Fabrication de la liasse

Amendement n°AC53

Déposé le mercredi 19 février 2020
Discuté
Photo de madame la députée Virginie Duby-Muller
Photo de monsieur le député Frédéric Reiss
Photo de madame la députée Émilie Bonnivard
Photo de madame la députée Bérengère Poletti
Photo de monsieur le député Pierre Vatin
Photo de monsieur le député Maxime Minot
Photo de madame la députée Josiane Corneloup
Photo de monsieur le député Jean-Marie Sermier
Photo de madame la députée Valérie Bazin-Malgras
Photo de madame la députée Emmanuelle Anthoine
Photo de monsieur le député Ian Boucard
Photo de monsieur le député Vincent Rolland
ARTICLE 23

I. – À l’alinéa 8, après le mot :

« blocage »,

insérer les mots :

« , de retrait ».

II. – En conséquence, après le même mot, procéder à la même insertion à l’alinéa 9.

 

Exposé sommaire

Cet amendement a pour objectif de clarifier la répartition des rôles entre les titulaires de droits, l’ARCOM et les intermédiaires techniques, et de la sécuriser au regard du droit existant. Il propose de mettre en place un système équivalent à celui existant déjà dans le cadre des mesures de blocage et de retrait de contenus pédopornographiques et terroristes tel que supervisé par l’OCLCTIC. Ce mécanisme a démontré son efficacité et sa rapidité depuis son instauration, reposant notamment sur un interfaçage technique entre l’OCLCTIC et les intermédiaires techniques.Compte tenu de la multitude de sites internet diffusant en temps réel des compétitions sportives de manière illicite, la mise en place d’un tel interfaçage est nécessaire afin de garantir une action dans les meilleurs délais.

Cet amendement assure également l’exhaustivité de la liste des intermédiaires techniques concernés par la mesure. En effet, les fournisseurs d’accès ne disposent que d’une compétence de blocage d’une des voies d’accès au contenu, qui peut être contournée par des technologies telles que le VPN. Par ailleurs, les fournisseurs d’accès ne peuvent bloquer un site que dans son intégralité, ce qui peut se révéler disproportionné dans certains cas. Ainsi, il est proposé d’intégrer au dispositif :

-       les hébergeurs, à même de retirer un contenu du site concerné (page, compte)

-       les navigateurs, qui peuvent être utilisés pour contourner les mesures de blocage mises en place par les fournisseurs d’accès par le biais de technologies de chiffrement du DNS

-       les fournisseurs de nom de domaine, qui peuvent bloquer l’intégralité des voies d’accès à un site internet

-       les moteurs de recherche et annuaires, qui permettent de trouver les sites illicites

En replaçant l’intégralité des intermédiaires techniques au cœur du dispositif, le présent amendement s’assure que l’ARCOM disposera de l’ensemble des compétences pour mener à bien sa mission d’une manière proportionnée et efficace.