Fabrication de la liasse

Amendement n°CE72

Déposé le samedi 6 février 2021
Discuté
Adopté
(mercredi 10 février 2021)
Photo de madame la députée Graziella Melchior
Photo de madame la députée Barbara Bessot Ballot
Photo de monsieur le député Damien Adam
Photo de madame la députée Sophie Beaudouin-Hubiere
Photo de monsieur le député Grégory Besson-Moreau
Photo de madame la députée Anne Blanc
Photo de monsieur le député Éric Bothorel
Photo de madame la députée Pascale Boyer
Photo de madame la députée Anne-France Brunet
Photo de monsieur le député Sébastien Cazenove
Photo de monsieur le député Anthony Cellier
Photo de monsieur le député Yves Daniel
Photo de madame la députée Typhanie Degois
Photo de madame la députée Célia de Lavergne
Photo de monsieur le député Nicolas Démoulin
Photo de monsieur le député Frédéric Descrozaille
Photo de madame la députée Christelle Dubos
Photo de madame la députée Stéphanie Do
Photo de madame la députée Laurence Gayte
Photo de madame la députée Christine Hennion
Photo de monsieur le député Guillaume Kasbarian
Photo de madame la députée Annaïg Le Meur
Photo de monsieur le député Roland Lescure
Photo de monsieur le député Richard Lioger
Photo de monsieur le député Mounir Mahjoubi
Photo de madame la députée Jacqueline Maquet
Photo de monsieur le député Jean-Baptiste Moreau
Photo de monsieur le député Mickaël Nogal
Photo de madame la députée Anne-Laurence Petel
Photo de monsieur le député Jean-Bernard Sempastous
Photo de madame la députée Huguette Tiegna
Photo de monsieur le député Stéphane Travert
Photo de madame la députée Corinne Vignon
Photo de monsieur le député Christophe Castaner

Supprimer cet article.

Exposé sommaire

Le présent amendement des députés LaREM vise à supprimer l’expérimentation de la « prime à l’assiette vide » dans les restaurants universitaires. En effet, la mise en œuvre d’un « droit à l’encouragement » financier pour les étudiants qui ne se seraient pas « trop » servis et ramèneraient par conséquent leur plateau vide parait pour le moins infantilisante s’agissant d’une population comprise entre 18 et 25 ans.

Par ailleurs, dans un contexte de crise sanitaire et économique marqué par l’augmentation de la précarité étudiante, les députés LaREM considèrent que la priorité pour les services de restauration collective universitaire doit être la mise en œuvre des repas à 1 € pour tous les étudiants, conformément à l’engagement du Président de la République.