement des sols, que l'établissement public du marais poitevin, deuxième zone humide de France, se voie ainsi diminué de 57% de ses financements publics. Cet opérateur s'avère plus que jamais indispensable. Il nous faut à tout prix encourager une gestion collective de l'eau, bien commun le plus essentiel à la vie. Nous devons sortir du modèle productiviste qui la gaspille au profit d'intérêts financiers résultants d'une surproduction agricole de masse.

Nous proposons donc de ponctionner 1 000 000€ à l'action 52 Transport aérien du programme 203 Infrastructures et services de transports pour abonder l'action n°07 ""Gestion des milieux et biodiversité"" du programme 113 Paysages, Eau et Biodiversité à destination de l'EPMP.