Menu de navigation rapide (clavier)
Version PDFRetour vers le dossier législatifVoir le texte de référence

ART. PREMIERN°20

ASSEMBLÉE NATIONALE
8 avril 2019

STATUT D'AUTONOMIE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE - (N° 1821)

Commission
 
Gouvernement
 

Rejeté

AMENDEMENT N°20

présenté par

M. Brotherson

----------

ARTICLE PREMIER

Rédiger ainsi l’alinéa 6 :

« Art. 6‑1. – La République reconnaît, par le sacrifice non-consenti de l’environnement et de la santé du peuple polynésien et de ses descendants, la participation directe de la Polynésie française à la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et la défense de la Nation ainsi qu’au développement des utilisations de l’énergie nucléaire. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

D’abord il faut parler de nos morts, notre santé, nos enfants et des générations qui suivront. Nous ne sommes pas des « contributions ». La vie de nos familles et de nos enfants ne sont pas des contributions. C’est un tribut qui nous a été imposé. Celui qui pense le contraire ferait mieux de ne pas se risquer à profaner nos mémoires. Pouvana’a a O’opa n’est pas un accident. Toutes ces personnes sont des martyrs tombées pour une raison d’État. Comme s’il avait été raisonnable de sacrifier des femmes et des hommes.

Le présent projet de loi dont nous sommes saisis sera moins loin de la réalité en actant une participation directe de notre peuple dans cette entreprise bien que nous pourrions même qualifier « participation directe » obtenue sous la contrainte.

Cette proposition de modification est issue de réflexions émanant du peuple et qui devrait faire l’unanimité des élus locaux et des esprits honnêtes de cette Assemblée.

Encore une fois, l’État n’a pas fait contribuer les polynésiens il les a sacrifié.

Ensuite, il nous faut regarder les techniques militaires qui servent bien souvent au développement des moyens technologiques civils. L’énergie atomique est tout à fait singulière parmi les nombreux exemples d’extension de moyens militaires à usage civil.

Il n’est pas courant que la recherche et le développement soit menée sur des civils censés détenir non seulement les mêmes droits mais aussi la même nationalité. L’égalité et la fraternité n’ont toujours pas prises sur ce territoire meurtri.

On nous parle très souvent du coût de la Polynésie pour Bercy. Nous souhaitons que l’État et ses ramifications entendent ce que nous subissons en ayant sacrifié notre souveraineté et nos vies. En établissant jusqu’où est allé l’utilisation et la manipulation de nos aïeux, nous voulons que la France prenne conscience que cela ne s’arrête pas aux têtes de missiles stratégiques mais va bien jusqu’à l’électricité qui abonde les foyers français hexagonaux. La France coûte à la Polynésie soyez-en conscient.