Fabrication de la liasse

Amendement n°648

Déposé le mercredi 19 septembre 2018
Discuté
Photo de monsieur le député Arnaud Viala
Photo de monsieur le député Daniel Fasquelle
Photo de madame la députée Emmanuelle Anthoine
Photo de madame la députée Valérie Bazin-Malgras
Photo de monsieur le député Fabrice Brun
Photo de monsieur le député Éric Straumann
Photo de monsieur le député Emmanuel Maquet
Photo de monsieur le député Gérard Cherpion
Photo de monsieur le député Jean-Louis Masson
Photo de monsieur le député Jean-Claude Bouchet
Photo de madame la députée Nadia Ramassamy
Photo de monsieur le député Julien Dive
Photo de madame la députée Véronique Louwagie
Photo de monsieur le député Éric Pauget
Photo de monsieur le député Alain Ramadier
Photo de madame la députée Valérie Lacroute
Photo de monsieur le député Raphaël Schellenberger
Photo de monsieur le député Vincent Rolland
Photo de monsieur le député Stéphane Viry
Photo de madame la députée Laurence Trastour-Isnart
Photo de monsieur le député Vincent Descoeur
APRÈS L'ARTICLE 9, insérer l'article suivant:

Le I de l’article L. 232‑21 du code de commerce est complété par un alinéa ainsi rédigé : 

« En cas de non-respect des délais pour le dépôt des comptes annuels, les amendes prévues à cet effet par le code de commerce sont doublées. Les sommes sont fixées par décret. »

Exposé sommaire

Le président du tribunal de commerce peut adresser une injonction de procéder au dépôt des comptes annuels aux dirigeants qui n’ont pas effectué le dépôt dans les délais. Actuellement, l’inexécution du dépôt des comptes annuels et des documents connexes au greffe est punie d’une amende de 1 500 € et de 3 000 € en cas de récidive.

Il est donc proposé de durcir la sanction en cas de non publication des comptes dans les délais impartis en augmentant les amendes prévues. Un décret modifiera l’article R247‑5 du code de commerce afin d’augmenter ces amendes.

Cet amendement mise sur la transparence pour garantir la confiance, sans remettre en cause la liberté contractuelle.

Les comptes doivent systématiquement être publiés afin d’être accessibles au plus grand nombre et pouvoir être dénoncés le cas échéant. Sans violer le secret des affaires, ce dispositif est un garde-fou pour éviter toute pratique déloyale ou pression de la part de certains groupes.