Fabrication de la liasse

Amendement n°2417

Déposé le vendredi 20 septembre 2019
Discuté
Rejeté
(jeudi 3 octobre 2019)
Photo de madame la députée Danièle Obono
Photo de madame la députée Clémentine Autain
Photo de monsieur le député Ugo Bernalicis
Photo de monsieur le député Éric Coquerel
Photo de monsieur le député Alexis Corbière
Photo de madame la députée Caroline Fiat
Photo de monsieur le député Bastien Lachaud
Photo de monsieur le député Michel Larive
Photo de monsieur le député Jean-Luc Mélenchon
Photo de madame la députée Mathilde Panot
Photo de monsieur le député Loïc Prud'homme
Photo de monsieur le député Adrien Quatennens
Photo de monsieur le député Jean-Hugues Ratenon
Photo de madame la députée Muriel Ressiguier
Photo de madame la députée Sabine Rubin
Photo de monsieur le député François Ruffin
Photo de madame la députée Bénédicte Taurine

Après la section 2 du chapitre II du titre II du livre Ier du code civil, il est inséré une section 2 bis ainsi rédigée :

« Section 2 bis

« Art. 61‑5. – La mention du sexe ne figure pas dans les actes d’état civil. »

Exposé sommaire

Il s’agit d’un amendement d’appel, pour que nous puissions avoir ce débat, et engager la réflexion sur ce sujet. En effet, nombre de difficultés émanent de cette mention du sexe à l’état civil. Par exemple, pour les personnes transgenre, la modification de cette mention est une procédure particulièrement complexe, judiciarisée, et dans certains cas, encore médicalisée, malgré la suppression de la médicalisation dans la loi. 

Cette modification permet en outre de pouvoir établir plus facilement les filiations biologiques des personnes transgenres, 

Ensuite, dans les cas d’intersexuation, des procédures médicales extrêmement lourdes sont engagées, souvent dès la naissance de l’enfant, pour pouvoir inscrire un genre à l’état civil. Or, ces opérations et traitements sont irréversibles, lourds et traumatiques, et faits qui plus est sans le consentement de la personne concernée. Ainsi, il y a des erreurs d’assignation de genre, où le genre choisi ne correspond pas à l’identité de genre de la personne. La circulaire du ministère de la santé précise bien d’inscrire « le sexe qui apparaît le plus probable compte tenu, le cas échéant, des résultats prévisibles d’un traitement médical. »

Ce ne sont pas aux corps de se conformer aux attentes de la société ou des cases dans lesquelles on veut les inscrire, mais à la société d’accepter les corps tels qu’ils sont. 

Par ailleurs, l’actuel projet de loi qui ouvre aux couples de femmes d’accès à la PMA n’a pas prévu l’établissement de la filiation des personnes transgenres ayant procréé de façon biologique. Ainsi, la suppression de la mention du sexe à l’état civil, qui n’a, dans notre société, plus aucun intérêt, permet de pallier ce manque qui a entraîné et entraînera pour les personnes concernées des contentieux longs, compliqués et iniques.