Fabrication de la liasse

Amendement n°2266

Déposé le jeudi 17 mai 2018
Discuté
Photo de madame la députée Anne-Laurence Petel
Photo de madame la députée Typhanie Degois
Photo de madame la députée Huguette Tiegna
Photo de monsieur le député Michel Delpon
Photo de madame la députée Claire O'Petit
Photo de madame la députée Émilie Guerel
Photo de monsieur le député Jean-Marc Zulesi
Photo de monsieur le député Philippe Chalumeau
Photo de madame la députée Élisabeth Toutut-Picard
Photo de madame la députée Pascale Fontenel-Personne
Photo de monsieur le député Grégory Galbadon
Photo de monsieur le député Olivier Gaillard
Photo de monsieur le député Jean-Louis Touraine
Photo de monsieur le député Jean-Philippe Ardouin
Photo de madame la députée Annie Chapelier
Photo de madame la députée Anissa Khedher
Photo de madame la députée Alexandra Valetta Ardisson
Photo de madame la députée Carole Bureau-Bonnard
Photo de monsieur le député Frédéric Barbier
Photo de monsieur le député Denis Sommer
Photo de madame la députée Monica Michel
Photo de monsieur le député Fabien Matras
Photo de monsieur le député Alain Perea
Photo de monsieur le député Pascal Bois
Photo de monsieur le député Patrice Perrot
Photo de madame la députée Cathy Racon-Bouzon
Photo de monsieur le député Jean-Pierre Pont
Photo de madame la députée Barbara Pompili
Photo de madame la députée Jennifer De Temmerman
Photo de madame la députée Delphine Bagarry
Photo de madame la députée Valérie Gomez-Bassac
Photo de madame la députée Annaïg Le Meur
Photo de madame la députée Samantha Cazebonne
Photo de madame la députée Sonia Krimi
Photo de monsieur le député Vincent Thiébaut
Photo de madame la députée Michèle Crouzet
APRÈS L'ARTICLE 11 SEPTDECIES, insérer l'article suivant:

Le chapitre III du titre III du livre Ier de la deuxième partie du code de la santé publique est complété par un article L. 2133‑3 ainsi rédigé :

« Art. L. 2133‑3. – Les messages publicitaires et activités promotionnelles en faveur de produits alimentaires et boissons trop riches en sucre, sel ou matières grasses et ayant pour cible les enfants de moins de seize ans sont interdits sur tout support de communication radiophonique, audiovisuel et électronique.

« Les modalités d’application du présent article sont déterminées par décret. »

Exposé sommaire

Dans un rapport publié en 2016, la Commission sur les moyens de mettre fin à l’obésité de l’enfant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dresse le constat suivant : « Des données incontestables montrent que la commercialisation d’aliments nocifs pour la santé et de boissons sucrées a un lien avec l’obésité de l’enfant. Même si l’industrie déploie un nombre croissant d’initiatives volontaires, l’exposition à la commercialisation des aliments nocifs pour la santé reste un problème majeur appelant un changement pour protéger tous les enfants de façon égale. Toute tentative d’agir contre l’obésité de l’enfant devrait donc tendre à réduire […] l’exposition des enfants à la commercialisation des aliments nocifs pour la santé ». 

Concernant le marketing ciblant les enfants, la France s’est, jusqu’ici, appuyée sur des engagements volontaires de la part de l’industrie agro-alimentaire, comme le EU Pledge. Plusieurs études ont, cependant, montré que ce type d’engagement était très insuffisant pour assurer une prévention efficace.

Ce projet de loi offre l’opportunité d’un cadre plus contraignant, recommandation qui figure dans la stratégie nationale de santé 2018‑2022. En effet, cette dernière affiche la nécessité de « limiter l’influence de la publicité et du marketing alimentaire sur les enfants en les réglementant et encadrer la promotion es marques associées à des aliments peu favorables au plan notionnel ». La Haut Conseil pour la Santé Publique formule la même proposition. Enfin, cet encadrement est également une recommandation issue de l’atelier 9 des États Généraux de l’Alimentation.

Les modalités d’application de l’interdiction seraient renvoyées à un décret.