Fabrication de la liasse

Amendement n°2

Déposé le jeudi 4 juillet 2019
Discuté
Photo de madame la députée Catherine Kamowski
Photo de monsieur le député Stéphane Baudu
Photo de madame la députée Anne Blanc
Photo de monsieur le député Jean-René Cazeneuve
Photo de madame la députée Valérie Lacroute
Photo de monsieur le député Jean-Claude Leclabart
Photo de madame la députée Patricia Lemoine
Photo de madame la députée Monique Limon
Photo de madame la députée Véronique Louwagie
Photo de monsieur le député Jean-Paul Mattei
Photo de madame la députée Monica Michel
Photo de monsieur le député Bruno Millienne
Photo de madame la députée Christine Pires Beaune
Photo de monsieur le député Éric Poulliat
Photo de monsieur le député Hervé Saulignac
Photo de madame la députée Bénédicte Taurine
Photo de monsieur le député Arnaud Viala
ARTICLE 4

Rédiger ainsi l’alinéa 27 :

« III. – Dans un délai de trois mois suivant la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur les conséquences des dispositions du présent article sur les dotations et les ressources fiscales des communes nouvelles n’adhérant pas à un nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, ainsi que sur l’ensemble des autres conséquences financières de ces dispositions. »

Exposé sommaire

Cet amendement est issu des travaux de la Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation.

Le III de l’article 4 instituant la possibilité pour une commune nouvelle créée sur le périmètre d’un EPCI préexistant de ne pas rejoindre un nouvel EPCI pour devenir une « commune-communauté » prévoit que « Les incidences du présent article sur la dotation globale de fonctionnement des communes sont déterminées par la prochaine loi de finances ».

Ce paragraphe III, en se contentant de renvoyer les questions financières soulevées par la commune-communauté à la prochaine loi de finances, apparaît inutile et source de davantage d’interrogations qu’il ne résout de questions. Il est inutile dans la mesure où, même en son absence, la loi de finances pourrait définir ces incidences, mais également et surtout dans la mesure où son adoption ne saurait contraindre la prochaine loi de finances à comporter des dispositions sur ces questions : il s’agit donc d’un pur neutron législatif.

Il est donc proposé de supprimer ce paragraphe pour le remplacer par la demande d’un rapport du Gouvernement au Parlement sur les conséquences financières et fiscales de l’institution de la commune-communauté. Ce rapport devra être présenté dans un délai de 3 mois suivant la publication de la loi, afin de permettre au législateur d’adopter, en toute connaissance de cause et en temps utile, les dispositions législatives éventuellement nécessaires.