Fabrication de la liasse

Amendement n°29

Déposé le jeudi 7 janvier 2021
Discuté
Photo de madame la députée Annie Genevard
Photo de monsieur le député Éric Ciotti
Photo de monsieur le député Frédéric Reiss
Photo de monsieur le député Dino Cinieri
Photo de monsieur le député Pierre Cordier
Photo de monsieur le député Philippe Benassaya
Photo de monsieur le député Jean-Louis Thiériot
Photo de monsieur le député Charles de la Verpillière
Photo de madame la députée Sandra Boëlle
Photo de madame la députée Josiane Corneloup
Photo de madame la députée Anne-Laure Blin
Photo de monsieur le député Jean-Marie Sermier
Photo de monsieur le député Emmanuel Maquet
Photo de monsieur le député Jean-Luc Bourgeaux
Photo de monsieur le député Jean-Pierre Vigier
Photo de madame la députée Frédérique Meunier
Photo de monsieur le député Jean-Claude Bouchet
Photo de monsieur le député Bernard Bouley
Photo de monsieur le député Éric Pauget
Photo de madame la députée Geneviève Levy
Photo de monsieur le député Pierre-Henri Dumont
Photo de monsieur le député Jean-Yves Bony
Photo de monsieur le député Bernard Deflesselles
Photo de madame la députée Marianne Dubois
Photo de madame la députée Laurence Trastour-Isnart
Photo de madame la députée Valérie Beauvais
Photo de madame la députée Véronique Louwagie
Photo de monsieur le député Robert Therry
Photo de monsieur le député Jacques Cattin
Photo de monsieur le député Yves Hemedinger
Photo de monsieur le député Patrick Hetzel
Photo de madame la députée Nathalie Serre
Photo de monsieur le député Arnaud Viala
Photo de monsieur le député Raphaël Schellenberger
Photo de monsieur le député Bernard Perrut
Photo de monsieur le député Jean-Pierre Door
Photo de monsieur le député Gérard Menuel
Photo de monsieur le député Stéphane Viry
Photo de monsieur le député Robin Reda
Photo de madame la députée Émilie Bonnivard
Photo de madame la députée Constance Le Grip

À l’alinéa 2, substituer aux mots :

« immédiat d’atteinte à la vie ou à l’intégrité physique ou psychique, ou aux biens »

les mots :

« d’une particulière gravité que ne pouvait ignorer celui qui a diffusé des informations personnelles sur cette personne ».

Exposé sommaire

Le projet introduit dans le code pénal un article 223‑1-1 ainsi rédigé :

« Art. 223‑1-1. – Le fait de révéler, diffuser ou transmettre, par quelque moyen que ce soit, des informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle d’une personne permettant de l’identifier ou de la localiser, dans le but de l’exposer, elle ou les membres de sa famille, à un risque immédiat d’atteinte à la vie ou à l’intégrité physique ou psychique, ou aux biens, est puni de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

« Lorsque les faits sont commis au préjudice d’une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. »

Cette disposition présente une parenté certaine avec l’art 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale.

L’infraction créée par le projet repose en effet sur la réunion d’un élément matériel, consistant dans le fait de révéler, diffuser ou transmettre par quelque moyen que ce soit des informations permettant l’identification de personnes concernées et d’un élément intentionnel tenant à la transmission des informations « dans le but » d’exposer la personne ou les membres de sa famille, à un risque immédiat d’atteinte l’intégrité physique, psychique ou aux biens. Le Conseil d’État observe que le délit ne sera par conséquent caractérisé que s’il peut être établi une intention manifeste et caractérisée de l’auteur des faits de porter gravement atteinte à la personne dont les éléments d’identification sont révélés. Cette exigence est très forte et ne sera pas vérifiée dans nombre d’hypothèses, comme celle de la diffusion de la vidéo du père de famille accusateur de Conflans Sainte-Honorine. Or cette diffusion a joué son rôle bel dans l’assassinat de Samuel Paty. Elle a été au demeurant jugée « en lien » avec une action terroriste dans l’ordonnance de référé du CE relative à la fermeture de la mosquée de Pantin.

Le père de famille de Conflans-Sainte-Honorine éructant contre Samuel Paty dans sa vidéo dira - peut être sincèrement - qu’il n’avait pas l’intention de nuire à l’intégrité physique du professeur et des membres de sa famille, ni à leur santé mentale, ni à leurs biens. Dans bien des cas, l’intention ne pourra pas être établie. Si on veut ajouter quelque chose de véritablement utile au droit en vigueur, il faut une autre formule, qui se trouve d’ailleurs dans le code pénal (au chapitre des infractions non intentionnelles) : « exposer une personne à un risque d’une particulière gravité que ne pouvait ignorer celui qui a diffusé des informations personnelles sur cette personne ».