ART. 39N°II-683

ASSEMBLÉE NATIONALE
29 octobre 2018

PLF POUR 2019 - (N° 1255)

Commission
 
Gouvernement
 

Retiré

AMENDEMENT N°II-683

présenté par

M. Coquerel, Mme Autain, M. Bernalicis, M. Corbière, Mme Fiat, M. Lachaud, M. Larive, M. Mélenchon, Mme Obono, Mme Panot, M. Prud'homme, M. Quatennens, M. Ratenon, Mme Ressiguier, Mme Rubin, M. Ruffin et Mme Taurine

----------

ARTICLE 39

ÉTAT B

Mission « Sécurités »

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes + -
Police nationale00
Gendarmerie nationale00
Sécurité et éducation routières00
Sécurité civile0100 000
Soutien à la prévention et à la gestion des crises (ligne nouvelle)100 0000
TOTAUX 100 000100 000
SOLDE 0

EXPOSÉ SOMMAIRE

Par cet amendement d’appel, nous dénonçons l’incurie du Gouvernement qui refuse de plus budgéter le budget alloué à la prévention et à la gestion des crises, ce alors même que les évènements climatiques. Ce transfert ici présenté par amendement est uniquement formel et ne prétend en aucun cas constituer une diminution réelle des crédits du programme 207 concerné.

Face à la crise écologique, et à la récente visite de E. MACRON aux Antilles pour voir la reconstruction face à l’Ouragan Irma, on ne peut que marquer son incompréhension face à la baisse, au sein du programme de Sécurité civile, de -0,7% (- 6,7 millions d’euros en prenant en compte l’inflation et la hausse de la population entre 2018 et 2019), du budget alloué à la prévention et à la gestion des crises !

Rappelons que le 6 septembre 2017, l’ouragan Irma (de catégorie 5, la plus puissante) a dévasté Saint-Martin et Saint-Barthélemy, causant la mort de plus de 11 personnes et occasionnant 2 600 sinistres (95% du bâti des deux îles était endommagé) pour un coût total estimé à 1,9 milliard d’euros. La gestion d’E. MACRON avait été particulièrement critiquée sur la préparation insuffisante de l’Etat français au passage de l’Ouragan Irma dans les Antilles françaises. Au-delà des personnes décédées et des nombreux dégâts, des scènes de pillage avaient notamment été observées.

Selon la climatologue Valérie Masson-Delmotte, membre du GIEC , il existe un consensus scientifique sur le fait que le réchauffement climatique augmente l’intensité des ouragans (Irma, ouragan de force 5, est l’ouragan le plus puissant qui ait dévasté les Antilles). Le cinquième rapport du GIEC (2013) estime qu'à l'avenir, les plus gros cyclones seront probablement plus puissants, avec des vents maximums plus élevés. Le nombre moyen annuel d'ouragans violents (catégorie 4 et 5) a ainsi augmenté de 75% entre 1970 et 2004. Il en sera de même par le monde, par la multiplication de l’intensité des phénomènes climatiques et donc l’augmentation de situations de crises.

Cet amendement vise donc à prélever 100 000 euros d’AE et de CP  sur l’action 12 : « Préparation et interventions spécialisées des moyens nationaux» du programme 161 « Sécurité civile », pour abonder le nouveau programme : « Soutien à la prévention et à la gestion des crises »