Fabrication de la liasse

Amendement n°II-483

Déposé le jeudi 24 octobre 2019
Discuté
Rejeté
(lundi 28 octobre 2019)
Photo de madame la députée Emmanuelle Ménard
ARTICLE 38 - ÉTAT B

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Formations supérieures et recherche universitaire5 000 0000
Vie étudiante00
Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires00
Recherche spatiale05 000 000
Recherche dans les domaines de l'énergie, du développement et de la mobilité durables00
Recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle00
Recherche duale (civile et militaire)00
Recherche culturelle et culture scientifique00
Enseignement supérieur et recherche agricoles00
TOTAUX5 000 0005 000 000
SOLDE0
Exposé sommaire

Transférer 5 000 000 euros de l’action 07 « Développement des satellites de météorologie » du programme 193 « Recherche spatiale » vers l’action 03 « Formation initiale et continue de niveau doctorat » du programme 150 « Formations supérieures et recherche universitaire ».

Il s’agit d’un amendement d’appel.

Alors que Montpellier concentre à elle seule 78 % des étudiants, Béziers n’en accueille que 1,4 %. Par ailleurs, l’antenne décentralisée Du Guesclin de l’Université Paul Valéry (Montpellier III) à Béziers, après avoir été menacée de fermeture en 2014, n’en est toujours qu’à la moitié de sa capacité.

Alors qu’il serait possible de doubler la surface du site de l’université, seule une aile et demie du site a été construite alors que le bâtiment original était prévu en forme de U, toutes les demandes en ce sens sont restées lettre morte jusqu’à ce jour.

De même, l’IUT de Béziers, qui accueille 510 étudiants, est en capacité d’en accueillir près de 800 mais ne peut le faire, faute de crédits pour recruter des professeurs.

Pourtant, la demande de formation dans le Biterrois est croissante et notamment dans les secteurs liés au vin, à l’aide à la personne et aux métiers du tourisme. Alors que l’ouest du département est gravement touché par le chômage (19 % contre 14 % pour la France), plus de 8 000 offres d’emploi sont non pourvues dans le bassin d’emploi.