Fabrication de la liasse

Amendement n°1012

Déposé le mercredi 4 décembre 2019
Discuté
Photo de monsieur le député Matthieu Orphelin
Photo de monsieur le député Jean-Félix Acquaviva
Photo de monsieur le député Michel Castellani
Photo de monsieur le député Jean-Michel Clément
Photo de monsieur le député Paul-André Colombani
Photo de madame la députée Jeanine Dubié
Photo de madame la députée Frédérique Dumas
Photo de monsieur le député M'jid El Guerrab
Photo de monsieur le député François-Michel Lambert
Photo de monsieur le député Paul Molac
Photo de monsieur le député Bertrand Pancher
Photo de madame la députée Sylvia Pinel
Photo de monsieur le député François Pupponi
Photo de monsieur le député Dominique Potier
Photo de monsieur le député Damien Adam
Photo de monsieur le député Éric Alauzet
Photo de madame la députée Delphine Bagarry
Photo de monsieur le député Erwan Balanant
Photo de madame la députée Annie Chapelier
Photo de madame la députée Sylvie Charrière
Photo de madame la députée Jennifer De Temmerman
Photo de monsieur le député Jean-Paul Dufrègne
Photo de monsieur le député Régis Juanico
Photo de madame la députée Anissa Khedher
Photo de madame la députée Sandrine Mörch
Photo de madame la députée Nathalie Sarles
Photo de madame la députée Cécile Untermaier
Photo de monsieur le député Cédric Villani
Photo de madame la députée Martine Wonner
Photo de madame la députée Nicole Trisse
Photo de madame la députée Maina Sage
Photo de monsieur le député Guillaume Chiche
APRÈS L'ARTICLE 5 BIS, insérer l'article suivant:

La sous-section 1 bis de la section 3 du chapitre Ier du titre IV du livre V de la partie législative du code de l’environnement est ainsi modifiée :

1° L’intitulé est ainsi rédigé :

« Sous-section 1 bis : Lutte contre le gaspillage ».

2° Après l’article L. 541‑15‑6‑1, il est inséré un article L. 541‑15‑6‑2 B ainsi rédigé :

« Art. L. 541‑15‑6‑2 B. – Les annonceurs diffusant des publicités en faveur de produits non-alimentaires, réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 10 millions d’euros sur le territoire national, contribuent à hauteur de 1 % de leur budget publicitaire annuel à un fonds dédié à la promotion de la consommation durable et à l’éducation à celle-ci.

« Un décret en Conseil d’État fixe les modalités d’application du présent article. Il fixe notamment les modalités de gestion de ce fonds par les représentants des professionnels de la publicité, et précise la définition de la consommation durable, consistant notamment en l’allongement de la durée de vie des produits et la lutte contre la surconsommation, en vue de limiter la consommation de ressources naturelles, de lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité, dans le respect des objectifs de la Charte de l’environnement. »

Exposé sommaire

Cet amendement vise à lutter contre le gaspillage par la promotion de la consommation durable et l’éducation à celle-ci, en établissant le cadre d’un mécanisme autonome de soutien à cette promotion, financé et géré par les annonceurs publicitaires.

Ces mesures de promotion et d’éducation pour une consommation durable seront financées par un fonds dédié, entièrement alimenté par une contribution des annonceurs publicitaires, à hauteur de 1 % de leur budget publicitaire, à l’image de ce qui est pratiqué dans le secteur alimentaire (cf. article L. 2133‑1 du code de la santé publique). Les modalités de gestion du fonds et de mise en oeuvre des projets ainsi financés par les acteurs privés tout en assurant une vigilance de l’État quant au fonctionnement vertueux du système seront définies par décret.

La création de ce fonds permettra de responsabiliser les acteurs du secteur de la publicité en les impliquant dans la promotion de la consommation durable, tout en les laissant libres des modalités de cette promotion, sous le contrôle de l’État quant à la définition de la consommation durable.

Cet amendement a été retravaillé à partir d’une proposition de l’organisation Halte à l’obsolescence programmée (HOP