Fabrication de la liasse

Amendement n°207

Déposé le mercredi 27 février 2019
Discuté
Photo de monsieur le député Daniel Fasquelle
Photo de monsieur le député Ian Boucard
Photo de monsieur le député Gilles Carrez
Photo de monsieur le député Vincent Descoeur
Photo de madame la députée Claire Guion-Firmin
Photo de monsieur le député Emmanuel Maquet
Photo de monsieur le député Vincent Rolland
Photo de monsieur le député Arnaud Viala
Photo de monsieur le député Stéphane Viry
Photo de monsieur le député Éric Woerth
Photo de monsieur le député Jean-Yves Bony
Photo de monsieur le député Sébastien Leclerc
Photo de monsieur le député Alain Ramadier
Photo de monsieur le député Didier Quentin
Photo de madame la députée Virginie Duby-Muller
Photo de monsieur le député Patrick Hetzel
Photo de monsieur le député Éric Straumann
Photo de madame la députée Nadia Ramassamy
Photo de madame la députée Bérengère Poletti
Photo de madame la députée Émilie Bonnivard
Photo de madame la députée Josiane Corneloup
Photo de monsieur le député Jacques Cattin
Photo de monsieur le député Julien Dive
Photo de monsieur le député Jean-Louis Masson
Photo de monsieur le député Jean-Claude Bouchet
Photo de monsieur le député Pierre-Henri Dumont
Photo de monsieur le député Damien Abad
Photo de madame la députée Valérie Lacroute
Photo de monsieur le député Claude de Ganay
Photo de monsieur le député Thibault Bazin
Photo de madame la députée Valérie Bazin-Malgras
Photo de madame la députée Emmanuelle Anthoine
ARTICLE 71 QUATER AA

Supprimer cet article.

Exposé sommaire

L’article 71 ter du texte adopté par l’Assemblée habilitait le Gouvernement à légiférer par voie d’ordonnance afin de mettre fin au tarif réglementé du gaz pour les particuliers et de l’électricité pour les entreprises électro-intensives. Le Sénat, par souci de ne pas soustraire cette question essentielle du débat parlementaire, a remplacé cette habilitation par trois articles de législation directe (articles 71 ter et 71 quater AA et AB). 

Ceci étant, le véhicule législatif choisi par le Gouvernement en premier lieu était particulièrement surprenant en ce qu’il ne portait d’aucune manière que ce soit sur les questions d’énergies ou du droit des consommateurs, et n’avait fait l’objet d’aucune étude d’impact en bonne et due forme.

En outre, il a été soulevé qu’il parait encore plus surprenant que le Gouvernement défende une telle proposition à la veille de l’hiver, ainsi qu’après une augmentation massive des coûts de l’énergie touchant l’ensemble des ménages français.

Le tarif réglementé est considéré par les Français comme un acquis qu’ils ne souhaitent aucunement remettre en cause : il permet un tarif fixe, non volatile et moins soumis aux fluctuations du marché. D’ailleurs, nos voisins européens ayant pris la décision de supprimer ce type de tarif ont vu les coûts du gaz et de l’électricité exploser.

Par ailleurs, la fin du tarif réglementé pour les entreprises électro-intensives n’est rien d’autre qu’un nouveau coup dur porté aux entreprises industrielles, le tarif règlementé leur offrant la possibilité d’avoir recours à une source énergétique à tarif fixe et donc moins volatile. Revenir sur ce tarif risquerait de mettre à mal l’activité de beaucoup de petites entreprises industrielles.

C’est pourquoi il convient, en dépit de l’intention louable du Sénat de soumettre cette question au débat parlementaire, de supprimer ces articles afin d’étudier cette question comme il se doit, comme par exemple dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), et non au détour d’un texte ayant pour vocation de simplifier la vie des entreprises et des entrepreneurs.