Accueil > Documents parlementaires > Rapport d'information
Version PDF
Retour vers le dossier législatif

N° 3614 N° 701

____ ___

ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010 - 2011

____________________________________ ___________________________

Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale Enregistré à la présidence du Sénat

le 30 juin 2011 le 30 juin 2011

________________________

OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION

DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES

________________________

RAPPORT

de la mission parlementaire sur

la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir

Président de la mission : M. Claude Birraux, député

Rapporteurs : M. Christian Bataille, député et M. Bruno Sido, sénateur

Rapport d’étape : la sécurité nucléaire

__________ __________

Déposé sur le Bureau de l'Assemblée nationale Déposé sur le Bureau du Sénat

par M. Claude BIRRAUX, par M. Bruno SIDO,

Président de l'Office Premier Vice-Président

_________________________________________________________________________

SOMMAIRE

Page

SAISINES 5

COMPOSITION DE LA MISSION PARLEMENTAIRE
SUR LA SÉCURITÉ NUCLÉAIRE, LA PLACE DE LA FILIÈRE, ET SON AVENIR
9

INTRODUCTION 11

I.– Une gestion rigoureuse de la sécurité 15

A. – La prise en compte des différents types d’aléas 15

1. Les risques majeurs 15

a) Les risques naturels 16

b) Les risques industriels 25

2. Le facteur humain 27

a) Le suivi des conditions de travail 27

b) La protection contre les actes de malveillance 28

B. – Une organisation de la sécurité très complète 29

1. Un bouclier multiforme 29

a) Les différentes barrières de protection 30

b) La robustesse du dispositif 31

c) Les piscines d’entreposage 32

d) Les procédures de conduite et la formation des opérateurs 33

2. Une surveillance étendue 34

a) Le contrôle de toutes les composantes de la filière 34

b) La couverture d’activités connexes 35

C. – Un dispositif de gestion en constante amélioration 40

1. La consolidation du contrôle de sûreté 40

a) Un contrôle géré désormais à trois niveaux 40

b) Un renforcement constant de l’exigence de sûreté 46

2. Les progrès continus de la transparence 49

a) Une composante essentielle de la sûreté 49

b) Les bonnes pratiques 51

3. La gestion de crise entre anticipation et adaptation aux situations réelles 54

a) L’articulation des niveaux d’intervention 55

b) Les actions menées par l’exploitant nucléaire 58

c) La responsabilité de l’État 64

d) Les réponses de proximité 73

II.– Les axes prioritaires du renforcement du dispositif 75

A. – La prise en compte d’autres formes de risques majeurs 75

1. L’intégration de l’hypothèse de chocs simultanés ou en cascade 75

2. Une meilleure appréhension des incertitudes 77

3. Une nouvelle articulation des moyens disponibles 78

B. – Une anticipation plus poussée des situations possibles 82

1. L’optimisation des procédures de commande 82

a) L’effort de sécurisation 84

b) La logique de « l’approche par états » 85

c) Le rôle des simulateurs 87

d) Les mécanismes d’arrêt d’urgence 90

2. L’adaptation des plans de sécurité civile 91

a) Les problématiques en jeu 91

b) La protection radiologique des intervenants 97

c) La pertinence des mesures planifiées 98

3. La sensibilisation des populations 100

a) Les exercices de crise 100

b) Des scénarios plus complets 104

C. – La sécurité n’a pas de prix 105

1. Le maintien dans le giron de l’État 105

2. Un renforcement ciblé des moyens 106

a) La consolidation des instances de contrôle 106

b) Une dimension nouvelle pour la transparence 107

3. Un besoin d’implication encore accrue des personnels 108

a) L’anticipation des besoins de formation 108

b) La nécessaire remise à plat des pratiques de sous-traitance 109

4. La nécessité d’un effort permanent de recherche 111

a) La relation complexe entre sûreté et innovation 111

b) La recherche, gage de crédibilité et de transparence 113

5. L’EPR 116

a) Le retour d’expérience de la IIème génération 117

b) Le cas de l’EPR de Flamanville 119

c) La sécurité n’a pas de prix, mais son coût manque de transparence 121

CONCLUSION du rapport d’étape 123

Recommandations 125

Examen du rapport (JEUDI 30 JUIN 2011) 129

Contributions 151

Contribution de Mme Marie-Christine Blandin, sénatrice 151

Contribution de M. Yves Cochet, député 155

Contribution de M. Daniel Paul, député 159

ANNEXES 163

Annexe 1 : COMPOSITION DU COMITÉ D’EXPERTS 165

Annexe 2 : LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES LORS DES DÉPLACEMENTS 167

Annexe 3 : COMPTES RENDUS DES AUDITIONS 177

Liste des personnes auditionnées 179

La crise nucléaire au Japon (Mercredi 16 mars 2011) 185

La gestion post-accidentelle des crises nucléaires (Jeudi 5 mai 2011) 233

La gestion de crise en cas d’accident nucléaire (Vendredi 13 mai 2011) 293

La gestion post-accidentelle des crises nucléaires  (Jeudi 19 mai 2011) 321

Les protections des réacteurs nucléaires (Mardi 24 mai 2011) 359

L’organisation de la sûreté nucléaire (Mardi 31 mai 2011) 415

La transparence en matière de sûreté nucléaire( Jeudi 16 juin 2011) 465

Annexe 4 : RÉUNIONS 505

Réunion (Jeudi 14 avril 2011) 505

Audition des membres du comité d’experts sur la sûreté nucléaire (Mardi 28 juin 2011) 525

Annexe 5 : DOCUMENTS 537

Structure du budget de l’Autorité de sureté nucléaire 539

Décision n° 2011-DC--0204 de l’Autorité de sûreté nucléaire du 4 janvier 2011 541

Comparaison entre Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima 561

Annexe 6 : GLOSSAIRE DES SIGLES UTILISÉS 565

SAISINES

COMPOSITION DE LA MISSION PARLEMENTAIRE SUR LA SÉCURITÉ NUCLÉAIRE, LA PLACE DE LA FILIÈRE,
ET SON AVENIR

Président de l’OPECST

M. Claude BIRRAUX

Premier Vice-Président de l’OPECST

M. Bruno SIDO, sénateur

Vice-Présidents de l’OPECST

M. Claude GATIGNOL, député

Mme Brigitte BOUT, sénatrice

M. Pierre LASBORDES, député

M. Marcel DENEUX, sénateur

M. Jean-Yves LE DÉAUT, député

M. Daniel RAOUL, sénateur

Députés

Sénateurs

MM. Christian BATAILLE

Claude BIRRAUX

Alain CLAEYS

Yves COCHET (°)

Jean-Pierre DOOR

Paul DURIEU (°)

Mme Geneviève FIORASO

MM. Jean-Louis GAGNAIRE (*)

Claude GATIGNOL

Alain GEST

François GOULARD

Christian KERT

Pierre LASBORDES

Jean-Yves LE DÉAUT

Michel LEJEUNE

Jacques LE NAY (°)

Jean-Claude LENOIR (*)

Claude LETEURTRE

Daniel PAUL

Philippe PLISSON (°)

Mme Bérengère POLETTI

MM. Franck REYNIER (*)

Jean-Louis TOURAINE

Philippe TOURTELIER

Jean-Sébastien VIALATTE

M.

MM. Gilbert BARBIER

Paul BLANC

Mme Marie-Christine BLANDIN

M. Jean-Marie BOCKEL (**)

Mme Brigitte BOUT

MM. Marcel-Pierre CLÉACH

Roland COURTEAU

Jean-Claude DANGLOT (**)

Marc DAUNIS

Christian DEMUYNCK

Marcel DENEUX

Didier GUILLAUME (**)

Alain HOUPERT (**)

Serge LAGAUCHE

Mme Elisabeth LAMURE (**)

MM. Hervé MAUREY

Jean-Claude MERCERON (**)

Jean-Marc PASTOR

Xavier PINTAT

Ladislas PONIATOWSKI (**)

Mme Catherine PROCACCIA

MM. Daniel RAOUL

Ivan RENAR

Bruno SIDO

Michel TESTON (**)

Alain VASSELLE

Président : M. Claude BIRRAUX, Député

Rapporteurs : M. Bruno SIDO, Sénateur de Haute-Marne

M Christian BATAILLE, Député du Nord

(*) Membre de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale

(**) Membre de la commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat

(°) Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l’Assemblée nationale

INTRODUCTION

Mesdames, Messieurs,

Alors que le débat sur les conditions de l’adaptation au changement climatique avait paru, au cours des dernières années, favoriser les énergies décarbonées, en particulier l’énergie nucléaire, au point que certains industriels de l’électricité semblaient se laisser de plus en plus tenter par l’hypothèse d’un modèle de production nucléaire au coût inférieur à celui des réacteurs à sécurité renforcée, un événement est venu brutalement stopper cette évolution.

L’accident à la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011 est la conséquence de mouvements tectoniques sous-marins de forte ampleur suivis d’un tsunami qui a atteint la côte nord-est de l’île principale de l’archipel du Japon.

Dans les trois jours qui ont suivi, le gouvernement allemand, a fixé un moratoire à la prolongation en cours de la durée d’exploitation des centrales nucléaires, et ensuite, le 30 mai 2011, a décidé d’arrêter définitivement l’ensemble des 17 réacteurs électronucléaires d’ici 2022.

Aujourd’hui, tous les projets de réacteurs « low cost » (bon marché) sont oubliés, et les avis convergent pour vérifier la sécurité des réacteurs existants et ne construire, dans l’avenir, que des réacteurs de troisième génération à sûreté maximale avec une majoration du coût qui, tout en restant raisonnable, à moins de 20%, représentera des dépenses non négligeables.

C’est dans ce contexte que l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques a été saisi, de façon conjointe, par le Bureau de l’Assemblée nationale, d’une part, le 18 mars 2011, et par la commission de l’Économie et du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat, d’autre part, le 23 mars 2011, d’une étude sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir.

La saisine précise que “cette étude aurait pour objet d’établir des informations objectives sur l’état actuel de nos connaissances et sur les développements à attendre de cette filière industrielle, à la lumière des événements dramatiques auxquels le Japon est confronté”.

Cette saisine entérine une démarche concertée entre MM. Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, et Gérard Larcher, président du Sénat, en lien avec une demande de M. Jean-Marc Ayrault, président du groupe SRC de l’Assemblée nationale, elle-même à l’instigation de M. Christian Bataille.

Pour la conduite de cette nouvelle étude, l’OPECST a été associé à sept membres des commissions des Affaires économiques et du Développement durable de l’Assemblée nationale, ainsi qu’à huit membres de la commission de l’Économie et du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat.

Cette mission ad hoc, associant membres de l’Office parlementaire et représentants des trois commissions, fonctionnera comme s’il s’agissait d’une étude de l’OPECST, sous réserve d’un aménagement, souhaité par son président, M. Claude Birraux, également président de l’OPECST, vis-à-vis des parlementaires non membres de l’Office: tous les membres de la mission disposent à égalité d’un droit de vote au moment des délibérations. L’OPECST nous a désignés comme rapporteurs de l’étude le 30 mars.

Les travaux s’appuient par ailleurs sur un comité d’experts, composé d’éminents spécialistes de la sûreté nucléaire.

Lors de la présentation de l’étude de faisabilité, le 14 avril, une démarche en deux étapes a été décidée. La première étape, dont la publication de ce rapport marque le terme, a concerné l’étude de la sécurité et de la sûreté nucléaire. Elle s’est appuyée sur six auditions publiques, dont le compte-rendu figure en annexe. Par ailleurs, la mission parlementaire a effectué sept déplacements pour visiter des installations de la filière nucléaire : centrales de production, usines du cycle du combustible, ou ateliers de fabrication d’équipements sous pression. La seconde étape s’attachera plus largement à l’étude de l’avenir de la filière nucléaire dans le système énergétique de notre pays, et conduira à publier un rapport définitif au mois de décembre 2011.

Vos rapporteurs se sont efforcés de préserver la spécificité de cette étude parlementaire sur la sécurité et de la sûreté nucléaire, à savoir l’analyse de la situation dans sa dimension véritablement politique et stratégique au sens de l’intérêt général du pays.

Par essence, la démarche de la mission parlementaire se démarque en effet d’autres initiatives publiques parallèles de nature plus technique :

- les “évaluations complémentaires de sûreté”, dont la réalisation a été demandée à l’Autorité de sûreté nucléaire par le Premier ministre dans une lettre du 15 mars, et dont le cahier des charges a été adopté le 5 mai par l’Autorité, sous la forme de douze prescriptions adressées aux exploitants; elles concernent toutes les installations nucléaires;

- les “évaluations de sûreté” (stress tests) décidées par le Conseil européen des 24 et 25 mars, dont le cahier des charges a été approuvé par l’ENSREG (European Nuclear Safety Regulators Group) le 25 mai; elles concernent seulement les 143 réacteurs nucléaires européens ;

- l’étude demandée à la Cour des comptes par le Premier ministre, dans une lettre du 22 mai, sur les coûts de la filière nucléaire, y compris ceux relatifs au démantèlement des installations ;

- le groupe de travail, de réflexion et de proposition « Solidarité Japon », mis en place le 21 mars par l’Académie des sciences sous l’égide de son président Alain Carpentier, qui réunit des académiciens des trois domaines concernés : sismique, nucléaire et médical.

L’étude conduite par l’OPECST, a fortiori dans cette configuration élargie incluant des membres des commissions permanentes, qui crée une situation similaire à celle d’une mission d’information ou d’une commission d’enquête, relève, au sens plein, de la fonction de contrôle du Parlement, mentionnée par l’article 47-2 de la Constitution : ce contrôle concerne « l’action du Gouvernement » et « l’évaluation des politiques publiques ». Il s’agit en l’occurrence d’évaluer le dispositif de sécurité nucléaire, notamment en regard des objectifs qui lui sont assignés au regard de l’intérêt général.

Ces objectifs sont ceux inscrits à l’article 1er de la loi du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité nucléaire : « La sécurité nucléaire comprend la sûreté nucléaire, la radioprotection, la prévention et la lutte contre les actes de malveillance, ainsi que les actions de sécurité civile en cas d’accident. (…) L’Etat définit la réglementation en matière de sécurité nucléaire et met en œuvre les contrôles visant à l’application de cette réglementation. Il veille à l’information du public sur les risques liés aux activités nucléaires et leur impact sur la santé et la sécurité des personnes ainsi que sur l’environnement. »

Bien qu’elle se soit rendue sur plusieurs sites, la mission parlementaire n’a ainsi pas vocation à juger de la pertinence des barrières ou autres systèmes techniques de sauvegarde aperçus sur place ; pas plus qu’il ne lui appartient de se substituer à l’Autorité de sûreté nucléaire quant à la décision d’autoriser ou non la poursuite de l’exploitation du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim.

En revanche, il lui appartient de donner son appréciation sur la cohérence et l’efficacité de l’ensemble du cadre institutionnel de gestion de la sécurité nucléaire, s’agissant notamment de son organisation et de ses procédures.

A cet égard, vos rapporteurs ont le sentiment que la sécurité et la sûreté nucléaire sont gérées en France de la manière la plus rigoureuse ; mais ils ont néanmoins identifié des axes d’amélioration possible, au regard de l’exigence de progrès permanent qui est indissociablement attachée au concept de sûreté et en traduction du retour d’expériences suite aux événements de Fukushima.

I.– UNE GESTION RIGOUREUSE DE LA SÉCURITÉ

Aux yeux de vos rapporteurs, il ressort de l'ensemble des visites et des auditions effectuées par la mission parlementaire que la sécurité des installations nucléaires, et en particulier leur sûreté, fait l'objet d'une gestion parfaitement rigoureuse. Les deux meilleurs témoignages en sont le statut d'indépendance de l'Autorité de sûreté nucléaire, consacré par la loi et reconnu dans les faits, et la procédure des visites décennales, qui conditionne la poursuite de l'exploitation des réacteurs, au cas par cas, à l'actualisation de leur niveau de sûreté en tenant compte des meilleures pratiques internationales.

Cette rigueur tient à la mise en œuvre d'une démarche de surveillance méthodique, qui prend en compte toutes les différentes formes d'aléas, et intègre le souci d'amélioration constante intrinsèque au concept de sûreté.

A. – LA PRISE EN COMPTE DES DIFFÉRENTS TYPES D’ALÉAS

Les principaux risques susceptibles d’affecter les installations nucléaires en France sont les inondations, les tempêtes, les séismes et mouvements de terrain, ainsi que les incendies de forêt. D’autres risques sont liés aux activités humaines, notamment l’environnement industriel des installations, qui peut générer des interactions entre les sites et provoquer d’éventuels effets dominos. Enfin, le facteur humain, volontaire ou involontaire, est également intégré au dispositif de gestion de la sécurité.

1. Les risques majeurs

L’existence de risques majeurs est prise en compte dès la conception de l’installation, dans le choix de son implantation et de son dimensionnement. Il n’existe pas de dimensionnement « standard », chaque installation étant conçue en fonction des caractéristiques du site choisi qui varie sur l’ensemble du territoire français, mais n’est en tout état de cause pas comparable à celui du Japon pour ce qui concerne les risques sismiques et de tsunami.

a) Les risques naturels

Votre mission a examiné la question des risques naturels lors de l’audition ouverte à la presse du 19 mai 2011 ainsi qu’au cours de chacun de ses déplacements sur site, qui furent l’occasion d’examiner concrètement le dimensionnement des installations à l’origine, puis l’amélioration continue des protections qui a été apportée en fonction de l’évolution des connaissances et de la prise en compte des retours d’expérience.

Les risques naturels, qui constituent des agressions de type externe, ont la particularité d’être susceptibles d’affecter l’ensemble d’un site, c’est-à-dire de le fragiliser à plusieurs niveaux et donc de remettre en cause les principes de base de la défense en profondeur que sont la redondance et la diversification.

Les risques naturels ont également pour effet de bouleverser l’environnement du site considéré, cet impact régional modifiant les conditions des communications avec le site : difficultés d’accès par la route, perte des moyens de communication vers l’extérieur.

Ø La prise en compte du risque sismique

• Le risque sismique en France métropolitaine

Le territoire métropolitain français est soumis à un risque sismique évalué de « très faible » à « moyen », sans commune mesure avec la sismicité du territoire japonais qui est liée à la présence d’une zone de subduction de la plaque Pacifique, qui plonge sous le Japon. C’est cette zone de subduction qui s’est rompue sur une longueur de 500 km lors du séisme du 11 mars 2011, de magnitude 9.

D’ailleurs, la survenue d'un tsunami de plus de 10 m au Japon était, d'après les données disponibles sur les tsunamis des 5 derniers siècles, un événement susceptible d’intervenir sur une période de 30 ans. Il y a eu dans le cas japonais une sous-estimation de l’aléa, d’ailleurs reconnue par le gouvernement japonais dans son rapport à l’AIEA1 .

Ainsi que l’a indiqué M. Vincent Courtillot, de l’Académie des sciences, lors de l’audition du 19 mai 2011, s’il y a une zone où la France court des risques comparables à ceux du Japon, ce sont les Antilles, où s’est produit un grand tremblement de terre en 1843, probablement de magnitude 8, ainsi qu’un séisme de magnitude 7 en 2007 (Martinique).

Le risque encouru sur le territoire métropolitain n’est pas comparable avec celui que connaissent le Japon ou les Antilles, même dans les Alpes ou dans les Pyrénées, où le risque est jugé le plus élevé.

LE SÉÏSME DU 11 MARS 2011 AU JAPON

Un séisme de très forte magnitude Mw 9 (estimée entre 8,9 et 9,1 suivant les sources) s'est produit le 11 Mars 2011 à 05h46 UTC, au large de la côte est de l'île de Honshu, dans la partie nord du Japon. C'est un des séismes les plus puissants enregistrés depuis une centaine d'années, et le plus fort enregistré instrumentalement au Japon. L'épicentre est situé à environ 400 km au nord-est de Tokyo, capitale du Japon, et 160 km à l'est de la ville de Sendai. Le séisme de magnitude 9 a été suivi par un nombre très important de répliques, la plus forte atteignant la magnitude 7,1.

Ce séisme a rompu une portion de l'ordre de 500 km de la zone de subduction plongeant sous le Japon, entre la plaque Pacifique et la micro-plaque d'Okhotsk. Le glissement cosismique sur la zone de faille a dépassé largement les dix mètres. La rupture s'est étendue au sud jusqu'à la région de Tokyo. Le séisme a généré un tsunami destructeur qui a ravagé la côte est de Honshu, avec des hauteurs de « run-up »2 de l'ordre de 10 m. Ce tsunami s'est propagé ensuite à travers tout l'océan Pacifique en s'atténuant progressivement. Source : IPGP

Les bâtiments ont plutôt bien résisté à ce séisme d’une très forte magnitude. En effet, traumatisés par la catastrophe meurtrière de Kobé en 1995, les autorités japonaises avaient décidé d’agir en élevant les normes parasismiques. Les enseignements tirés de Kobé ont sans aucun doute permis de limiter les effondrements d’édifices. D’une manière générale, les Japonais, en raison de l’activité sismique à laquelle ils doivent en permanence faire face, ont su mettre au point des matériaux de construction capables de subir des déformations importantes sans céder.

Toutefois, le tsunami a dévasté la côte, emportant tout sur son passage, et causant la mort de plus de 15 000 personnes.

Les plaques tectoniques

Source : CEA

Depuis 2010, la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante en fonction de la probabilité d’occurrence des séismes 3 :

- une zone de sismicité 1 où il n’y a pas de prescription parasismique particulière pour les bâtiments à risque normal (l’aléa sismique associé à cette zone est qualifié de très faible) ;

- quatre zones de sismicité 2 à 5, où les règles de construction parasismique sont applicables aux nouveaux bâtiments, et aux bâtiments anciens dans des conditions particulières.

La réglementation sismique de droit commun ne concerne toutefois pas les installations nucléaires qui ont un dispositif spécifique et plus exigeant de dimensionnement aux risques, de sorte que la modification récemment intervenue du zonage sismique sur le territoire n’a pas eu d’impact particulier sur les installations nucléaires.

• La prise en compte dans les installations nucléaires

La Règle Fondamentale de Sûreté (RFS 2001-01), qui est venue modifier une première Règle en date de 1981, précise la démarche pour évaluer l’aléa sismique sur les sites des installations nucléaires.

La détermination de l’aléa sismique suit une démarche dite déterministe, qui se compose de trois étapes4 :

- Définir des zones géologiques (zones sismotectoniques) où les séismes historiquement connus pourraient se reproduire à l’avenir sur la base d’une synthèse des données géologiques et sismologiques ;

- Sélectionner les séismes qui, s’ils se reproduisaient, créeraient les effets les plus forts et les translater dans la zone du site et dans les zones adjacentes ;

- Calculer les deux paramètres principaux (magnitude et profondeur) des séismes historiques de référence, dits Séismes Maximaux Historiquement Vraisemblables (SMHV) ;

- Augmenter la magnitude des séismes de référence ainsi déterminés de 0,5. Cette majoration forfaitaire, qui conduit à définir un ou des Séismes Majorés de Sécurité (SMS), permet de tenir compte des incertitudes inhérentes à l’estimation des caractéristiques des séismes de référence.

La RFS de 2001 a complété le dispositif de protection contre les séismes de deux façons :

- Elle impose la prise en compte des indices de paléo-séismes : au cours des dernières décennies, les recherches effectuées par les géologues ont conduit à reconnaître l’existence de forts séismes survenus à des périodes très anciennes (quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’années). La RFS préconise de prendre en compte ces indices de séismes passés, parce qu’ils complètent les catalogues existants (sismicité instrumentale et sismicité historique) qui recouvrent une période trop courte pour décrire avec suffisamment de recul dans le temps la sismicité française.

- Elle impose de tenir compte des « effets de site », c’est-à-dire de l’influence des couches superficielles sur le mouvement sismique en surface. La compréhension et la modélisation du mouvement sismique ont en effet beaucoup progressé, démontrant que la géologie de surface a une grande influence sur les mouvements du sol.

• Exemples de prise en compte du risque « séisme »

Lors des déplacements de la mission, exploitants et autorité de sûreté ont exposé les modalités particulières de prise en compte du risque de séisme sur le site considéré.

A Fessenheim, le SMHV est le séisme de Bâle de 1356, évalué par les experts français à 6,2 sur l’échelle de Richter. Augmenté de 0,5, en application de la méthode décrite ci-dessus, il correspond donc à un SMS de 6,7 soit cinq fois l’évaluation du séisme de Bâle. Il faut préciser, en outre, que cette magnitude de 6,7 génère une accélération de 0,13 g au niveau du sol, mais que la construction est conçue pour résister à une accélération de 0,2 g. Deux marges de sécurité sont cumulées, au-delà de la stricte évaluation du séisme de Bâle. De plus, dans le cadre des troisièmes visites décennales, EDF a renforcé les structures et équipements du site pour faire face au risque. Des poutres et structures métalliques ont été installées, des espaces ont été dégagés entre certains bâtiments en zone industrielle. Le radier de Fessenheim faisant l’objet d’une préoccupation particulière, les avis de l’ASN et les réponses de l’exploitant à ce sujet doivent être rendus publics.

Au Tricastin, le séisme de référence est celui de Châteauneuf du Rhône de 1873 qui était de magnitude 4,7 sur l’échelle de Richter. La centrale est donc conçue pour résister à un séisme majoré de sécurité de 5,2, placé juste sous le site pour être le plus pénalisant possible, conformément à la réglementation. Dans son avis du 4 novembre 2010 autorisant la poursuite d’exploitation du réacteur n° 1 du Tricastin, l’ASN juge néanmoins nécessaire des études complémentaires « concernant le génie civil et la tenue au séisme de certains équipements sans toutefois remettre en cause l’aptitude à la poursuite d’exploitation du réacteur n° 1 de la centrale nucléaire du Tricastin ». Quant aux installations nouvelles d’Areva au Tricastin (Georges Besse II et Comurhex II), elles sont dimensionnées pour résister à un séisme de 5,5, mais ce n’est pas le cas des installations anciennes encore en exploitation notamment Comurhex I. Sur le Rhône, les centrales du Bugey et de St Alban sont dimensionnées respectivement pour des séismes de magnitudes 6 et 5,5.

Les centrales de Gravelines et de Nogent-sur-Seine sont conçues en référence à un séisme qui s’est produit le 6 avril 1580 dans la zone du sud de l’Angleterre, de l’ouest de la Belgique et du nord de la France, ressenti à Londres et à Paris, de magnitude estimée à 6,2. Son épicentre pourrait avoir été situé en mer ; il a engendré des inondations dont on ne sait si elles sont liées ou non à un phénomène de type tsunami. Ce séisme a fait suite à un autre tremblement de terre destructeur, de magnitude estimée à 6, en 1382.

Bien qu’étant conçues en référence au même séisme, les centrales de Gravelines et de Nogent ne sont pas dimensionnées tout à fait identiquement : à Nogent, le SMS est de 6,7 sur l’échelle de Richter ; à Gravelines, il est de 6,5.

Ø La prise en compte du risque d’inondation

• La prise en compte du risque d’inondation

Le risque d’inondation est appréhendé également de façon dite déterministe, à partir d’une étude historique des événements contre lesquels les installations doivent être protégées, en application d’une RFS de 1984 actuellement en cours de refonte (voir ci-après).

Les inondations laissant moins de traces dans le paysage que les séismes, la période d’observation est plus courte, de l’ordre de cent ans, et l’extrapolation à mille ans se fait par une méthode statistique5. Une majoration de 15 % sur le débit de crue millénale ainsi calculé est appliquée, de manière à aboutir à une cote majorée de sécurité (CMS) qui constitue la base de dimensionnement des installations.

La RFS « inondation » permet, par exemple, d’envisager les scénarios les plus pénalisants de rupture de barrage. Toutes les centrales situées sur des fleuves sont en effet concernées par la présence d’un grand barrage en amont. Le scénario de rupture d’un grand barrage ne peut être ignoré : comme cela a été rappelé lors de l’audition ouverte à la presse du 19 mai 2011, deux accidents sur le barrage de Bouzey, haut de 18 mètres, ont causé 100 morts en 1884 et 1895. Le barrage de Malpasset, haut de 66 mètres, s’est rompu en décembre 1959, provoquant la mort de 421 personnes. A Vajont, en Italie du nord, en 1963, un glissement de terrain a entraîné une vague qui est passée au-dessus du barrage, entraînant plus d’un millier de morts.

CENTRALES ET GRANDS BARRAGES

Toutes les centrales proches des fleuves sont concernées par un grand barrage en amont. On peut citer, en particulier :

- barrage du Vieux Pré : Cattenom ;

- barrages Suisses : Fessenheim ;

- barrage de Vouglans : Bugey, St-Alban, Cruas, Tricastin ;

- barrage Aube : Nogent sur Seine ;

- barrages de Villerest et Naussac : Dampierre, Belleville, St Laurent des Eaux, Chinon.

A la suite de l’inondation partielle de la centrale du Blayais au cours de la tempête des 26 et 27 décembre 1999, une révision de la RFS de 1984 a été entreprise, avec la rédaction d’un guide, en cours de finalisation, dont le domaine d’application sera élargi à l’ensemble des installations nucléaires de base.

Ainsi que l’ASN l’a indiqué lors de l’audition du 19 mai 2011 :

- Neuf événements supplémentaires seront envisagés : pluies, crue sur le petit bassin versant, dégradations ou dysfonctionnements d’ouvrages, de circuits ou d’équipements, intumescences6, remontée de nappe phréatique, clapot7 , vagues, seiche8, autres événements en bord de mer (tsunami, vagues dues aux navires) ;

- Des modifications sont opérées pour les événements déjà considérés dans la RFS : dans les sites en bord de mer seront ajoutées des majorations pour couvrir les horsains9 et l’augmentation du niveau marin liée au changement climatique ; le scénario de crue résultant de la rupture d’un ouvrage de retenue est fortement modifié ;

- La précision sur les principes de protection est accrue.

• Exemples de prise en compte du risque d’inondation

La centrale nucléaire du Tricastin est protégée contre une crue correspondant au débit de dimensionnement de l’aménagement hydraulique du canal de Donzère-Mondragon, canal de dérivation du Rhône. Toutefois, dans le cadre de son avis sur la poursuite d’exploitation du réacteur n° 1, l’ASN prescrit des travaux afin d’assurer une protection adaptée de la centrale nucléaire contre le risque d’inondation en cas de crue millénale majorée, dont le niveau a été réévalué. Ces travaux portent sur l’aménagement hydraulique de Donzère-Mondragon et ont suscité de nombreuses discussions entre son concessionnaire (la Compagnie nationale du Rhône) et EDF. Si une issue semble avoir été récemment trouvée, l’ASN considère néanmoins qu’à ce stade la protection de la centrale nucléaire du Tricastin en cas de crue millénale majorée n’est pas assurée et prescrit la réalisation de cette protection avant le 31 décembre 2014. Pour la centrale du Tricastin, comme d’ailleurs pour celle du Bugey, le scénario envisagé comme le plus pénalisant est celui d’une rupture du barrage de Vouglans.

A Fessenheim, le grand canal d’Alsace, sous lequel se trouve la centrale, permet de maîtriser le débit du Rhin, ce qui réduit le risque d’inondation. Un plan d’actions a été mis en œuvre à la suite de l’incident du Blayais pour renforcer les protections de la centrale. Ce plan a comporté la construction d’un talus en périphérie sud et ouest, pour protéger le site contre d’éventuelles infiltrations d’eau dans la digue du Grand Canal d’Alsace, ainsi que la mise en place de protections volumétriques devant certains locaux. Si la rupture de la digue est considérée comme impossible, tant par EDF que par l’ASN, la centrale est toutefois dimensionnée pour subir des fuites très importantes (jusqu’à 12 m3/s). La situation de la centrale sous le canal permet d’envisager éventuellement un refroidissement gravitaire sans pompes, en cas de perte d’alimentation électrique.

A Gravelines, la plateforme de la centrale a été calée à 8,50 m CM (carte marine) à la construction, puis relevée à 9,50 m CM à la suite du retour d’expérience du Blayais. Des modifications des installations ont été réalisées pour faire face au risque d’inondation. L’ASN note que les investigations restent à approfondir sur le risque de tsunami en conséquence d’un éventuel glissement de terrain.

Il serait nécessaire que l’ASN réévalue de la même façon les dispositifs de secours et d’alimentation électrique pour les centrales situées en bord de mer.

Ø La prise en compte du risque de sècheresse

Le risque de sécheresse a été évoqué lors des déplacements de la mission sur plusieurs sites. En réalité, ce risque pose davantage un problème pour la production que pour la sûreté. En effet, les sécheresses sont des phénomènes lents, susceptibles d’être anticipés, au contraire des inondations. La quantité d’eau qu’il faut pour refroidir un réacteur à l’arrêt est faible.

b) Les risques industriels

D’autres risques sont liés à la présence d’activités industrielles à proximité des centrales nucléaires.

Des protections sont prévues contre le risque de marée noire, par exemple à Gravelines et à Fessenheim. D’autres dispositifs sont prévus pour faire face à des risques particuliers dans le cas de Gravelines, qui est située dans une zone industrielle très dense comportant 17 sites classés Seveso seuil haut. Les industriels sont associés de façon étroite dans le cadre de la prévention des risques.

Le centre nucléaire de Gravelines est partie prenante de la démarche d’élaboration des plans de prévention des risques technologiques par les sites industriels Seveso. Les industries sont associées aux exercices de crise réalisés afin d’examiner les interactions entre sites. L’ASN souligne toutefois l’impact fort du scénario de Boil-over10 de bacs d’hydrocarbures proches de la centrale (appontements pétroliers des Flandres) qui pourrait nécessiter des modifications matérielles et organisationnelles.

PRISE EN COMPTE DES RISQUES INDUSTRIELS À GRAVELINES

Risques

Dispositions mises en œuvre sur le CNPE

Risque d’explosion externe d’un méthanier

• Systèmes spécifiques pour protéger les conduits de ventilations

• Portes anti-souffle

• Toiture des Bâtiments Combustibles renforcée (dalle de 60 cm au lieu de 20)

Risque d’incendie généralisé des cuves du stockage pétrolier

• Construction d’une dune entre le CNPE et le site de stockage

• Dispositif spécifique d’arrosage des façades des bâtiments du CNPE exposés à l’onde de chaleur


Source : EDF

2. Le facteur humain

Au-delà des indispensables protections contre les forces naturelles ou industrielles, la sécurité des installations nucléaires suppose aussi d'anticiper les perturbations potentielles induites par les interactions avec l'environnement humain. Ces perturbations d'origine humaine peuvent résulter soit de défaillances involontaires de l'organisation, soit d'actes agressifs intentionnels. 

a) Le suivi des conditions de travail

Le pilotage de toute installation nucléaire doit intégrer en permanence deux contraintes : l’exigence de sûreté maximale, condition du droit à poursuivre l'activité, et l’optimisation de la disponibilité, condition de la rentabilité.

La sûreté, dont l’exploitant est le premier responsable, est indispensable au maintien de la confiance du public dans cette filière ; la disponibilité justifie économiquement la supériorité du nucléaire sur les autres sources de production d’électricité.

Ce double objectif impacte le travail des équipes, qui doivent constamment concilier respect des procédures et contrainte de temps. Il en résulte une tension et une fatigue, qu'il convient de surveiller pour éviter une baisse de vigilance et un risque de défaillance.

La qualité des conditions de travail constitue de ce fait un paramètre de la sûreté des installations. Et c'est là toute la justification de la compétence d'inspection du travail qui est reconnue à l'Autorité de sûreté nucléaire, dans les centrales nucléaires, par l'article 57 de la loi TSN.

Le contrôle exercé à ce titre par l'ASN concerne le respect de la réglementation du travail, la santé, la sécurité et la qualité de l’emploi des salariés d’EDF, de ses prestataires ou sous-traitants. Il est pratiqué lors de la construction, l’exploitation et le démantèlement des centrales nucléaires.

C’est dans ce cadre que l'ASN, suite à une enquête détaillée, a informé le parquet d’une sous-déclaration d'accidents sur le chantier de l'EPR par l’exploitant ou ses sous-traitants.

Dans les installations nucléaires autres que les centrales d'EDF, où l'ASN n'a pas directement cette compétence, elle veille néanmoins à mener son contrôle de sûreté en bonne intelligence avec les services de l'inspection du travail, ne serait-ce qu'au titre d’une nécessaire coordination dans le domaine de la radioprotection.

b) La protection contre les actes de malveillance

Le risque d'actes de malveillance existe vis à vis des installations nucléaires, comme à l'encontre de toute installation stratégique. Cependant, comme l'a rappelé Claude Birraux lors de l'audition publique du 24 mai, il serait pour le moins paradoxal d'indiquer quelles atteintes terroristes sont, ou peuvent être, envisagées et quelles parades sont prévues : « Il faut être totalement naïf, ou totalement de mauvaise foi, pour penser que cette question puisse être traitée publiquement. Il est, en tout cas, hors de question que le prochain rapport de l’Office comporte un manuel du terrorisme nucléaire pour les nuls ».

A l'occasion de la présentation de l'étude de faisabilité, le 14 avril, Christian Bataille avait indiqué que « l’impératif de transparence n’oblige en rien à élaborer publiquement un mode d’emploi à l’attention des terroristes », mais que les travaux de la mission, et en particulier l'audition du 24 mai, relative à la protection du cœur et des circuits critiques des réacteurs, permettrait de « mesurer les conséquences potentielles, d’un point de vue fonctionnel, de tous les types de sinistres pouvant affecter les installations nucléaires, qu’ils soient d’origine naturelle ou humaine ».

En tout état de cause, toute installation nucléaire est protégée par des portiques de sécurité et des procédures d'accès, ainsi que par des dispositifs de détection d'intrusion, comme vos rapporteurs l'ont appris lors de leur visite à la centrale de Gravelines, où des clandestins ont été découverts à l’intérieur d’un camion.

Lors de l'audition du 24 mai, M. Jean-Marc Miraucourt a en outre rappelé qu'une « centrale est automatiquement mise à l’arrêt en cas de déviation de n’importe quel paramètre affectant la sûreté, ce qui vaut aussi bien pour des défaillances matérielles que pour des causes humaines. Un arrêt d’urgence du réacteur se produit ainsi en cas d’action inappropriée : une cinquantaine de cas sont enregistrés chaque année ».

B. – UNE ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ TRÈS COMPLÈTE

Comme exposé à vos rapporteurs lors de l’audition sur « les protections des réacteurs nucléaires », c’est la conception même du réacteur qui constitue la première ligne de défense : dès la phase de projet, il s’agit de recenser les fonctions de sûreté à assurer.

Leur maîtrise garantit en effet la protection de l’homme et de l’environnement contre les effets des accidents. D’autres dispositifs peuvent ensuite être ajoutés lors des contrôles ou des révisions de sûreté par upgrading, c'est-à-dire une mise à niveau constante de l’ensemble des éléments du réacteur hors cuve et enceinte de confinement.

1. Un bouclier multiforme

Pour dimensionner les systèmes de protection, il s’agit tout d’abord de définir la stratégie de défense et de cumuler les lignes, qui peuvent ainsi être multiples et diversifiées.

Il existe trois angles d’approche : la multiplicité des dispositifs de protection (passifs, actifs, ou pilotés par un opérateur), la robustesse des dispositifs (redondance, diversité, et vérification), et le facteur humain (procédures et formation).

a) Les différentes barrières de protection

Nos installations reposent sur trois critères de sûreté : la maîtrise de la réaction nucléaire, l’évacuation de la puissance et le confinement de la radioactivité.

La conception même du cœur des réacteurs à eau pressurisée (REP) français intègre un système de sûreté passive : l’auto-régulation de la puissance du cœur en cas d’augmentation de la puissance nucléaire.

En effet, ces réacteurs ont un coefficient de vide négatif, qui correspond à un auto-contrôle de la réaction nucléaire : si la puissance neutronique augmente, la densité de l'eau diminue, ce qui a pour effet de diminuer la densité du modérateur (l'eau est à la fois caloporteur et modérateur), d'où une diminution de la puissance.

Un coefficient de vide positif correspond à un auto-emballement potentiel du réacteur ; c'est l'un des facteurs qui ont amené à la catastrophe de Tchernobyl.

L’arrêt de la réaction nucléaire est obtenu en faisant varier la quantité de matériaux absorbant les neutrons dans le cœur. Pour cela, deux moyens complémentaires sont disponibles :

- passivement, par l’utilisation des crayons absorbants, ou « grappes de contrôle », qui peuvent être introduits dans le cœur. Généralement utilisées pour réguler la puissance du réacteur, ces grappes peuvent également chuter très rapidement sous leur propre poids en cas de perte d’alimentation électrique.

- piloté par un opérateur, en faisant varier la concentration en acide borique, un absorbant de neutrons dilué dans l'eau primaire. L'acide borique présente l'avantage d'être réparti uniformément dans le volume du cœur, mais sa concentration ne varie pas rapidement.

Les réacteurs français disposent de soupapes automatiques de sécurité sur le circuit du réacteur et sur les générateurs de vapeur. Il est également possible de procéder à une injection d’eau de secours dans le circuit du cœur du réacteur ou dans les générateurs de vapeur.

Le démarrage des générateurs diesels de secours se fait également automatiquement en cas d’interruption de l’alimentation électrique de la centrale.

Il faut toutefois souligner que, à la différence du Japon, le système de détection sismique des centrales françaises ne conduit pas, en cas de dépassement du seuil visé, à une mise à l'arrêt automatique des réacteurs. Le système de détection a pour vocation de donner l’alarme et de transmettre des données afin d'être en mesure de prendre rapidement les dispositions adéquates pour mettre et maintenir les tranches de la centrale dans l'état de repli considéré pour chacune d'elles comme le plus sûr après l'apparition du séisme, ou pour en poursuivre l'exploitation.

b) La robustesse du dispositif

Comme souligné lors de l’audition du 24 mai 2011, la robustesse de ces systèmes de protection repose sur trois principes :

Ø La redondance

Les actions automatiques de protection du cœur, destinées à agir dès les premiers instants d’un accident, sont quadruplées dans le contrôle-commande. Les systèmes de sauvegarde – injections de sécurité, diesels de secours, circuits d’aspersion auxiliaires, circuits de refroidissement des piscines de stockage de combustible – sont doublés, chacun d’eux pouvant assurer, à lui seul, la fonction requise.

Nous verrons (pages 117 et 118) que, dans l’EPR, la redondance de ces systèmes de protection a été encore accrue.

Ø La diversité

Les centrales disposent, en permanence, de cinq sources d’alimentation électrique différentes, dont les diesels de secours. Une seule de ces cinq alimentations est suffisante pour garantir le fonctionnement des matériels de sûreté.

Pour le cas particulier du refroidissement du cœur, outre les cinq sources électriques décrites précédemment, sont également disponibles des turbopompes, fonctionnant grâce à la vapeur produite par le générateur de vapeur lui-même, ce qui permet de se dispenser d’alimentation électrique extérieure.

Ø La vérification

Des vérifications du bon fonctionnement des systèmes de protection sont effectuées en permanence. Ainsi, plus de 2 000 essais destinés à vérifier le bon fonctionnement des systèmes de protection sont réalisés sur chaque réacteur tous les ans, se succédant à intervalles de quelques jours pour les fonctions les plus importantes (la fréquence des essais étant adaptée à la nature et à l’importance de la fonction).

En cas d’indisponibilité d’un système de protection, l’arrêt du réacteur peut être décidé, sous une heure par les systèmes assurant la protection du cœur à court terme.

c) Les piscines d’entreposage

S’agissant des combustibles usés entreposés dans les piscines, l’accident de Fukushima a montré une vulnérabilité d’autant plus préoccupante qu’une piscine peut contenir à un instant donné l’équivalent de plusieurs cœurs de réacteur.

Cette vulnérabilité concerne également les piscines d’entreposage de l’usine de retraitement de La Hague, ainsi que l’ensemble des unités du cycle du combustible qui font de l’entreposage.

Vos rapporteurs considèrent qu’il s’agit d’un point qui devra être pris en compte dans le cadre des évaluations de sûreté conduites par l’ASN au titre du retour d’expérience.

d) Les procédures de conduite et la formation des opérateurs

Ø Les Procédures de conduite

La centrale doit pouvoir être pilotée de manière sûre en situation normale et en situation accidentelle. Pour cela, les exigences et les contraintes à satisfaire sont adaptées selon les types de situation.

• Principes de conduite normale

Les principes de conduite normale recouvrent le fonctionnement en puissance, en suivi de charge, ou l’arrêt et le démarrage du réacteur. Mais ils recouvrent également les évènements non programmés n’entrant pas dans une classification incidentelle ou accidentelle.

Dans ce dernier cas, des conduites particulières doivent être appliquées par l’équipe de conduite en remplacement ou en support des consignes normales.

• Principe de conduite incidentelle ou accidentelle

Les règles de conduite ont pour objet la réduction des conséquences et la sauvegarde du cœur, par des actions à réaliser sur l’installation à partir des informations fournies par l’opérateur.

En cas d’accident grave, c'est-à-dire si la température en sortie de cœur dépasse 650°C, le fonctionnement du réacteur peut exiger une conduite inhabituelle, parfois même en contradiction avec la conduite normale.

Ø La formation du personnel

Les opérateurs bénéficient d’une formation pratique et théorique de 2 ans dispensée par EDF, puis ils rejoignent un réacteur où ils sont encadrés par un opérateur expérimenté pendant une période complémentaire.

L’opérateur bénéficie ensuite de trois semaines de formation par an sur un simulateur, dont la description est faite plus en détail (page 87).

Mais la consolidation de la sûreté ne passe pas uniquement par les dispositions prises par les industriels et l’exploitant, elle se base également sur un arsenal de contrôle et de réexamen exigeant, couvrant l’ensemble des composantes de la filière.

2. Une surveillance étendue

Le contrôle de sûreté ne se cantonne pas aux centrales nucléaires proprement dites. Selon l’article 1er de la loi du 13 juin 2006 dite TSN, il s’étend à toutes les « installations nucléaires de base », identifiées par décision de l’ASN, la dernière liste en ayant été établie au 31 décembre 2010 par la décision n° 2011-DC-0204 (cf annexe n°5).

a) Le contrôle de toutes les composantes de la filière

Cette liste intègre d’abord tous les réacteurs nucléaires, même lorsqu’ils n’appartiennent pas à ce qu’on appelle communément une “centrale nucléaire” et qu’EDF nomme un « Centre Nucléaire de Production d'Electricité » (CNPE). En particulier, cela concerne les réacteurs de recherche, généralement de plus petite puissance que les réacteurs destinés à produire de l’électricité, qui sont utilisés pour des expérimentations, comme Phébus et Minerve sur le site du CEA à Cadarache. Le futur réacteur Jules Horowitz, actuellement en construction sur le même site, est destiné tout à la fois à la recherche et à la production de radionucléides à finalité médicale. De son côté, l’IRSN dispose pour certaines de ses recherches du réacteur Cabri.

A côté des réacteurs nucléaires, l’article 28 de la loi dite TSN mentionne également au nombre des installations nucléaires de base les installations “de préparation, d’enrichissement, de fabrication, de traitement ou d’entreposage de combustibles nucléaires”. Cela vise, en amont de la combustion en réacteur, l’usine Comurhex qui fabrique l’hexafluorure d’uranium utilisé pour l’enrichissement de l’uranium; les installations Georges Besse I et Georges Besse II qui réalisent cet enrichissement selon deux technologies différentes, et que la mission parlementaire a visité lors de son déplacement au Tricastin, le 27 mai; enfin, les usines de fabrication de combustibles comme celle de Roman pour les combustibles usuels, ou l’usine Melox à Marcoule pour le combustible MOX. Le magasin interrégional de Chinon fournit l’exemple d’un centre d’entreposage d’EDF pour les combustibles neufs.

L’article 28 de la loi TSN vise encore, à l’aval de la combustion en réacteur, les installations de traitement, d’entreposage ou de stockage de déchets radioactifs. Cela concerne au premier chef l’usine de La Hague, visitée par la mission parlementaire le 20 mai, qui traite les combustibles nucléaires usés de manière à séparer l’uranium restant (96% de la masse), le plutonium (1% de la masse), et les déchets de haute activité à vie longue (3% de la masse).

En fin de cycle, les centres d’entreposage et de stockage des déchets radioactifs sont aussi des installations nucléaires de base soumises au contrôle de sûreté. Cela concerne par exemple, pour l’entreposage, le centre ICEDA du CEA à Cadarache. Quant aux centres de stockage, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) en gère trois : le centre de la Manche, dont l’exploitation est terminée depuis 1994, et qui a été placé en régime de surveillance depuis 2003; le centre de l’Aube pour les déchets de faible et moyenne activité, exploité depuis 1992; le centre de Morvilliers pour les déchets de très faible activité, exploité depuis 2003.

Les installations arrêtées demeurent soumises au contrôle de sûreté tant qu’elles n’ont pas été démantelées. C’est le cas notamment du réacteur de Brennilis, arrêté en 1985; du réacteur Superphénix, arrêté en 1998; ou du réacteur de recherche Phénix, arrêté fin 2009.

Enfin, l’article 28 de la loi TSN précise que tous les « transports de substances radioactives » relèvent du contrôle de sûreté. Cela inclut évidemment les transports entre les unités de fabrication ou d’exploitation aux différents stades de la production et de l’utilisation du combustible nucléaire : de la fourniture initiale en uranium à l’envoi final vers les centres d’entreposage ou de stockage des déchets nucléaires.

b) La couverture d’activités connexes

Mais le champ du contrôle de sûreté s’étend au-delà de la filière nucléaire, d’une part, parce qu’il concerne toute utilisation de sources radioactives, d’autre part, parce qu’il remonte jusqu’au stade de la fabrication des pièces mécaniques essentielles utilisées par l’industrie nucléaire.

Ø L’unification du contrôle de sûreté et de radioprotection

Le contrôle de sûreté s’étend, au-delà de la filière nucléaire, à toutes les activités industrielles ayant recours à la gammagraphie, notamment à des fins de vérification des soudures. Toutes les activités de recherche utilisant des radionucléides sont également soumises à ces mêmes pouvoirs de contrôle, y compris lorsque l’objet de la recherche n’a aucun lien avec l’énergie nucléaire : en particulier, les laboratoires hébergeant un accélérateur de particules, comme le LURE à Orsay, sont soumis au régime des installations nucléaires de base.

Enfin, tous les établissements de recherche ou de soin exploitant les possibilités de la médecine nucléaire ou des rayonnements ionisants sont aussi soumis au contrôle de l’autorité de sûreté. Dès son premier rapport d’activité pour l’année 2007, correspondant à la première année de l’extension de ses compétences au monde médical, l’Autorité de sûreté nucléaire a d’ailleurs émis des inquiétudes quant aux conditions de sûreté dans les centres de radiologie et de radiothérapie, au regard des pratiques de référence dans l’industrie nucléaire; du reste, malgré les efforts du ministère en charge de la santé, la question reste d’actualité.

Ø Le contrôle des équipements sous pression

La mission parlementaire a visité, le 16 mai, les usines Areva du Creusot et de Chalon qui fabriquent les pièces mécaniques essentielles des réacteurs nucléaires, en particulier la cuve, les générateurs de vapeur, les pressuriseurs.

Les parlementaires présents ont pu mesurer l’importance du maintien d’un savoir-faire à travers le spectacle prométhéen des forges du Creusot et de l’usine de Saint-Marcel. Au-delà de l’intérêt évident de maintenir en France des spécialités indispensables pour l’autonomie de notre industrie, il est tout aussi évident que le contrôle qualité et le haut niveau d’exigence de sûreté sont beaucoup mieux contrôlés que dans l’hypothèse de commandes auprès d’industries étrangères.

Dans ces deux usines, 500 composants lourds ont été fabriqués depuis 1975, permettant d’équiper l’ensemble des réacteurs du parc français.

Cette visite a d’abord permis de mesurer l’importance du choix nucléaire de la France pour le développement du tissu économique national. Avec ces deux usines, notre pays a préservé jusqu’aujourd’hui une compétence d’industrie lourde de haute précision, l’usine du Creusot assurant la forge des pièces à partir de lingots d’acier pesant plusieurs centaines de tonnes, et l’usine de Chalon / Saint Marcel équipant et montant ces pièces pour aboutir au composant achevé, prêt à l’expédition à partir d’une sortie donnant directement sur un embarcadère, pour un transport par péniche sur la Saône. Au total, c’est un millier d’emplois qui sont concernés11. Les composants sont expédiés dans le monde entier, jusqu’aux Etats-Unis et en Chine, car ces usines ont peu de concurrents à l’échelle internationale, sinon au Japon.

Mais cette visite a permis aussi de constater la prégnance du contrôle de sûreté bien en amont de l’industrie nucléaire. Car ce contrôle s’applique dès le stade de la fabrication pour les pièces essentielles du réacteur.

Les équipements sous pression (ESP) sont soumis à une pression de 155 bars, et fonctionnent en outre à haute température (environ 300°C). Ils jouent un rôle critique dans la sûreté d'un réacteur à eau pressurisée, puisqu'ils contribuent au confinement de l'eau du circuit primaire en contact avec le réacteur, et assurent la circulation de l'eau servant au refroissementr du coeur.

L'importance de leur contrôle, dès le stade de leur fabrication, a justifié la création par les instances en charge de la sûreté nucléaire, dès le milieu des années 70, d'une unité spécifique, basée à Dijon, aujourd'hui la Direction des équipements sous pression. Outre les deux usines du Creusot et de Chalon, en Saône-et-Loire, elle a la responsabilité du contrôle de l'usine Valinox à Montbard, en Côte d'Or, qui fabrique les tubes des générateurs de vapeur.

Le contrôle sur la fabrication des pièces suppose en amont une attention portée à la conception, c'est à dire à la stratégie choisie pour obtenir la forme voulue avec les performances de résistance requises, et, en aval, une surveillance des dispositifs de mesure et de correction prévus, en cours de fabrication, pour respecter le cahier des charges.

Une documentation suit chaque pièce; elle doit recevoir une signature de validation d'un inspecteur de l'autorité de sûreté à chaque nouvelle étape de conception, puis de fabrication.

Lorsqu'une pièce d'un réacteur français est fabriquée à l'étranger, notamment au Japon s'agissant du corps des cuves, les agents de la Direction des équipements sous pression vont effectuer le contrôle sur place, en liaison avec les autorités de sûreté locales. En juillet 2008, une inspection a ainsi détecté un écart sur deux anneaux de jointure (viroles) destinées à l'EPR de Flamanville, et l'Autorité de sûreté a demandé au sous-traitant italien de recommencer leur fabrication.

La base juridique du contrôle des équipements sous pression est la directive 97/23/CE du Parlement européen et du Conseil, du 29 mai 1997, relative au rapprochement des législations des États membres concernant les équipements sous pression, telle que mise en application par l'arrêté du 12 décembre 2005, qui adapte la réglementation des équipements sous pression conventionnels, au contexte de la sûreté nucléaire.

En dépit de toutes les garanties internationales, vos rapporteurs estiment que quand la sûreté des installations, et à plus long terme celle des populations, est en cause, l’intégration au plus près des industries de fabrication des éléments de réacteurs s’avère très souhaitable.

La mission de la Direction des équipements sous pression s'étend en outre au suivi des équipements lorsqu'ils sont en fonctionnement, ce qui implique l'examen des programmes de suivi en service, la vérification des programmes de surveillance du vieillissement, et l'organisation, lors des visites décennales, des mises à l'épreuve hydraulique.

Le suivi du vieillissement est assuré par le prélèvement (et l'examen) périodique d'échantillons intégrés à dessein dans la structure, dès la fabrication. La présence a priori de ces échantillons constitue donc un requis rédhibitoire pour la validation d'un équipement sous pression.

Pour assurer le suivi le plus continu possible des opérations soumises à contrôle, la Direction des équipements sous pression recourt à des organismes habilités, principalement Apave Groupe et Bureau Veritas, qui font eux-mêmes l'objet d'inspections périodiques de la part de l'Autorité de sûreté nucléaire; cela permet à cette Direction, dotée d'un effectif limité (27 personnes), de se réserver les interventions de contrôle les plus critiques.

Ainsi, au cours de la visite du 16 mai, les membres de la mission ont pu voir le chantier de reprise intégrale de la centaine de soudures fixant les tubes tranversant le couvercle de la cuve, suite à la détection par l'Autorité de sûreté de défauts dans ces soudures. L'Autorité de sûreté a imposé que trois nouvelles soudures soient effectuées entièrement en présence d'inspecteurs appartenant à un organisme habilité, pour que ceux-ci puissent vérifier la qualité de mise en oeuvre du nouveau procédé utilisé.

C. – UN DISPOSITIF DE GESTION EN CONSTANTE AMÉLIORATION

Les axes selon lesquels ces avancées permanentes de la sûreté peuvent s'opérer sont multiples, d'ordre technologique ou organisationnel. On peut cependant en identifier trois principaux : la consolidation des procédures de contrôle; l'amélioration des mécanismes de transparence; l'affinage des schémas opérationnels de gestion de crise.

1. La consolidation du contrôle de sûreté

La consolidation des contrôle de sûreté passe d'une part, par la densification du nombre des acteurs de contrôle, et d'autre part, par le relèvement constant du degré d'exigence dans la protection.

a) Un contrôle géré désormais à trois niveaux

L'article 2 de la loi TSN du 13 juin 2006 rappelle sans ambiguïté que la responsabilité ultime de la sûreté repose sur l'exploitant, en application du principe pollueur-payeur. Celui-ci assure donc le premier niveau de contrôle.

Il en résulte que les trois exploitants français se sont dotés, chacun à leur manière, d'un dispositif interne de contrôle de la sûreté, qu'ils ont présenté au cours de l'audition publique du 31 mai.

Les trois exploitants désignent au sein de chacune de leur unité, une personne en charge de la sûreté, qui dispose d'un droit d'accès spécifique au responsable de l'unité, sur une base quotidienne au moins, et d'un devoir d'alerte auprès de lui, sitôt qu'il identifie une difficulté liée à la sûreté. Le schéma reprend à peu près le modèle du délégué du personnel, qui peut saisir son employeur de questions d'hygiène et de sécurité en faisant usage de son droit d'alerte.

EDF ajoute à ce schéma une inspection générale doublant la hiérarchie de l'entreprise, et rattachée directement au président. M. André-Claude Lacoste, président de l'Autorité de sûreté nucléaire a souligné, au cours de l'audition du 31 mai, l’intérêt que suscitait, en raison de sa liberté de ton, le rapport annuel de l’inspecteur général, lorsqu’il était présenté, à la demande de l’ASN, en appui au rapport français dans le cadre de la revue de la Convention sur la sécurité nucléaire, tous les trois ans.

Le deuxième niveau de contrôle de la sûreté, qui vise à vérifier que l'exploitant remplit bien ses obligations de sûreté, et donc, d'une certaine façon, à surveiller la qualité du premier niveau de contrôle, est constitué par les autorités publiques. La principale en est évidemment l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), telle qu'instituée par la loi TSN du 13 juin 2006; l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) intervient aussi à ce niveau, en tant qu'appui scientifique et technique de l'ASN.

La loi du 13 juin 2006 confère à l’autorité de sûreté française un statut d’autorité administrative indépendante, garanti notamment par l’inamovibilité des membres du collège (sauf cas de manquement grave), et l’impossibilité du renouvellement du mandat, qui dure six ans.

Au delà des pouvoirs accordés en pleine indépendance à l'Autorité de sûreté nucléaire, l'Etat conserve une compétence d'intervention très large, voire ultime, en matière de sûreté, ainsi que le rappelle le II de l'article 1er de la loi TSN : « L’État définit la réglementation en matière de sécurité nucléaire et met en oeuvre les contrôles visant à l’application de cette réglementation ». En particulier, l'État conserve la capacité pleine et entière d'autoriser ou au contraire d'arrêter une installation nucléaire de base.

Le contrôle public n'a d'aucune manière vocation à se substituer au contrôle de l'exploitant. Il a pour objet d'identifier des risques potentiels, d'inviter l'exploitant à proposer des solutions techniques, de valider la solution qui paraît la mieux adaptée, et enfin d'en vérifier la bonne mise en oeuvre.

Le troisième niveau de contrôle résulte du supplément de surveillance induit par les progrès de la coopération internationale en matière de sûreté.

Vos rapporteurs ne voient nullement dans la montée en puissance progressive de cette coopération le germe d'une organisation supranationale ayant vocation à prendre à terme le relais des contrôles publics nationaux. En revanche, ils se réjouissent de l'apport qu'un croisement des approches et des expériences peut avoir pour le renforcement de la sûreté.

La dimension internationale de tout accident nucléaire suggère de prime abord l'idée d'établir des normes internationales de sûreté dont le respect serait garanti par une surveillance elle aussi internationale. Cette idée est intellectuellement satisfaisante, mais elle ne prend pas en compte la réalité des relations diplomatiques. D'une part, la souveraineté des Etats demeurera toujours un obstacle potentiel à des contrôles efficaces; il faut que les Etats acceptent explicitement des contrôles étrangers pour qu'ils soient possibles. D'autre part, le jeu des relations diplomatiques implique des recherches d'équilibre entre intérêts nationaux divergents, qui sont contradictoires avec la rigueur absolue que suppose la sûreté nucléaire.

Le sort qui sera donné au résultat des évaluations de sûreté  stress tests ») des 143 réacteurs nucléaires européens va en donner l'illustration : une fois les tests réalisés sur une base objective commune, un classement des réacteurs par ordre de fragilité décroissante au regard des objectifs de sûreté deviendra possible, et des décisions devront être prises en commençant par les réacteurs les plus exposés à des risques.

Or l'intégralité du parc nucléaire de certains pays membres est un héritage de l'ancien monde socialiste, qui s'est dramatiquement distingué par l'accident de Tchernobyl. Les instances européennes auront-elles la fermeté nécessaire pour exiger l'arrêt de tous les réacteurs identifiés comme insuffisamment sûrs, même si cet arrêt prive un pays membre d'une part importante de sa fourniture d'électricité ? Il est fort probable que des aménagements transitoires seront discutés. A l'inverse, un Etat peut imposer unilatéralement l'arrêt d'une installation implantée sur son territoire.

Par ailleurs, l'expérience prouve que la consistance d'une organisation internationale dépend souvent de l'alchimie complexe qui préside à la nomination de ses dirigeants et de ses agents, laquelle répond nécessairement à des besoins d'équilibre entre les nations participantes; or les quotas de nationalité, par construction, ne permettent pas toujours de garantir le plus haut degré d'excellence. A l'inverse, une autorité de sûreté nationale peut se voir garantir, comme en France, un statut d'indépendance, au niveau de ses dirigeants comme de ses effectifs, qui lui permet de remplir sa mission au meilleur niveau, et sans aucune concession.

Si l'on peut avoir de sérieux doutes sur la pertinence d'une centralisation mondiale de la gestion de la sûreté, en revanche, il est absolument certain qu'un renforcement de la coopération internationale, sous quelque forme que ce soit, constitue un atout supplémentaire pour la sûreté. Car plus le nombre de regards indépendants se croisent, meilleure est la détection des défauts.

Or la coopération internationale en matière de sûreté se renforce à trois niveaux : celui des exploitants, qui se sont organisés pour s'épauler dans leur activité de contrôle interne; celui des organisations internationales, qui mettent en oeuvre la volonté de coopérer des Etats; enfin, celui des autorités de sûreté.

En réaction à l’accident de Tchernobyl, les exploitants nucléaires mondiaux se sont regroupés au sein de la World Association of Nuclear Operators (WANO), qui compte 100 compagnies membres, couvrant au total 441 réacteurs. Elle dispose de quatre bureaux régionaux à Atlanta, Paris Tokyo, Moscou. Cette association, qui s’appuie sur un effectif de 150 ingénieurs détachés par les opérateurs, est aujourd’hui dirigée par M. Laurent Stricker, venu la présenter au cours de l’audition du 31 mai. WANO conduit des inspections croisées, avec une fréquence moyenne d’une inspection tous les six ans par réacteur. Ces inspections visent aussi les réacteurs à l’arrêt, tant qu’ils hébergent du combustible. Une quarantaine d’inspections est réalisée par an, chacune mobilisant une quinzaine d’ingénieurs. L’association se concerte avec les autres instances de contrôle nationales et internationales, pour intervenir en complément des autres inspections. Un des aspects auxquels l’association prête une attention particulière est l’intégration des retours d’expérience des accidents. M. Laurent Sticker a souligné que la France était en position de pointe s’agissant de l’intégration des enseignements techniques de l’accident de Three Mile Island.

Parmi les organisations internationales en charge des questions nucléaires, l’Agence de l’énergie nucléaire de l’OCDE (AEN) intervient surtout en tant que diffuseur des bonnes pratiques en ce qui concerne les bases scientifiques, technologiques et juridiques de la gestion de la sûreté dans les pays membres. C’est une instance d’échanges d’informations et d’expériences, qui a pris l’initiative d’une conférence ministérielle, le 7 juin, sur les leçons de l’accident de Fukuhima pour la sûreté nucléaire, suivi le lendemain d’un forum plus technique impliquant les opérateurs et les autorités de sûreté.

L'AEN assure le secrétariat du MDEP (Multinational Design Evaluation Program). Ce programme est une initiative multinationale en vue de développer des approches innovantes afin de mutualiser les ressources et les connaissances des Autorités de sûreté qui auront la responsabilité de l'évaluation réglementaire de nouveaux réacteurs. Ce programme, axé sur la sûreté, est un forum de coopération multinationale travaillant dans le cadre des analyses de sûreté des réacteurs de puissance et orienté vers la convergence des normes de sûreté et vers leur mise en oeuvre.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est une organisation rattachée aux Nations Unies. M. Denis Flory, Directeur général adjoint en charge du département de la sûreté et de la sécurité nucléaire, a indiqué, au cours de l’audition du 31 mai, que l’Agence intervenait en matière de sûreté à la fois en établissant des normes, et en réalisant des inspections et des audits.

Au niveau du cadre normatif, l’AIEA est à l’origine de cinq conventions internationales concernant respectivement : la protection physique des matières nucléaires (adoptée en 1980); l’assistance en cas d’accident nucléaire (adoptée en 1986, l’année de Tchernobyl); la notification rapide d’un accident nucléaire (adoptée en 1986); la sûreté nucléaire (adoptée en 1994); la convention commune sur la sûreté de la gestion du combustible et sur la sûreté de la gestion des déchets radioactifs (adoptée en 1997). Sur ces bases, l’AIEA produit des normes de sûreté, qui se déclinent en trois catégories : les principes fondamentaux, les prescriptions de sûreté, les guides de sûreté. M. Denis Flory a souligné que la constitution de cet ensemble de règles de référence permettait d’accélérer la mise en place du cadre organisationnel et législatif adéquat dans les pays nouvellement venus à l’énergie nucléaire.

L’activité de contrôle de l’AIEA prend essentiellement la forme des missions OSART (Operational Safety Review Team, mission d'examen de la sûreté en exploitation) qui concernent, non pas les réacteurs, mais les centrales dans leur ensemble, et mobilisent des équipes d'experts provenant d'Autorités de sûreté nucléaire de pays tiers. Toutes les centrales nucléaires françaises ont été soumises au moins une fois à une mission OSART. Au total, 159 missions OSART ont été conduites dans le monde entre 1983 et 2010.

Les missions d'audit IRRS (Integrated Regulatory Review Service) s’appliquent aux autorités de sûreté, et visent à évaluer les modes d’organisation et les pratiques de celles-ci, notamment en matière de réglementation, de contrôle et d'information du public. La mission est composée là encore d'experts provenant d'autorités de sûreté nucléaire de pays tiers. Elle auditionne des responsables, et suit des inspections sur le terrain. L’Autorité de sûreté nucléaire française a fait l’objet d’un audit IRRS en novembre 2006, à l’aube de sa mise en place sur les bases de la loi TSN. La mission était composée de seize experts des autorités de sûreté de Corée du Sud, de Russie, de Nouvelle-Zélande, et de divers pays d’Europe et d’Amérique du Sud. Elle a observé des points forts comme un système d’inspections bien développé et complet, notamment pour ce qui concerne l’élaboration de programmes annuels d’inspections, la préparation et la réalisation des inspections ; elle a formulé quelques recommandations, concernant notamment la poursuite de l’amélioration de la gestion des situations post-accidentelles.

L’AIEA organise sur le même modèle des audits Transas (Transport Safety Appraisal Service), qui visent à évaluer l’organisation d’un pays pour le transport des matières radioactives et l'application de la réglementation internationale. La France a fait l’objet d’une mission Transas en 2004, qui a identifié de bonnes pratiques concernant le transport maritime et la préparation aux situations d'urgence. Une mission de suivi en 2006 a constaté que les recommandations qui avaient été formulées étaient mises en œuvre.

A côté des inspections de WANO et des missions de l’AIEA, une autre dimension du contrôle international se développe de manière moins systématique, sur le modèle du « club », ce qui n’enlève rien à son efficacité : il s’agit des opérations conjointes, multilatérales, des autorités de sûreté.

Celles-ci se regroupent au sein de deux associations informelles : l’Association internationale des responsables d'autorités de sûreté nucléaire (INRA), l’Association de responsables d'autorités de sûreté nucléaire des pays d'Europe de l'Ouest (WENRA).

Leur coopération s’appuie d’abord sur des échanges bilatéraux de personnel. Tous les continents sont concernés par ces échanges, mais l’Europe, pour des raisons de proximité, y prend assez logiquement la part principale. Il peut s’agir d’inspections conjointes, de missions courtes ciblées sur un thème, ou de missions longues d’immersion complète au sein de l’Autorité de sûreté étrangère. Ces échanges tissent des liens humains qui facilitent ensuite les coopérations institutionnelles.

L’esprit de club a conduit plusieurs autorités de sûreté nationales concernées par un même sujet à émettre publiquement une recommandation conjointe : ce fut le cas pour les autorités française, finlandaise, britannique à propos du contrôle-commande de l’EPR en novembre 2009.

Au total, les progrès de la coopération internationale assurent une dimension supplémentaire au contrôle de sûreté, qui ne cesse ainsi de s’améliorer et de se renforcer.

b) Un renforcement constant de l’exigence de sûreté

L’organisation du dispositif de sûreté incite les opérateurs à aller toujours plus avant dans l’amélioration des mécanismes de sûreté. Cette incitation se manifeste particulièrement au travers de trois processus : les visites décennales, le retour d’expérience, la recherche scientifique.

Bien que pratiquées antérieurement, les visites décennales, plus précisément appelées « réexamens de sûreté », ont vu leur principe et leurs modalités confirmés par l'article 29 de la loi TSN. Elles constituent l’une des pierres angulaires de la politique de contrôle de l’ASN.

Elles visent d'abord à « apprécier la situation de l’installation au regard des règles qui lui sont applicables ». Ainsi, l’exploitant s’assure que l'installation respecte bien la réglementation et les exigences de sûreté définies par les concepteurs (appelé « référentiel de sûreté »).

Elles visent ensuite à « actualiser l’appréciation des risques ou inconvénients que l’installation présente (...) en tenant compte notamment de l’état de l’installation, de l’expérience acquise au cours de l’exploitation, de l’évolution des connaissances et des règles applicables aux installations similaires ». Il s’agit alors pour l’exploitant de mettre en œuvre des contrôles en profondeur et des modifications matérielles, dans le but de maintenir le niveau de sûreté, voire de l’améliorer. La comparaison avec les installations neuves, en particulier, permet d'identifier les éventuelles améliorations.

C'est à l'exploitant d'indiquer, dans un rapport, « les dispositions qu’il envisage de prendre pour remédier aux anomalies constatées ou pour améliorer la sûreté de son installation (...) Après analyse du rapport, l’Autorité de sûreté nucléaire peut imposer de nouvelles prescriptions techniques ». Le but est de porter la sûreté au niveau des « meilleures pratiques internationales ». Il s'agit d'assurer une mise à niveau des équipements.

La visite de la mission à Fessenheim, le 10 juin, a permis de constater que la troisième visite décennale du réacteur n°1, entre octobre 2009 et mars 2010, avait donné des premiers résultats suffisamment satisfaisants pour permettre une reprise du fonctionnement, en attendant les conclusions de l'examen approfondi devant décider de la poursuite de l'exploitation. Ces conclusions devraient être rendues publiques dès l’été 2011.

Le retour d'expérience est lié à la prise en compte des enseignements techniques de tous les « événements significatifs » qui interviennent de façon inopinée en France ou à l'étranger, c'est à dire les incidents de niveau plus ou moins élevé qui se produisent dans l'installation même ou une installation similaire, voire les accidents lointains, comme ceux de Three Mile Island, Tchernobyl ou Fukushima.

En vertu de l'article 54 de la loi TSN, chaque « événement significatif », doit être déclaré à l’autorité de sûreté. En retour, celle-ci s’assure que tous les événements qui ont un impact sur la sûreté nucléaire, la radioprotection et la protection de l’environnement, soient corrigés dans des délais acceptables.

L'exploitant doit transmettre dans les deux mois une analyse détaillée des causes de l’événement ainsi que la liste des actions correctives mises en œuvre. L’ASN peut également faire procéder à une analyse approfondie et indépendante par son appui technique pour les événements significatifs les plus notables : ceux qui paraissent les plus marquants, ceux qui ont tendance à se répéter ou ceux qui touchent l’ensemble des centrales nucléaires.

L’ASN examine la manière dont l’exploitant prend en compte les anomalies détectées et met en œuvre le retour d’expérience. Plus un problème porte atteinte à la sûreté, plus il doit être traité rapidement. Si elle le juge nécessaire, l’ASN peut exiger la mise à l’arrêt de l’installation tant que la réparation n’est pas effectuée.

Elle veille également à ce qu’il tire les enseignements des événements significatifs survenus à l’étranger. En l'occurrence, ce sera précisément l'enjeu des "évaluations complémentaires de sûreté" demandées par le Premier ministre le 23 mars, et conduites en cohérence avec le programme des évaluations de sûreté (« stress tests ») demandées par le Conseil européen des 24 et 25 mars, de recueillir les propositions des exploitants pour une « réévaluation ciblée des marges de sûreté des installations nucléaires à la lumière des événements qui ont eu lieu à Fukushima », c'est-à-dire en cas de phénomènes naturels extrêmes, susceptibles de se cumuler.

La recherche scientifique contribue par ses résultats à faire progresser la sûreté nucléaire et la radioprotection. Elle peut faire émerger de nouvelles solutions techniques offrant un meilleur degré de protection contre les anomalies. Elle permet également de mieux comprendre et apprécier la gravité des risques associés à l’exploitation des centrales nucléaires.

L'effort consacré à la recherche par le producteur d’électricité français reste à un niveau élevé, en raison de son intérêt pour la prolongation de la durée de vie des réacteurs, qui offre la perspective d'une exploitation très rentable, puisque poussée au-delà de la période requise pour l'amortissement de l'investissement initial. L’entreprise poursuit ainsi des recherches sur le vieillissement des matériaux afin de mieux comprendre la manière dont se dégrade l’acier des cuves contenant le cœur radioactif des réacteurs.

2. Les progrès continus de la transparence

Bien qu’elle soit issue de la création, en 1945, d’un commissariat - devenu depuis le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives - chargé d’assurer la recherche sur l’utilisation de l’énergie nucléaire, tout à la fois dans les domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale, la filière nucléaire française est cependant longtemps restée marquée par une culture du secret, propre à la sphère militaire.

a) Une composante essentielle de la sûreté

Après plus d’un demi-siècle, la France est pourtant aujourd’hui considérée, ainsi que vos rapporteurs ont pu l’entendre lors de l’audition du 16 juin 2011, comme l’un des pays les plus avancés - sinon le plus avancé - en matière de transparence nucléaire. Cette profonde évolution résulte d’une prise de conscience progressive mais irreversible du caractère indissociable de la sûreté et de la transparence dans le domaine nucléaire. Cette prise de conscience a conduit le Parlement à traiter ces deux sujets dans le cadre de la loi du 13 juin 2006 sur “la transparence et à la sécurité en matière nucléaire”, dite loi TSN.

Celle-ci définit la transparence en matière nucléaire comme
« l’ensemble des dispositions prises pour garantir le droit du public à une information fiable et accessible en matière de sécurité nucléaire »
. Elle institue pour tout citoyen un véritable droit à l’information « sur les risques liés aux activités nucléaires et leur impact sur la santé et la sécurité des personnes ainsi que sur l’environnement ».

Cette obligation d’information du public, concerne notamment les exploitants d’installations nucléaires qui sont soumis, également sur ce plan, au contrôle rigoureux de l’Autorité de sûreté nucléaire. Mais l’ASN ne se borne pas à contrôler l’application effective de la transparence par les exploitants, elle se l’est imposée à elle-même, en publiant sur son site Internet, toutes ses lettres de suite d’inspection, à l’exception de celles relatives à l’inspection du travail dans les centrales nucléaires. Tout citoyen peut ainsi prendre connaissance des constats, positifs ou négatifs, effectués par les inspecteurs de l’ASN lors des contrôles d’installations nucléaire.

La loi du 13 juin 2006 a également donné un cadre législatif plus satisfaisant aux Commissions locales d’information (CLI) jusqu’alors régies par une simple circulaire datant de 1981. La loi dispose qu’auprès « de tout site comprenant une ou plusieurs installations nucléaires ... est instituée une commission locale d'information chargée d'une mission générale de suivi, d'information et de concertation en matière de sûreté nucléaire ». Nommés par le président du Conseil général qui est aussi celui de la CLI, les membres comprennent des élus, des représentants d'associations de protection de l'environnement, des intérêts économiques et d'organisations syndicales et des professions médicales, ainsi que des personnalités qualifiées.

Ce caractère pluraliste permet aux CLI d’assurer leur mission de surveillance avec une particulière acuité, en se plaçant, pour examiner les problèmes locaux, à divers points de vue. Il constitue également, aux yeux du public, une garantie d’indépendance des CLI vis-à-vis de tel ou tel groupe particulier. En cela, il facilite considérablement la communication avec les populations. Lors des différentes visites de sites réalisées dans le cadre de la première partie de la mission, vos rapporteurs ont tenu à rencontrer les représentants de Commissions locales d’information, afin de bénéficier de leur avis de proximité sur les conditions de sûreté des installations nucléaires. A cette occasion, nous avons pu constater l’investissement que nécessitait, au niveau local, l’animation d’une CLI ainsi que l’importance, pour le maintien de la sûreté des installations, d’une vigilance rapprochée, en contact direct avec les populations concernées.

La loi est aussi à l’origine de la création du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN). C’est une instance d'information, de concertation et de débat sur les risques liés aux activités nucléaires et l'impact de ces activités sur la santé des personnes, sur l'environnement et sur la sécurité nucléaire.

Il comprend des représentants des Commissions locales d’information, d'associations de protection de l'environnement, d'organisations syndicales, d’industriels du nucléaire, de l’ASN et de l’IRSN, ainsi que de scientifiques et de parlementaires. Son caractère pluraliste, loin de constituer un obstacle à son efficacité, lui permet d’assurer une investigation poussée sur des sujets complexes, et de fournir ainsi au public des réponses complètes et crédibles sur des questions relevant de la sûreté nucléaire.

Ainsi, le progrès de la transparence en matière de sûreté nucléaire se fonde sur le double principe de l’indépendance et du pluralisme des instances qui en sont chargées, au niveau national comme au niveau local.

b) Les bonnes pratiques

Si vos rapporteurs considèrent que des progrès importants ont été accomplis, ces vingt dernières années, en matière de transparence, c’est aussi qu’ils ont pu le constater, à plusieurs reprises, au travers de résultats objectifs, par exemple en période de crise, ou encore pour la gestion des matières et déchets radioactifs.

Sur ce premier point, les polémiques survenues concernant les conditions d’information sur la catastrophe de Tchernobyl en 1986, plus particulièrement les critiques relatives à l’opacité sur l’ampleur des retombées radioactives, ont profondément et durablement ébranlé la confiance de la population française. Vingt-cinq années plus tard, ce traumatisme continue à alimenter la méfiance du public vis-à-vis de l’information officielle sur le risque nucléaire, méfiance parfois exploitée à mauvais escient pour contester des faits avérés ou les résultats de mesures scientifiques pourtant rigoureuses.

Conscients de ces difficultés, l’ASN et l’IRSN ont mobilisé, dès l’annonce de la catastrophe de Fukushima-Daiichi, une cellule de crise, afin d’assurer la meilleure information possible, dès le 11 mars, sur le déroulement des événements au Japon, puis, à partir du 26 mars, sur les retombées radioactives en France. Comme l’a rappelé le président de l’ASN, à l’occasion de l’audition du 16 juin 2011, le recueil d’informations sur l’évolution de la situation au Japon n’allait pourtant pas de soi, s’agissant d’un pays confronté à une crise humanitaire majeure, résultant d’un puissant séisme suivi d’un tsunami, lesquels ont causé plusieurs dizaines de milliers de victimes, dévasté des villes entières et désorganisé les moyens de communication et de transport. Qui plus est, le sinistre ayant détruit l’essentiel des moyens de mesure sur le site de la centrale, l’exploitant TEPCO et l’autorité de sûreté japonaise, accaparés par la gestion de la crise, ne disposaient eux-mêmes que de données parcellaires sur l’état des installations.

Malgré ces obstacles, forts des relations tissées avec leurs homologues étrangers et de leur expertise, l’ASN et l’IRSN ont contribué à une meilleure évaluation de l’ampleur de l’accident nucléaire et de son impact sur l’environnement au Japon et, au delà, dans l’hémisphère Nord. Ainsi, le reclassement de cet accident par l’ASN, dès le 15 mars, du niveau 5 au niveau 6 de l’échelle INES, ou encore la modélisation de la dispersion des radio-éléments publiée, à partir du 19 mars, par l’IRSN, ont bénéficié d’un large écho dans la presse internationale. Surtout, ces efforts de collecte et d’analyse de l’information disponible, ainsi que de communication à destination des médias et du public ont permis à nos concitoyens de mesurer la gravité de ces événements et de mieux apprécier leurs conséquences radiologiques limitées en France.

Vos rapporteurs souhaitent saluer à ce titre le personnel de l’IRSN qui, par la qualité et la clarté de ses communiqués, ainsi que la précision des réponses qu’il a su apporter lorsque l’honnêteté de son travail a été mise en cause, a contribué à rassurer la population française en faisant démonstration de compétence, de rigueur et de transparence.

Tout comme pour la transparence en période de crise, vos rapporteurs considèrent encourageante la progression de la transparence sur la gestion des déchets radioactifs. L’Office parlementaire a d’ailleurs contribué à cette évolution positive au travers des huit rapports qu’il a consacrés à cette question entre 1990 et 2011.

La loi du 30 décembre 1991 prévoit un suivi de l’avancement de ces recherches par une commission nationale d’évaluation (CNE), constituée d’experts de haut niveau, dont le rapport annuel est transmis au Parlement, lequel en saisi l’Office parlementaire, avant publication. Ce dispositif original a permis, depuis sa mise en place, un suivi régulier de l’avancement des recherches dans le domaine de la gestion des déchets et, au travers de la publication du rapport annuel de la CNE, une information des associations et du grand public sur un sujet a priori ardu, en raison de sa technicité.

Le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) vise à dresser, tous les trois ans, un état des lieux des filières de gestion à long terme des matières et déchets radioactifs. Ce plan, élaboré, par un groupe de travail pluraliste, constitué de l’ensemble des acteurs de la filière, est progressivement devenu une référence, pour les associations comme pour le public. L’Office parlementaire étant chargé, au titre de la loi, d’évaluer le PNGMDR pour le compte du Parlement, a émis, dans son rapport paru en janvier 2011, plusieurs recommandations. Celles-ci sont d’ores et déjà mises en oeuvre par le groupe de travail chargé de préparer le PNGMDR 2013-2015.

De la même façon, la procédure d’autorisation, prévue par la loi, du futur centre de stockage géologique profond, comporte, l’organisation préalable, d’une part, d’un débat public destiné à informer les citoyens et à recueillir leurs avis, et, d’autre part, d’un débat parlementaire, avant un nouveau projet de loi.

Mais vos rapporteurs regrettent que l’une des dispositions de la loi, destinée à assurer la transparence du coût des charges de long terme, telles que le démantèlement des installations nucléaires ou la gestion des déchets radioactifs, ait tardé à être mise en oeuvre.

La loi prévoyait en effet, sur l’exemple de la CNE pour la recherche, la constitution d’une Commission nationale d’évaluation du financement (CNEF), dont le premier rapport devait être rendu public en 2008. Or, malgré plusieurs rappels au Gouvernement et de nombreuses polémiques sur le coût du nucléaire, la CNEF ne s’est réunie pour la première fois que trois ans plus tard, le 7 juin 2011.

3. La gestion de crise entre anticipation et adaptation aux situations réelles

Anticiper les situations de crise est évidemment un devoir, même si la probabilité de réalisation du risque est jugée très faible. L’article 1er de la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (TSN) prévoit que l’anticipation des actions de sécurité civile à mener en situation accidentelle est partie intégrante de la sécurité nucléaire.

Dispositions de la loi TSN relatives à la gestion accidentelle

L’article 1er de la loi TSN12 dispose que « la sécurité nucléaire comprend la sûreté nucléaire, la radioprotection, la prévention et la lutte contre les actes de malveillance, ainsi que les actions de sécurité civile en cas d'accident ».

L’article 4 de la loi TSN prévoit, en outre, que l’ASN est associée à la gestion des situations d’urgence tant en amont, en apportant son concours à l’élaboration des plans de secours, que lorsque survient une telle situation, en adressant aux autorités compétentes ses recommandations sur les mesures à prendre et en contribuant à l’information du public sur l’état de sûreté de l’installation, les rejets dans l’environnement et les risques pour la santé des personnes.

Votre mission a examiné la gestion de crise nucléaire lors de deux auditions ouvertes à la presse :

- une première audition consacrée à la gestion post-accidentelle s’est déroulée le 5 mai 2011 afin de faire le point sur les avancées du comité directeur post-accidentel (CODIRPA) mis en place en juin 2005 pour élaborer la doctrine française et mettre en œuvre les dispositions nécessaires en réponse aux situations post-accidentelles nucléaires ;

- une seconde audition, consacrée à la gestion locale de crise, s’est déroulée à la préfecture du Nord (Lille) le 13 mai 2011 : elle a réuni les services locaux qui seraient appelés à intervenir en cas d’accident nucléaire nécessitant la mise en œuvre de mesures de protection de la population et de l’environnement. Le scénario envisagé était celui d’un accident à la centrale nucléaire de Gravelines, hypothèse qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un exercice de crise organisé par la préfecture et impliquant la population le 18 janvier 2011.

La loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile a réformé la doctrine de planification des secours en créant une troisième génération de plan ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile). Le dispositif est fondé sur des réponses de sécurité civile communes à tous les types de risques, complétées par des réponses particulières à certains risques tels que ceux associés aux activités nucléaires.

A la suite d’un événement de l’ampleur de celui qui s’est produit au Japon le 11 mars dernier, il paraît légitime de s’interroger sur la capacité des pouvoirs publics français à répondre à une crise de dimension comparable, tout au moins, dans le cadre du présent rapport, en ce qui concerne son volet nucléaire. Au-delà des seuls pouvoirs publics, ce sont tous les acteurs de la filière nucléaire qui pourraient être amenés à repenser leurs dispositifs de crise au regard de l’accident de Fukushima.

La gestion de crise à la suite d’un accident nucléaire appelle la mise en œuvre de réponses planifiées et préalablement testées lors d’exercices à différents niveaux. Cette gestion est fondée sur une répartition préétablie des rôles, et notamment une distinction des fonctions de décision et d’expertise.

a) L’articulation des niveaux d’intervention

Au niveau local, toute crise grave provoque le déclenchement, d’une part, du plan d’urgence interne (PUI) de l’exploitant nucléaire et, d’autre part, des dispositions particulières prévues par le plan particulier d’intervention (PPI) du site nucléaire, dans le cadre plus général du plan ORSEC, sous la responsabilité du préfet du département. Ces deux plans ayant des fonctions distinctes, leurs déclenchements respectifs ne sont pas liés, c’est-à-dire que tout déclenchement du PUI n’entraîne pas automatiquement la mise en œuvre du PPI. L’échelon de la zone de défense et de sécurité est également mobilisé pour la préparation et l’exécution des mesures de sécurité nationale.

Ces dispositifs s’articulent avec une gestion nationale, voire internationale des crises.

En cas de crise grave, les dispositifs locaux déclenchent la mise en place d’organisations nationales de crise au sein des organismes concernés (exploitant, ASN, IRSN) ainsi qu’au niveau du ministère de l’Intérieur, par l’intermédiaire du centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) qui prépare et coordonne l'action gouvernementale. Le COGIC informe en permanence le ministre de l’Intérieur et propose des modalités d'intervention.

Le Secrétaire général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN) est chargé de veiller à la cohérence interministérielle. Il assure le secrétariat du comité interministériel aux crises nucléaires et radiologiques (CICNR) et informe, en outre, les plus hautes autorités de l’État (Président de la République et Premier ministre).

Des engagements internationaux précisent les obligations de notification et d’information aux organes de l’AIEA et à ceux de la Commission européenne et des accords frontaliers prévoient l’alerte d’autorités étrangères. En région Nord Pas-de-Calais par exemple, des accords de coopération en matière de sécurité civile ont été conclus avec les provinces du Hainaut et de Flandre Occidentale en Belgique. Une information est également prévue à l’intention des autorités britanniques. De façon générale, l’ASN assure la mission d’autorité compétente au titre des conventions internationales sur la notification rapide d’un accident nucléaire et sur l’assistance en cas d’accident nucléaire ou de situation d’urgence radiologique.

L’ensemble de la chaîne d’alerte, d’intervention et d’information est décrite par la directive interministérielle du 7 avril 2005 sur l’action des pouvoirs publics en cas d’événement entraînant une situation d’urgence radiologique, c’est-à-dire une « émission anormale de matières radioactives » ou une « irradiation anormale sans rejet de matières radioactives » de nature à porter atteinte à la santé des populations ou à l’environnement. Hors situation couverte par un plan de secours ou d’intervention (notamment PPI, plan de secours spécialisé pour les transports de matières radioactives, plans Pirate applicables aux menaces terroristes), des modalités d’intervention en réponse à un événement susceptible d’entraîner une situation d’urgence radiologique sont prévues par une circulaire interministérielle du 23 décembre 2005.

L’ORGANISATION LOCALE DE CRISE NUCLÉAIRE

slide1.jpg

b) Les actions menées par l’exploitant nucléaire

Premier responsable de la sécurité de son installation, l’exploitant nucléaire a le devoir d’anticiper les accidents, de prévoir leurs conséquences, et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour en limiter les effets. En cas de crise, il déclenche son plan d’urgence interne (PUI) dont l’objet est de ramener l’installation à un état sûr et de limiter les conséquences de l’accident. Ce plan précise les modalités de l’interaction avec les pouvoirs publics.

Le Plan d’urgence interne (PUI)

Prévu par l’article L. 1333-6 du code de la santé publique, pour toute activité susceptible de provoquer un incident ou un accident de nature à porter atteinte à la santé des personnes par exposition aux rayonnements ionisants, le PUI est obligatoire pour toutes les installations nucléaires de base (INB). Il doit être transmis par l’exploitant à l’autorité de sûreté, préalablement à la mise en service de l’installation. Il peut être commun à plusieurs INB voisines ayant le même exploitant.

En application du décret du 2 novembre 2007, le PUI définit « les mesures d’organisation, les méthodes d’intervention et les moyens nécessaires que l’exploitant met en œuvre en cas de situation d’urgence pour protéger des rayonnements ionisants le personnel, le public et l’environnement et préserver ou rétablir la sûreté de l’installation ». En outre, il « précise les modalités de mise en œuvre des mesures incombant à l'exploitant en application du plan particulier d'intervention »13.

Par ailleurs, le code de la santé publique précise les conditions de l’intervention des travailleurs en situation d’urgence radiologique. Il dispose notamment que des équipes spéciales d’intervention doivent être préalablement constituées et formées pour faire face à une situation d’urgence radiologique et fixe les limites de doses efficaces susceptibles d’être reçues lors des interventions.

Intervenants en situation d’urgence radiologique
(statut réglementaire)

1- Au sens du Code de la santé publique, sont considérés comme « intervenants en situation d’urgence radiologique » :

- les différentes catégories de personnels susceptibles d’être engagés dans la gestion d’une situation d’urgence radiologique ;

- toutes les personnes agissant soit dans le cadre de conventions avec les pouvoirs publics, soit dans le cadre des réquisitions prévues par l’article 17 de la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile, sous l’autorité du directeur des opérations de secours, notamment au titre des plans d’urgence et de secours prévus par cette loi.

En vue de déterminer leurs conditions de sélection, de formation et de surveillance médicale et radiologique, les intervenants sont classés en deux groupes :

- le premier groupe est composé des personnels formant les équipes spéciales d'intervention technique, médicale ou sanitaire préalablement constituées pour faire face à une situation d'urgence radiologique ;

- le second groupe est constitué des personnes n'appartenant pas à des équipes spéciales mais intervenant au titre des missions relevant de leur compétence.

Les femmes enceintes ou allaitant et les personnes âgées de moins de dix-huit ans ne peuvent être intégrées dans les équipes du premier groupe. Lorsque le risque d'exposition aux rayonnements ionisants est avéré, les femmes enceintes ou allaitant et les personnes âgées de moins de dix-huit ans du second groupe sont exclues du périmètre du danger radiologique.

Les personnels appartenant au premier groupe font l'objet d'une surveillance radiologique et d'un contrôle d'aptitude médicale. Ils bénéficient d'une formation portant en particulier sur le risque associé à une exposition aux rayonnements ionisants. Ils disposent d'un équipement adapté à la nature particulière du risque radiologique lorsqu'ils sont engagés en opération.

Les personnes appartenant au second groupe bénéficient d'une information adaptée portant sur le risque associé à une exposition aux rayonnements ionisants.

Pour une intervention en situation d'urgence radiologique identifiée, des niveaux de référence d'exposition individuelle, constituant des repères pratiques, exprimés en termes de dose efficace, sont fixés comme suit :

- la dose efficace(*) susceptible d'être reçue par les personnels du groupe 1, pendant la durée de leurs missions, est de 100 millisieverts. Elle est fixée à 300 millisieverts lorsque l'intervention est destinée à protéger des personnes ;

- la dose efficace susceptible d'être reçue par les personnels du groupe 2 est de 10 millisieverts.

Un dépassement des niveaux de référence peut être admis exceptionnellement, afin de sauver des vies humaines, pour des intervenants volontaires et informés du risque que comporte leur intervention.

La dose efficace intègre l'ensemble des doses reçues par exposition interne et externe. Elle est évaluée selon les modalités définies en application de l'article R. 1333-10.

Les personnels appelés à intervenir doivent bénéficier de protections individuelles et être munis de dispositifs dosimétriques appropriés.

En aucun cas, la dose efficace totalisée sur la vie entière d'un intervenant ne doit dépasser 1 sievert.

2- Le code du travail, dans sa partie relative aux rayonnements ionisants, s’applique dès lors que des travailleurs sont susceptibles d’être exposés à un risque dû aux rayonnements ionisants survenant au cours d’interventions réalisées en situation d’urgence radiologique (sont visés par exemple les travailleurs des exploitants nucléaires).

Seuls les travailleurs volontaires peuvent réaliser les travaux ou les opérations prévues dans les situations d’urgence radiologique. Ils disposent à cet effet des moyens de dosimétrie individuelle adaptés à la situation.

Les travaux ou les opérations exposant aux rayonnements ionisants dans les situations d’urgence radiologique ne peuvent être confiés qu’aux travailleurs :

- appartenant à la catégorie A ;

- ne présentant pas d’inaptitude médicale ;

- ayant été inscrits sur une liste préalablement établie à cet effet ;

- ayant reçu une information appropriée sur les risques et les précautions à prendre pendant les travaux ou l’opération ;

- n’ayant pas reçu, dans les douze mois qui précèdent, une dose supérieure à l’une des valeurs limites annuelles fixées pour les expositions soumises à autorisation spéciale.

Les jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans, les jeunes travailleurs âgés de seize à dix-huit ans autorisés lors de leur formation à être occupés à des travaux les exposant aux rayonnements ionisants et les femmes enceintes ne peuvent être affectés à des travaux ou des opérations effectués lors d’une situation d’urgence radiologique.

Il peut être dérogé à cette valeur au cours d’expositions professionnelles de personnes intervenant dans une situation d’urgence radiologique sur la base des niveaux de référence d’exposition fixés en application des dispositions précitées du code de la santé publique (cf supra). Un dépassement de ces niveaux de référence peut être admis exceptionnellement dans le cadre d’opérations de secours visant à sauver des vies humaines pour des intervenants volontaires et informés du risque que comporte leur intervention.

_________

(*) Dose efficace (ou dose au corps entier) : somme fictive des différentes doses équivalentes affectant les différents organes.

Dose équivalente (ou équivalent de dose) : l’effet biologique produit par les rayonnements ionisants pour une même dose absorbée varie selon la nature du rayonnement et l’organe considéré. On calcule la dose équivalente en fonction de coefficients affectant l’organe considéré et le rayonnement produit.

Lors de l’audition précitée du 5 mai, trois des principaux exploitants nucléaires français (EDF, Areva et le CEA) ont précisé leur organisation face à l’éventualité d’une crise nucléaire.

Le schéma d’organisation de crise d’EDF est fondé sur les principes suivants :

- des équipes « action » distinctes des équipes « expertise » ;

- des équipes d’astreinte immédiate sur chaque site et au plan national spécifiquement formées et entraînées (cf. encadré ci-après) ;

- des locaux et moyens de télécommunications dédiés ;

- une intégration du retour d’expérience issu des exercices et des situations réelles. 300 exercices sont réalisés chaque année sur le parc EDF, soit une quinzaine d’exercices par site.

L’organisation de l’astreinte chez EDF

L'astreinte immédiate concerne :

- environ 350 personnes par site nucléaire, réparties par équipes de 70 personnes qui sont d'astreinte une semaine sur cinq. L'équipe de 70 personnes est elle même divisée en plusieurs sous équipes correspondant à des fonctions de l'organisation (direction, sûreté, environnement, analyse technique indépendante, spécialités de maintenance). A noter que la taille de l'équipe est variable selon les sites (nombre de réacteurs, palier technologique...). Cette équipe est présente sur le site dans un délai de 30 mn.

- 300 personnes au niveau national réparties en 6 équipes de 50 personnes. L'équipe de 50 personnes est répartie en deux groupes principaux physiquement séparés (direction d'une part et appuis technique d'autre part, incluant notamment la sûreté, mais aussi l'expertise constructeur ou concepteur). Cette équipe est présente dans les locaux de crise dans un délai d’une heure.

La relève est organisée par les cellules logistiques. L'alerte de mobilisation des personnes d'astreinte est adressée à toutes les personnes qui figurent dans une équipe d'astreinte. Les personnes qui sont au tableau d'astreinte du jour se rendent immédiatement dans les locaux de crise, les autres accusent réception du message et signale leur disponibilité éventuelle pour une relève à venir. C'est le responsable logistique national qui, à partir des accusés de réceptions du message automatique d'alerte par les personnes qui ne figurent pas dans l'équipe d'alerte immédiate de la semaine, prépare la constitution de l'équipe de relève.

Source : EDF

Le représentant d’EDF a précisé, en outre, que la liste nominative des intervenants en situation de crise ne serait pas improvisée puisque l’exposition d’urgence faisait l’objet d’un cadre réglementaire précis : « les volontaires devront s’être déclarés et auront dû subir un suivi médical particulier avant l’accident14 », l’enregistrement des doses étant également prévu.

Areva gère un spectre de risques plus larges, chimiques et nucléaires, lié à ses activités en amont et en aval du cycle du combustible au sein de ses deux grandes plateformes de La Hague et du Tricastin et à l’usine Melox de fabrication de combustible MOX (Marcoule).

Areva supervise, par ailleurs, une importante activité de transport. La gestion de crise y est fondée sur une capacité de mobilisation rapide (astreinte) et confortée par le retour d’expérience de situations réelles (Niger, Socatri, Fukushima). Des exercices nationaux et internationaux sont organisés, impliquant les différentes dimensions de l’organisation (technique, personnel, communication, juridique…) ainsi que les relations avec les parties prenantes (autorité de sûreté, politiques, médias).

Entre douze et quinze exercices de niveau national sont effectués chaque année, deux à quatre étant organisés avec l’ASN et l’administration. Un exercice sur 36 heures a été expérimenté en 2010, pour améliorer la gestion de crise dans la durée. Cet exercice s’est efforcé d’intégrer également la dimension politique de l’événement. Afin de gérer les problématiques spécifiques au transport de matières nucléaires, Areva a prévu une organisation de type PUI pour le transport, de même nature que l’organisation prévue pour les installations.

Enfin, le CEA a également présenté son fonctionnement en situation d’urgence, qui s’articule autour d’un centre de coordination en cas de crise (CCC), situé à Saclay, en liaison avec le site en difficulté et l’ensemble des autorités compétentes. Une démarche de simplification des procédures a été réalisée, afin de privilégier l’acquisition de réflexes immédiats et efficaces :

- réduction de la chaîne de responsabilité interne ;

- mise en place de fiches d’information immédiate d’une seule page permettant de faire remonter l’information de manière sécurisée.

Au sein du CEA, 19 exercices ont été réalisés en 2010, impliquant très souvent les responsables locaux. L’organisation de crise a également été confrontée à des situations réelles, cinq au cours de l’année 2010, dont une contamination au tritium à Saint-Maur-des-Fossés, ainsi qu’un accident dont l’occurrence était jugée très improbable : la perte totale, le 30 août 2006, de l’alimentation électrique sur le site de Cadarache.

L’organisation de la filière nucléaire française est propice à la mutualisation des moyens et diffère en cela de la situation japonaise. La présence d’un opérateur unique des centrales nucléaires en France permet de mettre en commun des moyens entre centres nucléaires de production électrique (CNPE) en cas d’accident au sein de l’un d’eux. La mutualisation est également possible entre opérateurs, comme en témoigne l’existence du GIE INTRA (groupe d’intervention robotique sur accidents) qui regroupe EDF, Areva et le CEA.

Un exemple de mutualisation : le GIE INTRA

Depuis sa création en 1988, le Groupe d'Intervention Robotique sur Accidents (INTRA) a en charge de concevoir, exploiter et maintenir à disposition 24 h sur 24 h une flotte d'engins robotisés capables d'intervenir, à la place de l'homme, en cas d'accident nucléaire majeur, dans et autour des bâtiments industriels de ses membres. Il assure aussi la formation permanente de pilotes répartis au sein des installations des entreprises membres.

Le Groupe INTRA a été créé pour intervenir en cas d'accident nucléaire majeur dans une des unités de ses maisons mères.

Les équipes et le matériel doivent être prêts à intervenir dans un délai maximum de 24 heures sur l’ensemble du territoire français.

En cas de situation accidentelle majeure, la mobilisation des moyens INTRA peut être déclenchée par :

- le centre national de crise d'un des membres du Groupe INTRA ;

- les pouvoirs publics (direction de la défense et de la sécurité civile) ;

- une société étrangère bénéficiant d’une convention d’assistance.

L'équipe d’intervention, en astreinte 24h/24 est mobilisée immédiatement après l'alerte initiale, et à pied d'œuvre dans les locaux du Groupe INTRA en moins d’une heure.

Source : GIE INTRA

c) La responsabilité de l’État

Garant de la sécurité des populations, l’État met en œuvre les dispositifs de protection de la population propres aux installations nucléaires, dans le cadre plus général de l’organisation de la sécurité civile.

• Le cadre ORSEC

La loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile, après avoir rappelé que l’État était garant de la cohérence de la sécurité civile au plan national, et que « toute personne concourt par son comportement à la sécurité civile », définit le schéma général d’organisation de celle-ci. Ce schéma se fonde sur l’anticipation des événements, l’organisation d’une réponse planifiée et la réalisation d’entraînements et d’exercices, dans le souci de renforcer la culture du risque et de la sécurité. La loi est complétée par trois décrets d’application du 13 septembre 200515 , relatifs respectivement aux plans communaux de sauvegarde (PCS), aux plans ORSEC et aux plans particuliers d’intervention (PPI).

Article 1er de la loi du 13 août 2004

« La sécurité civile a pour objet la prévention des risques de toute nature, l’information et l’alerte des populations ainsi que la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre les accidents, les sinistres et les catastrophes par la préparation et la mise en œuvre de mesures et de moyens appropriés relevant de l’État, des collectivités territoriales et des autres personnes publiques ou privées. »

L’organisation des secours au niveau départemental est déterminée par le plan ORSEC, arrêté par le préfet. Le nouveau dispositif ORSEC ainsi institué est bâti sur trois piliers :

- un recensement et une analyse préalable des risques et de leurs conséquences ;

- un dispositif opérationnel définissant une organisation unique de gestion des événements majeurs ;

- des phases de préparation, d’exercice et d’entraînement illustrant l’aspect pragmatique de la démarche.

Les dispositions générales du plan ORSEC sont applicables en toute circonstance, quelle que soit la cause de l’événement : l’objectif est de mettre en place une organisation opérationnelle permanente et unique de gestion des événements affectant la population, afin de favoriser l’acquisition de réflexes et la maîtrise partagée et pérenne du savoir-faire opérationnel. Les dispositions relatives à l’organisation du commandement s’appliquent, notamment la répartition des compétences entre le centre opérationnel départemental (COD), en préfecture, et le poste de commandement opérationnel (PCO), en sous-préfecture. Lorsque la crise à gérer dépasse le cadre départemental, l’échelon de la zone de défense et de sécurité intervient, notamment pour coordonner les opérations de sécurité civile, l’usage des forces militaires et maritimes, les relations transfrontalières, la circulation routière16

Une organisation spécifique existe pour optimiser l’intervention médicale (plan rouge) et l’accueil des victimes, y compris en grand nombre, au sein des structures hospitalières (plan blanc).

Des dispositions propres à certains risques technologiques sont néanmoins nécessaires ; elles figurent au sein des plans particuliers d’intervention (PPI).

• Les PPI

Obligatoire pour certaines installations et certains ouvrages, le PPI est arrêté par le préfet et révisable tous les cinq ans. Il prévoit les modalités de l'alerte et l'organisation des services en cas d'accident ou de risque d'accident, susceptible d'avoir une incidence sur la population et l'environnement à l'extérieur du site concerné.

Installations nucléaires de base devant faire l’objet d’un PPI

D’après le décret du 13 septembre 2005 relatif aux PPI, doivent faire l’objet d’un PPI, outre certaines installations classées pour la protection de l’environnement et certains aménagements hydrauliques, les sites comportant au moins une installation nucléaire de base (INB), qu’elle soit ou non secrète, de type suivant :

- un réacteur nucléaire d’une puissance thermique supérieure à 10 mégawatts ;

- une usine de traitement de combustibles nucléaires irradiés ;

- une usine de séparation des isotopes de combustibles nucléaires ;

- une usine de conversion chimique de combustibles nucléaires ;

- une usine de fabrication de combustibles nucléaires ;

- une unité de production de matières radioactives à usage militaire ;

- une unité de fabrication, d’assemblage ou de mise en œuvre d’éléments intégrant des matières radioactives à usage militaire.

En conséquence de ces dispositions, 39 sites nucléaires sont inclus dans le champ d’un plan particulier d’intervention.

En cas d'accident, le PPI est déclenché par le préfet qui assure alors la direction des opérations de secours et active la chaîne de commandement. Depuis une circulaire du 10 mars 2000, qui a prescrit une révision des PPI relatifs aux INB, le PPI peut être activé selon deux modes :

- Le PPI est activé en mode réflexe lorsque l’accident est à cinétique rapide, c’est-à-dire qu’il risque de conduire à des rejets de radioactivité hors du site avant six heures.

- Le PPI est activé en mode concerté lorsque l’événement est à cinétique lente et qu’une montée en puissance échelonnée de l’organisation de crise est possible.

L’instauration d’un « mode réflexe » dans les PPI est venue en réponse à une lacune car les PPI étaient calibrés pour répondre à un accident majeur sur un réacteur nucléaire, mais prenaient mal en compte le risque de situations accidentelles à cinétique rapide mais aux conséquences moindres, possibles pour quelques situations identifiées sur les réacteurs EDF et plus couramment pour les autres installations nucléaires.

LE DÉCLENCHEMENT DU PPI EN PHASE RÉFLEXE OU EN PHASE CONCERTÉE

slide13.jpg

L’alerte à destination de la population est fondée sur l’utilisation de moyens d’alerte complémentaires. Le PPI en recense les modalités : sirènes PPI mises en œuvre par l’exploitant sous la responsabilité du préfet dans un rayon de 2 km, système d’appel des populations en phase réflexe (SAPPRE) d’EDF pour ses installations, également sous la responsabilité du préfet, mise en œuvre du réseau national d’alerte (RNA) et d’engins mobiles de diffusion d’alerte (EMA), application de conventions avec les médias (chaînes de radio et télévision). A titre d’exemple, le tableau ci-dessous répertorie les moyens d’alerte prévus par le PPI de Gravelines. Le 18 janvier 2011, lors de l’exercice réalisé autour du centre nucléaire de Gravelines, 6000 abonnés ont été appelés en cinq minutes. L’appel ayant été renouvelé six fois si personne ne décrochait, environ 71 % des appels ont abouti.

MOYENS D’ALERTE DE LA POPULATION PRÉVUS PAR LE PPI DE GRAVELINES

Moyens d’alerte

Déclenchés par

A destination de

Couverture

Sirène PPI

EDF

Des salariés et de la population résidant à proximité immédiate du site

Rayon de 2 km

Système SAPPRE

EDF

Message automatique envoyé par téléphone à tous les abonnés au téléphone de Gravelines, Grand-Fort-Philippe et du quartier du Clair Marais de Saint-Folquin ainsi qu’une liste particulière de numéros d’appels. Parmi ces numéros peuvent figurer les numéros des établissements industriels les plus proches de la centrale nucléaire.

Rayon de 2 km

Sirène RNA

Commune

Des administrés et salariés de la commune

Cf. Plan communal de sauvegarde

EMA

Commune/SDIS

Des administrés et salariés de la commune

Cf. Plan communal de sauvegarde

Moyens radiophoniques et audiovisuels

Préfecture (bureau de la communication interministérielle)

La population

Cf. conventions France Bleu Nord, Delta FM, France 3

Les principales actions de protection de la population (« contre-mesures ») prévues par les PPI sont la mise à l’abri, l’évacuation et l’administration d’iode stable :

- Les PPI des centrales nucléaires prévoient les dispositions nécessaires pour une mise à l’abri jusqu’à environ 10 km, et une évacuation jusqu’à environ 5 km, dans le cas de scénarios accidentels
« lents ». Dans l’hypothèse d’un scénario à cinétique rapide, une mise à l’abri dans un rayon de 2 km est retenue en phase « réflexe ».
On considère que la mise à l’abri réduit d’un facteur 2 la dose efficace par inhalation et d’un facteur 8 à 10 l’exposition externe. Quant à l’évacuation, elle peut être librement effectuée ou à l’aide de cars affrétés par les pouvoirs publics. Le 18 janvier 2011, 55 cars ont ainsi été affrétés dans le cadre de l’exercice autour de la centrale de Gravelines. Une base de données des entreprises de transport et des entreprises des travaux publics permet de joindre celles-ci jour et nuit.

- L’administration d’iode stable, qui protège contre l’iode radioactif, est prévue par les PPI, dans un rayon de 10 km. L’iode stable doit être ingéré deux heures avant l’inhalation pour atteindre une efficacité maximale (98 %). Il n’est plus efficace qu’à 50 % si la prise intervient 6 h après l’exposition. Les habitants du rayon des 10 km reçoivent à titre préventif des pastilles d’iode stable à consommer sur instruction du préfet. Au-delà de ce rayon de 10 km, la prise d’iode devrait être organisée à partir de stocks existants à cet effet, notamment à l’intention des enfants et femmes enceintes qui sont les populations les plus sensibles aux risques causés par l’iode radioactif. Une circulaire est en préparation pour préparer le stockage et la distribution d’iode en complément du système financé par les exploitants sur les zones PPI.

Pour les réacteurs à eau pressurisée (REP) français, ces périmètres ont été fixés à partir de scénarios élaborés par l’Institut de protection et de sûreté nucléaire dans les années 1970 et 1980, qui permettent d’estimer l’évolution, en fonction du temps, des distances auxquelles certains seuils de dose efficace sont reçus par la population, en cas d’accident impliquant la fusion du cœur d’un réacteur conduisant à des rejets différés (diffus autour de l’enceinte de confinement au cours des premières 24 heures, puis massifs au-delà de 24 heures) et filtrés.

Ces seuils de dose efficace sont les suivants :

- 10 mSV pour la mise à l’abri ;

- 50 mSV pour l’évacuation ;

- une « dose équivalente à la thyroïde17» , antérieurement fixée à 100 mSV pour l’administration d’iode stable, abaissée récemment à 50 mSV par l’ASN pour accorder la pratique française à celle des pays limitrophes.

D’autres scénarios de référence ont été élaborés pour fixer le cadre des plans de secours d’autres installations, ou dans l’hypothèse d’un accident de transport.

Dans tous les cas, les périmètres de protection de la population retenus prennent en compte essentiellement les 24 à 48 premières heures d’un accident. Ils ne tiennent pas compte d’éventuels rejets accidentels sur une plus longue durée.

La gestion post-accidentelle

Au-delà de la réponse de court terme, prévue par le dispositif ORSEC et par les PPI, l’ASN (alors DGSNR) a été chargée par la directive précitée du 7 avril 2005, en relation avec les départements ministériels concernés, d’établir le cadre, de définir, de préparer et de mettre en œuvre les dispositions nécessaires pour répondre à la situation post-accidentelle.

Cette thématique a donné lieu à une réflexion au sein du Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’une urgence radiologique (CODIRPA), piloté par l’ASN en lien avec de nombreux partenaires.

Les actions préconisées en sortie de phase d’urgence impliquent l’établissement d’un zonage du territoire incluant :

- une zone de protection de la population (ZPP) où seront engagées des actions de décontamination ;

- une zone de surveillance renforcée des territoires (ZST) à l’intérieur de laquelle la consommation et la commercialisation des denrées alimentaires produites seront interdites puis, dans un second temps, soumises à un contrôle libératoire en se basant sur les niveaux de radioactivité maximum admissibles fixés par la Commission européenne ;

- le cas échéant, une zone d’éloignement des populations, à l’intérieur de la ZPP, si les niveaux d’exposition externe dus aux dépôts le justifient.

Représentation schématique du zonage post-accidentel


Source : CODIRPA (Document de travail)

d) Les réponses de proximité

Enfin, la planification est déclinée à l’échelle des communes, au plus près des populations et du terrain. Les communes dotées d'un plan de prévention des risques naturels prévisibles approuvé ou comprises dans le champ d'application d'un PPI ont l’obligation d’élaborer un plan communal de sauvegarde (article 13 de la loi précitée du 13 août 2004). Celui-ci détermine les mesures immédiates à prendre et les moyens à mettre en œuvre pour protéger la population, en fonction des risques connus. Il est l’outil opérationnel à la disposition du maire pour l’exercice du pouvoir de police en cas d’événement de sécurité civile, lui permettant d’être le partenaire principal du préfet, directeur des opérations de secours lors de la gestion d’un événement majeur.

La mise en place des plans communaux de sauvegarde (PCS) dans les communes concernées est toutefois lente, et leur contenu est variable. Environ 50 % des communes qui ont l’obligation d’élaborer un plan (soit 17 à 20 % des communes) l’ont effectivement adopté. Les plans devraient être prochainement relancés, d’une part en raison de la modification du zonage sismique, qui fait entrer un grand nombre de communes en zones à risques, et d’autre part en raison du projet de loi relatif au risque de submersion marine, qui dispose que les communes où un plan de prévention des risques de submersion sera prescrit devront mettre en place un PCS.

Par ailleurs, un recensement des PCS adoptés ou non dans les zones incluses dans un PPI nucléaire est en cours. Il devrait permettre de rendre compte, d’ici à la fin de l’année, de l’état de préparation des communes confrontées au risque nucléaire.

Le rôle des communes dans le dispositif ORSEC

Les missions qui relèvent de la compétence des communes dans le cadre ORSEC sont :

- l’alerte et l’information des populations,

- l’appui aux services de secours,

- le soutien des populations (hébergement, ravitaillement…),

- l’information des autorités.

La réalisation d’un PCS est donc fortement conseillée pour toutes les communes, au-delà de celles dans lesquelles elle est obligatoire, pour prendre en compte leurs missions ORSEC.

II.– LES AXES PRIORITAIRES DU RENFORCEMENT DU DISPOSITIF

Comme nous venons de le voir, la sécurité et la sûreté nucléaire sont gérées en France d’une manière très rigoureuse ; toutefois, vos rapporteurs ont identifié des axes d’amélioration possible, notamment la nécessaire meilleure prise en compte des risques aggravés suite à l’accident de Fukushima, ainsi que l’exigence de progrès permanent qui est indissociable du concept de sûreté.

A. – LA PRISE EN COMPTE D’AUTRES FORMES DE RISQUES MAJEURS

Le renforcement des installations nucléaires face aux aléas majeurs nécessite, tout à la fois, d'approfondir les connaissances historiques et paléo-historiques sur ces aléas, de mieux maîtriser les marges d'incertitude sur leur évaluation, et de prendre en compte la possibilité de combinaison de plusieurs d'entre eux. Ce renforcement peut également passer par l'ajout d'une nouvelle ligne de défense, permettant, d'une part, de mobiliser très rapidement des moyens mobiles sur le site et, d'autre part, de piloter à distance certaines fonctions.

1. L’intégration de l’hypothèse de chocs simultanés ou en cascade

Le progrès des connaissances dans le domaine des aléas majeurs est un objectif prioritaire, puisqu’il permet une amélioration continue de la sûreté nucléaire, par le biais des réexamens de sûreté. Au cours de ces réexamens, l’ASN procède en effet à une revue des protections existantes, compte tenu non seulement des exigences requises lors de la conception de l’installation, mais aussi des connaissances théoriques et retours d’expérience nouveaux, qui sont susceptibles de conduire à demander à l’exploitant de renforcer ses dispositifs de sécurité.

Les accidents nucléaires de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima nous enseignent que c’est rarement un risque réalisé isolément qui entraîne des difficultés majeures, mais plutôt des scénarios de combinaison de risques.

Il convient notamment de prendre en compte tous les types d’installations et d’activités, ainsi que les interactions possibles entre sites comportant des industries diverses, comme cela a été mentionné plus haut dans le cas de Gravelines. L’impact d’éventuelles erreurs humaines dans le déroulement d’un accident doit également être pris en considération.

Le développement des études dites probabilistes constitue de ce point de vue un complément utile à l’approche dite déterministe qui prévaut dans le domaine de sûreté nucléaire.

APPROCHES DÉTERMINISTE ET PROBABILISTE

La démonstration de la sûreté des réacteurs nucléaires français repose pour l’essentiel sur une approche déterministe, c’est-à-dire que les dispositions de conception retenues par l’exploitant sont justifiées notamment par l’étude d’un nombre limité d’accidents de dimensionnement et par l’application de règles et critères qui incluent des marges et des conservatismes. Cette approche est complétée par la réalisation des études probabilistes de sûreté (EPS). Les EPS sont une méthode d’évaluation des risques fondée sur une investigation systématique des scénarios accidentels. Elles se composent d’un ensemble d’analyses techniques permettant d’apprécier les risques liés aux installations nucléaires en termes de fréquence des événements redoutés et de leurs conséquences.

Source : ASN (Revue Contrôle n° 155)

2. Une meilleure appréhension des incertitudes

L’accident de Fukushima incite à une vigilance accrue dans la prise en compte des risques, d’autant que l’incertitude n’est pas négligeable, en raison de la fiabilité partielle des données historiques et, plus encore, paléo-historiques.

La poursuite des travaux de recherche est donc souhaitable :

- D’une part, pour évaluer de façon aussi précise que possible les marges d’incertitude et les modalités souhaitables de leur prise en compte dans les installations industrielles, par le système de majorations des risques (séismes majorés de sécurité, crues millénales majorées…) :

« Les données comportent des incertitudes et ces incertitudes méritent d’être prises en compte tout au long de la démarche de caractérisation de l’aléa sismique. A ce jour, les recommandations françaises en la matière (RFS 2001-01) ne précisent pas explicitement comment ces incertitudes doivent être prises en compte. Des avancées dans ce domaine sont intervenues depuis 2001. La question d’une évolution de la RFS sur ce point est donc clairement posée. Nous avons également noté l’importance des travaux de recherche à mener pour améliorer la fiabilité des données »18.

- D’autre part, pour améliorer les connaissances historiques et paléo-historiques, dans le domaine des risques majeurs.

Un exemple de domaine dans lequel la recherche et la prévention ont progressé au cours des dernières années est celui du risque de tsunami, après celui du 26 décembre 2004 qui a ravagé l’océan Indien.

En témoigne la création d’un centre d’alerte aux tsunamis pour l’Atlantique nord-est et la Méditerranée occidentale au centre CEA de Bruyères-le-Châtel (Essonne), qui sera opérationnel mi-2012, et jouera également un rôle au niveau international puisqu’il sera le centre régional d’alerte aux tsunamis pour tous les pays de la Méditerranée occidentale. En dehors des côtes méditerranéennes, où le risque est avéré mais où n’existe aucune centrale nucléaire française, un tsunami pourrait-il affecter les autres côtes de la métropole ? En 1755, le tremblement de terre de Lisbonne fut suivi quelques dizaines de minutes plus tard par un raz-de-marée destructeur qui s’est étendu jusqu’aux côtes françaises19. La base de données du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) recense un certain nombre de tsunamis connus sur les côtes françaises. Comme cela a été évoqué ci-dessus, dans le cadre de la refonte de la RFS « Inondation », l’ASN s’intéresse notamment aux centrales situées sur les côtes: Blayais (Gironde), Flamanville (Manche), Paluel et Penly (Seine-Maritime), Gravelines (Nord).

Il convient, en outre, de conserver en mémoire qu’un tsunami est possible même en l’absence de risque sismique fort, d’une part en raison de la nature du phénomène susceptible de se propager sur des centaines voire des milliers de kilomètres, d’autre part en raison de la possibilité de tsunamis locaux résultant de mouvements de terrain (comme cela s’est produit à Nice après l’effondrement en mer d’une plateforme de l’aéroport le 16 octobre 1979).

L’hypothèse de chocs encore plus violents et destructeurs, notamment du fait de phénomènes naturels extrêmes, susceptibles en plus de se cumuler, amène à s’interroger non seulement sur le renforcement des structures des installations nucléaires, mais aussi sur la mise en place d’une nouvelle ligne de défense d’arrière-garde, à distance des installations.

3. Une nouvelle articulation des moyens disponibles

L’audition ouverte à la presse organisée le 5 mai 2011, ainsi que lors de la visite de la centrale nucléaire de Gravelines, nous invitent à envisager la mise en place d’une sorte de force de réaction rapide, susceptible de fournir des matériels et moyens humains mobilisables dans les 24 h à 48 h à l’échelle d’un site.

Ø Les moyens mobiles d’appoint pour l’électricité et l’eau

L’idée de constituer des moyens de secours mobiles n’est a priori pas très novatrice, car elle est au moins aussi ancienne que cette couleur rouge vif du camion des pompiers qui fascine tant les enfants. Ce qui est moins évident, c’est d’entretenir et de tenir en réserve, continûment, sans rupture budgétaire, une flotte mobilisable très rapidement d’alternateurs et de pompes spécialement adaptés au cas des installations nucléaires.

L'homogénéité et l’étendue du parc nucléaire français constitue plutôt un atout au regard d’un tel besoin, et M. Dominique Minière d’EDF a mentionné au cours de l’audition du 5 mai la disponibilité d’une forte capacité de moyens mobiles de secours par le simple jeu de la solidarité entre sites : si l’un est touché par un sinistre localisé, les autres sites indemnes peuvent lui servir de base arrière pour la fourniture en moyens de secours.

Dans la mesure où le jeu de l’entraide permet d’abaisser la charge de cette fonction de secours ultime, il paraît pertinent de lui donner la base la plus large possible, et l’intérêt d’une coopération internationale en ce domaine ne peut que s’imposer à l’ensemble des exploitants mondiaux. De plus, l’éloignement géographique des sites participant à un tel mécanisme de solidarité constitue une garantie supplémentaire pour la disponibilité, dans tous les cas hormis celui du cataclysme mondial, d’une capacité indemne d’intervention mobile. Il n’est donc pas étonnant qu’une négociation internationale soit en cours pour mettre en place un tel mécanisme de solidarité.

On peut du reste souhaiter que les inspections de sûreté intègrent la surveillance du bon entretien de la capacité, dans chaque site, non seulement à disposer, mais aussi, à projeter, le cas échéant, des moyens de secours.

Cependant la mise en place d’une ligne de défense supplémentaire par la mobilisation rapide de moyens mobiles n’est pas qu’une affaire de disponibilité d’équipements; c’est aussi une affaire de conception, à au moins deux niveaux : l’acheminement et le branchement.

L’acheminement concerne la manière dont on pourra effectivement amener l’équipement sur le site, en considérant que les moyens de communication proches peuvent être, eux aussi, détruits ou désorganisés. En ce cas, des études a priori, particulières à chaque site, devraient permettre d’identifier d’avance, voire d’aménager physiquement, plusieurs solutions d’acheminement, selon les scénarios d’impact subi.

Le branchement concerne la mise en service opérationnelle de l’équipement de secours. Dans le cas d’un apport d’électricité, on perçoit bien la nécessité d’établir d’avance, dès la conception du bâti, des circuits redondants d’alimentation de secours, dotés de points d’accès multiples. Dans le cas d’un apport en eau assurant un refroidissement, il semble indispensable d’imaginer à l’avance la circulation des flux de manière à ce que les ruissellements chargés de radionucléides puissent être concentrés, au lieu de contribuer, en se répandant largement, à l’aggravation de la pollution radioactive du site, gênant d’autant les autres formes d’intervention de secours, comme cela s’est passé à Fukushima; cela donne l’idée d’un ensemble de rigoles et de puisards, correctement dimensionnés d’avance pour ce mode de sauvegarde ultime.

La mobilisation efficace de moyens mobiles de secours est donc loin d’être une question triviale.

Ø Le développement d’une capacité de contrôle à distance

La capacité opérationnelle de la ligne de défense d’arrière-garde sera accrue si elle peut disposer d’instruments de suivi à distance : possibilité de mesurer la radioactivité en différents points, voire capacité à manœuvrer des robots autonomes. Les solutions technologiques allant en ce sens sont encore largement du domaine de la recherche; mais leur développement mérite une attention particulière dans la perspective d’un renforcement des moyens de gestion de crise.

Ainsi, l’audition du 24 mai a permis de découvrir les potentialités, mais aussi les limites, de la fibre optique dans un contexte de pollution radioactive. D’un côté, une capacité à véhiculer de l’information en grande quantité sur de grandes distances, à partir d’une impulsion lumineuse envoyée depuis une base arrière. De l’autre, une fragilité physique dans des ambiances de température très élevée. En outre, la question du recours à des capteurs passifs, ou activables à partir d’une impulsion lumineuse, reste ouverte.

Néanmoins, l’idée d’exploiter les progrès réalisés dans le domaine des technologies de l’information, au niveau des supports physiques ou hertziens, comme au niveau des algorithmes de traitement du signal, pour essayer de construire des instruments de mesure disponibles même en cas de rupture des alimentations électriques classiques, mérite attention.

Les mêmes technologies de l’information, mais aussi d’autres progrès techniques, sont indispensables pour piloter à distance des robots autonomes, soit installés d’avance à demeure, et activés en cas de crise, soit se déplaçant jusqu’à l’installation à partir d’une base arrière, ce qui suppose de les doter d’une grande capacité à contourner les obstacles. Apparemment, de tels outils ont été testés sur le site de Fukushima pour tenter des opérations de maintenance en zone de forte pollution radioactive, certains de ces outils ayant même été mis à disposition par l’industrie nucléaire française, mais la robotique mobile est un domaine où de nombreux progrès sont encore possibles.

Ø Une organisation renforcée

L’accident de Fukushima a montré en effet que le regroupement physique, sur le site même à protéger, de l’ensemble des systèmes de secours, constitue en soi une forme de vulnérabilité, puisqu’il suffit un impact majeur ciblé et suffisamment brutal pour, tout à la fois, mettre en péril le cœur nucléaire de l’installation, et désorganiser les dispositifs de sauvegarde.

Lors de cet accident, il est en effet apparu clairement que la réponse à une perte simultanée des sources électriques et de refroidissement avait été mal anticipée par l’exploitant japonais, et que les moyens mobiles à disposition étaient insuffisants ce qui a conduit à des hésitations et à des adaptations, après la mise en œuvre jugée inefficace de premiers moyens de refroidissement héliportés.

La parade consiste à organiser, a priori, une ligne de défense supplémentaire à distance, permettant de conserver une maîtrise partielle, mais effective, de la situation, durant un temps nécessaire pour reconstituer les dispositifs de commande sur place.

Pour la sûreté des installations nucléaires, cette fonction d’arrière-garde revêt potentiellement deux aspects : l’un , déjà plus ou moins couvert, mais qu’il s’agit à l’avenir de consolider, consiste en une capacité de mobiliser rapidement des moyens mobiles pour fournir des ressources d’appoint en eau et en électricité; l’autre, manifestement encore assez hypothétique, si l’on en juge les informations recueillies au cours de l’audition du 24 mai, concerne la disponibilité de technologies permettant de conserver une certaine maîtrise de la situation à distance.

B. – UNE ANTICIPATION PLUS POUSSÉE DES SITUATIONS POSSIBLES

L’accident survenu à Fukushima nous force à repenser les situations que nous aurions à affronter. Ces réévaluations se posent tant pour l’exploitant qui doit encore accroître son effort de sécurisation, pour la puissance publique qui doit, par exemple, mieux intégrer les questions d’urbanisation, que pour la population, qui doit être sensibilisée plus largement aux actions en place par une meilleure scénarisation des exercices de crise.

1. L’optimisation des procédures de commande

Comme nous l’avons vu, le retour d’expérience (I.B.1.b) a pour but d’améliorer constamment la sécurité des installations nucléaires. Une des premières leçons tirée des accidents graves survenus dans le monde est que le facteur humain est dans tous les cas crucial pour la bonne gestion post-accidentelle, et ce, quelle que soit l’origine de l’accident : technique comme à Three Mile Island (TMI), humaine comme à Tchernobyl ou bien naturelle comme à Fukushima. Ainsi, comme le souligne l’IRSN20 dans un dossier sur l’accident de Three Mile Island21, « l'homme est aussi un maillon essentiel de la sûreté ». L’IRSN précise même que « dans une période où les réacteurs de génération III (par exemple EPR22) sont souvent mis en exergue par leurs concepteurs pour une fiabilité accrue des systèmes de sûreté et la prise en compte des accidents graves à la conception, il est bon de se souvenir du rôle essentiel de l’homme comme maillon de la sûreté ». En effet, comme dans toute activité humaine, la réponse en temps réel des équipes de pilotage peut tout aussi bien limiter la gravité de l’accident comme l’accentuer ; l’accident de Three Mile Island étant un cas d’école de cette dernière situation. Ainsi, une évolution constante des procédures de pilotage, notamment en mode incidentel, est une absolue nécessité.

L’analyse de l’accident de TMI et le retour d’expérience qui a suivi ont été riches d’instructions. Tout d’abord il a mis en avant le rôle crucial du facteur humain dans la gestion d’un accident sur une centrale nucléaire. Mais aussi, il a démontré la possibilité de l’occurrence concomitante d’événements indépendants. Enfin, cet accident a montré le rôle aggravant des défauts latents.

Cet accident a donc conduit les agences de contrôle à édicter de nouvelles normes de sécurité et les exploitants à revoir leurs procédures de pilotage des réacteurs et de gestion d’un fonctionnement en mode incidentel. En France, ces nouvelles normes ont notamment abouti à l’adoption de « l’approche par états » ; approche qui consiste à adopter une stratégie de pilotage d’une tranche en fonction de son état physique et non en fonction des avaries réelles ou supposées.

Vos rapporteurs vont maintenant présenter les éléments techniques et humains mis en place afin d’assurer l’intégrité des centrales nucléaires en cas d’incident ou d’accident et de limiter au maximum les conséquences de ce genre d’évènements.

a) L’effort de sécurisation

A la suite de l’accident de TMI, l’adoption d’une nouvelle approche de pilotage des réacteurs fut décidée en France. Cette décision fut principalement matérialisée par l'ensemble des procédures « SPI23/U124/SPU25 ». Ces procédures utilisées et constamment améliorées depuis poursuivent plusieurs buts.

Le premier est de limiter le pouvoir aggravant du facteur humain. Ainsi une forme de « redondance humaine » doit être assurée. Cette redondance se matérialise notamment par le travail d’ingénieurs de sûreté chargés de vérifier les choix de pilotage effectués par les opérateurs. Ce travail de vérification doit se faire de manière indépendante grâce à la surveillance d’un certain nombre de paramètres de sûreté. Cette approche vise aussi à supprimer les défauts latents, ou à tout le moins, à en limiter la durée. En effet, ces défauts latents, qui sont des problèmes d’origine humains ou technologiques, peuvent aggraver des accidents par effet de cumul, et ce, même s’ils apparaissent comme mineurs. C’est notamment ce qui s’est passé lors de l’accident de TMI où une vanne de vidange du circuit primaire est restée ouverte et à conduit l’asséchement quasi complet de la cuve réacteur. Ainsi, ce défaut latent a été une des causes principales de la fusion partielle du cœur de la tranche n°2 de TMI.

En France, l’IRSN analyse tous les incidents liés à un défaut latent répertoriés dans les centrales afin d’évaluer leurs conséquences potentielles et de proposer des mesures correctives permettant d’éviter la reproduction de ce type de défaut. L’identification de l’importance de la conséquence de ce type de problèmes a aussi conduit à revoir la fiabilité des informations fournies aux pilotes d’une centrale. En effet, sur la centrale de TMI les voyants n’indiquaient que l’effectivité de l’envoi de l’ordre et non son exécution. Ainsi, la vanne est apparue fermée aux pilotes alors qu’elle était en fait ouverte. Ce qui les a conduits à adopter une mauvaise stratégie de pilotage.

Le second but de ces procédures est de pallier la difficulté de gérer des événements indépendants mais concomitants. L’ensemble des procédures ultimes (représentées par un acronyme du type Ux) adoptées en 1981 visent à limiter les conséquences d’un accident en adoptant une démarche alors nouvelle. Ces procédures (U1 à U5) permettent en effet de couvrir la totalité des situations potentielles, et ce, indépendamment de leur cause ; c’est ce que l’on dénomme la logique de commande par « états ». A titre d’exemple « la procédure U1 a pour objectif d’éviter la dégradation du cœur ou, en cas de dégradation, de maintenir le cœur dans la cuve, en utilisant tous les moyens d’injection d’eau disponibles  ».

b) La logique de « l’approche par états »

La logique de « l’approche par états » doit permettre d’adopter la stratégie de conduite d’une tranche appropriée quel que soit son état (i.e. fonctionnement en mode normal ou en mode incidentel), et ce, indépendamment de son état préalable (notamment indépendamment de l’origine du ou des problèmes ayant conduit à un mode de fonctionnement incidentel).

• Les origines de « l’approche par états »

Précédemment à l’accident de TMI « l’approche événementielle » était utilisée. Cette procédure prévoyait une identification préalable de la ou des sources du problème survenu afin d’adopter la réponse adéquate. Cette procédure, une fois le problème identifié, a l’avantage de permettre une réaction plus rapide et plus efficace. Néanmoins, cette approche présente plusieurs inconvénients majeurs qui ont conduit à l’aggravation de l’accident de Three Mile Island. Le principal problème est lié à la difficulté, voire l’impossibilité, de prévoir tous les problèmes pouvant survenir sur une centrale, notamment dans le cas où plusieurs seraient concomitants mais indépendants.

De plus, le risque d’un mauvais diagnostic ou d’un diagnostic partiel des sources du problème est important, et ce, pour des raisons qui peuvent être d’origine humaine comme technologique (par exemple dans le cas de mauvaises informations fournies aux pilotes). Enfin, cette approche rend très difficile l’évolution de la stratégie de pilotage de la centrale dans le cas où les paramètres physiques de celle-ci n’évolueraient pas comme prévu. L’ensemble de ces problèmes et de leur impact potentiellement très aggravant a donc conduit à l’abandon de cette approche pour l’exploitation des centrales nucléaires françaises.

• « L’approche par états » et son nécessaire approfondissement

Afin de se doter d’une approche permettant de faire face à un grand nombre d’incidents voire d’accidents, et ce, même s’ils interviennent en parallèle, EDF et Areva (alors Framatome) ont donc proposé d'aborder le choix des mesures correctives à mettre en œuvre en situation incidentelle ou accidentelle (quelle qu'elle soit), de manière différente : « l'approche par états ». Contrairement à « l’approche évènementielle », « l’approche par états » ne vise pas directement à identifier la ou les causes du problème survenu sur une centrale. En effet, cette approche, en s’appuyant notamment sur l'analyse des paramètres physiques de l’état de refroidissement de la cuve réacteur et de la disponibilité des systèmes de sauvegarde, doit permettre de pallier les problèmes de « l’approche évènementielle ». C'est-à-dire que cette approche permet tout à la fois une bien meilleure évolutivité de la stratégie de conduite et une prise en compte d’évènements concomitants mais indépendants.

Comme toute approche, « l’approche par états » doit nécessairement prendre en compte le retour d’expérience et doit donc évoluer. Plusieurs axes d’évolution sont à poursuivre. Tout d’abord, il faut constamment améliorer la prise en compte de la mesure de l’état physique de la cuve réacteur et des systèmes de sauvegarde. Ce travail doit tout d’abord viser à améliorer la fiabilité des informations fournies aux pilotes (retour d’expérience de Three Mile Island), mais aussi à garantir une redondance suffisante des instruments de mesures et enfin en ajouter dans le cas où ceux présents ne sont pas suffisants. Sur ces deux derniers points, l’analyse de l’accident de Fukushima sera sans doute riches d’instructions tant le manque d’informations fiables, y compris pour l’opérateur TEPCO, a été apparemment criant. D’autre part, ce travail d’approfondissement doit permettre d’encore améliorer la prévision d’accidents éventuels et donc d’y préparer les pilotes de centrales, et ce, même si et peut être surtout parce que ceux-ci n’y seront jamais confrontés durant toute leur carrière. Cette préparation doit permettre notamment l’acquisition d’automatismes qui, le moment venu, doivent permettre de limiter la survenue d’erreurs humaines. Ce dernier travail est notamment le rôle des simulateurs que vos rapporteurs vont maintenant présenter.

c) Le rôle des simulateurs

Les simulateurs sont aujourd’hui monnaie courante dans nombre d’activités. Ils permettent d’une part de faire des tests virtuels (conception assistée par ordinateur, résistance des matériaux et structures, …) et d’autre part de former des opérateurs sans aucun danger (pilotage d’avion, conduite de train ou de voiture, …). Il en est de même pour les centrales nucléaires. En effet, des simulateurs permettent :

- la conception initiale et la modification des centrales ;

- de mener des études incidentelles et accidentelles ;

- de concevoir et faire évoluer les procédures de contrôle des réacteurs ;

- l’étude du facteur humain ;

- la formation initiale et continue des pilotes de centrale.

Ainsi, comme pour les pilotes d’avions, ces simulateurs permettent, entre autre, de préparer les opérateurs à toutes les éventualités allant du simple incident jusqu’à l’accident grave.

• Présentation et conception des simulateurs

Plusieurs types de simulateurs sont utilisés pour l’étude des centrales d’un point de vue incidentel et accidentel. Les simulateurs dont nous parlons ici sont les simulateurs de pilotages notamment utilisés pour la formation des pilotes de centrales. Vos rapporteurs ont pu visiter un de ses simulateurs lors de la visite du CNPE de Gravelines.

Ces simulateurs se matérialisent sur chaque site de production électronucléaire par une salle de commande surnuméraire exacte réplique des salles de commandes de chaque tranche du site. Cette salle de commande est couplée à un simulateur informatique qui permet de rajouter une tranche virtuelle à laquelle il peut arriver, sans aucun danger, tous les pires accidents imaginables.

Ces simulateurs sont conçus par des sociétés externes à EDF. Corys T.E.S.S.26 (filiale d’Areva TA et EDF Développement Environnement) et Atos Origin détiennent actuellement le contrat de simulateurs pour EDF. Ce contrat porte sur la maintenance et la mise à niveau des 19 simulateurs (un par CNPE) et 7 configurations dédiées à la maintenance. Ainsi chacun des 19 CNPE dispose d’un simulateur pour la formation de ses pilotes. Néanmoins seulement 6 configurations existent : une pour chacun des six types de tranches actuellement en fonctionnement en France27. Ainsi chaque type de simulateur est configuré pour modéliser la tête de série d’une tranche.

Par exemple, les réacteurs REP 900 MW CP1 sont simulés suivant la configuration de la tranche numéro 1 du Tricastin, et ce, quel que soit le type de source froide (tour aéroréfrigérante par convection, tour aéroréfrigérante à air pulsé ou prélèvement d’eau froide). Ainsi, pour 10 configurations actuellement en fonctionnement seulement 6 simulateurs sont conçus, maintenus et mis à niveau.

• Maintenance et mise à niveau des simulateurs

Dans les faits, ces simulateurs sont pensés et entretenus comme 6 tranches supplémentaires dans le parc nucléaire français. Ainsi, dès qu’une modification est effectuée sur la tranche tête de série, la même modification doit être effectuée sur les simulateurs correspondants. Par conséquent, lorsqu’une modification est effectuée par la Division production nucléaire28 (DPN) d’EDF, le Centre d'ingénierie du parc nucléaire en exploitation29 (CIPN) d’EDF, qui a préalablement conçu et validé la modification, transmet le cahier des charges de la modification au prestataire maintenant les simulateurs. Celui-ci conçoit alors une évolution du simulateur qu’il fait valider par EDF. Enfin, le prestataire procède à la mise à jour des simulateurs installés dans les centrales.

En outre, d’après Corys T.E.S.S. « la maintenance des simulateurs et leur rénovation permettent de remédier à l'obsolescence progressive des matériels et logiciels utilisés. Elle prend aussi en compte […] l'évolution des besoins de formation des personnels. »

• Utilisation des simulateurs

Comme dit précédemment, ces simulateurs permettent de réaliser de nombreuses fonctions. Les simulateurs grandeur nature sont conçus pour se comporter comme une tranche réelle. Ainsi ils sont suffisamment réalistes pour servir à la conception et à l’optimisation des centrales et des procédures de contrôle et d’exploitation. En outre, ils permettent de procéder à des essais grâce à l’émulation de systèmes réels, et de valider des études de sûreté.

Sur le site de Corys T.E.S.S. deux exemples d’utilisation des simulateurs sont donnés. Le premier concerne le développement avec EDF du premier simulateur de réacteur de type EPR. Celui-ci est actuellement employé en support des études d’ingénierie du projet de construction de la future centrale de Flamanville, notamment pour valider les documents de conception. Son contenu et ses fonctionnalités évoluent régulièrement en fonction de l’avancement de la conception de cette centrale. Ce simulateur servira, en outre, à partir de 2010 d'outil de formation pour les futurs opérateurs de conduite. Le second exemple concerne le développement pour CNPEC (Chine) d’un simulateur de vérification et de validation du contrôle commande-numérique de la centrale REP 1000MW de Lingao II.

Les simulateurs sont aussi et avant tout utilisés comme outils de formation initiale et continue des opérateurs de conduite. Ils participent ainsi à la totalité du cycle de vie d’une centrale nucléaire et peuvent être utilisés pour la validation de nouvelles procédures ou des études d'optimisation. L’approche par état est ainsi apprise pas les pilotes de centrale sur des simulateurs complets. L’évolution de ces procédures est aussi validée sur de tels simulateurs. Ainsi l’approche par état est constamment mise à jour suite au retour d’expérience, qu’il soit en conduite normale, incidentelle ou accidentelle. De plus ces simulateurs permettent d’envisager un grand nombre de scénarios d’accidents et donc de préparer les opérateurs à ces situations.

Lors de notre visite du CNPE, nous avons pu observer pendant quelques minutes une séance de formation sur simulateur. Vos rapporteurs y ont appris que les pilotes passent 10% de leur temps de travail en formation dont 2/3 sur simulateur ; ce qui représente trois semaines par an.

d) Les mécanismes d’arrêt d’urgence

Comme pour tout système complexe, le pilotage d’une centrale nucléaire requiert un mélange d’humains et d’automates. Cette combinaison permet de toute évidence de pallier les limites de chacune des boucles de pilotage (une certaine lenteur pour les humains et une absence d’analyse intelligente pour les automates). On a vu a Fukushima que ce type de contrôle permet aux centrales de se mettre en arrêt d’urgence en quelques secondes ; des temps d’arrêts qui seraient inenvisageables si cet arrêt devait être effectué à la suite d’un ordre humain. Ainsi un ensemble de dispositifs actifs de protection – pompes, générateurs – sont activés de façon automatique dans le but de garantir ou de rétablir la sûreté des installations dans un délai qui ne laisserait pas à l’homme le temps d’agir. Lors d’une audition publique M. Jean-Marc Miraucourt, directeur de l’ingénierie nucléaire d’EDF, a indiqué à la mission qu’ « il en va notamment ainsi de l’arrêt automatique de la réaction nucléaire, des soupapes de sécurité, de l’injection d’eau de secours dans le circuit du cœur du réacteur ainsi que dans le générateur de vapeur, de l’aspersion de l’enceinte et du démarrage, en dix secondes, des générateurs diesel de secours ».

Par ailleurs, ces systèmes d’arrêt d’urgence permettent la mise à l’arrêt automatique en cas d’anomalie sur n’importe quel paramètre affectant la sûreté. Ainsi, dans la réponse à une question d’un de vos rapporteurs, lors de l’audition du 24 mai 2011 concernant la vulnérabilité d’un réacteur à une prise de contrôle mal intentionnée - par exemple dans un accès de démence d’un des pilotes - du poste de pilotage, nous avons appris que « cette procédure d’arrêt d’urgence s’engage aussi bien pour des défaillances matérielles que pour des causes humaines. Un arrêt d’urgence du réacteur se produit ainsi en cas d’action inappropriée : une cinquantaine de cas sont enregistrés chaque année en France ».

À la suite de l’accident de Fukushima, qui a notamment provoqué une contamination au césium, l’ASN a adopté un cahier des charges le 5 mai dernier qui prévoit les procédures de contrôle de l’ensemble des systèmes de sauvegarde.

2. L’adaptation des plans de sécurité civile

Après l’accident de Fukushima, exploitants et pouvoirs publics ont engagé une réflexion sur les réponses possibles à des événements improbables voire imprévisibles, sans préjuger des causes qui pourraient provoquer de tels événements.

a) Les problématiques en jeu

« Fukushima, après AZF, nous enseigne aussi qu’il faut prendre en compte les risques à infime probabilité d’occurrence. Voilà non pas une prémonition du risque, mais bien notre hypothèse de travail, afin de nous hausser à un très haut niveau d’anticipation. » déclare le préfet du Nord, préfet de la région Nord-Pas-de-Calais lors de l’audition ouverte à la presse du 13 mai 2011.

Les mesures de protection de la population, prises dans les jours qui ont suivi l’accident de Fukushima, sont à due proportion de la crise traversée, qui est directement liée à l’exposition du territoire japonais à des risques naturels de grande ampleur, que nous ne rencontrons pas dans les mêmes proportions en France, du moins sur le territoire métropolitain, où sont implantées nos installations nucléaires. Les mesures prises par les autorités japonaises pour faire face à la crise nucléaire ne devraient-elles toutefois pas inciter les pouvoirs publics français à engager un réexamen, non seulement de la sécurité des centrales nucléaires, mais aussi des réponses de sécurité civile telles qu’elles sont planifiées en France. Il pourrait s’agir, tout au moins, de mettre en œuvre des tests de notre capacité à répondre à une échelle croissante de difficultés, ce qui rejoint la question, abordée ci-après, du dimensionnement des exercices réalisés pour tester les dispositifs existants.

Ø La maîtrise de l’urbanisation

Anticiper la protection des populations en cas de crise nucléaire pose la question de la maîtrise de l’urbanisation aux abords des installations nucléaires.

La loi permet en effet aux pouvoirs publics d’instaurer des servitudes d’utilité publique limitant ou interdisant les nouvelles constructions à proximité des installations nucléaires.

Or l’ASN souligne30 qu’au cours de ces dernières années, les projets d’urbanisation autour des sites nucléaires se sont multipliés. Un guide sur la maîtrise de l’urbanisation est en cours d’élaboration par l’autorité, afin notamment de préserver l’opérabilité des plans de secours.

L’enjeu serait à terme que les documents d’urbanisme prennent en compte les risques générés par les installations nucléaires.

Ø L’ampleur des mesures de protection de la population planifiées

Si l’on considère, à l’avenir, l’accident de Fukushima comme une hypothèse de travail, c’est-à-dire un scénario extrême de référence, notre planification accidentelle et post-accidentelle risque de paraître sous-dimensionnée.

Elle se fonde en effet sur des scénarios prenant peu en compte le risque de cumul de difficultés, ainsi que l’a souligné le sous-préfet de Dunkerque lors de l’audition du 13 mai 2001 : « aucun système national n’anticipe les effets cumulés car cela coûte trop cher. ».

La catastrophe japonaise se caractérise :

- d’une part, par l’occurrence simultanée de plusieurs types de risques naturels (séisme, tsunami) et technologiques (en conséquence des premiers) ;

- d’autre part, par la concomitance de plusieurs accidents nucléaires, puisque des difficultés ont été rencontrées sur plusieurs réacteurs, ainsi que sur les piscines d’entreposage du combustible. On a même craint, immédiatement après la catastrophe du 11 mars, que plusieurs centrales nucléaires japonaises ne soient accidentées.

En conséquence de cette crise d’ampleur exceptionnelle, des mesures de protection de la population elles-mêmes exceptionnelles ont été prises, immédiatement après l’accident.

Elles ont concerné un vaste périmètre (20 km pour l’évacuation, 30 km pour la mise à l’abri), trois fois supérieur au périmètre des mesures envisagées dans les PPI de nos réacteurs à eau pressurisée (10 km pour la mise à l’abri et l’ingestion d’iode stable, 5 km pour l’évacuation).

Les mesures de protection de la population prise par le gouvernement japonais à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima

A la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011, le gouvernement japonais a évacué la population dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima et demandé la mise à l’abri de la population présente dans le rayon entre 20 et 30 km. Il a ensuite étendu partiellement la zone d’exclusion à une liste de communes situées entre 20 et 30 km dont la contamination radiologique pourrait conduire à une exposition supérieure à 20 mSv sur un an. 

Puis les autorités japonaises ont mis en place 3 zones afin de limiter l’exposition des populations : une zone « interdite d’accès », une zone d’évacuation planifiée et une zone d’évacuation préparée.

La zone « interdite d’accès » est la zone de 20 km évacuée dès le début de la crise. Les 78 000 personnes qui résidaient dans cette zone auront la possibilité de revenir temporairement à leur domicile pour une durée maximum de 2 h. Elles devront porter une combinaison, un dosimètre, et subiront un contrôle de radiation en ressortant de la zone. Les 6 000 personnes résidant dans un rayon de 3 km autour de la centrale ne bénéficieront pas de cette mesure à cause des débits de dose trop élevés.

La zone d’évacuation planifiée comprend les territoires au-delà des 20 km où la dose dépasserait 20 mSv pour les douze mois à venir du fait de l’exposition externe aux substances radioactives déposées dans l’environnement. La mise en œuvre de cette évacuation est encore en cours.

La zone d’évacuation préparée correspond aux territoires compris entre 20 et 30 km non concernés par la zone d’évacuation planifiée ; les habitants de cette zone doivent être préparés à une évacuation en cas d’urgence. Les enfants, femmes enceintes, malades ne doivent pas rester dans cette zone, les établissements scolaires sont fermés.

Le 26 avril, il a été décidé que les animaux d’élevage présents dans la zone des 20 km seraient abattus.

Source : ASN (23 mai 2011)

L’expérience japonaise pose nécessairement la question du périmètre des PPI. Certes, les pouvoirs publics peuvent toujours adapter les mesures planifiées en fonction des situations réelles, mais avec les risques qu’implique une action sans planification préalable.

La question du périmètre d’administration de l’iode stable a été posée avant l’accident de Fukushima dans le contexte de l’abaissement du seuil d’intervention de 100 mSV à 50 mSV. L’IRSN considère que l’évolution des connaissances remet en cause les scénarios de référence initialement retenus pour la définition des PPI :

« L’évolution des connaissances depuis les années 80 conduit aujourd’hui à considérer qu’en l’absence de protection,(…), une dose à la thyroïde supérieure à 100 mSV pourrait être reçue jusqu’à une distance de l’ordre de 18 km de la centrale accidentée ; dans les mêmes conditions, une dose à la thyroïde supérieure à 50 mSV pourrait être reçue jusqu’à une distance de 25 à 30 km de la centrale accidentée. Dès lors, le choix d’une valeur de 50 mSV à la thyroïde impliquerait de vérifier que les mesures déjà prises (prédistribution, constitution de stocks) permettraient d’assurer une protection convenable jusqu’aux distances considérées, sachant que la cinétique des situations accidentelles (…) laisse un délai de l’ordre de 24 heures avant le rejet massif. ». Par ailleurs, l’IRSN note que des investigations nouvelles « devraient montrer que la valeur de 50 mSV à la thyroïde pourrait être dépassée en quelques heures pour certains scénarios considérés pour la phase réflexe des PPI, et sur une distance plus grande que l’actuel rayon de 2 km retenu pour cette phase réflexe. »31

La circulaire en préparation sur l’administration d’iode stable devrait permettre la mobilisation de 110 millions de comprimés d’iode dans un délai de 24 à 36 heures après un accident : 60 millions de comprimés seront disponibles dans une centaine de plateformes, sous la responsabilité de l’EPRUS32 et 50 millions de comprimés supplémentaires seront stockés dans des plateformes à l’échelon zonal.

On voit qu’en ce qui concerne la distribution d’iode, l’outil PPI est quelque peu dépassé.

Une réévaluation plus générale de cet outil est nécessaire :

- d’une part, les réflexions de l’IRSN sur la remise en cause des scénarios de référence initialement retenus pour la définition des PPI posent la question de leur dimensionnement notamment au regard des périmètres prévus pour la protection des populations ;

- d’autre part, les mesures prises par les autorités japonaises après l’accident de Fukushima, dans des périmètres plus vastes que ceux prévus par les PPI français, constituent un retour d’expérience à méditer.

b) La protection radiologique des intervenants

L’accident de Fukushima incite à s’interroger sur les conditions de mise en œuvre des dispositions réglementaires précitées relatives aux interventions en situation d’accident, concernant notamment les « équipes spéciales d'intervention technique, médicale ou sanitaire préalablement constituées pour faire face à une situation d'urgence radiologique ».

Peu après l’accident de Fukushima, le directeur de la centrale nucléaire de Nogent déclarait, à propos de l’appel à des volontaires au sein du personnel en cas de conditions de travail très dégradées : « Il n’y a pas de liste préétablie (…). En général, le professionnalisme des gens fait qu’on trouve des volontaires. » 33

Or comme il a été indiqué plus haut, lors de l’audition du 5 mai 2011, le représentant d’EDF a indiqué à votre mission : « les volontaires devront s’être déclarés et auront dû subir un suivi médical particulier avant l’accident ». En réalité, comme cela a été confirmé à votre mission lors de son déplacement à Fessenheim, les volontaires se déclarent auprès du médecin du travail, mais le directeur de la Centrale n’a pas connaissance du nombre ni a fortiori de la liste des salariés qu’il aurait à sa disposition en cas d’accident.

L’obligation de formation et de suivi d’équipes préconstituées pour intervenir en situation d’urgence radiologique n’incombe évidemment pas qu’à EDF mais aussi aux autres exploitants et aux pouvoirs publics pour ce qui est de la constitution d’équipes médicales et de secours. De façon générale, l’accident de Fukushima doit inciter à préciser les modalités concrètes de formation et de mobilisation des personnels susceptibles de travailler dans des conditions dégradées – voire d’ailleurs, lorsque c’est possible, d’utilisation de robots.

Il importe que les conditions de mise en œuvre du volontariat en situation d’urgence soient testées lors d’exercices, car il s’agit évidemment de l’un des points clefs de la gestion d’une crise nucléaire.

c) La pertinence des mesures planifiées

Ce n’est pas seulement l’ampleur, mais aussi la pertinence des mesures prévues qui doit être évaluée.

- Les nouvelles technologies modifient les conditions de l’alerte et, au-delà, de la communication de crise, par rapport à ce qu’elle a pu être après l’accident de Tchernobyl. L’émergence d’une information très décentralisée et mutualisée transforme le contexte d’une éventuelle crise. Il n’est pas certain, par exemple, que les sites Internet de l’ensemble des autorités et organismes appelés à intervenir en cas de crise en France soient dimensionnés pour faire face à un événement majeur. L’IRSN a connu des difficultés informatiques, au plus fort de la crise de Fukushima, qui se déroulait pourtant à 10.000 km, car son site a atteint 1,5 million de connexions par jour contre quelques dizaines de milliers habituellement. Ces difficultés ont certes été résolues en quelques heures. A cet égard, les moyens d’alerte par le biais du téléphone filaire, des chaînes radiophoniques et de télévision, des sirènes et engins mobiles demeurent bien sûr indispensables car ils garantissent une information au plus près des populations concernées, et sont peu susceptibles de saturation comme peuvent l’être les réseaux Internet et mobiles.

Néanmoins, des conventions avec les opérateurs de téléphonie mobile, ainsi qu’une stratégie de communication sur internet et les réseaux sociaux, seraient des compléments utiles aux dispositifs décrits à votre mission.

Internet a aujourd’hui un rôle majeur à jouer, en cas de crise, pour conforter la crédibilité de la parole des autorités publiques. Cette parole doit être coordonnée, car il faut communiquer de façon cohérente pour que le recoupement des sources publiques et privées soit un facteur de pédagogie et permette la construction d’un « capital de confiance collectif »34 .

Cette nécessité est reconnue par l’exploitant, par exemple à Gravelines : « Avec 1700 salariés et plus de 2000 prestataires à certaines périodes de l’année qui disposent de téléphones intelligents, de Twitter et de Facebook, comment imaginer que l’information reste maintenue derrière des barbelés ? Ce temps est révolu. » 35

La mise en place d’une force d’intervention, chargée de gérer la communication et d’anticiper les réponses à apporter aux rumeurs doit être envisagée.

Les mesures de protection de la population soulèvent également quelques interrogations :

- On considère généralement que la mise à l’abri est impossible au-delà de 48 heures tant pour des raisons psychologiques que parce que son efficacité tend à diminuer au fur et à mesure des rejets radiologiques. La population est mal préparée à cette consigne de mise à l’abri, comme l’a montré l’incident récent consistant en un déclenchement intempestif de l’alarme de la centrale de Golfech, qui a suscité l’incompréhension. Par ailleurs, comme cela a été mentionné par les services préfectoraux lors de l’audition du 13 mai 2011, on peut douter du respect de la consigne invitant les parents à ne pas venir chercher leur enfant à l’école.

- Dans l’hypothèse d’une évacuation, les exercices montrent que la population tend à partir spontanément, l’action des pouvoirs publics consistant alors à accompagner les flux, ce qui se révèlerait complexe dans des zones densément peuplées, si les voies sont bloquées par un trafic dense, éventuellement associé à une catastrophe naturelle. Les évacuations en car concernent pour l’essentiel les publics « captifs » (écoles, foyers...) ou les personnes âgées ou dépourvues de moyens de transport. La question des refus d’évacuation, qui s’est posée autour de Fukushima, est, par ailleurs, mal appréhendée.

3. La sensibilisation des populations

a) Les exercices de crise

En matière nucléaire, 12 exercices nationaux sont organisés en théorie chaque année, en application d’une circulaire annuelle qui fixe les objectifs et le programme de ces exercices. Sur les 12 exercices prévus par la circulaire de 2010, dix ont pu être réalisés et la population a participé à huit d’entre eux. Il est essentiel, pour que ces exercices soient utiles, que la population et les élus locaux y soient étroitement associés. Alors qu’un certain désintérêt de la population pour les exercices a pu être observé, par exemple lors de l’exercice autour de la centrale de Gravelines le 18 janvier dernier, il est probable qu’après Fukushima ces exercices seront davantage ressentis comme étant indispensables, tout au moins pendant quelques années.

L’accident de Fukushima appelle l’attention sur certains aspects qu’il serait utile de tester lors des exercices. Certaines thématiques figuraient d’ailleurs déjà parmi les objectifs des exercices pour l’année 2010 : organisation d’exercices inopinés, gestion post-accidentelle, forte pression médiatique, volet sanitaire important et volet mesures de radioactivité important.

- L’organisation d’exercices inopinés : il serait contre-productif, voire dangereux, d’organiser des exercices inopinés impliquant la population ; toutefois il serait utile de tester la réactivité des organisations de crise par des exercices inopinés impliquant exploitants et pouvoirs publics.

- L’organisation d’exercices plus longs, incluant la gestion post-accidentelle, est souhaitable ;

- La pression politique et médiatique, nationale et internationale, la résistance des sites Internet doivent aussi être testées. Il est nécessaire de répondre de façon crédible à la demande d’information, sans préjudicier à l’organisation de crise.

Enfin les exercices doivent s’accompagner de l’instauration d’une véritable culture de la sécurité, grâce à une formation au risque nucléaire, via l’école et les médias, tout en parant au phénomène d’accoutumance au risque qui pourrait rendre la population moins vigilante. Il s’agit de favoriser l’acquisition de réflexes, par le biais de l’éducation aux risques majeurs, dont le développement a déjà été préconisé par plusieurs rapports parlementaires, notamment issus de l’Office36. Cette éducation consisterait en une sensibilisation de l’ensemble de la population, au niveau national, complétée par une information ciblée à l’intention des populations situées à proximité d’une centrale nucléaire.

Ø Exercices inopinés d’alerte en centrales nucléaires : exemple du déclenchement intempestif de la sirène PPI du CNPE de Golfech

Des exercices d’alertes sont régulièrement organisés sur les sites de centrales nucléaires et sont généralement des réussites. Ces exercices sont annoncés à l’avance et les riverains sont donc préparés à la survenue de ceux-ci, même si le scénario précis n’est pas dévoilé à l’avance. On peut donc se demander si ces exercices sont vraiment représentatifs de la réaction qu’aurait la population en cas d’accident.

Le 2 mai 2011 en soirée la sirène d’alerte du PPI du CNPE de Golfech s’est déclenchée de manière intempestive durant près d’un quart d’heure. Ce déclenchement imprévu, même s’il s’agit d’un cas isolé, peut sans doute permettre d’approcher de manière un peu plus réaliste la réaction de la population face à un accident réel. La sirène d’alerte est normalement enclenchée en cas d’accident sur la centrale et est prévue pour être entendue à 2 km à la ronde. Elle peut être activée par le directeur du CNPE ou le préfet suivant la cinétique de l’accident. La réaction de la population face a cet incident a été pour le moins inattendue. En effet, malgré les consignes de confinement connues de la population et appliquées tous les trois ans lors d’un exercice d’alerte, la population est en grande majorité sortie de chez elle pour, comme le dit le maire de Golfech, « voir ce qui se passait ». Ainsi la réaction de la population a été l’exact opposé de ce qui était attendu d’elle.

Il est intéressant de voir plus précisément ce qui s’est passé ce soir du 2 mai pour apprendre de cet incident et améliorer nos procédures d’alerte. Pour cela, vos rapporteurs se basent sur quelques articles de presse37 38 39 40 et une retranscription d’entretiens téléphoniques avec M. Alexis Calafat, maire de Golfech, et avec Mme Meyer, directrice des services du cabinet du préfet du Tarn et Garonne.

T+0 (environ 20h30) : l’alarme du PPI du CNPE de Golfech se déclenche. Elle a été entendue dans quelques villages environnant Golfech. Dans ces villages, la plupart des personnes ayant entendu la sirène sortent « pour voir ce qui se passe à la centrale » plutôt que de rester calfeutrées chez eux.

T+10 : le maire de Golfech doit appeler lui-même la centrale EDF pour savoir ce qui s’y passe ; l’incident se déroulant juste après la prise de service des équipes de nuit la chaîne d’information n’a, semble-t-il, pas très bien fonctionné. M. le Maire demande le déclenchement du système d’alerte téléphonique SAPPRE, ce qui lui est logiquement refusé puisque seul le préfet a autorité pour cela (le directeur du CNPE ayant délégation seulement en cas d’accident à cinétique rapide).

T+15 : arrêt de l’alarme. M. le Maire appelle le préfet notamment pour lui demander l’activation du système SAPPRE. Cette demande ne peut pas être exaucée car l’utilisation de ce système n’est prévue qu’en cas d’accident réel ou d’exercice.

T+20 : M. le Maire fait utiliser le système d’alerte de la mairie pour avertir la population que le retentissement de la sirène était une fausse alerte.

Par ailleurs, il est à noter que la sirène d’alerte n’a pas été entendue dans tout le périmètre de sécurité de deux kilomètres. Un élément positif peut tout de même être souligné, malgré sa réaction tout à fait inadéquate la population n’a pas été prise d’un mouvement de panique. Néanmoins la séquence de cet incident peut nous laisser perplexe quant à l’intégration des consignes de sécurité par les populations voisines d’un CNPE et quant au suivi des consignes par ces populations en cas d’accident réel.

De plus, un examen des procédures d’alerte de la population et de la chaîne d’information en temps de crise est incontestablement à réaliser. Ainsi, il faut se poser la question du séquençage de l’alerte des populations, d’abord l’alerte par sirène puis le système d’appel.

En outre, il faudrait envisager la possibilité d’utiliser le système d’alerte téléphonique pour informer la population en cas de fausse alerte. Dans cet exemple on peut aussi voir que, malgré les exercices, la population n’a pas totalement intégré les procédures d’alerte et les consignes de sécurité, ainsi un effort supplémentaire de formation est absolument nécessaire. De plus, d’après M. le Maire, pour une bonne part de ses administrés, le risque d’accident est considéré comme nul. Ce sentiment d’absence de risque est sans doute une des raisons de la mauvaise intégration des consignes de sécurité par la population. Aussi, sans provoquer un mouvement de panique des populations, il faut néanmoins que celles-ci reprennent conscience de l’importance du respect de ces mesures d’urgence.

Enfin, une dernière question reste en suspens : comment réagirait vraiment la population en cas d’alerte réelle ? Les parents ne se précipiteraient-ils pas chercher leurs enfants ? La population n’essaierait-elle pas de quitter les lieux sans aucune protection ? Pour répondre à cela des schémas d’évacuation plus profonds et plus intégrés par la population semblent nécessaires.

b) Des scénarios plus complets

- Les plans de secours traitent des 24 à 48 premières heures mais, au-delà, il faut préciser comment seront assurés l’hébergement et l’approvisionnement des populations, surtout dans le cadre d’une crise longue. Certes un plan départemental d’hébergement prévoit un accueil dans d’autres communes mais il n’est pas certain que les maires, à qui la loi de modernisation de la sécurité civile confie la charge de subvenir aux besoins des habitants, en lien avec les indispensables associations de secourisme, aient les moyens suffisants pour réaliser cette tâche. La question des bases arrière de la planification de crise se pose.

- En fonction de la gravité de l’accident, les capacités d’accueil médical pourraient être mises à l’épreuve, notamment la capacité à accueillir de manière simultanée de nombreuses victimes d’un accident de type nucléaire.

- Au-delà des conséquences à court terme d’un événement, l’accident de Fukushima nous rappelle qu’il convient de tenir compte des conséquences d’éventuels rejets de plus longue durée. A ce titre, il est probable que les réflexions en cours, pilotées par l’ASN, sur la gestion post-accidentelle des crises nucléaires, connaîtront des développements nouveaux au regard du retour d’expérience japonais. Cette gestion post-accidentelle nécessite une préparation qui n’est pas forcément une planification coûteuse, mais qui peut consister en des dispositions opérationnelles. A titre d’exemple, la direction de la sécurité civile fait valoir l’intérêt d’instaurer un seuil de libération41 des déchets puisque la question s’est posée à Fukushima de matériels envoyés par la France qui ont dû être laissés sur place en l’absence de mise en œuvre d’un tel seuil. L’ASN y est toutefois opposée. La politique de « zonage » ne permet de libérer que des déchets provenant de zones historiquement exemptes d’activité nucléaire afin de ségréger avec certitude l’ensemble des déchets nucléaires et éviter toute erreur humaine.

C. – LA SÉCURITÉ N’A PAS DE PRIX

Si la filière nucléaire française a su fermement conserver sa position de premier rang mondial acquise voici plus un tiers de siècle, c’est avant tout le fruit de la détermination de la Nation, au sortir de la seconde guerre mondiale, à se doter des moyens de son indépendance, le résultat du dévouement de deux générations d’ouvriers et d’ingénieurs ainsi que d’un effort collectif des citoyens de notre pays.

1. Le maintien dans le giron de l’État

L’industrie nucléaire fonde en effet son développement sur des décisions au long cours, à l’échelle du demi-siècle. Cet engagement sur le long terme constitue également, aux yeux de vos rapporteurs, la meilleure garantie du maintien de la sûreté des installations nucléaires.

En effet, si pour une entreprise banale la recherche prioritaire du profit est un objectif naturel, celle-ci conduit inexorablement à vouloir, par tous moyens, la réduction des coûts. Dans ce cadre, la sûreté apparaît essentiellement comme une source de coût, ne procurant aucun avantage concurrentiel immédiat, sur laquelle toute économie serait bonne à prendre. Aussi, vos rapporteurs considèrent-ils que l’industrie nucléaire ne peut se développer dans un tel contexte, pas plus qu’elle ne saurait se plier aux aléas de la concurrence internationale, sans de graves inconvénients sur le plan de la sûreté des installations.

En conséquence, nous recommandons que l’Etat prenne toutes les dispositions qui apparaîtront nécessaires pour, d’une part, conserver sur le long terme une complète maîtrise des entreprises de la filière nucléaire française et, d’autre part, faire reconnaître au niveau européen, le caractère spécifique de la filière nucléaire qui ne peut répondre à l’exigence de concurrence imposée dans le secteur de l’énergie par les traités. Ce raisonnement doit s’imposer au moment où l’énergie nucléaire concerne la France plus que son environnement européen.

2. Un renforcement ciblé des moyens

Lors de chacune des visites réalisées sur les sites nucléaires, vos rapporteurs ont mesuré la prééminence du rôle de l’Autorité de sûreté nucléaire en matière de contrôle de la sûreté des installations.

a) La consolidation des instances de contrôle

Pour assurer le maintien d’un suivi et d’un contrôle rigoureux de la sûreté des installations nucléaires, vos rapporteurs considèrent essentiel de donner à l’Autorité de sûreté les moyens humains et financiers indispensables à l’efficacité de son action et à la garantie de son indépendance. A ce titre, nous demandons au Gouvernement de mettre en place un régime d’astreintes permettant d’assurer, en toutes circonstances, une parfaite réactivité de l’ASN en cas de crise, et de procéder à une remise en cohérence des ressources budgétaires affectées à l’ASN ainsi que de leur financement, afin de simplifier la gestion de ses activités.

Concernant le régime des astreintes, faute de disposition adéquate, l’organisation actuelle repose sur le seul principe du volontariat, lequel peut être mis en défaut en période de congés. La mise en place d’un système plus approprié se heurte à un problème d’ordre réglementaire, dont la résolution relèverait d’un simple arrêté. Après signature d’au moins l’un des ministres compétents, par exemple celui en charge de l’écologie, cet arrêté doit être approuvé par le comité technique paritaire du ministère, au sein duquel l’ASN n’est malheureusement pas représentée. La mise en place d’un véritable système d’astreinte semble également se heurter à des réticences du ministère chargé de la fonction publique, lequel conteste le mode et le montant de l’indemnité prévue. Vos rapporteurs estiment qu’en toutes circonstances l’ASN doit être à même de faire face à une crise éventuelle.

La deuxième difficulté porte sur la structure du budget de l’ASN, aujourd’hui réparti entre quatre programmes distincts. Cet éclatement induit des difficultés en matière de préparation, d’arbitrage et d’exécution budgétaire. Il conduit également à des incohérences dans la gestion des crédits et des personnels affectés à l’ASN. Il constitue enfin un obstacle à la transparence nécessaire à l’exercice du contrôle parlementaire et à l’information de nos concitoyens sur l’adéquation des moyens affectés au contrôle de la sûreté nucléaire.

Aussi, vos rapporteurs demandent au Gouvernement de regrouper ces quatre programmes en un seul, qui pourrait être intitulé « Contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ».

b) Une dimension nouvelle pour la transparence

A l’occasion de leurs rencontres avec les représentants des Commissions locales d’information, vos rapporteurs ont pu mesurer l’importance des missions de suivi et d’information assurées par ces instances pluralistes de proximité. Plusieurs de nos interlocuteurs nous ont pourtant fait part des obstacles qu’ils rencontraient, du fait de l’insuffisance des moyens financiers. Le président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI) a confirmé, à l’occasion de son audition, le caractère général de ce problème de financement et ses conséquences néfastes sur l’activité des CLI.

La loi du 13 juin 2006 prévoit trois modes de financement des CLI: par l’Etat, par les collectivités territoriales et par prélèvement d’une partie du produit de la taxe sur les installations nucléaires de base. Comme pour l’Autorité de sûreté nucléaire, vos rapporteurs estiment que ce dernier mode de financement, directement lié à l’activité des installations nucléaires, est celui qui présente la meilleure cohérence et la plus grande garantie d’indépendance des instances concernées. Compte tenu du rôle des CLI dans la promotion de la transparence, donc de la sûreté des installations, vos rapporteurs demandent au Gouvernement de prendre les mesures nécessaires à la mise en œuvre de ce mode de financement prévu de longue date par la loi.

Mais ce renforcement des moyens accordés aux CLI resterait insuffisant pour assurer leur indépendance si celles-ci ne peuvent avoir accès à une expertise elle-même pluraliste. A ce sujet, si la rigueur et la compétence de l’IRSN ne sauraient être remises en cause, il n'en reste pas moins que l'absence d'instance alternative pour l'évaluation scientifique du risque nucléaire constitue une limite du dispositif existant.

Vos rapporteurs considèrent que le renforcement de la recherche universitaire en matière de sécurité nucléaire peut contribuer à résoudre cette difficulté en ouvrant une voie alternative pour l’expertise scientifique en ce domaine, sous réserve de la mise en place d’un cahier des charges et d’un suivi des travaux par des institutions tierces.

3. Un besoin d’implication encore accrue des personnels

Lors de leurs visites de différents sites nucléaires, vos rapporteurs ont tenu à ménager le temps nécessaire au dialogue avec les personnels et leurs représentants syndicaux. Ces derniers ont unanimement exprimé leur inquiétude à l’égard de la pratique de la sous-traitance. Au travers de ces entretiens, vos rapporteurs ont aussi compris que la capacité à recruter des personnels compétents constitue l’une des conditions essentielles au maintien de la sûreté des installations nucléaires.

a) L’anticipation des besoins de formation

D’après les informations recueillies, au sein de filière nucléaire, comme dans une bonne part de l’industrie, le vieillissement de la population conduira, dans les prochaines années, au départ en retraite de nombreux personnels spécialisés. Ainsi, EDF estime à 22 000 le nombre de ses employés appelés à prendre leur retraite entre 2010 et 2015.

Le remplacement de ces personnels pose une double difficulté. D’une part, l’offre de formation aux métiers du nucléaire reste très insuffisante en regard des besoins, malgré quelques initiatives notables, comme celle initiée en 2006 par EDF pour la mise en place d’une filière “environnement nucléaire” au niveau du Bac professionnel, puis du BTS. D’autre part, le caractère très spécialisé de certains de ces métiers nécessite de prolonger la formation initiale par un compagnonnage sur plusieurs années, permettant d'acquérir une parfaite maîtrise des gestes techniques et une complète connaissance des matériels. De ce fait, le remplacement d’un salarié devra, pour certains métiers, être préparé plusieurs années à l’avance, afin que le remplaçant puisse être parfaitement opérationnel et autonome le moment venu.

A cet égard, l’appel à la sous-traitance constitue un facteur de risque supplémentaire, dans la mesure où il rend plus difficile l’appréciation de l’ampleur des besoins de recrutement dans l’ensemble de la filière. Qui plus est, des sous-traitants confrontés à des difficultés de recrutement seront tentés d’y palier par la sous-traitance en cascade, voire en déléguant des personnels insuffisamment formés. Aussi, apparaît-il indispensable de mettre en place des formations initiales et continues destinées spécifiquement aux sous-traitants dans les bassins d’emploi.

Ce problème se trouverait considérablement aggravé si des incertitudes devaient se faire jour sur l’avenir de la filière nucléaire en France. En effet, il deviendrait alors beaucoup plus difficile - voire impossible - de développer de nouvelles filières de formation sans perspective de carrière à long terme. Dans ces circonstances, la filière pourrait être confrontée à une véritable pénurie de compétences susceptible de dégrader significativement les conditions de maintenance et d’exploitation des installations, donc leur sûreté.

b) La nécessaire remise à plat des pratiques de sous-traitance

Sur tous les sites qu’ils ont eu l’occasion de visiter, vos rapporteurs se sont heurtés à la question de la sous-traitance des activités de maintenance et d’exploitation des installations nucléaires.

Bien qu’elle ne revienne pas à soustraire au contrôle direct de l’Etat les activités sous-traitées, et que le contrôle comme la préparation restent sous la maitrise de l’exploitant et soumises au contrôle de l’ASN, cette externalisation, qui a pour origine des erreurs affectant gravement la sûreté faites par des employés d’EDF, pose un certain nombre de problèmes de principe.

Les représentants des directions d’Areva et d’EDF rencontrés ont tous assuré limiter l’appel à la sous-traitance à des cas pour lesquels elle apparaît a priori justifiée, telles des interventions ponctuelles, nécessitant des compétences très spécialisées, ou encore des activités de maintenance à caractère saisonnier. De plus, à l'occasion de la visite de la centrale de Belleville-sur-Loire, le directeur en charge du dossier prestataires à la Division production Nucléaire d'EDF a présenté en détail les conditions d'organisation de la sous-traitance ainsi que d'accueil des intervenants sur le site. Vos rapporteurs sont bien conscients que la sous-traitance est parfois nécessaire ; par exemple pour changer un générateur de vapeur, il est préférable de laisser le constructeur, c'est-à-dire Areva, s’en charger, plutôt que de le réaliser avec des ressources internes. Néanmoins, nous n’avons pas été complètement convaincus par l’argumentation des exploitants.

D’autre part, nos interlocuteurs ont souligné les rigidités résultant des contraintes réglementaires européennes, lesquelles imposent une procédure de mise en concurrence équivalente à celle employée par les administrations. Une procédure de ce type offre, en général, peu de marges de manœuvre au donneur d’ordre. Elle peut le contraindre à diviser une opération en plusieurs marchés indépendants, susceptibles de poser des problèmes de coordination, voire à retenir une entreprise dans laquelle il n’aurait pas une grande confiance. Sur ce point, EDF a mis en œuvre des dispositions permettant de privilégier les entreprises mieux-disantes, notamment en terme de conditions de travail de leurs personnels, plutôt que simplement celles proposant les prix les plus bas. Il serait judicieux que la prééminence du mieux-disant sur le moins-disant soit inscrite dans la réglementation européenne en matière d’appels d’offres dès lors que ceux-ci concernent l’industrie nucléaire ou toute autre industrie jugée sensible.

L’opacité de procédures de mise en concurrence peut également conduire à des cascades de sous-traitants: un prestataire retenu sur appel d’offres, alors même qu’il ne dispose pas des effectifs nécessaires, peut être tenté, dans l’urgence, de faire appel aux personnels de l’un de ses confrères. D’après les informations qui nous sont parvenues à l’occasion de nos visites de sites, dans certains cas extrêmes, jusqu’à huit niveaux de sous-traitants peuvent ainsi se superposer. Une telle situation s’avère particulièrement préoccupante, en terme de sûreté, puisqu’elle conduit à une dilution extrême des responsabilités et s'avère difficile à identifier.

Ensuite, l’externalisation peut être source de lourdeurs supplémentaires dans l’organisation des interventions. En effet, l’activité du sous-traitant, responsable du suivi qualité de ses prestations, doit faire l’objet d’un contrôle par le donneur d’ordre, ce qui ajoute un acteur, chargé du suivi du prestataire, dans l’organisation. Symétriquement, cette personne affectée au contrôle du prestataire, n’est, en principe, pas habilitée à s’adresser directement aux intervenants du sous-traitant, mais uniquement à leur chef d’équipe, chargé du pilotage du marché. Ce sont donc deux niveaux qui se rajoutent à l’organisation existante. Celle-ci s’avère donc tout à la fois plus lourde et plus sujette à erreurs, l’empilement des intermédiaires étant source d’incompréhensions.

Enfin, l’externalisation pose le problème de la traçabilité du suivi radiologique des intervenants de l’entreprise sous-traitante, notamment lorsqu’il s’agit de travailleurs se déplaçant de site en site. En effet, alors que les personnels EDF ou Areva sont soumis au contrôle du médecin du travail de leur établissement, ceux des sous-traitants dépendent, sauf exception, pour leur suivi médical, d’un médecin du travail basé dans leur lieu d’origine, ce qui peut constituer un obstacle majeur à un contrôle radiologique efficace. Aussi, vos rapporteurs estiment nécessaire la mise en place d’un correspondant-référant de la médecine du travail pour chaque site, chargé de la vérification du dossier de santé des intervenants.

Si vos rapporteurs estiment que ces multiples difficultés résultant de la pratique de la sous-traitance devraient conduire à s’interroger sur la possibilité d’en réduire l’étendue, ils considèrent que la précaution la plus urgente concerne la limitation de la sous-traitance en cascade, dans la mesure où celle-ci aboutit à une opacité, potentiellement dommageable pour la sûreté des installations aussi bien que pour les conditions de travail des intervenants.

4. La nécessité d’un effort permanent de recherche

Vos rapporteurs souhaitent à présent souligner l’intérêt de fournir un effort permanent de recherche, afin de pouvoir faire évoluer le référentiel d’exigences de sûreté des installations au regard du gain pour la sûreté pouvant résulter de ces travaux fondamentaux.

a) La relation complexe entre sûreté et innovation

L’intégration d’une innovation est un processus long et non trivial.

D’une part, l’exigence de sûreté suppose que toute innovation soit intégrée dès que possible dans chaque réacteur pour qu’il bénéficie toujours de la meilleure technologie disponible. D’autre part, pour des raisons de fiabilité, seul un dispositif éprouvé et bien rôdé peut être candidat au remplacement d’un dispositif existant ou à l’ajout d’un composant de sûreté.

Ø La sûreté suppose des améliorations constantes

Les réexamens de sûreté sont une étape périodique de la vie des centrales françaises : ils visent à se réinterroger sur la sûreté de façon approfondie, et permettent de définir les améliorations des installations afin de rehausser leur sûreté à un niveau proche, à défaut d’être équivalent, de celui des installations les plus récentes.

Ils complètent ainsi le processus continu d’amélioration de la sûreté que constitue l’examen du retour d’expérience de l’exploitation quotidienne des réacteurs.

Seule l’ASN, par ses contrôles périodiques et par ses visites décennales, est à même de dire si un réacteur doit être fermé pour des raisons de sûreté.

Elle vérifie en effet régulièrement la mise en œuvre de parades ou d’actions de surveillance et de maintenance adaptées à la maîtrise du vieillissement des installations et est qualifiée pour dire si l’autorisation d’exploiter une installation peut être prolongée pour une période supplémentaire de 10 ans dans des conditions de sûreté satisfaisantes, sous réserve du résultat de tout nouveau contrôle au cours de cette période.

Ø La sûreté ne peut intégrer que des dispositifs et procédés éprouvés

L’exigence de sûreté pourrait supposer qu’à chaque instant un réacteur nucléaire dispose de la meilleure technologie disponible.

Deux raisons s’opposent à cette vision des choses. D’une part, on peut se poser la question de l’utilité du remplacement d’un dispositif ou d’un procédé éprouvé n’ayant jamais causé de problème et dont les équipes opérationnelles, ainsi que l’ASN, sont satisfaites. D’autre part, pour des raisons de fiabilité, seules les technologies éprouvées peuvent être effectivement intégrées, ce qui impose une sorte de sas temporel entre le développement d’une innovation et sa mise en place sur le parc existant.

Un exemple de technologie améliorant la sûreté de nos centrales et ayant mis une dizaine d'années à être qualifiée est le recombineur d’hydrogène. Son principe était connu depuis longtemps, le platine ayant la propriété de catalyser la réaction de combustion H2 + O2. Il a toutefois été nécessaire de développer un concept passif, utilisant la chaleur dégagée par la réaction pour constituer une boucle de convection naturelle.

Après que le procédé a été testé au début des années 90, en fonctionnement normal, dans l’installation Kali42 par le CEA et dans l’installation H2PAR43 par l’IRSN et EDF, EDF a envisagé d'implanter des recombineurs auto-catalytiques passifs d’hydrogène sur les réacteurs des paliers P'4 (réacteurs de 1300 MW) et N4 (réacteurs de 1450 MW). La décision a été prise par l’ASN en 1997 pour une mise en place sur la totalité du parc, et confirmée après des tests de dimensionnement par l’IRSN au début des années 2000.

Ils sont ainsi installés sur l’ensemble des réacteurs du parc électronucléaire français depuis 2007.

Un autre exemple est l'informatisation du contrôle-commande : alors que la technologie était disponible depuis longtemps, cette mise à niveau n'a été mise en œuvre que sur le palier N4, et avec initialement beaucoup de précautions.

b) La recherche, gage de crédibilité et de transparence

La recherche en matière d’énergie nucléaire offre une dynamique importante, lui permettant de toujours se situer en pointe des technologies pour la production d’électricité, et lui apportant une ouverture différente sur la société civile, par les questions qu’elle oblige à se poser, tant d’un point de vue économique que sociétal.

Ø Un exemple : la dimension temporelle des déchets nucléaires

La question de la gestion des déchets nucléaires, notamment ceux à vie longue, étudiée à l’Office dès 1989, a été à l’origine de la loi du 30 décembre 1991. Elle pose des questions de société tout à fondamentales, notamment au regard de la durée.

Le choix d’un site de stockage suivra le vote, en 2015, d’une nouvelle loi sur la réversibilité du stockage. La question du stockage en couche géologique profonde, incluant la notion de réversibilité44, écarte les affirmations par trop définitives de certains milieux scientifiques ou économiques et laisse ouverte la porte de l’évolution de la recherche et des avancées scientifiques qui est le propre de notre culture humaniste. Cette approche ouvre le champ des possibles et ne préjuge en rien des progrès de la science à un, voire plusieurs siècles devant nous.

La question des déchets radioactifs ayant été très peu abordée dans la première partie de notre mission, elle sera approfondie dans la deuxième.

Ø L’énergie nucléaire : une technologie de pointe

L’énergie nucléaire s’appuie sur un ensemble technologique complexe et exigeant.

• Complexe par la diversité des corps de métiers, la transversalité des recherches sur lesquelles elle s’appuie

Ces efforts de recherche concernent les matériaux des équipements sous pression, les logiciels de commande, les bétons, mais aussi les moyens de surveillance et de mesure, l’opérateur japonais Tepco s’étant trouvé, après le séisme et le tsunami, presque aussi aveugle sur la situation à l’intérieur de ses installations que l’exploitant américain de la centrale de Three Mile Island en 1979.

Ainsi, une question fondamentale des années à venir et sur laquelle les recherches doivent aller plus vite réside dans les moyens que nous pouvons mettre en œuvre pour pouvoir piloter, obtenir des informations, et garder la maîtrise d’une installation, depuis un poste distant, à tout moment, en cas d’accident nucléaire grave.

Par exemple, l’utilisation de fibre optique pour la surveillance, la sécurité et la sûreté des matériaux et des structures, comme il l’a été présenté à vos rapporteurs lors de l’audition publique du 24 mai sur la protection des réacteurs nucléaires, est une piste à approfondir car elle présente de nombreux avantages évidents par rapports aux capteurs traditionnels : diamètre non intrusif, immunité électromagnétique, coût faible.

En situation normale, la fibre optique peut assurer la surveillance de l’enceinte de confinement, des piscines ou des conduites de vapeur. En situation accidentelle ou post-accidentelle, elle peut permettre la détection du percement de la cuve du réacteur, le suivi de l’avancée du corium, la surveillance des conduites de vapeur et autres circuits primaires, la détection d’incendie dans le bâtiment ou la surveillance radiologique de l’enceinte par dosimétrie. Autant d’informations essentielles en situation post-accidentelle.

La recherche se base également sur la modélisation, les simulations numériques, mais également les expérimentations en laboratoire. Ainsi, de nombreuses études sont menées par le CEA en recherche et développement en collaboration avec EDF, Areva ou l’IRSN, soit via des partenariats internationaux, comme le projet SERENA de l’OCDE. La R&D mobilise, à l’IRSN, l’équivalent de 280 personnes à plein-temps, pour un budget annuel de l’ordre de 90 millions d’euros, sur les questions les plus poussées : consolider les connaissances sur le déroulement des accidents de fusion de cœur et de dénoyage de piscines ; acquérir des connaissances sur les mécanismes et dispositions qui permettraient d’arrêter la progression de l’accident et de limiter les rejets dans l’environnement ; compléter nos connaissances du comportement du combustible en situation accidentelle.

• Exigeant par la rigueur et l’excellence qu’elle impose à tous les niveaux de la chaîne de valeur

- à la conception pour intégrer les meilleures options de sûreté ;

- à la construction, sur le chantier, par la réalisation technique d’ensembles nécessitant un savoir-faire important ;

- à la formation, par des cursus théoriques adéquats, y compris à destination de cadres expérimentés pour un effort permanent de mise à niveau; 

- à l’exploitation, en fonctionnement, qui impose rigueur, sang-froid, et maîtrise de l’outil pour l’exploitant, vigilance et exigence pour l’autorité de contrôle ;

- au démantèlement des installations, qui nécessite également un savoir-faire transversal de bonne gestion d’un chantier, tout en mettant en œuvre des opérations spécifiques pour traiter la dimension proprement nucléaire.

La bonne maîtrise d’une technologie aussi avancée pousse notre pays à rester dans le peloton tête des pays industriels. Elle exige sans détour que nous ayons les meilleurs laboratoires, les meilleurs ingénieurs, les meilleurs techniciens.

Cette excellence ne peut pas s’acquérir en un jour : elle résulte d’une expérience que nous garantit l’ancienneté de notre engagement dans la filière, mais exige également un transfert de connaissance et de savoir-faire qu’il faut encourager, comme nous le verrons pour le cas particulier du chantier de l’EPR.

5. L’EPR

Lancé en 1992, dans un souci d’utiliser toute l’expérience acquise sur les modèles français N4 et allemand Konvoi, le projet de réacteur à eau pressurisée européen EPR, d’une puissance de 1600MW, de troisième génération, a pour ambition de constituer la gamme de réacteurs qui remplacera les réacteurs actuels lorsqu'ils arriveront au terme de leur vie.

D’un point de vue strictement économique, la conception générale a été revue de façon à accroître la disponibilité, notamment par l'augmentation de la redondance de certains équipements, afin de pouvoir en assurer la maintenance sans avoir à arrêter l'exploitation du réacteur, et par une durée de vie à la conception de 60 ans.

a) Le retour d’expérience de la IIème génération

Développée après les accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl, la troisième génération a pour principal atout de se fixer, dès sa conception, des objectifs de sûreté et de sécurité ambitieux tels qu’une réduction du risque d’accident majeur avec fusion du cœur, une réduction de l’impact sur l’environnement en cas d’accident grave et la capacité à résister à des agressions externes.

Ø Caractéristiques générales

Le réacteur EPR se distingue des autres réacteurs par l’ajout d’un certain nombre de sécurités clés passives, ne nécessitant aucune intervention extérieure.

• Les dispositifs de sûreté face à la fonte du cœur

Le récupérateur de corium, magma résultant de la fusion des éléments du cœur, constitué du combustible nucléaire, des éléments de l’assemblage et d’autres éléments du cœur, permet, en cas de percement de l’enceinte de confinement, l’étalement du cœur et donc son refroidissement. De plus, sans intervention humaine, la chaleur induite par la libération du corium fait fondre des soudures se trouvant autour du récupérateur de corium qui libèrent une réserve d’eau, noyant ainsi le réacteur et accélérant son refroidissement.

Le confinement est assuré par une double enceinte : une enceinte interne en béton précontraint, avec peau d’étanchéité métallique appelée liner, conçue pour résister aux conditions de pression et de température internes, et une enceinte externe en béton armé conçue pour résister aux agressions externes.

Les systèmes d'injection de sécurité ont été renforcés et l'adoption d'une organisation dite « 4 fois 100 % » présente un niveau de fiabilité qui est considéré comme plus important que le système actuel tout en facilitant la maintenance en service. L’organisation « 4 fois 100% » signifie qu’il existe 4 systèmes de refroidissement totalement indépendants pouvant chacun assurer 100% du refroidissement du réacteur.

Ces 4 trains sont installés dans 4 divisions de sauvegarde séparées physiquement, de façon à protéger la fonction de sûreté des agressions internes et externes. Chaque division est alimentée, en plus des alimentations électriques normales, par un diesel principal de secours Les divisions 1 et 4 possèdent en plus chacune un moteur diesel supplémentaire.

L’EPR dispose également d’une cinquantaine de recombineurs d’hydrogène, dont l’importance cruciale ne fait aucun doute, notamment suite à la catastrophe de Fukushima, où l’on a vu spectaculairement les explosions successives d’hydrogène, avec des conséquences sur les structures et sur les émissions de radioactivité.

• Le risque de chute d’avion

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l’agression avec un avion de ligne, ou sa chute accidentelle, est entrée dans les considérations pour la sûreté des réacteurs. Le réacteur EPR intègre, dès sa conception, la prise en compte de ce risque externe majeur puisqu’il dispose d’une coque externe en béton, dite « coque avion », susceptible de résister à la chute d’un avion.

En effet, lors de son développement dans les années 90, les autorités allemandes ont voulu se prémunir contre la chute, sur un réacteur nucléaire, d’un F-104 Starfighter, dont la fiabilité en vol ne leur inspirait guère confiance (292 des 916 F-104 allemands s'écrasèrent, causant la mort de 116 pilotes, ce qui leur valu le nom macabre de « widow maker », ou « faiseur de veuve »).

Ainsi que cela a été présenté lors de l’audition du 24 mai, la recherche sur les matériaux a d’ores et déjà permis de développer des bétons de caractéristiques particulièrement bien adaptés aux contraintes de l’industrie nucléaire. Certains ont d’ailleurs déjà été mis en œuvre dans des installations du parc nucléaire français.

b) Le cas de l’EPR de Flamanville

Le 20 mai dernier sur le chantier du réacteur EPR Flamanville 3, nous avons pu constater l’évolution des travaux, et interroger l’exploitant EDF, Areva, les différents syndicats, ainsi que l’ASN.

Ø Le déroulement du chantier, indicateur d’une perte de savoir faire

Un certain nombre d’intervenants, dont l’ASN, ont fait part de la perte de savoir-faire dans la construction de réacteurs, notamment chez les fournisseurs, sur des points très techniques tels que des soudures au niveau du liner et des adaptateurs du couvercle de la cuve.

Les difficultés de soudage, résultant notamment de l’ergonomie du poste du soudeur, ont constitué une source importante de préoccupation au cours des années 2008-2009. Environ 25% des soudures étaient non-conformes aux critères de qualité exigés par l’ASN et ont dû être refaites. Toutefois, l’ASN souligne la réactivité d’EDF dans la mise en œuvre des dispositions préventives à la suite de la détection de l’écart de juin 2010.

Cette perte de savoir-faire s’explique principalement par le fait qu’aucun réacteur nucléaire n’a été construit depuis plus de 10 ans en France. Ce problème ne touche pas uniquement EDF, mais l’ensemble de la chaîne de fournisseurs et fabricants.

Les filières de formation n’ont pas été maintenues, et il a même parfois été nécessaire de faire appel à des employés retraités ayant travaillé sur les précédents réacteurs afin qu’ils encadrent et forment les employés actuels.

Les propos tenus par M. André-Claude Lacoste lors d’une audition au Parlement confirment ce point : « Il n'est absolument pas étonnant que l'on rencontre des difficultés pour le construire en France ou en Finlande car on n'y a plus construit de réacteurs depuis 20 ans. Ainsi, Bouygues ne sait plus bétonner à la qualité nucléaire ; de nombreux fabricants ne sont plus au niveau ; EDF a perdu son aptitude à diriger les chantiers »45.

Ø Caractéristiques face aux risques naturels

Le réacteur EPR en construction à Flamanville bénéficie, dès sa conception, d’innovations suite aux retours d’expérience des accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl, mais également d’incidents importants tels que les effets de la tempête de 1999 au Blayais.

• La prise en compte du risque de séisme

Le risque de séisme est pris en compte dès la conception par l’étude sur 1000 ans du séisme le plus important de la région. Celui-ci est ensuite transféré sur le lieu sous la centrale, et cette dernière est dimensionnée en majorant ce Séisme Maximal Historiquement Vraisemblable (SMHV) de 0.5 sur l’échelle de Richter.

Le réacteur EPR de Flamanville est ainsi dimensionné pour un séisme de magnitude 5,7.

Pour le site de Flamanville, le séisme de référence, c’est-à-dire le plus fort séisme imaginable, majoré d’une marge de sécurité (« séisme majoré de sécurité »), correspond à un séisme dont l’accélération horizontale serait de 0,11 g. La partie nucléaire des installations est dimensionnée pour résister à une accélération horizontale de 0,25g.

• La prise en compte du risque d’inondation

Le risque d’inondation a également été pris en compte dès la conception du réacteur en profitant du retour d’expérience de l’inondation de la centrale du Blayais en 1999.

L’examen de la configuration géologique autour du site de Flamanville permet à l’exploitant d’affirmer qu’il n’y a aucun risque de chute de falaise ou autre glissement de terrain côtier induisant un tsunami.

Le dimensionnement des digues se fonde sur la Côte Majorée de Sécurité, qui prend en compte tous les aléas potentiels en les cumulant. La CMS est évaluée à 8.73m pour le site de l’EPR, et la plateforme se situe à 12.40m. La digue, quant à elle, atteint la hauteur de 15 mètres.

c) La sécurité n’a pas de prix, mais son coût manque de transparence

Vos rapporteurs ont pour habitude de rappeler que la sécurité n’a pas de prix, qu’elle a uniquement un coût, c'est-à-dire qu’elle n’est pas en option : son coût fait ainsi partie des dépenses absolument incompressibles.

La catastrophe de Fukushima nous rappelle sans détour que l’on ne négocie pas avec la sécurité d’une centrale. C’est d’ailleurs une position constante de l’Office parlementaire, sur laquelle nous ne saurions transiger. Déjà, en janvier dernier, un rapport de l’Office sur l’évaluation du Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs fustigeait toute idée de réacteur low-cost (bon marché) ou de vente à des pays n’étant pas « en mesure d’effectuer un investissement matériel et humain considérable (…) d’en maîtriser suffisamment les conditions de sûreté pour la déployer. »46

Toutefois, il arrive un moment où il devient nécessaire de chiffrer ce coût. Or, il nous a été impossible d’obtenir une évaluation crédible du coût de la sécurité dans l’EPR. Vos rapporteurs en ont notamment fait la demande directe lors de sa visite du chantier de Flamanville, sans qu’une réponse satisfaisante leur soit apportée.

Le prix du réacteur EPR de Flamanville 3, annoncé à 3 milliards d’euros (base 2003), puis 4 milliards d’euros (base 2008), est aujourd’hui évalué à 5 milliards d’euros (base 2008), si ce n’est plus, soit de l’ordre de 50% d’augmentation. Néanmoins, il faut prendre en considération que le surcoût d’une tête de série est évalué à 30% (Etude DGEMP – DIDEM, 2003).

Dans le cadre de son audit de la filière nucléaire, la Cour des Comptes pourra se saisir de la question de l’évolution du prix de l'EPR au kW et du prix du MWh à la production en sortie de l'EPR de Flamanville 3. Ces deux informations permettent d’une part de comparer le prix de l’EPR aux autres réacteurs de même génération, et d’autre part d’obtenir une indication de la disponibilité effective de l’EPR.

A titre indicatif, nous avons regroupé sous la forme d’un tableau les prix au kW que nous avons pu trouver pour certains réacteurs de troisième génération. Ce tableau ne peut évidemment pas être considéré comme étant totalement exhaustif, puisque les prix sont constamment réévalués, selon la phase et l’avancement du projet.

Réacteur

Origine

€/kW

EPR

Areva, France

2500 à 3125

AP 1000

Westinghouse, USA

2500 à 3300

APR - 1400

KHNP, Corée du Sud

1800 à 2600

ACR-1000

Energie atomique du Canada limitée (EACL), Canada

> 2000 (prix d’annonce)

Source : world-nuclear.org/

Le problème du coût de la sûreté doit être posé. L’énergie nucléaire permet en effet aujourd’hui de produire de l’électricité moins chère que les énergies concurrentes, à l’exception de l’énergie hydroélectrique. Mais une sûreté renforcée a une incidence sur les coûts. Ce problème renvoie à la question de l’avenir de la filière nucléaire, qui sera au cœur de la deuxième partie de la mission.

CONCLUSION DU RAPPORT D’ÉTAPE

Sous réserve des difficultés qui ont pu être constatées au cours de la mission pour recueillir des informations financières ou de comparaison internationale, la France est un des pays nucléaires où la gestion de la sûreté est à la fois la plus exigeante (l’indépendance de l’Autorité de sûreté constitue le meilleur garant de cette exigence) et la plus transparente (le PNGMDR est notoirement reconnu comme une bonne pratique au niveau européen, implicitement proposé comme modèle dans une proposition de directive en cours de négociation).

Néanmoins, les efforts de sûreté les plus rigoureux, les efforts d’anticipation les plus imaginatifs, ne sauraient préserver aucun pays contre tout accident naturel, comme on en a vu la survenance à Fukushima.

C’est pourquoi l’industrie nucléaire française doit pousser d’un cran encore son investissement dans la sûreté, en imaginant des événements d’une intensité encore plus grande, et qui plus est, dans un schéma accidentel pouvant fonctionner en cascades, avec des interactions possibles entre sites industriels voisins.

Cet investissement doit être conduit en plaçant les impératifs de sûreté au dessus de toute considération économique, et dans le respect absolu des prescriptions des instances publiques en charge du contrôle de la sûreté.

L’industrie nucléaire n’est du reste pas une industrie comme les autres, et seule la puissance publique peut apporter des garanties solennelles à une population inquiète. A cet égard, l’Etat et le Gouvernement doivent conserver la maîtrise de cette industrie.

L’indispensable effort pour aller plus loin doit être l’occasion de porter une attention renouvelée à deux dimensions essentielles de la politique de sûreté :

- d’une part, l’implication des personnels, notamment à travers l’approfondissement de la formation et un recours responsabilisant, non purement mercantile, à la sous-traitance;

- d’autre part, la poursuite de la recherche, qui crédibilise toute la filière, en préparant en permanence les futures innovations de sûreté, et en consolidant la place de technologie avancée de l’énergie nucléaire.

Il faut aussi avancer résolument sur des normes mondiales pour prévenir en priorité les risques dans les installations les moins sécurisées existantes, et élever le niveau d’exigence de sûreté dans les chantiers en projet ou en cours.

De ce point de vue, un accord de base entre les pays européens et les pays d’Amérique du Nord pourrait lancer une dynamique réciproque de définition internationale de normes de sûreté.

Ces analyses conduisent à regrouper nos recommandations autour de sept orientations :

1. Gérer de façon plus sûre les conditions de la sous-traitance

2. Ajouter une arrière-garde à la défense en profondeur

3. Améliorer la performance de la gestion de crise

4. Consolider la maîtrise publique du contrôle de sûreté

5. Garantir la cohérence internationale des évaluations de sûreté

6. Assurer une meilleure transparence sur les coûts de la filière

7. Renforcer la recherche universitaire sur la sécurité nucléaire

RECOMMANDATIONS

1. Gérer de façon plus sûre les conditions de la sous-traitance

- Le Gouvernement transmet à la mission parlementaire, d’ici la fin de ses travaux, une étude sur les possibilités juridiques et les dispositifs permettant de réduire ou d’éliminer le recours aux cascades de sous-traitance. Ce document sera publié en annexe du rapport final.

- Le Gouvernement, d’ici la fin de l’année 2011, prend les dispositions instituant, pour chaque site, un correspondant-référant de la médecine du travail, chargé du suivi radiologique de tout travailleur intervenant sur le site.

- Le Gouvernement, d’ici la fin de l’année 2011, confère une compétence d’audit à l’ASN sur les procédures mises en œuvre par le CEFRI pour l’habilitation des entreprises et des personnes.

2. Ajouter une arrière-garde à la défense en profondeur

- L’ASN transmet à la mission parlementaire, d’ici la fin de ses travaux, une évaluation du renforcement en cours des dispositifs mobiles d’approvisionnement de secours en eau et en électricité.

- L’IRSN et le CEA engagent conjointement un projet de recherche sur les techniques permettant d’effectuer à distance, dans des installations situées dans des zones inaccessibles, d’une part, des mesures radiologiques, et d’autre part, des pilotages d’équipements.

3. Améliorer la performance de la gestion de crise

- Les autorités publiques en charge des dispositifs d’alerte et de communication intègrent à ceux-ci les nouvelles technologies (téléphonie mobile, Internet, réseaux sociaux), en tenant compte de la nécessité opérationnelle de faire face à des demandes massives d’information.

- Le Gouvernement réévalue les plans de secours au regard des connaissances nouvelles et du retour d’expérience de Fukushima, notamment quant à la profondeur territoriale des dispositifs.

- Le Gouvernement veille à ce que les services de sécurité civile et les exploitants nucléaires précisent les modalités de formation et de mobilisation du personnel appelé à intervenir en cas de crise, et testent les conditions de mise en œuvre du volontariat lors d’exercices.

- Le Gouvernement renforce les moyens de l’IFFO-RMe, dans le cadre de l’adoption de la loi de finances initiale pour 2012, pour qu’il puisse développer son action d’instruction civique sur les risques majeurs.

4. Consolider la maîtrise publique du contrôle de sûreté

- Le Gouvernement, dans le cadre de l’adoption de la loi de finances initiale pour 2012, unifie les moyens budgétaires de l’ASN.

- Le Gouvernement, d’ici la fin de l’année 2011, donne une base réglementaire et financière au système des astreintes de l’ASN, pour garantir en toutes circonstances sa pleine réactivité.

5. Garantir la cohérence internationale des évaluations de sûreté

- Le Gouvernement et l’ASN veillent, notamment en s'assurant du caractère incontestable des revues par les pairs, à l’uniformité du degré d’exigence des évaluations européennes de sûreté dans les pays membres.

- Le Gouvernement et l’ASN veillent à ce que les conséquences tirées des évaluations européennes de sûreté soient fondées sur des bases homogènes, conduisant à appliquer les mesures les plus rigoureuses aux réacteurs les plus mal classés au niveau européen.

- Le Gouvernement prend toute initiative pouvant contribuer à ce que les normes de sûreté retenues au niveau européen soient intégrées dans les standards de l’AIEA.

6. Assurer une meilleure transparence sur les coûts de la filière

- Le Gouvernement fournit à la Commission nationale d’évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires de base et de gestion des combustibles usés et des déchets radioactifs (CNEF), prévue à l’article 20 de la loi du 28 juin 2006, les moyens de remettre son premier rapport d’évaluation avant la fin de l’année 2011.

- L’ASN établit dans son rapport annuel d’activité un bilan de l’ensemble des coûts supportés par les exploitants au titre du renforcement de la sûreté nucléaire.

7. Renforcer la recherche universitaire sur la sécurité nucléaire

- Le gouvernement, d’ici la fin de la législature, institue un fonds abondé par les exploitants nucléaires, géré par l’ANR, dédié à la recherche universitaire sur les risques naturels majeurs, leur impact sur les installations nucléaires et les moyens d’y faire face, sur la base d’un cahier des charges défini par l’ASN.

- L’ASN rend compte, dans son rapport d’activité annuel, de l’avancement de ces recherches.

- Le Gouvernement, d’ici la fin de la législature, institue un fonds financé à partir de la taxe INB, géré par l’ANR, permettant de répondre à des demandes d’expertise scientifique des CLI, sur la base d’un cahier des charge défini par le HCTISN.

- Le HCTISN rend compte, dans son rapport d’activité qui sera évalué chaque année par l’OPECST, des expertises réalisées dans ce cadre.

EXAMEN DU RAPPORT
JEUDI 30 JUIN 2011

M. Claude Birraux, député, président. – Nos rapporteurs détailleront aujourd’hui les conclusions du projet de rapport d’étape sur la sûreté nucléaire, qui analyse les informations recueillies au cours de six auditions publiques et de sept déplacements. Le document, mis en consultation hier, sera enrichi d’annexes : entre autres, les comptes rendus des auditions, déjà disponibles en ligne, et des documents de référence tels que la liste des installations nucléaires françaises ou encore la comparaison des accidents de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima établie par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Ce rapport souligne la grande rigueur de notre dispositif de sûreté nucléaire. Avec la radioprotection et la protection physique, cette dernière constitue le cœur de la sécurité nucléaire. De fait, elle recouvre, aux termes de la loi du 13 juin 2006, l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets, notamment la conception des installations et l’organisation de leur fonctionnement.

La dimension proprement dynamique du dispositif constitue le premier aspect essentiel à sa robustesse : il n’est de sûreté nucléaire qu’en recherche permanente d’amélioration. D’où l’importance des visites décennales afin d’intégrer les « meilleures pratiques internationales » et de la poursuite de leur effort de recherche par les exploitants comme par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Le second aspect concerne la coopération internationale : le dispositif de sûreté est d’autant plus robuste qu’il s’appuie, via les inspections conjointes, sur une pluralité d’autorités nationales incontestables. Car, autant l’élaboration de normes internationales strictes va dans le bon sens, autant la concentration du contrôle aux mains d’un petit nombre d’autorités continentales ou mondiales accroîtrait l’exposition à une défaillance organisationnelle. D’ailleurs, durant la crise de Fukushima, l’Agence internationale de l’énergie automatique (AEIA) a délivré moins d’informations que l’ASN ou d’autres autorités nationales.

Pour finir, rappelons que notre rôle est de contrôler le fonctionnement du dispositif, non de nous substituer à l’ASN. Nous n’avons pas à suggérer des parades aux actes de malveillance. C’est une affaire de bon sens : nous ne saurions écrire un manuel de terrorisme nucléaire pour les nuls – et l’on sait le succès rencontré par cette collection. Nous n’avons pas plus à juger des situations sur le terrain. Il revient à l’ASN, seule, de rendre une décision après la troisième visite décennale du réacteur n°1 de Fessenheim, notamment quant à l'épaisseur du radier qui est de 1,5 mètre. Celle-ci devra être publique, claire et justifiée.

M. Bruno Sido, sénateur, premier vice-président de l’Office, rapporteur de la mission parlementaire. – Premier axe : renforcer la recherche universitaire sur le nucléaire. De fait, après Fukushima, la priorité était d’étudier comment sont pris en compte les risques majeurs dans nos installations, à commencer par le risque sismique. En France métropolitaine, celui-ci est évalué de « moyen » à « très faible ». Notre situation n’est donc en rien comparable à celle de l’archipel japonais, situé dans une zone de subduction des plaques tectoniques. Sans compter que l’aléa tsunami, comme l’a reconnu le Japon dans un récent rapport à l’AEIA, avait été sous-estimé. D’après les données historiques disponibles, la survenue d'un tsunami de plus de 10 mètres était un événement prévisible avec une récurrence de trente ans.

En France, chaque installation est conçue, non pas selon un standard, mais en fonction des caractéristiques de son site, pour résister à un aléa calculé en fonction des observations historiques, puis majoré pour couvrir les marges d’incertitude. Dans ce domaine comme dans d'autres, la sûreté s’améliore continûment. Depuis 2001, l’évaluation du risque sismique intègre d’éventuels indices de paléo-séismes ainsi que les « effets de site » – l’influence des couches géologiques superficielles sur le mouvement sismique en surface. Autre exemple : à la suite de l’inondation partielle de la centrale du Blayais durant la tempête de décembre 1999, le risque d’inondation intègrera neuf événements supplémentaires, dont les pluies torrentielles ou les tsunamis, et l’on a renforcé les protections contre des événements déjà intégrés, telle la rupture d’un barrage.

Parce que le progrès des connaissances améliore la sûreté, via les réexamens de sûreté, il faut poursuivre les travaux de recherche afin de mieux évaluer les marges d’incertitude et leur traduction en marges de sécurité ; d’approfondir les connaissances historiques et paléo-historiques dans le domaine des risques majeurs ; et, enfin, d’étudier les combinaisons de risques d’origine diverse, car les difficultés majeures résultent rarement d’un risque réalisé isolément. Voilà pourquoi nous préconisons qu’un fonds, abondé par les exploitants nucléaires et géré par l'Agence nationale de la recherche (ANR), soit dédié à la recherche universitaire sur les risques naturels majeurs, leur impact sur les installations nucléaires et les moyens d’y faire face, sur la base d’un cahier des charges établi par l’ASN.

M. Christian Bataille, député, rapporteur de la mission parlementaire. – Deuxième axe : encadrer le recours à la sous-traitance. Celle-ci suscite l’inquiétude des représentants syndicaux, avons-nous constaté lors de nos visites d’installations nucléaires. Les représentants d’Areva et d'EDF, qui assurent y recourir dans des cas justifiés, par exemple, des opérations très spécialisées ou saisonnières, ne nous ont pas complètement convaincus.

Les procédures d’appels d’offres, imposées par la réglementation européenne, privilégient le critère du prix sur celui de la qualité, ont souligné nos interlocuteurs. Cette réglementation doit être améliorée pour l’industrie nucléaire, et les autres industries sensibles. La sous-traitance en cascade qui va, dans certains cas, jusqu’à huit niveaux, est particulièrement préoccupante. D’une manière générale, cette pratique est source de lourdeur partant, d’erreur et d’incompréhension. De fait, le « contrôleur », la personne nommée par le donneur d’ordre pour contrôler le prestataire, doit s’adresser uniquement au chef d’équipe du prestataire.

En outre, quid de la traçabilité du suivi radiologique des personnels et, surtout, des itinérants ? Pour remédier à cette situation, nous suggérons de créer un correspondant-référent de la médecine du travail pour chaque site, chargé de vérifier les dossiers de santé ; de confier à l’IRSN une étude sur la traçabilité du suivi radiologique des sous-traitants ; et, enfin, de donner à l’ASN une compétence de contrôle des modalités d’habilitation des entreprises et personnes travaillant dans les installations nucléaires.

Dans l’attente d’une nécessaire restriction de la sous-traitance, l’urgence est de limiter l’externalisation en cascade. Pour ce faire, nous demandons au gouvernement une étude juridique de faisabilité avant la fin de l’année, étude qui sera publiée dans notre prochain rapport.

M. Bruno Sido, rapporteur. – Troisième axe : afin de faire face à un cumul de phénomènes naturels extrêmes, ajouter à la défense en profondeur une capacité de réaction en arrière-garde, soit sous forme de moyens mobiles, soit par une technologie assurant un certain contrôle à distance. L’idée de constituer une flotte d’alternateurs et de pompes rapidement mobilisables n’est pas nouvelle. A cet égard, l’homogénéité et l’étendue du parc nucléaire français constituent plutôt un atout. Le but est de faire jouer la solidarité, y compris internationale, entre sites : si l’un est touché par un sinistre localisé, les autres lui servent de base arrière pour la fourniture de moyens de secours. Cela suppose d’encourager les sites à maintenir et projeter des moyens de secours, mais aussi de prévoir, dès la conception des installations, une capacité d’acheminement proche et une capacité de branchement, les aménagements nécessaires faisant l’objet de vérifications de sûreté.

Pour toutes ces raisons, nous préconisons que l’ASN nous transmette, avant la fin de nos travaux, une évaluation du renforcement en cours des dispositifs mobiles d’approvisionnement de secours en eau et en électricité. De plus, nous invitons l’IRSN et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à mener des recherches conjointes sur les instruments permettant d’effectuer à distance des mesures radiologiques et des pilotages d’équipements car leur développement mérite une attention particulière.

M. Christian Bataille, rapporteur. – Quatrième axe : consolider la maîtrise publique du contrôle de sûreté. Il ne faut pas banaliser l’industrie nucléaire, qui n’est pas une industrie comme les autres. Elle ne peut pas être dominée par la recherche du profit, objectif naturel en d’autres domaines, quand son échelle de temps est de l’ordre du demi-siècle. En conséquence, il convient que la filière nucléaire française reste sous le contrôle direct de l’État, et que les règles européennes de la concurrence ne s’appliquent pas sans discernement au marché de l’énergie. L’énergie nucléaire concerne la France plus que son environnement européen.

Le Gouvernement doit donner à l’ASN et aux Commissions locales d’information (CLI), dont nous avons mesuré l’importance lors de nos visites d’installations nucléaires, les moyens nécessaires à l'efficacité de leur action. Par exemple, l’ASN ne dispose pas d'un véritable régime d’astreintes garantissant sa capacité de réaction à une crise – nous demanderons au gouvernement de prendre rapidement les mesures nécessaires. Son budget est éclaté en quatre programmes, ce qui complique la gestion et fait obstacle à la transparence sur les moyens accordés à la sûreté – il convient de regrouper les moyens de l’ASN en un seul programme.

Quant aux CLI, leur financement par une part de la taxe sur les installations nucléaires, prévu en 2006, n’est toujours pas mis en œuvre – nous demandons au gouvernement de le faire. Une véritable transparence suppose également de les autoriser à faire appel à une expertise pluraliste. L’absence d’alternative à celle de l’IRSN, au reste, excellente, est une limite du système actuel – nous souhaitons la mise en place d’un fonds, géré par l’ANR, pour que les CLI puissent commander des études aux laboratoires universitaires.

M. Bruno Sido, rapporteur. – Cinquième axe : améliorer la gestion de crise. Nous demandons aux autorités publiques d'intégrer rapidement les nouvelles technologies (téléphonie mobile, réseaux sociaux, Internet) aux dispositifs d'alerte et de communication, tout en dimensionnant de façon suffisante les moyens techniques correspondants.

L’exemple des mesures prises au Japon pour faire face à la crise nucléaire doit inciter les pouvoirs publics et les exploitants à réétudier les modalités de formation et de mobilisation des personnels appelés à intervenir en cas de crise. Ils auront également à tester les conditions de mise en œuvre du volontariat lors de véritables exercices.

S’agissant de la sécurité civile, le Gouvernement doit réévaluer les plans de secours quant à la profondeur territoriale des dispositifs, au regard des connaissances nouvelles et du retour d'expérience de Fukushima. Les exercices d’alerte réalisés sur les centrales sont-ils vraiment représentatifs ? Il conviendrait d’organiser des exercices inopinés, impliquant uniquement les exploitants et les pouvoirs publics, mais aussi des exercices plus complets, incluant la gestion post-accidentelle et la logistique d’accueil des populations. Pour instiller une véritable culture de la sécurité, il faut renforcer les dispositifs préexistants, comme l’Institut français des formateurs en risques majeurs, qui agit à l’école et au collège.

La protection des populations en cas de crise nucléaire exige, enfin, de mieux maîtriser l’urbanisation aux abords des sites nucléaires où les projets se sont multipliés. Le guide que rédige l’ASN à ce sujet sera essentiel.

M. Christian Bataille, rapporteur. – Sixième axe : rendre plus transparents les coûts de la filière. Dans le domaine nucléaire, la sécurité n’a pas de prix, avons-nous l’habitude de dire avec M. Claude Birraux. La catastrophe nucléaire de Fukushima nous ayant rappelé cette cruelle évidence, puissions-nous enterrer définitivement l’idée de vendre des réacteurs à coût réduit à des pays qui ne disposent ni des moyens techniques, ni des personnels nécessaires, ni d’une autorité de sûreté indépendante.

Néanmoins, si la sûreté nucléaire n’a pas de prix, elle a un coût. Et la transparence exige que celui-ci soit connu de nos concitoyens. La Commission nationale d'évaluation du financement des charges de démantèlement des installations nucléaires et de gestion des déchets radioactifs, instaurée par la loi du 28 juin 2006, s’est réunie pour la première fois… le 7 juin dernier, soit cinq ans après sa création. Le Gouvernement doit fournir à cette commission les moyens nécessaires pour qu’elle puisse remettre son premier rapport d’évaluation avant la fin de cette année.

En outre, nous demandons à l’ASN d’établir, dans son rapport annuel d’activité, un bilan du coût des mises à niveau des installations et de l’organisation de la sûreté qu’elle impose aux exploitants lors des contrôles, des visites décennales et des évaluations de sûreté.

M. Bruno Sido, rapporteur. – Septième axe : garantir la cohérence internationale des évaluations de sûreté. L’idée de confier à une autorité internationale le soin de contrôler le respect des normes de sûreté nucléaire, intellectuellement satisfaisante, se heurte à la réalité des relations diplomatiques. De fait, des contrôles internationaux, contraires au principe de souveraineté nationale, sont suspendus à l’approbation des pays. En outre, la recherche d’équilibre entre intérêts nationaux divergents est parfois contradictoire avec la rigueur absolue qu’impose la sûreté nucléaire. Nous ne voyons donc pas dans la coopération internationale renforcée le germe d’une organisation supranationale, ayant vocation à se substituer aux contrôles publics nationaux.

Les suites données aux résultats des fameux stress tests réalisés sur les 143 réacteurs nucléaires européens en donneront l’illustration. Ces évaluations de sûreté, réalisées sur une base objective commune, rendront possible un classement des réacteurs par ordre de fragilité décroissante au regard des objectifs de sûreté. Gouvernement et ASN devront veiller à l’uniformité du degré d’exigence dans les pays membres. En effet, l’intégralité du parc nucléaire de certains pays membres est un héritage du monde socialiste, qui s’est dramatiquement distingué par l'accident de Tchernobyl. Les instances européennes se montreront-elles assez fermes pour exiger l’arrêt des réacteurs insuffisamment sûrs au risque de priver un pays d'une part importante de sa fourniture d'électricité ? Des aménagements transitoires seront certainement discutés. Les conséquences tirées des stress tests devront être fondées sur des critères homogènes afin que soient appliquées les mesures les plus rigoureuses aux réacteurs européens les plus mal classés. Au Gouvernement et à l’ASN de s’en assurer.

Enfin, la consistance d’une organisation internationale dépend souvent de l’alchimie complexe qui préside à la nomination de ses dirigeants et de ses agents, laquelle doit nécessairement respecter un principe d’équilibre entre les États-membres. En revanche, une coopération internationale renforcée constitue indéniablement un atout pour la sûreté dès lors que les normes de sûreté se calent sur le plus haut niveau d’exigence. Plus de regards indépendants se croisent, et meilleure est la détection des défauts. Le gouvernement doit donc défendre, dans les négociations internationales, l’adoption des standards de sûreté européens par l’AIEA.

M. Christian Bataille, rapporteur. – Malgré les difficultés, la France, avec l’ASN et les CLI, constitue l’un des pays nucléaires où la gestion de la sûreté nucléaire est la plus exigeante et la plus transparente. Néanmoins, parce qu’aucun pays n’est totalement à l’abri, notre industrie nucléaire doit pousser d’un cran son investissement dans la sûreté. Elle doit imaginer des événements d'une intensité plus élevée, des schémas accidentels en cascade avec des interactions entre sites industriels voisins. Priorité doit être donnée aux impératifs de sûreté sur toute considération économique. La maîtrise de cette industrie, qui n’est pas une industrie comme les autres, doit rester publique : seul l’État peut apporter des garanties solennelles à une population inquiète.

La sûreté repose d'abord sur les personnels qui travaillent dans cette industrie exigeante et essentielle à l’activité économique de la Nation. Il faut veiller à l’approfondissement de leur formation, a fortiori quand les départs à la retraite sont nombreux. Quant à la sous-traitance, il faut y avoir recours de façon responsable, et non pour des raisons mercantiles.

Ensuite, on doit développer la recherche, qui crédibilise toute la filière, et parvenir à des normes mondiales. L’urgence est de prévenir les risques dans les installations les moins sécurisées avant d’élever le niveau d’exigence de sûreté dans les chantiers en projet ou en cours. Espérons que le premier accord entre l’Europe et l’Amérique du Nord sera l’occasion de lancer ce chantier !

M. Claude Birraux, président. – Merci aux rapporteurs pour la qualité de leur travail et leur investissement : ils ont travaillé à un rythme effréné durant deux mois et demi pour parvenir à rendre ce rapport d’étape en temps et en heure. Merci également à nos collaborateurs, que nous avons soumis à rude épreuve.

Les premières conclusions de l’Académie des sciences, rendues publiques hier, convergent avec certaines de nos propositions, ce dont je me réjouis. Avant d’ouvrir le débat, précisons que j’ai reçu une contribution de la part de Daniel Paul, retenu par une réunion du Bureau de l’Assemblée nationale.

M. Daniel Raoul, sénateur. – Le projet de rapport et la fiche de synthèse des recommandations mettent l’accent sur la prévention des risques majeurs. Vu l’actualité récente, on peut le comprendre. N’oublions pas, cependant, que la catastrophe de Tchernobyl est le résultat d’une défaillance de la chaîne de commandement dans la gestion quotidienne de la production. Autrement dit, votre travail n’analyse pas l’amont, la prévention de la crise. Mais peut-être comptez-vous l’aborder dans la seconde partie de la mission.

J’appuie totalement vos préconisations sur la sous-traitance, problème que j’ai soulevé à plusieurs reprises au Sénat. La maîtrise de l’énergie nucléaire doit rester publique.

M. Claude Birraux, président. – La prévention n’est pas absente du rapport. Nous l’abordons sous l’angle de la défense en profondeur et de la formation des personnels. A Gravelines, celle-ci constitue 10% des heures travaillées. Quand, tous les matins, chacun se lèvera en se demandant : « Que puis-je faire de plus pour la sûreté nucléaire ? », nous serons enfin parvenus à une véritable culture du risque.

M. Christian Bataille, rapporteur. – Lorsque nous avons rédigé le projet de rapport, nous avions surtout à l’esprit les catastrophes majeures de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima. Pour autant, comparons ce qui est comparable… Les centrales françaises ont un système de redressement automatique des défaillances humaines. Nous l’avons constaté via des tableaux de simulation lors de nos visites. D’ailleurs, celui-ci est mis en œuvre régulièrement au cours d’une année.

M. Bruno Sido, rapporteur. – La question est importante : tout est dans le commandement et l’exécution, disait Napoléon. En cas d’accident, la chaîne de commandement est claire : à l’exploitant, épaulé par l’ASN, de gérer la crise au niveau de la centrale ; au préfet d’informer et d’évacuer la population de l’hinterland. Il y a d’ailleurs redondance au niveau de la préfecture et des centrales.

M. Claude Birraux, président. – J’ajoute que la prévention repose, aussi, sur l’existence d’une autorité indépendante. A Tchernobyl, il n’y en avait pas : le directeur de la centrale était le secrétaire du parti communiste. Le regard de l’ASN est extrêmement puissant. Dotée d’un droit de visite inopinée à toute heure du jour et de la nuit, l’autorité a les clés pour entrer partout. Cette pression permet de maintenir sous tension les exploitants.

Mme Marie-Christine Blandin, sénateur. – Merci pour ce rapport. L’Office est bien dans son rôle : l’évaluation d’une technologie. En revanche, les rapporteurs, dans leur exposé, préemptent quelque peu les conclusions définitives de la mission. De fait, toutes vos propositions vont dans le sens de l’amélioration de la filière et, donc, de son maintien. Entre autres, vous préconisez d’investir massivement dans le nucléaire. Qui pourrait refuser l’argent de la sécurité ? Celui qui est nécessaire à la recherche publique ? Sauf à considérer que la recherche publique en énergie est déjà consacrée à 95% par le nucléaire… Ce n’est pas ainsi que l’on avancera dans la recherche sur les énergies alternatives.

Je commencerai par les recommandations. Une étude juridique pour éviter la sous-traitance en cascade dans le nucléaire ? Très bien, si ce n’est que l’instance spécifique de garantie de l’indépendance de l’expertise, dont le Sénat avait voté le principe à l’unanimité il y a trois ans, n’a jamais été créée. Bref, il faut des propositions plus radicales. Un correspondant-référent pour les travailleurs du nucléaire ? Evidemment, sauf que le gouvernement a refusé l’amendement en ce sens que les sénateurs Verts avaient présenté sur le texte relatif à la médecine du travail. Gardons à l’esprit le contexte dans lequel nous évoluons… Enfin, je n’ai pas trouvé trace, dans le projet de rapport, du droit de recours au budget de l’ANR accordé aux CLI pour obtenir des contre-expertises.

On me dira que, durant les visites, j’ai fait ma moisson dans un sens partisan. Néanmoins, vos recommandations, notamment quant au radier de Fessenheim, disent l’opacité qui règne. Vous avez repéré nombre de difficultés : Comurhex I ne résiste pas un séisme de 5,5 ; Gravelines n’a pas anticipé le risque tsunami consécutif à un glissement ; le radier de Fessenheim est trop fin. On pourrait mentionner également les dérives de la sous-traitance, les périmètres trop étroits des plans particuliers d’intervention (PPI), le laxisme dans l’urbanisation périphérique ; la mobilisation médiocrement orchestrée des secours mobiles, les dispositifs de secours en bord de mer et, enfin, l’absence d’arrêt automatique des centrales en cas d’alerte sismique. Tout cela ne dessine pas un beau paysage…

Certains points méritaient de plus amples développements : les problèmes spécifiques aux piscines, signalés par les experts hier ; l’oubli du cas de Superphénix ; le sous-dimensionnement du dispositif anti-marée noire de Gravelines – quel dommage que nous n’ayez pas vu le boudin de Gravelines, ridiculement petit ! – ; la modélisation inexistante des effets de crue en cas de contournement des digues ; les risques majeurs liés au transport, maritime et terrestre, du minerai et des déchets ; et, enfin, les effets du nucléaire sur l’environnement dans la durée. J’insiste sur ce dernier point : après le drame au Japon, des centaines, voire des milliers d’hectares, sont devenus incompatibles avec toute activité humaine : on ne peut plus y vivre. Quelle tragédie ! Concernant la gestion de la crise, les plans Orsec, confiés aux préfets, sont nettement insuffisants : une semaine après la crise, rien n’est prévu pour les populations évacuées.

Certaines considérations paraissent trop optimistes. La France est l’un des pays où la gestion de la sûreté est la plus transparente ? Pourtant, en 2009, ni l’ASN ni le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR) ne mentionnaient l’exportation de tonnes d’uranium en Sibérie. Il a fallu que la presse aille fouiller pour que nous en soyons informés ! Autre exemple, vous parlez d’une gestion parfaitement rigoureuse de la sécurité des installations nucléaires. Les dernières photos de fuites à Paluel et Penly, que m’ont transmises des sous-traitants, témoignent du contraire : on croirait voir de vieilles chaudières poussives. L’existence de risques majeurs serait prise en compte dès le choix d’installation, affirmez-vous. A considérer le niveau de Gravelines par rapport à celui de la mer ou encore la centrale de Tricastin située en plaine alluviale et inondable (Georges Besse II a été surélevé), le propos paraît un peu abusif. Une progression continue de la transparence ? Souvenez-vous ! A Tricastin, j’ai dû sortir de mon sac à main la carte IGN pour qu’on nous donne les points cotés, l’altitude du canal et des fonds de réacteur. A Fessenheim, il a fallu que je les soumette à un tir de questions pour que nous apprenions, dix minutes avant de quitter le site, que l’épaisseur du radier est de 1,5 mètre, selon l’ASN, et de 1,3 mètre, selon EDF. Et trois minutes avant de monter dans le bus, un ingénieur de m’appeler : « Rassurez-vous ! Nous élaborons un projet pour ajouter 80 centimètres de béton en dessous du réacteur n° 1 ». Bref, vous êtes trop indulgents ou peut-être « pas assez curieux ». Moi, j’ai eu l’impression de devoir arracher les données à des gens qui n’étaient pas pressés de partager leurs incertitudes.

Quant aux conclusions du rapport, je souhaite des positions plus radicales. Vous avez su interdire la sous-traitance, sauf dérogation, dans la loi bioéthique, pourquoi n’en serait-il pas de même pour le nucléaire ? Le principe doit être le travail dans la maison mère, sous contrôle public. Il faut également exiger des scénarios de crise dépassant les premiers jours.

Ce commentaire ne préjuge pas de ma position sur le rapport définitif, même si vous devinez déjà sur quels points j’interviendrai.

M. Claude Birraux, président. – Chaque chose en son temps : ce n’est qu’un rapport d’étape… Le programme a été dense : six auditions publiques auxquelles ont assisté 23 membres de la mission et sept déplacements auxquels ont participé 17 parlementaires ; le tout en deux mois ! Dans ces circonstances, le temps a manqué pour s’intéresser à toutes les questions de sécurité hors des centrales, notamment le transport du minerai. D’ailleurs, concernant le stockage d’uranium en Sibérie, j’avais organisé une conférence de presse au Sénat pour rappeler la règle internationale : l’uranium appauvri reste stocké dans le pays qui l’a enrichi.

Mme Marie-Christine Blandin. – Mon grief s’adressait à l’ASN, non à l’Office ! Ce stockage n’a pas été mentionné dans le PNGMDR.

M. Claude Birraux, président. – Normal, puisque l’uranium n’a pas été enrichi en France !

M. Christian Bataille, rapporteur. – Ce rapport d’étape ne préempte en rien notre position finale : en toute honnêteté, nous avons soulevé les points qui méritent d’être corrigés, tel le recours à la sous-traitance, pour consolider la filière. Consolider la filière ne signifie pas exclure des hypothèses. Je me rendrai en septembre prochain en Allemagne pour étudier les conséquences de l’arrêt des centrales, car cette option pose également des problèmes de sécurité.

Soit, la transparence n’est pas idéale dans une industrie longtemps marquée par ses origines militaires. En revanche, les progrès sont continus : EDF, Areva et le CEA n’ont plus du tout le même comportement qu’il y a vingt ans.

M. Claude Birraux, président. – Juste ! Et l’ASN publie sur son site internet toutes les lettres de demandes, les réponses d’EDF et les avis qu’elle rend.

M. Christian Bataille, rapporteur. – Oui, parfois, il faut « tirer les vers du nez ». Nul ne doute que Mme Marie-Christine Blandin sait y réussir ; quant à nous, nous avons fait notre possible dans la limite physique des deux mois et demi. Le délai sera identique pour le rapport définitif : il doit être prêt en décembre et des élections sénatoriales auront eu lieu en septembre.

M. Bruno Sido, rapporteur. – On ne peut pas nous reprocher d’avoir répondu à la question posée : comment améliorer la sécurité nucléaire ? Ce travail n’exclut pas une éventuelle sortie du nucléaire. Si la France s’alignait sur l’Allemagne, l’arrêt des centrales prendrait vingt ans, durée pendant laquelle la sécurité nucléaire serait tout aussi importante. Arracher les informations ? Je sais gré à Mme Blandin d’avoir sorti sa carte IGN au 500 millième. D’ailleurs, à Gravelines, il aurait été bien utile d’avoir aussi une carte marine. Quant au suivi radiologique, on nous a affirmé que tous ceux qui travaillent sur un site nucléaire, du lampiste en passant par le peintre, possèdent la fameuse petite carte et profitent donc d’un suivi complet. Enfin, concernant les CLI et leur droit de recours au budget de l’ANR, il est abordé à la page 107 du rapport.

M. Claude Birraux, président. – J’ajoute que les études universitaires seront financées par les producteurs via un fonds géré par l’ANR. J’y vois le moyen de parvenir à une pluralité d’opinons et d’analyses.

Remerciez-moi d’avoir refusé la solution de stockage des déchets dans des piscines aux pieds des centrales que la commission du débat public me présentait comme consensuelle en 2006 ! On sait, depuis Fukushima, tous les risques qu’elle fait courir…

M. Yves Cochet, député. – Je vous ferai parvenir ma contribution écrite.

Page 14 du rapport, il est écrit que la sécurité et la sûreté nucléaires sont gérées du mieux possible en France : je m’interroge sur cette promotion modérée mais patente de la filière nucléaire.

Ne serait-il pas préférable que l’État maîtrise la sûreté nucléaire ? L’indépendance de l’ASN déresponsabilise l’exécutif.

Si je n’ai pas eu le temps d’aller à Fessenheim, j’ai entendu dire que les turbo-alternateurs n’étaient pas fixés sur des amortisseurs, comme dans les autres centrales nucléaires : en cas de séisme, ils seraient immédiatement ébranlés.

Page 23, vous évoquez les risques d’inondations. La centrale du Blayais a été inondée lors de la tempête de 1999 et douze ans après, les règles fondamentales de sécurité sont encore en cours de révision, et un guide en cours de rédaction ! N’est ce pas un peu long ?

Page 25, cinq lignes sont consacrées à la sècheresse. Si dans les années à venir le climat change et les sècheresses s’intensifient, comme le prévoit le GIEC, il faudra suspendre l’exploitation de près de la moitié de nos centrales. Or, le rapport ne fait pas référence au risque de pénurie d’électricité.

Et puis, vous n’évoquez pas du tout plusieurs autres risques : M. Birraux estime qu’il ne faut révéler aucun point susceptible d’intéresser d’éventuels terroristes. Pourtant, hier soir au collège des Bernardins, lors d’un débat sur la convergence énergétique entre la France et l’Allemagne, M. Christian Hey, secrétaire général du German Advisory Council on the Environnement, a rappelé que l’hostilité des citoyens allemands au nucléaire était principalement due au risque terroriste, surtout après le 11 septembre. Nous aurions intérêt à nous pencher plus sérieusement sur ce risque, quitte à ce que les études sur le sujet restent secrètes pour ne pas divulguer d’éventuelles failles de nos centrales. Pourquoi ne pas créer un organisme auprès du Premier ministre dédié à ces questions qui pourrait être composé de spécialistes et de parlementaires ? Je me souviens que lors de l’explosion de l’usine AZF le 21 septembre 2001, le Premier ministre de l’époque avait convoqué un comité de défense, car nous ne savions pas si l’explosion était accidentelle ou non. Une réflexion approfondie sur les risques terroristes est donc indispensable.

Vous n’évoquez pas non plus l’éventuel crash d’un avion gros porteur sur une centrale nucléaire. Imaginez les dégâts que ferait un A 380 plein de kérosène sur une centrale !

Autre risque passé sous silence : les tempêtes électromagnétiques solaires. Richard Carrington a associé son nom à celle de 1859. Il n’y avait pas de grands réseaux électriques à l’époque, mais les télégraphes avaient grillé. Si un tel événement venait à se reproduire, tous les transformateurs seraient touchés. Il ne faudrait pas un jour ni même une semaine pour les changer tous. Vous imaginez la France sans électricité pendant des mois, et donc sans eau, parce que les pompes ne fonctionneraient plus ? Ce serait une catastrophe majeure, naturelle en ce cas, mais qui peut également être provoquée par des bombes spécifiques. Ne croyez-vous pas qu’il conviendrait de se pencher sur cette question ?

La semaine dernière, l’AIEA a tenu une conférence sur la sécurité et la sûreté des réacteurs nucléaires et Mme Kosciusko-Morizet y est allé délivrer le discours officiel de la France : l’AIEA n’a pris aucune décision ! Son inefficacité en la matière est patente.

M. Claude Birraux, président. – Dans mon exposé liminaire, j’ai rappelé le mutisme de l’AIEA sur les événements de Fukushima.

M. Yves Cochet. – Elle n’a procédé à aucune révision de norme ou de seuil ! Le rapport devrait insister sur l’impuissance de l’AIEA.

Enfin, peut être faudrait-il s’interroger sur la transparence des informations en cas d’accident.

Bref, je ne pourrai voter le rapport, mais je salue l’intensité du travail accompli.

M. Claude Birraux, président. – Pourrez-vous me communiquer ces réflexions par écrit d’ici la semaine prochaine ? Je souhaiterais que Mme Blandin fasse de même.

Sur le rapport de l’Allemagne au terrorisme : ce pays a connu la bande à Baader. La branche française était dirigée par Nathalie Ménigon qui a assassiné Georges Besse, alors qu’il venait de redresser Renault au bord du dépôt de bilan. Et puis, Cesare Battisti…

M. Yves Cochet. – Je vous arrête tout de suite ! Cela n’a rien à voir…

M. Claude Birraux, président. – Lors de la mission de l’Office sur les déchets faiblement radioactifs, vous aviez fait un vibrant plaidoyer contre l’information officielle dispensée par une autorité aux ordres de l’État. Vous réclamiez son indépendance ; vous voulez aujourd’hui que l’ASN soit rattachée à l’État : est-ce pour revenir à l’époque où nous ne pouvions pas consulter les rapports d’audit, et avoir connaissance des réflexions d’experts et des lettres de réprimandes ?

Sans doute avez-vous des différends avec le président André-Claude Lacoste…

M. Yves Cochet. – Cela n’a rien de personnel. J’estime que l’État doit être responsable de la sûreté nucléaire. Si l’ASN n’est pas un comité Théodule, ses experts sont formés à la même école que ceux de l’exploitant. Je préfèrerais que des organisations vraiment indépendantes, comme la Criirad, disposent de moyens suffisants.

M. Claude Birraux, président. – N’oubliez jamais la compétence !

M. Christian Bataille, rapporteur. – Si nous n’avons évoqué la sècheresse que brièvement, c’est qu’elle n’a pas de conséquence sur la sûreté nucléaire.

Il ne faut pas non plus mélanger l’attaque d’une centrale par un avion militaire ou civil transformé avec la chute accidentelle d’un aéronef. Cette dernière hypothèse est hautement improbable. Peut être faudrait-il nous intéresser aux itinéraires des lignes aériennes pour voir si certaines passent au-dessus des centrales.

La tempête solaire de 1859 ? Cela mériterait une étude de l’Office.

M. Claude Birraux, président. – Pourquoi pas ?

M. Bruno Sido, rapporteur. – Je ne sais pas si les turbo-alternateurs de Fessenheim sont montés sur amortisseurs, mais les bâtiments sont désolidarisés les uns des autres afin d’éviter, en cas de séisme, un effet domino. Quant au crash d’un gros porteur sur une centrale, je rappelle que le 11 septembre, l’avion qui visait le Pentagone a manqué son coup. Il est beaucoup plus facile d’atteindre des buildings que des bâtiments bas. Le risque est d’ailleurs estimé à 10-7 : il est donc quasi nul.

M. Pierre Lasbordes, député. – Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale traite spécifiquement des questions de terrorisme. Il est donc à même de répondre aux risques que vous évoquez. Il suffit de l’interroger.

Un autre risque n’a pas été évoqué, celui de la cybercriminalité. Nous avons assisté depuis quelques temps à une recrudescence de piratages informatiques. Sony et Air France en ont été récemment victimes. Les centrales nucléaires sont-elles protégées ?

M. Claude Birraux, président. – Elles ne sont pas reliées à l’extérieur.

M. Pierre Lasbordes. – Il y a des risques…

Mme Élisabeth Lamure, sénateur. – Le premier point fort du rapport que je voudrais relever est que nous avons une très belle filière industrielle. Elle est très importante pour notre tissu économique, et je me félicite de notre savoir-faire en la matière. Votre rapport dresse des constats satisfaisants et rassurants en la matière : compétence, rigueur et transparence sont de mise. Un seul bémol : la sous-traitance, trop importante.

L’Europe a procédé à des tests sur ses 140 réacteurs. Mais qu’en est-il pour les pays limitrophes qui construisent des centrales ? La Lituanie a ainsi fermé sa centrale en 2009, et elle s’inquiète de la construction, à une vingtaine de kilomètres de sa frontière, d’une centrale en Biélorussie. Ce pays n’a pas procédé à des études d’impact et il n’a pas organisé les consultations bilatérales prévues dans les textes internationaux. L’AIEA ne peut-elle pas faire respecter les procédures ?

Au point 7 de vos recommandations, vous préconisez le renforcement de la recherche universitaire sur la sécurité nucléaire et sur la prévention des accidents. Y a-t-il des recherches sur la décontamination des sites et des régions touchées après un accident ?

M. Claude Birraux, président. – L’IRSN mène des recherches dans ce domaine. Il est intervenu pour la réhabilitation des sites après l’accident de Tchernobyl.

M. Didier Guillaume, sénateur. – Je veux rendre hommage aux travaux menés par l’Office, même si le temps a été compté à nos excellents rapporteurs. On ne pouvait pas traiter de tous les aspects du sujet, mais je considère que des réponses ont été apportées à la question qui était posée.

Dans le nucléaire, il y a ceux qui sont pour – j’en fais partie –, et ceux qui sont contre. Évitons les uns et les autres de tomber dans la caricature : tout n’est pas parfait dans cette filière, mais tout ne mérite pas non plus l’opprobre. Évitons d’effrayer nos concitoyens par des propos à l’emporte-pièce. Si un Fukushima avait lieu en France, le gouvernement, l’ASN et l’exploitant ne réagiraient certainement pas comme au Japon.

M. Yves Cochet. – Et nos concitoyens ?

M. Didier Guillaume. – Des moyens supplémentaires doivent être alloués à la sûreté et à l’information de la population. La loi TSN est dépassée : il faut aller vers plus d’information et plus de réalisme. L’ASN est le meilleur gendarme du monde, et il ne faut pas qu’il soit raccroché à l’État : son indépendance est indispensable. Mon département subventionne la Criirad, dont je ne sais si elle est plus indépendante que l’ASN ou l’IRSN.

M. Yves Cochet. – Elle l’est bien évidemment davantage !

M. Didier Guillaume. – Je n’en suis pas si sûr…

La sous-traitance, maintenant. S’il est compréhensible que les industriels y aient recours, la sous-traitance en cascade doit être bannie, car elle entraîne la déresponsabilisation à tous les échelons. Et puis, nous devons prendre garde au cumul de risques : dans ces cas là, la situation devient très vite ingérable.

L’information de nos concitoyens, notamment ceux qui habitent à proximité des centrales, doit être améliorée. Les CLI doivent avoir les moyens suffisants pour remplir leur mission.

L’accident de Fukushima ne doit pas nous pousser à jeter le bébé avec l’eau du bain. Le retour d’expérience nous permettra de renforcer la sécurité de nos centrales. A chaque fois que des recommandations ont été faites à la centrale de Tricastin, que je connais bien, elles ont été suivies d’effet. Hélas, ce n’est pas le cas partout. Mme Blandin a remarqué, à juste titre, qu’il était parfois nécessaire d’arracher les informations aux exploitants. Cela ne peut continuer ainsi.

M. Jean-Marie Bockel, sénateur. – C’est la première fois que je suis associé aux travaux de l’Office et je veux rendre hommage à l’excellence de son travail. Si les comparaisons internationales sont toujours utiles, soyons conscients que la part d’électricité nucléaire dans notre mix énergétique est une des plus élevées au monde. Nous sommes donc bien loin des pays dont la part du nucléaire est limitée, comme de ceux qui s’acheminent vers une sortie du nucléaire. Il serait d’ailleurs intéressant de voir quel est le niveau d’entretien des centrales allemandes. A-t-on vraiment envie d’investir dans des centrales en fin de vie ?

Le rapport évoque brièvement les visites que nous avons faites.

M. Claude Birraux, président. – Tous les comptes rendus d’auditions seront publiés.

M. Jean-Marie Bockel. – Tant mieux !

Si je suis en total désaccord avec les conclusions de Mme Blandin, j’approuve en revanche certaines de ses remarques, notamment lorsqu’elle appelle EDF à plus de transparence. Ainsi, quand nous avons visité Fessenheim, aucun des responsables n’a évoqué les risques d’inondation. Le lendemain, une étude financée par le conseil général du Haut-Rhin paraissait dans la presse : en cas de rupture de la digue principale, les digues arrière ne permettraient pas d’éviter l’inondation de la centrale. Or, les responsables que nous avions rencontrés la veille ne nous avaient rien dit. Bref, EDF a encore des progrès à faire en matière de communication et d’information. Mêmes interrogations en matière de risque sismique : sur place, on nous a assuré que la sécurité de la centrale avait été renforcée et on nous a montré, pour preuve, des tôles boulonnées sur du béton : je dois dire que ce bricolage m’a plus surpris que rassuré. Cela dit, je ne suis pas expert en ce domaine…

Enfin, il y a sous-traitance et sous-traitance : certaines entreprises sous-traitantes sont extrêmement performantes.

M. Claude Birraux, président. – Je partage votre avis.

M. Ladislas Poniatowski, sénateur. – J’apprécie l’objectivité de ce rapport, quoique l’on vous sache favorables à la filière nucléaire. En effet, vous n’êtes pas tombés dans la caricature.

Certaines des autorités de sûreté nucléaire rencontrées au fil de mes déplacements à l’étranger ne sont que de simples directions de ministères. La nôtre, sans conteste la plus indépendante et la plus sévère du monde, cherche sans cesse à renforcer les mesures de protection. Lorsque je siégeais à l’Assemblée nationale, j’ai visité de nombreuses centrales nucléaires, et j’ai toujours apprécié l’utilisation qui était faite des retours d’expérience. Tel a été le cas, par exemple, après l’accident de Three Mile Island. N’oublions pas non plus qu’en cas d’accident, il faut regarder ce qui se passe sur le site, mais aussi beaucoup plus loin. L’accident de Fukushima a ainsi eu des répercussions jusqu’à Tokyo. Lors du prochain rapport, il faudra peut être se pencher sur ces questions.

Lors de nos visites dans les centrales, nous avons évoqué la sous-traitance et nous avons noté à chaque fois une grande réticence de la part de nos interlocuteurs. Certains syndicats représentent à la fois les personnels des centrales et les sous-traitants, et nous avons parfois entendu des propos désagréables. Sur les sept points forts soulignés dans votre rapport, la question de la sous-traitance est abordée en priorité, ce qui démontre l’importance de la question. Il convient toutefois d’opérer des distinctions, comme l’a fait Jean-Marie Bockel.

Enfin, ne risque-t-on pas d’affaiblir la portée de notre rapport sur la sûreté et la sécurité nucléaire en traitant du terrorisme alors que ce problème est un peu hors-sujet ?

M. Claude Birraux, président. – Aucune réglementation internationale n’oblige M. Loukachenko à consulter ses voisins. La Lituanie a dû, lorsqu’elle a demandé son adhésion à l’Union, démanteler sa centrale d’Ignalina, qui était de type RBMK, comme celle de Tchernobyl.

Plusieurs d’entre vous ont évoqué la sous-traitance : lorsqu’il faut changer un générateur de vapeur construit par Areva, il est préférable que ce soit cette entreprise qui procède au remplacement. Alstom qui construit les turbines, ou Hartman et Braun, qui a produit le contrôle-commande, sont mieux placées pour en assurer la maintenance qu’un génial bricoleur d’EDF. Ce qui pose véritablement problème, c’est la sous-traitance en cascade et l’exposition de certains travailleurs aux radiations. Je ne suis pas persuadé que le suivi radiologique de ces personnels soit véritablement assuré, contrairement à ce que l’on nous assure.

Deux fautes graves ont affecté la sûreté : à Gravelines, des vis pleines au lieu de vis creuses ont été posées sur les soupapes d’un pressuriseur. En cas d’incident, les conséquences auraient été graves et il a fallu attendre un an avant que ce problème ne soit détecté. A Belleville-sur-Loire, des boulons et des écrous ont été retrouvés dans certaines canalisations, mais la maintenance avait été effectuée par EDF…

M. Daniel Paul, député. – J’ai été retenu par la réunion du Bureau de l’Assemblée nationale, d’où mon arrivée tardive.

Comme M. Poniatowski, je me souviens d’un déjeuner à la centrale de Gravelines : j’étais assis à côté d’un « nomade » syndiqué, qui était intervenu au cours du débat sur la sous-traitance avec des paroles fortes. Cette question va bien au-delà des interventions de certaines entreprises très spécialisées et très compétentes. A La Hague, les syndicats nous ont mis devant des situations problématiques. Pour sortir de ce problème, M. Poniatowski avait proposé que le coût soit le même pour EDF, qu’il y ait appel à la sous-traitance ou non. En tant que responsables de collectivités territoriales, nous connaissons tous les limites du mieux-disant, dont fait état le rapport. Or, il ne s’agit pas ici de trottoirs ou de ronds-points, mais de nucléaire !

Il faut attirer l’attention du gouvernement – c’est l’objet de ma contribution – sur ce qui se passe dans l’opinion. Comment laisser se développer une forme de travail contradictoire avec les nouvelles règles de construction, de fonctionnement et de gestion du nucléaire ? A chaque fois qu’EDF a recours à la sous-traitance, il serait souhaitable qu’une négociation avec les syndicats s’engage pour éviter une montée en puissance de la protestation syndicale. C’est un ses sujets majeurs à l’heure actuelle. Nous ne répondrions pas aux attentes des salariés si nous ne le marquions pas fortement. Pour ces raisons, vous comprendrez que je m’abstienne sur ce rapport.

M. Claude Birraux, président. – Chacun ayant pu s’exprimer, je vais mettre aux voix les conclusions de ce rapport et vous demander l’autorisation de le publier.

Les conclusions du rapport sont adoptées

M. Didier Guillaume. – Que va-t-il se passer ensuite ?

M. Claude Birraux, président. – Nous allons enchaîner sur la deuxième étape.

M. Christian Bataille, rapporteur. – J’effectuerai un voyage en Allemagne en septembre et je vous invite à participer à ce déplacement. Il nous restera ensuite deux mois pour achever notre programme de travail, ce qui sera particulièrement court, alors que j’aurais voulu organiser de multiples déplacements en France mais aussi à l’étranger, ainsi en Corée, pays champion des réacteurs nucléaires low cost.

CONTRIBUTIONS

CONTRIBUTION DE MME MARIE-CHRISTINE BLANDIN, SÉNATRICE

L’OPECST est au cœur de son rôle dans cette mission d’évaluation de la sécurité d’une filière technologique. Et le travail a été conséquent. Cependant les rapporteurs ont préempté la seconde partie du rapport (l’avenir de la filière) en proposant de la conforter par des aménagements, ainsi que d’y investir massivement (sécurité et recherche).

Le document de recommandations remis sur table s’inscrit dans cette logique. Il appelle quelques remarques :

– demander une « étude » sur la sous-traitance est trop peu ambitieux (l’étude sur une instance de garantie de l’expertise, votée en Grenelle I, par exemple, n’a toujours pas vu le jour) ;

– demander un correspondant référent de la médecine du travail est une bonne chose… mais un amendement le demandant dans un débat législatif a été repoussé par le Gouvernement ;

– permettre aux CLIS de recevoir le financement prévu par la loi et leur donner accès aux moyens de l’ANR, comme l’a dit Christian Bataille est juste… mais ne figure pas dans le rapport (p. 107).

Le rapport lui-même mérite les remarques suivantes :

L'investigation menée par les rapporteurs au travers de nombreuses visites et auditions publiques se traduit par des constats et recommandations qui montrent des failles dans la sécurité du parc nucléaire. Pour exemples :

– la recommandation de monter d'un cran la sécurité est vertueuse... mais elle donne acte de l'insuffisance actuelle ;

– la demande de transparence d'EDF et de l'ASN est louable (radier de Fessenheim, p. 21), mais elle donne acte de l'opacité actuelle ;

Des problèmes sont bien repérés :

– Comurhex 1 ne résiste pas à un séisme de 5,5 (p. 21) ;

– Gravelines n'a pas anticipé un tsunami consécutif à un glissement de terrain (p. 25) ;

– le radier de Fessenheim est trop fin (p. 21) ;

– les dérives de la sous-traitance (en cascade et suivi médical trop aléatoire) ;

– les périmètres insuffisants des PPI (Plans Particuliers d'Intervention) (p. 93) ;

– les problèmes des effets cumulés ;

– le laxisme dans l'urbanisation périphérique (p. 92) ;

– la mobilisation insuffisamment orchestrée des secours mobiles (p. 80) ;

– les dispositifs de secours en bord de mer (p. 25) ;

– s'il y a alerte sismique, cela ne déclenche pas l'arrêt automatique (p. 31) ;

Des points sont insuffisamment développés :

– les problèmes spécifiques aux piscines (audition des experts du 29/07/2011) ;

– oubli du « cas » Superphenix ;

– sous dimensionnement du dispositif anti marée noire de Gravelines ;

– modélisation inexistante des effets de crues et des contournements de fin de digue.

Enfin, des risques majeurs liés à la filière hors des centrales ne sont pas abordés :

– transport en mer ;

– transports terrestres ;

– circuit du minerai aux déchets, ou à l'export ;

– effets dans la durée sur l'environnement devenu incompatible avec les activités humaines ;

– gestion de crise à une semaine + n.

Face à ces manques, certaines considérations semblent trop optimistes :

– p. 123 : une France qui serait «la plus transparente» alors que ni le PNGMDR ni l'ASN n'avaient mentionné les tonnes d'uranium stockées en Sibérie ;

– p. 15, ligne 4 : « une gestion parfaitement rigoureuse » alors que la presse fait état de fuites alarmantes (Penly et Paluel) ;

– p. 15 dernier § : « l'existence de risques majeurs est prise en compte dès le choix d'implantation » est une phrase abusive quand on voit :

● le niveau de Gravelines, par rapport à celui de la mer ;

● Tricastin en plaine alluviale inondable... au point que Georges Besse 2 a été surélevé ;

– p.49 : « les progrès continus de la transparence » alors qu'il a fallu sortir une carte IGN pour faire dire à Areva les cotes comparées du canal d'alimentation et des installations (Tricastin) ; alors qu'il a fallu questionner avec insistance pour découvrir le projet de 80cm de béton pour épaissir le radier de Fessenheim.

En conséquence, ce rapport apparaît non exhaustif et d'un parti-pris indulgent. En plus des points ci-dessus évoqués, il aurait été souhaitable que le rapport préconise :

– une position plus radicale sur la sous-traitance : interdiction sauf dérogation ;

– une exigence de scénarios de gestion de crise dépassant les premiers jours.

Aussi, je ne peux le voter.

CONTRIBUTION DE M. YVES COCHET, DÉPUTÉ

Pourquoi je n’ai pas voté en faveur de ce rapport

Yves Cochet

Député de Paris

Bien que ce rapport traduise le sérieux des travaux de la mission parlementaire, il s’inscrit dans un contexte de continuation et de développement de l’électro-nucléaire en France, sans remise en cause de cette filière, alors même qu’après la catastrophe de Fukushima, de nombreux pays refusent le nucléaire (Italie) ou souhaitent en sortir (Allemagne).

Il y a trente-cinq ans, lors du lancement du « programme électro-nucléaire » français par le gouvernement de Pierre Messmer, j’étais déjà convaincu que le triptyque sobriété énergétique + efficacité énergétique + énergies renouvelables aurait été une meilleure stratégie que le nucléaire pour éliminer les centrales à flamme et accroître l’indépendance énergétique de la France. Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima n’ont fait que renforcer ma conviction.

Bien que ce rapport d’étape ne couvre que la première partie - sécurité – du périmètre de la mission parlementaire, il préempte déjà l’orientation générale du rapport final (deuxième partie : place de la filière et son avenir) que l’on peut résumer en : il faut continuer le nucléaire en France, tout en renforçant sa sécurité. Mon orientation est plutôt : il faut sortir du nucléaire en France, de façon sécurisée.

Quelques remarques au fil des pages

Concernant le risque d’inondation, il est indiqué (page 23) qu’à la suite de l’inondation partielle de la centrale du Blayais en 1999, une révision de la Règle fondamentale de sûreté (RFS) a été entreprise, avec la rédaction d’un guide, en cours de finalisation. Je suis surpris qu’il faille douze ans pour rédiger cette révision, alors même le rapport indique (page 15) que « la sécurité des installations nucléaires, et en particulier leur sûreté, fait l’objet d’une gestion parfaitement rigoureuse ».

Page 25, cinq lignes seulement sont consacrées à la sècheresse. Si, dans les années à venir, le climat change et les sècheresses s’intensifient, comme le prévoit le GIEC, il faudrait suspendre l’exploitation d’environ la moitié de nos centrales, celles qui se trouvent en bord de fleuves à étiage trop faible Or, le rapport ne fait pas référence au risque de pénurie relative d’électricité consécutive à des sécheresses extrêmes.

Le rapport n’évoque pas du tout plusieurs autres risques. M. Birraux estime qu’il ne faut révéler aucun point susceptible d’intéresser d’éventuels terroristes. Pourtant, le 29 juin 2011, au collège des Bernardins, lors d’un débat sur la convergence énergétique entre la France et l’Allemagne, M. Christian Hey, secrétaire général du German Advisory Council on the Environnement, a rappelé que l’hostilité des citoyens allemands au nucléaire était principalement due au risque terroriste, surtout après le 11 septembre 2001. Nous aurions intérêt à nous pencher plus sérieusement sur ce risque, quitte à ce que les études sur le sujet restent secrètes pour ne pas divulguer d’éventuelles failles de nos centrales. Pourquoi ne pas créer un organisme auprès du Premier ministre, dédié à ces questions, qui pourrait être composé de spécialistes et de parlementaires ? Je me souviens qu’après l’explosion de l’usine AZF de Toulouse le 21 septembre 2001, le Premier ministre de l’époque avait convoqué un Conseil de défense, car nous ne savions pas si l’explosion était accidentelle ou intentionnelle. Une réflexion approfondie sur les risques terroristes est donc indispensable.

Le rapport ne mentionne pas non plus l’éventuel crash d’un avion gros porteur sur une centrale nucléaire. Imaginez les dégâts que ferait un A 380 plein de kérosène s’écrasant sur les piscines de La Hague !

Un autre risque est passé sous silence : les tempêtes électromagnétiques solaires. Richard Carrington a associé son nom à celle de 1859. Il n’y avait pas de réseaux électriques à l’époque, mais le réseau télégraphique avait grillé aux Etats-Unis. Si un tel événement venait à se reproduire, tous les transformateurs électriques pourraient être touchés. Il ne faudrait pas un jour ni même une semaine pour les remplacer tous. Vous imaginez la France sans électricité pendant des mois, et donc sans eau courante, parce que les pompes ne fonctionneraient plus ? Ce serait une catastrophe majeure, naturelle en ce cas, mais qui peut également être provoquée par des bombes spécifiques. Ne croyez-vous pas qu’il conviendrait de se pencher sur cette question ? Un rapport de l’OCDE, rendu public le 27 juin 2011, classe les « orages géomagnétiques » d’origine solaire parmi les cinq grands risques systémiques qui menacent l’économie mondiale.

Du 20 au 24 juin 2011, l’AIEA a tenu une conférence sur la sécurité et la sûreté nucléaires et Mme Kosciusko-Morizet y est allé délivrer le discours officiel de la France. Ce sommet de l’AIEA n’a pris aucune décision ! Son inefficacité en la matière est patente. L’AIEA ne dit rien après Fukushima ! Elle n’a procédé à aucune révision de norme ou de seuil ! Le rapport de la mission parlementaire devrait insister sur l’impuissance de l’AIEA.

CONTRIBUTION DE M. DANIEL PAUL, DÉPUTÉ

Nucléaire : redonner confiance.

Fukushima a provoqué une immense émotion. Elle est légitime. Il nous faut donc tirer tous les enseignements de ce qui s’est passé au Japon, comprendre les conséquences d’un enchaînement d’évènements majeurs et mettre en œuvre les réponses appropriées ici, en France. Il nous faut même sans doute aller plus loin, car le poids de notre filière nucléaire dans la production de notre électricité, comme dans notre industrie, exige de notre pays des assurances fortes, propres à améliorer encore les conditions de fonctionnement de nos sites nucléaires et en particulier des centrales et à redonner à nos concitoyens une confiance qui, à l’évidence, s’est émoussée.

Cela passe sans doute par un large débat public qui donne à voir l’ensemble des éléments constitutifs d’une politique énergétique, dont les objectifs sont de fournir de l’énergie pour répondre aux besoins économiques et sociaux, à un coût abordable, tout en réduisant de manière drastique nos émissions de C02. Et cela, dans un contexte qui a beaucoup évolué depuis les années 70.

Comment ignorer l’exigence de transparence et de concertation ? L’expérience accumulée par les CLI et les CLIS montre pourtant combien on gagnerait à diffuser largement les éléments d’information propres à permettre une réflexion responsable. De même, on gagnerait à associer les salariés aux décisions qui les concernent.

Comment sous-estimer les effets de la libéralisation du secteur énergétique, l’ouverture à la concurrence et les objectifs de rentabilité financière d’un ancien opérateur historique, devenu un groupe mondialisé, « membre » du CAC 40 ? Il y a une vraie contradiction entre la recherche de réduction des coûts pour augmenter les dividendes des actionnaires et la mise en œuvre d’une politique industrielle de long terme, au service de l’intérêt général, garantissant un haut niveau de sécurité pour les salariés et les citoyens.

C’est pourquoi les députés communistes se sont totalement opposés aux politiques qui ont mené à la libéralisation du secteur de l’énergie, à la privatisation de GDF et à son absorption par Suez, à l’ouverture du capital d’EDF, à la loi NOME. Autant de décisions qui, avec celles qui affectent Areva, autre acteur majeur du nucléaire, n’ont pas contribué à raffermir, dans l’opinion publique, l’idée que le nucléaire français échappait totalement à l’emprise de la rentabilité financière. Et pourtant, c’est là un des piliers du soutien de nos concitoyens à la filière nucléaire.

Il convient, évidemment, d’apprécier le souhait, inscrit dans le rapport, que l’Etat ait une maîtrise complète des entreprises de la filière nucléaire et que cette dernière soit dégagée de l’exigence de concurrence imposée dans le secteur de l’énergie par les traités. Pour autant, les députés communistes sont attachés à l’idée, non seulement d’une maîtrise publique de l’énergie, avec la constitution d’un pôle public, autour d’EDF à 100% publique et l’engagement que le nucléaire ne sera jamais ouvert à la concurrence dans notre pays. Nous proposons aussi que la France porte ces mêmes exigences au niveau européen, tant les mêmes garanties sont justifiées à l’échelle de notre continent.

Le rapport met fort justement en évidence l’attention à apporter aux cumuls de difficultés, telles qu’apparues à Fukushima, à l’effet domino dans le cas de centrales proches de sites industriels, à la disponibilité des dispositifs de secours et d’alimentation électrique pour les centrales situées en bord de mer. A cet égard, il serait sans doute souhaitable d’examiner les conséquences de pollutions marines, de type marée noire… Il souligne aussi la nécessité de prendre en compte l’hypothèse d’accidents et de rejets sur une longue durée dans la gestion de la crise. Je partage aussi l’importance accordée à la recherche universitaire, à la formation des personnels, comme la demande de mise en place d’une « force de réaction rapide » disposant en permanence de moyens et capable d’intervenir partout dans des délais de quelques heures…

Tous les syndicats ont mis en avant la question de la sous-traitance. Le rapport en fait une question importante en souhaitant, en tête de ses conclusions, que « les conditions de la sous-traitance soient gérées de façon plus sûre ».

C’est une question centrale. Son développement actuel, conséquence de la libéralisation du secteur, nourrit l’idée que, finalement, le nucléaire est une activité comme les autres ! On peut y voir, comme ailleurs, la sous-traitance en cascade, des incidents non déclarés, des responsabilités difficiles à déterminer,… Les reportages sur les « nomades » du nucléaire et les témoignages recueillis lors des visites de centrales et d’un site comme « la Hague » sont éloquents.

Il ne saurait être question de laisser se développer ce recours à la sous-traitance. Le rapport propose de  systématiser le mieux-disant en France comme en Europe. Cette préconisation serait sans doute un progrès, mais elle n’en serait pas moins insuffisante. Elle laisserait en effet entière la possibilité de voir se développer un système qui ne garantirait pas suffisamment, pour chaque intervenant, la connaissance et l’expérience de chaque installation, alors que de nombreux acteurs nous ont dit l’importance de ces éléments.

Les métiers du nucléaire ne sont pas des métiers comme les autres. Les sites d’intervention justifient une connaissance de la part de tous les intervenants, dont on nous a dit qu’ils sont tous co-responsables de la sécurité. Alors, ne permettons pas au coût du travail de peser sur la sécurité : « on ne négocie pas avec la sécurité d’une centrale ». L’Etat doit, à ce sujet, favoriser l’ouverture de négociations avec les organisations syndicales.

Après ce 1er rapport, la réflexion va se poursuivre. Mon abstention, à l’issue de cette 1ère étape, a pour but de nourrir cette réflexion et les débats nécessaires, afin que soient prises les décisions permettant à la filière nucléaire de regagner la confiance dont elle a besoin.

ANNEXES

ANNEXE 1 : COMPOSITION DU COMITÉ D’EXPERTS

Académie des Sciences :

- M. Robert GUILLAUMONT, professeur honoraire à l’Université Paris-Sud Orsay

- M. André ZAOUI, directeur de recherche émérite au CNRS

Académie des Technologies :

- M. Bernard TARDIEU, président de la commission Energie et changement climatique

Autorité de sûreté nucléaire (ASN)

- M. Philippe SAINT RAYMOND, ancien DGA de l’ASN, vice-président du « groupe d’experts réacteurs »

Associations

- Mme Monique SENÉ, présidente du GSIEN

- M. Yves MARIGNAC, directeur WISE-Paris

Centre national de recherche scientifique (CNRS)

- M. Hubert FLOCARD, directeur de recherche

- M. Sylvain DAVID, chercheur à l’Institut de physique nucléaire d’Orsay

Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)

- M. Michel SCHWARZ, directeur scientifique

Experts étrangers :

Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Javier REIG, chef de la division de la sûreté nucléaire

Autorité de sûreté nucléaire (ASN)

- M. Pierre GOVAERTS, ancien responsable de la sûreté nucléaire en Belgique, président du « groupe d’experts réacteurs »

ANNEXE 2 : LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES LORS DES DÉPLACEMENTS

Visite de la centrale nucléaire du Nogent-sur-Seine
9 mai 2011

ASN

M. Michel BABEL, Chef de la division régionale de l’ASN

EDF

M. Hervé MAILLART, Directeur de la centrale de Nogent-sur-Seine

Organisations syndicales

CGT : MM. Manuel FIGUEREIDO, secrétaire général du syndicat énergies Aube - Pascal PAINAULT, secrétaire du CHSCT - Dominique BRIDIER, secrétaire du CE.

CFDT : MM. Pascal VERSAVEL, délégué syndical, élu CE - Baptiste LEROY, responsable syndical CE, élu CHSCT - Francis LUC, élu délégué du personnel

Commission locale d’information

M. Gérard ANCELIN, Maire de Nogent-sur-Seine, Vice-président du conseil général de l'Aube, Président de la CLI

Visite des ateliers du Creusot et de Chalon-sur-Saône
16 mai 2011

ASN

M. Sébastien CROMBEZ, Directeur des équipements sous pression nucléaires (ASN)

Areva Corporate

M. Jean-Luc ANDRIEUX, Directeur Sûreté, Santé, Sécurité et Environnement

Areva Business Unit Equipements

M. Etienne TOUZAIN, Directeur Développement durable et Progrès continu

M. Xavier LESAGE, Responsable de la cellule relation avec l’ASN

Creusot Forge

M. Patrick PORET, Directeur général

M. Emmanuel Bertrand de BALLANDA, Directeur des opérations

M. Daniel JOBARD, Directeur Recherche et Développement

Usine de Chalon / Saint-Marcel

M. Emmanuel TOURON, Chef du service Développement durable et Progrès continu

M. Dominique MAIRE, Responsable des opérations

Organisations syndicales

M. Jean-Pierre FUENTES (CGT - Creusot Forge)

M. Frédéric MULLIERE (CFDT - Creuzot Forge)

M. Angelo PALADINO (CGT - Chalon / Saint Marcel)

M. Ludovic PIERRICHON (CGT - Chalon / Saint Marcel)

M. Fabrice MARTINERIE (CFDT - Chalon / Saint Marcel)

M. Bruno de VALENCE (CGC - Chalon / Saint Marcel)

M. Bruno ASSEMAT (CGC - Chalon / Saint Marcel)

Elus

M. André BILLARDON, Maire du Creusot

M. Jean-Paul ANCIAUX, Député de Saône-et-Loire

Visite de la centrale nucléaire de Gravelines

13 mai 2011

ASN

M. Michel PASCAL, Délégué territorial

M. François GODIN, Chef de division

M. Jean-Marc DEDOURGE, Adjoint au chef de division

M. Laurent DUCROCQ, Inspecteur du travail

EDF

M. Jean-Michel QUILICHINI, Directeur de la centrale

Organisations syndicales

M. Didier HOCHART (CGT)

M. Claude LAVIGNE (CGT)

M. Eric GLASIK (CGT)

M. Ludovic JONVEL (CFTD)

M. Bruno DESMET (CGT-FO)

M. Jean-Claude BLONDEL (CGT - société prestataire de gardiennage)

M. Bernard FLANDERINCK (CGT - société prestataire de maintenance en ventilation)

Commission locale d’information

M. Jean-Claude DELALONDE, Président de l’ANCCLI, Ancien Président de la CLI

M. Jo DAIRIN, Adjoint au Maire de Dunkerque, Président par interim de la CLI

M. Jean-Claude BOUCHERY, Conseiller municipal de Gravelines

M. Michel DEMET, Administrateur à la ville de Dunkerque

M. Didier HOCHART, Membre (CGT) du CHSCT de la centrale de Gravelines

M. Nicolas FOURNIER, Les Amis de la Terre

M. Dany BOGAERT, Président de l’Association de défense de l’environnement du Calaisis

M. Jean-Claude ROMBEAUX, Membre des groupes de travail du CODIRPA

M. Philippe BOUDIER, Directeur de l’usine BASF de Gravelines

M. Thierry DUBUIS, secrétaire de la CLI

M. Yves LHEUREUX, secrétaire de la CLI

M. Laurent ROUSSEL, Chef du service “Risques, nuisances, déchets” au Conseil

général du Nord

Elus

M. Bertrand RINGOT, Maire de Gravelines

M. Jean SCHEPMAN, Conseiller général

Visite de Flamanville-La Hague
20 mai 2011

ASN

M. Simon HUFFETEAU, chef de la division de Caen, ASN

M. Christophe QUINTIN, délégué territorial Caen, ASN

Commission locale d’information

M. Michel LAURENT, Président des 3 CLI de la Manche

M. Yves BARON, Scientifique CLI Areva et Flamanville

M. Pierre BIHET, Vice-président CLI Areva

M. Charly VARIN, Directeur des 3 CLI

M. Jean-Paul MARTIN, Association AEPN

Organisations syndicales

M. Jean-Michel BEAUBRAS (CGT-FO)

M. Arnaud PAPILLON

M. Daniel CHECIAU (CGT)

M. Bruno BLANCHON (CGT)

M. Joël LECOSTEY (CFDT)

M. Philippe JOUET (CFE-CGC)

M. Daniel CUNY (CFE-CGC)

M. André HUCHET (UNSA-SPAEN)

M. Frédéric RIVIERE (UNSA-SPAEN)

M. Philippe LEFRANÇOIS (CFTC)

M. Florent SOHIER (CFTC)

AREVA

M. Jean-Jacques DREHER, Directeur de l’établissement

M. Roland JACQUET, Directeur adjoint de l’établissement

M. Christophe NEUGNOT, Directeur de la communication

M. Jean-Luc ANDRIEUX, Directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement

EDF

M. Jean-Marc MIRAUCOURT, Directeur ingénierie nucléaire

M. Antoine MÉNAGER, Directeur du chantier de l'EPR

Visite des installations du Tricastin
27 mai 2011

ASN

M. Grégoire DEYIRMENDJIAN, Chef de division de l'ASN Lyon

M. Richard ESCOFFIER, Adjoint au chef de division de Lyon

Commission locale d’information

M. Philippe BERRARD, Conseiller Général délégué à l'insertion, Département de la Drôme

M. Wilfrid CAPEVAND, Conseiller Régional de l'Ordre des Pharmaciens

M. Gérard CHAUMONTET, Vice président chargé de l'économie, de l'emploi et de l'innovation, Département de la Drôme

Cl. Olivier BOLZINGER, Directeur départemental, Services d'Incendie et de Secours de la Drôme

M. Bruno DELOME, Secrétaire général, Union départementale syndicat CFTC

M. Roland DESBORDES, Président, CRIIRAD

M. Guy DURAND, Premier adjoint, Mairie de Pierrelatte

M. Serge FISSE, Union départementale syndicat CFE-CGC

M. Maryannick GARIN, Maire de Clansayes

M. Didier GUILLAUME, Sénateur, Président du Conseil Général de la Drôme

M. Alain KHERARO, DGA développement, secrétariat de la CLIGEET, Département de la Drôme

M. Georges LE DINAHET, Union départementale syndicat CFDT

M. Claude LOVERINI, Adjoint au Maire de Saint Paul Trois Châteaux

M. Jean-Pierre MORICHAUD, représentant FRAPNA

Mme Marie-Pierre MOUTON, Conseillère générale, Département de la Drôme

M. Alain PECHERAND, Union départementale syndicat CGT

M. José UGHETTO, Secrétaire général, Areva NC Pierrelatte, section SPAEN

M. Jean-Pierre GERME, syndicat FO Areva

AREVA

M. Frédéric De AGOSTINI, Directeur Areva Tricastin

M. Jean-Luc ANDRIEUX, Directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement

EDF

M. Laurent DELABROY, Directeur du CNPE

M. Jean Marie FRIEDRICH, Directeur technique du CNPE

Mme Adeline BERTONCINI, Responsable de la communication du CNPE

Organisations syndicales

M. Georges LE DINAHET, CGT

M. Jean-Marc BLUY, CGT

M. Jean-Jacques PERROT, CGT

M. Claude GARNIER, FO

M. Jean-Claude CARON, FO

Mme Virginie NEUMAYER, CGT EDF CNPE Tricastin

M. Alain PECHERAND, CGT Areva Eurodif Production

M. Georges BREZZO, CGT SOPROVISE Calorifuge

M. Cyril GISBERT, CGT Ponticelli Mécanique et robinetterie

M. S. FISSE, CFE-CGC

Visite de la centrale de Belleville-sur-Loire
10 juin 2011

ASN

M. Alain DELMESTRE, Directeur général adjoint, ASN

M. Simon-Pierre EURY, Chef de la division d'Orléans, ASN

Commission locale d’information

M. Pascal VIGUIER

M. Patrick RENON

M. Daniel MESSELOT

EDF

M. Antoine ASSICE, Directeur du CNPE

M. Jean-François DEMALDENT, Directeur Relations Industrielles, Division Production Nucléaire

M. Jean-Bernard ALEMANNI, Directeur Relations Industrielles, Division Ingéniérie nucléaire

M. Eric MAUCORT, Directeur Coordination, Division Production Nucléaire

M. Pierre-Franck THOMÉ JASSAUD, Directeur Communication, Division Ingéniérie nucléaire

Elus

M. Yves FROMION, député du Cher

Visite de la centrale de Fessenheim
10 juin 2011

ASN

M. Florien KRAFT, Chef de la division de Strasbourg

M. Hubert MENNESSIEZ, Adjoint au chef de la division de Strasbourg

Mme Geneviève CHAUX-DEBRY, déléguée territoriale de la division de Strasbourg

Commission locale d’information

M. Michel HABIG, Président de la CLIS

Mme Fabienne STICH, Maire de FESSENHEIM

M. Jean-Paul LACOTE, Membre d'Alsace Nature

Elus

M. Michel SORDI, Député du Haut-Rhin

EDF

M. Thierry ROSSO, Directeur de la centrale de Fessenheim

M. Pascal GUIHOT, Directeur technique de la centrale

M. Pierre LABBÉ, Délégué technique à la Direction Production Ingénierie

Organisations syndicales

M. Guy KLEIN (CGT)

M. Denis KUPPER (CGT)

M. Jean-Marc PAQUET (CFE CGC)

Mme Véronique SALVODELLI (CFE CGC)

M. Martin KUPFER (FO)

M. Angelo MURGANTE (FO)

M. Bernard DODIN (CFDT)

M. Yannick MEAL (CFDT)

ANNEXE 3 : COMPTES RENDUS DES AUDITIONS

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

Mercredi 16 mars 2011

- M. Eric BESSON, ministre auprès de la ministre de l’Economie, des finances et de l’industrie, chargé de l’Industrie, de l’énergie et de l’économie numérique.

- M. Bernard BIGOT, administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives.

- M. Luis ECHAVARRI, directeur général de l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire.

- Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

- M. Philippe KNOCHE, responsable de l’activité réacteurs d’Areva.

- M. André-Claude LACOSTE, président de l’Autorité de sûreté nucléaire.

- Mme Anne LAUVERGEON, présidente du directoire d'Areva.

- M. Henri PROGLIO, président directeur général d’EDF.

- M. Jacques REPUSSARD, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

- M. Henri REVOL, président du Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire.

Jeudi 5 mai 2011

- M. Jean-Luc ANDRIEUX, directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement d’Areva

- M. Pierre BARBEY, association pour le contrôle radioactivité dans l'ouest (ACRO)

- M. Hervé BERNARD, administrateur général adjoint du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA)

- M. Guillaume DEDEREN, chef du bureau des risques à la Direction de la sécurité civile

- M. Jean-Claude DELALONDE, président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI)

- M. Augustin JANSSENS, Commission européenne

- M. André-Claude LACOSTE, président de l’Autorité de sûreté nucléaire

- M. Ted LAZZO, Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN) :

- M. Dominique MINIÈRE, directeur du parc nucléaire d’EDF

- M. Jacques REPUSSARD, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

- M. Finn UGLETVEIT, Association des responsables des Autorités européennes compétentes en radioprotection (HERCA)

Vendredi 13 mai 2011

- Colonel Philippe BIZET, chef de l’état-major de la zone Nord

- M. Jean-Christophe BOUVIER, directeur du cabinet du préfet

- M. Dominique BUR, préfet du Nord, préfet de la région Nord-Pas-de-Calais

- M. Christian CHOQUET, préfet de la zone de défense et de sécurité Nord

- M. Stéphane DHÉE, directeur par intérim, Service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de la protection civile (SIRACEDPC)

- M. Pascal FORCIOLI, directeur général adjoint de l’Agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais

- M. François GODIN, chef de division de l'Autorité de sûreté nucléaire

- Docteur Patrick HERTGEN, médecin-chef adjoint du SDIS du Nord

- M. Marc LEURETTE, représentant de la mission d'appui à la gestion des risques nucléaires du ministère de l'intérieur

- Commandant Laurent MAILLARD, référent risques radiologiques, SDIS du Nord

- M. Salvador PEREZ, secrétaire général de la préfecture du Nord

- M. Jean-Michel QUILICHINI, directeur du CNPE de Gravelines, EDF

- Mme Astrid TOMBEUX, chef du bureau de la communication interministérielle

Jeudi 19 mai 2011

- M. Jean-Luc ANDRIEUX, directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement d’Areva

- M. Paul-Henri BOURRELIER, président du conseil scientifique de l'association française pour la prévention des catastrophes naturelles

- M. Michel BRONIATOWSKI, Laboratoire de Statistique Théorique et Appliquée, Paris VI

- M. Bruno CAHEN, directeur industriel de l'Andra

- M. Vincent COURTILLOT, Académie des sciences

- M. Jean-Christophe GARIEL, adjoint du directeur de l’environnement et de l’intervention de l’IRSN

- M. Jean GAUVAIN, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Thomas HOUDRÉ, directeur des centrales nucléaires à l’ASN

- M. Hervé LE TREUT, Académie des sciences

- M. Jean-Marc MIRAUCOURT, directeur de l'ingénierie nucléaire d’EDF

- M. Javier REIG, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Bernard TARDIEU, Académie de technologies

Mardi 24 mai 2011

- M. Paul ACKER, directeur Scientifique du Groupe Lafarge

- MM. Bertrand BARRÉ, conseiller scientifique d’Areva et professeur émérite à l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires

- M. Christophe BÉHAR, directeur de l’énergie nucléaire du CEA

- M. Jean-Luc CARON, vice-président EPR™ Model (PTE)

- M. Sébastien COMBREZ, directeur des équipements sous pression nucléaires de l’ASN

- M. Jean-Claude DA ROCHA, ingénieur responsable Recherche & Développement Innovation chez ACOME

- M. Pierre FERDINAND, directeur de recherche, CEA Laboratoire d’intégration des systèmes et des technologies:

- M. Jean GAUVAIN, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Thomas HOUDRÉ, directeur des centrales nucléaires de l’ASN

- Mme Laurence JACQUES, directrice Ductal, France Belgique Luxembourg

- M. Martial JOREL, directeur de la sûreté des réacteurs de l’IRSN

- M. Jean-Claude MICAELLI, directeur de la Prévention des Accidents Majeurs de l’IRSN

- M. Jean-Marc MIRAUCOURT, directeur de l'ingénierie nucléaire d’EDF

- M. Frédéric POUILLE, président directeur Général, LMP Ingénierie Conseil

- M. Javier REIG, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Georges SERVIÈRE, conseiller nucléaire du président d'EDF

Mardi 31 mai 2011

- M. Jean-Luc ANDRIEUX, directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement d’Areva

- Mme Edwige BONNEVIE, directrice du pôle de maîtrise des risques au CEA

- M. Henri CHAPOTOT, directeur du Comité français de certification des entreprises pour la formation et le suivi du personnel travaillant sous rayonnements ionisants (CEFRI)

- M. Denis FLORY, chef du département de sûreté et de sécurité nucléaire de l’AIEA

- M. André-Claude LACOSTE, président de l’Autorité de sûreté nucléaire

- M. Henri LEGRAND, conseiller du Directeur général de l’ASN

- M. Jacques REPUSSARD, directeur général de l’IRSN

- M. Philippe SAINT-RAYMOND, vice-président du groupe d’experts « Réacteurs » de l’ASN

- M. Philippe SASSEIGNE, directeur adjoint de la Production nucléaire d’EDF

- M. Laurent STRICKER, Chairman de World Association of Nuclear Operators (WANO)

- M. Jean TANDONNET, inspecteur général pour la sûreté nucléaire d’EDF

Jeudi 16 juin 2011

- M. Jean-Luc ANDRIEUX, directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement d’Areva

- M. Jan BLOMGREN, Director of the Swedish Nuclear Technology Centre (Suède)

- M. Xavier CLÉMENT, directeur de la communication du CEA

- M. Jean-Claude DELALONDE, président de l’ANCCLI

- M. Philippe DESLANDES, président de la Commission nationale du débat public

- M. Jean GAUVAIN, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. André-Claude LACOSTE, président de l’Autorité de sûreté nucléaire

- M. Michel LALLIER, membre du Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire et pilote du groupe de travail « Transparence et secrets »

-  M. Marc LÉGER, directeur juridique et du contentieux du CEA

- M. Dominique MINIÈRE, directeur du parc nucléaire d’EDF

- M. Javier REIG, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)

- M. Henri REVOL, président du Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN)

- M. Jacques-Emmanuel SAULNIER, directeur de la communication d’Areva

- M. Matthieu SCHULER, directeur de la stratégie, du développement et des partenariats de l’IRSN

- M. Georges SERVIÈRE, conseiller nucléaire du Président d'EDF

LA CRISE NUCLÉAIRE AU JAPON
MERCREDI 16 MARS 2011

Réunion, ouverte à la presse, conjointe avec la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, la commission des affaires économiques, et la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire du Sénat

Une réunion conjointe a été organisée avec l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, la commission des affaires économiques, la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire et la commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat, sur la crise nucléaire au Japon avec la participation de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement ; M. Éric Besson, ministre chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique ; M. André-Claude Lacoste, président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ; Mme Agnès Buzyn, présidente du conseil d’administration de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), accompagnée de M. Jacques Repussard, directeur général ; M. Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives ; M. Luis Echávarri, directeur général de l’agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire ; Mme Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva, accompagnée de M. Philippe Knoche, responsable de l’activité Réacteurs et Services ; M. Henri Proglio, président-directeur général d'EDF, et M. Henri Revol, président du Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire.

M. le président Claude Birraux. Ma première pensée, empreinte naturellement d’émotion, sera pour le peuple japonais qui subit aujourd’hui une triple peine, avec cette catastrophe nucléaire venant après un séisme et un tsunami. Je remercie Mme la ministre et M. le ministre d’avoir aussi rapidement accepté de répondre à nos questions – avant d’aller rejoindre le Président de la République à dix-sept heures – puisque c’est seulement hier à midi que l’idée de cette réunion a été lancée. Je salue mes collègues Serge Poignant et Serge Grouard, présidents des commissions des affaires économiques et du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, Jean-Paul Émorine, président de la commission de l’économie et du développement durable du Sénat, et Bruno Sido, premier vice-président de l’OPECST. C’est ici le Parlement rassemblé qui souhaite écouter les ministres et les responsables du secteur faire le point sur la situation au Japon et sur la sûreté dans nos propres centrales.

M. Serge Poignant, président de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Je remercie également Mme la ministre et M. le ministre d’avoir répondu à notre invitation à cette audition commune et je me réjouis de profiter des compétences de mes collègues et de celles, incontestées, de l’Office en matière de sécurité nucléaire.

La commission des affaires économiques vient d’achever une série d’auditions sur la filière nucléaire. Bien qu’elles aient été centrées sur les aspects industriels et stratégiques, l’Autorité de sûreté nucléaire et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire ont été entendus aussi. Et nous sommes convaincus qu’en une dizaine d’années, la France a élaboré une architecture de sécurité et de sûreté nucléaires exceptionnelle. Comme l’a dit le Premier ministre, il y aura un moment pour le retour d’expérience et pour le débat mais, parlementaires ou citoyens, nous avons besoin dans un premier temps d’autant d’informations objectives qu’on peut en avoir sur ce qui s’est passé à Fukushima, afin de disposer d’éléments de comparaison pour évaluer la sûreté de nos propres centrales. J’invite donc mes collègues à poser beaucoup de questions, d’autant que cette réunion, retransmise par les télévisions, sera accessible au plus grand nombre.

M. Serge Grouard, président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale. Je m’associe en pensée aux souffrances qu’endure le peuple japonais et je salue sa dignité impressionnante dans les drames qu’il est en train de vivre.

Nous souhaitons que cette audition soit l’occasion d’avoir, de la part des spécialistes, des réponses aussi précises que possible aux interrogations de nos concitoyens. Ces questions portent d’abord, à mon avis, sur trois points. Premièrement, quelle est la configuration technique exacte du site Fukushima 1, qui est principalement en cause ? Deuxièmement, quelle est en ce moment la situation aux abords de cette centrale, ainsi que sur l’ensemble du territoire japonais ? Enfin, à quoi le reste de la planète doit-il s’attendre ? Quels sont à ce jour les scénarios envisageables pour autant qu’on puisse les déterminer ?

M. Jean-Pierre Émorine, président de la commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire du Sénat. Cette réunion exceptionnelle de nos deux assemblées doit nous permettre d’affirmer solennellement notre solidarité avec le peuple japonais. La première priorité de la France doit être d’apporter à celui-ci toute l’aide possible, tant humanitaire que technique, mais nous nous préoccupons bien entendu fortement du sort de nos ressortissants au Japon et nous suivrons de près l’évolution de la radioactivité dans les territoires français du Pacifique au cas où les rejets constatés dans l’atmosphère seraient de nature à faire peser sur eux une menace de contamination.

Nous attendons des intervenants qu’ils nous présentent l’analyse la plus précise possible, compte tenu des nombreuses incertitudes liées à l’évolution rapide de la situation. Les informations sur ce qui se passe à l’intérieur des réacteurs semblent arriver avec retard. Les autorités japonaises ont-elles bien les choses en main ?

Il est primordial de répondre aux inquiétudes légitimes de nos compatriotes, s’agissant de la sécurité nucléaire sur notre territoire. Les centrales nucléaires françaises, qui se caractérisent par une grande homogénéité, font l’objet de visites régulières de l’Autorité de sûreté nucléaire. Autorité indépendante, celle-ci est chargée de vérifier le niveau de sécurité et, le cas échéant, de le rehausser. Les nouveaux programmes de construction privilégient la sécurité des réacteurs, quel qu’en soit le coût. Est-il possible de confirmer le très haut niveau de sécurité exigé de notre parc nucléaire ? Sachant qu’il est indispensable de préserver le lien de confiance entre nos concitoyens et le secteur nucléaire, je ne puis en tout cas qu’approuver les déclarations du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, annonçant un contrôle systématique de nos centrales dont les résultats seront rendus publics.

M. Bruno Sido, sénateur et premier vice-président de l’OPECST. Mes pensées vont, comme celles de mes collègues, au peuple japonais. Cette catastrophe ayant une dimension planétaire, quelle coopération internationale peut-on envisager afin d’aider ce pays à gérer la crise ? Je m’adresse plus particulièrement à M. Luis Echávarri, directeur général de l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire.

M. le président Claude Birraux. Je rappelle les règles du débat. Après l’intervention des ministres, ce sera au tour des porte-parole des groupes de s’exprimer en cinq minutes chacun. Ensuite, chacun pourra intervenir, parlementaires et experts.

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement. Monsieur le président de l’Office, messieurs les présidents de commission, mesdames et messieurs les parlementaires, nous venons, Éric Besson et moi, rendre compte devant vous de la situation au Japon, et aussi chez nous. Et je salue tous ceux qui nous apportent leur expertise en ce moment de crise, particulièrement les représentants de l’Autorité de sûreté nucléaire, de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire et du Commissariat à l’énergie atomique.

Le Japon est le théâtre d’une catastrophe dont les conséquences sont loin d’être encore entièrement connues et qui suscite en France des inquiétudes auxquelles il faut répondre. Un séisme dévastateur, de magnitude 9, a été suivi d’un tsunami très meurtrier qui a porté des atteintes très sérieuses à la sécurité de certains réacteurs. Ces derniers ont supporté le tremblement de terre comme prévu, et une dizaine d’entre eux se sont arrêtés automatiquement, mais le tsunami a gravement endommagé les systèmes de refroidissement. Or un réacteur arrêté doit encore être refroidi pendant plusieurs semaines. Là où les réacteurs ont été privés d’eau, une fusion partielle du cœur s’est produite : cela concerne au moins les réacteurs n°s 1, 2 et 3 de Fukushima Daiichi. De surcroît, et c’est sans doute le point le plus important, l’enceinte du réacteur n° 2, et probablement celle du n° 3, ont également été endommagées, ce qui entraîne des rejets radioactifs continus et plus intenses s’ajoutant aux rejets volontaires décidés pour diminuer la pression dans le cœur des réacteurs. Les inquiétudes portent en outre sur une piscine contenant du combustible usé et que les autorités cherchent à remplir pour éviter que ce combustible se retrouve à nu. L’ennoyage est en effet nécessaire pour empêcher une dégradation qui provoquerait une émission directe de radioactivité dans l’environnement, d’autant que la piscine n’est pas confinée.

Dans ce contexte, entre les émissions intentionnelles destinées à réduire la pression dans les réacteurs, les émissions permanentes liées au déconfinement de certains réacteurs, et la dégradation probable du combustible usagé entreposé dans des piscines, la radioactivité dans l’environnement est devenue forte. La majorité des personnels de la centrale a été évacuée. Certains sont revenus avant d’être évacués une seconde fois. Selon les informations dont nous disposons, les conditions d’intervention sont extrêmement difficiles et les opérateurs restés sur place mettent en péril leur santé, et même leur vie. À ce stade, les rejets radioactifs sont concentrés dans un rayon de vingt kilomètres autour de la centrale et la radioactivité diminue graduellement au fur et à mesure que l’on s’en éloigne. Toutefois les rejets atmosphériques peuvent aller plus loin. Le 15 mars, les vents les ont entraînés vers Tokyo où la radioactivité a augmenté, mais sans risque sanitaire. La situation est susceptible de se dégrader à cause du déconfinement des réacteurs, de la baisse du niveau de l’eau dans les piscines de stockage du combustible usagé, et de l’incapacité d’intervenir dans laquelle les opérateurs risquent de se trouver, en dépit de leur héroïsme. On ne peut exclure que certaines opérations de refroidissement du réacteur encore confiné deviennent impossibles, avec un risque de réactions en chaîne. Une aggravation est donc encore envisageable.

Nous avons recommandé aux Français qui se trouvent là-bas de quitter Tokyo pour tout au moins gagner le sud de l’archipel. À titre préventif, des pastilles d’iode leur ont été distribuées mais il leur a été conseillé de ne rien absorber à moins d’une instruction des autorités japonaises. Toutefois, je le redis, la radioactivité mesurée à Tokyo ne présente pas de risque sanitaire.

Un mot sur le Pacifique et nos territoires d’outre-mer. La radioactivité libérée jusqu’à présent ne devrait pas avoir de conséquence sanitaire sur les territoires très éloignés. Et les premiers territoires français sont à 7 000 kilomètres du Japon. Cela étant, ces conclusions rassurantes se fondent sur la radioactivité libérée jusqu’à présent. Nous devons rester extrêmement vigilants et nous allons effectuer des mesures en permanence grâce au réseau de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), composé de 163 balises de surveillance. Il y en a une à Tahiti et les données sont disponibles sur le site de l’Institut. Celui-ci modélise aussi, et c’est indispensable compte tenu du scénario probable, l’évolution du panache radioactif afin de prévoir son déplacement. Le public en sera naturellement tenu informé tant en métropole qu’outre-mer, les Français présents à l’étranger aussi, et des dispositions seraient prises en cas de besoin.

En métropole, la loi sur la transparence et la sécurité en matière nucléaire, de 2006, nous a dotés d’outils puissants : en premier lieu, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui est une autorité administrative indépendante, sorte de gendarme du nucléaire chargé de contrôler les sites, impose aux exploitants des prescriptions qui peuvent aller jusqu’à la fermeture en cas de risque grave. Elle s’appuie sur les experts, internationalement reconnus, de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, qui dispose d’un budget de plus de 600 millions d’euros, qui emploie 1 600 personnes et qui mène d’importants programmes de recherche. Expert pour la France, cet institut est aussi une force de proposition et il est en mesure d’assister le Japon si ce dernier le demandait. Dans ce système transparent, le moindre incident, aussi minime soit-il, doit être systématiquement signalé à l’ASN, sans appréciation de la part de l’opérateur. C’est donc à elle d’évaluer, de définir l’importance des incidents et de les rendre publics dans des délais très courts. À elle aussi de tirer d’éventuelles conséquences en matière de sûreté. La loi de 2006 a également créé un Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire, présidé par le sénateur honoraire Henri Revol ici présent et chargé d’améliorer l’information destinée au grand public. La sûreté est prise en compte dès la construction des centrales, les différents risques naturels majeurs – séisme, inondation – étant étudiés au moment de la décision d’implantation. Si le risque est réévalué à la hausse, l’ASN demande à l’exploitant de prendre des mesures pour y faire face, et ces allers-retours bénéficient à l’ensemble des équipements, comme ce fut le cas après l’incident enregistré par la centrale du Blayais au moment de la tempête de 1999. De même, l’ASN a tiré les leçons de la tempête Xynthia pour évaluer le risque de submersion marine.

La France a fait le choix du nucléaire pour des raisons d’indépendance énergétique tout autant que pour des raisons technologiques. Il s’inscrit dans une stratégie de bouquet énergétique qui s’est aujourd'hui élargi aux énergies renouvelables, l’objectif étant qu’elles fournissent 23 % de notre énergie en 2020. Cependant, l’énergie la plus sûre, il faut le rappeler dans le contexte actuel, est celle que l’on ne consomme pas. L’un des enjeux du Grenelle de l’environnement est donc de réduire notre consommation globale.

La pertinence de notre politique repose dans la durée sur une exigence absolue de sûreté. Le commissaire européen à l’énergie, M. Oettinger, a proposé des tests de résistance de toutes les centrales européennes sur une base volontaire. Un groupe de haut niveau doit se réunir en avril pour arrêter des critères et des normes qui tiennent compte de ce qui s’est passé au Japon. À la lumière de ces travaux, ainsi que le Premier ministre l’a annoncé, la France procédera en toute transparence à une évaluation de la sûreté de chaque réacteur et le résultat sera rendu public. Les prescriptions de l’ASN seront systématiquement prises en compte. Au niveau tant national qu’international, la France continuera à promouvoir les normes de sûreté les plus exigeantes car c’est la condition première de l’acceptabilité du nucléaire, en France comme partout ailleurs.

M. Éric Besson, ministre chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique. Nathalie Kocziusko-Morizet ayant fait le point sur les causes de l’accident – et les responsables de la sûreté nucléaire et les industriels y reviendront sûrement –, je commencerai par me féliciter de cette audition qui contribue à l’effort de transparence que nous devons à nos concitoyens, et qui a été entrepris dès samedi, quand Nathalie Kosciusko-Morizet et moi-même avons réuni tous les acteurs de la filière nucléaire et rendu publiques l’ensemble des informations en notre possession. Depuis, l’ASN, l’IRSN et le Gouvernement informent sans relâche nos concitoyens. Je le déclare solennellement, nous diffusons toute l’information que nous avons, sans rien travestir. Cette audition en est la meilleure preuve.

Nous voulons aussi assurer de la solidarité de la France et de la communauté internationale le gouvernement japonais qui a demandé, le 14 mars, l’activation de la convention internationale sur l’assistance en cas d’accident nucléaire. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est désormais compétente pour coordonner l’assistance internationale avec les efforts japonais sur les sites nucléaires. Nous avons donc demandé immédiatement à l’Autorité de sûreté nucléaire de préparer la contribution technique de notre pays, en liaison étroite avec les différents ministères, avec les exploitants et avec les industriels dont je salue les efforts. J’ai entendu les déclarations d’Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, et celles d’Henri Proglio, PDG d’EDF, qui annonçait ce matin la mobilisation de moyens robotiques et de stocks de bore pour stopper les réactions nucléaires, ainsi que celle de leurs équipes. Une importante réunion se tiendra à l’ASN à dix-sept heures, avec pour objectif de faire une proposition d’assistance qui soit à la hauteur de notre savoir-faire.

Nous voulons tous que la France tire les enseignements de cette catastrophe. Son choix de l’énergie nucléaire remonte à plus d’un demi-siècle et il me semble – j’ai conscience de parler à un moment particulièrement sensible – qu’il est pertinent pour quatre raisons principales. Premièrement, il assure partiellement l’indépendance énergétique de notre pays, ce qui, dans ces temps d’instabilité internationale, ne doit pas être négligée. Deuxièmement, les prix des autres énergies disponibles, du pétrole notamment, augmentent et ils resteront élevés en toute hypothèse. Notre parc nucléaire, qui permet aux Français de bénéficier d’une électricité 40 % moins chère qu’ailleurs en Europe, est à ce titre un élément de la compétitivité de notre pays. Troisièmement, l’énergie nucléaire est la moins émettrice de gaz à effet de serre, dont la réduction est une priorité du Grenelle de l’environnement. Quatrièmement, la France dispose non seulement d’un parc de cinquante-huit réacteurs et d’un exploitant dont les références en matière de sûreté sont solides, mais aussi de capacités industrielles et de compétences reconnues partout dans le monde.

Mais ce choix en faveur de l’énergie nucléaire a pour contrepartie indissociable une exigence absolue en matière de sûreté. La loi sur la transparence et la sécurité nucléaire de 2006 a doté la France d’une organisation et d’outils puissants. Le premier de ceux-ci est l’Autorité de sûreté nucléaire, autorité administrative indépendante qui mérite en effet son titre de « gendarme » du nucléaire. Elle contrôle les sites et peut imposer aux exploitants des prescriptions qui peuvent aller jusqu’à la fermeture en cas de risque grave. L’ASN s’appuie sur l’expertise pointue de l’IRSN qui surveille la radioprotection sur notre territoire. La France a fait de la transparence un des fondements de sa sûreté nucléaire. Le moindre incident ou dysfonctionnement, aussi minime soit-il, est signalé automatiquement à l’ASN. Celle-ci évalue et qualifie son importance et le rend public dans des délais extrêmement courts. Le Gouvernement a également mis en place, en application de la loi de 2006, le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire présidé par Henri Revol, ici présent. Cet organe collégial permet notamment d’améliorer l’information du grand public. Ainsi, notre système de sûreté et d’information est robuste et reconnu dans le monde entier pour son excellence technique, pour son intransigeance, pour son indépendance et pour sa transparence.

Armés de ces outils, nous devons désormais faire toute la lumière sur l’accident japonais et, surtout, en tirer toutes les conséquences pour notre propre parc. Comme l’a annoncé hier le Premier ministre à l’Assemblée nationale, il sera procédé en toute transparence à une revue complète de la sûreté de chaque réacteur au regard des événements du type séisme ou inondation, et à la lumière du drame de Fukushima. Les résultats seront rendus publics et les prescriptions de l’ASN seront systématiquement prises en compte. La revue portera notamment sur le risque sismique, sur le risque d’inondation, sur le risque de rupture des moyens de refroidissement – lequel constitue le point faible des installations japonaises – et sur les outils qui, comme le récupérateur de corium que nous avons prévu pour l’EPR, permettent de faire face aux situations extrêmes de fusion totale ou partielle du cœur d’un réacteur.

Pour tirer les leçons de la catastrophe, la France n’agira pas seule. Elle souhaite faire partager son exigence et entraîner la communauté internationale vers plus de sûreté. C’est pourquoi elle apporte son plein soutien à la démarche d’évaluation de la sûreté des centrales engagée au niveau européen, et intensifiera ses efforts pour élever et harmoniser les normes de sûreté au niveau européen et international, conformément aux engagements pris lors de la conférence de Paris sur le nucléaire, en mars 2010.

Pour conclure, je veux souligner que l’association du public à nos choix énergétiques est un facteur essentiel de notre démocratie. Le Gouvernement écoutera avec attention les propositions faites pour améliorer notre système énergétique. À l’initiative du Président de la République, il réunira, aussi dans les prochaines semaines, les ministres de l’économie et de l’énergie du G20 pour examiner ensemble les grandes questions relatives à la politique énergétique.

M. Jean-Marc Ayrault. Par la voix de Martine Aubry, les socialistes ont demandé un audit sur la sécurité de nos centrales et sur la prolongation éventuelle de leur durée de vie. Hier, le Premier ministre a répondu positivement, et nous nous en félicitons. Une telle démarche doit conduire à prendre toutes les mesures nécessaires à la sûreté de toutes nos centrales, même si on a dit et répété que tout avait déjà été fait et que tout était sous contrôle. Les événements tragiques du Japon nous prouvent qu’il faut sans cesse élever le niveau d’exigence. Au regard de ce qui se passe, il ne faut exclure aucune éventualité, pas même celle d’arrêter certaines centrales si c’était nécessaire.

Mais la confiance suppose une totale transparence. C’est pourquoi je formulerai deux demandes. La première, et le Premier ministre ne m’a pas répondu sur ce point, c’est de rendre public le rapport de François Roussely, classé actuellement secret défense. Il n’est pas sain que nucléaire rime avec secret, et qu’il faille attendre les fuites dans la presse pour connaître les préconisations qui ont été faites sur l’avenir de la filière industrielle française. La seconde, c’est qu’il soit procédé, dans le cadre de l’audit européen du parc de centrales, à des expertises pluralistes et croisées. Offrir un tel gage de crédibilité serait le meilleur moyen d’avancer concrètement sur la voie de normes internationales. La question se pose en effet désormais avec acuité.

Face à l’urgence, nos compatriotes attendent des décisions claires et transparentes. L’importance du sujet nous impose de dépasser les petites polémiques. C’est pourquoi je vous pose des questions précises pour obtenir des réponses précises.

M. Jean-Claude Lenoir. Bien qu’intervenant au nom du groupe UMP, je pense que mon propos échappera aux habituels clivages politiques. Je veux dire d’abord, à mon tour, notre émotion et notre compassion, en particulier à l’égard des techniciens japonais qui luttent actuellement à Fukushima en prenant des risques considérables.

Nous avons connu trois catastrophes nucléaires – Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima – et il importe de bien distinguer les causes, la nature et les conséquences de chacune.

Nos concitoyens se demandent d’abord quelles seront les retombées exactes des fuites radioactives constatées au Japon. Il y a moins d’un an, l’éruption d’un volcan islandais affectait une partie du globe. Les mêmes vents ne peuvent-ils pas produire les mêmes effets ? Malgré la distance qui nous sépare du Japon, sommes-nous autant à l’abri des retombées radioactives que nous le croyons ?

Ensuite, l’opinion aimerait connaître les différences entre les réacteurs japonais et les nôtres. Plusieurs d’entre nous ont visité des centrales japonaises, dont Fukushima, et nous n’aurions pas pu imaginer un tel accident tant nous avons été impressionnés par le niveau de sûreté et par la qualité des prestations tant des autorités que des ingénieurs. Ils étaient en cause à Tchernobyl, pas au Japon. Après l’accident ukrainien, il y avait eu un débat sur la double enceinte de confinement. Comment sont donc conçus les réacteurs japonais ?

Par ailleurs, quelles garanties peut-on apporter à nos compatriotes ? Et quelles précautions allons-nous devoir prendre ? Notre Parlement peut s’honorer d’avoir voté la loi de 2006 sur la transparence et mis en place une Autorité de sûreté nucléaire qui fait référence au niveau mondial. Et je redis devant vous à M. Lacoste combien nous apprécions le travail accompli par l’ASN, même si on a pu lui reprocher son extrême exigence à l’égard de notre industrie.

En outre, deux questions se posent aux autorités et aux entreprises. Quelles seront les conséquences de cette catastrophe sur le développement du nucléaire qui, il y a quelques mois encore, connaissait un nouveau départ puisqu’il était prévu de construire 200 réacteurs dans le monde d’ici à 2030 ? À Fukushima, nous avons été frappés par l’accident qui concerne spécifiquement le combustible entreposé dans des piscines, solution que, dans son rapport, M. Roussely préconisait à tous ceux qui s’inquiétaient du sort des déchets nucléaires. N’est-ce pas le moment de remettre en cause ce mode de stockage des déchets à longue durée de vie, qui a montré ses limites ?

M. le président Claude Birraux. MM. Daniel Paul et Yves Cochet se partageront le temps du groupe GDR.

M. Daniel Paul. Comme je l’ai dit hier dans la question que j’ai posée à M. le Premier ministre, les Français s’interrogent, à juste titre.

(La réunion est perturbée par M. Maxime Gremetz et reprend son cours après le départ de celui-ci.)

M. Daniel Paul. Comme je l’ai dit hier dans la question que j’ai posée à M. le Premier ministre, les Français s’interrogent, à juste titre. Or, une part de la pérennité du nucléaire tient à l’acceptation sociale de cette source d’énergie et à la confiance qui peut s’attacher à un système où le taux de profit n’a pas d’incidences sur les règles de sécurité. Et, pour le respect de ces dernières, l’organisation du travail au sein des centrales compte beaucoup.

L'entreprise japonaise en cause est une entreprise privée – et même, me semble-t-il, la première entreprise nucléaire privée du monde – qui s’est déjà signalée dans le passé par des manquements aux règles de sécurité et a fait l’objet de rappels à l’ordre à ce sujet. Pour les députés communistes, le secteur du nucléaire doit échapper totalement à la vision court-termiste qu’impose la recherche de la rentabilité financière. Ne peut-on craindre que celle-ci affecte les règles de fonctionnement des centrales, y compris en Europe, où tous les exploitants sont des sociétés anonymes ? Il conviendrait donc d’ajouter aux quatre points sur lesquels doit porter la revue de sûreté que vous avez annoncée, monsieur le ministre, l’organisation de ce fonctionnement. Il faudrait s’intéresser en particulier à la maintenance, pour laquelle on recourt à des personnels qu’on a appelés les « nomades du nucléaire », mais sans doute faudrait-il aussi reposer, à l’échelle de l’Europe, la question d’une maîtrise publique totale de la filière nucléaire et revoir l’obligation faite à tous les opérateurs historiques publics d’ouvrir leur capital à des intérêts privés.

M. Yves Cochet. La situation m’apparaît incontrôlable et irréversible. Le changement requis va au-delà des quelques améliorations techniques ou audits dont il est aujourd’hui question. Notre solidarité est totale, mais notre colère est immense.

L’industrie nucléaire, nous le disons avec constance depuis le lancement du plan Messmer il y a de cela trente-cinq ans, est dangereuse, coûteuse et inutile. La France et le monde doivent donc sortir du nucléaire, ce qui est techniquement, financièrement et socialement possible en vingt-cinq ans – même si le temps me manque pour vous exposer en détail comment.

Cette sortie du nucléaire est cependant mal partie, à en juger par le fait qu’on ne trouve autour de cette table, outre les ministres et les administrations concernés, aucun représentant de la société civile – je pense notamment à des organismes indépendants tels que la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), le Groupement des scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire (GSIEN), Greenpeace ou les Amis de la Terre.

M. Jacques Myard. Il y a les représentants du peuple !

M. Yves Cochet. J’espère donc que ces organismes, qui sont eux aussi depuis longtemps des experts du nucléaire, seront pleinement associés à l’audit prévu, dont je me félicite.

Je souhaite également qu’ait lieu en France un débat portant spécifiquement sur le nucléaire et tranché par les citoyens, sous la forme d’un référendum portant sur la sortie, ou non, du nucléaire.

Êtes-vous d’accord, d’autre part, pour que soient fermés le plus tôt possible les réacteurs vieux de plus d’une trentaine d’années, comme ceux de Fessenheim, de Gravelines, du Bugey et du Tricastin ? Mme Merkel, qui n’est pourtant pas une écologiste patentée, propose cette mesure en Allemagne et la moitié des pays de l’Union européenne se passent fort bien d’énergie nucléaire – les circonstances actuelles n’étant d’ailleurs pas de nature à les inciter à modifier leur position.

Enfin, il semble que le nombre d’incidents et d’anomalies nucléaires augmente – il aurait même doublé depuis dix ans, selon l’Autorité de sûreté du nucléaire –, mais on est loin en la matière de la transparence immédiate dont vous vous flattez. Ainsi, pour ne citer que ces exemples, voilà à peine deux ans, il a fallu attendre le 6 octobre pour que soit dévoilée publiquement la découverte de plusieurs kilos de plutonium faite depuis le mois de juin à Cadarache et la Commission nationale du débat public n’a été saisie du projet de réalisation de l’EPR qu’après le vote de la loi de 2005 qui a décidé cette construction, ce qui n’a pas permis aux citoyens de faire entendre leur voix. Tout cela illustre bien le poids du lobby du nucléaire et montre combien nous avons raison de nous y opposer.

M. Jean Dionis du Séjour. Le groupe Nouveau Centre tient à exprimer sa solidarité avec le peuple japonais et il approuve la proposition d’un audit portant sur chaque centrale nucléaire du territoire national. Cependant, le débat qui suivra cet audit ne doit pas se dérouler sous le coup de l’émotion et nous sommes pour notre part contre l’idée d’un référendum, préférant que la démocratie représentative joue tout son rôle.

Les ministres ont évoqué, pour cet audit, une réévaluation du risque sismique, présent dans la vallée du Rhin, dans les Pyrénées et dans la vallée du Rhône, ainsi que du risque d’inondation que peut laisser craindre le précédent du Blayais. Le critère de l’âge des centrales sera-t-il également retenu ? En effet, alors que la prolongation de la durée de vie de nos centrales nucléaires rencontrait, à l’exception des Verts, un quasi-consensus, l’ampleur de l’événement actuel et le fait que la France possède 58 réacteurs ne nous permettront pas d’éluder le débat sur ce point. Comment comptez-vous aborder cette question fondamentale ?

Enfin, la catastrophe japonaise nous fournit un motif majeur d’harmoniser par le haut les normes de sécurité appliquées par les vingt-sept pays de l’Union européenne. Quelle sera votre politique pour y parvenir ?

(La réunion est perturbée à nouveau par M. Maxime Gremetz. Elle reprend son cours après une suspension de séance et le départ de celui-ci.)

Mme la ministre. Monsieur Lenoir, pour apprécier le risque de retombées radioactives, il faut considérer non seulement la distance, mais aussi le régime des vents et, localement, la pluviométrie. Nos territoires d’outre-mer les plus proches, situés à 7 000 kilomètres du Japon, se trouvent dans l’hémisphère Sud. Le régime des vents et les courants atmosphériques se concentrant d'ordinaire dans un hémisphère, ceux de ces territoires qui seraient, le cas échéant, les plus exposés seraient peut-être plutôt Saint-Pierre-et-Miquelon que les territoires du Pacifique Sud. À ce stade cependant, il n'y a pas lieu de s'alarmer et aucune retombée radioactive aussi distante ne peut être envisagée dans la situation actuelle. Une modélisation est toutefois en cours et l’alerte sera donnée s'il y a lieu.

Si le scénario catastrophe que je décrivais tout à l'heure se déroule jusqu’au bout, des retombées sont possibles dans une large partie de l'hémisphère Nord, y compris, dans de petites proportions, en France métropolitaine. Elles n’atteindront cependant jamais des niveaux susceptibles de poser un problème sanitaire. Il est néanmoins vrai que, comme dans le cas des cendres volcaniques, les particules peuvent être portées assez loin dans un même hémisphère. L’IRSN modélise toutes ces données et nous tient informés. Nous rendrons tous ces éléments publics d'une manière transparente et immédiate.

Les experts seront plus à même que moi de vous répondre quant aux différences entre les réacteurs japonais et les réacteurs français. Je puis néanmoins vous indiquer que les réacteurs japonais en cause sont des réacteurs à eau bouillante, alors que les nôtres fonctionnent à l'eau pressurisée. Malgré des différences techniques, ces types de réacteurs sont pour ainsi dire cousins. Un réacteur à eau bouillante comporte un système de refroidissement unique, alors qu’un réacteur à eau pressurisée est équipé d’un double circuit, de sorte qu’en cas de relâchement intentionnel de vapeur, celle-ci est plus chargée dans la première configuration ; mais le besoin de refroidissement est important dans toutes deux et une défaillance du circuit de refroidissement ne peut qu’être préoccupante. Seul le générateur de troisième génération, l’EPR, muni d’une double enceinte et d’une cuve très particulière, comporte une différence significative avec les réacteurs japonais.

Quant au combustible stocké à Fukushima, en particulier dans la piscine n° 4, il ne s'agit pas de matériaux faisant l'objet d'un stockage de longue durée, mais d'un cœur nucléaire extrait du réacteur en novembre 2010. Le problème posé par ce combustible n'est donc pas à proprement parler celui du stockage des déchets nucléaires et, à supposer que les Japonais aient disposé de possibilités de stockage en profondeur, la situation aurait pu être la même.

Monsieur Paul, la question des personnels « nomades » a été soulevée par l'Autorité de sûreté nucléaire et un plan d'amélioration a été demandé aux exploitants. Le problème est donc en cours de traitement.

Monsieur Ayrault, pour l'audit qui sera réalisé centrale par centrale, une coordination européenne est prévue : comme je l’ai dit, un groupe de haut niveau définira à l’échelle de l’Union les critères et les normes de ce « stress test », ou test de résistance. Il sera ainsi possible d'intégrer les retours d'expérience et les enseignements de la catastrophe de Fukushima en employant les mêmes normes d'audit que les autres États membres. La procédure n'est cependant pas encore arrêtée, car nous commençons tout juste à y travailler. L'expertise devra évidemment être pluraliste, afin d'apporter une valeur ajoutée. Elle devra également être croisée et, surtout, la plus transparente possible. Il faut en effet rendre lisibles et compréhensibles pour nos citoyens les types de catastrophes auxquels nos réacteurs sont aujourd'hui préparés et les améliorations éventuelles à apporter à ceux-ci.

Monsieur Cochet, la société civile – dont la représentation n’a certes pas toujours été le point fort du nucléaire – est présente par l'intermédiaire du Haut comité présidé par le sénateur Henri Revol. L’audit sera tout à fait transparent, mais la société civile n'est pas toujours experte. De fait, les experts que vous souhaiteriez désigner seraient probablement contestés.

Le Président de la République, qui recevait lundi, pour une réunion prévue de longue date, les ONG environnementales du Grenelle, s’est dit ouvert à un débat, dont la forme reste à définir, sur les énergies. La situation de grande urgence – humanitaire et maintenant radiologique – que connaît le Japon ne permet évidemment pas de définir du jour au lendemain les contours d'un tel débat, mais le principe d'une réflexion partagée et d’une refonte du consensus sur les questions énergétiques est acquis. Un référendum n'apparaît cependant pas opportun dans ce contexte – d'autant que celui que vous souhaitez ressemble à un processus électoral qui ne manquerait pas d'interférer avec celui qui doit se dérouler l'année prochaine.

Monsieur Dionis du Séjour, nous cherchons à définir les normes les plus homogènes possibles au niveau européen. Toute initiative tendant à élever au maximum la transparence et les normes de sûreté nous convient et reçoit notre soutien.

M. le ministre. Monsieur le président Ayrault, le rapport Roussely portait sur l’organisation de la filière nucléaire, notamment à l’export, et non pas sur la sûreté nucléaire. Il est pour l’essentiel disponible, à l'exception d'une petite partie qui a été classée secret défense. L’organisation des « relations extérieures » de la filière a été redéfinie voilà une quinzaine de jours, lors d'un conseil de politique nucléaire qui fait foi désormais.

Monsieur Lenoir, la succession d’un séisme de magnitude 9 et d’un tsunami dont les vagues atteignaient de 15 à 17 mètres est un phénomène tout à fait exceptionnel et on pourrait presque dire qu’il est remarquable que la centrale ait tenu sous ce double choc. Mais le fait que le tsunami ait affecté les circuits de refroidissement primaire et de secours doit conduire à un retour d’expérience dont les conclusions seront du plus haut intérêt.

Il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences de cet événement sur la place de l’industrie nucléaire dans le monde – elles dépendront d’ailleurs de l’ampleur définitive du drame qui se joue actuellement. Un certain nombre de pays vont probablement suspendre ou différer la relance de leurs investissements dans le secteur, tandis que d'autres continueront.

Pour ce qui est du stockage de longue durée, nous réunirons le mois prochain le Comité de haut niveau pour l'accompagnement économique du laboratoire de Bure, dont j’ai prévu d’inspecter très prochainement le chantier.

Monsieur Daniel Paul, la question des intérêts privés, qui sera peut-être d’actualité dans l’avenir, est actuellement théorique car le seul exploitant, EDF, est aujourd’hui public.

M. Daniel Paul. Pas complètement. L’État est en outre le premier actionnaire à lui demander de l’argent.

M. le ministre. L’Autorité de sûreté nucléaire, qui détermine le cahier des charges et procède à toutes les vérifications, est également publique.

Monsieur Yves Cochet, le débat sur le « mix » énergétique est constant, notamment au sein de votre assemblée où j’ai moi-même participé, en tant que parlementaire, à des discussions sur ce sujet. D’autre part, il n'est pas anormal que le nombre d'incidents signalés augmente dès lors que l’ASN a fait le choix de la transparence totale et que le moindre incident donne lieu à publicité.

Quant à la durée de trente ans, je rappelle que c’est à l’origine celle de l’amortissement financier de nos centrales, et non leur durée de vie à proprement parler. Au terme de ce délai, l'Autorité de sûreté nucléaire procède à un examen complet et rend un avis dont le Gouvernement se contente de prendre acte. Ainsi, le 3 décembre dernier, par un communiqué commun, Mme la ministre de l’économie et des finances, Mme la ministre de l’écologie et moi-même avons pris acte de son avis favorable à une prolongation de dix ans de l’exploitation de la centrale du Tricastin, la plus ancienne en fonctionnement. C’est maintenant le tour de la centrale de Fessenheim, l’avis de l’ASN étant attendu pour avril. Il vaut la peine de noter à cet égard que la France est l'un des rares pays au monde à accorder ces autorisations au cas par cas, après examen de la situation de chaque installation : dans d'autres pays, la décision de prolongation est prise en une fois pour l’ensemble des centrales. Et pour ses évaluations, monsieur Dionis du Séjour, l’ASN est tenue de prendre en considération tous les retours d'expérience, comme celui l'inondation qu’a connue la centrale du Blayais, en Gironde. Il en sera de même des éventuels retours d'expérience de la catastrophe qui vient de se produire au Japon.

M. le président Claude Birraux. Madame Buzyn, l’IRSN a-t-il mis en place une cellule de crise ? Qui la compose et comment s’articule-t-elle avec l’Autorité de sûreté nucléaire ?

Mme Agnès Buzyn, présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sécurité nucléaire (IRSN). La cellule de crise a été créée dès les premières heures du séisme et je tiens à souligner la réactivité dont a fait preuve l'Institut pour se mettre en ordre de marche. Plus de cent vingt personnes ont été mobilisées jour et nuit pour répondre aux questions de nos concitoyens et je veux rendre hommage au travail du directeur général et des équipes.

Issue de la société civile, j'ai fait de la transparence une priorité. Dans les premières vingt-quatre heures, j'ai demandé que soient mises en ligne en continu les mesures atmosphériques fournies par nos balises sur le territoire national et outre-mer et que des points de situation soient régulièrement publiés sur le site Internet de l'IRSN. L’interaction et la coordination avec l'Autorité de sûreté nucléaire sont parfaites et nous nous efforçons de faire des points de situation communs.

M. André-Claude Lacoste, président de l’Autorité de sûreté du nucléaire. Le Japon vit une véritable tragédie, dont la crise nucléaire n'est qu'une composante. Il est clair que nos interlocuteurs japonais ont pour première préoccupation de gérer cette crise et que l'information à donner à l'extérieur ne vient pour eux qu’en second lieu. En outre, ils tendent bien évidemment à privilégier les contacts avec leurs homologues ou avec les autorités de sûreté nucléaire qui ont la meilleure connaissance des réacteurs à eau bouillante, du type de ceux de Fukushima.

Ce site rassemble dix réacteurs. Très rapidement, l'attention s'est focalisée sur les six réacteurs situés au nord. Trois étaient en fonctionnement et trois à l'arrêt au moment du tremblement de terre et du tsunami. Les premiers ont été automatiquement arrêtés et ont connu ensuite des difficultés d'approvisionnement en eau et en électricité. Les réacteurs 1, 3 et 2 ont connu successivement la même séquence : manque d’eau, début de dégradation des gaines de combustible, dégagement de gaz, dépressurisation de l’enceinte par l’exploitant et, en conséquence, explosions qui ont fait sauter les superstructures du bâtiment. Cette situation est déjà grave, mais la fusion du combustible s’est poursuivie et l'enceinte de confinement du réacteur 2 a été endommagée, ce qui est l'un des principaux motifs d'inquiétude. Le cœur du réacteur est en effet en communication avec l'extérieur et la fuite est permanente. Le réacteur 4, qui était à l'arrêt au moment du séisme, a en outre subi une perte de refroidissement dans la piscine contenant des cœurs de réacteurs usés, dont la température s’élève.

Les Japonais s’emploient à apporter, avec des moyens de secours, le plus d’eau possible pour refroidir les cœurs qui ont commencé à fondre. Les informations que nous recevons heure par heure font état des difficultés rencontrées, tantôt pour manœuvrer une vanne, tantôt pour acheminer un camion. L'ensemble de la situation est extrêmement grave. Au mieux, elle durera très longtemps et nous espérons que le pire – une fusion plus importante des éléments combustibles – ne se produira pas.

Les retombées radioactives sont extrêmement fortes dans l'enceinte des installations et les opérateurs qui interviennent sont exposés à des conditions extrêmes. Ces conditions sont prévues dans les procédures. En France, dans un tel cas, l'exploitant devrait faire appel à des volontaires. Alors que, selon les règles de radioprotection, un travailleur ne doit pas recevoir une dose supérieure à 20 millisieverts par an en temps normal, un volontaire peut recevoir, dans de telles conditions, jusqu’à 100 millisieverts, voire 300 millisieverts pour certaines interventions destinées à sauver des vies. Au Japon, le ministre de la santé vient de décider de porter de 100 à 250 millisieverts cette dose acceptable. Le nombre de personnes intervenant dans ces conditions ne dépasse probablement pas une cinquantaine.

Les autorités japonaises ont en outre pris des mesures qui nous paraissent raisonnables : l'évacuation des populations dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale et le confinement dans un rayon de 20 à 30 kilomètres.

Plusieurs scénarios sont possibles : soit l’exploitant japonais pourra apporter une quantité d'eau suffisante pour interrompre l'évolution en cours, soit cette évolution sera beaucoup plus négative.

On peut donc classer cet événement au niveau 6 sur l'échelle INES (International Nuclear Event Scale), c’est-à-dire entre l'accident survenu en 1979 à la centrale de Three Mile Island, où un demi-cœur de réacteur avait fondu sans entraîner de conséquences à l'extérieur, et celui de Tchernobyl, où le cœur avait totalement explosé. Cependant, de tels événements sont tellement inhabituels qu'il faut manier ces comparaisons avec prudence.

Pour ce qui est des conséquences possibles au Japon, l’IRSN a réalisé quelques simulations qui seront évoquées tout à l'heure. En France, quel que soit le scénario, il n'y aura très vraisemblablement pas d'impact sanitaire notable. Il s'agit néanmoins, je le répète, d'un accident majeur qui peut en outre encore évoluer aussi bien vers une stabilisation que vers des conséquences bien plus graves.

M. Jacques Repussard, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. De nombreux parlementaires ici présents connaissent l’IRSN et ont visité son centre de crise. Nous disposons d’un équipement et d’une organisation parmi les plus solides au monde. L’exercice mensuel d’accident majeur que nous menons avec EDF, le CEA et Areva est un entraînement très utile. On nous reproche parfois d’exagérer dans les scénarios que nous composons et que nous proposons aux exploitants et aux préfets. Il apparaît malheureusement aujourd'hui que ces scénarios peuvent se réaliser.

La première des trois cellules du centre de crise, consacrée à la sûreté des réacteurs, observe la situation à partir des éléments qui nous sont transmis par le service nucléaire de l’ambassade de France à Tokyo, et renseigne à son tour l’ASN. Nous travaillons également en liaison étroite avec les États-Unis et l’Allemagne : la France n’ayant pas de réacteurs à eau bouillante, nous ne disposions pas des plans des réacteurs japonais, par exemple. Cette collaboration a été parfaite et intense malgré les décalages horaires. Elle nous a permis de disposer d’informations précieuses, notamment pour la modélisation, c'est-à-dire pour l’estimation de la quantité de radioactivité susceptible de s’échapper des enceintes endommagées.

Cela dit, s’il est vrai que ces réacteurs ne sont pas les mêmes que les nôtres, une perte de refroidissement ne pose pas des problèmes très différents dans les deux cas, et obéit à un scénario que nous connaissons bien.

Il faut souligner en outre une différence qui est au bénéfice des installations françaises. L’ancêtre de l’IRSN, l’Institut de protection et de sûreté nucléaire du Commissariat à l’énergie atomique, avait imposé une innovation par rapport aux technologies américaines importées : il avait exigé que soit installée, pour ultime secours, une turbine fonctionnant avec la vapeur produite par le cœur nucléaire. Les réacteurs français sont ainsi à même de faire fonctionner des circuits de refroidissement d’eau sans aucun apport d’électricité et sans moteur diesel. Cette ressource est évidemment un dernier recours mais, si le Japon en avait disposé, peut-être ne connaîtrait-il pas une situation aussi inquiétante.

De notre point de vue, le sujet central n’est pas tant la résistance aux séismes ou aux tsunamis – des événements extraordinaires peuvent toujours survenir comme on l’a vu lors de la tempête du Blayais – que la défense en profondeur des installations et la capacité à restaurer rapidement, c'est-à-dire en moins de 24 heures, des moyens de refroidissement des circuits. Ce qu’il nous faudra comprendre, c’est pourquoi il y a eu défaillance à ces égards dans un grand pays nucléaire comme le Japon.

Pour l’avenir, le gouvernement français a demandé à l’IRSN d’élaborer des projets de recommandations pour l’établissement de futures normes internationales concernant tous les réacteurs de troisième génération : en effet, les règles que nous avons fixées pour l’EPR ne couvrent pas l’ensemble de la gamme. Nous nous sommes attelés à cette tâche. Nous avons fondé une association des IRSN européens et travaillons main dans la main avec nos amis américains et japonais. Notre homologue japonais est d’ailleurs membre de ce club européen des experts de sûreté nucléaire. Nous sommes convaincus que cette recherche commune et cette culture partagée, pour des technologies qui, en définitive, se ressemblent, sont le meilleur moyen de contribuer à une harmonisation qui connaîtra également une étape réglementaire et une étape politique.

J’en viens aux conséquences de l’accident dramatique qui est en train de se produire au Japon. Le panache radioactif couvre actuellement une zone relativement concentrée de quelques dizaines de kilomètres autour du site. Les vents sont globalement orientés vers l’océan Pacifique, mais pas uniquement, en raison des spécificités de la météorologie côtière. Ce panache va en tout état de cause s’étendre et se déplacer. Nos calculs indiquent cependant qu’à Tokyo, qui compte 35 millions d’habitants et où se trouvent encore 2 000 Français, même si l’on détecte des rayonnements ionisants et des particules radioactives, la dosimétrie restera sans conséquences sanitaires visibles – en tout cas sans effets justifiant, par exemple, l’administration de comprimés d’iode.

Jusqu’à 50 ou 60 kilomètres autour du site, la zone sera fortement contaminée. Au-delà, les conséquences seront perceptibles par les mesures mais ne seront pas dramatiques. Sur le reste de la planète, on détectera les particules à mesure de leur progression, surtout dans l’hémisphère nord. La métrologie des rayonnements ionisants est en effet si puissante que l’on peut détecter des quantités très faibles et non nocives. Reste qu’il s’agit d’une pollution dont la planète se serait sans doute bien passée !

Pour donner un élément de comparaison, j’évoquerai les essais nucléaires atmosphériques des années 1950 et 1960. Nous allons mettre en ligne une carte historique des quantités de césium radioactif libérées à l’époque – et dont nous venons à peine de nous affranchir, puisque le césium a une demi-vie de 30 ans –, carte qui montre un ordre de grandeur supérieur à ce qu’a provoqué l’accident de Tchernobyl. Mais, dans ces années, la société n’était pas informée et cela n’avait pas soulevé une émotion considérable.

Il faut avoir en tête ces ordres de grandeur afin que nos concitoyens ne soient pas inutilement alarmés.

Néanmoins, expliquer ne suffit pas. Ayant pour mission de surveiller la radioprotection dans notre pays, l’IRSN a mis en place plusieurs dispositifs, parmi lesquels les balises dont parlait Mme Buzyn, qui sont des systèmes de détection de rayonnements gamma, et le réseau OPERA, qui surveille les aérosols radioactifs et mesure l’existence de particules qui ne sont pas à rayonnements gamma mais qui peuvent être tout aussi toxiques. Avec Air France et l’ambassade de France à Tokyo, où nous avons dépêché un expert en radioprotection, nous avons également installé un dispositif de contrôle de la non-contamination des équipages d’Air France. Les mesures ont commencé, donnant des résultats négatifs. Nous contrôlerons également les passagers qui auront voyagé dans des régions exposées ou qui nous diront avoir été exposés à des risques.

Les résultats globaux de ce dispositif de contrôle seront rendus publics. L’IRSN, soyez-en assurés, est entièrement mobilisé. Nous ne faillirons pas à notre mission au service de la transparence et du public français – mais aussi étranger : l’AIEA et l’OMS, dont l’IRSN est centre référent, nous demandent en effet de les aider à coordonner l’aide internationale qui sera apportée au Japon.

M. le président Claude Birraux. Je serai reconnaissant à l’IRSN, tout comme à l’ASN, de nous tenir régulièrement informés de l’évolution de la situation.

M. Luis Echávarri, directeur général de l'agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire. Dans le contexte d’un pays dévasté par des catastrophes naturelles d’une ampleur sans précédent, la situation de la centrale nucléaire de Fukushima est délicate. À cet égard, les informations techniques que notre agence recueille de façon indépendante coïncident totalement avec ce qui vient d’être rapporté.

La France est présente au plus haut niveau dans le débat international sur la sûreté nucléaire. Avec les États-Unis, elle est au premier rang de la coopération mondiale. MM. André-Claude Lacoste, Jacques Repussard et Bernard Bigot y participent directement, ainsi que de nombreux experts français présents dans tous les groupes de travail.

M. le président Claude Birraux. Le Japon a-t-il demandé à votre agence ou à l’AIEA d’apporter une aide technique, ou ne faites-vous que recueillir les informations ?

M. Luis Echávarri. Il incombe aux organisations internationales d’apporter une assistance aux pays en difficulté. Le Japon a demandé cette assistance. Néanmoins, je suis quelque peu sceptique quant à la capacité de ces organisations à apporter une aide effective dans une situation de crise. Seuls les grands pays nucléaires ont la capacité d’envoyer, dans un cadre bilatéral, les experts utiles. C’est ce qu’ont fait les États-Unis, qui ont dépêché des experts en matière de réacteurs à eau bouillante. La France, quant à elle, peut apporter une aide très importante en ce qui concerne la protection radiologique et quelques autres domaines.

L'agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire est de taille modeste mais son rôle est important. Tous les pays du monde nous demandent des informations sur l’évolution de la situation et sur la protection radiologique, ainsi que des comparaisons avec les accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl. Mais nous nous attachons surtout à l’analyse technique des conditions qui ont conduit à cette situation. Bien que nous ayons déjà connaissance de certains aspects, une analyse en profondeur prendra beaucoup de temps. Nous savons que la technologie du réacteur à eau bouillante n’est pas à l’origine de l’accident. En revanche, certaines caractéristiques comme l’âge de la centrale ne sont peut-être pas étrangères à son évolution catastrophique. En outre, alors que l’électricien japonais pensait être prémuni contre un séisme et un tsunami de grande ampleur, il s’imposera sans doute de rendre plus rigoureux les critères de localisation des centrales au regard des risques de catastrophes naturelles.

Il nous faudra beaucoup plus d’informations pour améliorer de façon déterminante la sûreté des réacteurs. Pour l’heure, toutes les autorités nationales de régulation ont engagé une révision spécifique de chaque centrale afin de s’assurer que l’accident de Fukushima ne peut s’y reproduire, compte tenu des données actuellement connues. J’espère que nous parviendrons dans les prochains mois à une évaluation globale. Après les accidents de Three Mile Island et de Tchernobyl, une telle évaluation nous a permis de parvenir à une très bonne connaissance de ces situations. Une des caractéristiques de l’industrie nucléaire est que tout nouveau projet se développe sur de nombreuses années. On dispose donc du temps nécessaire pour déterminer les conditions de sûreté des nouveaux réacteurs.

M. Henri Proglio, président-directeur général d'EDF. Je m’associe aux paroles de solidarité qui ont été prononcées à l’égard du peuple japonais et des personnes qui luttent contre la catastrophe avec courage et sang-froid.

Nous avons bien entendu des contacts avec les opérateurs nucléaires des autres pays, notamment au sein de l’Association mondiale des opérateurs du nucléaire – WANO –, présidée par un Français. Par ailleurs, nous entretenons une coopération quotidienne avec l’ASN et avec l’IRSN. Nous nous tenons donc informés en temps réel de l’évolution de la situation.

Nous avons également une coopération avec TEPCO et nous lui avons proposé, dans le respect de ses priorités, de lui porter assistance à tout moment. Je confirme que nous avons mobilisé des équipements spécialisés adaptés à la situation, en étroite coordination avec l’IRSN et dans le cadre du groupement d’intérêt économique que nous avons constitué avec les industriels français, notamment Areva et le CEA. Cette aide est immédiatement disponible. Jusqu’à présent, nos collègues japonais n’y avaient pas fait appel mais ils ont réagi positivement cet après-midi et cette assistance devrait donc se concrétiser rapidement.

En France mais aussi en Grande-Bretagne, dans le cadre de la mission de service public qui nous a été confiée notamment dans le domaine nucléaire, la sûreté est notre obsession quotidienne. C’est un élément très important de notre culture d’entreprise. Nous y consacrons des moyens humains et financiers considérables – plus de 2 milliards d’euros par an pour l’amélioration, la maintenance et le gros entretien sur le seul territoire français. Nous continuerons à investir massivement pour continuer à bien entretenir nos centrales et à en améliorer systématiquement l’efficacité et la sûreté.

En France, les centrales en activité ont été mises en service entre 1978 et 1999. Elles sont donc d’âges différents, mais les données de sûreté ont évidemment été réactualisées et les investissements réalisés de façon à ce que toutes présentent les mêmes garanties.

Par ailleurs, nous bénéficions du retour d’expérience le plus important au monde en matière de nucléaire – 1 500 années-réacteur ! Nous y intégrons systématiquement toutes les informations provenant des opérateurs internationaux. Nous avons ainsi pu améliorer le niveau de sûreté de nos centrales en fonction des accidents répertoriés dans le monde, notamment des plus graves.

Toutes les caractéristiques des sites concernés sont prises en compte pour la conception et la réalisation des centrales. En matière sismique, l’intensité de référence est de deux fois supérieure à celle de la plus grave secousse intervenue dans les 1 000 dernières années. Nous anticipons également des catastrophes naturelles d’une gravité jamais constatée.

Cependant, rien n’est jamais suffisant en matière de sûreté. En coopération étroite avec les organismes compétents, nous continuerons à adapter et à anticiper, de façon à garantir à nos concitoyens et à tous ceux qui nous font confiance les normes de sécurité les plus ambitieuses et exigeantes au monde.

Mme Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva. Nous sommes également en relation avec nos partenaires japonais. TEPCO fait partie de nos clients, non pas en ce qui concerne les réacteurs, qui sont de conception américaine et de réalisation japonaise, mais pour ce qui touche à l’ensemble des autres sujets du nucléaire. Nous avons en outre une relation particulière avec Mitsubishi.

Je souhaite dire à mon tour toute notre compassion à l’égard des personnes qui vivent au Japon un véritable calvaire. Le courage et le sang-froid de la population face au tremblement de terre, au tsunami et, aujourd'hui, à la menace nucléaire forcent l’admiration.

Je souscris totalement à l’analyse technique faite par les précédents intervenants. Si un seul réacteur était défaillant, la situation serait facilement gérable. Mais le cumul des incidents et les circonstances exceptionnelles – interruption de l’alimentation électrique, formation d’une sorte de mangrove entre la centrale et la mer, accumulation de boue et de débris – empêchent l’intervention dont le Japon, nous le savons, est tout à fait capable. Nous sommes effectivement devant une catastrophe.

Même si la technologie choisie en France est celle de l’eau pressurisée, nous connaissons, grâce à nos développements en Allemagne et aux États-Unis, les réacteurs à eau bouillante. À Fukushima, à la différence de Tchernobyl, les centrales se sont arrêtées. Mais, dès lors que les combustibles – tant ceux dans les cuves que dans les piscines – ne sont plus refroidis, la situation devient extrêmement difficile et nécessite une action urgente. J’irai même jusqu’à parler d’urgence absolue. Il faut, par tous les moyens, parvenir à apporter de l’eau afin de refroidir les centrales et les piscines. Les hélicoptères, obligés de se maintenir en vol stationnaire, ne peuvent en outre embarquer qu’une quantité d’eau limitée. Ce n’est pas, semble-t-il, la bonne solution. Notre analyse est qu’il faut 100 mètres cubes d’eau par heure pour l’ensemble du site. Des moyens d’urgence tels que les camions destinés à combattre les incendies d’avions, dont le débit est de 6 mètres cubes par minute, peuvent fournir cette quantité. La portée de leurs lances est de 50 à 80 mètres, une distance qui semble compatible avec la nécessité de se préserver de la radioactivité.

Nous avons pensé, bien entendu, aux Canadairs français, mais il leur faudrait 96 heures pour rejoindre la zone. Les camions de pompiers de type « Faun » semblent une meilleure réponse, de même que les bateaux-pompes à ceci près que la zone boueuse qui sépare maintenant la centrale de la mer peut faire obstacle à leur approche, sachant que leur tirant d’eau est d’environ deux mètres.

Nous apprenons que des camions de pompiers arrivent des États-Unis. Nous avons également des capacités en France. Il y a certainement des choses à faire pour stabiliser la température. C’est une urgence à laquelle doivent répondre tous les pays.

Par ailleurs, une aide internationale a déjà été mobilisée après le séisme. En liaison avec EDF, nous n’avons à répondre pour l’instant qu’à des demandes très spécifiques de la part des Japonais. Un avion est prêt à partir. Mais il ne s’agit là que de moyens palliatifs. Je pense que nous devrions aussi intervenir immédiatement pour ce qui est des moyens curatifs, car les jours qui viennent seront déterminants.

Une centaine de collaborateurs d’Areva travaillent au Japon, dont quinze expatriés. Les dix-huit personnes qui se trouvaient sur le site – des Allemands et des Américains – ont été rapatriées et les familles ont été déplacées temporairement vers le sud de l’archipel, mais tous les collaborateurs nécessaires à Tokyo y sont demeurés. En effet, les 44 autres réacteurs qui fonctionnent aujourd'hui au Japon sont essentiels à la fourniture du pays en électricité.

L’avion qui partira dès que possible de Roissy acheminera 3 000 masques de protection, des combinaisons, des gants, de l’acide borique, etc. Nous avons également envoyé, au début de cette semaine, du matériel de mesure de la radioactivité qui provient de notre filiale Canberra. Le matériel dont nous disposons à Tokyo a bien évidemment été mis à la disposition des équipes de sécurité japonaises.

Nous avons enfin fait un don pour les sinistrés du tremblement de terre et du tsunami.

Face à cette situation, nos concitoyens attendent de la transparence et souhaitent être assurés que nous déployons tous les moyens dont nous disposons au service d’une sûreté et d’une sécurité maximales. Le contexte actuel rend dérisoires les discussions sur le caractère « trop sûr » de l’EPR et montre bien que le pari sur la sécurité est le pari de l’avenir.

En tant qu’industriels, il nous sera nécessaire, avec Henri Proglio, de rétablir un dialogue dont dépend la confiance de nos concitoyens dans le nucléaire : il y va de l’avenir de nos industries.

Comme je l’ai dit à maintes reprises devant vos assemblées, sûreté et sécurité ne se négocient pas. C’est notre credo. Il faut appliquer les normes les plus exigeantes et recourir aux meilleures technologies.

M. Henri Revol, président du Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire. Le Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire, créé par la loi de 2006 et installé il y a deux ans et demi, a déjà beaucoup travaillé. Il a en effet été saisi, comme la loi le permet, par le Gouvernement, par l’OPECST et par les présidents des commissions du Parlement. Mais il peut également s’autosaisir de toute question relative à l’impact des activités nucléaires sur la santé humaine et sur l’environnement, ainsi qu’à l’accessibilité de l’information concernant ces activités.

Il se met donc à disposition des instances qui peuvent le saisir. Le cas échéant, il s’autosaisira dans le cadre de la procédure d’évaluation de la sûreté des installations annoncée par les ministres, notamment en ce qui concerne les catastrophes naturelles telles que séismes ou inondations.

M. François Brottes. Les ministres nous ont quittés pour participer à une réunion d’urgence. Ils devront revenir, comme s’y est engagé le président Poignant, car le débat sur la stratégie énergétique doit se tenir en premier lieu au Parlement et nous avons des points de vue différents sur la place du nucléaire dans le mix énergétique, sur les filières de l’énergie renouvelable, aujourd'hui maltraitées, ou encore sur la réalité de l’engagement en faveur de l’efficacité énergétique comme de la transparence, pour s’en tenir à ces points.

La corrélation scabreuse que le rapport Roussely établissait entre les coûts et la sécurité nous avait choqués. Le caractère elliptique, pour ne pas dire l’indigence, de ce rapport m’avait conduit à demander au nom du groupe socialiste que la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale consacre une série d’auditions à la question du nucléaire. Nous avons donc eu une dizaine de séances de travail avec les acteurs ici présents. Nous avons consacré plusieurs heures, par exemple, à la question de la centrale de Cadarache. Bref, le Parlement est totalement impliqué dans ces questions, sans forcément céder à l’émotion et à l’urgence.

Mais aujourd'hui notre préoccupation est l’épreuve terrible que vivent les Japonais.

On a l’impression que la catastrophe s’est produite alors que le risque était connu mais sous-évalué. Il semble que, si la vague du tsunami avait été moins haute, les opérations de refroidissement auraient été possibles. Comment se fait-il que l’on ait fait l’impasse sur une telle éventualité alors que l’on a réalisé tant d’études et que l’on a une si longue pratique dans le domaine ?

Deuxième question : qui vous alimente en informations ? Vous paraissez fonctionner par recoupements et nous avons beaucoup de mal à nous y retrouver.

Vient ensuite la question du confinement des populations. Combien de temps les habitants devront-ils rester chez eux ? Comment seront-ils ravitaillés ? Quelles peuvent être les conséquences de la radioactivité sur leur santé malgré le confinement ? Selon quelles modalités les comprimés d’iode seront-ils utilisés ?

Enfin, il se dit que les risques sismiques pris en compte pour la conception des centrales françaises auraient été sous-évalués. Il est important que l’ASN précise dès aujourd'hui ce qu’il en est.

M. Claude Gatignol. Ma préoccupation principale est la protection des populations, des familles, des enfants. Le temps viendra du retour d’expérience mais l’heure est aux mesures d’urgence, d’abord au Japon et ensuite, dans les jours ou les semaines qui viennent, en France.

Membre du Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire et des commissions locales d'information des trois établissements de ma circonscription, j’ai dit à l’ambassadeur du Japon, avec plusieurs collègues, toute la compassion que nous éprouvons pour ses compatriotes. Comme M. Brottes, je souhaiterais savoir quels liens de communication vous avez avec les autorités japonaises. Quand disposerons-nous de véritables informations quant à l’évolution de la situation, à la nature et à la gravité des dégâts, à l’état de l’enceinte et du combustible de chacun des réacteurs concernés, au niveau d’eau dans les cuves et dans la piscine contenant le cœur déchargé ? A-t-on une idée exacte de ce que sont les rejets dans l’atmosphère ? Quelle est la nature des radionucléides ? Quelles sont les données météorologiques qui conditionneront les risques liés à ces rejets au Japon et dans les pays voisins ? Quand les premières particules de rejet seront-elles détectées en France ?

Notre parc nucléaire fait l’objet, régulièrement, d’audits, d’analyses et de peer reviews. Ne pouvons-nous déjà disposer d’un état des lieux ? La relation de la société à l’énergie atomique doit se fonder sur la connaissance et la transparence, qui sont le gage de la confiance, et non sur la peur et la démagogie.

M. Ladislas Poniatowski, sénateur. Mes deux questions s’adressent au président de l’Autorité de sûreté nucléaire.

La première concerne la gestion post-accident. Sachant que la menace présentée par le nuage radioactif va vraisemblablement s’aggraver, les populations évacuées pourront-elles revenir ou l’évacuation sera-t-elle au contraire définitive ? Pourra-t-on cultiver de nouveau et reconstruire ? Ces questions, la France se les est déjà posées : en 2005, il a été demandé à l’ASN un rapport sur ce qui se passerait dans un tel cas de figure. Alors que le délai de remise prévu était de deux ans, vous en avez demandé en 2007 la prolongation, en raison de l’importance du travail que vous aviez engagé avec vos experts. Mais nous n’avons toujours pas reçu ce rapport. Où en est votre réflexion ?

Deuxièmement, quelle est la nature exacte de l’audit que vous demande le Premier ministre ? Quel temps allez-vous y consacrer et quand disposerons-nous des résultats ? Il serait logique que ce travail soit mené en lien avec votre analyse des possibilités de prolonger la durée de vie de chacune des centrales, même si le premier problème est de court terme et le second de moyen et long termes.

M. Daniel Raoul, sénateur. Quelles conséquences cette catastrophe aura-t-elle sur le prix de l’ARENH, l'accès régulé à l'énergie nucléaire historique ? Ne convient-il pas de revisiter les conditions faites aux opérateurs ayant accès à l’investissement privé ? Peut-on en effet confier à un groupe privé ou partiellement privatisé la gestion de la sûreté nucléaire et les mesures de maintenance et de prévention qu’elle exige ?

M. André-Claude Lacoste. Nous ne sommes pas encore dans la gestion de l’après-accident : le Japon est actuellement en pleine crise et la seule préoccupation de nos collègues de ce pays est de parvenir à apporter de l’eau sur les installations touchées.

Cela rappelé, les événements en cours sont-ils dus au fait que l’on a sous-estimé le séisme ou le tsunami ? Je ne le crois pas : les bâtiments des centrales ont résisté. Sont-ils alors dus à une moindre rigueur en ce qui concerne les systèmes électriques de secours ? La diversité des hypothèses et des réponses possibles montre bien que nous devons nous donner le temps de l’analyse et ne pas nous précipiter.

En contrepartie de son indépendance, l’ASN a un devoir absolu de transparence. S’agissant de cette crise comme de tout le reste, nous disons tout ce que nous savons.

Plusieurs demandes nous sont adressées : le Gouvernement souhaite un audit ; à Bruxelles, on annonce des « tests » à l’échelle de l’Europe mais qui restent encore à définir ; par ailleurs, nous devons analyser la possibilité de prolonger la durée d’exploitation des réacteurs. Il nous faudra concilier toutes ces exigences, sachant, je le répète, que notre volonté est d’être aussi transparents que possible. Il est de notre devoir de rendre compte au Parlement. Nous donnons les résultats de nos inspections avec toute la clarté possible. Nous avons demandé en 2006 à bénéficier d’un audit international IRRS – integrated regulatory review service – de l’AIEA. Notre groupe permanent d’experts comprend des experts étrangers. Bref, nous sommes aussi ouverts que nous le pouvons. Il nous faut maintenant mettre en cohérence les différentes demandes qui nous sont faites. Nous le ferons avec l’appui de l’IRSN et nous serons toujours aussi explicites. Donnons-nous seulement le temps de réfléchir au cahier des charges, et laissons nos collègues japonais gérer la crise, l’analyser et en tirer les enseignements.

En ce qui concerne la gestion de l’après-accident, la France est à ma connaissance le seul pays à avoir eu le courage d’y réfléchir. Quand nous cherchons des références à l’extérieur, nous n’en trouvons pas ; en revanche, nos homologues étrangers viennent nous consulter sur l’état de nos travaux, commencés en 2005. Nous avons organisé en 2008 un colloque international sur ce thème, et un autre est prévu pour juin. C’est toutefois un processus long et difficile, parce que la matière est complexe et parce que nous n’avons pas souhaité mener un travail technocratique – outre l’IRSN, nous avons associé l’ensemble des parties prenantes. Un certain nombre de débats, auxquels ont participé les associations, ont d’ailleurs eu lieu dans les régions.

Dans ce domaine, la France est donc pionnière. Nous n’arriverons pas à des décisions ou des formulations spectaculaires, mais nous aurons avancé dans la détermination des actions à mener sur des questions fondamentales comme celle de savoir dans quelles conditions peut être autorisé le retour des populations.

Quelles sont, s’agissant du Japon, nos sources d’information ? Il s’agit de nos homologues et de l’attaché nucléaire de l’ambassade de France à Tokyo, mais aussi de personnalités avec lesquelles nous sommes en contact direct, comme un ancien commissaire de la Nuclear Safety Commission, qui se trouve suffisamment détaché de l’actualité pour porter sur elle un regard à la fois avisé et critique. Lorsque l’information est suffisamment fiable, nous disons : « Voilà ce qui nous semble avéré », et lorsqu’elle l’est un peu moins, « Voilà ce que nous croyons savoir ». Mais nous nous gardons de nous fonder sur des rumeurs ou de prendre en compte une mesure de radioactivité dont nous ignorons la provenance. Nous nous efforçons de bâtir une connaissance aussi fiable que possible, dans un contexte difficile et alors que le premier souci de nos homologues est de gérer la crise – mettons-nous à leur place !

J’en viens au risque sismique : en France, il est modéré, mais il existe, du moins dans certaines régions. Et il est traité de façon extrêmement sérieuse. La première étape consiste à en évaluer l’importance, en commençant par réunir toutes les informations disponibles sur les séismes intervenus dans le passé. Par exemple, dans le fossé rhénan où est situé Fessenheim, l’événement pris en compte est le tremblement de terre qui a frappé Bâle en 1356. Nous recherchons également les paléoséismes, c’est-à-dire ceux dont on a perdu la trace historique, mais que l’on peut retrouver grâce à la géologie. Nous prenons alors pour référence le séisme le plus important jamais intervenu dans la région, nous le situons hypothétiquement à l’endroit où il ferait le plus de dégâts à l’installation concernée, et nous multiplions sa puissance par cinq. Les bâtiments doivent pouvoir résister à une telle épreuve.

L’aléa sismique est calculé au moment de la construction, puis réévalué régulièrement en tenant compte du progrès des connaissances. Si nécessaire, l’exploitant doit renforcer la résistance de l’installation.

Le risque sismique est donc pris en compte très sérieusement et les marges de sécurité sont considérables. Cela étant, nous sommes ouverts à l’hypothèse d’un nouvel examen de ces normes. Nous n’avons aucune raison d’avoir honte de notre travail dans ce domaine, et sommes toujours prêts à accomplir des progrès.

M. Jacques Repussard. S’agissant des risques sismiques, je partage l’analyse de M. Lacoste. Certains – notamment sur Internet – se demandent pourquoi le système de sûreté nucléaire n’utilise pas les référentiels en cours d’élaboration au sein de l’Union européenne pour les installations classées Seveso : cartes des aléas sismiques et prescriptions pour les constructions. Il est vrai que les exigences en matière nucléaire procèdent d’un modèle intellectuel un peu différent – M. Lacoste l’a décrit en détail –, mais notre avis est qu’elles sont bien supérieures à celles qui devraient bientôt s’appliquer aux sites Seveso, lesquelles seront pourtant rehaussées par rapport aux normes actuelles. Nous tenons donc à préserver les acquis du système nucléaire français, en dépit de ses différences avec ce système européen, plutôt destiné à encadrer des constructions de génie civil classique. Cela pose toutefois un problème de communication : il conviendrait sans doute de donner davantage d’explications, sans quoi le public pourrait se demander si ce « particularisme » nucléaire est justifié.

M. André-Claude Lacoste. J’ajoute qu’une des particularités de la prise en compte du risque sismique dans le domaine nucléaire est que les études sont effectuées site par site : nous ne nous contentons pas de données régionales.

M. Jacques Repussard. On nous a interrogés sur la radioprotection des populations françaises suite à l’accident survenu au Japon. Les premiers concernés sont évidemment les membres de la communauté française de ce pays. L’IRSN a donc formulé des recommandations que l’ambassade a reprises et rendues publiques. Tout d’abord, en raison du risque de nouveau séisme et de la possible aggravation de la contamination atmosphérique, il est conseillé aux personnes n’ayant pas absolument besoin de rester dans la région concernée de se rendre pour quelque temps dans le sud de l’archipel, voire de rentrer en France. Les autres sont incitées à éviter de sortir quand il pleut, pour ne pas contaminer leurs vêtements, et à se mettre à l’abri si la situation s’aggrave. Des comprimés d’iode ont également été distribués, mais il s’agit plus d’une mesure de précaution, voire de réassurance à l’égard de nos compatriotes qui ont fait le choix de rester ou qui y sont obligés ; nous estimons en effet qu’il ne leur sera jamais nécessaire de les consommer.

En ce qui concerne le territoire français proprement dit, qu’il s’agisse de l’outre-mer ou de la métropole, il n’y aura pas de risques sanitaires, pas plus qu’il n’y en a eu lors des essais d’armes nucléaires. En outre, les délais sont très longs : il faudrait 25 à 30 heures pour qu’un nuage de particules atteigne Tokyo, et des semaines avant qu’il ne touche Saint-Pierre-et-Miquelon. Pendant ce temps, l’IRSN travaille d’arrache-pied pour affiner ses modèles, rassembler les informations et les recouper avec celles provenant du CEA ou d’organismes américains et japonais. Nous prenons toutes nos précautions, car nous ne pouvons pas nous permettre de publier des informations contradictoires. Mais nous serons en mesure de publier des cartes dans les tout prochains jours. Nous les actualiserons en fonction de la météo et de toutes les données fiables que nous pourrons obtenir à travers la planète, et notamment des États-Unis. Toutes ces informations seront bien entendu rendues publiques.

M. Jacques Myard. Ma question risque de faire sourire les ingénieurs, mais la grande crainte, dans l’opinion publique, est que le réacteur n’atteigne un point de surchauffe tel qu’il explose, comme une bombe atomique. Ce scénario est-il possible dès lors que, malheureusement, le système de refroidissement ne fonctionne plus ?

M. Christian Bataille. L’avenir du nucléaire civil, au moins à l’horizon de cinquante ans, dépend d’une évolution vers plus de sûreté. Je me tourne donc vers M. Lacoste et vers les industriels : quel sera le destin de l’EPR, un réacteur plus sûr mais dont certains critiquent le coût excessif ? Quel sera celui de l’ATMEA, encore à l’étude ? Qu’en sera-t-il des réacteurs de faible puissance, dont on dit qu’ils ont le défaut de multiplier le nombre de sites ? Enfin, pour ce qui est de la génération IV, où en sont les recherches sur Astrid, qui doivent en quelque sorte marquer le retour des surgénérateurs après l’arrêt de Superphénix ?

J’aimerais également savoir ce que pense M. Lacoste du projet de coopération franco-chinoise destinée à construire des réacteurs « low cost », c’est-à-dire d’une génération antérieure, qui ne coûteraient pas cher mais seraient beaucoup moins sûrs ? La définition d’une norme internationale est-elle impossible ? La France, qui montre l’exemple en matière de sûreté avec l’EPR, va-t-elle continuer à subir la concurrence de réacteurs – coréens aujourd’hui, peut-être chinois demain – meilleur marché, mais moins sûrs ? Une telle perspective ne pourrait qu’inquiéter.

M. Jean-Pierre Door. Même si, depuis quelques jours, nos regards sont avant tout tournés vers le Japon, ils tendent à se déplacer vers notre pays. Certaines personnalités font des déclarations susceptibles d’inquiéter la population, notamment lorsqu’elles exigent la fermeture immédiate de plusieurs installations nucléaires. À Gien, dans le territoire dont je suis l’élu, encadré par la centrale de Belleville et par celle de Dampierre, ces appels ont fait naître de nombreuses appréhensions. Quelles réponses peut-on leur apporter ?

M. André Chassaigne. La société japonaise TEPCO est la première compagnie privée d’électricité du monde. Ses profits, entre avril et décembre 2010, ont atteint 1,19 milliard d’euros après une perte du même ordre l’année précédente. On peut se demander d’où vient un redressement aussi spectaculaire… La gestion du nucléaire par des entreprises privées à la recherche de profits ne risque-t-elle pas d’être au détriment de la sécurité, notamment si elle se traduit par un manque d’entretien ?

Par ailleurs, plusieurs auditions ont montré un usage important de la sous-traitance dans les centrales françaises. Il en résulte des incidents de portée minime, mais nombreux. S’ils se cumulaient sur le même site, ils pourraient devenir particulièrement graves. Ils s’expliquent par un manque de formation du personnel et par l’emploi de matériaux de mauvaise qualité. La question du contrôle des sous-traitants doit être posée. Les interventions dans les installations nucléaires ne devraient-elles pas être réservées à des entreprises publiques, et ne faudrait-il pas faire preuve d’une plus grande rigueur dans le choix des intervenants ?

M. Bernard Lesterlin. Le fait de construire plusieurs réacteurs sur un même site ou à proximité les uns des autres augmente-t-il les risques ? Est-ce le cas à Fukushima ? Comment le problème se pose-t-il chez nous ?

On comprend que pour l’implantation des installations nucléaires, le littoral et les rives des fleuves soient préférés afin de faciliter le refroidissement par eau mais, même dans un pays tempéré comme le nôtre, nous ne sommes pas à l’abri d’inondations comme celle du Blayais en 1999 ou de tempêtes comme Xynthia en 2010. Compte tenu des risques, y a-t-il des solutions alternatives pour la localisation des centrales ?

M. Jean-Pierre Nicolas. Quelles dispositions ont été prises immédiatement après la catastrophe pour protéger la population japonaise ? Nous avons compris que la mesure d’évacuation avait été complétée par une invitation au confinement dans un rayon de 20 à 30 kilomètres, mais sera-ce suffisant ? Ne faudrait-il pas élargir le périmètre ?

D’autre part, les Japonais disposent-ils d’une quantité suffisante d’équipements individuels pour protéger la population ? Par exemple, ont-ils assez de pastilles d’iode ? Anne Lauvergeon a indiqué qu’un avion était prêt à décoller pour leur apporter du matériel. Ont-ils fait une demande en ce sens ?

Mme Catherine Procaccia, sénatrice. Immédiatement après le tremblement de terre et le tsunami, les médias ont évoqué des dangers dans plusieurs centrales nucléaires, mais aujourd’hui, l’attention est concentrée sur une seule. Les autres présentent-elles des risques ?

S’agissant des moyens d’intervention, j’avais le sentiment que des robots pouvaient remplacer les hommes. Or seuls ceux-ci interviennent aujourd’hui. Pour quelle raison ?

Enfin, vous nous avez dit que les vents soufflaient vers le Pacifique et restaient dans le même hémisphère. Est-on sûr qu’ils ne peuvent pas se diriger dans l’autre sens, vers l’ouest ?

M. Jean-Yves Le Bouillonnec. Que se passerait-il si les opérations de refroidissement se révélaient vaines ? Quelles seraient les conséquences pour le site lui-même, pour l’ensemble de l’archipel et pour les territoires français les plus proches ?

M. François Pupponi. Les incidents et accidents évoqués sont-ils dus au tremblement de terre ou au tsunami ? D’autres centrales auraient-elles pu être endommagées, et si oui, lesquelles ? Enfin, s’il se révèle impossible d’amener de l’eau dans la centrale pour refroidir le réacteur, combien de temps se passera-t-il avant qu’un événement encore plus grave ne survienne ?

Mme Frédérique Massat. En août 2007, un sismologue japonais qui faisait partie du comité d’experts chargé d’établir les normes sismiques des centrales a déclaré : « À moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche ». Aviez-vous été informés de ces propos ?

De même, l’Agence internationale de l’énergie atomique aurait averti le Japon des problèmes de sécurité auxquels étaient exposées ses centrales en cas de séisme. Quel est le rôle de l’AEIA, et de quels pouvoirs dispose-t-elle pour faire respecter les règles de sûreté nucléaire internationales ?

Le drame que vit le Japon va-t-il amener l’ASN à renforcer les exigences de sûreté nucléaire dans notre pays ?

M. Jean-Pierre Brard. Je souhaite que l’IRSN et l’ASN nous prodiguent toutes les informations dont elles disposent. Personnellement, j’ai jugé utile de mettre en ligne sur mon site celles que nous avons déjà reçues, parce que nos concitoyens souhaitent savoir. De même, Monsieur le président, il serait souhaitable que nous puissions obtenir le plus rapidement possible la transcription in extenso de ce débat.

En tant que responsables politiques, nous avons le devoir de réfléchir aux événements actuels, mais aussi de tenter d’anticiper ceux à venir. Et je suppose que nos interlocuteurs n’ont pas seulement un avis sur le nucléaire, mais aussi une vision plus globale des problèmes énergétiques auxquels nous sommes confrontés. Pour ma part, j’ai autant de compassion pour une personne tuée par les radiations que pour celle qui meurt de la silicose ou pour la victime de la désertification provoquée par le réchauffement climatique. Or l’Allemagne contribue cinq fois plus que la France à ce réchauffement, et à mon grand étonnement, cela n’indigne personne. Le piège dans lequel nous risquons de tomber est donc de limiter le débat à la question du nucléaire. Mourir, c’est toujours mourir ; il faut donc s’intéresser à tous les risques, et ne pas céder à l’agitation qui permet à certains d’occuper les écrans de télévision de façon plus ou moins honorable.

Nous devons non seulement avoir une vision de l’avenir de notre pays, mais aussi de celui de l’humanité. C’est pourquoi nous sommes en droit de discuter fermement avec les Chinois, les Polonais, les Allemands ou les Américains des risques auxquels ils exposent l’humanité sans avoir de comptes à rendre à personne.

De plus, le débat n’est pas seulement de nature environnementale. Il touche également à l’indépendance nationale.

Par ailleurs, où en est la réflexion sur la gestion des déchets nucléaires ? Est-il possible de pousser les efforts de recherche dans ce domaine ?

On sait bien qu’EDF et Areva, dans le passé, ne se sont pas toujours montrées exemplaires en termes de transparence. Me trouvant à Tchernobyl cinq ans exactement après la catastrophe, j’avais ainsi constaté qu’EDF lançait au moment même de cet anniversaire une campagne de communication destinée à justifier sans explication l’usage de l’énergie nucléaire. Selon moi, il ne faut pas confondre explications, transparence et propagande.

M. Yves Cochet. M. Repussard a comparé les éventuelles émanations de radioéléments à Fukushima avec ceux des essais nucléaires atmosphériques. Mais c’est avec Tchernobyl que cette comparaison doit se faire ! Et ce qu’a dit ce matin même M. Baroin, à l’issue du conseil des ministres, me conforte dans cette position : dans le pire des scénarios, a-t-il déclaré, les conséquences pourraient être pires que celles de la catastrophe ukrainienne. Dans ce cas en effet, le nuage produit ne serait pas du type de ceux qu’ont provoqués les bombes atomiques il y a quarante ans, mais bien plutôt de celui dont M. Pellerin, en 1986, niait qu’il ait franchi notre frontière avec l’Allemagne.

J’ai apprécié le discours de Mme Lauvergeon, qui a théorisé ce que l’on pourrait appeler le droit d’ingérence écologique – une notion que nous défendons depuis longtemps. Mais il se trouve qu’Areva a fourni le MOX utilisé pour alimenter le réacteur n° 3 de Fukushima. Or une étude menée en 1999 par le professeur Lyman, directeur scientifique du Nuclear Control Institute de Washington, montrait qu’en raison de la « vivacité » du MOX, son usage dans les réacteurs à eau bouillante était plus risqué que celui de l’oxyde d’uranium. Pourquoi, dans ces conditions, en avoir vendu à TEPCO ?

S’agissant d’EDF, le 2 novembre 2009, l’ASN et deux autres autorités de sûreté ont remis en cause la conception même du système de « contrôle-commande » des réacteurs EPR, et notamment l’indépendance des systèmes de sécurité. L’Autorité a adressé onze demandes précises à l’exploitant : ont-elles été étudiées ? Le système de contrôle-commande de l’EPR a-t-il été modifié conformément à ces recommandations ?

Ma dernière question s’adresse à l’ASN. À Cadarache, des stocks de plutonium dans l’atelier MOX ont été sous-évalués, et il s’est passé plusieurs mois entre le moment où cette sous-évaluation a été constatée et celui où elle a été rendue publique. Comment expliquer cette absence de transparence ?

M. le président Claude Birraux. Du point de vue des populations exposées, y a-t-il une différence entre une explosion nucléaire aérienne et un nuage radioactif comme celui qu’a provoqué la catastrophe de Tchernobyl ?

M. Philippe Folliot. Le nucléaire a des applications militaires et énergétiques, mais il en est également fait un usage quotidien dans le domaine médical, par exemple. L’ASN et l’IRSN interviennent-ils sur l’ensemble du spectre ? Le petit matériel de radiographie, disséminé un peu partout sur le territoire, parfois oublié, relève-t-il de leur compétence ?

M. André-Claude Lacoste. Il existe, selon moi, deux différences de fond entre le système japonais tel que je le connais et le système français : tout d’abord, et pour un certain nombre de raisons, nous avons une plus grande préoccupation de transparence. Ensuite, nous avons davantage le souci d’un progrès continu en matière de sûreté. Ainsi, les exigences imposées au fil du temps en la matière aux différents exploitants français, en particulier à EDF, se sont durcies – certains diront qu’elles ont empiré. Aujourd’hui, le niveau de sûreté requis pour la construction d’un réacteur en France est celui de la génération III, celle de l’EPR. C’est la vertu de la conception française, désormais acceptée au niveau européen via un club de responsables d’autorités de sûreté, la WENRA – Western European nuclear regulators Association : celle-ci a fixé pour la construction de nouveaux réacteurs des objectifs qui ressemblent beaucoup à ceux qui sont applicables aux réacteurs EPR. Je parle bien d’objectifs de sûreté, exprimés en termes généraux, et non de moyens. C’est à partir d’eux que l’on doit améliorer la sûreté des réacteurs existants, ce qui nous paraît tout à fait traduire la conception que nous avons du progrès en la matière. L’Autorité de sûreté nucléaire a, par ailleurs, indiqué qu’elle n’imaginait pas qu’il puisse être vendu dans le monde, sous le drapeau français, des réacteurs ne satisfaisant pas à ce niveau de sûreté.

Une question a été posée sur l’origine de l’accident au Japon. Le tremblement de terre a sûrement joué un rôle, même s’il semble que les bâtiments des centrales y aient résisté. Pour ce qui est du tsunami, cela ne fait aucun doute. Je mentionnerai également le problème affectant l’alimentation de secours. En tout état de cause, l’analyse reste à faire pour bénéficier d’un retour d’expérience.

Les mesures prises par les autorités japonaises – confinement, mise à l’abri – nous paraissent raisonnables dans l’état actuel des choses, mais elles seront sans doute durcies si la situation évolue.

S’agissant des équipements individuels et des pastilles d’iode, j’ai visité suffisamment de centres d’intervention au Japon pour être tout à fait sûr qu’ils sont parfaitement approvisionnés à cet égard. En ce qui concerne les moyens d’intervention, il appartient aux Japonais d’en faire la demande s’ils le jugent nécessaire.

Quant aux vents, il s’agit de quelque chose que nous ne maîtrisons pas.

Le fait de construire plusieurs réacteurs sur un même site n’entraîne pas un risque supplémentaire. Au contraire, cela peut permettre de mutualiser les moyens d’intervention.

Dans le Blayais, on a clairement sous-évalué le risque d’inondation. Mais il faut garder raison : le début d’inondation survenu en 1999 a été classé au niveau 2 de l’échelle INES. Nous sommes très loin de ce qui s’est passé au Japon. L’exploitant, EDF, et l’Autorité de sûreté ont reconnu la sous-estimation du risque : la transparence implique aussi d’admettre les faits quand on est pris en défaut – c’est d’ailleurs ce qui motive pour progresser.

À titre personnel, la référence de M. Brard aux personnes qui meurent de la silicose m’a particulièrement frappé. Je sais ce qu’il en est pour m’être longtemps occupé d’inspection du travail et de surveillance de la sûreté dans les mines de charbon du nord de la France.

M. Jacques Repussard. Les explosions qui ont eu lieu à Fukushima n’ont pas, par elles-mêmes, porté atteinte à l’intégrité des bâtiments, ce qui, du point de vue de la protection, est un point très important. Cela étant, cette intégrité pourrait être compromise en l’absence de refroidissement.

Il est trop tôt pour dire si des réactions violentes se produiront ou pas : cela dépend des scénarios, et de la capacité à ajouter de l’eau. S’il parvient à en apporter suffisamment, l’exploitant pourra, sinon arrêter, du moins limiter fortement les rejets radioactifs, étant entendu que les installations sont maintenant hors d’usage.

Cela étant, des scénarios plus inquiétants sont également plausibles. Par exemple, si le combustible fondu traversait la cuve, il finirait par arriver au contact de la paroi de béton – dont l’épaisseur est très importante dans les réacteurs japonais –, et l’interaction entre les deux matières produirait des quantités considérables de gaz.

M. Jacques Myard. Il n’y aurait pas d’effet de souffle ?

M. Jacques Repussard. Des explosions pourraient survenir localement, mais elles seraient de nature chimique, et non nucléaire. Cela n’aurait rien à voir avec l’explosion d’une bombe atomique mais ces explosions de gaz extrêmement chauds seraient néanmoins spectaculaires.

Une évacuation sur vingt ou trente kilomètres est-elle suffisante ? De telles décisions relèvent de l’autorité de sûreté et du gouvernement japonais, et nous devons être prudents quand nous les commentons. Il n’est pas question de faire la leçon aux autorités du pays. Il reste que, dans certains scénarios que nous étudions avec nos confrères américains, les dimensions de cette zone apparaissent insuffisantes. Pour autant, la région de Tokyo n’aurait pas besoin de faire l’objet de mesures extraordinaires contre la contamination. Et c’est a fortiori le cas des territoires français d’outre-mer ou de la métropole.

Si j’ai évoqué la pollution radiologique causée par les essais d’armes nucléaires, c’était de façon délibérée, pour éviter de comparer l’accident de Fukushima à celui de Tchernobyl.

M. Yves Cochet. C’est pourtant ce que fait M. Baroin.

M. Jacques Repussard. Chacun s’exprime comme il l’entend. Mais de notre point de vue, il est trop tôt pour établir des comparaisons. Nous savons qu’en termes de gravité, l’accident de Fukushima sera très au-dessus de celui de Three Mile Island, où il n’y avait pas eu de rejet radioactif notable. Il sera vraisemblablement au-dessous de celui de Tchernobyl si les mesures de récupération évoquées tout à l’heure sont menées à leur terme. Dans l’hypothèse contraire, on pourrait imaginer des rejets moins brutaux qu’à Tchernobyl – où les émanations avaient persisté une quinzaine de jours et étaient montées très haut dans l’atmosphère –, mais dont la diffusion serait plus durable et alimentée par plusieurs cœurs. Au final, la masse de césium libérée dans l’atmosphère pourrait être supérieure à ce qu’elle a été à Tchernobyl. Seul l’avenir nous le dira. C’est pourquoi Mme Lauvergeon et M. Bigot ont eu raison de souligner l’urgence des mesures destinées à rétablir, dans la mesure du possible, la sûreté des installations.

Pour répondre à M. Folliot, l’activité de l’ASN couvre l’ensemble des installations nucléaires civiles, y compris médicales. La sûreté de ces dernières obéit aux mêmes principes que la sûreté nucléaire, comme la défense en profondeur. Une forte réévaluation des exigences est d’ailleurs en cours en ce qui concerne la radiothérapie. Quant à l’IRSN, il constitue l’appui technique des pouvoirs publics en général, et plus particulièrement de l’ASN, mais aussi de l’Autorité de sûreté nucléaire de défense. Son expertise sert donc aussi à l’évaluation de la sûreté du domaine militaire, qu’il s’agisse des navires ou des usines contribuant à la production et à la maintenance des armes. Les modes de calcul, la philosophie et les experts sont les mêmes : il n’y a donc pas, du point de vue de la sûreté, deux poids, deux mesures entre les secteurs civil et militaire. Seul le degré de transparence diffère, ce que l’on peut comprendre.

L’AIEA a peu de pouvoirs contraignants, mais joue un rôle d’exemplarité et contribue à la transparence. Les peer reviews, ces missions internationales dépêchées dans différents pays et dont les rapports sont rendus publics, constituent potentiellement un outil très puissant pour harmoniser par le haut les bonnes pratiques. Les débuts ont été hésitants, les grands pays ne s’estimant pas concernés. Mais la France a donné l’exemple, imitée ensuite par les États-Unis et par la Russie.

Avec l’Agence, nous sommes en train de promouvoir un travail comparable concernant les milieux d’expertise. En effet, dans tous les pays, les autorités de sûreté se reposent sur des organismes scientifiques plus ou moins bien structurés – la France étant plutôt considérée comme exemplaire à cet égard. Dans les nouveaux pays nucléaires, de telles institutions risquent de faire gravement défaut, rien n’étant prévu pour les financer. On trouve l’argent pour construire les réacteurs, mais pas forcément pour mettre en place une autorité de sûreté. Et quand elle existe, son efficience risque d’être limitée si elle ne dispose pas d’un back up scientifique et technique. Il s’agit donc d’un enjeu extrêmement important.

Je terminerai par la question de l’influence du mode de gestion – privé ou non – sur l’exploitation des réacteurs. Cette problématique n’est pas nécessairement la plus pertinente. Le point important est plutôt, dans un système national, de savoir qui paie les risques et de quelle façon les décisions prises pèsent sur les équilibres. Au Japon, les conséquences de l’accident seront à la charge du contribuable, et il en serait de même dans n’importe quel autre pays. Il en résulte que, quel que soit son coût, la sûreté doit primer sur les intérêts financiers de l’exploitant. Le coût n’est qu’un des paramètres de la sûreté, et sa prise en compte relève de la décision politique. Ce qui est en cause, c’est donc moins le caractère privé ou public de l’exploitant de l’énergie nucléaire que la vision économique qui sous-tend cette exploitation, et qui n’est pas sans rapport avec la question de la sûreté.

M. Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Les robots destinés à intervenir sur les accidents existent, et la France en possède plusieurs, développés par un groupement d’intérêt économique constitué par le CEA, Areva et EDF. Ils sont prévus pour assurer un certain nombre d’opérations, mais pas celle qui est aujourd’hui indispensable à Fukushima, c’est-à-dire le refroidissement. En effet, la centrale comprend six réacteurs et autant de piscines de combustible usé. Un apport d’eau fraîche est nécessaire pour extraire la chaleur et éviter la montée en température des barres de combustible, leur éventuelle fragmentation et le relâchement de particules dans l’atmosphère. La capacité d’un des réacteurs est de 450 mégawatts électriques, celle des trois autres est de 780 mégawatts électriques – correspondant respectivement à 1 200 et 2 400 mégawatts thermiques. Ce sont des puissances considérables. Cependant, la chaleur qu’il faut extraire, environ 10 mégawatts par réacteur, ne représente pas un problème de même nature. Il faut apporter une dizaine de mètres cubes d’eau par heure, soit un débit relativement limité, mais si on n’y parvient pas, l’énergie libérée fera monter la température. Le véritable enjeu, aujourd’hui, est donc que nos amis japonais restaurent les moyens de refroidissement par eau. Des dispositions ont d’ailleurs été prises il y a quelques minutes pour faire venir rapidement de puissantes motopompes.

Une explosion nucléaire est exclue mais, comme on l’a déjà expliqué, il peut y avoir des explosions de type chimique. En effet, dès lors que la température au sein de l’enceinte de confinement dépasse le millier de degrés, la vapeur d’eau est décomposée en hydrogène et en oxygène qui, à partir d’une certaine concentration, ne demandent qu’à se recombiner. Or une explosion chimique – que l’on appelle « brisante » – de l’hydrogène est susceptible de disperser des matières.

M. le président Claude Birraux. En apportant de l’eau à une centrale qui est, si j’ai bien compris, quasiment à ciel ouvert, ne risque-t-on pas de disperser des produits radioactifs ?

M. Bernard Bigot. À ma connaissance, aucune centrale n’est à ciel ouvert, mais la problématique n’est pas la même selon que l’enceinte de confinement est intacte ou non. Avant d’être injectée dans le circuit, l’eau passe dans un pressuriseur qui est, d’après ce que je comprends, connecté à l’enceinte de confinement, mais pas à l’intérieur de celle-ci. L’apport d’eau peut provoquer un lessivage, qui peut lui-même entraîner des rejets, mais pour éviter que les combustibles d’habitude ennoyés entrent en fusion, il est indispensable de refroidir, soit au moyen de cette eau, soit encore au moyen de matières solides comme du sable, pourvu qu’il soit suffisamment humide.

Les robots, pourquoi pas ? Mais ce n’est pas ce qu’il faut aujourd'hui, même si la contamination locale complique l’intervention humaine directe.

La recherche sur les déchets doit évidemment se poursuivre. Tel est d’ailleurs l’objet des lois que vous avez votées. Les réacteurs de quatrième génération, sur lesquels m’a interrogé M. Bataille, font partie des pistes à explorer pour réduire fortement la quantité de déchets ultimes.

La comparaison avec les rejets consécutifs à des essais nucléaires aériens vaut à quantité équivalente de matière transformée. Les composés sont de même nature et le danger provient non pas tant des radionucléides que des rayonnements ionisants. Il convient bien évidemment dans les deux cas d’éviter toute contamination des populations à la suite d’émissions.

Le plutonium de Cadarache traité pour obtenir du combustible n’a jamais fait, monsieur Cochet, l’objet de quelque cachotterie que ce soit. Dès qu’il a eu à en connaître, le CEA a transmis l’information et le débat, technique, a porté plutôt sur la qualité des renseignements fournis initialement. Mais, que chacun se rassure, à aucun moment il n’y a eu à Cadarache de risque de dispersion de plutonium. Voilà ce que je voulais vous dire en toute sérénité.

M. Henri Proglio. La plupart des réponses ont été données. La discussion de « commerçants » sur l’avenir de tel ou tel type de réacteurs est hors débat. Quant à la coopération engagée avec la Chine, sachez qu’il n’est nullement question de créer du nucléaire low cost, pour reprendre votre expression : une telle attitude, à la fois méprisable et irresponsable, ne saurait être le fait d’aucun d’entre nous, à commencer par EDF. La question était sans doute mal posée, du moins je l’espère.

Pour répondre aux interrogations sur les conditions de fonctionnement de nos centrales, qui viennent de « spectateurs » plutôt que de responsables, les exigences de sûreté sont évidemment respectées. C’est un simple constat, et il n’y a pas de débat qui tienne sur ce point. Aucune centrale ne fonctionne sans respecter les critères fixés par les autorités de sûreté, et par nous-mêmes. Il y va du devoir de toute entreprise responsable, donc d’EDF, vis-à-vis de ses concitoyens.

La sous-traitance fait partie de la vie normale d’une entreprise. EDF a vocation à garder la maîtrise de tout ce qui se trouve dans son cœur de compétence, mais elle doit pouvoir sous-traiter ce qui n’en fait pas partie, comme le génie civil ou le nettoyage, qui sont les spécialités d’autres entreprises. Cependant, la sous-traitance ne doit pas servir à optimiser le compte de résultat et EDF n’a pas d’autre intention que de faire valoir le principe de compétence d’acteurs industriellement responsables.

En matière de formation du personnel, nous avons des exigences extrêmement fortes et nos standards sont très élevés, même auprès de nos sous-traitants qui doivent respecter le cahier des charges.

S’agissant de la localisation des sites, les autorités de sûreté peuvent répondre aussi bien que moi. Sur ce point, la concertation est très poussée avec les autorités nationales, avec les autorités de sûreté et avec les élus locaux : aucune implantation n’échappe aux règles.

Nous avons proposé notre assistance aux Japonais qui l’ont acceptée cet après-midi et nous comptons aller plus loin en liaison avec l’IRSN.

En matière de recherche, notre budget est le plus important au monde chez les entreprises d’énergie. J’ai décidé de renforcer encore nos moyens de R&D, tout particulièrement dans le nucléaire puisque c’est une des grandes spécialités de notre maison. Par conséquent, non seulement l’effort se poursuit, mais il s’accroît.

Enfin, je laisse les autorités de sûreté dire si nous avons répondu à leurs questions sur les systèmes de contrôle : exprimer mon autosatisfaction en me substituant à elles serait malvenu.

M. Philippe Knoche, responsable de l’activité réacteurs chez Areva. Je réponds à la place d’Anne Lauvergeon qui a dû nous quitter.

L’urgence d’aujourd'hui, qui a été bien identifiée par les intervenants précédents, est d’assurer la sécurité des centrales et de les refroidir. Bien qu’elle ne porte pas sur ce point, je répondrai néanmoins à la question relative au MOX. Premièrement, son utilisation dans un réacteur n’est pas plus dangereuse que celle de l’uranium. Deuxièmement, les caractéristiques sont différentes, notamment la concentration en plutonium, de 5 à 10 % dans le MOX. Mais, troisièmement, les règles aussi bien opératoires qu’« incidentelles » sont adaptées en conséquence et le niveau de sécurité est donc équivalent. D’ailleurs, quelle autorité au monde accepterait qu’il diminue si l’on change de combustible ? Quatrièmement, je me plais à souligner que le combustible MOX est issu du recyclage d’un combustible antérieurement utilisé en réacteur, ce qui est de bonne pratique.

M. André-Claude Lacoste. L’investissement ne leur paraissant pas suffisant, l’ASN ainsi que ses homologues finlandaise et britannique avaient manifesté leur insatisfaction face au dossier que leur avait présenté EDF sur le contrôle-commande de l’EPR. Depuis, EDF a fait des propositions complémentaires, qui vont encore être précisées mais qui ont répondu à nos préoccupations, même si la solution finale retenue par chacun des pays n’est donc pas exactement la même, peut-être parce que l’ASN est plus habituée au contrôle-commande numérique.

J’avais omis de répondre à M. Door : la fermeture des centrales existantes peut être obtenue aujourd'hui par l’ASN, pour des motifs de sûreté, et par le Gouvernement, pour toute raison à sa convenance. L’ASN considère, pour sa part, qu’aucune centrale en France ne justifie une fermeture d’urgence.

M. le président Claude Birraux. En mon nom et en celui de mes collègues présidents de commission des deux assemblées, je me félicite de cette réunion particulièrement intéressante bien qu’organisée dans l’urgence. La qualité des questions et les réponses sans détour des intervenants démontrent que la transparence est une préoccupation partagée. Si d’autres événements devaient survenir, tenez-vous prêts, Mesdames, Messieurs, à venir vous exprimer à nouveau devant nous. Je vous remercie toutes et tous.

LA GESTION POST-ACCIDENTELLE DES CRISES NUCLÉAIRES
JEUDI 5 MAI 2011

Audition publique, ouverte à la presse

M. le président Claude Birraux. Soyez tous salués. C’est avec plaisir que j’ouvre ces deux journées de travail consacrées à une réflexion sur la préparation de la gestion post-accidentelle des crises nucléaires

L’événement est organisé de longue date puisque les premières demandes de l’ASN, pour réserver cette salle Victor Hugo, à l’Assemblée nationale, remontent à septembre 2010. Initialement, il s’agissait d’une manifestation purement technique, tournée principalement vers les différentes parties prenantes à l’effort de préparation de la gestion post-accidentelle. L’Office parlementaire a apporté son concours aux formalités de présentation du dossier devant les questeurs, mais tout a été géré comme une opération extérieure – y compris le paiement d’une location dont s’est acquitté M. le président de l’ASN. Mais les questions touchant à la sûreté nucléaire ont repris avec une intensité nouvelle à l’occasion des évènements de Fukushima et les présidents de nos deux assemblées, Bernard Accoyer et Gérard Larcher, ont souhaité que l’Office parlementaire pilote une mission parlementaire spécifique sur la sûreté nucléaire.

Dès lors que nous étions engagés dans une série d’auditions publiques, il nous a semblé important que la réunion initialement prévue réserve une place à la mission parlementaire en profitant de la présence d’un grand nombre de spécialistes. L’ASN nous a bien volontiers cédé cette matinée, qui fonctionnera comme une audition de mission parlementaire. Je remercie particulièrement le président André-Claude Lacoste, pour son esprit de coopération, et je lui donne la parole.

M. André-Claude Lacoste, président de l’Autorité de sûreté nucléaire. Je souhaite la bienvenue à l’ensemble des participants à cette manifestation. M. Claude Birraux a dit l’essentiel de l’articulation entre le projet initial de l’ASN et la réalisation effective de ce jour. L’ASN avait organisé un premier séminaire international sur le post-accidentel en décembre 2007. Nous avions dès ce moment-là annoncé la tenue d’un deuxième séminaire, que nous prévoyions effectivement d’organiser en ce début mai 2011. L’Office parlementaire s’étant vu confier conjointement par le Président de l’Assemblée nationale et le Président du Sénat une mission sur l’ensemble des sujets touchant à la sûreté nucléaire, qui comprennent à l’évidence le post-accidentel, il a paru extrêmement opportun de concéder à l’Office parlementaire une matinée pour qu’il organise une audition.

M. le président Claude Birraux. Je rappelle que les travaux de notre mission s’organisent sous forme d’auditions ouvertes à la presse, dont la première série, qui concerne la sécurité nucléaire, se terminera fin juin par la publication d’un rapport d’étape. Le second volet de nos travaux commencera en octobre et portera sur la place de la filière dans le système énergétique français.

L’Office parlementaire fonctionne, pour cette mission, en configuration élargie puisque huit députés et huit sénateurs, qui ont été désignés par les commissions permanentes compétentes de nos deux assemblées, sont associés à nos travaux.

Aujourd’hui, notre propos est de faire le point sur la préparation de la gestion des crises dans leur phase post-accidentelle, c’est-à-dire en supposant qu’un accident est survenu. Cette audition s’inscrit dans un cadre pratique, inédit pour nous puisque notre public sera composé de l’ensemble des participants au CODIRPA (Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle), dont je salue la présence. Nous manifestons de la sorte notre réactivité et notre adaptabilité, que nous avons déjà démontrées avec l’audition publique qui s’est tenue le 16 mars dernier pour faire le point sur Fukushima.

Je rappelle néanmoins qu’il s’agit ce matin d’une audition parlementaire, et non pas d’un colloque. Par conséquent, les députés et les sénateurs membres de la Mission auront une priorité d’utilisation du temps de parole. Les membres du Comité d’experts officiellement désignés le 14 avril dernier pourront également se manifester auprès de moi pour poser des questions. Les autres participants pourront, de la même façon, poser des questions, mais dans un second temps, par écrit et par mon intermédiaire.

Les interventions ont été regroupées en deux sessions, qui seront animées chacune par un rapporteur de la Mission parlementaire : l’une concerne l’état de la préparation de la gestion post-accidentelle en France et sera animée par Christian Bataille, député, membre de l’OPECST et rapporteur ; l’autre porte sur l’implication des parties prenantes, françaises ou étrangères, et sera animée par Bruno Sido, sénateur, premier vice-président de l’OPECST et rapporteur. Chaque session sera suivie d’une phase ouverte aux questions, pour laquelle je reprendrai la présidence.

André-Claude Lacoste reprendra la parole dans quelques instants afin d’une part de faire le point sur la situation à Fukushima, car notre mission parlementaire a convenu, le 14 avril dernier, qu’une actualisation de l’information sur cette situation serait indispensable à l’ouverture de chacune de nos réunions ; d’autre part de nous expliquer quels sont les enjeux de la préparation de la gestion post-accidentelle, dont on sent bien qu’elle répond à une préoccupation de haut niveau d’exigence en matière de sûreté. Il s’agit d’anticiper une situation d’accident qu’on s’emploie, par ailleurs, de toutes ses forces, à éviter. Mais ce travail d’anticipation renvoie en même temps à des schémas d’organisation assez globaux. Un des apports de cette matinée sera probablement de rattacher les illustrations et les exemples concrets à des anticipations a priori un peu abstraites pour les non initiés.

Première session

L’ÉTAT DE PRÉPARATION DE LA GESTION
POST-ACCIDENTELLE EN FRANCE

Présidence de M. Christian Bataille, Député, membre de l’OPECST, rapporteur de la mission parlementaire

M. Christian Bataille. Cette audition est la première étape d’un travail dense, que notre mission parlementaire va fournir au cours des mois de mai et juin, dans la perspective du rapport d’étape. Dès juillet, nous nous remettrons au travail en prévision du rapport complet que nous espérons pouvoir boucler d’ici à la fin de l’année. Mon rôle de rapporteur, comme celui de Bruno Sido, n’est pas tellement de tenir des propos démonstratifs, mais d’écouter les uns et les autres et de remettre nos conclusions à la fin de notre travail.

Cette première session vise à faire le point sur l’état de préparation de la France à la gestion d’une situation post-accidentelle puisque ce problème s’est reposé, du fait de l’actualité, avec une acuité particulière. Certes, la meilleure des préparations consiste à éviter en amont la survenue d’une situation accidentelle. Mais il est de la responsabilité même des pilotes de l’exploitation nucléaire, c’est-à-dire des exploitants eux-mêmes et des instances de contrôle, d’imaginer le pire, donc de se projeter dans un futur hypothétique, où un accident serait survenu, pour prévoir dans ce cas les meilleures réactions possibles. L’exercice de planification de la gestion post-accidentelle est la marque d’un très haut niveau d’exigence dans l’élaboration des procédures de protection des populations.

Nous allons entendre et interroger successivement les instances de contrôle, puis les exploitants d’installations nucléaires. Aux instances de contrôle, la question principale qui est adressée est la suivante : comment vous y prenez-vous pour préparer ces scénarios du pire ? Quelle est la part purement hypothétique et celle du retour d’expérience ? Comment les situations survenues dans d’autres domaines d’activités dangereuses – notamment l’industrie chimique – peuvent-elles nourrir les réflexions sur les situations envisagées dans le domaine nucléaire ?

Je vais donc redonner la parole à M. André-Claude Lacoste à qui je demanderai de nous dire où en est ce travail de préparation de la gestion post-accidentelle en France. L’organisation même de cette réunion montre que nous progressons. Mais reste-t-il encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à cette première finalisation ?

La démarche de planification préparatoire et les problématiques associées

M. André-Claude Lacoste. Je commencerai par faire le point sur la situation à Fukushima, qui appelle trois observations préliminaires.

La première, fondamentale à mes yeux, est que le Japon a vécu et vit encore une crise globale, dont Fukushima n’est qu’un élément. Il faut garder en tête le fait que le tsunami et le tremblement de terre ont durement frappé le pays, qu’il y a au moins 25 000 morts et disparus et que des zones entières sont ravagées ; la situation humanitaire est donc difficile. À tout cela, qui est directement lié au tsunami et au tremblement de terre, est venue s’ajouter une crise nucléaire. Mais n’oublions pas ce qui n’est pas directement lié à la crise nucléaire.

Ma deuxième observation est que nous ne disposons, sur la crise nucléaire du Japon, que d’informations partielles. Ce n’est pas là une mise en cause de la conception japonaise de la transparence, mais le constat qu’au moins pendant la première partie de la crise, les responsables avaient d’autres soucis que de fournir des informations à l’étranger, et que beaucoup d’instruments de mesure et de contrôle ont disparu et ne sont plus disponibles sur le site, lequel se trouve par ailleurs difficile d’accès.

Ma troisième observation porte sur l’estimation du temps qu’il faudra pour avoir un retour d’expérience complet de la crise. Nous en avons malheureusement déjà une idée : environ dix ans. Ce fut le cas pour Three Mile Island en 1979 et pour Tchernobyl en 1986. Je rappelle que, pour Three Mile Island, on a dû attendre six ans avant de pouvoir évaluer un peu précisément le pourcentage du cœur qui avait fondu. N’en déduisons surtout pas qu’il n’y a rien à faire dans l’immédiat. Tout au contraire, nous aurons à lancer les premiers retours d’expérience dès que possible. Mais sachons que cela va prendre dix ans.

Je vous rappelle brièvement ce qui s’est passé : un tremblement de terre et un tsunami ont affecté la côte Pacifique du Japon. La quinzaine de réacteurs en fonctionnement se sont tous arrêtés automatiquement, à la suite du tremblement de terre – y compris ceux de Fukushima. Très vite, l’attention s’est concentrée sur le site de Fukushima, tout au moins sur Fukushima 1, où se trouvaient six réacteurs : quatre en fonctionnement, deux à l’arrêt. Sur ces réacteurs, on a observé une perte de la source froide – les prises d’eau en mer avaient été détruites – et une perte d’alimentation électrique – les lignes électriques d’alimentation avaient elles aussi été détruites ; par ailleurs, les diesels n’avaient pas démarré, probablement parce qu’ils avaient été submergés par le tsunami.

Des difficultés sont rapidement apparues sur le combustible, à la fois dans les cœurs des réacteurs et dans les piscines. Alternativement, l’attention s’est portée sur tel cœur de réacteur ou sur telle piscine. Mais globalement, c’est l’ensemble de ces cœurs et de ces piscines qui a posé problème : il y a eu échauffement, endommagement de la gaine du combustible, endommagement du combustible, peut-être ou sans doute endommagement des cuves, peut-être ou sans doute endommagement de l’enceinte des réacteurs. Cela s’est traduit par deux phénomènes : d’abord, montée de la pression dans l’enceinte du réacteur, ouverture de certains évents et diffusion de bouffées de radioactivité ; ensuite, explosions d’hydrogène, qui ont fait voler en éclat les superstructures de certains des réacteurs.

La priorité absolue, dans un cas de ce genre, est d’essayer de refroidir l’ensemble des systèmes. Les responsables japonais : Tepco l’exploitant, les autorités et le gouvernement ont décidé, au bout d’un certain temps, d’utiliser de l’eau de mer à cette fin. On l’a fait avec des moyens de fortune, depuis des grues ou des hélicoptères. Cela ne pouvait pas durer longtemps, ne serait-ce que parce que l’eau de mer est corrosive et risquait de colmater les canalisations qui fonctionnaient encore. Les responsables japonais ont bien réussi à mettre en place un système de refroidissement avec de l’eau douce, qui est captée dans un lac aux environs, mais cette eau douce est utilisée en circuit ouvert : elle est injectée, mais une grande partie ruisselle et devient un effluent de l’installation, parfois lourdement chargé en radioactivité.

Les Japonais effectuent donc un refroidissement en eau douce, avec des moyens de fortune, dans des conditions d’intervention très difficiles, globalement à cause des émissions radioactives, en particulier parce qu’une partie de l’eau qui s’échappe, très fortement contaminée, se retrouve dans les salles des machines. Une des priorités de l’exploitant est d’évacuer cette eau, évaluée aux alentours de 90 000 mètres cubes, d’essayer de la transférer, soit dans des barges, soit dans des bateaux citernes, soit dans des réservoirs amenés à cette fin.

L’objectif est d’arriver à un refroidissement en cycle fermé, dans lequel l’eau circule sans fuir, et de rétablir une source froide. Tepco indique qu’il lui faudra des mois pour y parvenir. La situation est infiniment plus sûre qu’elle ne l’était au plus chaud de la crise, mais elle n’est pas encore redevenue stable et normale.

Les conséquences radiologiques sont très intenses sur le site et très importantes autour des installations. Les autorités japonaises avaient décidé d’évacuer les populations vivant dans un rayon de 20 km, soit environ 80 000 personnes, et de confiner les populations vivant dans une zone comprise entre 20 et 30 km de distance – un confinement de longue durée, qui n’est pas conforme à la vision que nous avons en France. Mais il est vite apparu que les conditions de vie de ces habitants n’étaient pas tenables, ne serait-ce que parce qu’ils ne trouvaient pas de quoi satisfaire aux besoins de la vie courante.

Au-delà, le panache a dépassé le rayon des 30 km. On observe des « taches de léopard », des zones où la radioactivité est nettement plus forte qu’ailleurs. Cela dépend du relief et du sens du vent au moment de la sortie des bouffées radioactives. Une telle situation est évidemment complexe à gérer. En France, nous ne disposons actuellement que de données partielles sur le phénomène. Une des données principales que nous utilisons est la carte qui a été établie d’après une reconnaissance faite sur cette zone par un hélicoptère affrété par le département de l’énergie américain. Il est donc difficile de faire des pronostics et de connaître la quantité d’iode ou de césium 137 dans cette zone. Mais nous sommes conscients que la gestion de la zone contaminée prendra des années ou des décennies.

En résumé, le retour d’expérience complet durera dix ans ; le retour à un refroidissement normal des installations sur le site est espéré dans plusieurs mois ; enfin la gestion des zones contaminées s’étalera sur des années ou des décennies. C’est une vision que nous partageons avec l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Pendant la période de crise la plus aiguë, l’IRSN et l’ASN se sont attachés à analyser la situation et à informer le public. D’emblée, nous avons été amenés à dire qu’en France, un accident de ce genre aurait été classé au niveau 6 de l’échelle INES – entre celui de Three Mile Island et celui de Tchernobyl. Si nous avons pris cette précaution, c’est parce que l’échelle INES est une échelle de communication, largement liée aux conditions sociales du pays, et qu’elle doit donc être gérée par ses autorités. De fait, la gestion du classement a été assurée différemment par nos collègues japonais.

Enfin, même si le retour d’expérience doit durer dix ans, il faut le démarrer dès que possible, à partir de ce dont on est sûr. Dans cet esprit, deux initiatives ont été prises aux plans français et européen. En premier lieu, le Premier ministre nous a demandé, fin mars, de mener une batterie d’audits sur les installations nucléaires françaises ; nous avons réfléchi au contenu de ces audits et nous tiendrons prochainement une conférence de presse sur ce sujet. Parallèlement, au niveau européen, il a été décidé de lancer des stress tests, c’est-à-dire des tests de résistance, qui feront l’objet d’une mise au point. Nous ferons en sorte que ces deux lignes de demandes soient aussi proches que possible.

Vous l’avez constaté, je me suis attaché à ne pas tomber dans l’évènementiel. Néanmoins, toute bonne nouvelle mérite d’être accueillie : nous avons appris ce matin que Tepco avait réussi à entrer dans le réacteur numéro 1.

J’en viens à votre deuxième question : où en est-on concernant le post-accidentel en France ?

Nous menons dans notre pays toute une gamme d’exercices réunissant de nombreux intervenants, en particulier douze exercices nationaux par an. Jusqu’à présent, on se bornait à gérer la phase la plus aiguë, soit la phase accidentelle, et on s’arrêtait quand l’installation était supposée revenue à un état sûr. Or, c’était frustrant et ne correspondait pas à la réalité des choses : il fallait commencer à réfléchir à la gestion post-accidentelle, en complément de la gestion de la phase d’urgence. De fait, personne ne peut garantir qu’il n’y aura jamais d’accident nucléaire en France. A nous tous, exploitants, autorités de contrôle et Gouvernement, de faire en sorte de réduire cette probabilité. Mais à nous tous de faire ce qu’il faut pour réduire et gérer les conséquences d’un tel accident. C’est ce qui a conduit le Premier ministre, en avril 2005, à charger l’ASN de réfléchir à un dispositif répondant aux situations post-accidentelles : d’où la mise en place du CODIRPA, la tenue du premier colloque de 2007 et l’organisation d’un deuxième colloque.

La caractéristique du programme CODIRPA est qu’elle associe des partenaires étrangers, des partenaires nationaux, des associations, des acteurs territoriaux : plus de 200 participants, dont au moins 25 % sont issus des cadres administratifs.

Nous examinons les conséquences d’un certain nombre d’accidents nucléaires. Les travaux du CODIRPA portent sur des sujets multiples, complexes et interdépendants, dont voici quelques uns : la levée de la mise à l’abri ; les denrées alimentaires ; l’eau ; les déchets ; la mesure de la radioactivité ; le suivi sanitaire ; l’indemnisation ; l’information, etc.

Il nous a semblé fondamental d’associer nos collègues étrangers et de faire preuve de transparence : tous les comptes rendus et les rapports des groupes de travail figurent sur notre site.

Nous avons également décidé d’associer toutes les parties prenantes, malgré la difficulté de l’exercice. C’est ainsi que nous avons engagé ce que nous appelons la « coconstruction » d’un guide national sur la sortie de la phase d’urgence, lequel est en cours d’expérimentation sur trois sites : Tricastin, Fessenheim, Civaux et quatre communes : Montbéliard, Fessenheim, Civaux et Orsan. Ce guide, qui devrait être publié en 2011, donnera également des lignes directrices pour les phases suivantes : après la phase d’urgence, la phase de transition, la phase de long terme, donc une vision globale de l’ensemble du processus à suivre après un accident.

L’année 2011 servira également à définir les suites à donner à ce séminaire. C’était du moins notre programme, avant l’accident de Fukushima. Nous serons amenés à l’adapter en fonction de ce que ce dernier nous aura appris.

M. Christian Bataille. Merci. Je vais donner maintenant la parole à M. Guillaume Dederen, de la Direction de la sécurité civile (DSC).

Monsieur Dederen, le risque d’accident nucléaire fait-il l’objet d’un traitement spécifique dans le cadre des procédures de sécurité civile mises en place par le ministère de l’intérieur ? Les travaux du CODIRPA sont-ils d’ores et déjà pris en compte par les services en charge de la sécurité des populations ?

M. Guillaume Dederen, chef du bureau des risques à la Direction de la sécurité civile. Je suis sous-préfet, chef du bureau des risques majeurs (BRM) à la Direction de la sécurité civile, au sein du ministère de l’intérieur. A l’intérieur de cette direction de la sécurité civile, existe une sous-direction de la gestion des risques et à l’intérieur de cette sous-direction, plusieurs bureaux, dont le mien, anciennement appelé « bureau des risques naturels et technologiques ». Je tiens par ailleurs à excuser M. le préfet Alain Perret, directeur de la sécurité civile, qui m’a demandé de le représenter.

Le BRM accueille une mission d’appui aux risques nucléaires, qui comprend trois personnes : M. Marc Leurette, ingénieur EDF, ancien patron de grandes centrales nucléaires ; Mme Catherine Guénon, mon adjointe ; enfin, le lieutenant-colonel Bertrand Domeneghetti, officier de sapeurs pompiers professionnels. M. Leurette et Mme Guénon participent l’un et l’autre aux travaux du CODIRPA et Mme Guénon interviendra demain matin sur l’intégration des recommandations du guide de sortie de la phase d’urgence dans le dispositif de gestion des crises au niveau local.

En premier lieu, je souhaite vous entretenir de ce qu’a fait la Direction de la sécurité civile à l’occasion de la crise du Japon.

La mission d’appui aux risques nucléaires (MARN), au nom du préfet Perret, a rédigé deux fois par jour, le matin et l’après-midi, des points de situation que l’on a voulu les plus concrets et les plus exploitables, notamment à la demande expresse du ministre de l’intérieur puis du Président de la République.

La crise a fait l’objet d’un suivi permanent, non seulement par les deux experts de la mission d’appui, mais également par Mme Catherine Guénon – je l’ai moi-même suivie le vendredi de sa survenue dans le cadre plus large du séisme et du tsunami.

La Direction de la sécurité civile a enfin envoyé des personnels sur place, en particulier des formations militaires de la sécurité civile. Bien entendu, elle a instauré une procédure de contrôle et de décontamination au retour de ces personnels.

En deuxième lieu, j’évoquerai l’implication de la MARN dans le nucléaire, en France, non seulement en cas de crise, mais aussi en phase post-accidentelle.

D’abord, la mission d’appui – donc le bureau des risques majeurs – a participé aux réunions de préparation de la circulaire interministérielle qui définit, avec le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), l’ASN, le ministère de la défense, l’IRSN, les exercices d’urgence nucléaire et radiologique. La DSC insiste particulièrement sur l’impérieuse nécessité de faire des exercices, évidemment à partir de modélisations. Il faut bien reconnaître, malheureusement, que l’accident nucléaire de Fukushima va nous aider à avancer sur le sujet.

Comme l’a mentionné le président Lacoste, douze exercices d’urgence nucléaire sont prévus chaque année. La mission d’appui contribue à la planification, à la préparation, à l’observation et au retour d’expérience de tels exercices. Elle apporte de l’aide aux préfectures en matière de connaissances théoriques et pratiques, ainsi qu’en matière d’observation des exercices et de restitution, particulièrement à chaud. Je précise qu’en cas de crise, dans les faits, en France, les directeurs des opérations de secours du dispositif ORSEC sont les préfets de département. Voilà pourquoi nous mettons particulièrement l’accent sur la formation des préfets, du corps préfectoral et, plus largement, des services interministériels de protection civile des préfectures et des services déconcentrés de l’Etat.

Nous mettons en avant la nécessité d’élaborer des scénarios réalistes ; de travailler la communication entre le Centre opérationnel de défense (COD), c’est-à-dire la cellule de crise présidée par le préfet ou, au nom du préfet par le directeur de cabinet, et le Poste de commandement opérationnel (PCO) qui est généralement dirigé par un sous-préfet d’arrondissement ; enfin, de mieux exploiter les « balises fixes », dont Mme Guénon pourra vous reparler demain.

Nous insistons également sur la distribution préventive d’iode autour des centrales nucléaires de production d’électricité (CNPE). Une circulaire est en préparation. La DSC a participé activement à la campagne préventive de distribution d’iode stable autour des CNPE, avec l’ASN, la Direction générale de la santé et EDF. Nous avons d’ailleurs tout lieu d’être satisfaits : le nombre de boîtes distribuées, soit un peu plus de 500 000, est supérieur à celui de la précédente campagne, soit 409 000 ; enfin, le taux de couverture est d’environ 93 %, ce qui signifie que le nombre de comprimés retiré par foyer est à peu près stable.

La position de la DSC à propos de la refonte de la circulaire iode est très claire. Elle considère que la distribution d’iode intervenant dans le cadre de la crise, donc de l’urgence, sous la direction du préfet, doit être intégrée au dispositif ORSEC, gérée selon des critères et par les services ressortissant à la sécurité civile et à la sécurité publique, et passer à l’échelon local – dont le maire est un acteur incontournable – par le plan communal de sauvegarde.

Je terminerai par la phase post-accidentelle d’une crise nucléaire, donc par le CODIRPA, auquel participent Mme Guénon et M. Leurette. Pour le Comité, la sécurité passe par la vision la plus pragmatique possible de la gestion de la crise, mais aussi de la post-crise.

Nous considérons, pour parler comme Edgar Morin, que nous avons affaire à une boucle récursive et qu’il n’est pas possible de gérer la crise sans penser à la post-crise. Il faut s’efforcer de préparer une situation gérable après la crise. Cette préparation au post-accidentel doit donc s’intégrer à la phase d’urgence, qui est le cœur du dispositif ORSEC.

Le post-accidentel, pour la DSC, ne se planifie pas : il se prépare. Très concrètement, la planification est la mise en place de moyens permanents ou mobilisables à discrétion ; c’est ainsi que l’on pense souvent à préempter les terrains autour des installations nucléaires de base pour stocker du matériel, à réserver et à entretenir des espaces ou des salles. Le problème est que toutes ces solutions reviennent cher et ne présentent aucune garantie de pérennité. En revanche, on pourrait décider que les lieux d’accueil mis en place dans un cadre de mise à l’abri en cas d’accident nucléaire pourraient servir en cas de crise naturelle ou technologique. Ce serait plus intéressant.

De la même façon, il vaut mieux avoir sous la main un paquet de fiches d’information pédagogique à destination de la population ou des médecins, plutôt que d’organiser des distributions préventives de fiches d’information ou des formations individuelles. En effet, le turn over de la population comme des médecins peut être important et en cas d’accident, certaines distributions et certaines formations auront été faites en vain. Par ailleurs, les pertes de documents ou les oublis auront tôt fait de réduire à néant les efforts de planification.

En conclusion, la DSC considère que la planification du post-accidentel, telle qu’on l’entend actuellement, risque d’être hors de prix et vouée à l’échec si elle n’est pas rationnelle et si on ne réfléchit pas à des solutions très concrètes, en se mettant à la place des gens et en se demandant ce qu’il faut faire, au moment de l’accident.

La préparation consiste à donner les moyens de savoir comment agir sur des sujets essentiels. Par exemple, la DSC milite pour un seuil de libération des déchets qui, sur le terrain, peut considérablement aider à la gestion post-accidentelle de ce que l’on appelle les produits « gris ». Ainsi, au moment de la crise japonaise, il a bien fallu que la DSC, qui avait envoyé des hommes et du matériel, établisse une distinction entre les déchets propres et les déchets sales, pour savoir quel matériel pouvait être rapatrié et celui qu’il fallait laisser sur place. C’est un exemple parmi d’autres. Nous sommes conscients que sur la question du seuil de libération des déchets, cette opinion n’est pas forcément partagée. En tout cas c’est la nôtre, et elle a le mérite de la clarté.

M. Christian Bataille. Merci.

M. Jacques Repussard est le directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dont l’expertise est essentielle pour établir une gradation dans les réponses organisationnelles aux situations de crise, en fonction du degré de danger que courent les populations. Mais cela dépend de la préservation de la capacité de mesure des conditions d’environnement en situation de crise. Sur quels dispositifs peut-on compter dans ce cas ?

M. Jacques Repussard, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. Je vous donnerai d’abord, sur l’état de préparation de notre pays, l’appréciation que porte l’IRSN, expert public et l’un des acteurs de la gestion des incidents que nous avons pu connaître en France. Ces incidents, heureusement sans grande gravité, mobilisent les mêmes acteurs que ceux qui auraient à intervenir si un accident de plus grande ampleur se produisait.

Comme on l’a vu au Japon, l’ambiance autour d’un accident nucléaire de grande ampleur dans notre pays serait une très grande complexité. Alors que les informations arrivent au compte-gouttes, il faut prendre des décisions majeures en situation incertaine. Contrairement à beaucoup d’autres crises, par exemple quand un barrage se rompt, un accident nucléaire dure longtemps. Par ailleurs, les décisions que l’on prend rétroagissent sur la gravité de l’accident : si elles interviennent trop tard ou ne sont pas les bonnes, les conséquences seront pires. Une telle situation n’a pas vraiment d’équivalent. Elle est inconnue de la plupart des décideurs – décideurs politiques, administratifs, industriels, acteurs économiques, élus, associations, etc. – qui n’y sont pas si bien préparés que cela. Enfin, le climat de grande anxiété sociétale qui accompagnerait cette crise ferait peser un risque sur la rationalité de ce qui se déciderait comme de ce qui se dirait dans les médias.

Face à cette situation si complexe, trois éléments sont essentiels : premièrement, une culture de la gestion des risques partagée non seulement au niveau local, par les préfectures, les pompiers, mais aussi au plan national, en raison du très grand nombre d’acteurs impliqués. Deuxièmement, une organisation fiable et réaliste car la gestion de la crise doit être en partie planifiée, y compris dans sa phase post-accidentelle, pour que l’on dispose d’éléments de repère. Sans cette organisation, qui permet de maîtriser les accidents, un pays nucléaire court à la catastrophe. Troisièmement, des connaissances et des outils scientifiques et techniques sophistiqués, en raison de la complexité d’un accident nucléaire. L’IRSN progresse dans ses connaissances grâce à la détermination dont ont fait preuve en la matière depuis très longtemps la Direction générale de sécurité nucléaire et de radioprotection (DGSNR), puis l’ASN. C’est essentiel dans un pays qui prétend être un grand pays nucléaire, même si un accident reste très improbable. Il convient de saluer les efforts qui ont été faits depuis plus de dix ans et continuer dans cette voie.

J’en viens au rôle de l’IRSN, qui est de développer les connaissances et les méthodes d’évaluation des accidents nucléaires et de leurs conséquences environnementales et sanitaires. Il faut réunir et écrire la doctrine et planifier, sur la base d’une réalité scientifique et technique. Mais pour ce faire, il faut avoir les moyens de comprendre quelle est la quantité de produits radioactifs rejetés et quelle est leur nature.

Après l’accident de Three Mile Island, personne n’avait d’idée de ce qui sortirait de la centrale, dans quelle quantité, ni quand. Aujourd’hui, l’IRSN, dont même les Américains reconnaissent la position de leader, a regroupé les spécialistes mondiaux des accidents graves dans les réacteurs nucléaires au sein d’un réseau d’excellence international, SARnet. Nous avons été les premiers et les seuls à publier sur notre site internet, le 21 mars, alors que les rejets les plus importants avaient eu lieu entre le 13 et le 18/19 mars, une opinion scientifique sur le terme-source des rejets des trois réacteurs accidentés de Fukushima, dans lesquels il y avait des cœurs : nous l’estimions à environ 10 % du terme-source de Tchernobyl. C’était courageux, parce qu’il s’agissait surtout d’avis d’experts. Je suis heureux de constater que le gouvernement japonais est arrivé à un ordre de grandeur équivalent, en faisant un rétro calcul à partir des dépôts constatés sur le terrain par les Américains. Nous ne disposions pas, à l’époque, de données de terrain ; ces résultats cohérents sont pour moi une validation de notre maîtrise scientifique au meilleur niveau.

Il faut également pouvoir prédire ce que deviendront les rejets radioactifs hors du confinement. C’est essentiel pour prendre les bonnes décisions de protection des populations et de l’environnement. Nous y travaillons donc. Là encore, l’IRSN est le leader scientifique international.

Je salue par ailleurs la qualité de notre coopération stratégique avec Météo-France, acteur indispensable pour la compréhension des transferts atmosphériques. Ainsi, au moment de l’accident de Fukushima, avons-nous pu modéliser le transport des polluants à moyenne distance dans la zone Japon, ainsi que dans l’hémisphère nord. Ce dernier exercice n’avait d’ailleurs pas de vocation sanitaire, mais il a prouvé qu’il n’était pas question de passer sous silence le nuage de Fukushima – il fallait racheter la mauvaise gestion administrative d’il y a vingt-cinq ans…

Nous continuons à progresser sur la connaissance de la dispersion des rejets radioactifs, et à travailler, notamment, sur le très court terme, la courte distance et les zones urbaines, où les modèles ne sont pas très performants. Nous avons encore beaucoup à faire, mais les outils existent.

Il faut enfin évaluer les doses. Le but est, à terme, de connaître la nature des doses pouvant affecter la population. C’est un sujet extrêmement sensible, d’autant qu’il n’est pas enseigné dans les écoles et que tout le monde s’y perd, entre les becquerels, les millisieverts (mSv) ou les sieverts. Cette évaluation des doses est aussi un savoir-faire de l’IRSN, à la fois en termes de calculs prédictifs – qui permettront de prendre des décisions de mise à l’abri des populations, de prise d’iode, d’évacuation, etc. – et de gestion au long cours – par exemple, si l’alimentation s’avérait contaminée sur la durée. Les outils existent. Ils sont de très bonne qualité, parmi les meilleurs au monde, et nous nous en servons.

Il demeure qu’à la suite des accidents précédents certaines idées fausses circulent, qu’il conviendrait de démentir. Par exemple, les rapports internationaux sur Tchernobyl indiquent que les doses moyennes reçues par les enfants qui ont été exposés juste après l’accident étaient de l’ordre de quelques centaines de mSv au niveau de la thyroïde. On sait qu’il y a 7 000 à 8 000 cancers de la thyroïde parmi ces enfants. Mais ce qu’on ne dit pas et qu’on ne voit dans pratiquement aucun rapport, c’est que les enfants qui ont des cancers de la thyroïde n’ont pas reçu des doses de quelques centaines de mSv, mais de quelques milliers ! Pendant ce temps, certains discutent sans fin pour savoir si telle dose dépasse ou non 1 mSv !

Même parmi les décideurs, les ordres de grandeur ne sont pas compris. C’est une des raisons pour lesquelles l’IRSN est – tout à fait officiellement – favorable à des seuils de libération. Leur absence rend non seulement les choses compliquées, mais induit une compréhension fausse de la relation entre la radioactivité et la vie humaine. C’est tout à fait néfaste. Nous espérons être entendus, ou tout au moins que notre point de vue figurera dans le rapport de l’Office.

J’en viens aux pistes d’amélioration que nous pourrions envisager, sachant que l’IRSN, dans son quotidien, participe aux exercices, qu’il est un pilier du CODIRPA, qu’il contribue aux travaux de préparation, d’écriture de la doctrine et aux discussions avec les parties prenantes et qu’il apporte un appui technique aux pouvoirs publics, lorsque des incidents se produisent. Cet appui fait aussi partie de l’entraînement des équipes et des experts : même si ces incidents sont sans gravité, comme ceux que l’on a connus à Saint-Maur-des-Fossés, ils mobilisent, en échelle réduite, toutes les composantes d’une gestion accidentelle et post-accidentelle. Il est donc très intéressant d’observer ce qui se passe et d’optimiser la façon dont on gère ce type de situations, dans un pays possédant une industrie nucléaire d’ampleur considérable.

Première piste : il faut accepter de se préparer à des situations complètement inimaginables. Car la menace existe.

Nos opérateurs nucléaires sont parmi les plus compétents au monde. A partir des programmes d’analyse de tous les incidents qui se produisent chez EDF, nous avons pu constater que le comportement des équipes travaillant dans les salles de contrôle était très satisfaisant, qu’il s’agisse de leur rapidité à corriger un dysfonctionnement ou de leur aptitude à prendre la bonne décision. Il est donc peu vraisemblable que nous soyons confrontés à un accident standard, et très vraisemblable que le soyons à un accident absolument extraordinaire, lié par exemple à des effets domino avec d’autres installations industrielles proches, à des aléas, à des actes de malveillance, à des catastrophes climatiques, etc.

Nous devons donc nous préparer à de telles éventualités et monter des scénarios réalistes dans un contexte que nous avons du mal à imaginer. Les Japonais n’avaient pas non plus imaginé qu’un tsunami de 15 mètres pouvait se produire ! Je souhaite donc qu’on encourage l’IRSN à proposer des scénarios intéressants.

Deuxième piste : il conviendrait de faire évoluer le positionnement institutionnel de l’IRSN – qui découle des circulaires du Premier ministre – et le mettre en adéquation avec la réalité. En pratique, les experts de l’IRSN sont appelés pour conseiller l’ASN ou le Délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les activités et les installations intéressant la défense (DSND), mais aussi le préfet et les ministères. Tous ces acteurs administratifs ont leur rôle à jouer dans ces situations complexes, et l’expertise, le savoir-faire scientifique et technique de l’IRSN leur sont indispensables. Il conviendrait de mieux le reconnaître, sans nuire bien entendu à la capacité d’action des autorités de sûreté nucléaire compétentes.

Troisième piste : notre capacité d’action sur le terrain mériterait d’être améliorée, même si des progrès ont déjà été réalisés, notamment grâce aux crédits exceptionnels que le Parlement a bien voulu voter à cette fin. Un exemple : en cas d’accident, nous avons la responsabilité de coordonner, auprès du préfet, les mesures environnementales. Nous avons conçu des moyens aérotransportables, mais nous ne parvenons pas à obtenir de la Direction de l’aviation civile le certificat d’aérotransportabilité. Si nous avions besoin demain de ces matériels, nous ne pourrions pas les emporter sur le terrain, ce serait dommage…

Quatrième piste : il est clair que la gestion sociétale d’une crise nucléaire impliquerait, non seulement l’administration et les industriels du nucléaire mais aussi tout le monde. Cela nécessite non pas de développer la communication, mais d’organiser des interfaces avec l’ensemble des parties prenantes : secteur associatif, entreprises, syndicats, élus locaux, etc. Cela prend du temps et coûte cher. On l’a vu au moment de la crise japonaise, lorsque nous avons dû mobiliser des ressources extrêmement importantes avec les équipages d’Air France ou avec les journalistes qui craignaient la contamination. Ne pas le faire ou le faire de façon brouillonne contribue à la dégradation de la situation et compromet la bonne gestion de la suite des événements. Il y a là des progrès à faire – notamment au niveau organisationnel – qui doivent être discutés avec les autres parties prenantes essentielles que sont les autorités publiques. Il faut donc développer et entretenir cette notion de culture partagée, qui est au cœur de ce que fait le CODIRPA : les outils scientifiques et techniques doivent pouvoir servir à tous ceux qui en ont besoin.

Enfin, il faut pouvoir intervenir sur le terrain dans de bonnes conditions après l’émission des rejets radioactifs. Le travail est difficile – au Japon, les données de terrain, les relevés dosimétriques, les relevés de dépôts sur le terrain ont mis du temps – mais il est absolument essentiel si l’on veut ramener la confiance de la population. Voilà pourquoi il doit aussi être préparé en amont.

L’organisation des exploitants face à l’éventualité d’une crise nucléaire

M. Christian Bataille. Merci. Je vais donner la parole aux exploitants nucléaires français, pour qu’ils nous indiquent comment ils se préparent eux-mêmes à l’occurrence d’un accident et jusqu’où vont, dans la phase post-accidentelle, leurs anticipations de réorganisation de leurs structures de fonctionnement. Je souhaiterais savoir plus particulièrement comment ils se positionnent par rapport aux travaux du CODIRPA : s’ils s’en inspirent ou s’ils les nourrissent d’une manière ou d’une autre, ou si leurs efforts, dans le domaine de la gestion post-accidentelle, relèvent uniquement de leurs responsabilités ultimes d’exploitant, dans une démarche qui leur est propre.

M. Dominique Minière, directeur du parc nucléaire à EDF. La gestion d’un accident ne peut être réellement évaluée ou appréciée que si on la place dans le champ plus large de la sûreté nucléaire, c’est-à-dire de l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt, au démantèlement des installations nucléaires, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter leurs effets. En pratique, il s’agit de protéger l’homme et son environnement contre la dispersion des produits radioactifs.

Je tiens à rappeler que la première responsabilité en matière nucléaire est celle de l’exploitant. Pour lui, assurer au quotidien la sûreté nucléaire de meilleur niveau, c’est garantir l’acceptabilité du nucléaire. Concrètement, nous devons éviter que ne survienne en France une contamination du territoire qui contraindrait la vie quotidienne des populations pour de longues décennies, comme c’est le cas à Tchernobyl, et comme ce sera sans doute le cas à Fukushima.

Je m’attacherai tout d’abord à vous montrer, à la lumière des exemples de Three Mile Island, Tchernobyl ou Fukushima, ce que nous faisons pour empêcher tout accident sévère, l’essentiel étant d’éviter toute fusion de cœur. À Three Mile Island, cette fusion était très partielle ; à Tchernobyl, elle était quasiment complète ; à Fukushima, la situation était intermédiaire.

Nous observons des principes de sûreté à la conception et à l’exploitation – surveillance des installations, procédures pour faire face à des incidents ou des accidents, etc. Je m’arrêterai aujourd’hui sur un principe de sûreté qui est pour nous fondamental : celui de l’amélioration continue.

Une sûreté normale doit progresser en permanence, tant à la conception qu’en exploitation. Pour cela, nous avons nous-mêmes, dès le début du parc et avant même que ce soit institutionnalisé par la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (loi TSN) de 2006, mis en place des réexamens périodiques de sûreté. Il ne faut pas oublier en effet que des centrales telles que les nôtres sont construites pour plusieurs dizaines d’années et qu’en plusieurs d’années, le monde change. D’abord, certains évènements, incidents ou accidents se produisent. Il est alors de notre devoir de prendre en compte le retour d’expérience de ces évènements et de ces accidents. Ensuite, les connaissances évoluent : les ordinateurs actuels ne sont pas ceux des années quatre-vingt, époque où l’on a construit nos réacteurs. Il est normal d’utiliser les progrès des moyens et des connaissances pour améliorer la sûreté des centrales. Enfin, et c’est fondamental, les risques externes ne sont pas stables entre le moment où on a construit nos centrales et quelques années après, qu’il s’agisse de l’environnement industriel autour de nos centrales ou de l’environnement naturel qui se modifie – pensez aux tempêtes de ces dernières, qu’on n’avait jamais connues. Il est donc de notre responsabilité de prendre en compte ces évolutions pour améliorer continuellement notre sûreté.

Concrètement, comment s’y prend-on ?

Nous faisons des réexamens de sûreté tous les dix ans, voire un peu plus souvent en cas d’évènements graves dans le monde. Ces réexamens nous ont conduit à faire un certain nombre de modifications depuis que le parc nucléaire existe. De ce point de vue, notre modèle « concepteur exploitant » renforce la défense en profondeur. Un exploitant qui peut compter sur plus de 3 000 ingénieurs, qui ont fait la conception et sont capables de renforcer au quotidien cette conception, se trouve dans une situation bien meilleure que d’autres exploitants qui sont parfois complètement dans les mains des vendeurs de centrales nucléaires.

Le risque de fusion de cœur se mesure. Depuis la construction des centrales nucléaires françaises, pour tous les évènements d’origine interne – c’est-à-dire propres à la centrale – nous avons divisé ce risque par 10, ce qui est considérable.

Nous avons pris en compte le retour d’expérience des accidents, en traitant les causes de défaillance. Par exemple, l’accident de Three Mile Island aux Etats-Unis, qui est pour nous une référence, a montré qu’une des soupapes du circuit primaire du réacteur était restée bloquée ouverte, ce qui avait conduit les opérateurs à un mauvais diagnostic. Depuis, nous avons changé le type de soupape de circuit primaire sur l’ensemble des centrales françaises.

Nous avons également traité les effets des défaillances, qui tournent autour de deux éléments : l’eau de refroidissement et l’électricité. Il faut en permanence garder de l’eau pour refroidir, et de l’électricité pour alimenter certains circuits. Toujours à la suite de l’accident de Three Mile Island, nous avons ajouté un générateur électrique autonome, qui se trouve alimenté par la vapeur de la centrale. En effet, même en cas d’accident, il reste de la vapeur dans la centrale. Celle-ci permet de faire tourner un turbo-générateur, qui produira suffisamment d’électricité pour alimenter les circuits électriques nécessaires pour maîtriser l’accident.

Cet accident nous a enfin amenés à donner aux opérateurs le moyen de traiter des défaillances multiples de réacteurs, quelle qu’en soit la cause.

D’une part, nous avons complètement modifié la physionomie des salles de commandes, pour les rendre bien plus ergonomiques que ce qui avait été prévu à l’origine. En effet, il est important que les opérateurs réagissent au plus vite. Pour cela, une salle de commandes ergonomique constitue un élément clé.

D’autre part, nous avons modifié notre approche des conduites accidentelles, ce que n’ont pas fait la plupart des autres pays. A l’origine, nous avions adopté une approche dites « par évènement », qui suppose que l’on connaît l’évènement de départ, et qu’on le gère. Or dans la pratique, cela ne se passe pas tout à fait ainsi. En salle des commandes, quand un évènement surgit, un certain nombre d’alarmes, d’indicateurs de pression et de température apparaissent, et il vaut mieux agir à partir de ces indicateurs qu’à partir de l’évènement, dans la mesure où l’on n’est pas forcément en mesure d’en connaître la cause dans l’instant. C’est ce que l’on appelle l’approche « par état ». Cette approche, développée par EDF, en liaison avec l’IRSN et l’ASN, constitue une vraie force française. Elle a été adoptée récemment par nos collègues chinois.

Nous avons également pris en compte le risque de fusion du cœur en améliorant nos moyens d’exploitation, sur deux points, toujours les mêmes : l’eau et l’électricité.

Pour pallier le manque d’eau, nous avons pris des mesures simples : des pompes mobiles de secours, des pompes thermiques fonctionnant au fioul peuvent être rapidement transportées sur un site pour pomper de l’eau dans un endroit, la déverser dans un autre et continuer d’assurer le refroidissement du réacteur ; des manchettes, c’est-à-dire des tuyauteries, permettent de faire les raccordements nécessaires. Pour pallier l’excès d’eau, des moyens mobiles contre les inondations ont été mis en place.

Pour pallier le manque d’électricité, nous disposons de groupes électrogènes de secours, mobiles, qui viennent en complément des groupes fixes, ainsi que d’éclisses, c’est-à-dire de rallonges, pour raccorder les moyens mobiles aux pompes et aux tableaux électriques qui en ont besoin. Nous disposons enfin de généphones et d’éclairages de secours. Les généphones sont des téléphones qui fonctionnent manuellement et permettent de communiquer en interne. Ils sont complétés, pour communiquer avec l’extérieur, par des téléphones satellitaires, également présents sur nos sites.

Ainsi, nous prenons en compte les retours d’expérience des incidents et des accidents dans le monde, tout comme le progrès des connaissances. Nous tirons profit des méthodes les plus modernes de modélisation informatique des séismes et des conséquences que ceux-ci peuvent avoir sur les installations. Par exemple, au moment de la troisième visite décennale du réacteur numéro 1 de Fessenheim, nous avons fait des modifications liées à une nouvelle modélisation des effets de séisme, notamment de torsion sous les bâtiments, pour renforcer la capacité de résistance de cette centrale aux séismes.

Enfin, nous procédons à un certain nombre d’améliorations continues pour nous prémunir de l’évolution des agressions externes de l’environnement naturel. Par exemple, après ce qui s’est passé à Blayais avec la tempête Martine, nous avons très fortement renforcé, sur Blayais et sur l’ensemble des réacteurs français, les moyens de prévention contre les inondations. De la même façon, après la canicule de 2003, nous nous sommes demandé si des températures encore plus élevées auraient pu affecter la sûreté nucléaire. Comme c’est le cas, nous avons défini et nous sommes en train de renforcer la résistance de nos centrales aux grandes chaleurs – d’autant que ces dernières risquent d’être de plus en plus fréquentes, si l’on en croit les experts en matière de changement climatique.

Mais nous ne nous arrêtons pas là. Non seulement nous améliorons la prévention pour éviter le risque de fusion de cœur, mais nous avons mis en place des mesures de conception pour limiter, dès les premières heures, l’impact d’un accident de fusion de cœur. Car même si cet accident est très improbable, nous avons fait le choix de supposer qu’il pourrait tout de même se produire.

Au bout de quelques heures, les interactions entre la vapeur et les gaines d’assemblage combustible conduisent à produire de l’hydrogène – on l’a observé à Fukushima, comme à Three Mile Island et à Tchernobyl. Nous avons donc rajouté, dans l’ensemble de nos centrales nucléaires, des recombineurs d’hydrogène passifs dans l’enceinte des réacteurs – une centaine de recombineurs passifs dans un bâtiment réacteur d’une tranche 1 300 mégawatts, pour vous donner un ordre de grandeur. Ces recombineurs passifs sont destinés à éviter les explosions d’hydrogène dans le bâtiment réacteur, car celles-ci pourraient endommager l’enceinte de confinement.

Dans les quelques dizaines d’heures qui suivent un accident de ce type, si l’eau et l’électricité ne reviennent pas, on court un risque de montée en pression de l’enceinte, puis de détérioration de cette enceinte. Pour l’éviter, nous avons mis au point un dispositif de décompression, le « filtre U5 » ou « filtre à sable ».

Ainsi, en cas de montée de la pression, on ouvre l’enceinte pour qu’elle ne soit pas endommagée, mais on l’ouvre à travers le « filtre U5 » ou « filtre à sable ». Ce dispositif permet de récupérer une large partie des iodes, mais surtout 99,9 % des césiums, dont vous avez entendu parler au moment des accidents de Tchernobyl et de Fukushima, parce qu’ils sont les principaux responsables de la contamination à long terme des territoires. C’est un point fondamental. Nous sommes en train de réfléchir au moyen de récupérer la quasi totalité des iodes. Cette réflexion est déjà bien avancée, mais nous comptons l’accélérer pour aboutir dans les années qui viennent.

Je terminerai par l’organisation de crise qui exige, en interaction avec les pouvoirs publics, de recourir à des moyens prédéfinis et réservés, périodiquement testés, pour anticiper l’évolution de la situation. Les équipes qui mènent l’action sont séparées des équipes d’expertise, chargées du diagnostic et du pronostic : il est nécessaire de prévoir l’évolution de la situation pour les dix heures à venir en vue d’éviter toute aggravation. Nous avons également des équipes d’astreinte immédiate – soixante-dix par site et cinquante au plan national –, spécifiquement formées et entraînées et dont la relève est assurée structurellement – 1 500 personnes mobilisables au total. Nous possédons évidemment des locaux et des moyens de télécommunication dédiés.

Nous intégrons également de manière permanente le retour d’expérience des exercices et des situations réelles. Nous procédons à plus de 300 exercices par an sur l’ensemble du parc, dont plus d’une dizaine au plan national.

Nous disposons de moyens de crise locaux et nationaux régulièrement testés comprenant, là encore, des équipes-action et des équipes-réflexion.

Il conviendra d’intégrer le retour d’expérience de Fukushima. Non seulement nous revisiterons la conception de nos installations, sous l’égide de l’Autorité de sûreté nucléaire, mais nous inscrirons également dans le temps la leçon de ces événements dès que nous en aurons pris connaissance dans les détails. De plus, nous renforcerons notre organisation de crise, tant sur site qu’au plan national, pour faire face à la perte éventuelle de l’alimentation électrique sur l’ensemble d’un site, laquelle provoque un accident majeur en entraînant la dégradation du combustible dans le réacteur. Nous créerons une force opérationnelle nationale d’intervention rapide avec, à l’échelle d’un site, des matériels complémentaires d’apport en eau et en électricité et des moyens humains adaptés, entraînés et mobilisables dans les 24 à 48 heures. Fukushima a démontré combien il était important de retrouver la production d’électricité sur un site dans les 24 heures.

Nous avons travaillé dans le cadre du CODIRPA à la stratégie d’exploitation des autres sites en cas d’accident sur un site donné : l’effet-pallier de notre parc nucléaire nous permettrait notamment de récupérer des équipes de soutien sur d’autres sites. Nous avons également travaillé aux suivis sanitaire et psychologique du personnel présent sur un site accidenté ou à la mise en place de robots ou de moyens héliportés pour établir une cartographie dont il n’est plus besoin de démontrer l’importance. Nous travaillons avec nos opérateurs, dont Matra, pour disposer demain de ces moyens héliportés.

M. Jean-Luc Andrieux, Directeur Sûreté, sécurité, santé et environnement chez Areva. J’insisterai plus particulièrement sur le rôle d’exploitant des installations nucléaires à la charge d’Areva, pour l’essentiel en amont et en aval du cycle. Ces installations se situent dans la vallée du Rhône et à La Hague.

La gestion des installations nucléaires doit répondre à une approche globale. La prévention, qui est intégrée à la conception même des installations, reste un souci constant durant tout le temps de leur l’exploitation : c’est à cette seule condition qu’on peut les gérer correctement et maîtriser les risques. L’existence et la mise en place de lignes de défense sont donc, de la conception à l’exploitation, les fondamentaux de la sûreté.

Le spectre de nos installations, donc des risques auxquels nous sommes confrontés, est très large. En aval, les risques sont liés au retraitement des combustibles issus des centrales nucléaires. En amont, nos installations associent le nucléaire et la chimie : la cinétique des risques, avec effets potentiels sur l’extérieur, y est beaucoup plus rapide que dans le cas des réacteurs nucléaires.

Il nous faut non seulement surveiller quotidiennement notre travail en y intégrant les retours d’expérience pour éviter des accidents graves, mais, s’ils se produisent, être capables de réagir pour en limiter les conséquences. A cette fin, il faut avoir prévu l’organisation de cellules de crise adaptées et entraînées.

L’organisation de crise repose, en premier lieu, sur l’exploitant local du site : c’est lui en effet qui connaît le mieux son installation. Chaque exploitant local dispose d’un plan d’urgence interne qui, non seulement, vise à prévenir les risques pris en compte lors de la conception mais intègre également des situations hors dimensionnement. Le retour sur expérience de Fukushima nous incitera à aller encore plus loin en ce sens. L’exploitant local doit également régler ses relations avec les services de l’État, c'est-à-dire le préfet : en situation de crise, l’action doit être menée d’un commun accord.

L’organisation locale est évidemment soutenue par une organisation nationale. Areva gère deux grandes plateformes dans le pays : Tricastin et La Hague, dont les moyens d’intervention (pompiers, secours aux populations, assistance médicale) sont analogues à ceux d’une ville de 30 000 habitants. Ils peuvent être complétés par ceux de l’État. Les sites du CEA disposent également de moyens importants.

En interne, nos équipes d’ingénierie nous ont permis de concevoir, de développer et d’améliorer nos installations. Elles constituent une force à dimension internationale, comme l’a montré la crise de Fukushima : Areva a pu capter, en provenance de nos équipes allemandes et américaines, un grand nombre d’informations qui ont enrichi notre compréhension de la situation et nous ont permis de gagner du temps.

Areva est également un spécialiste de l’assainissement, pour son propre compte comme pour celui d’EDF. Nous disposons d’équipes mobilisables notamment dans la mise en œuvre des moyens du GIE Intra (intervention robotique sur accident).

Nous transportons, par ailleurs, pour un grand nombre d’exploitants, des matières nucléaires à travers tout le pays, ce qui est très contraignant en termes de risques. C’est pourquoi nous avons prévu, en matière de transports, la même organisation de type PUI qu’en matière d’installations : nous pouvons ainsi gérer, partout dans le pays, une crise éventuelle en liaison avec les autorités préfectorales. Cette organisation nous permet également d’agir sur le plan logistique. Nous avons pu mettre à la disposition de nos homologues japonais des moyens importants en affrétant des avions dans des délais record.

Je suis responsable de la gestion centrale de crise : une fois le PUI déclenché au plan local, nous l’appuyons en aidant à la prise de décision et en veillant à la fois aux relations avec les pouvoirs publics et à la mise en œuvre des moyens techniques. Nous veillons en permanence à ce qu’Areva soit correctement gréé sur les différents établissements en matière d’organisation comme de moyens. Nous validons nominativement les listes d’astreinte et assurons l’animation des exercices réalisés sur l’ensemble de nos établissements.

Nous effectuons entre douze et quinze exercices de niveau national par an, deux à quatre étant organisés avec l’ASN et l’administration. Si nous incluons l’entraînement des forces d’intervention, nous arrivons à plus d’un exercice par semaine.

Areva a également expérimenté en 2010 un exercice sur trente-six heures, pour améliorer la tenue dans la durée : nous nous sommes soumis à une forte pression tout en imaginant l’implication du politique dans la crise, ce qui est trop rarement le cas.

Nous participons évidemment au CODIRPA. Du reste, cet après-midi, un responsable de notre activité « assainissement » fera un exposé sur nos capacités en la matière.

M. Hervé Bernard, administrateur général adjoint du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Je tiens tout d’abord à rappeler que la sûreté des installations nucléaires repose sur deux piliers. Le premier est le plan technique, qui prend en considération toutes les situations anormales, incidentelles ou accidentelles. Le second est la chaîne décisionnelle et opérationnelle qui doit être, a fortiori en cas de crise, robuste et réactive : elle va de l’exploitant sur site, qui est au plus près du problème, jusqu’aux responsables gouvernementaux, en passant par le directeur du centre, le préfet du département et le préfet de région.

Le principe de défense en profondeur est appliqué dans toutes les installations nucléaires françaises. Il est particulièrement contraignant car il vise non seulement à assurer la prévention des défaillances des installations et à surveiller leur fonctionnement mais également à limiter les conséquences de l’accident le plus improbable, au cas où il se produirait. Ce principe structure notre mode de fonctionnement quotidien, y compris dans la culture de sûreté de nos opérateurs, au plus près de la matière nucléaire ou des installations.

Le CEA a également la possibilité de gréer un centre national de crise – le centre de coordination en cas de crise (CCC) –, situé à Saclay. Ce centre, qui entretient un contact visuel permanent avec le poste de commandement local du site en difficulté, permet de confronter l’action menée sur le terrain avec l’expertise qui doit être effectuée avec le recul nécessaire. Action et expertise constituent en effet les deux phases essentielles du diagnostic et du pronostic.

Le CEA, l’ASN et le préfet de région participent à la prise de décision, s’agissant notamment de la mise à l’abri des personnes, de leur évacuation éventuelle ou des mesures compensatoires à prendre en termes d’alimentation. Nous entretenons également une liaison permanente avec les équipes de l’IRSN : comme nous ne disposons pas des mêmes logiciels de calculs d’évolution, nous confrontons nos arguments techniques pour trouver la meilleure solution à la crise.

Nous avons volontairement réduit notre chaîne de responsabilité interne pour gérer nos soixante-dix-neuf installations nucléaires de base et installations nucléaires de base secrètes (qui comprennent des installations individuelles) : la chaîne, courte, comprend, outre les soixante-dix-neuf chefs d’installations, les directeurs des neuf centres entre lesquels les installations sont réparties et le responsable au plan national, l’administrateur général du CEA. Avant même Fukushima, nous avions déjà mis en place des fiches d’information immédiate d’une seule page, qui permettent de faire remonter l’information de manière sécurisée. Cette organisation est applicable non seulement au secteur nucléaire mais également à la chimie – en tant qu’organisme de recherche, le CEA doit faire face à des incidents dans ce domaine.

Notre organisation de crise est régulièrement testée au cours de nombreux exercices internes et externes. Nous en avons réalisé dix-neuf en 2010 et quinze en 2009. Ils impliquent très souvent les responsables locaux des départements, voire des régions.

Cette organisation est également confrontée à des crises réelles – cinq au cours de l’année 2010 –, dont celle du tritium de Saint-Maur-des-Fossés, évoquée par M. Jacques Repussard : notre centre de crise a été gréé durant plus d’un mois de 7 heures 30 à 22 heures 30.

Nous avons dû également faire face à un accident dont l’occurrence était jugée très improbable : la perte totale, le 30 août 2006, de l’alimentation électrique sur le site de Cadarache. Les vingt et un groupes électrogènes fixes accolés à chacune des installations nucléaires se sont automatiquement mis en fonctionnement. Trois de ces groupes, qui n’étaient pas liés à une installation nucléaire, ont rencontré des difficultés et nous aurions pu, si nécessaire, recourir aux neuf groupes électrogènes mobiles que nous avions en réserve. Trois heures plus tard, nous avons pu rétablir une des deux lignes électriques de 63 000 volts défaillantes.

Il est important de mutualiser les moyens lourds et de les prépositionner si nécessaire. Le GIE Intra regroupe EDF, le CEA et Areva, ce qui est essentiel pour gérer le mieux possible les crises à venir.

Il ne s’agit pas tant de prévoir l’imprévisible que de s’entraîner à lui faire face. Fukushima nous incite à persévérer dans ce sens. Comme l’a rappelé le chef du bureau des risques de la Direction de la sécurité civile, procéder à des exercices répond à une impérieuse nécessité, pour pouvoir profiter d’un retour d’expérience important.

Notre devise, en cas de crise, est : « prévoir en stratège mais agir en primitif », c'est-à-dire avoir des réflexes immédiats et efficaces.

Nous participons évidemment aux groupes de réflexion du CODIRPA.

M. le président Claude Birraux. M. Christian Bataille et moi-même tenons à féliciter EDF de chercher à améliorer en permanence la sûreté sans plus évoquer le coût de celle-ci, ce qui nous avait conduits, au mois de janvier dernier, à faire quelques rappels à la loi.

Je vais vous poser quelques questions.

Combien d’exercices impliquent la population ou un échantillon test de celle-ci ?

Les centres de crise du CEA et de l’IRSN sont-ils en relation entre eux et avec l’ASN ?

Durant la catastrophe de Fukushima, la Direction de la sécurité civile a régulièrement publié des communiqués, tout comme l’IRSN, qui a gréé un centre de crise, et l’ASN, qui est elle-même en liaison l’IRSN. Des liens sur internet renvoient-ils aux différents sites de ces établissements ou ces derniers se livrent-ils à la guerre des communiqués ?

M. Dominique Minière. Sur la douzaine d’exercices nationaux conduits l’année dernière par l’Autorité de sûreté nucléaire et l’ensemble des autorités, trois ou quatre ont impliqué la population.

M. Jean-Luc Andrieux. Il en est de même d’Areva : deux à quatre exercices ont impliqué la population.

M. André-Claude Lacoste. Les exercices impliquant des fractions limitées de la population sont d’autant plus difficiles à organiser qu’ils supposent le sentiment partagé d’une ardente obligation. La catastrophe de Fukushima devrait y contribuer.

M. Jacques Repussard. Les centres de crise obéissent à des fonctions différentes. Chaque exploitant, dont le CEA, a besoin de son dispositif de crise, avec ses exercices internes, ses procédures et ses outils propres. Quant à l’IRSN, son centre de crise lui permet de se mobiliser rapidement pour appuyer les pouvoirs publics. Toutefois, les centres de crise de l’IRSN, de l’ASN et de l’exploitant interagissent, notamment au moyen d’audioconférences, et nous comparons avec EDF nos résultats de modélisation et les avis de nos experts respectifs.

M. Guillaume Dederen. Sur les douze exercices prévus par la circulaire de 2010, dix ont pu être réalisés et la population a participé à huit d’entre eux. La direction de la sécurité civile milite en permanence pour que la population et les élus locaux soient étroitement associés parce que c’est au cours de tels exercices que la pédagogie porte les meilleurs fruits. De plus, on apprend beaucoup de ses échecs. Il est normal que différents communiqués soient publiés, d’autant que l’ASN est une autorité indépendante. Toutefois, le préfet étant, au plan local, le directeur des opérateurs de secours, il a une fonction de coordination des messages transmis.

M. le président Claude Birraux. Je vais vous lire les questions de la salle.

Des exercices de crise ont-ils également lieu dans d’autres pays, comme les États-Unis et le Japon ? Partagez-vous les retours d’expérience au plan international ?

EDF a mis en place une distribution préventive de comprimés d’iode aux populations dans les périmètres des plans particuliers d’interventions (PPI) des centrales nucléaires : qu’en est-il des sites d’Areva et du CEA ?

Quelle est l’utilité des analyses coûts-bénéfices en matière d’amélioration de la sûreté, compte tenu de la très faible probabilité des événements ?

Quelles sont les améliorations envisagées dans la prise en charge du suivi sanitaire des intérimaires du nucléaire en situation normale et en situation de crise ?

Outre la gestion de l’objet technique défaillant, il ne faut pas oublier les questions relatives à l’accompagnement des populations riveraines, en matière de protection, d’évacuation et d’indemnisation à court, moyen et long termes. Qu’en est-il des moyens provisionnés par l’exploitant et l’État ?

EDF, le CEA et Areva ont-ils procédé dans chacun de leur site à une réflexion relative à la liste nominative de salariés « envoyés au front » en cas de crise majeure et risquant d’être soumis, en cas de fusion du réacteur, à des doses excessives de radioactivité ? Si oui, sur quels critères ? Sinon, sera-t-elle improvisée le moment venu ?

Jusqu’où une centrale peut-elle être « rafistolée » sur le plan technique ? Après Fukushima, la France cherchera-t-elle à établir de nouveau scénarios de catastrophes ?

Devant l’irrationalité de foules incultes en matière nucléaire, que prévoit l’élite savante et bien-pensante pour juguler la panique autour d’une INB (installation nucléaire de base) accidentée ?

Que signifient « assainissement », « seuil de libération des déchets radioactifs » et « seuil d’évaluation des doses » ?

Pourquoi le Réseau national de mesure de la radioactivité n’a-t-il pas été alimenté par les mesures effectuées par l’IRSN et les exploitants après l’accident de Fukushima ?

M. Dominique Minière. L’analyse des coûts-bénéfices permet de prioriser les modifications à effectuer en vue d’obtenir le meilleur gain en termes de sûreté et de réduire les risques de fusion nucléaire. Dans d’autres pays, ces analyses sont effectuées pour rendre indisponibles des matériels de sauvegarde pour faire de la maintenance : ce n’est pas notre approche. Nous ne faisons pas de maintenance tranche en marche, s’agissant notamment de diesels ou d’équipements de secours qui ne sont pas inscrits dans les spécifications d’exploitation.

Je tiens à préciser que le pourcentage d’intérimaires travaillant en zone contrôlée dans les installations d’EDF s’élève à 5 % et non à 50 % comme on l’entend parfois. Ils bénéficient du même suivi radiologique et médical que nos agents. Nous avons du reste signé avec les organisations professionnelles, dont une représentant les sociétés d’intérim, une charte les concernant.

La liste nominative des intervenants en situation de crise ne sera pas improvisée, puisque l’exposition d’urgence fait l’objet depuis 2005 d’un arrêté. Celui-ci prévoit, dans les situations accidentelles, l’exposition à des doses pouvant aller de vingt à 100 millisieverts. Le cadre réglementaire est précis : les volontaires devront s’être déclarés et auront dû subir un suivi médical particulier avant l’accident. L’enregistrement des doses est également prévu. Il n’y aura donc, je le répète, aucune improvisation en la matière.

M. Jean-Luc Andrieux. Il n’y a pas de risque lié à l’iode autour des installations d’Areva : à La Hague, si de l’iode était émis, il ne serait pas de même nature que celui qui peut s’échapper d’une centrale nucléaire ; quant au Tricastin, l’iode émis proviendrait de la centrale et non des installations d’Areva : les conséquences d’un accident sur le site d’Areva seraient d’ordre chimique, avec l’émission éventuelle de fluorure d'hydrogène, qui est un gaz très corrosif et exige une protection des voies respiratoires (masques et tenues appropriées).

Nous avons des listes nominatives de salariés susceptibles d’être engagés dans des opérations particulières. Quant à ceux que nous avons envoyés au Japon, ils ne sont pas encore allés à Fukushima mais à Tokyo. Lorsqu’ils devront se rapprocher des installations accidentées, nous avons confirmé, en relation avec la direction générale du travail, que les règles qui leur seront appliquées sont celles qui les régissent en France, ce qui impliquera de notre part un suivi constant.

Enfin, l’assainissement recouvre tous les gestes de décontamination, voire de déconstruction, qu’on peut être conduit à pratiquer dans des milieux par définition hostiles, que ce soit dans le cadre de la maintenance ou dans celui de la gestion de crise. L’assainissement suppose des conditions d’intervention spécifiques – tenues, surtenues et assistance respiratoire – permettant de protéger complètement les intervenants. Il constitue une spécialité à part entière.

M. Hervé Bernard. Des personnels étrangers participent aux exercices de crise français conduits pas le CEA, ce qui permet de partager les retours d’expérience. J’ai moi-même participé à un exercice de crise dans une centrale américaine. L’Union européenne a monté un programme de centre commun de recherches européen – une clearing house européenne – en vue de partager les retours d’expérience.

L’iode n’a besoin d’être distribué qu’en cas de contact des combustibles irradiés avec l’extérieur. Tous les sites du CEA, même expérimentaux, n’ont pas de réacteurs nucléaires. Seuls les sites de Cadarache, Saclay et Marcoule sont concernés. Pour donner un ordre de grandeur, la puissance du réacteur Osiris est de soixante-dix mégawatts thermiques, alors que celle des réacteurs EDF atteint 4 000 mégawatts thermiques, soit 1 300 mégawatts électriques.

S’agissant du Réseau national de mesures de la radioactivité de l’environnement (RNM), il a été alimenté par les données des exploitants nucléaires et de l’IRSN.

La liste nominative des salariés intervenant en cas de crise est établie sur la base du volontariat et leur action est encadrée – cela a été dit et je n’y reviens pas.

M. le président Claude Birraux. Je vous livre une autre salve de questions.

Il y a vingt ans, en cas d’incident ou d’accident nucléaire, des intermédiaires médicaux ou paramédicaux étaient prévus pour informer la population. Or ils semblent avoir disparu des organigrammes. En cas de nécessité, qui aujourd'hui répondra aux inquiétudes de la population ?

On évoque souvent, en cas d’accident majeur, l’iode et le césium : peut-on aborder la question des radioéléments à vie longue, générateurs de radioactivité alpha, dont la toxicité chimique est importante ?

Qu’en est-il du droit de retrait des personnels devant intervenir en cas d’accident ?

Quel est le nombre des redondances prévues sur les installations de sécurité ?

M. André-Claude Lacoste. Le partage international du retour d’expérience des exercices de crise n’est pas toujours aisé, parce que la crise nucléaire n’est qu’une composante de l’ensemble des crises pouvant affecter un pays. C’est ainsi que les États-Unis ne pratiquent pas la mise à l’abri mais recourent systématiquement à l’évacuation, en cas de crise nucléaire comme de cyclones ou d’inondations.

Les pays européens s’efforcent d’être aussi homogènes que possible : la France a abaissé le seuil à partir duquel la prise de comprimés d’iode est recommandée de façon à rejoindre la moyenne de ses partenaires.

Par ailleurs, des stress tests, pratiqués en Europe, visent à pousser aussi loin que possible les sollicitations auxquelles les installations sont susceptibles de répondre. Il importe de les harmoniser entre les différents pays.

Il importe également que nous préparions, en temps de paix – c’est l’objet du CODIRPA –, l’encadrement réglementaire de l’action à mener dans des situations d’urgence ou extrêmes. La radioprotection des intervenants est déjà encadrée, de même que la gestion des déchets. Nous devons nous occuper désormais de la gestion du post-accidentel.

On ne peut pas gérer, ni même se préparer à la gestion de crises comme celle de Fukushima, si les différents acteurs ne sont pas disposés à assumer leurs responsabilités. On ne devrait pas laisser construire des installations nucléaires dans des pays dont les exploitants, loin d’être disposés à le faire, en portant le projet continu, se réfugient derrière des références étrangères ou les gouvernements. On est en droit de s’interroger de ce qu’un responsable de haut niveau de General Electric ait affirmé n’être que le fournisseur des matériels de la centrale de Fukushima pour se dégager de toute responsabilité en matière d’exploitation et justifier le fait que l’entreprise ne soit pas intervenue une seconde dans la gestion de la crise. Il convient de déterminer si le pays candidat à l’énergie nucléaire offre un cadre suffisant sûr, qu’il s’agisse des fournisseurs, des exploitants ou de l’organisation de crise.

M. Jacques Repussard. L’IRSN est un des grands acteurs de la clearing house européenne : nous y examinons en commun les incidents qui se produisent dans des réacteurs nucléaires pour en tirer des enseignements. Ce système d’échanges est particulièrement riche pour les pays qui ont peu d’installations : ils peuvent ainsi bénéficier des retours d’expérience de pays plus expérimentés. Cette mutualisation, qui est très utile, fait progresser une culture commune.

La plateforme scientifique Nerys est dédiée à la mutualisation des questions qui se posent en mode post-accidentel ainsi qu’à celle des outils de gestion de crise.

De plus, il existe entre la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni un réseau des laboratoires destinés à se prêter main-forte en cas de dépassement de leurs capacités respectives. L’IRSN participe à ce réseau aux côtés de ses homologues allemand et britannique. C’est ainsi que, l’empoisonnement au polonium d’Alexandre Litvinenko ayant provoqué un début de panique à Londres, un vendredi après-midi les Britanniques nous ont demandé si nous pourrions, le lundi matin suivant, procéder à des centaines d’analyses d’urine en cas d’aggravation de la crise. Nous avons passé le week-end à coordonner la métrologie afin d’être prêts.

L’Europe est un petit continent. Après Fukushima, les investissements communs, le rapprochement des doctrines et la mutualisation des moyens paraissent d’autant plus souhaitables.

S’agissant de l’information des populations, je tiens à rappeler qu’internet n’existait pas il y a vingt ans : il a joué un rôle majeur au Japon. En France, au plus haut de la crise japonaise, le nombre des connexions jour au site de l’IRSN a atteint 1,5 million, contre quelques dizaines de milliers habituellement, ce qui nous a contraints à résoudre quelques problèmes informatiques. Internet est un outil très puissant. Les médias ont également un rôle important à jouer, mais il convient surtout de coordonner la parole publique : les messages des différentes autorités publiques (notamment le préfet et l’ASN), des autorités médicales et des différents experts doivent se recouper pour que le public garde confiance : il est en effet spontanément méfiant devant la parole institutionnelle (celle d’un président de l’autorité nucléaire ou d’un directeur général de l’IRSN). Seul le croisement des sources et la répétition, par elle-même pédagogique, des explications fournies permettent de construire un capital de confiance collectif, qui ne saurait plus être l’apanage d’aucune personne ni d’aucune institution. Internet a permis, lors de la crise de Fukushima, à un grand nombre d’experts, notamment à des retraités du CEA, de communiquer et d’atteindre différents cercles, alors qu’après Tchernobyl, en absence d’internet, les médecins généralistes ont véhiculé l’affirmation selon laquelle les problèmes de thyroïde étaient liés à la catastrophe nucléaire, ce qui est scientifiquement faux.

En ce qui concerne les éléments radiotoxiques à vie longue, tels que le plutonium, la physique des accidents permet de comprendre qu’il s’agit-là de composants lourds qui ne sortent pas facilement. À Fukushima, le plutonium et l’américium sont restés dans les combustibles – l’accident de Tchernobyl sort de l’ordinaire. Les produits de fission volatiles, qui sont les premiers biodisponibles, ne sont pas les plus radiotoxiques, exception faite de l’iode.

M. Guillaume Dederen. S’agissant du seuil de libération des déchets radioactifs, la sécurité civile, qui a emporté des matériels à Fukushima, a été obligée de les laisser sur place. Elle doit, avant de pouvoir les remporter, mesurer leur radioactivité pour savoir s’ils atteignent le seuil de libération, lequel permet d’obtenir un nihil obstat garantissant que des déchets a priori « sales » sont en réalité « propres ».

En tant que représentant présumé des élites bien-pensantes, je pense qu’il faut cesser de supposer systématiquement que l’ensemble de la population sera, en cas d’accident nucléaire, dans un état de panique confinant à l’hystérie. La réponse à la question, qui est d’ordre pédagogique, tient dans une information régulière, voire dans la formation du public. La planification de la gestion de crise est déjà bien rôdée : elle doit d’autant plus tenir compte du rôle essentiel que joueront les media, notamment Radio France et les chaînes de télévision, que la doctrine de protection prévoit, à côté de la mise à l’abri, l’écoute de la radio.

Je tiens également à rappeler les responsabilités des institutions nationales, des exploitants et des collectivités territoriales, notamment des maires. N’oublions pas non plus que la loi de modernisation de la sécurité civile, votée par le Parlement en 2004, prévoit que chaque citoyen est acteur de sa propre sécurité. De même qu’on n’habite pas impunément au bord d’une rivière susceptible de provoquer des inondations catastrophiques, de même on ne vit pas sans prendre les garanties nécessaires dans le périmètre d’une centrale nucléaire. Il est nécessaire de connaître les bons réflexes et de tenir compte des informations qui sont régulièrement données. L’iode fait partie des garanties à prendre en cas de nécessité.

M. Dominique Minière. S’agissant de la redondance électrique, en cause dans la catastrophe de Fukushima, les centrales nucléaires d’EDF possèdent deux lignes électriques externes, pour chaque réacteur, deux diesels de secours et un groupe d’ultime secours (une turbine à combustion) sur chaque site. De plus, hors dimensionnement, nos consignes prévoient de dévier de l’électricité d’une tranche vers une autre en utilisant un des diesels. Nous disposons également de turboalternateurs, permettant de produire à partir de la vapeur de la centrale suffisamment d’électricité pour éviter la fusion du cœur.

M. le président Claude Birraux. Je remercie les orateurs qui se sont exprimés.

Deuxième session

L’IMPLICATION DES PARTIES PRENANTES FRANÇAISES ET ÉTRANGÈRES

Présidence de M. Bruno Sido, Sénateur, premier vice-président de l’OPECST, rapporteur de la mission parlementaire

M. Bruno Sido, premier vice-président de l’OPECST. La seconde session de cette audition vise à faire le point sur l’implication des différentes parties prenantes dans la gestion d’une situation post-accidentelle, laquelle concerne deux groupes d’acteurs assez différents.

La première partie de la session donnera la parole aux associations. Il ne s’agit pas de prendre position sur l’énergie nucléaire ou sur la sûreté des centrales en général, mais de connaître la façon dont chaque association juge l’avancée des travaux de préparation à la gestion post-accidentelle. L’idée est de faire ressortir combien la participation des associations au processus d’élaboration du CODIRPA en améliore le contenu et la performance.

La seconde partie de la session visera à montrer comment l’effort français de préparation à la gestion post-accidentelle se situe dans le contexte international.

Elle le fera tout d’abord en indiquant l’éventuelle part de coopération internationale qu’implique ce genre de travaux de préparation. On sait que cette coopération est hautement souhaitable, dans la mesure où les difficultés induites par un accident nucléaire ne connaissent pas les frontières. Chacun a encore en mémoire les conséquences de l’accident de Tchernobyl sur toute l’Europe.

Elle le fera ensuite en donnant des indications sur l’état d’avancement des travaux équivalents au CODIRPA dans les autres pays dotés d’installations nucléaires. Il s’agit de savoir non seulement si la France est en avance, en retard ou dans le peloton mais également s’il existe des modèles étrangers déjà bien élaborés dont la France peut s’inspirer, ou si notre pays ouvre la voie, comme il l’a déjà plus ou moins fait, par exemple avec les deux lois Bataille et Birraux de 1991 et de 2006 visant à créer un cadre structuré et transparent de gestion des déchets nucléaires.

Je donnerai la parole aux acteurs locaux en leur demandant comment ils voient leur implication dans les travaux du CODIRPA. Nous sommes également intéressés par leur jugement sur le degré d’avancement de ces travaux. Il serait utile d’avoir des exemples concrets des points sur lesquels ils attirent l’attention des membres du groupe de travail. Je ne doute pas que les associations remplissent une fonction de vigilance vis-à-vis de problèmes pratiques, dont la résolution sera de l’intérêt de toute la collectivité.

L’implication des associations en France

M. Jean-Claude Delalonde, président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI). Les CLI existent depuis trente ans, puisqu’elles ont été créées par une circulaire du Premier ministre Pierre Mauroy en date du 18 décembre 1981. Quant à l’Association nationale, que j’ai l’honneur de présider, elle a onze ans d’existence. Durant six années, elle a milité auprès des parlementaires pour obtenir un statut juridique, reconnaissance officielle que le législateur lui a accordée en 2006 dans la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire – le décret d’application date de 2008.

Pour remplir nos missions d’information et de suivi des installations nucléaires, nous avons désormais non seulement des droits mais aussi, et surtout, des obligations. En France, c’est connu, nous sommes meilleurs que les autres ! C’est donc sans moyens que les CLI travaillent. L’Autorité de sûreté nucléaire et l’IRSN nous fournissent assurément une aide précieuse, mais nous serions plus efficaces si l’État nous accordait les moyens prévus dans la loi. Or, depuis cinq ans qu’elle a été adoptée, nous n’avons toujours rien reçu. J’espère que M. Bertrand Pancher, qui vient de remettre au Président de la République un rapport, sera entendu : il préconise qu’1% de la taxe sur les INB, versée par les exploitants, et qui rapporte à l’État quelque 500 millions d’euros par an, soit fléché en direction des cinquante CLI, ce qui leur permettrait d’améliorer leur fonctionnement.

En attendant, nous faisons respecter nos droits et remplissons au mieux nos obligations. D’ailleurs, le chef du bureau des risques de la Direction de la sécurité civile m’a rassuré, puisque, en cas d’incident ou d’accident impensables en France, les populations dans les périmètres concernés ont acquis depuis longtemps une vraie culture du risque et sauront se confiner dans les maisons. J’ignore si Alexis Calafat, maire de Golfech, est du même avis, deux jours seulement après le déclenchement intempestif de l’alarme de la centrale nucléaire située sur le territoire de la commune. Ce déclenchement a suscité au sein de la population un véritable vent de panique. Or, ce n’est pas à la sécurité civile que les habitants ont téléphoné ! Bien qu’ils aient la culture du risque, ils se sont tournés vers les élus locaux pour obtenir des réponses que ces derniers étaient bien en peine de leur donner.

La catastrophe de Fukushima nous inspire plusieurs réflexions.

Cet accident résulte de la conjonction d'événements qui, pour être peu probables, restent possibles. Fukushima est tout d'abord un rappel brutal de la vulnérabilité associée aux activités nucléaires, quel que soit leur niveau de sécurité. Nous pouvons réduire les risques, mais la vulnérabilité créée par la présence d'une installation nucléaire est une donnée constante, ce qui nous fait mesurer l'exigence de vigilance – vous l’avez évoquée dans votre propos introductif – qui, d'une façon ou d'une autre, s'impose à tous ceux qui contribuent au suivi de ces installations et à la préparation des réactions en cas d’accident.

C’est particulièrement vrai pour les personnes qui participent au fonctionnement des quelque cinquante commissions locales d'information, qui regroupent près de 3 000 personnes dont 1 500 élus territoriaux : tous sont attachés à leur territoire, à ses modes de vie et à ses activités. Or celles-ci seraient totalement bouleversées par un accident nucléaire, Fukushima nous le prouve.

La vulnérabilité de nos territoires et du territoire français en général n'est pas liée au voisinage d’une seule installation mais à l'ensemble des installations nucléaires présentes en France et en Europe. Il découle de ce constat que la prise en compte d'un scénario accidentel de forte gravité en France doit faire partie de notre cadre de préparation post-accidentel, comme l'ont d'ailleurs souligné depuis très longtemps les représentants des CLI.

En matière de transparence, il est encore trop tôt pour savoir exactement dans quelles conditions ont été prises en compte, dans le contexte japonais, les informations disponibles pour évaluer et gérer les risques, avant, pendant et après l’accident.

Il est d’ores et déjà clair, cependant, que la transparence démocratique est un enjeu essentiel. Les questions de sécurité ne concernent pas seulement les opérateurs, les experts et les autorités – jusqu’à la loi de 2006, les trois piliers du nucléaire –, mais également l'ensemble de la société civile, représentée par les CLI qui, depuis la loi de 2006, constituent le quatrième pilier, d’autant que la gestion d’une catastrophe et de ses conséquences touchera un nombre considérable de personnes dans leur vie quotidienne et, souvent, à très long terme et de façon irréversible, au moins à l'échelle d'une vie humaine.

N’oublions pas que la soudaine contamination radioactive d'un large territoire provoque une situation à long terme. Savez-vous que vingt-cinq après Tchernobyl, des sangliers en provenance d’Ukraine contaminent la faune allemande ? Cela nous fait mesurer, dans le contexte du CODIRPA, combien la question de la préparation des acteurs des territoires est l’un des principaux enjeux de la gestion post-accidentelle. Si l’éducation est importante, l’art de la répétition est capital.

La préparation à la situation post-accidentelle ne saurait se faire sans une participation active de tous les acteurs : or nous devons aujourd'hui faire le constat de notre impréparation sur nos différents territoires. Les CLI, qui sont présentes sur une partie du territoire national au moins, devront apporter leur contribution à ce chantier qui est, pour l'essentiel, encore devant nous, même si le CODIRPA travaille activement sous l’impulsion du Président de l’ASN depuis dix ans. Les événements, et ce séminaire, prévus avant Fukushima, nous permettront d’aller plus loin.

Cette situation confirme les CLI et l’ANCCLI dans leur volonté de contribuer à la mise en œuvre concrète de la Convention d'Aarhus, sur l’accès à l’information des citoyens et sur la participation du public au processus décisionnel et d’accès la justice en matière d’environnement, votée au plan européen en 2001, ratifiée par seize pays et applicable en France, sinon appliquée, depuis 2002. Beaucoup s’interrogent pour savoir si cette convention s’applique en matière nucléaire s’agissant de l’environnement. Or Fukushima, après Tchernobyl, doit permettre à ceux qui s’interrogent de se sentir concernés par cette convention même s’ils sont responsables du nucléaire, car elle fera désormais partie de leur quotidien. Favoriser la montée en puissance et en compétence de la société civile au voisinage de chaque installation nucléaire en Europe est un élément essentiel de notre sécurité. L'ANCCLI s'y est engagée depuis plusieurs années avec l’IRSN, que je remercie.

Avec le soutien de l'ASN, nous souhaitons organiser à Luxembourg une table ronde européenne à l'automne 2011 sur l’évaluation des conditions de mise en œuvre de la convention d'Aarhus en situation accidentelle et post-accidentelle, dans le cadre de la démarche que nous avons initiée, depuis trois ans, à savoir bien avant l’accident de Fukushima, aux côtés de la Commission européenne et de l’ASN et avec le soutien du Haut comité à la transparence. Se pose la question des réactions que l’Europe devrait avoir face à des fournisseurs ou des pays qui n’ont pas la même culture que nous : la France a élaboré un guide des bonnes pratiques, que nous devrions mettre en application au niveau européen.

La catastrophe de Fukushima conditionne nos choix énergétiques à venir et les conditions d’exercice des activités nucléaires. Cet événement a provoqué des débats dans le monde entier, particulièrement dans les pays qui produisent de l'énergie nucléaire ou dans ceux qui s'apprêtaient à la développer. C’est particulièrement vrai en Europe. Certains de nos voisins ont d'ores et déjà reconsidéré leur position. En France, les mêmes débats ont lieu. J’ai participé à l’accueil du Président de la République mardi dernier à Gravelines : il est clair que les positions prises aussi bien au plan régional qu'au plan national l’ont été dans la perspective de la prochaine élection présidentielle.

Les CLI et l'ANCCLI ont pour mission le suivi des installations nucléaires et les éventuelles conséquences de leur exploitation. Il ne nous appartient pas de prendre position en matière de choix énergétiques. Au sein des CLI les opinions sont partagées. En revanche, tous se retrouvent autour de la même table pour assurer leur mission, qui consiste notamment à observer les évolutions des activités nucléaires à moyen et long termes.

Nul n’ignore que, quels que soient les scénarios de production énergétique envisagés, compte tenu du niveau actuel de son développement en France, l'énergie nucléaire fera partie de notre paysage national pour plusieurs décennies encore en matière de production, et à très long terme s’agissant de la gestion des déchets radioactifs et de la contamination radioactive de l'environnement. Nos sociétés devront donc veiller encore longtemps à assurer la sécurité nucléaire et la protection de l'homme et de l'environnement du risque radioactif. Dans ce contexte particulièrement grave, notre devoir est de nous donner les moyens d’assurer effectivement notre mission.

Nous veillerons à avoir, à côté de l’aide importante que nous obtenons de l’ASN et de l’IRSN, les moyens d’accomplir notre mission. Les États généraux que les CLI et l’ANCCLI tiendront à l’automne 2011 leur permettront d’évaluer les moyens nécessaires à l’accomplissement de leur mission dans le champ du suivi des installations nucléaires, de la gestion accidentelle et post-accidentelle et de celle des déchets radioactifs. Messieurs les parlementaires, nous avons besoin de votre aide pour obtenir davantage de moyens car l’impossible est toujours possible !

M. Pierre Barbey, de l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO). M. Repussard a fustigé les médecins qui ont établi un rapport entre les rejets d’iode liés à la catastrophe de Tchernobyl et les cancers de la thyroïde. Ses propos me heurtent et j’aimerais qu’il les clarifie.

Je représente une association agréée de protection de l’environnement, l’ACRO, Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest. Nous intervenons en France et à l’étranger : ainsi, nous sommes intervenus sur les territoires contaminés de Tchernobyl, dans un cadre humanitaire en liaison avec les populations. Notre particularité est d’avoir développé, à la suite de la catastrophe de Tchernobyl, un laboratoire indépendant d’analyse de la radioactivité dans l’Ouest. Nous produisons, à l’aide d’outils, notre propre information. Nous nous inscrivons dans une démarche associative, indépendante et citoyenne. C’est ainsi que nous avons créé, en 2004, un observatoire citoyen de la radioactivité dans l’environnement : ce réseau de préleveurs volontaires donne à ceux qui s’intéressent à ces questions les moyens d’être à la fois auteurs et acteurs de leur propre surveillance. Enfin, nous participons à certains groupes d’expertise pluralistes, en particulier aux travaux du CODIRPA.

Fort heureusement, la France n’a pas connu d’accident majeur depuis vingt-cinq ans. Néanmoins, il est utile de tirer les conclusions des retours d’expérience. Je ne prendrai qu’un exemple franco-français, avant d’aborder la question japonaise.

En 2001, autour du site de La Hague, un rejet incidentel de ruthénium s’est produit dans l’atmosphère. L’exploitant a donné sa version des faits, et l’ASN a classé l’événement au niveau zéro. Or la surveillance exercée par notre laboratoire a permis d’établir un terme source mille fois supérieur à celui déclaré par l’exploitant. L’ASN a alors décidé de créer un groupe pluraliste, auquel nous avons participé, qui a confirmé nos mesures et décrit le mécanisme selon lequel l’analyse de l’exploitant n’avait pas permis d’apprécier de façon juste le rejet de ruthénium. Sans le travail de l’ACRO, cet incident serait passé inaperçu et n’aurait pas été reclassé.

À la suite de la catastrophe de Fukushima, qui est un événement majeur, nous avons été extrêmement sollicités par les médias et par des citoyens très inquiets. Nous avons déclenché un plan de surveillance à l’échelle du territoire, et nos réseaux de préleveurs ont procédé, à intervalle d’une semaine, à des campagnes d’analyses séquentielles du couvert végétal. Avant l’arrivée des masses d’air, les résultats de nos mesures étaient négatifs. Puis, notre première campagne a établi la présence de l’iode 131 ; la deuxième, de l’iode à des niveaux plus élevés, ainsi que du césium 137 ; et la troisième, du césium 134. Ces niveaux étaient modestes – mais n’oublions pas que la France est située à 15 000 kilomètres de Fukushima –, et il n’y a pas eu de grandes divergences entre les différents acteurs institutionnels ou non institutionnels sur la contamination du territoire français.

Nous nous sommes surtout préoccupés des populations et des travailleurs japonais concernés. Après avoir lancé une campagne de collecte de fonds pour aider les associations japonaises à s’équiper et à développer dans leur pays un laboratoire identique au nôtre, nous avons développé des campagnes d’analyses avec ces collaborateurs japonais.

Nos prélèvements effectués dans la zone des 40 à 50 kilomètres autour de Fukushima ont révélé des spectres de radionucléides considérables et inconnus jusqu’alors : des millions de becquerels par mètre carré. Nous avons rendu publics ces chiffres. Nous avons immédiatement informé l’ambassade du Japon et les associations japonaises et, le jour même, le gouvernement japonais a décidé de proposer l’évacuation de villages, comme celui d’Itate, où la contamination était la plus forte.

En accord avec France 2 pour l’émission Complément d’enquête, nous avons fait des analyses sur une zone située à 85 kilomètres de la catastrophe. Nos résultats ont montré que tous les légumes analysés étaient, selon les valeurs instituées par le gouvernement japonais, impropres à la consommation.

Quels sont les premiers enseignements de Fukushima ?

Notre rôle n’est pas de dire aux citoyens ce qu’ils doivent penser : ils doivent se forger eux-mêmes une opinion et pouvoir être acteurs des décisions dans un processus démocratique. Notre rôle est de participer à un débat sous la forme d’un questionnement.

En phase d’urgence, quelle est la priorité majeure ? La sauvegarde de réacteurs endommagés ou la protection sanitaire des populations, des travailleurs et de l’environnement ?

Comment construire des scénarios d’accidents – je pense aux exercices de crise évoqués tout à l’heure ? Actuellement, ils sont toujours construits à partir d’événements à cinétiques rapides. Or la crise de Fukushima est loin d’être terminée, tandis que l’exploitant a annoncé pouvoir peut-être maîtriser le refroidissement au bout de trois mois et faire baisser significativement la radioactivité au bout de neuf mois. Ces scénarios sont totalement différents de ceux que nous avions anticipés.

Quelle est la réalité de l’application des dispositions de crise dans une telle temporalité ? Il y a eu une « mise à l’abri » entre 20 et 30 kilomètres de l’accident de Fukushima. Or ce genre de dispositif de confinement ne peut se concevoir qu’un ou deux jours, mais pas durant plusieurs semaines.

Jusqu’à quelle élasticité des limites réglementaires une situation d’urgence radiologique peut-elle conduire ? Après Fukushima, la limite de 100 millisieverts a été poussée à 250 mSv pour les travailleurs volontaires. Or pour l’ouverture des crèches et des écoles, la limite a été fixée à 20 mSv. Pour nous, ce mode de gestion japonais est profondément choquant et doit être discuté. Ainsi, la poussière prélevée dans les crèches et les écoles par les représentants des parents d’élèves a révélé des niveaux de contamination très élevés. C’est pourquoi nous nous sommes associés à des campagnes de pétitions.

Dans cette phase d’urgence et post-accidentelle, je m’appuierai sur la revue Nature, qui, dans son numéro du 21 avril reprenant un travail des universitaires de Columbia, déclare : « Aujourd’hui, 152 installations nucléaires dans le monde sont installées à moins de 75 kilomètres d’au moins 1 million d’habitants. »

Par conséquent, quelle est la crédibilité de la mise en œuvre des plans de protection des populations lorsque l’on a de grandes quantités de populations à gérer ? Quel est le potentiel des structures d’accueil dans un processus d’évacuation ?

Ne risque-t-on pas, à travers des niveaux admissibles de doses, d’avoir une approche de la protection sanitaire en fonction de la taille des populations concernées ? J’entends des niveaux qui peuvent être protecteurs si la taille des populations est très faible, mais qui seront laxistes si la taille des populations est importante.

Selon le quotidien japonais Asahi Shimbun daté du 4 mai, le gouvernement japonais estime à 33 milliards d’euros le montant total des indemnisations liées à l’accident de la centrale de Fukushima. Quelle est alors la responsabilité des exploitants en matière d’indemnisation ? Cette question est fondamentale. TEPCO a déjà clairement fait savoir que c’est à l’État de payer…

En France, la responsabilité d’un exploitant se limite à 95 millions d’euros ! Or les estimations pour Tchernobyl s’élèvent à quelques centaines de milliards d’euros – et elles seront certainement équivalentes pour Fukushima.

À l’évidence, les coûts humains, sociétaux, économiques et environnementaux ne sont couverts que de façon dérisoire. Les études de sûreté traitent les événements potentiels de façon séquentielle. Or il est nécessaire de concevoir des scénarios cumulatifs, ou à « effet domino », et d’en évaluer les conséquences de façon déterministe, autrement dit en considérant que les mesures de protection des accidents sont successivement mises en défaut. Il faut imaginer l’imaginable. Un événement majeur initiateur, une catastrophe naturelle, pourrait affecter tout un territoire si une usine Seveso venait alors à rejeter des gaz toxiques qui empêcheraient tout accès au site pendant un certain temps. Il faut donc penser aux effets domino, et pas seulement au défaut de refroidissement d’un réacteur, et imaginer des scénarios très complexes. Tous ces aspects ne sont pas pris en compte parce que nous sommes dans une approche probabiliste.

La question n’est pas seulement technique, elle est aussi sociétale et éthique. Là encore, je resterai dans un questionnement.

Peut-on en rester à une approche stochastique, raisonner sur la seule notion de risque ? N’y a-t-il pas un niveau de danger potentiel où la société peut considérer que, même si le risque est très faible, la pratique ne peut être développée ?

Quid de l’application du principe de justification, élaboré par la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) au début des années soixante-dix, introduit dans le droit français depuis 2001 et intégré au code de la santé publique depuis avril 2002 ? Selon nous, ce principe n’est pas appliqué.

Le lancement d’un programme nucléaire relève d’une décision nationale, mais les conséquences peuvent être internationales. Un accident nucléaire n’a pas de frontière : quels sont alors les choix pour les pays riverains ?

Enfin, au nom de l’éthique, ne doit-on pas intégrer le caractère transgénérationnel des décisions que nous prenons aujourd’hui – pour le confort de la génération actuelle ?

En tout état de cause, la décision de poursuivre un programme nucléaire ne peut, selon nous, relever que d’un processus entièrement démocratique et transparent, au terme d’un authentique débat national qui devra au préalable éclairer les citoyens sur tous les tenants et les aboutissants.

M. Bruno Sido. Je constate que le représentant de la CRIIRAD est absent.

Je donne maintenant la parole aux organisations internationales, que je tiens à remercier car elles ont fait l’effort d’envoyer des représentants et ont accepté de se prêter à notre audition parlementaire.

Je souhaiterais que chacun des intervenants nous parle de la coopération internationale en matière de préparation à la gestion post-accidentelle et nous informe du degré d’avancement des principaux pays dans ce domaine.

À cet égard, où en était le Japon au moment du tsunami de mars ? Quelles ont été, dans la gestion de la situation à Fukushima et ses environs, la part de réaction anticipée à travers une préparation antérieure et la part de décisions non planifiées ?

Monsieur Augustin Janssens, vous qui représentez la Commission européenne, pouvez-vous nous indiquer si l’effort français de préparation à la gestion post-accidentelle a son équivalent dans d’autres pays d’Europe ?

L’effort de préparation au niveau international

M. Augustin Janssens, de la Commission européenne. Je représente la Commission européenne, mais seulement sous l’angle de la protection radiologique des populations dont j’ai la responsabilité. Mon intervention ne consistera donc pas en des prises de position officielles de la Commission.

Fukushima est un accident majeur qui a été classé au niveau 7 de l’échelle INES. On peut cependant se demander si le niveau 6 n’aurait pas été plus approprié, comme l’avait préconisé l’ASN dès le début de l’accident. Les rejets représentent en effet 10 % de ceux de Tchernobyl et la direction des vents a poussé les émissions radioactives vers l’océan, ce qui a limité les conséquences radiologiques pour le Japon.

Bien que majeur, l’accident de Fukushima n’est qu’un élément d’une catastrophe naturelle de très grande ampleur. Il présente des particularités dont il faudra tirer les leçons. Nous ne nous attendions pas, en effet, à une telle situation, avec de nouveaux éléments inquiétants ou rassurants tous les jours, voire plusieurs fois par jour. En outre, même s’ils représentent aujourd’hui moins de 1 % de ceux de la première semaine, les rejets se poursuivent. Cet élément très important doit être pris compte dans la gestion de l’accident. Surtout, la situation des réacteurs est encore instable, ce qui est un facteur important en matière d’évacuation de population.

Les mesures de confinement et d’évacuation reposent sur des critères de court terme, alors que la situation actuelle contraint le Japon à maintenir cette évacuation. Celle-ci perdurera tant que les réacteurs ne seront pas stabilisés. Autrement dit, une grande partie de la population ne pourra pas réintégrer ses habitations avant une longue période.

Je pense que la dose n’est pas un élément prépondérant dans les décisions. D’ailleurs, l’interprétation de la dose est un facteur qui prête à confusion dans la mesure où existent des limites de doses en situation normale, définies par des normes de base européennes, et des limites en situation d’urgence bien supérieures pour les travailleurs et la population.

Au niveau européen, les normes de base de protection radiologique définissent les niveaux. Une nouvelle norme de base, fruit de cinq années de travail de notre groupe d’experts, sera proposée cet été par la Commission et définira plus clairement les situations normales, les situations d’urgence et les situations existantes telles que définies par la CIPR, en particulier dans sa publication 111 sur la gestion post-accidentelle.

Sous la pression politique et celle des médias, l’Union européenne a été contrainte, après l’accident, de prendre des mesures relatives à l’importation de biens en provenance du Japon, en particulier de denrées alimentaires, et à l’entrée des bateaux en Europe.

S’agissant des denrées alimentaires, le règlement Euratom n° 3954 prévoit des valeurs prédéfinies et des contrôles en cas accident majeur sur le territoire européen. Le volume d’importation en Europe de produits japonais étant habituellement très faible, il n’y avait, à première vue, aucune raison de mettre en œuvre ce règlement, mais la pression était telle que nous avons dû instaurer des contrôles. Ils ont d’abord été menés par référence à nos valeurs préétablies. Mais le Japon ayant des valeurs plus basses, nous avons ensuite été amenés à introduire, à titre provisoire, les valeurs japonaises avec l’engagement de ce pays de ne pas exporter ses denrées alimentaires, et nous avons effectué les vérifications en Europe sur la même base.

S’agissant de l’entrée des bateaux en Europe, nous ne disposions d’aucun texte. Une information non obligatoire a alors appelé les États membres à vérifier l’absence de toute contamination dans les cargos et les conteneurs. Mais les critères ont été improvisés après une consultation rapide des États membres et devront donc être confirmés par nos experts scientifiques au mois de juin.

Je pense qu’il serait très intéressant d’étendre l’initiative CODIRPA à d’autres pays européens, où elle n’a pas d’équivalent. La plupart d’entre eux demandent, pour le contrôle des bateaux par exemple, à gérer ce genre de crise comme une situation normale et d’appliquer le règlement relatif aux transports, comme pour le transport de substances radioactives ! C’est la preuve qu’une réflexion plus approfondie sur la gestion post-accidentelle et une harmonisation européennes s’imposent.

M. Bruno Sido. Monsieur Ted Lazzo, vous qui répresentez l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire, pouvez-vous nous dire si l’état de préparation du Japon dans la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire est à l’image de la remarquable capacité de ce pays à anticiper les séismes ?

M. Ted Lazzo, de l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire. L’Agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE (AEN) est une organisation intergouvernementale composée de 29 pays d’Europe, d’Amérique du Nord, dont les États-Unis, et d’Asie-Pacifique, dont le Japon et la Corée du Sud. Dans les cas d’urgence, notre statut ne nous impose pas d’agir dans le cadre de normes ou d’échanger, comme le fait l’AIEA, des informations. Cependant, depuis 1979, nos pays membres ont largement abordé les questions relatives à la préparation et à la conduite à tenir en cas d’urgence. Il est donc de notre mission d’aider les pays membres à échanger leurs expériences et leurs informations.

Depuis 1993, nous avons mené quatre exercices internationaux d’urgence, intitulés INEX, auxquels ont participé une trentaine de pays. Ces exercices permettent d’appréhender les aspects internationaux d’une crise comme celle de Fukushima en matière de communication et de traitement de l’information. Récemment, notre groupe d’experts sur les cas d’urgence s’est réuni pour discuter des modalités permettant aux pays membres de mieux partager leur expérience.

Même si certaines choses sont bien faites, je centrerai mon intervention sur trois points que nos pays membres doivent améliorer.

La préparation, d’abord.

Il faut revoir les actions en matière de préparation et de protection au regard des rejets longs, car nous savons désormais que les rejets peuvent être beaucoup plus longs que ce que nous croyions. Par conséquent, nos pays doivent rediscuter de l’évacuation, de l’éloignement, de la mise à l’abri et de la protection des travailleurs, afin d’améliorer leur capacité à mieux protéger les populations, les travailleurs et l’environnement.

En outre, il faut revoir en profondeur la préparation dans un contexte d’urgences multiples –récemment, une série de tornades a dévasté les États-Unis et provoqué l’arrêt de réacteurs nucléaires – afin que les États membres puissent mettre en commun leurs informations et augmenter leur capacité de réaction.

La disponibilité de l’information, ensuite.

Après l’accident de Fukushima, tous les pays ont demandé à disposer d’une information immédiate en provenance du Japon. En effet, nombre d’entre eux n’avaient pour seule source d’informations que les médias, notamment CNN, la BBC ou des stations japonaises, et ne disposaient donc que d’informations plus ou moins fiables.

Un accident nucléaire dans un pays touche le monde entier. Nous devons donc être prêts à affronter, chez nous, un accident survenu ailleurs. Cela signifie que nous devons être prêts à fournir un grand nombre d’informations à l’international, traduites en anglais. Sur ce dernier point, je salue l’effort des Japonais. Nous avons noté un grand nombre de relations bilatérales et d’échanges d’informations entre le Japon et les autres pays au sujet de l’accident, du terme source, des résultats de la surveillance et des contrôles. Ainsi, tous les États représentés à l’AEN ont réalisé leurs propres calculs pour protéger leurs populations respectives présentes au Japon et prévoir le passage du nuage sur leur territoire. C’est la preuve que les États membres peuvent et doivent être prêts à produire ce genre d’informations et à les communiquer de façon claire et transparente aussi tôt que possible.

En outre, il est très important que les États soient prêts à discuter avec les parties prenantes des décisions majeures, comme celle de rouvrir ou non les écoles. Les niveaux de référence utilisés dans ces contextes peuvent en effet être discutés.

La coordination des décisions, enfin.

Tous les pays de l’AEN ont formulé des recommandations et pris des décisions pour leurs citoyens présents au Japon. L’AIEA nous ayant chargés de la collecte de ces décisions et recommandations, nous avons constaté que toutes étaient cohérentes. Ainsi, les Japonais ont proposé l’évacuation entre 20 et 30 kilomètres de l’accident. Toutefois, les Américains ont proposé un rayon de 80 kilomètres, et plusieurs pays les ont suivis. C’est la preuve que les discussions entre États sur ce type de décisions, avant qu’elles ne soient rendues publiques, sont très utiles. Certes, les pays protègent d’abord leurs propres intérêts, mais ils peuvent coordonner, à défaut de les harmoniser, ce type d’informations afin d’être capables de prévoir des mécanismes visant à les échanger en temps réel.

Autre exemple : tous les pays ont réagi à peu près de la même manière, en prenant des décisions s’appliquant aux cargaisons et aux voyageurs en provenance du Japon et en recommandant à leurs populations respectives d’éviter de se rendre au Japon si cela n’est pas nécessaire. Il aurait cependant été utile pour les gouvernements de savoir ce qu’avaient décidé les autres pays avant de prendre eux-mêmes leurs décisions.

Pour terminer, je tiens à souligner que les trois points que je viens d’évoquer sont traités par le CODIRPA. Ils sont très importants et doivent être débattus afin de prévoir des mécanismes et des approches crédibles.

M. Bruno Sido. Maintenant, M. Finn Ugletveit, de l’Autorité de radioprotection norvégienne, va s’exprimer au nom de l’Association des responsables des autorités européennes compétentes en radioprotection (HERCA). Je précise que M. Finn Ugletveit remplace M. Ole Harbitz.

M. Finn Ugletveit, de l’Association des responsables des autorités européennes compétentes en radioprotection (HERCA). Mon directeur général, M. Ole Harbitz, ne peut être présent aujourd’hui et m’a demandé de le remplacer. Je vous indique également que je travaille au sein de l’Autorité norvégienne de radioprotection.

L’Association des responsables des autorités européennes compétentes en radioprotection, HERCA, a été mise en place en 2007 à la suite d’une proposition de l’ASN. L’objectif premier de cette association est de s’assurer de l’efficacité du réseau et de l’existence d’échanges d’informations entre les autorités compétentes afin que puissent se dégager des consensus sur des questions importantes et d’un intérêt commun.

Ce réseau a créé cinq groupes de travail, dont un sur les situations d’urgence et les réactions à adopter en la matière.

Je voudrais insister, dans mon intervention, sur le mécanisme de prise de décision en Europe.

Nous reconnaissons que chaque pays est responsable de ses propres décisions. Néanmoins, nous pensons que si les pays européens prennent des décisions différentes, cela peut avoir une influence négative sur la crédibilité de celles-ci. C’est pourquoi un groupe de travail a été créé afin d’étudier cette question et d’aboutir à une harmonisation des réactions européennes en cas de situation radiologique d’urgence.

Ce groupe de travail a fait une proposition, mais sous la forme d’une approche théorique. C’est pourquoi nous mettons actuellement sur pied un nouveau groupe qui travaille à l’élaboration d’une méthode pratique susceptible de permettre aux autorités de prendre des décisions cohérentes entre elles au sein de l’Europe.

Lorsque l’accident de Fukushima est survenu, le mandat de ce nouveau groupe de travail était en cours de rédaction. La situation était extrêmement complexe pour les États européens, puisqu’en réalité cinq ou six accidents parallèles se déroulaient.

Nous reconnaissons également que les États ont la responsabilité de leurs citoyens à l’étranger. De fait, tous les États d’Europe ont pris des décisions au sujet de leurs citoyens présents au Japon.

Nous reconnaissons aussi que les pays ont produit des évaluations et des conclusions différentes. Et c’est bien pour cette raison qu’ils n’ont, parfois, pas pris les mêmes décisions.

En outre, les autorités compétentes en matière de radioprotection ont joué des rôles différents dans le processus de prise de décision. Dans certains pays, ce processus est très intégré ; dans d’autres, ce genre d’organisme n’a qu’un rôle de conseiller. Nous devrons en tenir compte dans nos conclusions.

Par conséquent, nous avons légèrement amendé le mandat du groupe de travail pour le concentrer sur le processus de prise de décision en matière d’accident nucléaire. En effet, certaines des dispositions prises en Europe après l’accident se sont révélées absurdes.

Le groupe de travail sera bientôt totalement opérationnel et pourra remplir son mandat. Il jouera un rôle important en vue de l’élaboration d’un processus de prise de décision plus cohérent à l’échelle européenne en matière d’urgences radiologiques. Cela nécessitera bien sûr un travail de coordination et de collaboration avec les autres organisations internationales.

M. le président Claude Birraux. Je vais maintenant lire quelques questions émanant de la salle.

« Il a été dit à trois reprises que la catastrophe de Fukushima est due à un séisme suivi d’un tsunami. Mais pourquoi ne pas mentionner la décision humaine de construire un objet technique aussi dangereux dans un territoire dont les fragilités sont connues ? C’est pourtant le seul paramètre sur lequel nous avons prise. »

Personnellement, j’ignore sur quoi nous avons prise dans de telles catastrophes…

Maintenant, une question qui s’adresse plus particulièrement à M. Barbey, le représentant de l’ACRO : « À quel titre peut-il parler des cancers radio-induits de la thyroïde ? Que connaît-il de la physiologie de la thyroïde, de la physiopathologie et des différents types de cancers de la thyroïde ? N’admet-il pas que seuls les spécialistes sont habilités à s’exprimer et à engager personnellement leur responsabilité sur les propos tenus ? »

Je rappelle que M. Barbey a demandé à M. Repussard de clarifier sa déclaration sur les médecins généralistes qui se trompent sur l’iode.

M. Pierre Barbey. J’ai demandé à M. Repussard de préciser son propos, mais je ne me suis pas permis de parler des cancers de la thyroïde.

Je ne suis pas seulement un représentant associatif. En tant qu’universitaire, maître de conférence en biochimie et en biologie cellulaire, je donne des cours à l’université, en particulier sur la thyroïde ! Par conséquent, ce discours selon lequel seuls des spécialistes nommés « médecins » peuvent s’exprimer sur certains sujets m’horripile !

M. le président Claude Birraux. Lorsque je suis malade, je préfère aller voir mon médecin !

M. Pierre Barbey. La médecine est une chose. Les mécanismes biologiques et physiologiques en sont une autre.

M. le président Claude Birraux. Voici d’autres questions dont je donne lecture.

« L’approche probabiliste dans le domaine de la filière nucléaire a été rejetée et est préconisée une démarche déterministe. Au nom de quoi réserver cette démarche du tout ou rien au nucléaire, élargie à tous les autres domaines industriels ou sociaux ? Une telle approche ne nous condamnerait-elle pas à l’immobilisme, voire à s’interdire toute action ? Poussée à ses limites ultimes, une telle démarche philosophique conduirait à renoncer à toute innovation. »

« En cas d’accident nucléaire grave, il est prévu de mettre à l’abri les enfants dans les écoles et les crèches, les parents dans les bureaux. Mais si l’évacuation doit se faire ensuite, selon quelle priorité doit-elle être organisée : les enfants et les femmes d’abord, puis les adultes valides ? Peut-on construire démocratiquement ces priorités ? ». Cette question entrait plutôt dans le cadre de la table ronde précédente…

Une question porte sur le coût élevé des précautions

Enfin, une autre question pour savoir qui décide, et quand, de l’implantation de multiples entreprises de type Seveso ou nucléaires.

M. André-Claude Lacoste. Plusieurs questions ont porté sur les limites des approches déterministe et probabiliste.

En France, notre position doctrinale s’appuie depuis fort longtemps sur une démarche déterministe, éclairée par des compléments fondés sur des probabilités.

Selon moi, Fukushima va nous conduire à dépasser l’affirmation selon laquelle on ne prend pas en compte un scénario totalement improbable, et à adopter une approche tout à fait nouvelle et extrêmement complexe. Celle-ci consistera à dire : peu importe par quel moyen on aboutit à tel état, voyons comment l’installation résiste et ce qui se passe.

Une question a porté sur le choix de construire des centrales nucléaires au Japon dans des zones soumises aux séismes et aux tsunamis. N’y a-t-il pas des choses, dont les conséquences même improbables sont tellement insupportables, que l’on refuse a priori de les envisager ? C’est une vraie question sur laquelle chacun a le droit de se déterminer, soit en scientifique, soit en citoyen.

M. Jacques Repussard. L’interpellation de M. Barbey est tout à fait légitime. Je ne suis ni médecin, ni spécialiste de la thyroïde.

Cela dit, il a été démontré de manière déterministe que des expositions assez fortes à de l’iode radioactif génèrent des cancers de la thyroïde. Cela s’est révélé exact en Biélorussie, en Russie et en Ukraine.

À la suite de l’accident de Tchernobyl, des dépôts radioactifs ont été détectés dans les Vosges, le Jura, une partie des Alpes et en Corse : ils atteignaient plusieurs dizaines de milliers de becquerels par mètre carré.

Pour autant, on ne peut déduire de la quantité de dépôt au sol la dose de radioactivité reçue par les habitants de lieux. Cette erreur de raisonnement, fréquente, a créé nombre de polémiques.

Aurait-il fallu, au nom du principe de précaution, prendre des mesures de limitation ? Je n’entre pas dans ce débat.

En France, il existe plusieurs types de cancers de la thyroïde, mais aucun d’entre eux n’a une signature radiologique automatique. Les cancers radio-induits ont la même forme que des cancers spontanés, pour des raisons que l’on ne comprend pas.

On peut calculer le nombre de cancers de deux façons.

D’abord, à partir d’une estimation des doses de radioactivité reçues par la population, en appliquant les règles de la CIPR et les données théoriques sur la radioprotection – la relation linéaire sans seuil, qui est la doctrine de la radioprotection. On arrive ainsi à la conclusion – et c’est tout le travail qui a été validé par le Conseil scientifique de l’IRSN – que les doses de radioactivité que reçoit la population en France sont davantage gouvernées par l’alimentation que par l’exposition directe aux dépôts. En France, où les gens se nourrissent généralement de produits achetés au supermarché, la dose se situe en moyenne à des niveaux très bas. Par ailleurs, les personnes qui vivaient sur des territoires plus contaminés que d’autres n’avaient pas forcément reçu des doses significativement plus élevées.

En partant de ces doses, reconstituées de manière théorique, et en appliquant la relation linéaire sans seuil, on a calculé que le nombre de cancers de la thyroïde liés à Tchernobyl est compris entre 50 et 70 sur une période de vingt-cinq ans. On a même des prévisions jusqu’en 2025. Il se trouve que ce nombre de cancers est le même que celui de la variation naturelle. Cette conclusion a été validée scientifiquement. On ne peut donc pas, d’un point de vue épidémiologique, parler d’un effet attendu.

Ensuite, on peut calculer le nombre de cancers en constatant les cas. À cet égard, le rapport de l’Institut de veille sanitaire, dont les conclusions ont été établies à partir des registres relatifs aux cancers des enfants, conforte les prévisions calculées par l’IRSN. Ce rapport mentionne une tendance à l’accroissement de l’incidence du cancer de la thyroïde dans la population française – incidence antérieure à Tchernobyl et dont on ne comprend pas la cause –, mais il indique aussi que la densification des équipements permettant de détecter les cancers doit être pris en compte. Toutefois, je ne m’avancerai pas sur ce dernier point qui ne relève pas de mon domaine de compétences. Or les médecins généralistes n’ont pas eu accès à toutes ces données.

Nous ne prétendons pas qu’il n’y a pas eu de cancers radio-induits. Nous disons seulement qu’une épidémie de cancers de la thyroïde liée aux dépôts de Tchernobyl n’est pas avérée.

LA GESTION DE CRISE EN CAS D’ACCIDENT NUCLÉAIRE
VENDREDI 13 MAI 2011

Préfecture du Nord-Pas-de-Calais (Lille)

Audition publique, ouverte à la presse

M. le président Claude Birraux – A la suite de l’accident nucléaire de Fukushima, l’Office a été saisi par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, d’une étude sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir. Pour cette mission, 8 députés et 8 sénateurs des commissions permanentes concernées ont rejoint les 18 députés et les 18 sénateurs de l’Office. Celui-ci a décidé, sur la suggestion des rapporteurs, M. Bruno Sido, sénateur, et M. Christian Bataille, député, de se rendre sur plusieurs sites nucléaires français. Nous nous sommes rendus à la centrale de Nogent-sur-Seine ; d’autres visites sont prévues d’ici le 15 juin, dans des centrales, mais aussi des usines en amont et en aval du cycle du combustible : Flamanville-La Hague, Tricastin, Fessenheim, Areva au Creusot et à Chalon-sur-Saône.

Il nous a paru indispensable de voir Gravelines, le plus important centre de production nucléaire d’électricité (CNPE), non seulement en France, mais dans toute l’Europe occidentale. Six réacteurs y représentent une puissance totale de 5 400 mégawatts, soit 9 % de la production nucléaire nationale. La centrale nous intéresse également en raison de sa situation en bord de mer et de sa proximité avec plusieurs sites industriels classés Seveso, d’où d’éventuels effets domino des risques. Nous l’avons visitée hier en présence de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), après avoir rencontré les membres de la Commission locale d’information (CLI) et des représentants syndicaux.

Enfin, parce qu’une population importante vit dans les agglomérations voisines de Calais et de Dunkerque, il nous a paru nécessaire d’entendre ce matin les représentants des principaux services publics locaux qui devraient gérer une éventuelle crise. Les intervenants évoqueront les plans particuliers d’intervention (PPI) et la protection de la population, la gestion de la communication de crise nucléaire, l’intégration des dispositifs spécifiques dans le cadre ORSEC.

Je remercie M. Dominique Bur, Préfet du Nord et de la région Nord-Pas-de-Calais, de nous accueillir aujourd’hui à la préfecture ; les services ont organisé cet événement avec une grande disponibilité, malgré la visite récente du président de la République, concomitante de l’arrivée du nouveau préfet.

M. Dominique Bur, préfet du Nord, préfet de la région Nord-Pas-de-Calais. – Je souhaite la bienvenue aux parlementaires membres de l’Office, dont je sollicite l’indulgence, étant en poste ici depuis à peine huit jours !

Votre mission prend un relief particulier après les événements récents au Japon. La sécurité dans le Nord est un enjeu à la mesure de ce département frontalier, très peuplé – 2,5 millions d’habitants – et fortement urbanisé. Le profil de risque est également exacerbé par le milieu naturel et l’histoire économique de la région. Les inondations sont fréquentes dans les vallées de la Sambre et de la Lys, dans la plaine de la Flandre maritime... A faible relief, forte durée de submersion. La tornade à Hautmont en août 2008 (4 morts), les inondations à Cambrai en septembre 2008 (1 mort), ont marqué les esprits.

En 2002, le littoral a été touché par la pollution consécutive à la collision entre Le Tricolore et un autre navire, au large de Dunkerque. L’opération de relevage du bateau échoué a duré un an ! Le corridor maritime entre la Manche et la mer du Nord est intensément fréquenté, 800 navires par jour, dont 250 transportant une cargaison dangereuse, 25% du trafic mondial de marchandises et de passagers. Le front de mer est soumis aux risques de submersion marine par des vagues déferlantes. Enfin, autre risque naturel, 113 communes, dont Cambrai, Lille, Valenciennes, risquent d’être affectées par des mouvements de terrain, effondrements ou affaissements qui causent des dommages aux bâtiments.

Sur cette terre industrielle, les entreprises sont juxtaposées, certaines dangereuses ; 23 sont classées en Seveso seuil haut et autant en seuil bas. Le tissu urbain est très dense autour. Gravelines est implantée à égale distance de Calais et de Dunkerque. Ce pôle nucléaire comprend 6 unités, qui représentent 9% de la production française. La sécurité du site est une préoccupation constante des pouvoirs publics. L’exploitant est en charge de la sûreté des installations, l’Etat assure la protection des populations, les élus sont les relais indispensables de toutes les mesures prises. Un élu de Gravelines est du reste présent dans la salle ce matin.

Des contrôles constants sont réalisés sur 20 000 points et exposés à la CLI. Le 18 janvier dernier, un exercice préalable à la refonte des plans particuliers d’intervention a eu lieu. Un certain nombre de communes doivent également se doter de plans communaux de sauvegarde. Dans le Nord, sur les 147 PPI obligatoires, 105 sont déjà réalisés. Les autres communes sont incitées à se doter d’un document plus succinct, mais indiquant les dispositions à prendre en cas de crise.

La sécurité est l’affaire de tous, rappelle la loi du 13 août 2004, et il faut communiquer intelligemment pour agir efficacement. La perfection est difficile à atteindre, mais votre rapport, mesdames et messieurs les parlementaires, sera extrêmement utile pour renforcer la transparence de notre action.

L’improvisation n’est pas possible. L’organisation doit être claire, lisible, logiquement articulée, et les plans d’urgence directement exploitables. La souplesse est nécessaire pour adapter l’action à la crise en cours. Des exercices réguliers sont indispensables ; nous en avons fait un en début d’année.

Fukushima, après AZF, nous enseigne qu’il faut aussi prendre en compte les risques à infime probabilité d’occurrence. Voilà non pas une prémonition du risque, mais bien notre hypothèse de travail, afin de nous hausser à un très haut niveau d’anticipation. Il est important d’identifier une seule autorité légitime et pertinente. Le préfet, directeur des opérations de secours, assume un rôle de coordonnateur entre les services de l’Etat, les collectivités locales, les associations de secouristes, les opérateurs et les entreprises privées.

Vous avez reconnu les trois thèmes essentiels qui forment le tronc commun des problématiques que vous allez aborder ce matin.

M. Christian Choquet, préfet de la zone de défense et de sécurité Nord. – Le décret du 4 mars 2010 a défini l’échelon zonal comme celui de la préparation et l’exécution des mesures de sécurité nationale : analyse des risques, planification interministérielle, exercices, veille opérationnelle, coordination de la sécurité civile, coordination des forces militaires et maritimes, action et relations transfrontalières, relations avec les opérateurs d’importance vitale, information de circulation routière, qui a une grande importance dans de telles circonstances… Le principe de subsidiarité s’applique et la zone ne se substitue au département que lorsque la crise à gérer dépasse le cadre départemental.

En cas de crise dans la Manche ou en mer du Nord, le préfet de zone est ainsi en relations avec le préfet maritime. Le préfet de zone assure les relations transfrontalières. Songez ainsi qu’une crise à Gravelines aurait aussi pour conséquence de concrétiser le rêve napoléonien, elle provoquerait un blocus continental, isolerait l’Angleterre. Dans les relations avec la Belgique, il ne faut pas oublier que la sécurité concerne deux autorités provinciales, la Flandre occidentale et le Hainaut – nous étions lundi dernier avec le gouverneur de Flandre occidentale. Enfin, la manœuvre de circulation, manœuvre macro, dépasse toujours le cadre départemental, dans cette région où circulent 15 000 poids lourds, dont une bonne part en transit international. L’évacuation de la population excède aussi le cadre du département.

M. le président Claude Birraux. – Vous l’avez compris, aujourd’hui est un jour exceptionnel ; c’est d’ailleurs l’anniversaire de notre rapporteur, Christian Bataille. (Applaudissements)

M. Christian Bataille, député, rapporteur de l’OPECST. – Nous n’avons pas pour ambition de mener une étude exhaustive sur tout ce qui touche à l’industrie nucléaire française. Vous serez les seuls à témoigner de la mobilisation dans un département en cas d’accident nucléaire. Nous nous penchons ainsi sur les cas les plus représentatifs, qu’il s’agisse de la production nucléaire avec Gravelines ou Nogent-sur-Seine, des centres de recherche avec Tricastin et La Hague, des industries de la filière, au Creusot et à Chalon. Nous voulons informer nos collègues parlementaires et donner notre sentiment au gouvernement. Nous étudions en citoyens ce sujet qui préoccupe tout le monde.

La protection de la population

M. Stéphane Dhée, directeur par intérim, Service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de la protection civile (SIRACEDPC). – L’alerte est le premier acte en cas d’accident. Les sirènes PPI sont mises en œuvre par le préfet, voire par le directeur de la centrale nucléaire en cas d’événement à cinétique rapide. Elles ont une portée de 2 kilomètres théoriquement – moins, en fait, car le son est étouffé dans les bâtiments. Le réseau national d’alerte – les sirènes du mercredi – sera refondu d’ici 2017.

Moyen le plus moderne, le SAPPRE, système d’alerte des populations en phase réflexe, consiste à appeler par automate tous les numéros fixes dans un rayon de 2 kilomètres. En l’occurrence, à Gravelines, le périmètre a été étendu à toute l’agglomération. On sait qui a répondu et reçu l’alerte – uniquement ceux dont les coordonnées figurent dans l’annuaire universel. Le 18 janvier, 6 000 abonnés au téléphone ont été appelés en cinq minutes ; si personne ne décrochait, l’appel a été renouvelé, six fois. Finalement, environ 71% des appels ont abouti. Le système a été imaginé pour les événements à cinétique rapide, mais il est à envisager également en cinétique lente, car les deux types de crise comportent une phase réflexe – il faut le prévoir dans le plan particulier d’intervention de la centrale.

Il y a aussi les conventions passées avec les médias locaux ou nationaux, ici les radios France Bleue Nord et Delta FM. Le 18 janvier dernier, l’expérience a été un succès. La collaboration en amont est essentielle ; le message doit être ferme, mais pas anxiogène ; le cahier des charges simplifié prévoit une alerte diffusée toutes les 15 minutes, insérée intelligemment dans les émissions. Des véhicules avec haut-parleurs sillonnent aussi les zones concernées pour donner des consignes sur le comportement à tenir.

Après l’alerte, les mesures de protection de la population consistent essentiellement en l’évacuation et la mise à l’abri. La doctrine nationale est concrétisée dans les PPI, qui distinguent, dans la phase d’alerte, un scénario à cinétique rapide, avec mise à l’abri de la population dans un rayon de 2 kilomètres, et deux scénarios lents, dans lequel la population est évacuée dans les 5 kilomètres ; au-delà de 5 kilomètres, il s’agit non d’évacuation, mais de mise à l’abri. Le préfet peut adapter les mesures, décider par exemple l’évacuation d’une zone excédant 5 kilomètres.

Dans les périmètres où la mise à l’abri consiste en un confinement au domicile, il faut éteindre les systèmes de ventilation, boucher les ouvertures, écouter la radio. Le 18 janvier, la population s’est pliée à l’exercice au point que la presse a parlé de Gravelines comme d’une « ville morte ». Le travail de préparation mené avec le maire et la CLI a été relayé par le SAPPRE et les radios.

La mise à l’abri de la radioactivité ambiante ne règle pas définitivement la question de la protection de la population. Au fur et à mesure des rejets radiologiques, l’efficacité des mesures tend à diminuer. Du point de vue de la communication, il convient d’éviter que les recommandations soient perçues comme attentistes, éloignées des grandes manœuvres d’évacuation spectaculaires. On considère qu’il n’est pas possible de recommander aux gens de se calfeutrer chez eux pendant plus de 48 heures, pour des raisons psychologiques.

Or l’évacuation, en milieu urbain, exige un positionnement préalable des forces de l’ordre, pour organiser la circulation sur les routes. A Gravelines, l’évacuation, à proximité de la mer, de la Belgique, excède le cadre départemental. Le préfet ne l’ordonne que si l’atmosphère n’est pas contaminée, d’où l’intérêt des mesures.

L’exercice du 13 mars 2007 ne comprenait pas une évacuation réelle, mais il a mis en évidence le fait que la population évacuait par elle-même, spontanément. La question est donc de savoir comment accompagner les flux. Le travail conjoint mené sous l’autorité du préfet a abouti à un dispositif réaliste. L’exercice de 2011 incluait l’évacuation réelle, soit 1 750 foyers et 1 000 écoliers.

Sont présents, dans les centres de regroupement, du personnel municipal et des secouristes. Le maire de Gravelines a voulu qu’un élu soit présent dans chaque centre de regroupement et qu’une traçabilité des personnes soit organisée, afin de pouvoir informer les proches via la cellule du département. Ce travail très lourd gagnerait à être automatisé, grâce à Sinus, système d’identification des victimes numérique standardisé. Des autocars ont emmené les personnes hors de la zone.

Les gens, contrairement à ce qui avait été escompté, ont peu participé à l’exercice, peut-être parce que celui-ci avait lieu en journée et dans une zone résidentielle où se trouvaient peu de personnes. Quelques centaines au maximum ont été évacuées. Mais il a été ainsi possible d’étudier la typologie des personnes qui dépendent des secours, personnes âgées, ou ne possédant pas de voiture. Un dispositif plus léger, s’adressant aux personnes dépendantes, a donc été jugé préférable et confié aux maires.

Le 18 janvier, 55 autocars avaient été affrétés. La direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) tient à jour une base de données des entreprises de transport et des entreprises de travaux publics avec des coordonnées pour les joindre jour et nuit. Leur participation est de plus en plus importante dans la gestion des crises : ainsi, pendant l’épisode neigeux, des autocars ont été mobilisés pour aller secourir les automobilistes bloqués par la neige.

Il y a toujours des refus d’évacuer. En l’occurrence, peut-être était-ce dû au fait qu’il s’agissait d’un exercice ? Mais il faut prévoir cet aspect. Pour les établissements scolaires, un plan particulier de mise en sûreté est prévu et l’on demande aux parents de ne pas venir chercher leurs enfants à l’école. On peut douter du respect de cette consigne… Sous la conduite du maître, les élèves sont conduits vers d’autres établissements scolaires. Les classes forment le public idéal pour les exercices d’évacuation, puisqu’il s’agit d’un public qu’on peut dire captif.

Les plans d’évacuation des maisons de retraite et maisons médicalisées sont établis en concertation avec l’Agence régionale de santé (ARS). En janvier dernier, deux personnes étaient intransportables. Il faut prévoir une présence médicale pour celles-là.

Quant aux activités industrielles non interruptibles, Gravelines compte essentiellement des entreprises sidérurgiques comme Rio Tinto Alcan. Il y a aussi Total. Ces deux entreprises sont du reste représentées au sein de la CLI, qui a mené des travaux innovants et conduit des actions d’information en mai 2008, septembre 2009 et décembre 2010 – nous avions alors distribué à une soixantaine de chefs d’entreprise les fiches prévues dans le PPI et établies par la Dreal. Ces documents comprennent des recommandations sur la prise en compte du risque nucléaire dans les plans d’organisation interne, les dispositions à prendre pour être certain de recevoir une alerte, la mise à l’abri du personnel, son évacuation, la distribution de comprimés d’iode. Un fonctionnement minimum des entreprises industrielles est prévu dans le plan particulier. Le sous-préfet de Dunkerque gèrera cela de manière fine.

Commandant Laurent Maillard, référent risques radiologiques, SDIS du Nord. – Notre mission, dans de telles crises, est de présenter un état radiologique des territoires. Cette aide à la décision dans l’action menée en direction de la population s’efforce de conforter ou corriger les évaluations fournies par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), dans la phase de menace, la phase d’urgence et la phase post-accidentelle. La direction des opérations de secours s’appuie d’abord sur les données fournies par des balises fixes implantées en périphérie du centre comme à un, cinq et dix kilomètres autour de Gravelines. Des cellules mobiles du SDIS effectuent aussi des relevés, tout comme des détachements de la sécurité civile, les équipes mobiles de l’exploitant, de l’IRSN, du CEA, du groupe Intra-intervention robotique sur accident… Les mesures et les prélèvements sont tous effectués en des points prédéterminés, inscrits dans le PPI.

L’IRSN dispose d’un outil informatique (Criter) capable d’intégrer tous les résultats, quels que soient les moyens de mesure, quelle que soit l’origine des mesures. On peut ensuite, par photographie aérienne, suivre l’évolution : les balises qui apparaissent en jaune sur les clichés signalent une radioactivité anormale. On connaît alors le périmètre dans lequel se répandent les émissions. On peut de la même manière connaître l’heure de début – et de fin – des émissions radioactives. Le suivi des résultats intervient quasiment en temps réel, les données étant transmises aux centres opérationnels départementaux et nationaux.

Docteur Patrick Hertgen, médecin-chef adjoint du SDIS du Nord. – Dans la phase pré-hospitalière, les opérations de sauvetage ont lieu en milieu dangereux, contaminé ; les sauveteurs sont équipés en conséquence. Dés que possible, des soins médicaux sont administrés aux victimes, sur le lieu même de la contamination. Il n’y a pas seulement les radiations, mais aussi des blessures. L’identification et le suivi des victimes prises en charge est utile, pour assurer une « traçabilité ». Dans les points de regroupement des personnes contaminées, on procède à un tri médical. Il y a en effet les urgences absolues, nécessitant une intervention chirurgicale – les personnes sont alors évacuées avant décontamination, enveloppées dans deux feuilles de vinyle pour éviter la dispersion des particules radioactives, et emmenées vers le CHU de Lille ou un autre hôpital. Il y a ensuite les urgences relatives : les personnes passent par des chaînes de décontamination, puis sont transportées vers un établissement de soins. Les moyens d’intervention sont fournis par le Samu et les sapeurs-pompiers.

M. Pascal Forcioli, directeur général adjoint de l’Agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais. – Les deux Samu du Nord et du Pas-de-Calais, les 10 Smur du Nord et les 7 du Pas-de-Calais interviennent non pas sur le site de l’accident, mais aux points de regroupement. Quatre unités mobiles, deux du SDIS et deux du Samu, montent en 20 minutes des tentes susceptibles de traiter une vingtaine de personnes valides par heure, ou six invalides. Parmi les structures fixes, la plus importante se situe au CHU de Lille, mais il en existe d’autres, à Dunkerque, à Roubaix ; une autre est en devenir à Calais.

Une formation a été dispensée entre 2004 et 2010 à l’ensemble du personnel hospitalier des établissements de santé publics et des Smur, dans l’ensemble de la zone de défense du Nord, y compris la Picardie. Un programme de mise à jour des connaissances prend la suite en 2011. Le plan blanc, de mise en alerte, comprend des annexes sanitaires particulières au nucléaire (NRBC). Le centre hospitalier de Dunkerque est le site de référence pour le CNPE de Gravelines.

Un mot des comprimés d’iode : ils visent à saturer la glande tyroïde et à empêcher la fixation de l’iode radioactive. L’administration se fait, sur prescription médicale ou préfectorale, aux personnes de moins de vingt ans et aux femmes enceintes. La prise, qui doit avoir lieu entre une heure avant l’exposition et 24 heures après, ne suffit pas à écarter le danger, elle doit s’accompagner d’une mise à l’abri ou d’une évacuation. Dans le système antérieur, les communes détenaient des stocks de comprimés, aujourd’hui périmés. Désormais, un stock par zone sera conservé dans un lieu central classé confidentiel défense, permettant une distribution à toute la population dans un délai de 12 heures. Le préfet, dans chaque département, avec l’appui de l’ARS, construit le schéma de distribution des comprimés, à partir d’environ trente points par département. Il est indispensable de faire savoir à la population que l’ingestion d’iode se fait sur ordre du préfet, et non à n’importe quel moment – il ne s’agit pas non plus d’absorber n’importe quelle solution iodée dont l’effet n’est pas garanti…

M. le président Claude Birraux. – Je salue la présence de notre collègue M. Christian Vanneste, député du Nord. Les élus se préoccupent de cette question !

M. Dhée a parlé des moyens d’évacuation : combien d’autobus civils, militaires sont-ils mobilisables ? Si un élu doit se trouver dans chaque cellule de crise, qu’en est-il des membres des CLI et quel rôle ont ceux-ci dans la phase accidentelle ou post-accidentelle ? Combien de véhicules de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) sont-ils disponibles ? Combien y a-t-il de places dans les hôpitaux ? De quels équipements de décontamination ces derniers disposent-ils ?

M. Patrick Delebecque, responsable du Service sécurité risques et crises. – Pour l’exercice de janvier dernier, 55 autobus ont été mobilisés. On pourrait en réquisitionner 150 dans l’ensemble du département, sans compter une centaine d’autobus urbains mobilisables en une heure. Nous n’avons pas exploré une mobilisation au-delà, l’exercice ayant été circonscrit à un périmètre de 2,5 kilomètres.

M. Stéphane Dhée. – Nous travaillons dans la plus complète transparence avec la CLI. Celle-ci, durant la phase accidentelle et post-accidentelle, a constamment accès au centre opérationnel, qu’il s’agisse du centre placé sous l’autorité du sous-préfet de Dunkerque ou du centre départemental. Pour moi, son rôle est essentiellement de transmettre aux populations des informations organisées par des gens aguerris, en complément de celle des autorités publiques.

M. le président Claude Birraux. – Certes, mais encore faut-il que la CLI figure expressément dans le dispositif de crise ! Sinon, en cas d’incident majeur, on répondra aux membres de la commission qui se sont déplacés au centre opérationnel : « Nous avons beaucoup à faire, merci de repasser demain. »

M. Stéphane Dhée. – Le rôle de la CLI est précisé dans le plan particulier d’intervention (PPI).

M. Daniel Paul, député. – En cas de crise, les Belges nous prêteraient main-forte, avez-vous indiqué. La réciproque est-elle prévue ? Les moyens mis à disposition se limitent-ils à du matériel ou impliquent-ils l’envoi de personnels spécialisés ?

Mme Marie-Christine Blandin, sénatrice. – Votre description du scénario de crise aigue était très exhaustive. Qu’en est-il des scénarios de moyen terme ? Si l’on évacue la population, quid de son logement et de son approvisionnement dans l’arrière-pays ? De même, après les premières mesures de radioactivité, qui sera responsable de l’évaluation des fourrages ou encore des fruits et des légumes ? Passerez-vous le relais à la direction départementale de la protection des populations et aura-t-elle les moyens humains de remplir cette mission dans la durée ?

Une proposition de loi, récemment adoptée par le Sénat, impose la prise en compte des effets cumulés des risques, entre autres de submersion marine. Dieu sait si Dunkerque est concernée ! Une marée noire pourrait entraîner l’obstruction des arrivées d’eau de la centrale de Gravelines… Un petit boudin pour protéger la centrale paraît dérisoire. Ne faut-il pas renforcer notre équipement en bateaux Abeille ?

M. Paul Durieu, député. – Grâce aux automates d’appel, vous avez réussi à transmettre l’alerte à 71% de la population. Vous pourriez, comme on le fait dans la région PACA pour les inondations, inciter les personnes inscrites sur liste rouge ou joignables exclusivement par téléphone mobile à déposer leurs numéros pour ce seul usage à l’autorité compétente. C’est très efficace.

M. Christian Bataille. – Le 3 mai 2011, vers 20 h 30, une sirène d’alerte s’est déclenchée de manière intempestive à la centrale de Golfech. Les riverains, au lieu de rester confinés, sont sortis voir ce qui se passait. Malgré les exercices réussis, toute la question est donc celle-ci : en cas d’événement inattendu, la population aurait-elle la réaction appropriée ?

M. le président Claude Birraux. – J’ajoute : les consignes ne pourraient-elles pas figurer sur l’almanach du facteur ou des pompiers afin que l’information pénètre dans chaque foyer ? Ce peut aussi être une fiche distribuée dans les écoles.

M. Christian Chocquet. – La situation est différente en Belgique : leurs sites nucléaires sont éloignés de la frontière française ; la Flandre est plus proche des Pays-Bas. Nos contacts en matière de sécurité civile et de protection des populations consistent en une coopération directe entre les services. Pour les développer, la zone de défense et de sécurité intègre la dimension transfrontalière depuis plus d’un an.

Avec la province du Hainaut, il existe un programme d’aide à la préparation des plans opérationnels des risques transfrontaliers (APPORT) financé par les crédits européens Interreg. Celui-ci dépasse le problème nucléaire pour concerner l’ensemble des installations classées. Son objectif est de dresser un inventaire des risques, de mettre en phase les plans et de procéder à des exercices communs. Bref, le but est que chacun joue sa partition en cas de risque pour l’environnement de part et d’autre de la frontière. Nous nous sommes réunis lundi dernier avec le gouverneur, M. Paul Breyne, pour lancer une coopération du même type avec la Flandre-occidentale, via d’autres financements pour des questions de délais.

M. François Godin, chef de division (ASN). – Il y a des dispositifs d’échange d’informations entre Etats en situation d’urgence radiologique, mais ils fonctionnent avec délais. Des dispositions des conventions transfrontalières ont vocation à les améliorer.

M. Pascal Forcioli. – En fonction de l’accident, le préfet peut déclencher un plan blanc local ou élargi au département, aux deux départements ou encore à la zone de défense et de sécurité. Celui-ci permet de gérer les flux de patients et les admissions dans les établissements qui concourent au service public hospitalier. Le principe est la déprogrammation de l’activité afin d’accueillir les hospitalisations en urgence. Celles-ci ne devraient pas être nombreuses, l’essentiel de la prise en charge relevant du travail ambulatoire pré-hospitalier sur les points de rassemblement des victimes. La décontamination des victimes est assurée par les quatre unités mobiles projetables – Lille, Arras et les deux services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) – et celles des personnes à hospitaliser par les trois unités fixes, auxquelles s’ajoutera bientôt celle de Calais. L’urgence absolue, tel un infarctus nécessitant une intervention cardiologique immédiate, donne lieu à un transfert du patient protégé par un double film vinyle et son admission directe au bloc placé sous confinement.

M. Bruno Sido, sénateur, premier vice-président. – En cas d’évacuation, les enfants, avez-vous dit, sont emmenés dans d’autres établissements scolaires afin d’éviter un changement brutal de cadre. Quelle serait la destination des autres personnes évacuées ? Si l’évacuation des 15 000 Gravelinois s’impose, comment les nourrira-t-on ? Où seront-ils logés ? Une évacuation est toujours délicate ; on se souvient de la pagaille de 1940…

M. Ivan Renar, sénateur. – En cas de crise, comment garantir la fourniture d’électricité indispensable à la mise en œuvre du dispositif de protection des populations ? Les hôpitaux, par exemple, ont besoin de cette énergie pour fonctionner. Bref, quid de l’opérateur public ?

M. Jérôme Gutton, sous-préfet de Dunkerque. – En tant que sous-préfet de Dunkerque, permettez-moi d’apporter des compléments. Nous informons en permanence sur les risques technologiques, en particulier sur le risque nucléaire. En France, l’agglomération dunkerquoise est peut-être l’une des plus en pointe sur le sujet via les travaux du secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles (S3PI), de la CLI et des services de la préfecture, notamment le service interministériel régional des affaires civiles et économiques de défense et de la protection civile (SIRACEDPC), représenté par M. Stéphane Dhée. Chaque année, sont organisées des distributions de brochures dans les boîtes aux lettres, des actions en lien avec l’inspection d’académie et des expositions – la sous-préfecture en accueille une en ce moment. Pour autant, la culture du risque est inégalement répartie au sein de la population. Plus de 80% de la population n’a pas vécu les crises terribles de 1917, 1940 et 1945 ; la mémoire du risque s’efface. Les collectivités territoriales en ont conscience : le territoire dunkerquois est sans doute le mieux couvert par les plans communaux de sauvegarde (PCS). Pour que l’information percole, il faut relever le défi permanent de la sensibilisation des populations aux risques : hier, le public était nombreux dans le hall de la sous-préfecture, mais les panneaux de l’exposition suscitaient peu de curiosité. L’information passe difficilement.

J’en viens aux effets cumulés des risques. La région Nord-Pas de Calais a engagé une réflexion sur le risque de tsunami depuis trois ans ; depuis la tempête Xynthia et la catastrophe de Fukushima, nous travaillons sur le risque de submersion marine et la cartographie des séismes. La confiance dans EDF et les équipes du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) est particulièrement forte. En revanche, nous devrions mieux anticiper l’accumulation des difficultés en cas de crise, soit l’immense désorganisation de la communication, des infrastructures, de la logistique, de l’informatique et de l’approvisionnement des populations que le Japon a connues. Le problème est d’autant plus aigu que 13 sites classés Seveso, bientôt 14, et une centrale nucléaire sont concentrés sur le polder. Pour construire une véritable culture du risque, il faudrait identifier ces effets cumulés et consentir les investissements nécessaires pour les prévenir.

M. le président Claude Birraux. – Faut-il voir dans ces propos une question ou une autocritique ?

M. Jérôme Gutton. – J’incarne l’Etat dans mon arrondissement. À dire vrai, aucun système national n’anticipe les effets cumulés, car cela coûte trop cher. Ce n’est pas seulement une question d’investissements. Rassurez-vous, le territoire dunkerquois est bien équipé en pompes et en groupes électrogènes et nous travaillons à la surélévation des digues. En revanche, pour prévenir les effets cumulés, nous devons éprouver nos réflexes dans la gestion de crise.

M. le président Claude Birraux. – Un sujet important, que nous avons abordé avec les représentants de la CLI hier !

Mme Anita Villers (Association Environnement développement alternatif). – Mon expérience de présidente de l’association « Environnement développement alternatif » et de membre de l’association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI), me laisse à penser que, pour être efficaces, les dispositifs de protection doivent se concevoir avec les populations. Le travail en amont est important pour une imprégnation, une connaissance partagée des risques.

Mme Marielle Rengot, conseillère municipale déléguée de la ville de Lille. – Je suis conseillère déléguée municipale à la ville de Lille à la réduction des nuisances et des risques urbains. Pour la distribution des comprimés d’iode, pourquoi un périmètre restreint de 10 km quand le rayon des 30 km s’est vite imposé à Fukushima ? Comme Mme Blandin, j’aimerais en savoir davantage sur le scénario prévu pour l’arrière-pays. Enfin, vous avez indiqué que certains stocks étaient périmés. Comment acheminer les comprimés d’iode en plusieurs points du département dans les douze heures ? Avec l’évacuation, les routes risquent d’être bien encombrées.

M. Ludovic Finez (Liberté Hebdo). – Le réseau « Sortir du nucléaire » a informé la rédaction de Liberté Hebdo, qu’il n’avait pas été invité à participer à cette réunion. Comment cette matinée a-t-elle organisée ?

M. le président Claude Birraux. – La préfecture a organisé cette matinée, tenue à l’initiative de l’OPECST. « Sortir du nucléaire » avait refusé de discuter du plan national de gestion des déchets radioactifs ; nous lui avions adressé un courrier en lui demandant de nous envoyer ses commentaires par écrit, nous n’avons jamais reçu de réponse. En 2005 déjà, lors de l’évaluation de la loi sur les déchets radioactifs, nous avons reçu les associations. « Sortir du nucléaire » nous a expliqué qu’elles refusaient cette parodie de débat démocratique.

M. Jean-Michel Quilichini, directeur du CNPE de Gravelines. – La fourniture d’énergie a posé un énorme problème à Fukushima, ce qui a compliqué la gestion de crise et la reprise des activités ; les difficultés n’étaient pas tant liées à l’accident nucléaire qu’à l’importance du séisme, conjugué à un tsunami de grande ampleur.

Comment EDF est-elle organisée ? Sa filiale Réseau de transport d’électricité (RTE) assure l’équilibre entre demande et production en s’appuyant sur la totalité des moyens de production disponibles. Elle achète, contre rémunération, des capacités à d’autres producteurs. Nous avons également des réserves qui varient selon la période de l’année : elles sont plutôt faibles lorsque la consommation est forte durant l’hiver ou quand de fortes températures réduisent les moyens de production, comme lors de la canicule de 2003. En outre, nous avons une procédure d’effacement des gros clients industriels contre rémunération, prévue dans les contrats, et une possibilité de délestage partiel des consommateurs industriels ou particuliers. Dans l’hypothèse d’une fourniture d’électricité altérée, la force d’intervention rapide, mise sur pied après la tempête de 1999, déploie sur le territoire des groupes électrogènes pour réalimenter les poches qui ont fait l’objet d’un délestage.

Docteur Carole Ben Brahim-Berthelot (ARS). – Je suis responsable du pôle veille et sécurité sanitaire à l’Agence régionale de santé. La population habitant dans un rayon de 10 km autour de la centrale de Gravelines possède des comprimés d’iode – leur quantité varie selon le poids – qui ont été récemment renouvelés. Les stocks pré-positionnés dans les chefs-lieux de canton et les centres hospitaliers des deux départements sont, eux, périmés. Néanmoins, il y a des stocks au niveau de la zone de défense et de sécurité. La distribution dans des délais rapides à la population est prévue, y compris dans le rayon des 30 km. Tout dépend des mesures de la radioactivité et de l’évolution du nuage. L’important est le respect de la consigne préfectorale ; il n’est pas question d’ingérer de l’iode dès que l’on entend à la radio qu’un accident est survenu.

M. Stéphane Dhée. – L’évacuation est prévue pour les personnes habitant dans le rayon des 10 km autour de la centrale, voire davantage si besoin est. Elles seront accueillies dans d’autres communes, en fonction des moyens disponibles dans le plan départemental d’hébergement. La loi de modernisation de la sécurité civile confie au maire la charge de subvenir aux besoins des évacués en lien avec les indispensables associations de secourisme. Les déplacements importants de population relèvent d’un plan national, non du PPI de la centrale de Gravelines.

La communication de crise nucléaire

M. Jean-Christophe Bouvier, directeur du cabinet du préfet – Venant de prendre la direction du cabinet du préfet, je n’ai pas participé à l’exercice de janvier à Gravelines. En revanche, pour avoir organisé un exercice similaire à la centrale de Penly en Seine-Maritime à l’automne 2010, je sais que la communication est la clé de la gestion de crise. Il faut délivrer un message compréhensible, adapté aux objectifs – informer, alerter ou protéger ? – et aux préoccupations de la population et des médias. Le nucléaire, associé à la mémoire des accidents de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, est une question particulièrement angoissante. Je vous renvoie également à la forte réaction internationale suscitée lors de la reprise des essais nucléaires par la France en 1995, bien que le nucléaire civil et le nucléaire militaire forment deux sujets totalement distincts. Depuis Tchernobyl, la population se méfie de l’information officielle : d’après le baromètre de l’IRSN en 2007, 65% des personnes interrogées affirment ne pas avoir confiance en les autorités pour les protéger contre le risque nucléaire. L’exigence de transparence est très forte.

Deux raisons expliquent la difficulté de la communication de crise nucléaire. D’abord l’unité de mesure de la radioactivité, le millisievert. Comment expliquer l’écart de 1 à 20 entre la dose annuelle admise pour les travailleurs du nucléaire et celle pour les populations ? D’autant qu’il n’existe pas de seuils en dessous duquel le risque cancérigène avéré est nul. D’où la difficulté à délivrer un message intelligible. Même logique concernant les mesures en cas de crise : pourquoi privilégier la mise à l’abri des personnes âgées dans les maisons médicalisées quand on évacue d’autres catégories ? Tout simplement, parce que l’évacuation présenterait un plus grand risque, mais encore faut-il l’expliquer. Autre difficulté qu’a révélée l’exercice, le phénomène d’accoutumance à l’information préventive au sein de la population habitant à proximité de la centrale complique la mobilisation des populations en cas de crise.

En cas de crise, préfet, ASN et EDF partagent la responsabilité de la communication : il revient au préfet d’informer les populations des mesures de protection, à l’ASN de faire connaître aux habitants, à l’industriel et au Gouvernement son analyse de la situation et, enfin, à EDF de communiquer sur l’état de l’installation accidentée et son évolution. S’il n’y a pas d’articulation entre les trois acteurs, une crise de communication s’ajoute à la crise nucléaire. D’où la nécessité de la coordination.

Mme Astrid Tombeux, chef du bureau de la communication interministérielle. – Le préfet organise la communication de l’Etat sur les dispositions relatives à la protection de la population. Celle-ci passe par les médias et la cellule d’information du public. En cas de crise, le préfet désigne les personnes habilitées à communiquer avec les médias : l’autorité préfectorale, le directeur de cabinet, les services de l’Etat, les sous-préfets ainsi que les officiers des services opérationnels ou encore des médecins. L’important est de prendre l’initiative de la communication dans un délai court – on parle souvent d’une heure. Le préfet détermine la périodicité et les modalités de la communication ; la pression est constante avec l’existence de chaînes d’information en continu et des nouveaux médias. Tout au long de l’événement, il faut communiquer sur les faits, les mesures de protection, les consignes aux populations, le plan d’action, les moyens mis en œuvre, l’origine supposée du sinistre ; il est aussi nécessaire de dresser, à l’issue de la crise, un bilan provisoire de la situation. L’information doit être transparente, continue et factuelle afin de couper court aux rumeurs et à la désinformation.

Le bureau de la communication interministérielle, dont j’ai la charge, est présent au sein du centre opérationnel départemental. Il coordonne la communication avec l’appui des autres services de l’Etat, du CNPE et de l’ASN en lien avec le niveau national. Il répond aux appels des journalistes, rédige et diffuse des communiqués, organise des points presse et assure une veille permanente afin d’anticiper les demandes des médias. Une bonne communication suppose en amont un travail d’identification des journalistes et des chargés de communication et la mise au point de boîtes à outils : modèles de communiqués et foires aux questions.

Le préfet peut également décider la mise en place d’une cellule d’information du public et d’un numéro unique communiqué par voie de presse. Cette cellule a vocation à répondre aux familles des victimes, aux élus et aux entreprises ainsi qu’au grand public et à faire remonter l’information de terrain. Le numéro unique a pour objectif de traiter les appels et de les orienter : ainsi, les questions opérationnelles, émanant d’élus, sont adressées au centre opérationnel départemental pour réduire la pression sur la cellule d’information.

M. Jean-Michel Quilichini. – Pour EDF, la communication est un devoir, un besoin et une nécessité. Un devoir vis-à-vis de l’ASN, des pouvoirs publics, des élus et des populations. Le nucléaire, un secteur de haute technologie, n’est pas une industrie comme les autres. Le risque est faible – une occurrence sur un million –, mais les conséquences sont importantes et de longue durée. Chaque accident dans le monde, même si la technologie incriminée et le cadre réglementaire diffèrent, provoque de nouvelles craintes.

Un besoin, ensuite, car il faut informer sur la conception, les améliorations de conception, la gestion des situations accidentelles. Nous devons dédramatiser sans banaliser.

Enfin, une nécessité. Avec 1 700 salariés et plus de 2 000 prestataires à certaines périodes de l’année qui disposent de téléphones intelligents, de Twitter et de Facebook, comment imaginer que l’information reste maintenue derrière des barbelés ? Ce temps est révolu.

Nous devons structurer l’information de sorte que des informations fiables soient délivrées à intervalles réguliers. Les salariés d’EDF, dont 50% vivent dans un rayon de 20 km autour de la centrale, sont les premiers concernés par un éventuel accident. Nous devons donc assurer une communication à froid sur nos modes de fonctionnement, nos préparations à la gestion de crise, les incidents mineurs, tel un départ de feu dans une corbeille, et les incidents classés sur l’échelle INES (International Nuclear Event Scale). Ces derniers sont rares, on en a dénombré trois à Gravelines l’an dernier.

L’organisation de la communication est calquée sur celle des pouvoirs publics : le plan d’urgence interne d’EDF est le parallèle du PPI. En temps de crise, la coordination est indispensable pour éviter contradictions et imprécisions ; Fukushima l’a encore démontré. Pour alimenter l’information en éléments factuels, nous déployons camions, balises fixes et postes de commandement de crise. Il convient de partager et analyser cette information avec l’ASN et la préfecture. Enfin, parce que l’essentiel, en cas de crise, ce sont les actions « réflexes », nous procédons à une dizaine d’exercices par an. Nous faisons tout pour être prêts en cas de besoin.

M. le président Claude Birraux. – Je me réjouis qu’EDF ait appliqué les recommandations de l’Office à la suite de l’incident de Golfech. La centrale n’avait pas osé communiquer. Résultat, d’une puce était sorti un éléphant médiatique…

Mme Marie-Christine Blandin, sénatrice. – Une suggestion : pourriez-vous envoyer aux élus des informations précises par SMS ? Nous sommes très sollicités en temps de crise ; avoir pour seule réponse « Regardez la télé » me semble un peu court…

M. Jean-Claude Delalonde, président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI), ancien président de la CLI de Gravelines. – Permettez-moi de revenir sur le rôle des CLI en raison de mes fonctions à l’ANCCLI et à la CLI de Gravelines. Aux termes de la loi de 2006 et du décret d’application de 2008, elles doivent communiquer sur le fonctionnement des centrales nucléaires et la situation du site après leur fermeture. Notre mission dépasse donc largement le cadre d’une génération. Pour communiquer, encore faut-il obtenir l’information. En cas de crise, celle-ci sera d’abord délivrée par le Président de la République, le Premier ministre, le président d’EDF. Ensuite, viennent les informations ciblées. Si l’on multiplie les relais d’information, ce sera la panique. Lors du 18 janvier dernier, le communiqué de l’Etat et d’EDF n’étaient pas identiques… Quel est le rayon pertinent lorsque 80% des Français habitent à moins de 100 km d’une centrale nucléaire ? L’information ne se limite donc pas aux populations à évacuer. Former la nation au risque nucléaire, qui relève de l’éducation à la santé, via l’école et la télévision est indispensable pour éviter la panique en cas de pépin. Rappelons que le Système d’alerte des populations en phase réflexe (SAPPRE) fonctionne pour les seuls téléphones fixes dans le rayon de 2 km. Avec le développement des téléphones portables, peut-être faut-il réfléchir à des moyens plus rapides pour transmettre l’information.

Pour conclure, nous remercions les autorités d’avoir toujours associé les « enquiquineurs » de la CLI aux exercices de Gravelines. Si nous n’avions rien demandé, nous aurait-on invités ? Je crains que non. Notre rôle n’est pas prévu dans les textes si bien que tout dépend de l’attitude des préfets et sous-préfets. Une prise de position identique serait souhaitable, sinon nous ne parviendrons jamais à gérer la crise qui, bien sûr, ne se produira jamais…

M. le président Claude Birraux. – En effet, il faut ménager une place dans le dispositif au président de la CLI, c’est-à-dire au successeur de M. Delalonde, celui-ci ayant renoncé à son mandat de conseiller général.

M. Daniel Paul. – Cela a été dit hier et ce matin, il y a une accoutumance au risque. Dans ma circonscription, la zone industrielle de l’estuaire du Havre compte plusieurs entreprises à risque. Or, progressivement, l’attention se délite. La connaissance n’est pas présente chez nos concitoyens, contrairement à ce qu’on pouvait penser. La communication passe aussi par l’éducation. Nous vivons dans un monde où le danger existe, et il faut le connaître pour le prévenir. Ne devrait-on pas y sensibiliser dès le plus jeune âge ? L’Education nationale a sans doute un rôle à jouer, mais, d’après notre programme, elle n’est pas représentée ce matin. On donne bien au collège des cours de sécurité routière, et jadis de morale, pourquoi pas d’éducation au risque ? J’ai coutume de dire que la meilleure communication est celle que l’on va chercher et, pour cela, il faut en avoir développé l’appétit. Je lance un appel à la communication et à l’éducation.

M. le président Claude Birraux. – Vous avez raison, cher collègue : lors du tsunami de Banda Aceh, une petite fille a sauvé sa famille et une partie de son village parce qu’elle avait appris à l’école qu’en pareille circonstance, il fallait partir. Mais Mme Yvette Thellier, du rectorat de Lille, est ici pour parler au nom de l’éducation nationale.

Mme Yvette Thellier, chargée de mission « risques majeurs » au rectorat de Lille. – Particulièrement importante, l’éducation au risque fait partie de tous les programmes d’enseignement, à l’école primaire comme au collège et au lycée. Mais on n’explique pas suffisamment quelles mesures prendre pour se protéger. Il est regrettable et inquiétant que les coordonnateurs « risques majeurs » n’aient plus le temps de former le personnel. Leurs missions sont confiées au niveau national à l’inspecteur d’hygiène et de sécurité : le plan particulier de mise en sûreté est considéré comme relevant du droit du travail, alors qu’il relève de la sécurité civile – c’est une aberration. Il faut reconnaître le coordonnateur « risques majeurs ». Je suis une privilégiée, car à l’académie de Lille on m’accorde une décharge des deux tiers de mon temps de travail pour accomplir cette mission. Nous essayons, par des expositions, comme les panneaux à l’entrée de cette salle, ou par d’autres moyens ; nous créons des outils pour faire en sorte que les enseignants sachent quoi faire en cas de danger et l’expliquent aux élèves, en espérant que ces derniers diffuseront l’information auprès de leur famille.

M. Jean-Christophe Bouvier. – Pour répondre à Mme Blandin, les élus et parlementaires ont naturellement accès à l’information. Mais, en temps de crise, il faut hiérarchiser les priorités, et nous n’avons guère le temps d’envoyer des SMS aux vingt-trois députés et onze sénateurs du département.

M. le président Claude Birraux. – Par les programmes informatiques, il n’est pas si difficile de nous tenir au courant. Nos groupes parlementaires le font.

M. Jean-Christophe Bouvier. – Nous diffusons l’information auprès de toutes les personnes dont nous avons l’adresse électronique. Il suffit d’ailleurs de téléphoner à la préfecture, le directeur de cabinet est là pour informer les élus.

Quant à la CLI, elle contribue de manière essentielle à l’information préventive, et elle a été complètement associée au récent exercice à Gravelines. Mais la communication institutionnelle en situation de crise appartient à l’Etat et à l’exploitant ; l’inclure dans notre schéma risquerait de mettre en doute son indépendance. Elle peut cependant obtenir toutes informations auprès du centre opérationnel départemental, et elle est libre de les exploiter comme elle l’entend.

M. le président Claude Birraux. – Comme l’indique son nom, le rôle de la CLI est d’informer : je ne suis pas sûr que nous nous entendions sur le sens de ce terme...

M. Jean-Claude Delalonde. – Les CLI ne revendiquent absolument aucun rôle opérationnel en phase de crise : elles demandent seulement à être informées, tout au long de la durée de vie des centrales.

M. Sébastien Leroy (Nord Eclair). – Les pouvoirs publics et l’exploitant ont-ils une stratégie d’intervention sur les réseaux sociaux, qui comptent des relais d’opinion ? L’an dernier, lors de l’éruption du volcan islandais, l’agence Eurocontrol a assuré de cette manière une communication très efficace.

M. Jean-Michel Quilichini. – Cela ne fait pas partie des modes de gestion retenus parce que la gestion particulière pour alimenter un compte facebook ou twitter serait trop complexe. Lors d’une crise, il faut se fixer des priorités. L’essentiel est de structurer l’information car salariés et riverains en diffuseront. Nous collaborons bien sûr avec l’Etat, avec l’ASN, avec la CLI, même si celle-ci n’a pas de rôle opérationnel : c’est un partenaire essentiel, « à froid » comme en temps de crise.

Orsec, chaîne de décision et expertise

M. Salvador Perez, secrétaire général de la préfecture du Nord. – La gestion de crise recherche une mobilisation optimale des ressources et des compétences afin de protéger rapidement et efficacement la population. L’organisation du commandement fait l’objet d’un chapitre du plan Orsec, arrêté par le préfet et mis en œuvre chaque année à plusieurs reprises. Tous les centres de commandement sont liés par la main-courante « Synergie » du ministère de l’intérieur, par le biais du portail informatique Orsec de la sécurité civile.

Se superposent le poste de commandement communal (PCC), le poste de commandement opérationnel (PCO) et le centre opérationnel départemental (COD). Le PCC, d’abord. Le maire, qui a en charge la sécurité publique, est l’interlocuteur immédiat des citoyens, fortement mobilisés en cas d’incident nucléaire. Grâce au développement des plans communaux de sauvegarde (PCS), pour lesquels le service de protection civile mène dans le Nord une action extrêmement volontariste, les communes se sont dotées d’un outil de gestion de crise, d’une organisation structurée et d’un poste de commandement ; la commune de Gravelines est exemplaire à cet égard. Le maire connaît les quartiers les plus fragiles, il sait quelles sont les populations les plus exposées – les personnes âgées par exemple, et de ce point de vue les registres ont été fort utiles pour le plan canicule –, et il dispose de moyens d’intervention. L’exercice du 18 janvier a montré qu’il était le mieux placé : c’est auprès de lui que sont placées les associations de secouristes qui accompagnent l’évacuation, c’est à lui qu’a été confiée la gestion des autocars : l’exercice a montré la pertinence de l’échelon communal.

Le PCO, quant à lui, est placé sous l’autorité du sous-préfet ; lui aussi se modernise. Comme le PCC, c’est un poste de commandement proche du lieu de la crise, ce qui ne va pas sans poser problème en cas d’incident nucléaire : si des rejets radioactifs sont constatés, il peut se révéler nécessaire de le transférer ailleurs. S’agissant du Nord, la doctrine nationale et le plan particulier d’intervention de la centrale de Gravelines prévoient des sites de repli dans le département, mais aussi dans le Pas-de-Calais. Je tiens à souligner que la sous-préfecture de Dunkerque est l’une des rares, sinon la seule à s’être dotée d’une salle opérationnelle dédiée à la gestion de crise. Le PCO a plusieurs fonctions : coordination de l’action des communes, coopération avec la CLI, qui y a accès, animation d’un centre de presse de proximité, conduite opérationnelle des mesures de protection de la population, et éventuellement mesure de radioactivité de proximité.

Le COD est la colonne vertébrale de l’action des services publics. Il est à la disposition du préfet, qui dirige les opérations de secours – qu’il soit ou non physiquement présent au COD, car il est souvent indispensable qu’il se rende sur le terrain. Le préfet a l’obligation de se doter d’une salle de gestion opérationnelle dédiée, où les moyens de communication sont redondants et l’approvisionnement électrique autonome. Nous refaisons le COD du Nord, qui doit être jumelé avec le centre opérationnel de zone, pour un investissement de 3 millions d’euros.

Colonel Philippe Bizet, chef de l’état-major de la zone Nord. – Dans la chaîne de décision, le centre opérationnel de zone (COZ) est situé entre les COD et le centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic). Sa première fonction est de recueillir, de valider et de diffuser l’information vers le niveau national, vers les autres centres zonaux, la préfecture maritime, Météo France, les centres experts, mais aussi vers les centres opérationnels de Belgique et d’Angleterre et ceux des autres zones et départements français. En deuxième lieu, le COZ doit mettre des renforts ou des ressources rares à la disposition du préfet de département, en les prélevant dans la zone ou au niveau national – le Cogic envoie alors des unités d’intervention de sécurité civile. Troisièmement, le COZ est chargé du partage d’expertise, notamment par visioconférence : un météorologue peut ainsi, depuis le COZ, s’adresser à tous les préfets de la zone.

J’ai été directeur du service départemental d’incendie et de secours de la Manche, et je constate qu’un incident nucléaire n’aurait pas les mêmes conséquences à Flamanville ou à Gravelines, compte tenu de la situation géographique de la zone Nord, au confluent des flux européens. Le rôle du COZ est donc de prendre en compte les problèmes spécifiques de chaque zone pour permettre au COD d’agir plus efficacement auprès des centrales. Ici, le COZ se préoccupe particulièrement des flux routiers et ferroviaires – le tunnel sous la Manche pourrait être bloqué – mais aussi maritimes, ainsi que de la gestion des forces de l’ordre et des transferts de population.

Une crise nucléaire est une crise polymorphe, où se posent les problèmes de l’assistance à la population, de l’approvisionnement électrique, etc. La résilience de la société est en jeu. Or les plans de sécurité nationale sont aussi un niveau de compétence zonal.

M. Marc Leurette, représentant de la mission d’appui à la gestion des risques nucléaires du ministère de l’intérieur. – Je vais vous présenter l’organisation de l’expertise technique. Commandement, expertise, décision, action, forment autant de cercles concentriques. Toutes les crises sont gérées par le tandem constitué par le directeur et le chef des opérations de secours, mais, en cas de crise technologique, l’exploitant entre dans la partie. En outre, lors des crises nucléaires, on ne peut se contenter de l’expertise locale, car il faut analyser et modéliser beaucoup de données : on se tourne nécessairement vers l’échelon national.

D’un côté, les exploitants – EDF, Areva, CEA, militaires – fournissent une expertise au niveau de l’installation comme au niveau central : des ingénieurs sont chargés de la modélisation, du diagnostic, du pronostic et même du « pronostic aggravé », qui suppose le pire scénario ; EDF emploie ainsi plus de 6 000 ingénieurs. D’un autre côté, les pouvoirs publics sont dotés de leur propre expertise : au niveau national, les 1 600 ingénieurs et techniciens de l’IRSN disposent de toutes les données relatives à la construction et à l’exploitation des centrales, et d’informations en temps réel sur l’incident. Les experts de l’un et l’autre bord confrontent leurs résultats lors de conférences, et tous les éléments sont transmis à l’ASN, chargée de conseiller le préfet sur la protection de la population.

Parmi les autres experts, il faut mentionner ceux de la mission d’appui de sécurité civile du ministère de l’intérieur, spécialistes du nucléaire ou de tel autre risque, ou encore de la gestion de crise, et qui peuvent être déployés sur le terrain en cas de nécessité. Le COD est également doté d’une cellule technique, composée de représentants de l’ASN et de l’exploitant, et chargée de conseiller le préfet et d’entretenir le dialogue entre la préfecture, les exploitants et les autres experts.

Cette organisation de l’expertise est testée à chaque exercice – il y en a douze par an – et son efficacité n’est pas à mettre en doute.

Colonel Philippe Bizet. – Dans le domaine nucléaire, l’expertise est organisée aux niveaux départemental et national, et la zone intervient peu.

M. François Godin, chef de division de l’Autorité de sûreté nucléaire. – Sur la gestion post-accidentelle, la France se dote depuis 2005 d’une doctrine originale, que l’ASN est chargée de définir. Le comité directeur post-accident (Codirpa) réunit tous les acteurs (ministères, agences sanitaires, associations et CLI). Dans le Nord, des personnalités issues du monde associatif et de la CLI de la centrale de Gravelines se sont beaucoup impliquées, notamment à l’occasion d’un séminaire international qui s’est tenu les 5 et 6 mai à Paris. Au niveau local, une vingtaine de participants ont assisté à des réunions en préfecture, le 9 février et le 7 avril 2009, pour valider les premières orientations des groupes de travail du Codirpa sur la levée des actions d’urgence, le suivi sanitaire des populations, l’indemnisation ainsi que la gestion des déchets.

En outre, Mme Anita Villers, de l’association Environnement et développement alternatif, a organisé le 4 décembre 2009 à Lille un séminaire très instructif sur la gestion post-accident, avec la participation de citoyens et d’acteurs locaux.

Enfin, un exercice sur un établissement Seveso en 2008 a été suivi le lendemain en préfecture par une étude des conséquences post-accidentelles : accueil et soutien aux populations, impacts économiques, etc.

M. Jérôme Gutton. – En temps de crise doivent avoir lieu des conférences téléphoniques entre le préfet, les représentants d’EDF et ceux de l’ASN. A ce sujet, je ferai deux remarques : en premier lieu, l’intervention des ministères, voire de la présidence de la République pourrait bousculer les choses ; en second lieu, il serait peut-être tout aussi efficace de tenir des conférences vidéo.

Comme M. Perez l’a rappelé, plusieurs niveaux de commandement se superposent, et c’est sans doute nécessaire, mais il est indispensable que le partage des rôles soit respecté. Il ne faut pas se lasser de répéter notre doctrine de gestion du risque, qui est, disent les spécialistes de l’université de Grenoble, l’une des meilleures au monde.

Alors que la France est un Etat décentralisé, notre organisation reste marquée par une centralisation assez forte. Il me semble que, dans la gestion de crise, on n’a pas tiré toutes les conséquences de la décentralisation et de la complexité de notre organisation territoriale – qui contraste avec l’organisation assez simple de la Belgique ou des Pays-Bas. Les maires et les préfets ont un rôle très important à jouer, mais les moyens ne sont pas forcément à leur main. Comment tirer parti des ressources très importantes des intercommunalités, par exemple de celle de Dunkerque ou encore au Havre ? Il faut d’ailleurs s’assurer que l’organisation départementale fonctionne : je pense, par exemple, aux pompiers.

Lors de l’exercice du 18 janvier, la commune de Gravelines a reçu l’aide de la Croix-Rouge et de la protection civile pour évacuer la population. On a fait intervenir des personnes venues de Strasbourg ou de Clermont-Ferrand, ce qui serait impossible en cas de crise réelle. Il faut donc préciser comment l’évacuation s’organiserait concrètement.

M. Christian Choquet. – Pour poursuivre sur le terrain abordé par M. le sous-préfet, nous sommes désormais dotés, de Beauvau aux PC zonaux, de moyens de communication qui permettent de tenir des visioconférences jusqu’à deux fois par jour. Le COZ peut mettre en relation les départements concernés – ce fut le cas lors des importantes chutes de neige en décembre –, et servir d’interface avec les autres zones comme avec le centre interministériel de crise à l’Intérieur : on peut faire remonter l’information en une heure. Ce n’est pas un outil de crise : les modalités d’intervention évoluent.

En conclusion, nous n’avons pas à rougir de notre organisation actuelle, même si des progrès restent à faire : il n’est pas question de nous assoupir sur nos lauriers. Dès cet automne, le nouveau centre opérationnel permettra de mieux coordonner l’action du COZ et du COD. Il faudra aussi approfondir notre collaboration avec les pays voisins, et poursuivre le travail quotidien du public d’information de sensibilisation et de transparence.

M. le président Claude Birraux. – Nous pourrions reprendre vos propos. Il faudra tirer les leçons du drame de Fukushima et des évaluations demandées par le gouvernement à l’Autorité de sûreté nucléaire, et qui doivent se dérouler dans un cadre européen.

Au nom de l’Office, je veux remercier, M. le préfet Bur de nous avoir accueillis dans cette belle salle. Les services se sont montrés pleinement mobilisés et opérationnels. Je remercie chacun de sa participation et de ses réponses. Nous tirerons le meilleur profit de vos observations pour notre diagnostic et notre rapport, qui sera remis fin juin.

LA GESTION POST-ACCIDENTELLE DES CRISES NUCLÉAIRES 
JEUDI 19 MAI 2011

Audition, ouverte à la presse

Première session

Les installations nucléaires françaises face
aux risques naturels

Présidence de M. Claude Birraux, Député, Président de l’OPECST

M. le Président Claude Birraux. Les problèmes de sûreté nucléaire ont pris une intensité nouvelle depuis les événements de Fukushima. Un représentant de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) fera, comme lors de nos précédentes réunions, un point de la situation au Japon.

MM. les présidents des deux chambres du Parlement ont souhaité que l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) pilote une mission spécifique. L’OPECST fonctionne ici en configuration élargie – à huit députés et huit sénateurs, qui ne sont pas membres de l’office – et selon un schéma de commission d’enquête. Habituellement, une mission de l’Office est assumée par le seul rapporteur.

Les auditions sont ouvertes à la presse. Nous publierons en juin un rapport d’étape sur la sécurité nucléaire, puis aborderons, en juillet, le second volet : la place du nucléaire dans le système énergétique français.

Un événement de l’ampleur de celui survenu à Fukushima peut-il se produire en France ? Nous souhaitons faire le point sur les risques naturels brusques et rappeler l’état de la connaissance sur leur évaluation scientifique – cette première table ronde sera animée par le rapporteur M. Christian Bataille. La seconde, portant sur les moyens de protection des installations nucléaires, sera animée par M. Bruno Sido, rapporteur et premier vice-président de l’office.

M. Thomas Houdré, directeur, direction des centrales nucléaires, Autorité de sûreté nucléaire (ASN). A la centrale de Fukushima le 11 mars, un violent séisme a provoqué l’arrêt automatique des réacteurs, mais aussi la perte des alimentations électriques. Les diesels de secours se sont mis en route pour refroidir les piscines et le cœur des réacteurs. Mais le tsunami a neutralisé les diesels, les combustibles ont chauffé, les gaines ont éclaté et partiellement fondu. L’exploitant a alors procédé à des décompressions volontaires et des rejets radioactifs ont eu lieu, par bouffées, entre le 11 et le 15 mars. L’interaction entre les gaines à très haute température et l’eau a provoqué des dégagements d’hydrogène et des explosions, hors et sans doute à l’intérieur des enceintes de confinement. Une partie du cœur des réacteurs a fondu faute de refroidissement.

Entre le 15 et le 30 mars, de l’eau de mer puis de l’eau douce ont été injectées en circuit ouvert dans le cœur des réacteurs ; l’alimentation électrique a ensuite été rétablie, sans que l’on parvienne cependant à arrêter les rejets. On est entré depuis lors dans la phase de gestion à long terme de l’accident. L’injection d’eau dans les réacteurs 1, 2 et 3 a entraîné une accumulation sur le site de quantités d’eau fortement radioactive, 200 000 tonnes, ce qui constitue un autre problème à gérer. Pour limiter sa dispersion et son déversement dans la mer, l’opérateur a eu recours à un épandage de résines et a disposé des sacs.

Sur la base des informations dont dispose l’ASN aujourd’hui, nous pouvons indiquer que les plus gravement accidentés sont les réacteurs n° 1, 2 et 3. De fortes incertitudes demeurent sur l’état précis de ces installations. Récemment, des membres du personnel sont entrés dans le site du réacteur n° 1 et ont confirmé qu’une partie du combustible a fondu, que la cuve n’est plus étanche, ni l’enceinte de confinement. L’état des réacteurs n° 2 et 3 reste à confirmer.

Quant aux conséquences sanitaires, les jours suivant l’accident, les rejets radioactifs ont représenté un dixième de ceux observés à Tchernobyl, et 21 travailleurs ont été soumis à des doses supérieures à 100 millisieverts (mSv), soit la valeur limite autorisée en situation d’urgence en France. Au Japon, la valeur limite est de 250 mSv. Un périmètre de 20 km autour de la centrale a été évacué ; entre 20 et 40 km, l’évacuation est en cours, dans le cadre de la gestion à long terme de l’exposition des populations. La restriction de la consommation des denrées alimentaires ne touche pas notre pays, la dilution étant importante entre le Japon et la France. L’accident a été classé au niveau 7 de l’échelle INES.

Les risques naturels majeurs et leur évaluation

Présidence de M. Christian Bataille, Député, membre de l’OPECST,
rapporteur de la mission parlementaire

M. Christian Bataille, député, rapporteur. Les événements dramatiques de mars dernier au Japon ont suscité des interrogations sur la capacité à prévoir les risques naturels, à concevoir des protections suffisantes pour les centrales, à former le personnel en conséquence. La France pourrait-elle connaître des catastrophes équivalentes à celle de Fukushima ? Quels sont les risques naturels les plus menaçants pour la sécurité nucléaire ? Sont-ils plus importants que dans le passé, augmentés par le réchauffement climatique ? Les méthodes d’évaluation sont-elles fiables ? Comment prendre en compte les risques aggravés avec effet domino ? Nous allons entendre sur ces questions M. Vincent Courtillot, géophysicien. Notre pays est-il soumis à des risques sismiques et volcaniques ? A des risques comparables à ceux qui se sont produits au Japon ? Un tsunami provenant d’un séisme à l’étranger est-il possible et sur quelles côtes ? Le tremblement de terre survenu le 11 mai à Lorca en Espagne, s’il s’était produit le long des côtes italiennes à risque sismique, aurait-il pu susciter un tsunami ?

M. Vincent Courtillot, Académie des sciences. Je participe à un groupe de travail, « Solidarité Japon », présidé par le professeur Alain Carpentier, président de l’Académie des sciences. Les trois sous-groupes sont consacrés aux aspects sismiques, nucléaires et médicaux ; ils sont présidés par MM. Jacques Friedel, Edouard Brézin et Etienne- Emile Beaulieu, anciens présidents de l’Académie. Le rapport qui sera présenté à celle-ci fin mai sera ensuite à disposition de tous. Au Conservatoire des arts et métiers, une passionnante séance a aussi été consacrée à la question par le professeur Michel Béra, titulaire de la chaire modélisation statistique du risque. Mon intervention de ce matin, enfin, puise à la présentation faite par le professeur Armijo, à l’Académie des sciences, devant le sous-groupe sismologie.

Pendant six ans, j’ai été directeur de l’Institut de physique du globe de Paris, mais je ne vous parlerai pas de volcans, car le risque qui nous intéresse aujourd’hui est plutôt le tsunami : un tel événement peut-il se produire en France ?

Les cotes d’altitude révèlent que le site où a été construite la centrale de Fukushima était une terrasse à 40 mètres au-dessus de la mer. Elle a été surcreusée à 30 mètres, puis à 7 mètres au-dessus de la mer pour l’installation des tranches centrales, 1, 2, 3 et 4 ; situées un peu plus en hauteur, les 5 et 6 étaient inactives au moment du tsunami. Si l’on n’avait pas rabaissé artificiellement le relief (et diminué le coût de l’aspiration de l’eau de mer utilisée dans le cycle de refroidissement), la zone n’aurait pas été inondée, et aucun des dommages causés aux réacteurs ne se serait sans doute produit sous l’effet du tremblement de terre. Car les bâtiments japonais ont remarquablement résisté au séisme, mieux que prévu, ce qui peut s’expliquer par une saturation des accélérations dans les hautes magnitudes. Si la centrale avait été située dix mètres plus haut, elle n’aurait pas souffert, c’est une certitude.

Pour construire la centrale, une falaise artificielle a donc été découpée. Elle borde les installations nucléaires sur l’arrière. On voit nettement sur les photographies aériennes la zone maximum de mouillage et la marque de la vague venue battre la falaise pendant plusieurs heures, le temps de l’inondation, à une hauteur de deux ou trois mètres. La vague était de 10, 12 ou 14 mètres.

L’événement était-il prévisible ? Avant le tremblement de terre de Sumatra en 2004, on n’imaginait guère un séisme de plus de 9 de magnitude, et l’on en avait enregistré trois seulement au XXe siècle, en 1960 au Chili, en 1964 en Alaska, en 2004 en Indonésie. Sans doute supérieur à ce seuil, celui survenu au Kamchatka en 1952 a été réévalué dernièrement. Précisons que les séismes provoqués par des chevauchements géants et d’une magnitude supérieure à 8 ne sont mesurables que depuis le début du XXe siècle. On en a dénombré trois au siècle dernier, déjà deux dans les douze premières années de ce siècle.

Le récent tremblement de terre s’est produit par enfoncement du fond de la plaque Pacifique sous les îles du Japon, et cet événement est en quelque sorte la répétition d’un autre, le séisme du Kamchatka en 1952, quand toute une zone a « claqué » ; le séisme a été, on le sait à présent, d’amplitude 9. Le nord de Hokkaido, le sud de Tokyo, pourraient dans l’avenir connaître de semblables phénomènes.

Pourquoi les Japonais, dans leurs prévisions, ont-ils méconnu la possibilité d’un tel événement ? Parce qu’ils se fondaient sur des méthodes qui faisaient consensus depuis la théorie de la dérive des continents et de la tectonique des plaques, illustrée dans les années soixante par des sismologues japonais éminents, notamment le professeur Hiroo Kanamori, une lumière de la discipline.

Le tremblement de terre a été suivi de répliques dans toute la zone qui a cassé. Sur les cartes, on situe le foyer du séisme, qui est entouré de tous les points de réplique. Autour et au-delà, on sait que toute la zone a, dans le passé, connu des cassures, en particulier en 1896 lors du tremblement de terre de Sanriku. La zone qui avait cassé alors se situait près de la faille qui s’enfonce dans le Pacifique, plus loin des côtes.

Le consensus scientifique retenait historiquement le scénario suivant : lorsqu’une plaque s’enfonce sous l’autre, les contraintes s’accumulent, une faille secondaire se forme, et seule peut ensuite casser une partie de cette faille – soit la partie supérieure, en provoquant un tsunami, soit la partie inférieure, sans provoquer de tsunami puisqu’il n’y a pas, dans ce cas, de « coup de pied au fond de la baignoire ».

Certains chercheurs minoritaires contestaient cependant cette thèse comme l’existence de cette faille. Un programme de recherche proposé à l’Agence nationale de la recherche (ANR) a été mis en échec par les rapporteurs en raison de ce consensus autour d’une thèse qui, on le sait à présent, est totalement fausse.

La totalité de la croûte continentale sur 40 km d’épaisseur a lâché sur 200 km en profondeur, sur 500 km de large : imaginez le cinquième de la surface de la France frottant sur le reste et se déplaçant de 20 mètres… Le déplacement semble même avoir atteint 50 mètres dans les fonds marins. C’est du jamais vu !

Il se trouve que des géologues avaient cherché à savoir si un tsunami de grande ampleur s’était produit dans l’histoire. Faisant des prélèvements autour de l’aéroport au sud de Sendai, ils ont découvert qu’un tsunami s’était produit en 869. On constate sur leurs relevés que la zone de montée des eaux est rigoureusement la même qu’en 2011. En 1611 aussi s’était produit un tremblement de terre dont nous n’avions pas compris qu’il était de même importance. Le consensus sur les modèles avait fait évaluer le séisme de 869 à une magnitude de 8,4, en fait sensiblement sous-estimée. Encore en 2009, on prévoyait un risque de séisme tsunamique de 8,2 au maximum. On n’imaginait pas que toute la zone claquerait.

Des mégachevauchements sont possibles dans toutes les zones de subduction majeure du monde. Il convient donc désormais de réviser les prévisions de risque dans ces environnements. On sait aujourd’hui que le consensus, les concepts faux et le jargon ont abouti à des erreurs d’analyse partagées par la majorité des géophysiciens, certains d’excellente réputation. Des modélisations numériques très élaborées ont suscité un excès de confiance.

La géologie ne se limite pas à l’échelle du siècle, elle remonte au plus loin. Il ne suffit pas de prendre en compte la crue millénaire, il faut connaître les crues survenues il y a 10 000 ans, 100 000 ans. C’est sur toutes ces échelles de temps emboîtées qu’il faut travailler, avec des moyens peu coûteux : la géologie consiste à analyser des tranchées, des coupes, des forages.

Sur le plan humain, au Japon, la catastrophe a été limitée, si j’ose dire, à 20 000 ou 30 000 morts, dans une zone qui compte 200.000 habitants – à comparer aux 250 000 morts à Sumatra. La prévention, l’éducation, le comportement des Japonais, leur réponse à l’alerte, les mécanismes d’arrêt automatique ont contribué à sauver de nombreuses vies.

Après Sumatra, le gouvernement français a nommé un délégué interministériel pour suivre les risques dans le bassin indien, le bassin méditerranéen, les Caraïbes ; un observatoire des tsunamis a été créé, des crédits de recherche annoncés. Un an et demi après, tout cela avait déjà disparu… Les organismes de recherche ont néanmoins continué à travailler. Ils ont mis en évidence qu’il y a une zone dans le monde où nous courons des risques comparables à celui du Japon, il s’agit des Caraïbes, où s’est produit un grand tremblement de terre en 1843, de magnitude 8 probablement. En 2004, celui des Saintes a fait des dégâts matériels, mais les répliques, dont on ne parle pas, durent encore. Surtout, en 2007, un séisme de 7 s’est produit en Martinique, peu destructeur en raison de la profondeur à laquelle il a eu lieu comme de l’heure à laquelle il est survenu. S’il s’était produit 20 kilomètres plus haut sur la zone de subduction, ses conséquences auraient été beaucoup plus graves.

Toute la zone de subduction peut-elle lâcher, comme au large du Japon ? Les Caraïbes pourraient connaître trois types de séismes : moyens crustaux, très importants profonds, mais peut-être aussi claquage de toute la zone de subduction. Toutes les îles subiraient alors un tsunami comme celui qui s’est produit à Tohoku. La différence tient dans la vitesse de rapprochement des plaques, quatre fois plus faible dans les Caraïbes, et le temps de récurrence du séisme, qui serait quatre fois supérieur.

Au Japon, tout ce qui était bloqué depuis 400 ou 500 ans a cassé d’un coup. On croyait que tout glissait sans bruit, on ne s’en inquiétait plus. Dans les Caraïbes, tout est bloqué sans doute depuis 1 500 ans. Mais l’histoire, pour nous, ne remonte qu’à Christophe Colomb. Il nous faut ici le secours de la géophysique. Une dernière précision : le risque sur la côte d’Azur et à Nice n’a rien à voir avec le cas japonais…

M. Christian Bataille. L’une des deux tempêtes de 1999 a causé un début d’inondation à la centrale du Blayais. Ces installations ont un besoin permanent de sources froides, et l’on peut se demander si le réchauffement climatique ne risque pas, à terme, de compromettre le refroidissement des centrales.

M. Hervé Le Treut, Académie des sciences. Je veux évoquer les problèmes de la prévision sous l’angle philosophique et pratique. La difficulté vient de ce qu’il y a d’une part l’échelle de temps à quelques décennies, d’autre part des événements extrêmes à petite échelle d’espace. C’est la combinaison la plus difficile à traiter pour la prévision.

La question du changement climatique a une histoire très particulière. Il a y eu trois temps de la recherche. Dans les années cinquante et soixante, on a mis en évidence que des gaz à effet de serre, CO2 en particulier, pouvaient s’accumuler dans l’atmosphère, l’océan et la végétation ne pouvant les absorber entièrement. Puis, dans les années soixante-dix, à l’ère des spectroscopistes, on a montré que ces émissions pouvaient affecter le bilan radiatif de la planète : cette phase est très liée à l’observation spatiale. La première communication sur les perturbations possibles a été faite devant l’Académie des sciences américaine en 1979. Puis est arrivée la première phase de modélisation des modifications potentielles du système climatique. La modification de la composition chimique de l’atmosphère a été confirmée par les modèles plus complexes : le réchauffement est plus fort sous les hautes latitudes et les continents, moindre dans les océans ; les précipitations seront plus élevées là où il pleut déjà, autour de l’Equateur, et plus faibles en zone subtropicale. Les émissions de gaz à effet de serre ont commencé dans les années cinquante, les premiers effets climatiques – correspondant au délai de réchauffement des océans – apparaissent depuis quelques années.

Le passage de ces grandes échelles aux petites échelles atmosphériques pose des problèmes physiques considérables. Il y a certes un pilotage des secondes par les premières, mais partiel, difficile à mettre en évidence. Et plus l’échelle est petite, plus les événements sont rares, plus le recul statistique est faible. Le problème est encore plus ardu pour les précipitations, par essence liées aux circulations dans l’atmosphère, phénomènes épisodiques. Plus les événements sont extrêmes, et plus grande est la difficulté statistique.

Comment estimer le risque encouru par l’Europe de l’ouest, qui est soumise à l’influence de l’Atlantique, mais moins que ne l’est le continent américain à l’influence du Pacifique ? Comment les changements climatiques affectent-ils notre région ? La première phase du changement climatique consiste en une variation de fréquence et d’intensité de certaines structures météorologiques. Il convient d’utiliser tous les documents, en remontant dans un passé même lointain, car tout ce qui est arrivé a vocation à revenir. Ce doit être le point central de toute politique de sécurité. Il faut exploiter statistiquement l’historique des aléas. Mais l’observation du passé ne fournit pas une image de tous les risques possibles, en raison, précisément, des modifications climatiques. Si l’on ne sait pas préciser les risques, on en a du moins une idée générale.

Mon laboratoire, au sein de l’Institut Pierre Simon Laplace des sciences et de l’environnement (IPSL) a travaillé avec le Centre de recherche de Météo-France de Toulouse et nous avons publié une cartographie et un rapport. Plus le climat est chaud, plus l’atmosphère comprend d’eau, et plus sont favorisés les orages convectifs et les tornades. Les tempêtes hivernales n’entrent pas dans cette catégorie ; leur processus est peu lié à ces sources de chaleur et elles n’ont pas de lien clair avec le réchauffement climatique.

En Europe, on s’attend, par un grossissement de l’anticyclone des Açores, à ce que l’Europe du sud devienne plus sèche, l’Europe du nord plus humide, avec une modification de la route des tempêtes. Les études sur les échelles qui se développent visent à cerner les mécanismes liant les échelles globales, que l’on comprend mieux, et les échelles locales, que l’on comprend moins. La démarche est double, car on s’efforce aussi de comprendre en quoi les infrastructures climatiques sont vulnérables à des aléas, pour réinterroger ensuite les connaissances, incertaines, sur les évolutions climatiques. Cet aller-et-retour entre une modélisation incertaine et des infrastructures dont on tente de préciser la vulnérabilité à ces éléments de prévision est indispensable. Il doit, à mon sens, fonder toute notre approche de la sécurité.

M. Christian Bataille. M. Bernard Tardieu est spécialiste de la conception et la réalisation des barrages, stations de pompage, usines hydroélectriques. Il va évoquer les risques de glissements de terrain, de ruptures de barrage comme à Malpasset en 1959, qui a causé 400 morts. Les barrages menacent-ils nos centrales en aval ? De quelle hauteur pourrait être la vague ? Quels sont les risques liés aux glissements de terrain ?

M. Bernard Tardieu, Académie des technologies. Le produit de la menace et de la fréquence forme l’aléa ; la projection de cet aléa dans un espace socioéconomique constitue le risque. Dans le cas des barrages, le risque est avéré au niveau mondial : la commission internationale des grands barrages tient depuis 1930 le registre des accidents et incidents. La menace est avérée en France, puisque des accidents majeurs sont intervenus depuis cent trente ans. Deux accidents sur le barrage de Bouzey, haut de 18 mètres, ont causé 100 morts en 1884 et 1895. Le barrage de Malpasset, 66 mètres, s’est rompu en décembre 1959, causant la mort de 421 personnes.

On compte aujourd’hui environ 45 000 barrages dans le monde, et 1 200 en construction. En juin 1976, aux Etats-Unis, le barrage de Teton (Idaho) s’est rompu au premier remplissage, causant la perte de 13 000 têtes de bétail, mais la mort de seulement onze personnes, car l’alerte a bien fonctionné et la population a pu être évacuée.

Dans certaines catastrophes, le barrage n’était pas en cause mais les conséquences furent néanmoins très graves, en domino. A Vajont (Italie du nord), en 1963, un glissement de terrain sur la rive gauche est constaté, et voici que le glissement s’accélère, jusqu’à 110 km par heure, le volume du glissement atteignant presque celui de la retenue ; une vague de 150 mètres passe par-dessus le barrage, qui résiste. Mais il y a tout de même un millier de morts.

Autre exemple d’un accident en domino, en août 2008, en Russie, à Saïano Chouchenskaïa. Sur l’une des turbines, les boulons du couvercle se rompent par vibrations ; l’ensemble de la turbine saute en l’air sous une charge de 245 mètres d’eau, l’eau retombe, le système électrique disjoncte, le départ de l’énergie est coupé, toutes les autres roues entrent en survitesse et explosent à leur tour, l’eau retombe partout, le système d’énergie supplémentaire disparaît, on ne peut plus commander la fermeture des vannes. Un homme gravit dans le noir les marches et remonte les 245 mètres du barrage : il parvient à fermer les vannes. L’eau passe par l’évacuation de crue, qui fonctionne habituellement en été. C’est l’hiver, les embruns gèlent, retombent sur le toit de l’usine, qui s’effondre, faisant 70 morts.

Les accidents se produisent surtout sur les petits barrages, digues sèches de la Camargue, de la Vendée, de la Loire. Les petits barrages de 4 ou 5 mètres sont vulnérables à une vague de 2 mètres, qui peut être calamiteuse.

On a déploré aussi des ruptures de vannes, dans le Tarn, en Turquie, ou des accidents dus à des manœuvres d’exploitation, comme celui du Drac, en Isère. Ce sont les petits barrages en terre qui se rompent le plus facilement.

Pas de nuage chimique ou nucléaire, on est dans le domaine du risque naturel amplifié. L’eau est lâchée, elle descend et suit exactement la vallée. Les effets suivent la géographie. L’onde de submersion du barrage est parfaitement calculable par les modèles physiques et numériques. On connaît ses limites, sa vitesse et l’on peut prévoir son arrivée en tel point, dans tel délai. A Vaison-la-Romaine, il s’agissait d’un accident naturel, puis une vague s’est formée, qui a tout détruit. Dans le cas d’une inondation simple, lorsque les eaux montent doucement, le danger est moindre.

Parfois, comme à Bouzey ou Malpasset, les accidents étaient liés à des phénomènes mal maîtrisés à l’époque. Le progrès des sciences, mais aussi de l’auscultation et de la surveillance, permet aujourd’hui de les éviter. Les ruptures de barrage interviennent dans la moitié des cas lors de la première mise à l’eau. Parmi les sources essentielles d’accidents, on peut citer la pluie, les crues sous-estimées, la mauvaise manœuvre des vannes et l’abandon des petits ouvrages.

Les séismes n’ont jamais causé d’accident mortel. Et ce n’est pas faute que les barrages en aient subi ! Citons le séisme de Tokachi-Oki, au Japon, en mai 1968, d’une magnitude de 7,8, le séisme du 4 mars 1991 d’une magnitude de 7,3 à proximité du barrage de Sefid Rud dans le Nord de l’Iran, le séisme du 21 mai 2003 d’une magnitude de 6,8 à proximité de Boumerdès en Algérie et, enfin, le séisme de Wenchuan en Chine du 15 mai 2008. Dans tous les cas, on a constaté, tout au plus, quelques fissures. En revanche, le barrage de Zipingpu d’une hauteur de 156 m, achevé en 2008, pourrait être un élément déclencheur du séisme de Wenchuan. Enfin, rappelons que l’exigence de sécurité est que le réservoir se vide progressivement et lentement, non que la structure soit inaltérée.

Quel système de contrôle et de sécurité en France ? Il relève de circulaires ministérielles adressées aux préfets, soit des documents non opposables aux citoyens. Les responsables des ouvrages sont leurs propriétaires. Je ne conseille donc à personne d’en accepter un en héritage, même s’il est charmant... Après la catastrophe du barrage de Malpasset, on a constitué un comité technique permanent des barrages en 1963, devenu le comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques (CTPBOH). Il regroupe huit à douze membres, essentiellement des hauts fonctionnaires et quelques personnalités qualifiées, dont je suis. Sa mission est de prévenir, de surveiller les ouvrages et d’informer. Les documents – plans d’alerte, puis plans particuliers d’intervention – se sont améliorés ; ils se fondent sur l’analyse de l’onde de submersion ainsi que sur un dispositif d’alerte dans la zone des quinze minutes. Pour une rupture de barrage, le signal national d'alerte est un son de corne de brume composé d’une émission de 2 secondes entrecoupée d’un intervalle de silence de 3 secondes, puis deux minutes à la fin de l’alerte. Son déclenchement est humain – je ne suis jamais parvenu à savoir qui appuie sur le bouton, mais j’espère que cette personne est définie. Cette solution est de loin la meilleure pour éviter tout déclenchement intempestif. Le cas s’est produit au barrage de Vouglans dans l’Ain qu’on avait équipé d’un système automatique : la population s’est retrouvée en pyjama et en chemise de nuit dans la montagne par un froid glacial. Ce genre d’incidents tue l’alerte.

La dernière circulaire de 2008, qui intègre les notions contemporaines de vulnérabilité et de risque, décompose les barrages selon l’ampleur de la menace en quatre catégories (A, B, C et D). Elle prévoit des études de danger parfaitement didactiques, précise-t-on, et orientées vers les populations et les mairies. L’arrêté de 2008 sur la sécurité et la sûreté des ouvrages prévoit une revue de sûreté de 700 ouvrages de plus de 10 m et de 400 grands barrages par des organismes de qualifiés.

J’en viens aux glissements de terrain, avalanches et chute de glaciers, notamment de leurs moraines frontales. Ces phénomènes, nombreux dans les zones sismiques, sont essentiellement dus aux fortes pluies, surtout lorsqu’elles sont précédées de périodes de sécheresse, et aux variations des retenues de barrage. Pouvant créer des séismes, ils se soldent parfois par la formation de barrages naturels, extrêmement instables et dangereux pour les ouvrages. Si ces derniers se déversent, la rupture rapide est inéluctable. D’où les Chinois tirant dessus au canon lors du séisme de 2008, ou encore le tunnel creusé au lac Paron au Pérou pour vidanger. En Equateur, le glissement lié au séisme a provoqué des embâcles considérables, tous les arbres étant précipités au fond de la vallée, avec des effets dominos tout le long de la rivière… Enfin, tout changement de climat dans une région augmente le risque de glissements de terrain, le temps que la géographie s’adapte.

Pour conclure, quelques remarques. La menace d’une rupture de barrage a plané après la catastrophe de Fukushima. Un ouvrage fissuré, parce qu’il a subi un fort séisme, ou encore un ouvrage qui a déversé à cause d’une crue énorme, reste-t-il sûr ? A ma connaissance, aucun scénario n’est prévu pour faire face à cette éventualité.

Les zones à risque entraînent un effet d’aubaine sur le foncier et, donc, des installations, qu’elles soient autorisées ou non. Résultat, le nombre de personnes exposées, et donc le risque, augmente. Impossible d’expliquer cette logique à un Chinois à propos du barrage des Trois Gorges !

Enfin, je crains que l’intéressante notion d’amélioration continue, mise en avant par le Gouvernement et EDF, ne se traduise par de simples améliorations sur le papier et une multiplication des intervenants. D’autant que la transmission du savoir-faire de la conception et de la construction se perd, que la rentabilité et le court-terme priment et que le travail en équipe est sous-estimé. Cette évolution empêche une vision globale de la menace pesant sur les ouvrages.

M. Christian Bataille. Comment calculer des probabilités quand les événements sont rares ? Comment prendre en compte les risques aggravés, tel le séisme au Japon provoquant un tsunami qui a, lui-même, entraîné un accident nucléaire ? Voilà les questions auxquelles répondra Michel Broniatowski, professeur au laboratoire de statistique théorique et appliquée de l’Université Pierre et Marie Curie.

M. Michel Broniatowski, professeur au laboratoire de statistique théorique et appliquée de l’Université Paris VI Pierre et Marie Curie. Une variable de risque est une variable que l’on va probabiliser ; cependant, modéliser le risque extrême est un exercice complexe, car, comme nous nous disposons de peu d’observations, le modèle n’a plus grand rôle. Typiquement, celui-ci est plus difficile à obtenir, faute de données, de sorte que l’on doit l’informer avec des lois physiques. Or on maîtrise moins la physique des phénomènes extrêmes, par manque de retour d’expérience. En outre, les valeurs extrêmes, en raison de leur grande dispersion, ne peuvent pas être modélisées de manière globale ; elles doivent être étudiées en tant que telles. Contrairement à un assureur établissant une tarification, on ne doit pas raisonner à partir de la cloche d’une courbe de Gauss. Partir de l’ensemble des données est souvent une erreur profonde.

Prenons la modélisation de la magnitude d’un séisme dans une approche probabiliste. Des modèles standards existent depuis les années cinquante sous le nom de la loi de Gutenberg-Richter. Leur but est d’obtenir une représentation locale de la répartition de la magnitude pour, entre autres, dimensionner les ouvrages. Sont-ils plausibles ? Non, car les récents travaux montrent qu’il faut travailler sur la notion de séisme maximal annuel, fondés sur le relevé des séismes maximaux enregistrés année après année, pour établir une courbe de fréquence des maxima. L’intérêt de cette méthode est sa stabilité. Attention, cependant, à l’interprétation de la période de retour : une probabilité d’un millième ne signifie pas que le risque se reproduira dans mille ans. A titre d’exemple, il serait aussi dangereux d’affirmer, au jeu de pile ou face, qu’on aura pile dans deux coups parce que la probabilité est de un sur deux. Résultat, si l’on s’intéresse à un événement dont la récurrence est de l’ordre de 1 000 ans, il faut considérer 6 000 ans... D’où un problème majeur sur l’utilisation de ces calculs. Néanmoins, leurs résultats sont intéressants à condition d’avoir une bonne estimation de la valeur maximale du séisme potentiel théorique, ce qui est le cas des Alpes.

D’autres modèles, développés en finances, permettent de prendre en compte des données extrêmes à plusieurs variables – ce sont, par exemple, en hydrologie la pointe, le volume et la durée. Ils sont importants pour le dimensionnement des ouvrages.

Pour conclure, un peu de bon sens statistique. La notion de période de retour est dangereuse – j’y ai insisté, et nous laissons les décideurs arbitrer. En revanche, il faut s’intéresser au séisme record à venir, c’est-à-dire celui qui dépassera le maximum observé. Une telle approche, développée depuis les années 1980, est possible pour les événements marqués par une certaine stabilité, de la récurrence. En bref, on travaille, non sur la durée qui sépare deux records successifs, mais sur le niveau du record. Certes, cette méthode reste tributaire de grandeurs (typiquement, le séisme maximal théorique dans la zone), mais c’est une piste à explorer. En tout état de cause, la modélisation probabiliste est la seule qui permette d’aller au-delà des données observées.

M. Christian Bataille. M. Paul-Henri Bourrelier, président du conseil scientifique de l’association française pour la prévention des catastrophes naturelles, évoquera comment imaginer l’extrême et s’y préparer.

M. Paul-Henri Bourrelier, président du conseil scientifique de l’Association française pour la prévention des catastrophes naturelles (AFPCN). « Le séisme et le tsunami au Japon ont entraîné la catastrophe de Fukushima, nous renvoyant des échos de Tchernobyl et nous donnant un sérieux avertissement pour le futur », affirmait la semaine dernière à Genève le secrétaire général des Nations Unies lors du forum mondial de la réduction des risques de catastrophes.  Par nos actions, nous pouvons composer avec les forces de la nature. « La différence est dans la préparation ». Voilà une bonne introduction pour cet exposé sur la réduction du risque de catastrophe.

Les effets chaotiques de libérations soudaines d’énergies accumulées sur des centaines d’années, voire un millier d’années, sont particulièrement difficiles à modéliser et à penser car ils provoquent la sidération. On utilise l’équation de base suivante : le risque est égal à l’aléa multiplié par l’exposition et par la vulnérabilité. Un message important à faire passer : lorsque les cibles sont proches ou que l’aléa dépasse un certain volume, il faut raisonner sur le système ; impossible de traiter isolément une centrale nucléaire, une raffinerie ou un barrage.

Pour évaluer les aléas naturels, on utilise essentiellement les lois physiques et la statistique, avec un mouvement de balancier d’un outil à l’autre. Seuls nous intéressent les aléas répartis sur les terrains ; on peut faire de la géostatistique, les cartographier et retrouver leurs traces dans le passé en utilisant la paléogéographie ou la paléogéologie. Du fait de phénomènes de saturation, l’intensité de l’aléa de terrain n’est pas fonction de l’aléa source. D’où la nécessité d’une identification fine, car leur répartition, fonction de la géologie, est en peau de zèbre. On l’a constaté récemment au Japon ou encore à Los Angeles : à quelques mètres de distances, le danger peut ne plus être mortel. Pour un séisme, l’intensité de terrain correspond donc aux accélérations locales, non à la magnitude.

Comment gérer ces aléas ? On utilise un aléa de référence, fondé sur une fréquence accessible à l’esprit – pour les inondations, cent ans ; pour les séismes, cinq cents ans. L’idéal est toutefois de connaître l’aléa extrême, ce dont l’intervenant précédent a souligné les difficultés. En pratique, on prend un aléa extrêmement rare – une approximation un peu dangereuse, mais un progrès indéniable par rapport à l’aléa de référence. La directive européenne sur les inondations en fait depuis quelques années une obligation. Les Hollandais travaillent sur un aléa de 1/10 000. En France, on utilisera probablement celui de 1/2 000. Pour les séismes, il faudrait retenir un aléa de 1/10 000 ou 1/5 000. Toutes les observations, qu’elles soient géologiques ou historiques, sont à mettre en œuvre, pour mener à bien ce travail dont on n’est pas au bout.

Pour réduire la vulnérabilité, une notion complexe qui comporte plusieurs dimensions – physique, écologique, culturelle et économique –, il y a la boîte à outils de la mitigation. Cette dernière comporte des mesures sans seuil, telle la méthode parasismique qui permet une réduction continue de la vulnérabilité (la digue ne s’effondre pas en cas de dépassement), et des mesures à seuil (la vague de submersion emporte une digue). La distinction est essentielle, on l’a vu lors de l’accident de Fukushima.

La gestion des risques cumulés sur les territoires passe par des actions intégrées sur les aléas, les expositions et les vulnérabilités à l’échelle de l’installation proprement dite, du site et, enfin, de la région. Emboîtement et intégration, voilà la façon dont on peut composer avec les risques, les réduire à une probabilité extrêmement faible. La probabilité nulle n’existe pas !

L’essentiel est peut-être de combattre le déni, point sur lequel insiste le philosophe Jean-Pierre Dupuy. Cette tendance naturelle de l’esprit devant l’inconnu – nos collègues sismologues japonais ont récemment donné la preuve de cette dimension comportementale – empêche la prise en compte globale et collective des risques.

Le Président Claude Birraux. Monsieur Courtillot, quelles seraient les conséquences d’un tremblement de terre survenant près des frontières de la France ? Ainsi le séisme de Bâle sur la vallée de Rhin…

M. Vincent Courtillot. L’échelle de Richter, qui indique la magnitude d’un séisme, est souvent qualifiée d’ouverte. Il serait plus juste de dire qu’elle est logarithmique : un écart de 1 correspond à une multiplication par 30 de l’énergie dégagée par le tremblement de terre. Le séisme du Japon était neuf cents fois plus fort que celui d’Haïti, qui a pourtant causé 200 000 morts. La différence entre magnitude et intensité explique les effets de site soulignés par M. Bourrelier.

Ensuite, on a longtemps cru que la magnitude ne pouvait pas dépasser 8,5. C’était, en réalité, un problème de méthode. Nous avons désormais trois ou quatre magnitudes, beaucoup plus physiques. Le moment physique, c’est-à-dire le produit d’une force par une surface. Un séisme qui casserait toute la plaque lithosphérique serait d’une magnitude de 10 ; avec 9,5, le séisme du Chili, le plus grand des 110 dernières années, se rapprochait de ce maximum. Enfin, les frontières des plaques où se reproduisent souvent les séismes. Rappelons les ordres de grandeur : un centimètre par an correspond à un mètre par siècle.

En France, il n’y a pas de grandes frontières entre les plaques ; la plus sérieuse est l’arc alpin, né de l’affrontement entre la plaque africaine et la plaque européenne. Les régions de Nice et de Grenoble sont donc les plus proches, quoique les mouvements se chiffrent en millimètres par an, soit des dizaines de centimètres par siècle. Le temps de retour des grands séismes en France est donc probablement de l’ordre de mille ans. Nous en avons connu deux grands dans les deux mille dernières années : Bâle et un en Catalogne qui a fait des dégâts en France dans les années 1600. Il est absurde de comparer Nice au Japon ! Le dernier tsunami a été provoqué par un glissement de terrain lié à des travaux de terrassement de l’aéroport. Le risque est très faible : il suppose un tremblement de terre, la frontière entre les plaques la plus proche se trouvant le long du Maghreb. En revanche, il existe un risque de tsunami mineur à La Réunion, en raison de Sumatra, et un risque majeur aux Antilles. Après, la limagne de Bresse et d’Allier, la zone sud-armoricaine et Pyrénées, sont sujettes à des mouvements qui se mesurent en millimètres par an. D’une magnitude inférieure à 8, ces séismes ont un temps de retour de moins d’un par mille ans.

Pour mener un travail statistique sur un éventuel tremblement de terre se reproduisant à Bâle à proximité de la centrale nucléaire de Fessenheim, il faudrait considérer les événements extrêmes survenus durant une centaine de périodes de mille ans dans la région. Bref, mieux vaut donner de l’argent aux géologues !

M. Christian Bataille. L’augmentation du niveau des mers due à la dilatation thermique de l’eau et à la fonte des banquises doit-elle conduire à réévaluer le risque d’inondation ? Et avec quelle ampleur ?

M. Vincent Courtillot. La question fait débat : Annie Cazenave ne partage pas mon point de vue. Extraire le vrai signal climatique de la variabilité à plus haute fréquence n’est jamais chose simple. Selon moi, on observe une tendance plate jusqu’en 1910, puis parfaitement linéaire de 1910 à 2000. Au cours du XXe siècle, le niveau moyen des mers a augmenté d’environ 20 cm. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement au XXIe siècle ; nous sortons du petit âge glaciaire pour entrer dans une période chaude, analogue à celle de l’an mille. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) avance plutôt le chiffre de 45 cm. Dans les deux cas, nous devrions faire face à ce problème, sans déni ni affolement, puisque nous l’avons fait au XXe siècle. Quant au Vanuatu, l’enfoncement thermique des atolls est une règle connue depuis Darwin ! Un jour, dans un million d’années, la Réunion aura son atoll...

M. Bernard Tardieu. La fonte des banquises ne change pas plus le niveau des mers que les glaçons ne font déborder un verre.

Mme Marie-Christine Blandin, sénatrice. Monsieur Courtillot, vous n’avez pas évoqué les effondrements sédimentaires. Certes, ils n’ont rien à voir avec l’ampleur d’un séisme de subduction, mais Gravelines a les pieds dans l’eau…

M. Vincent Courtillot. Un sujet essentiel qu’a traité M. Tardieu ! Les séismes peuvent provoquer des glissements de terrain catastrophiques. On l’a vu lors du tremblement de terre de Wenchuan de 2008 que, par parenthèse, mes collègues avaient parfaitement anticipé depuis des années…

Mme Ann MacLachlan (Platts Nuclear Publications). Les sismologues japonais ont fait preuve d’optimisme. Peut-il en être autrement dans un pays exposé en permanence au risque sismique ?

M. Vincent Courtillot. A dire vrai, les sismologues du monde entier s’étaient ralliés, depuis les années 1970, à une théorie probablement fausse, combattue par une minorité. Moi-même, professeur de géophysique, j’ai enseigné les théories du professeur Hiroo Kanamori. La science avance par le débat, mais nous avons besoin du consensus. En moyenne, il faut entre 10 et 80 ans pour que soit acceptée une révolution scientifique majeure. L’article princeps sur la dérive des continents, date de 1913 ; la théorie a été acceptée par 90% des géographes dans les années 1970…

Pendant quarante ans, les sismologues ont donc pensé faux. Sumatra, le premier grand séisme depuis celui de l’Alaska en 1964, aurait dû nous inciter à changer plus vite. Il n’y avait eu aucun grand tremblement de terre dans les trente années suivantes. Nous devons travailler sur des échelles de l’ordre du millénaire. Puissent les travaux de l’OPECST attirer l’attention sur ce tremblement de terre de magnitude 9. Il faut un suivi digne de ce nom pour prévenir son retour et un tsunami d’un mètre à La Réunion. Hélas, l’intérêt pour les grands tremblements de terre décline brutalement un an après leur survenance, quand la solidarité s’est effacée…

Mme Marie-Christine Blandin. M. Tardieu a évoqué les risques associés aux barrages en cas de séisme. Y a-t-il en France des barrages en amont de vallées où il y aurait des centrales nucléaires ?

M. Bernard Tardieu. C’est aux propriétaires de traiter le sujet, car le plan particulier d’intervention (PPI) doit annoncer l’onde de crue et les installations susceptibles d’être touchées. Je ne saurais vous donner des éléments sur la vallée du Rhône, par exemple, mais ils figurent forcément dans les papiers de l’administration.

Mme Marie-Christine Blandin. La parlementaire que je suis est ravie de votre réponse !

Le Président Claude Birraux. Comme disait Niels Bohr, les prédictions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir !

M. Vincent Courtillot. On dit aussi : « on ne convainc pas les anciens d’une nouvelle théorie, on attend qu’ils meurent ».

M. Jacques Treiner, Université Paris VI. Je suis physicien à Paris VI. N’en déplaise à M. Courtillot, l’augmentation du niveau de la mer n’est pas linéaire. Le dernier rapport du GIEC – qui n’est pas un organisme de recherche – était conservatoire, car il ne faisait allusion qu’aux phénomènes compris. On est en réalité plus près d’un mètre. Il n’y pas lieu de s’affoler, mais il y a des choses à faire. Les Hollandais sont très préoccupés.

Le Président Claude Birraux. Vous justifiez la théorie selon laquelle la rupture prend plusieurs dizaines d’années avant de faire consensus !

Deuxième session

La prise en compte des risques naturels dans la protection des installations nucléaires

Présidence de M. Bruno Sido, Sénateur, Premier vice-président de l’OPECST, rapporteur de la mission parlementaire

M. Bruno Sido, sénateur, premier vice-président de l’OPESCT, rapporteur. Comment les risques naturels menaçant nos centrales sont-ils évalués par les organismes chargés de la sûreté nucléaire ? La possibilité de risques combinés est-elle intégrée ? Les contraintes imposées aux exploitants sont-elles suffisantes ? Les événements de Fukushima ou du Blayais conduisent-ils à réévaluer ces contraintes ? Le vieillissement des installations les fragilise-t-elles face à ces risques ? Comment se compare la démarche française à celle des autres pays, notamment européens ?

M. Jean Gauvain, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire. La division sûreté nucléaire de l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) compte douze ingénieurs : c’est la partie émergée de l’iceberg des compétences internationales en la matière. L’expertise est dans les pays membres, le rôle de l’Agence est de la fédérer. Les travaux des pays membres sont coordonnés par deux comités, l’un sur les activités réglementaires, l’autre sur les activités techniques. Les groupes de travail du premier portent sur le retour d’expérience, les pratiques d’inspection et la réglementation des nouveaux réacteurs. Dans le domaine technique, ils concernent l’intégrité et le vieillissement des équipements, l’évaluation des risques et la sûreté des installations du cycle du combustible.

Les priorités de travail sont définies par les pays-membres, essentiellement en fonction du retour d’expérience ; une nouvelle activité peut être mise en place rapidement. L’AEN coordonne les travaux des experts à travers des groupes de travail présidés par un expert d’un pays-membre, et des ateliers internationaux auxquels participent de nombreux experts ; l’Agence assure parfois le secrétariat d’un groupe restreint de pays, par exemple sur les conceptions des nouveaux réacteurs. Elle produit des comparaisons de pratiques et de réglementations, des analyses d’incidents, des rapports sur l’état de l’art en termes d’évaluation et de prévention, des recueils des meilleures pratiques. Mais le plus important, le plus impalpable aussi, c’est l’expérience acquise par les experts qui ont confronté leurs pratiques, expérience qui se traduit dans les documents propres des pays.

La « tenue au séisme », étudiée depuis une quarantaine d’années, fait l’objet d’un groupe spécifique depuis une quinzaine d’années. Le réseau d’experts échange des informations, examine les programmes, produit des documents de synthèse sur les meilleures pratiques. Les activités sont organisées autour de rubriques : aléas, normes, signal sismique, impact sur les structures, les équipements anciens, réévaluation, installations sismiques expérimentales. Des ateliers internationaux se tiennent régulièrement, depuis 35 ans – j’y avais contribué pour Cruas. Le dernier, il y a six mois, portait sur l’interaction sol-structures et les réévaluations sismiques des installations nucléaires.

L’Agence produit des rapports de synthèse : bilan des travaux, leçons tirées, etc. Avec le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), la France possède le plus grand laboratoire d’études sismiques, à Saclay-Tamaris.

L’Agence coopère avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), avec la création il y a deux ans un centre international de sûreté sismique, une enquête sur l’impact de séismes sur des centrales en fonctionnement, un atelier sur le transfert de connaissances. Depuis 1978, un système d’analyse des incidents, conjoint avec l’AIEA, permet de transmettre l’expérience.

L’examen des approches réglementaires relève de l’atelier du groupe de travail sur les pratiques d’inspection des risques externes, qui a comparé les réglementations et passé en revue les risques.

M. le Président Claude Birraux. Ces documents sont-ils disponibles ?

M. Jean Gauvain. Ils sont publiés sur Internet.

Après l’accident de Fukushima, les présidents des deux comités ont décidé d’une action rapide. Un groupe de travail a été mis en place en trois semaines pour conduire une première analyse des mesures prises et à prendre. Son rapport est en cours de préparation. Le groupe de travail sur l’intégrité des équipements propose ainsi de se pencher sur : la sous-estimation du mouvement sismique ; le comportement des enceintes de confinement et des structures en béton en cas de phénomène extrême ; la réévaluation de sûreté vis-à-vis des phénomènes externes, notamment cumulés ; les conditions de prolongation de la durée d’exploitation. La centrale de Fukushima avait reçu en janvier 2011 une autorisation de prolongation au-delà de 40 ans, mais en renforçant la protection contre les inondations...

L’apport de l’AEN est donc son rôle de coordination de l’expertise internationale, sa capacité de mobilisation rapide, la production de synthèses des meilleures connaissances du moment. Leur utilisation est de la responsabilité des pays membres et de l’AIEA.

M. Thomas Houdré. Les responsabilités entre acteurs de la sûreté nucléaire en France sont réparties entre l’ASN, organisme de contrôle, les exploitants et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). L’ASN définit les grands objectifs, les exploitants proposent les modalités de leur mise en œuvre, que l’ASN analyse avant d’instruire l’autorisation. Aux exploitants de mettre ensuite en œuvre ces modalités, sous le contrôle de l’ASN.

S’agissant des agressions d’origine naturelle, l’approche est déterministe : il s’agit de déterminer l’aléa auquel l’installation doit faire face sans subir de dommage. Dès la conception de l’installation, la liste des agressions prises en compte dans la démonstration de sûreté est présentée par l’exploitant dans le dossier de demande d’autorisation.

La prise en compte des agressions est réexaminée périodiquement au travers du réexamen de sûreté : tous les dix ans, on vérifie la conformité de l’installation au regard des règles applicables, et l’on actualise l'appréciation des risques au regard du retour d’expérience et de l’évolution des connaissances et techniques.

Pour les risques sismiques et d’inondations, les règles fondamentales de sûreté (RFS) de l’ASN définissent la pratique jugée acceptable. Elles énoncent l’aléa à prendre en compte, en déterminant par exemple le mouvement sismique, et les moyens de protection des installations, construction parasismique ou instrumentation sismique. Les RFS sont réévaluées périodiquement pour intégrer l’évolution des connaissances des failles et les effets de site. La réévaluation de la RFS en 2001 a ainsi entraîné des modifications, comme le renforcement par pose de tissu de fibres de carbone ou de poutres métalliques.

S’agissant des inondations externes, l’incident du Blayais en 1999 a conduit à réviser le guide pour intégrer davantage d’événements et étendre le champ d’application. Parmi les modifications issues de ce retour d’expérience, citons la surélévation de la digue du Blayais, la construction d’un muret de protection de la prise d’eau à Fessenheim, ou encore le renforcement de l’étanchéité des parois.

Enfin, les évolutions climatiques entraînent des agressions liées aux températures extrêmes. Nous avons, là aussi, des retours d’expérience récents : hivers rigoureux de 1984-1985 et 1986-1987, qui ont vu la Loire geler, canicules de 2003 et 2006. Les températures considérées dans les démonstrations de sûreté ont ainsi été réévaluées. Les modifications sont en cours pour renforcer la résistance des installations nucléaires à ces phénomènes.

M. Jean-Christophe Gariel, adjoint du directeur de l’environnement et de l’intervention de l’IRSN. Dans l’évaluation des risques associés aux agressions externes, l’IRSN fournit un appui technique à l’ASN pour l’élaboration des textes réglementaires, aux Autorités de sûreté pour l’évaluation des dossiers soumis par les exploitants, et conduit des programmes de recherche afin d’améliorer les méthodes d’évaluation des risques et les connaissances nécessaires à leur mise en œuvre. Il est important que l’expertise se nourrisse des recherches les plus récentes.

Les méthodes définies dans les RFS sont basées sur des observations, visant à définir soit un événement maximum, selon l’approche déterministe, soit une probabilité d’occurrence, selon l’approche probabiliste. La définition de l’aléa dépend largement de la qualité des données utilisées.

Les RFS évoluent en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques, des méthodes d’évaluation et des retours d’expérience à capitaliser. Les RFS traitant de l’aléa sismique ont ainsi été modifiées en 2001 pour considérer, non seulement les séismes historiques, mais aussi les séismes préhistoriques : la paléosismicité, qui suppose d’aller sur le terrain, élargit la période d’observation de plusieurs centaines de milliers d’années – nos travaux sur la faille de Nîmes ont été novateurs. Le retour d’expérience des séismes des années 1980 et 1990 a également conduit à retenir les effets de site, liés à la présence de couches géologiques superficielles meubles, qui augmentent l’amplitude des ondes sismiques. Les RFS traitant de l’inondation sont en cours de modification, à la suite de l’incident du Blayais, notamment pour prendre en compte la conjonction possible de plusieurs phénomènes.

Il ne faut pas se focaliser uniquement sur l’aléa. La résistance de l’installation dépend aussi du dimensionnement des dispositions constructives, ainsi que de la qualité de la réalisation. À chacune de ces étapes, l’IRSN évalue les marges prises.

Nos programmes de recherche portent notamment sur les caractéristiques des séismes historiques (c’est la clef de l’évaluation), l’identification et la caractérisation des failles actives, la propagation des ondes sismiques dans un environnement complexe, les lois d’atténuation du mouvement sismique avec la distance et la saturation du mouvement, le développement de méthodes d’évaluation probabilistes de l’aléa. Ils sont conduits dans le cadre de collaborations nationales ou internationales, avec le monde académique.

Des pistes d’amélioration se dessinent à la lumière des événements récents. En matière d’aléa sismique, il faut élaborer un catalogue homogène de la sismicité instrumentale, explorer la méthode probabiliste, mieux associer, enfin, le monde académique à nos travaux.

Je conclurai sur l’importance du couple recherche-expertise, qui permet de prendre en compte les connaissances les plus récentes. L’aléa ne doit pas faire oublier l’importance du dimensionnement et de la défense en profondeur.

M. Jean-Marc Miraucourt, directeur de l’ingénierie nucléaire à EDF. Les risques naturels sont pris en compte dès la conception des centrales selon une démarche systématique, indépendante de l’aléa. Trois fonctions de sûreté sont à assurer : la maîtrise de la réaction nucléaire, l’évacuation de la puissance et le confinement de la radioactivité. La défense en profondeur consiste en trois lignes successives. La première est la prévention contre les effets des événements naturels, par exemple à travers des digues ou des dispositifs de résistance des bâtiments et matériels. La deuxième consiste en des parades matérielles à la défaillance des systèmes. Enfin, la troisième ligne de défense consiste en des parades pour faire face aux conséquences d’un éventuel accident.

Les risques sont pris en compte dès le choix initial du site, à toutes les phases de la conception initiale, et lors des réexamens de sûreté périodiques. Les installations sont modifiées si nécessaire suite à l’analyse de retours d’expérience, à l’amélioration des connaissances scientifiques ou au changement du contexte naturel, par exemple climatique.

La protection des installations contre les événements naturels repose sur une détermination prudente de l’aléa retenu, par une étude des caractéristiques de chaque site. L’aléa historique est aggravé et majoré pour tenir compte du risque nucléaire en lui-même. Des marges supplémentaires sont ajoutées dans la conception des installations. On définit un séisme maximum vraisemblable, en fonction des caractéristiques géologiques de la région et de la sismicité historique, en ramenant l’épicentre au plus près du site. Ainsi, alors que le séisme de Bâle, en 1356, s’est produit à 40 km de Fessenheim et était d’une magnitude de 6,2, nous le ramenons à 30 km du site (à Penly, on a été jusque sous la centrale). Pour définir un séisme majoré de sécurité, l’on augmente sa magnitude de 0,5, ce qui revient à multiplier l’énergie par cinq. Les bâtiments qui enferment du combustible sont dimensionnés en fonction d’un aléa encore majoré. A Fessenheim, on atteint une accélération de 0,2 G au lieu de 0,13 G calculé.

Les méthodes de conception et de construction procurent une robustesse supplémentaire. Au Japon, il n’y a pas eu de dégâts majeurs dus au séisme lui-même. Les normes de construction visent le non-endommagement de l’installation, contrairement au bâti courant, qui se borne à la résistance. Des maquettes à l’échelle d’un quart sont soumises à des tests sur des tables vibrantes.

Les visites décennales prennent en compte l’amélioration des connaissances scientifiques sur l’aléa ou sur le comportement des bâtiments, et donnent lieu à la révision de la réglementation en vigueur. EDF a ainsi investi 500 millions d’euros dans des travaux de renforcement de tenue au séisme, 25 millions par réacteur à Fessenheim et Bugey. EDF finance également un programme de recherche international visant à améliorer la connaissance de l’aléa sismique en France.

Face à l’inondation, la première ligne de défense comprend les digues, les travaux d’étanchéité des bâtiments. Il faut envisager la conjonction possible d’aléas, par exemple une rupture de barrage cumulée à une crue centennale, des pluies brèves et intenses, ou régulières et continues. Nous ajoutons des marges par cumul d’événements supplémentaires. Le risque de tsunami est considéré comme couvert par ensemble des marges prises en compte contre le risque inondation. La tempête de Blayais en 1999 a été riche d’enseignements : il n’y a pas eu d’accident, mais une défaillance de la première ligne de défense, qui a conduit à réexaminer la règle de cumul et à apporter des modifications sur l’ensemble des sites.

Deuxième ligne de défense, les parades à la défaillance des systèmes d’alimentation électrique. Les centrales disposent en permanence de cinq sources d’alimentation différentes. Parmi ces systèmes redondants, l’un, au diesel, est résistant aux séismes et aux inondations. En cas de perte de refroidissement, un réservoir d’eau fournit le système d’alimentation de secours, qui fonctionne grâce à la vapeur produite par la centrale.

Troisième ligne de défense, les parades pour limiter les conséquences de la dégradation du combustible, qui découlent notamment du retour d’expérience de Tchernobyl. En cas d’accident dans le cœur du réacteur, le confinement est assuré par les trois barrières de l’enceinte, les rejets radioactifs issus du bâtiment sont filtrés, et un recombineur d’hydrogène permet d’éviter l’explosion. Contrairement au cas japonais, notre système de filtrage permet de retenir 99,9% du césium émis.

À la suite de l’accident de Fukushima, EDF va réexaminer les trois lignes de défense pour déterminer les marges, identifier d’éventuels points faibles et mettre en place si nécessaire de nouvelles parades. Ces travaux sont menés sous le contrôle de l’ASN, selon le cahier des charges des audits de sûreté demandés par le Premier ministre.

M. Jean-Luc Andrieux, directeur Sûreté, Sécurité, Santé et Environnement (Areva). Les installations d’Areva sont diverses, chacune est unique, et elles concernent le cycle du combustible, en amont et en aval des centrales. La gamme de risques est donc étendue, notamment dans l’amont du cycle où, c’est important pour la cinétique, s’allient la partie nucléaire et la partie chimique. L’analyse de sûreté d’une installation intervient dès la phase de construction, puis lors des réexamens de sûreté. Cette analyse commence avec la caractérisation des phénomènes naturels locaux pour lesquels on s’appuie sur un historique des événements et, à ce stade, on prend déjà des marges. Pour cela, Areva s’appuie beaucoup sur des experts externes et internationaux. Nos installations ayant subi des modifications, ce système a été revu régulièrement ces quarante dernières années.

Le deuxième stade de l’analyse de sûreté, c’est l’identification des fonctions importantes pour la sûreté de l’installation. Les risques de dégagements thermiques et de radiolyse concernent surtout l’aval du cycle. La dispersion de matières dangereuses est un risque spécifique à nos installations. Il ne peut y avoir chez nous de criticité, le propre d’une centrale étant d’éviter le déclenchement d’une réaction nucléaire. La radioprotection est également prise sérieusement en compte. Nous analysons systématiquement les agressions dans le cadre d’une méthode déterministe.

Une fois identifiées les fonctions importantes pour la sûreté, il nous faut rechercher un ou plusieurs états de repli sûr, les plus passifs possibles, ce qui est le cas pour la majorité de nos installations, notamment en amont du cycle. Par exemple à Eurodif, l’état de repli, c’est l’arrêt de l’usine : dès lors il n’y a plus d’énergie à évacuer, l’installation s’autoprotège. De même, le risque de criticité est pris en compte dans la construction, le dimensionnement des pièces, comme dans le traitement de l’eau de nos installations. Mais certaines fonctions de sûreté nécessitent des systèmes actifs : refroidissement, ventilation, piscines, par exemple à La Hague ou à Melox.

Après avoir déterminé ces états sûrs de repli, nous définissons, dès la conception, les dispositions nécessaires pour les atteindre : arrêt de l’installation, mise en dépression. Quand Eurodif est arrêté, on a atteint l’état sûr, d’autant plus que, alors, la pression intérieure est inférieure à la pression atmosphérique. Cette étape de l’analyse conduit à l’identification des requis de sûreté pour chaque atelier de l’installation, lesquels seront repris dans la phase ultérieure.

Ces analyses sont prises en compte dans la conception, le dimensionnement, la construction et l’exploitation de l’usine par la mise en place de la défense en profondeur : barrières de prévention, moyens de détection et de surveillance, et par la gestion des écarts ou des situations accidentelles – je vous renvoie à mon audition précédente et à ce que j’ai dit du PUI et des forces d’intervention prévues.

Vous constaterez sur les images de nos installations de Melox que les bâtiments nucléaires sont très peu élancés, fondés sur un radier général – à La Hague ils sont même partiellement enterrés. Les matières radioactives sont confinées à l’abri de trois barrières successives : la « boîte à gants », l’atelier, le bâtiment lui-même. Au-delà de ces barrières statiques, on établit un confinement dynamique par une cascade de dépressions afin de limiter encore les risques. La boîte à gants apparaît relativement légère par rapport aux structures qui la supportent et qui, elles, tiennent compte des éventuels séismes. S’il y a disproportion entre les supports des réseaux fluides et ventilation, et ces réseaux eux-mêmes, c’est qu’ils sont dimensionnés au séisme majoré de sécurité (SMS). Quant aux pupitres de sauvegarde qui permettent de poursuivre la conduite des systèmes de sûreté en cas de séisme majeur, ils ont été testés sur table vibrante pour tenir compte de leur comportement dans une telle hypothèse. Nous avons accompli un gros travail de génie civil dans notre usine d’enrichissement Georges Besse II, avec la mise en place de plots intermédiaires entre les bases de la structure et l’atelier : on y a testé les appuis en vraie grandeur dans des laboratoires spécialisés, notamment en Allemagne.

Le retour d’expérience (Rex) est fondamental. Nous avons déjà intégré celui de phénomènes naturels importants – tempête de 1999, crues du Rhône, grands froids, canicules, qui ont permis de conforter notre expérience et de procéder aux modifications nécessaires. Le Rex sur les événements sismiques nous vient de l’étranger ; nos experts se sont aussi adaptés à l’évolution des règles de calcul. L’expérience d’Areva dans la construction d’usines – Sud-Est, Melox, La Hague – a d’ailleurs été confortée par la succession ininterrompue de grands chantiers sur une période de quarante ans.

M. Bruno Cahen, directeur industriel de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). L’Andra a trois sites de stockage – le centre historique de la Manche, à côté d’Areva à La Hague ; deux sites dans l’Aube – ainsi qu’un laboratoire souterrain de recherche en Meuse/Haute-Marne.

Je me concentrerai sur le stockage, parce que les principes de sûreté et de dimensionnement des autres activités de l’Andra ont déjà été décrits par les précédents intervenants. Pour tous nos centres, existants ou à l’étude (Cigeo), les risques, naturels ou non, sont pris en compte dans la conception des installations, notamment pour ce qui est de leur localisation : du fait de l’échelle de temps pendant lesquels le stockage doit durer, les centres sont situés dans des zones dont le sous-sol ne présente pas de ressources exploitables (minerais, pétrole), et qui présentent de faibles risques naturels – notamment inondations et séismes. Ces risques sont donc pris en compte dès la phase de choix du site d’implantation.

Lors de la conception, des dispositions sont prises pour prévenir ces risques, réduire la probabilité des risques d’origine humaine et limiter leurs effets. Ces mesures sont actives ou passives. Ces dernières sont impératives pour les sites de stockage qui doivent demeurer sûrs, sans intervention humaine, après leur fermeture. Tous les dix ans ou en cas de modification, l’Andra réévalue la sûreté des installations sous le contrôle de l’ASN. Les risques externes pris en compte ont déjà été cités. Je mentionnerai donc particulièrement les risques dus à l’environnement industriel, aux routes, incendies de forêt, chutes d’avions – c’est pourquoi on évite la proximité des aérodromes et aéroports.

Les centres de stockage de l’Andra sont conçus pour résister à des séismes cinq fois plus puissants, soit 0,5 de plus sur l’échelle de Richter, que tous les séismes observés et envisageables dans les régions où ils sont implantés. Le Centre industriel de stockage géologique (Cigeo) sera implanté dans le bassin parisien, dans une couche située à 600 mètres de profondeur et datant de 60 millions d’années. On a trouvé, dans cette région très peu sismique, des traces d’anciens séismes, et nous y enregistrons environ 1 000 micro-secousses dont 1% sont naturelles et de magnitude inférieure ou égale à 4. Le laboratoire est déjà construit et les installations, fond et surface, seront conçues pour résister en exploitation à un séisme de magnitude 6, en référence à celui de Bâle, et, après fermeture, à plusieurs séismes successifs de magnitude 6,1 car, après fermeture, la sûreté doit être garantie pour des périodes supérieures au millénaire. Les centres de l’Aube, en exploitation, sont conçus pour résister à un séisme de 3,8 qui se produirait sous ces centres, en référence aux séismes passés de la région, et à un séisme de 6,5 (par référence à ceux des Vosges) distant de plus de 100 kms. Au centre de la Manche, on applique la même règle d’un possible séisme cinq fois plus puissant que les séismes locaux de référence.

Les centres de stockage sont implantés hors des zones inondables. Celui de la Manche est implanté sur une colline de 190 mètres, à l’abri d’une éventuelle montée de la mer ou de vagues de forte amplitude. Les conditions climatiques sont traitées selon la réglementation en vigueur. Contre les chutes d’avion, on élimine les localisations proches d’aérodromes et la conception des sites est faite pour diminuer l’impact de pénétration d’un avion. Contre les pannes électriques, on multiplie les sources d’alimentation et les équipements de secours, y compris mobiles. Contre les incendies et explosions, dus par exemple à la foudre, on minimise autant que possible les charges caloriques et on interdit dans le stockage les déchets inflammables ou explosifs. Dans le cas particulier du stockage géologique profond, certains déchets pouvant produire de l’hydrogène, on en limite dès la conception le dégagement potentiel d’hydrogène et on ventile. Ce risque disparaît à la fermeture du site.

M. le Président Claude Birraux. En vous écoutant, je pensais que l’ASN a eu raison, même si cela a fait beaucoup de peine au constructeur et à l’exploitant, de refuser les bétons et les méthodes initiales de construction envisagées pour le chantier de l’EPR… EDF pourrait-elle nous en dire davantage sur la centrale du Blayais, sur la hauteur de la digue et sur les dispositions prises après la tempête de 1999 ?

M. Jean-Marc Miraucourt. D’une part, on a élevé une digue à 8,5 mètres, c’est-à-dire qu’on a pris une marge de 3,5 mètres. D’autre part, on a rendu étanches tous les bâtiments situés au-dessous du sol.

M. Bruno Sido. Lorsque nous avons visité Gravelines, on nous a dit que cette centrale était à 8 mètres de hauteur. J’ai demandé à l’ASN si cela signifiait 8 mètres au-dessus du zéro des cartes marines françaises. Je n’ai toujours pas reçu de réponse. Je rappelle que les rapporteurs ont besoin de réponses !

M. Thomas Houdré. Je note cette question et j’y répondrai à notre prochaine audition.

M. Vincent Courtillot. Est-il exact que les modifications demandées par les agences internationales après l’accident de Three Mile Island ont été prises en compte dans les centrales françaises mais non dans celles du Japon ?

M. Javier Reig, Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire. Il est vrai que les leçons de cet accident ont été comprises en Europe plus tôt qu’au Japon. Mais elles ont fini par l’être aussi là-bas. En outre, la technologie de Fukushima est différente de celle de Three Mile Island.

Mme Anne-Laure Barral (France-info). Monsieur Miraucourt, comment avez-vous pris en compte les risques naturels de sécheresse et de canicule, et quel a été le retour d’expérience de l’été 2003 ?

M. Jean-Marc Miraucourt. – Après l’été de 2003, et aussi de 2006, nous avons réexaminé la situation et décidé de revoir nos précautions à la hausse. Dans une première étape, nous avons redéfini les températures auxquelles nous pourrions avoir à faire face : températures de l’air et de l’eau de refroidissement. Puis nous avons déterminé les modifications nécessaires. La première, la plus simple, consiste à climatiser certains locaux. Ensuite, nous changeons tout le système de réfrigération qui produit de l’eau froide dans nos systèmes. Enfin, nous revoyons les procédures d’exploitation. Ce programme, en cours de redéploiement, coûtera 400 millions d’euros pour l’ensemble de nos sites.

Mme Anne-Laure Barral. Mais pour tout cela, il faut de l’énergie. Que ferez-vous en cas de panne d’alimentation électrique ?

M. Jean-Marc Miraucourt. Il y a des diesels de secours sur site.

Mme Ann MacLachlan. On nous a dit que les Japonais étaient sur le point de procéder aux modifications qui auraient évité le désastre. Ne peut-on pas diminuer le délai de 10 à 15 ans nécessaire au retour d’expérience ?

M. Jean-Marc Miraucourt Un réexamen perpétuel serait déstabilisant. Pour les risques qui ont un temps de retour long, les risques sismiques par exemple, le principe de base est de procéder à un réexamen décennal de sûreté. C’est un bon compromis, et ce rythme décennal est d’ailleurs inscrit dans la loi. Cependant, en cas d’événement exceptionnel, comme après la tempête du Blayais, et si le risque a un temps de retour rapide, on n’attend pas dix ans pour prendre des mesures temporaires, avant les mesures définitives qui supposent des moyens industriels lourds. Pour les grandes chaleurs, nous mettons donc en place, dans l’attente des modifications définitives, des climatiseurs temporaires mobiles.

M. le Président Claude Birraux. Vous n’êtes pas tentés par des climatiseurs solaires ?

M. Michel Le Quentrec (AFPCN).Depuis la tempête de 1999, il y en a eu deux autres, Klaus et Xynthia. A-t-on pris des mesures particulières dans les heures qui ont précédé ces deux tempêtes ?

M. Jean-Marc Miraucourt. Nous mettons aussi en place des parades physiques et des mesures de prévention d’exploitation, qui peuvent aller jusqu’à l’arrêt de la centrale. Lors des deux tempêtes en question, des mesures de préalerte et d’alerte ont été prises.

M. Bernard Tardieu. On n’a pas évoqué aujourd’hui l’aspect didactique vis-à-vis des populations locales. On a également peu parlé de l’enchaînement possible des risques naturels. Le système peut-il se défendre face à un enchaînement de stress ?

M. Jean-Marc Miraucourt. Le principe de base de la réglementation nucléaire, c’est de toujours prendre des marges supplémentaires par rapport aux règlementations normales. C’est le cas pour les niveaux d’inondation. Ainsi, lorsque la plaine de Loire est inondée, la centrale de Belleville ne l’est pas, et continue à fonctionner normalement. Cette sur-règlementation vise à ne pas ajouter une catastrophe nucléaire à la catastrophe naturelle qu’est l’inondation.

M. Thomas Houdré. Un exercice d’alerte est prévu à Cadarache pour tester la réponse des pouvoirs publics et des exploitants en cas de séisme.

M. Jean-Christophe Gariel. Nous réalisons ainsi 10 à 12 exercices nationaux par an.

M. Paul-Henri Bourrelier. Les exercices Richter sont organisés par la Direction de la sécurité civile sur des zones à risque sismique. Il y en a déjà eu en Guadeloupe et dans les Pyrénées. Le prochain était prévu pour la fin de l’année en Haute-Alsace. Le prépare-t-on ? C’est important, car Fessenheim est inclus.

M. Jean-Christophe Gariel. Je n’ai pas la réponse. L’exercice que je mentionnais se situe dans le cadre des exercices nationaux qu’organisent chaque année l’ASN et l’IRSN avec les exploitants. Nous observerons la réponse de secours aux populations et les conséquences sur le centre de Cadarache.

M. Thibault Madelin (Les Échos). Monsieur Gariel, vous avez parlé de « sismicité historique » et l’avez étendue à la paléosismologie. Est-ce cohérent avec la méthode d’EDF qui retient un millier d’années plus une marge ?

M. Jean-Christophe Gariel. Je me suis mal fait comprendre. En fait, il y a une seule méthode : la règle fondamentale de sûreté qui considère d’une part la sismicité historique et, d’autre part, les études de paléosismologie pour les séismes antérieurs à 1000 ans. EDF met évidemment en œuvre cette RFS.

M. Vincent Courtillot. Il y a, parmi les sismologues, un débat entre les partisans de la méthode déterministe et ceux de la méthode probabiliste. Elles convergeraient sur la très longue durée.

M. Patrice Laya (Sécurité commune Info). Où en est le système d’alerte au tsunami en Méditerranée ou dans le Pacifique ? Et qu’apporte l’observation satellitaire de la terre pour la connaissance de ces aléas ?

M. Vincent Courtillot. Ce dossier est désormais entre les mains de la Commission océanographique internationale (COI) qui dépend de l’Unesco. Elle a organisé selon les bassins des processus différents, distinguant le bassin de l’Océan indien, celui des Caraïbes, et ceux de la Méditerranée Ouest ou Est. A l’Institut de physique du globe de Paris, on s’est attaché, à cause des Antilles, à la phase Caraïbes. C’est un exercice international où les États-Unis, le Venezuela, Trinidad-et-Tobago et la France sont les plus engagés dans la constitution d’un réseau de prévention des tsunamis. Sa dernière conférence annuelle s’est tenue en Guadeloupe. Je pourrai transmettre les coordonnées des gens qui suivent ce dossier au COI. Mais je regrette que l’initiative nationale française, au départ énergique, ait manqué de suivi, le financement du fonctionnement n’ayant pas suivi celui de l’équipement.

M. le Président Claude Birraux. La procédure de révision décennale avec réévaluation des marges est-elle courante dans les autres pays utilisant l’énergie nucléaire ?

M. Thomas Houdré. M. Lacoste a regretté que ce ne soit pas le cas, y compris dans certains grands pays nucléarisés.

M. Jean-Marc Miraucourt. Notre première action après Fukushima a consisté à introduire dans les règles de la WANO (World Association of Nuclear Operators) l’obligation de procéder à un réexamen périodique de sûreté. C’est aussi un débat qui oppose les pays membres de l’AIEA.

M. le Président Claude Birraux. Les Etats-Unis, qui ne font pas de révision décennale, ont autorisé l’augmentation de puissance ainsi que l’exploitation de leurs centrales jusqu’à 60 ans après la coulée du premier béton. Cela pose-t-il des questions en termes de sûreté ?

M. Thomas Houdré. Oui. Si EDF voulait augmenter la puissance de ses centrales, il lui faudrait l’autorisation de l’ASN. C’est encore autre chose que l’augmentation de leur durée de vie. D’un côté, on fait face à des problèmes immédiats, de l’autre on peut, en prenant en compte les retours d’expérience, améliorer dans le temps la sûreté de l’exploitation, ce que les Américains ne font pas de la même façon.

M. Jean-Marc Miraucourt. Ce réexamen de sûreté périodique est une spécificité française, inscrite dans la loi TSN de juin 2006. Aux États-Unis, ce principe de réexamen ne figure pas dans la loi, mais il est imposé par l’autorité de sûreté, la NRC (Nuclear Regulatory Commission). L’accident de Three Mile Island a conduit à imposer une réglementation ; les leviers règlementaires ne sont pas les mêmes qu’en France. Les interrogations sur les bases de conception de la centrale sont moins fortes aux États-Unis ou au Japon qu’en France où l’exploitant est en même temps le concepteur de la centrale, alors qu’il s’agit aux États-Unis de petits exploitants qui achètent l’installation clé en main et ont donc davantage de mal à en réexaminer les caractéristiques. Même chose à Fukushima : Tepco était absolument seul…

M. le Président Claude Birraux. L’apport des experts français à Tepco a-t-il été utile ?

M. Javier Reig. Nous discuterons, lors de notre séminaire de juin, de l’aide des autres pays. La France et les États-Unis ont été très impliqués et ont effectivement aidé le Japon, mais tardivement. Dorénavant, on discute des possibilités d’aide régionale et internationale en situation d’urgence.

M. Jean-Marc Miraucourt. Nous leur avons proposé notre assistance mais, dans un premier temps, ils ne l’ont pas souhaitée, le Premier ministre ayant pris les choses en main. Ce n’est que dans une seconde phase – la décontamination – qu’ils ont recouru à nos moyens, nos robots par exemple. Mais les Japonais n’ont pas vraiment voulu de l’aide internationale.

M. Jean-Luc Andrieux. Notre aide s’est concrétisée dès les premiers jours par l’envoi de matériels d’intervention. Nous avons mis à profit le positionnement permanent d’Areva au Japon. Mais il n’y avait pas de demande au niveau national. Nous avons aussi mis à leur disposition les robots du GIE Intra. Tous ces moyens vont être partiellement utilisés. Nous avons aussi envoyé des moyens de contrôle, des camions environnement pour les mesures par exemple. Après les deux semaines de la phase de crise, nous avons offert à Tepco des moyens d’aide permanents en équipes projets, notamment une station de traitement de l’eau contaminée, qui résulte de notre expérience de La Hague. Notre assistance post-accident a été importante.

M. le Président Claude Birraux. Lors de l’audition du 16 mars, votre présidente nous a rappelé qu’un avion prêt à décoller attendait la demande des Japonais.

M. Jean-Luc Andrieux. Il y a eu plusieurs envois et un gros porteur Antonov a été affrété pour regrouper les moyens des exploitants ou ceux collectés au niveau national par les Affaires étrangères et le SGDSN.

M. Thibaud Madelin. D’après la dernière réévaluation opérée par Tepco, il semblerait que la cuve soit percée sur un ou plusieurs réacteurs, ce qui n’était pas le cas à Three Mile Island. Si cela est vrai, aurez-vous des exigences plus fortes pour le récupérateur du corium dans les centrales françaises ?

M. Thomas Houdré. Le retour d’expérience de Fukushima prendra plusieurs années. Après Three Mile Island, on a mis six ans pour déterminer le niveau de fusion du réacteur. Il y a un retour d’expérience à court terme et des enseignements immédiats que l’ASN impose à toutes les centrales d’EDF de prendre en compte. Mais pour le reste, il faut attendre des années.

M. Michel Broniatowski. Il est fréquent qu’on ignore la magnitude du séisme record s’il est ancien. Sur celui de Bâle, par exemple, l’incertitude est si importante que les marges de sécurité ne couvrent pas les divergences entre experts. Comment caler le modèle ? Il serait intéressant de lancer une étude, dans le cadre des études probabilistes, sur les valeurs extrêmes des très grands séismes pour obtenir une estimation des records à venir. On pourrait rapprocher ces records des marges des modèles déterministes. Somme toute, on définirait ainsi une marge de sécurité.

M. le Président Claude Birraux. Je suis partagé, car je repense à Niels Böhr, et les études probabilistes sont souvent mises en cause. Et vous voudriez y revenir ?

M. Jean-Christophe Gariel. Il ne faut pas opposer probabilisme et déterminisme. L’IRSN pense qu’il faut utiliser les deux modèles en parallèle, et qu’ils sont complémentaires.

Mme Ann MacLachlan. M. Miraucourt nous a expliqué comment sont calculés le séisme maximal historiquement vraisemblable et le séisme majoré de sécurité, mais je ne me souviens pas qu’on ait expliqué comment cela avait été fait au Japon. Est-il exact qu’ils ne prennent pas cette marge supplémentaire ? Est-ce le résultat d’un mauvais calcul ou est-ce délibéré ?

M. Jean-Marc Miraucourt. Ils avaient des marges, car, comme il y a deux ans, il y a eu des accélérations importantes sur des bâtiments sans qu’il y ait d’impact.

M. Vincent Courtillot. Après Kobé, les Japonais ont révisé leur politique de prévention sismique avec des milliers de capteurs, comme il n’y en a dans aucun autre pays. Mais c’est sur le tsunami qu’ils se sont trompés. Sans lui, on ne parlerait plus de ce séisme.

M. Bernard Tardieu. Pour les grands barrages, on associe toujours l’approche historique avec, pour les crues, le concept de pluie ou de crue maximum probable et, pour les séismes, le concept de maximum crédible. Dans ces cas extrêmes, on ne demande pas de dimensionner les ouvrages mais de raconter ce qui se passerait s’ils se produisaient. Si cela ne conduit à rien, ce n’est pas grave ; si cela conduit à quelque chose, on modifie.

M. le Président Claude Birraux. Monsieur Cahen, compte tenu de la durée de vie des installations de stockage, ne faudrait-il pas prendre des marges supplémentaires au moment de la construction ?

M. Bruno Cahen. Il y a les installations nécessaires pour la phase d’exploitation, soit quelques décennies. Pour le stockage géologique profond, en projet, le terme est de l’ordre du siècle. Au-delà des séismes de référence pris en compte, ce sont les marges de dimensionnement de l’installation qu’il faut considérer. Si jamais l’installation est mise en sécurité, sans pouvoir continuer l’exploitation, mais sans présenter de danger, c’est acceptable. A l’industriel d’assumer cette interruption.

M. le Président Claude Birraux. Je vous remercie d’être venus participer à notre débat. Nous vous donnons rendez-vous mardi et jeudi prochains pour de nouvelles auditions.

LES PROTECTIONS DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES
MARDI 24 MAI 2011

Audition, ouverte à la presse

M. le président Claude Birraux. Cinq jours après l’audition publique du 19 mai dernier sur la protection des installations nucléaires contre les risques majeurs, nous voici à nouveau réunis pour examiner un nouvel aspect de la sûreté nucléaire. Cette fois, il s'agit de faire le point sur les protections des systèmes névralgiques des réacteurs.

La succession rapide des auditions publiques, une autre devant avoir lieu dès le mardi 31 mai, illustre le degré de mobilisation de l'Office parlementaire dans le cadre de l'étude sur la sécurité nucléaire et l'avenir de cette filière, diligentée conjointement par les présidents de nos deux assemblées, MM. Bernard Accoyer et Gérard Larcher, à la suite des événements intervenus au Japon, dans la centrale nucléaire de Fukushima.

Je rappelle que l'OPECST fonctionne pour cette mission en configuration élargie, puisque huit députés et huit sénateurs ont été désignés par les commissions permanentes de l'Assemblée nationale et du Sénat, compétentes dans le domaine de l’énergie, pour être associés à nos travaux. Cette mission élargie mène l'étude selon un schéma similaire à celui d'une commission d'enquête, par dérogation aux pratiques de l’Office qui confie d'habitude l’investigation aux seuls rapporteurs.

Nos travaux se concentreront jusqu’à la fin juin sur la sûreté et la sécurité nucléaires, et seront conclus par la publication d'un rapport d'étape ; le second volet concernera, à partir de juillet, la place de la filière nucléaire dans le système énergétique français.

Après nous être interrogés, lors de la précédente réunion, sur la possibilité qu'un événement de l'ampleur de celui qui a frappé la centrale japonaise de Fukushima se produise dans notre pays, nous nous efforcerons aujourd'hui de faire le point le plus complet possible sur les dispositifs constitutifs de ce qu'on appelle la « défense en profondeur » des réacteurs nucléaires, c'est-à-dire, notamment, sur l'ensemble des mécanismes, fondés sur la redondance ou sur la diversification, qui permettent le maintien du réacteur en fonctionnement malgré la défaillance de l’un de ses composants.

De là, le titre assez large de l'audition, « les protections des réacteurs nucléaires », le pluriel soulignant la multiplicité des fonctions concernées et des techniques mobilisées.

Les dispositifs concernant spécifiquement la protection contre les risques majeurs ayant déjà été évoqués, il s'agit de mettre aujourd’hui l'accent sur la protection des circuits névralgiques en tant que tels, celle-ci pouvant concerner plusieurs types d'atteintes, dont celles dues aux risques majeurs. Par exemple, il est évident qu'une barrière d'étanchéité protège aussi bien contre une inondation provoquée par un accident climatique externe que contre les écoulements résultant de la fuite d'une conduite d'eau interne.

Nous n’aborderons cependant pas la question perverse du terrorisme. Comme nous avons déjà eu l'occasion de le préciser lors de la présentation du programme de la mission, le 14 avril dernier, il n'est pas question de dire en audition publique quelles atteintes terroristes sont, ou peuvent être, envisagées et quelles parades sont prévues. Il faut être totalement naïf, ou totalement de mauvaise foi, pour penser que cette question puisse être traitée publiquement. Il est, en tout cas, hors de question que le prochain rapport de l’Office comporte un manuel du terrorisme nucléaire « pour les nuls ».

Nous allons examiner les efforts de recherche destinés à améliorer la protection des circuits névralgiques : c'est un aspect essentiel de la sûreté nucléaire telle que nous la concevons en France, c'est-à-dire dans une perspective dynamique, avec un effort permanent pour l'améliorer. J’ai souvent l’occasion d’évoquer ce sujet avec des interlocuteurs étrangers, qui me demandent si la sûreté nucléaire est optimale en France. Je leur réponds toujours qu’il s’agit d’une matière vivante, qui se nourrit de la recherche ainsi que de la confrontation des idées entre l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les appuis techniques et scientifiques et l’opérateur. C’est de cette discussion que viennent les progrès. La sûreté nucléaire se conquiert par un travail de tous les jours et l’on ne peut espérer atteindre un sommet d’où l’on pourrait enfin contempler nos centrales avec une entière confiance. En la matière, les améliorations doivent être permanentes.

Les interventions ont été regroupées en deux sessions, présidées chacune par un des deux rapporteurs de la mission parlementaire : la première, consistant en l'analyse des mécanismes de défense en profondeur, par notre collègue sénateur Bruno Sido, premier vice-président de l'OPECST ; la seconde, une présentation des efforts de recherche en vue d’améliorer la protection des circuits névralgiques, par notre collègue député Christian Bataille.

Je propose à M. Thomas Houdré, directeur des centrales nucléaires à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui a présenté jeudi dernier un panorama de la situation à Fukushima, de s'attacher spécifiquement aujourd'hui au problème de la nature et de la portée des rejets radioactifs, ainsi qu'à la question de l'évacuation des populations habitant les zones à risque.

M. Thomas Houdré, directeur des centrales nucléaires à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). La situation à Fukushima n’a pas beaucoup évolué depuis mon exposé de la semaine dernière. Cependant, au fil des jours, l’évaluation des rejets radioactifs et de leurs conséquences sur les populations s’affine. C’est ainsi que l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) vient de publier sur son site un bilan complet sur ces deux points. Sous forme de tableaux et de cartes, ce rapport reprend notamment les différentes évaluations de doses radioactives réalisées par des organismes japonais ou étrangers au cours des jours qui ont suivi l’accident. Les résultats, assez largement concordants, confirment le caractère adéquat des mesures d’évacuation et de protection des populations prises par les autorités japonaises.

Le rapport comporte aussi des projections sur l’exposition de longue durée des populations, du fait notamment du dépôt de particules radioactives de césium, en quantités parfois importantes, dans la zone entourant la centrale – y compris au-delà de la zone d’exclusion de 20 km. Il est ainsi estimé que 2 000 personnes environ, si elles étaient maintenues dans les régions contaminées situées en dehors de cette zone d’exclusion, pourraient recevoir en un an une dose dépassant 100 millisieverts (mSv), alors que la dose d’exposition autorisée pour le public sur une année est en France de1 mSv. À échéance de 70 ans, c’est-à-dire sur la durée d’une vie, les niveaux seraient également significatifs pour une population assez nombreuse. Mais tout dépend, bien sûr, des mesures que prendront les autorités japonaises en matière d’évacuation et de relocalisation des populations.

Première session

Les mécanismes de défense en profondeur

Présidence de M. Bruno Sido, sénateur, premier vice-président de l’OPECST, rapporteur de la mission parlementaire

M. le premier vice-président Bruno Sido, sénateur, rapporteur. Notre première session est donc consacrée aux mécanismes de défense en profondeur, c’est-à-dire aux niveaux successifs de protection permettant d’assurer l’intégrité du réacteur, même en cas de défaillance d’un circuit névralgique – le but ultime étant alors moins de préserver le réacteur lui-même que d’empêcher les produits radioactifs d’entrer en contact avec l’environnement.

Nos visites des installations nucléaires de Nogent-sur-Seine, de Gravelines et de Flamanville nous ont déjà permis de découvrir certains de ces dispositifs, notamment ceux qui assurent le maintien de l’alimentation électrique, par des voies à la fois différentes et redondantes, et par là même le maintien d’une capacité de pilotage en dépit de pannes dont les origines peuvent être très diverses.

Nos intervenants décriront les principaux dispositifs constitutifs du mécanisme de défense en profondeur en montrant comment celui-ci se renforce avec la prise en compte des retours d’expérience.

M. Martial Jorel, directeur de la sûreté des réacteurs à l’IRSN, va nous expliquer comment cette défense s’organise dans le cadre de la technologie des réacteurs à eau pressurisée, qui équipe l’ensemble du parc nucléaire français.

Ensuite, M. Jean-Marc Miraucourt, directeur de l’ingénierie à EDF, passera de la description des principes de la défense en profondeur à la présentation des dispositifs pratiques de protection des 58 réacteurs de notre parc.

Le réacteur EPR a été spécifiquement conçu pour faire progresser d’un cran la sécurité des centrales, afin notamment de répondre au danger de fusion du cœur, qu’illustrent les accidents survenus à Three Mile Island et à Tchernobyl. M. Bertrand Barré, conseiller scientifique d’Areva, nous indiquera quel est l’apport complémentaire des réacteurs nucléaires de troisième génération à la défense en profondeur.

Enfin, MM. Thomas Houdré et Sébastien Crombez, de l’ASN, nous exposeront comment le contrôle exercé par l’agence pousse au renforcement constant des mécanismes de protection des réacteurs, notamment à l’occasion des visites décennales.

M. Martial Jorel, directeur de la sûreté des réacteurs à l’IRSN. Après avoir exposé les principes de la défense en profondeur dans les réacteurs à eau pressurisée, je passerai en revue chaque ligne de défense, puis je présenterai les avancées réalisées et les points sur lesquels notre attention doit se porter au vu du retour d’expérience de l’accident de Fukushima.

Pour analyser les risques réels présentés par une installation, il faut d’abord en connaître tous les risques potentiels, ce qui exige de mener des études de sûreté sur des sujets difficiles, tels que les chutes d’avion ou les accidents thermo-hydrauliques, et de faire des recherches en vue de maîtriser les phénomènes physiques en jeu dans chaque cas.

La deuxième étape consiste à étudier l’état des installations, la conception des systèmes et leur exploitation, l’entretien des matériels et le mode de traitement des anomalies. La force de l’IRSN résulte de sa place au cœur de tous les métiers et de ce qu’il considère les deux plateaux de la balance pour porter un jugement. Il intègre dans ses hypothèses à la fois l’évolution du contexte et celle des objectifs de sûreté.

La première ligne de défense consiste en l’obtention d’une installation fiable et robuste, à l’issue des travaux de conception, d’étude et de réalisation. L’action à mener pour contrôler cette efficacité réside dans la vérification de conformité.

La deuxième ligne, c’est la résistance de l’installation à des incidents tels que des pertes de source électrique ou des défaillances de matériels. Le réacteur doit alors rester dans son domaine de fonctionnement autorisé. L’analyse de cette ligne de défense implique de tirer les enseignements des incidents – c’est le retour d’expérience.

La ligne suivante a trait à la maîtrise des accidents susceptibles d’intervenir dans le domaine de conception des installations. En vertu du principe de la défense en profondeur, on prend toutes les précautions possibles dès la conception mais on imagine aussi que celle-ci puisse être défectueuse et on examine un certain nombre d’hypothèses d’accidents, qui vont d’une grosse brèche dans le circuit primaire jusqu’à la rupture d’une tuyauterie de vapeur. On équipe alors l’installation de systèmes supplémentaires : de pompes qui alimentent en eau le circuit primaire afin de refroidir le cœur et de contribuer à la dépressurisation de l’enceinte de confinement ; de lignes d’arrivée d’eau, à la fois d’appoint et de secours, destinées à refroidir le générateur de vapeur. Tous ces systèmes sont redondants et résistent aux séismes dans les hypothèses de charges prévues. Leur fonction est de garantir un circuit d’injection de sécurité, en puisant de l’eau dans des réservoirs ou des bâches qui sont généralement uniques.

La tâche, à ce stade, consiste en des études probabilistes du risque de fusion du coeur.

La dernière ligne consiste à limiter les conséquences des accidents graves. Elle a été mise en place à la suite de l’accident de Three Mile Island car on n’en imaginait pas de tel auparavant. Ce domaine est celui de la recherche & développement, des études de sûreté et de la mise en place de dispositifs ou de compléments de justification sur les installations. Le point essentiel demeurant l’état de celles-ci.

Je reviens maintenant sur chaque ligne.

L’exigence d’une installation fiable et robuste implique, selon l’IRSN, des vérifications de conformité, notamment sur les systèmes passifs : il y a une dizaine d’années, nous avions mis en évidence une insuffisante résistance aux séismes des bâches des dispositifs de sauvegarde. Ce défaut a été corrigé. En plus des séismes, il faut aussi penser aux inondations et à tout ce qui relève de la protection contre les agressions.

Deuxième exigence posée par l’IRSN pour cette ligne de défense : la disponibilité des systèmes de sûreté. Cela peut sembler aller de soi mais il faut savoir qu’EDF engage un vaste programme d’essais périodiques sur les installations, de requalification des matériels, de traitement des écarts. Il faut en effet éviter de régresser sur ces trois points. L’année dernière, un incident aux États-Unis a révélé l’existence, dans une centrale, de trois défauts latents depuis deux ans, qui ont dégénéré en accident relativement grave sur la chaudière, avec deux incendies et le déclenchement du plan d’urgence.

S’agissant de la deuxième ligne de défense, le meilleur moyen d’analyse des incidents est le retour d’expérience. Nous craignons ce que nous appelons les « incidents précurseurs », qui dégénèrent et peuvent se transformer en accidents graves alors qu’aucune ligne de défense effective n’a été mise en place. Se sont ainsi produits, en 2001 et 2006, des incidents à la centrale de Ma’anshan, à Taiwan – la perte totale des sources électriques pendant deux heures – ainsi qu’à celle de Forsmark, en Suède. Ces incidents ont en commun de démontrer qu’un réacteur peut être agressé par son réseau électrique, en raison de parasites ou de surtensions. Ils ont été analysés en tant qu’accidents précurseurs par l’IRSN et par EDF.

Les voies de progrès pour cette ligne de défense résident bien sûr dans la poursuite des analyses de ce type d’incidents, mais aussi dans l’attention qu’il faut porter plus que par le passé aux agressions externes. Il y a ainsi eu suffisamment de tornades et d’ouragans dans une période récente pour que nous nous préoccupions de savoir s’ils peuvent dégénérer. C’est pourquoi l’IRSN a demandé à EDF d’étudier ce point dans le cadre du troisième examen décennal des réacteurs de 1300 mégawatts.

Troisième ligne : les études d’accidents. Au cours de la décennie 1970, l’IRSN et EDF avaient effectué des études de fiabilité montrant que la principale faiblesse des systèmes redondants résidait dans les modes communs. Nous avions alors découvert que la probabilité de perdre ces systèmes était de l’ordre de 10-5 par réacteur et par an, ce qui fut jugé important au vu des risques encourus, car la perte des systèmes redondants conduit à la fusion du cœur. Au cours de la décennie suivante, ont donc été étudiées des situations telles que la perte totale de la source froide, des flux électriques, de l’alimentation en eau… Des procédures ont été mises en place pour trouver des palliatifs. En 2009, nous avons subi une perte totale de source froide à la centrale de Cruas, après 1 500 années/réacteur de service, soit un peu plus tôt que prévu. La capacité de réaction à l’incident a fortement valorisé les dispositifs que nous avions installés. Ce sont des lignes de défense effectives que nous devons maintenant réexaminer à la lumière de l’accident de Fukushima.

L’IRSN comme EDF mènent des études probabilistes de sûreté (EPS) en vue de prévenir la fusion du cœur. Elles ont permis des avancées sur des sujets difficiles comme les risques dans les états d’arrêt, majeurs dans la décennie 1990, et les risques de dilution, mis en évidence par l’accident de Tchernobyl. Ces risques ayant été compris et quantifiés, des mesures correctrices efficaces ont pu être définies. Les EPS doivent donc être poursuivies et déclinées en fonction de chaque type d’agression : séismes, inondations et incendies.

Les accidents graves ont également fait l’objet d’études très poussées, notamment à la suite du rapport Rasmussen de 1975. Ces études ont débouché sur des modifications importantes : la fiabilisation des soupapes du circuit primaire afin de dépressuriser le réacteur, ce qui a été fait à Fukushima ; la mise en place d’un filtre à sable, dit U5, pour contrôler les rejets en cas d’accident avant la rupture de l’enceinte – dispositif dont l’accident de Fukushima a démontré tout l’intérêt ; l’installation de « recombineurs » d’hydrogène afin d’éviter les risques d’explosion à la suite de l’oxydation des gaines de combustible. Tout cela est en place en France depuis plusieurs années.

Les études probabilistes, dans le cadre des troisièmes réexamens décennaux des réacteurs de 900 mégawatts, ont abouti également à trois modifications importantes : le renforcement de la boulonnerie du tampon d’accès matériel afin d’obtenir une meilleure tenue de l’enceinte de confinement, l’implantation de mesures d’hydrogène et la détection de percée de la cuve, laquelle a suscité bien des questions à Fukushima. Ces modifications sont actuellement réalisées à Fessenheim et à Tricastin.

Des réflexions restent cependant à mener sur les cas de charge en situation d’accident grave. Ainsi le filtre U5 ne résiste pas aux séismes. Nous ne disposons pas aujourd’hui de connexion entre les accidents graves et les agressions. Nos exigences sont donc à revoir en termes de durée de mission et de tenue aux agressions.

Les conditions d’intervention en situation ultime sur une centrale nucléaire sont également à réexaminer : comment apporter des moyens mobiles et, surtout, comment les connecter aux systèmes « défiabilisés » ? La question s’est posée à Fukushima.

Lors de l’incident survenu à la centrale du Blayais, l’inondation a bien été traitée en termes de cas de charge. Mais il y eut aussi une approche événementielle, discutée entre l’IRSN et EDF, consistant à étudier ce qui peut se produire sur un site subissant une inondation et soumis à une perte de source externe. Cette approche a conduit à renforcer l’autonomie des systèmes par l’ajout de réserves d’eau et de fioul ainsi que par la fiabilisation des groupes électrogènes. À la suite de Fukushima, il y a probablement lieu de revoir aussi ces lignes de défense.

Le séisme n’est pas seulement considéré comme un cas de charge mais aussi sous d’autres aspects : quel est son impact sur des matériels qui ne lui résistent pas et chutent sur des matériels qui, eux, lui résistent ? On pourrait en donner pour exemples la chute d’un portique sur un groupe électrogène ou l’écroulement d’une salle des machines sur le bâtiment électrique voisin.

Des efforts ont également été faits afin de mieux évaluer les risques sismiques par des cotes de calcul, ce qui a conduit à des renforcements de planchers, comme à Fessenheim, ou à des requalifications de matériels.

Des études probabilistes de sûreté, sismiques et de marge sismique, ont été réalisées à Tricastin. Une autre est en cours à Saint-Alban.

M. Jean-Marc Miraucourt, directeur de l’ingénierie nucléaire d’EDF. Mon exposé portera sur trois sujets : les principes de conception des systèmes de protection, la façon dont ils sont dimensionnés et l’évaluation de leur robustesse.

Les principes de conception reposent sur une démarche systématique. Comme pour les aléas naturels, on commence par recenser les fonctions de sûreté à assurer. Leur maîtrise assure la protection de l’homme et de l’environnement contre les effets des accidents.

Nos installations bénéficient de trois fonctions de sûreté principales : la maîtrise de la réaction nucléaire, l’évacuation de la puissance et le confinement de la radioactivité.

Pour dimensionner les systèmes de protection, on définit la stratégie de défense en profondeur de ces trois fonctions et on cumule les lignes de défense, qui peuvent être multiples, successives et diversifiées.

La conception de ces systèmes est contemporaine de celle des centrales, et se concrétise par les autorisations de création et de mise en service. Mais il est tout aussi important de les soumettre à révision lors de chaque examen de sûreté, notamment lors des réexamens décennaux, conformément au principe d’amélioration continue de la sûreté. La vérification de la robustesse des systèmes peut alors déboucher sur des modifications d’installations, qui peuvent être décidées sur trois fondements : le retour d’expérience, national et international ; l’amélioration des connaissances scientifiques avec, en particulier, le perfectionnement des moyens de calcul et des modélisations numériques ; enfin, l’augmentation générale des exigences de sûreté.

Il existe trois lignes de défense en profondeur : celle des dispositifs de protection passifs, celle de la protection active automatique, et celle de la protection active mis en œuvre par les opérateurs.

Les dispositifs passifs consistent d’abord à dresser trois barrières entre le combustible du cœur du réacteur et l’extérieur de la centrale. La première est composée des gaines qui entourent le combustible dans la cuve, la deuxième est le circuit primaire dans lequel circule l’eau de refroidissement, la troisième est l’enceinte de confinement.

Le parc français est constitué de réacteurs standardisés de la filière à eau pressurisée – en anglais PWR. La vapeur sortant de l’enceinte de confinement et actionnant la turbine n’est pas radioactive car l’eau n’a pas circulé dans le cœur, contrairement à ce qui se passe dans les réacteurs à eau bouillante – la technologie BWR de Fukushima. On peut donc dire que la technologie PWR offre une ligne de défense supplémentaire.

La conception même du cœur du réacteur le rend « auto-stable » : une excursion de puissance, pour quelque raison que ce soit, provoque une élévation de la température qui, elle-même, étouffe la puissance nucléaire. À Tchernobyl, au contraire, le coeur s’« auto-emballait » en cas d’augmentation de la puissance.

Autres dispositifs passifs : la réaction nucléaire s’arrête en cas de perte d’alimentation électrique – les barres chutent alors dans le cœur sous l’effet de leur propre poids – et, en cas de chute de pression, des réservoirs sous pression déclenchent d’eux-mêmes une injection d’eau de sécurité dans le cœur.

Certains dispositifs actifs – pompes, générateurs – interviennent de façon automatique pour rétablir une situation de sûreté dans un délai qui ne laisserait pas à l’homme le temps d’agir. Il en va notamment ainsi de l’arrêt automatique de la réaction nucléaire, des soupapes de sécurité, de l’injection d’eau de secours dans le circuit du cœur du réacteur ainsi que dans le générateur de vapeur, de l’aspersion de l’enceinte et du démarrage, en dix secondes, des générateurs diesel de secours.

Les dispositifs de protection actifs qui sont mis en œuvre par les opérateurs interviennent plusieurs heures ou plusieurs jours après un accident.

La première tâche des opérateurs consiste à vérifier que tous les systèmes automatiques sont bien entrés en service. Il s’agit ensuite pour eux d’engager les actions à long terme permettant de regagner un état sûr par refroidissement et par dépressurisation du réacteur, par contrôle de la concentration en bore de l’eau, etc. L’ensemble de ces actions fait l’objet de procédures de conduite accidentelles auxquelles les opérateurs sont formés et rompus, grâce notamment à la présence d’un simulateur pleine échelle sur chaque site.

La robustesse des systèmes de protection repose sur trois types de mesures : de redondance – on multiplie les systèmes identiques –, de diversification – des systèmes différents assurent une même fonction de sûreté – et de vérification périodique et fréquente du bon fonctionnement de l’ensemble.

Redondance : les actions automatiques de protection du cœur à court terme sont quadruplées dans le contrôle-commande ; les systèmes de sauvegarde – injections de sécurité, diesels de secours, circuits d’aspersion auxiliaires, circuits de refroidissement des piscines de stockage de combustible – sont doublés, chacun d’eux pouvant assurer à lui seul la fonction requise. L’EPR partant d’une nouvelle conception, la redondance de ses systèmes de protection a été encore accrue.

Diversification : il existe, par exemple, cinq moyens de secours électrique différents, dont les diesels de secours, protégés contre les séismes et les inondations. Une seule de ces cinq alimentations est suffisante pour garantir le fonctionnement des matériels de sûreté. D’autre part, pour refroidir le cœur par le générateur de vapeur, nous avons à la fois des pompes électriques et des turbopompes fonctionnant grâce à la vapeur produite par le générateur lui-même, ce qui permet de se dispenser d’alimentation électrique extérieure.

Vérification en permanence du bon fonctionnement des systèmes de protection : les opérateurs procèdent à plus de 2 000 essais périodiques par réacteur et par an – ils se succèdent à intervalles de quelques jours seulement pour les fonctions les plus importantes. La révélation de l’indisponibilité d’un système de protection peut entraîner l’arrêt du réacteur, sous une heure, par les systèmes assurant la protection du cœur à court terme.

Le dimensionnement des systèmes de protection obéit à une démarche déterministe, postulant les défaillances les plus graves. On la complète par une vérification probabiliste exhaustive afin de ne pas passer à côté de certaines situations critiques. Enfin, on suppose la défaillance des deux lignes de défense précédentes et on met en place une ligne de défense ultime.

Démarche déterministe : pour chaque fonction de sûreté – ainsi la maîtrise de la réaction nucléaire –, on suppose la défaillance des systèmes assurant la première ligne de défense et on se dote de dispositifs supplémentaires. Par exemple, pour la fonction d’évacuation de puissance, on suppose la rupture totale et instantanée du circuit primaire, qui entraîne la vidange du cœur du réacteur et l’entrée en service des dispositifs de secours destinés à renoyer le cœur avant atteinte des critères de sûreté.

Démarche probabiliste : on recense tous les systèmes jouant un rôle de sûreté et on quantifie leur fiabilité, ce qui permet d’évaluer la probabilité du risque résiduel de fusion du cœur, ainsi que de réorienter les examens de sûreté vers des sujets qui auraient pu échapper à la démarche déterministe.

Les valeurs du risque de fusion du cœur retenues en France sont inférieures aux objectifs fixés par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) : moins d’un risque tous les 100 000 ans suite à des défaillances internes à la centrale, et moins d’un risque tous les 10 000 ans du fait d’une agression externe.

En ligne de défense ultime, nous mettons en place des moyens de maîtriser les conséquences des accidents graves, l’objectif étant d’éviter des rejets radioactifs sur les populations. Nous en avons déjà fourni des exemples lors de précédentes auditions, tels que l’installation de recombineurs d’hydrogène passifs et de filtres à sable qui retiennent le césium en cas de décompression de l’enceinte de confinement.

À la suite de l’accident de Fukushima, qui a provoqué une contamination par le césium, nous allons réexaminer l’ensemble de ces lignes de défense, conformément au cahier des charges arrêté par l’ASN le 5 mai dernier. Nous pousserons aussi les investigations au-delà des lignes actuelles.

Les atouts du système français de protection résident donc dans la conception initiale du réacteur à eau pressurisée, dans une amélioration continue de la sûreté au fil des réexamens de celle-ci, dans la standardisation d’un parc permettant une mise à niveau régulière des 58 réacteurs, dans une formation des opérateurs de haut niveau, dans une organisation industrielle qui intègre une R & D forte effectuée par l’IRSN, par le CEA ainsi qu’au niveau international, enfin dans l’intégration, au sein d’EDF, d’une ingénierie et de moyens d’exploitation assurant une maîtrise continue de la conception des centrales tout au long de leur cycle de vie.

M. Bertrand Barré, conseiller scientifique d’Areva et professeur émérite à l’Institut national des sciences et techniques nucléaires. La troisième génération de réacteurs nucléaires français a été conçue après l’accident de Tchernobyl. Elle a donc intégré des exigences de sûreté supérieures avec la prise en compte des risques d’accident les plus graves.

Trois objectifs ont été poursuivis : réduire la probabilité d’un accident grave, par la prévention et en prenant en compte des hypothèses d’agression externes comme internes ; en réduire également l’impact sur les populations en cas de fusion du cœur ; renforcer la capacité de résistance aux agressions externes, y compris la chute d’un avion commercial.

Les moyens de réduire la probabilité d’un accident grave sont les mêmes que pour les générations précédentes : redondance fonctionnelle et diversité des systèmes comme des équipements. Cependant, on a ajouté un élément supplémentaire : une séparation géographique, pour parer un risque de modes communs d’agression.

La protection contre les accidents graves bénéficie d’une innovation caractéristique de cette troisième génération : le récupérateur de corium. Mais il faut aussi mentionner au même titre la coque « anti-chute d’avion » qui, dans l’EPR, défend une partie des systèmes de sauvegarde et le bâtiment renfermant le combustible nucléaire.

Les événements pris en compte sont la perte de réfrigération primaire, la perte des alimentations électriques externes – ce qui s’est produit à Fukushima –, la défaillance des injections de sécurité et celle des diesels principaux, l’incendie, l’inondation, les séismes, les chutes d’avion, ainsi que l’accident grave qu’est la fusion totale du cœur du réacteur.

Les circuits de sauvegarde principaux sont maintenant d’une redondance 4 : chacun des quatre trains de sûreté a la capacité, à lui seul, d’assurer une protection intégrale du réacteur ; chacun est en outre installé dans un bâtiment séparé. La redondance devient ainsi organique et non plus seulement fonctionnelle.

Chaque division est alimentée par la source normale mais, en plus, par un diesel principal de secours. Deux des trains de sauvegarde peuvent en outre être alimentés par un diesel supplémentaire et de technologie différente, dite SBO (pour station black out).

En cas de défaillance du réseau électrique principal, toute une série de mesures sont possibles. La plus simple est l’îlotage, c’est-à-dire l’auto-alimentation de la tranche par son propre turboalternateur. En cas d’échec, on peut recourir au démarrage automatique des quatre diesels de secours. Si l’on a perdu le réseau principal proche de la centrale, on peut basculer sur un réseau auxiliaire, non plus à 400 kilovolts mais à 110 kilovolts, branché plus loin et garantissant un repli sûr. Enfin, même si les diesels de secours refusent de démarrer, on garde toujours la possibilité de faire appel aux deux diesels SBO, un seul pouvant d’ailleurs suffire.

Les quatre trains de sauvegarde sont donc séparés, deux d’entre eux, contigus, faisant l’objet d’une protection supplémentaire par coque anti-avion cependant que les deux autres sont disposés de part et d’autre du bâtiment contenant le réacteur, de sorte qu’aucune agression ne saurait les mettre tous deux hors service en même temps. La coque protège aussi le bâtiment qui renferme le combustible. Il en résulte une protection générale très supérieure à celle des réacteurs des générations précédentes.

Cette coque protège bien sûr contre les agressions externes, mais aussi internes – incendies, inondations, ruptures de tuyauterie. C’est un élément que l’on doit aux Allemands, l’EPR étant à l’origine un projet conjoint.

Pour ce qui est des six diesels aussi, nous avons joué sur la diversification géographique : ils sont logés dans deux bâtiments différents, situés de part et d’autre de celui qui abrite le réacteur, afin de parer au risque d’une agression qui les mettrait hors service en même temps. Recevant donc chacun deux diesels de secours et un diesel SBO à même d’alimenter un des trains de sauvegarde, ces bâtiments sont résistants aux séismes et leurs portes résistent, en outre, aux surpressions. Un réexamen est en cours dans le cadre des stress tests, mais les diesels sont déjà bien protégés.