Fabrication de la liasse

Sous-amendement n°324

Déposé le lundi 26 novembre 2018
Discuté
Adopté
(mardi 27 novembre 2018)
Photo de monsieur le député Philippe Huppé
Photo de monsieur le député Romain Grau
Photo de monsieur le député Benoit Simian
Photo de monsieur le député Olivier Gaillard
Photo de monsieur le député Patrick Vignal
Photo de monsieur le député Anthony Cellier
Photo de madame la députée Françoise Dumas
Photo de monsieur le député Pierre Henriet
Photo de monsieur le député Sébastien Nadot
Photo de madame la députée Laurence Vanceunebrock
Photo de monsieur le député Christophe Blanchet
Photo de madame la députée Véronique Hammerer
Photo de madame la députée Béatrice Piron
Photo de monsieur le député Jean-Bernard Sempastous
Photo de monsieur le député Grégory Besson-Moreau
Photo de monsieur le député Xavier Batut
Photo de madame la députée Annie Chapelier
Photo de monsieur le député Lionel Causse

I. – À l’alinéa 8, substituer au taux :

« 15 % »

le taux :

« 20 % »

II. – En conséquence, supprimer l’alinéa 9.

III. – Compléter cet amendement par les deux alinéas suivants :

« III. – Compléter cet article par l’alinéa suivant :

« XVI. – La perte de recettes pour les organismes de sécurité sociale est compensée à due concurrence par la majoration des droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. »

Exposé sommaire

Le dispositif TO-DE (pour « travailleurs occasionnels et demandeurs d’emploi ») permet aux employeurs agricoles de bénéficier d’un régime spécifique d’exonération des charges sociales pour l’emploi de travailleurs occasionnels, notamment de contrats saisonniers, indispensables à l’agriculture.

Actuellement, cette exonération est totale pour les rémunérations de travailleurs saisonniers dont les rémunérations vont jusqu’à 1 SMIC majoré de 25%, calculé mensuellement. Ce dispositif a fait ses preuves dans de nombreux secteurs, dont la viticulture qui emploie environ 45 % de travailleurs saisonniers, mais aussi l’arboriculture, le maraîchage et l’horticulture. Correspondant à une augmentation du coût du travail de 1,50€ par heure et par contrat, cela concerne près de 870 000 emplois saisonniers en France.

Dans l’Hérault par exemple, ce sont 1933 exploitations agricoles qui bénéficient du TODE, soit 1/3 des entreprises. Chaque année, 14 755 contrats sont établis en utilisant ce dispositif, dont une majorité dans les secteurs de la viticulture.

Le présent sous-amendement se propose donc d’étendre les plateaux de 1,15 SMIC puis de 1,10 SMIC proposés par le Gouvernement à 1,20 SMIC au titre de l’année 2019 et 2020, afin de soutenir les agriculteurs français.

Cette augmentation a pour objectif de permettre aux employeurs de saisonniers agricoles de s’adapter pendant deux années, dans l’optique d’une harmonisation complète, à compter de 2021, avec le régime des allègements généraux renforcés applicable à l’ensemble des employeurs de main d’œuvre. Cette période permettra en outre aux réformes entreprises (fiscalité agricole, loi issue des EGA…) de produire leurs effets.