Version PDFRetour vers le dossier législatifVoir le texte de référenceVoir le compte rendu

ART. 1ER BN°2645 (Rect)

ASSEMBLÉE NATIONALE
29 mai 2019

LOI D'ORIENTATION DES MOBILITÉS - (N° 1974)

Commission
 
Gouvernement
 

Non soutenu

AMENDEMENT N°2645 (Rect)

présenté par

Mme Panot, Mme Autain, M. Bernalicis, Mme Taurine, M. Coquerel, M. Corbière, Mme Fiat, M. Lachaud, M. Larive, M. Mélenchon, Mme Obono, M. Prud'homme, M. Quatennens, M. Ratenon, Mme Ressiguier, Mme Rubin et M. Ruffin

----------

ARTICLE 1ER B

Substituer aux alinéas 2 et 3 les trois alinéas suivants :

«

 20192020202120222023

Dépenses totales
2 9833 2822 9872 8803 080

 

« La part affectée au financement des infrastructures et aménagements des modes actifs, en particulier cyclables, est identifiée et s’élève à 8 % du budget.

« Les dépenses prévues au titre de 2023 s’inscrivent dans la perspective d’une enveloppe quinquennale de 15,8 milliards d’euros environ sur la période 2023‑2027. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

Les crédits prévus ne permettent pas de répondre aux besoins d’entretien et de modernisation des infrastructures existantes et sont en deçà des besoins prévus pour le scénario 2 du rapport du COI (environ 150 millions par an). Ce budget est donc incohérent avec les infrastructures prévues dans l’exposé des motifs. Cet amendement vise à le mettre en cohérence.

Par ailleurs, on ignore toujours comment seront apportés à l’Afitf les 500 millions d’euros – au moins – qui lui manqueront à partir de 2020. Nous proposons de gager cette augmentation des crédits sur la hausse de la taxe payée par les sociétés concessionnaires d’autoroutes.

Dans le détail, le rapport annexe prévoit 50 millions annuels sur 7 ans pour les modes actifs,  soit 0,7 € par habitant / an alors que le besoin est estimé à 200 millions annuels. Dans les pays du Nord de l’Europe c’est 4 € par habitant par an. Nous souhaitons donc que 8 % de ces dépenses soient affectées au financement des modes « actifs ».

Retour haut de page