XVe législature
Session ordinaire de 2017-2018

Séance du mardi 30 janvier 2018

L’ordre du jour appelle les questions au Gouvernement. La parole est à Mme Valérie Rabault, pour le groupe Nouvelle Gauche. Monsieur le Premier ministre, un éleveur tarn-et-garonnais, avec soixante-quinze vaches laitières, travaille plus de dix heures par jour. Pour ce travail, il gagne à peine 400 euros nets par mois. D’ici à quelques jours, il risque de ne plus rien gagner du tout, donc de devoir mettre la clef sous la porte et de faire face à ses créanciers.
Pour quelle raison ? À cause de la refonte de ce que l’on appelle les zones défavorisées simples : un élevage dans une zone considérée comme défavorisée donne droit à une indemnité compensatrice de handicap naturel, appelée ICHN. Cette ICHN, qui va de 6 000 euros à 10 000 euros par an, est indispensable pour la survie de l’élevage dans nos territoires.
Depuis dix-huit mois, les organisations agricoles et les élus se battent pour maintenir l’ICHN là où elle est indispensable pour la survie de l’élevage ; et nous avions obtenu des avancées. Mais, le 20 décembre et surtout vendredi dernier, l’administration du ministère de l’agriculture a créé un séisme avec de nouvelles versions de cette carte. Si ces versions sont confirmées, elles feront disparaître la moitié des élevages dans beaucoup de nos départements : le Tarn-et-Garonne, le Gers, les Deux-Sèvres, les Landes, l’Ardèche, le Béarn…
Monsieur le Premier ministre, vous devez empêcher cela. Vous devez empêcher la mort de l’élevage français ! Vous devez empêcher les ronces de remplacer les vaches et nos territoires de se transformer en friches.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe NG.)
Monsieur le Premier ministre, mes demandes sont au nombre de quatre : venir voir par vous-même, en Tarn-et-Garonne par exemple, une exploitation ; mettre votre veto aux cartes révisées annoncées la semaine dernière ; demander immédiatement un moratoire à l’Europe – les Espagnols et les Allemands seraient d’accord – pour qu’une discussion globale ait lieu dans le cadre de la prochaine révision de la PAC – politique agricole commune – ; vous engager à sauver l’élevage français. (Applaudissements sur les bancs des groupes NG et GDR et sur de nombreux bancs du groupe LR.) La parole est à M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation. Madame la députée, nous avons déjà évoqué ce sujet ensemble à maintes reprises ; vous avez raison d’y revenir, car c’est un sujet d’importance pour nos agriculteurs et pour nos territoires.
Les zones défavorisées simples, dites ZDS, ont été définies à la fin des années 70 avec des critères socio-économiques qui ne correspondent plus vraiment à grand-chose aujourd’hui. Une révision était donc nécessaire pour pérenniser les soutiens pertinents aux agriculteurs de ces zones, car un rapport de la Cour des comptes de 2013 avait pointé l’utilisation de critères quelque peu disparates.
Le règlement européen relatif au développement rural a rendu cette révision obligatoire pour les États membres d’ici à 2019. Nous avons engagé un certain nombre de réflexions avec les professionnels agricoles et avec les régions sur les différents zonages.
Le zonage envisagé à l’issue du premier cycle de travail aboutissait à une carte très étendue par rapport à la carte actuelle, augmentant considérablement les besoins en crédits FEADER – Fonds européen agricole pour le développement rural –, lequel demeure une enveloppe fermée.
Il faut sauver l’élevage ! Cette carte ne pouvait être considérée comme soutenable budgétairement et la pertinence de certains critères était difficilement justifiable au niveau européen. Le Président de la République a donc annoncé, la semaine dernière, dans ses vœux au monde rural, que les zones de montagne seraient totalement préservées, et que les agriculteurs de montagne continueraient de percevoir leur ICHN. (Exclamations sur les bancs du groupe NG.)
Concernant les ZDS, les travaux doivent se poursuivre. Nous continuons le travail avec vous, avec les parlementaires, avec les élus. L’objectif du Gouvernement est de parvenir à une carte équitable et budgétairement soutenable, qui préserve nos zones d’élevage, dont la vôtre en particulier, dans un calendrier compatible avec son approbation en temps utile par la Commission européenne. Le travail est en voie de finalisation. La parole est à M. Laurent Saint-Martin, pour le groupe La République en marche. Monsieur le ministre de l’action et des comptes publics, nous allons, dans quelques instants, voter un projet de loi qui pose les bases d’un État au service d’une société de confiance. Propagande ! Grâce à ce texte, que nous avons longuement discuté et amendé en commission comme en séance publique, nous avons effectivement renforcé la confiance entre les usagers et l’administration. Pour l’instant, les usagers n’ont rien vu ! Ainsi, à partir de demain, une entreprise pourra solliciter de l’administration un contrôle « à blanc » afin de s’assurer de la conformité de ses pratiques avec la loi. (Exclamations sur les bancs du groupe LR.) À partir de demain, un usager pourra solliciter un référent unique pour avoir enfin une seule porte d’entrée face à la complexité de l’organisation des administrations. Enfin, les appels surtaxés seront supprimés à partir de 2020. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM.)
Toutes ces avancées sont extrêmement importantes pour nos concitoyens, mais je veux appeler votre attention, monsieur le ministre, sur un autre aspect au moins aussi important : la mise en application de ce texte. Il va y avoir plus de vingt-cinq décrets à publier, des expérimentations dont il faudra évaluer les résultats et des ordonnances à ratifier. Vous avez en face de vous des parlementaires ayant à cœur de suivre ce travail de près. C’est le sens du conseil de la réforme dont la création est prévue par le projet de loi.
Aussi, monsieur le ministre, j’aurai deux questions. Pouvez-vous nous assurer de la bonne coordination entre le pouvoir exécutif, les administrations et les parlementaires ? Vous engagez-vous à ce que les projets de loi à venir poursuivent la démarche de simplification engagée dans ce texte ?
La parole est à M. le ministre de l’action et des comptes publics. Monsieur le député, permettez-moi d’abord de saluer le travail que vous avez accompli, avec la présidente de la commission spéciale Sophie Errante et le rapporteur Stanislas Guerini, lors de l’élaboration d’un texte qui va en effet révolutionner la relation entre les entreprises, les contribuables et l’administration. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM.) Rien que ça ? Permettez-moi aussi de saluer l’ensemble de la représentation nationale puisqu’un tiers des 700 amendements discutés ont été adoptés, dont certains issus de l’opposition, que je voudrais également remercier pour le travail très important mené en commission spéciale comme pendant les trois jours de débat en séance publique. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM ainsi que sur quelques bancs des groupes LR, MODEM et UDI-Agir.)
Je ne reviendrai pas sur les mesures que vous évoquez, monsieur le député, puisque nous aurons tout à l’heure la joie de voir voter ce texte. Vous me posez la question du « service après-vote ». Beaucoup de mesures sont réglementaires ; beaucoup d’engagements ont été pris par le Gouvernement. Beaucoup de choix ont été faits dans les textes, mais aussi dans les têtes.
Le conseil de la réforme, issu de la représentation nationale et qui, si M. le Premier ministre le souhaite, siégera auprès de moi, suivra un par un tous les textes, décrets, ordonnances et autres mesures prises pour appliquer la loi. Nous aurons ainsi l’occasion de vérifier, texte par texte, que tout ce qu’a voté la représentation nationale, toutes les annonces faites aux Français au cours de la campagne présidentielle et des débats parlementaires, sera suivi d’effet.
On a co-construit avant ; on a beaucoup discuté pendant. Si, comme je l’espère, le Sénat adopte le projet de loi et dès lors que la commission mixte paritaire sera parvenue à un accord, nous pourrons nous préoccuper de l’après.
La circulaire du Premier ministre est extrêmement claire à cet égard : chacun des textes que le Gouvernement vous soumettra comportera un volet de simplification. Ce n’est que le début, continuons le combat !
(Applaudissements sur les bancs du groupe REM et sur plusieurs bancs des groupes MODEM et UDI-Agir.) La parole est à M. Damien Abad, pour le groupe Les Républicains. Monsieur le Premier ministre, je viens vous demander ici, au nom des Républicains, de faire de la dignité de nos personnes âgées une grande cause nationale. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LR et UDI-Agir.)
La situation dans la plupart des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, notamment dans mon département de l’Ain, est apocalyptique et indigne de la grandeur de la France. Des cadences infernales, des résidents déshumanisés, un personnel essoré : telle est la réalité et personne ne peut l’ignorer ! Merci Bachelot ! Les 35 heures ont tué l’hôpital public (Protestations sur les bancs des groupes NG et GDR) et la grève d’aujourd’hui est avant tout le reflet d’un mal-être sans précédent du personnel de santé. La France des EHPAD, des maisons de retraite et des hôpitaux de proximité est une France qui souffre et, à travers elle, c’est la France des retraités qui souffre.
Elle souffre d’autant plus que votre politique fiscale, à travers la hausse de la CSG, diminue fortement le pouvoir d’achat des retraités
(« Caricature ! »sur les bancs du groupe MODEM) , au moment même où les tarifs journaliers des EHPAD augmentent. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)
Loin de réduire la fracture médicale, vous y avez ajouté par votre politique une nouvelle fracture, la fracture générationnelle. Au nom de la représentation nationale, je veux ici dénoncer solennellement cette atteinte à la dignité humaine.
Monsieur le Premier ministre, vous êtes garant des droits fondamentaux de nos aînés. Chaque jour, ces derniers sont bafoués dans nos établissements faute de moyens. Chaque jour, on ne consacre qu’un quart d’heure à la toilette, l’habillement et le petit-déjeuner de nos aînés.
Quelle honte ! Ce n’était pas le cas avant juin ? Il y a urgence à passer du discours aux actes pour en finir avec un système médical à bout de souffle ; urgence à aller bien au-delà des 50 millions d’euros supplémentaires qui correspondront à une aide journalière de vingt-cinq centimes par personne âgée.
Ma question est simple : à quand un véritable plan Marshall de la dépendance visant à sauver nos EHPAD, à conforter nos personnels de santé et à répondre à l’enjeu de la dignité des personnes âgées ?
(Applaudissements sur les bancs du groupe LR.) La parole est à Mme la ministre des solidarités et de la santé. Vous avez raison, il est très important pour notre société de réfléchir à l’avenir de nos personnes âgées dépendantes. Ça commence bien ! J’ai pris conscience en arrivant dans ce ministère de la difficulté de travailler dans un EHPAD et nous avons, dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, pris la mesure des besoins en personnels… Pas du tout ! …en augmentant de 100 millions d’euros les budgets alloués à la charge en soins pour les personnels travaillant dans les EHPAD. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.) C’est sans doute pour ça qu’ils sont en grève ! Nous avons deux priorités : la qualité de vie au travail des personnels travaillant dans ces établissements… C’est raté ! …et évidemment la qualité de vie des résidents. C’est raté aussi ! Pour améliorer la qualité de vie des personnels nous avons mis en place une commission (Exclamations sur les bancs du groupe LR) qui doit nous faire des recommandations quant à l’attractivité des carrières professionnelles dans les EHPAD. Quatre mois et demi pour cela ? Enfin, nous avons alloué une enveloppe particulière de 50 millions d’euros à l’accompagnement des EHPAD en difficulté. Cette enveloppe sera à la main des agences régionales de santé et permettra d’accompagner les EHPAD qui auront besoin de personnels supplémentaires.
Nous avons également, par des enveloppes spécifiques, favorisé la télémédecine dans les EHPAD.
À quoi bon, sans le très haut débit ? Il faut des gens, pas des écrans ! Nous avons ajouté 10 millions d’euros pour la création de postes d’infirmières de nuit.
Vous avez raison, la dépendance, qui est aujourd’hui financée par les départements,…
Les départements n’ont aucun moyen ! …nécessite une réflexion particulière. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM. - « Scandaleux ! » sur les bancs du groupe LR.) La parole est à Mme Sarah El Haïry, pour le groupe du Mouvement démocrate et apparentés. Madame la ministre des solidarités et de la santé, de nombreux EHPAD de notre pays sont en grève et le cri de colère est aujourd’hui un peu plus fort. Les personnels sont usés, ils sont mal rémunérés alors que leur travail est pourtant l’un des plus essentiels de notre société : accompagner nos aînés, nos parents, nos grands-parents dans leurs vieux jours. Les Français confient leurs aînés à ces gens dévoués qui, aujourd’hui, sont en colère car on ne leur donne pas les moyens de s’occuper de nos parents avec dignité et humanité.
Le système de calcul des aides, avec le barème des GIR – Groupe Iso Ressources – pousse à augmenter la dépendance de nos aînés pour avoir plus de moyens pour fonctionner. Vous vous rendez compte, madame la ministre ? Là où un personnel soignant aimerait accompagner un ancien à la salle à manger en lui tenant le bras – ce qui lui permettrait de garder une plus grande mobilité – eh bien, en France, notre système incite à mettre cet ancien dans un fauteuil roulant, ce qui contribue à entraîner une perte d’autonomie ! Cela n’est qu’un petit exemple qui montre à quel point le système actuel n’encourage pas la prévention et le maintien dans une faible dépendance.
Hypocrites ! Alors, une annonce de 50 millions, madame la ministre, ce n’est pas rien, je vous l’accorde, mais c’est un système qu’il faut revoir car ce n’est pas un cri de colère que je pousse aujourd’hui ; c’est un cri d’alarme ! Les baby boomers d’avant-hier, les papy boomers d’hier ne tarderont pas à entrer dans ces maisons de retraite, et non pas dans ces établissements car, madame la ministre, on parle d’un lieu de vie, du futur lieu de vie de nos parents et grands-parents ! Qui souhaite vivre dans un établissement au lieu d’une maison ? Nous rêvons d’une maison où le temps, puisque c’est ce qu’il leur reste, doit être respecté et doit compter dans le montant des aides que nous attribuons.
Madame la ministre, envisagez-vous de repenser les systèmes de calcul des GIR et des GMP – le GIR moyen pondéré – qui ne donnent pas assez de temps, car c’est ce que l’on réclame aujourd’hui…
Merci, madame la députée. … : du temps pour manger, du temps pour se déplacer, du temps pour se laver. (Applaudissements sur les bancs des groupes MODEM ainsi que sur plusieurs bancs des groupes REM, UDI-Agir et LR). La parole est à Mme la ministre des solidarités et de la santé. Madame la députée, ce sujet est évidemment extrêmement sensible à plusieurs titres. Il est en effet primordial pour nous d’adapter nos EHPAD aux évolutions de la société, notamment aux évolutions démographiques. À l’austérité, surtout ! Concernant le modèle de financement, la réforme initiée en 2017 sera maintenue. L’État l’accompagnera en augmentant le volume des crédits alloués aux soins de 400 millions d’euros, dont 100 millions dès cette année. Cela, c’est l’inflation ! Je nommerai très prochainement M. Pierre Ricordeau comme médiateur afin d’expertiser les appréciations divergentes entre les services ministériels et les fédérations d’établissements sur les conditions de déploiement de cette réforme.
Je souhaite que le médiateur examine la situation effective que connaissent quelques départements. À partir de ses conclusions, je me garde la possibilité d’arbitrer sur la base de toutes les mesures qui pourront s’inscrire après débat et avec l’ensemble des parties dans le sens d’une amélioration de la simplification de la réforme et de sa lisibilité.
Au total, je rappelle que rien que pour 2018, près de 160 millions supplémentaires ont été alloués aux EHPAD et que des actions ciblées seront menées pour accompagner ceux d’entre eux qui sont le plus en difficulté.
Parallèlement, j’ai demandé aux agences régionales de santé, en lien avec les conseils départementaux,…
Ils n’ont plus d’argent ! …d’examiner de façon prioritaire la situation des EHPAD repérés en vue, notamment, de leur apporter un soutien financier exceptionnel. Avec quel argent ? Je rappelle que les effets de la réforme de la tarification dépendent aussi de la manière dont les départements appliquent le texte et financent les EHPAD via l’APA – allocation personnalisée d’autonomie. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.)
Je reste convaincue que les EHPAD restent l’une des réponses aux défis de la prise en charge du grand âge, mais que ce n’est pas la seule. Les personnes âgées méritent mieux que la flûte de Pan ! Nous devons penser l’avenir en faisant évoluer le modèle d’accompagnement de nos personnes âgées. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) Quatre mois et demi pour monter une commission ! La parole est à M. Jean-Paul Lecoq, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine. Monsieur le Premier ministre, lors de la dernière séance de questions au Gouvernement, deux questions ont été posées à propos de l’intervention de l’armée turque à Afrine, en Syrie, qui aurait occasionné chez les civils, le 27 janvier, 86 morts et 198 blessés.
Rappelant les exactions commises par l’armée turque sur ce territoire regroupant un très grand nombre de réfugiés qui ont fui Daech et le Front Al Nosra, mes collègues ont souhaité connaître les actions diplomatiques que la France allait mener en direction du régime turc et son opération de nettoyage ethnique contre les Kurdes sur le sol syrien, en violation complète du droit international. Ils n’y ont trouvé qu’une vague explication de la situation locale. Les députés communistes ont été choqués…
Nous aussi ! …par l’absence de réponse claire du ministre des affaires étrangères : pas une once d’humanité dans la réponse du ministre ! Pas un seul mot de soutien à l’égard des combattantes et combattants kurdes qui se sont battus pied à pied pour lutter contre Daech ! Pis encore, M. Le Drian a même expliqué dans la presse que la Turquie est impliquée à Afrine « pour sa propre sécurité ».
Ainsi, vous cautionnez des crimes de guerre. Que cache cette attitude ? Monsieur le Premier ministre, pourriez-vous condamner fermement et officiellement l’action de l’armée turque en ce moment dans la région d’Afrine en Syrie et pourriez-vous nous dire quelles actions compte mener la France, outre la condamnation sur un plan diplomatique – par exemple, exiger la libération non seulement des députés, des maires et autres élus, mais également des journalistes qui, parce qu’ils contestent le régime d’Erdogan, se retrouvent jugés et emprisonnés, pour certains pendant des dizaines d’années, pour entreprise terroriste ?
(Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et FI, ainsi que sur plusieurs bancs des groupes NG, UDI-Agir et LR.) La parole est à M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères. Monsieur le député, vous avez fait référence à mes réponses de la semaine dernière ; celles de cette semaine ne vont pas changer. C’est bien dommage ! Nous comprenons que la Turquie veuille sécuriser sa frontière (Vives protestations sur les bancs des groupes GDR et FI)… Ponce Pilate ! C’est incroyable ! …et combattre les groupes terroristes qui s’y trouvent – et, comme vous le savez, puisque vous connaissez le sujet, ils sont nombreux.
Nous ne pouvons néanmoins valider que cela se fasse au détriment des populations civiles
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM) , d’autant plus qu’il s’agit souvent de réfugiés et de personnes déplacées, et il y en a plusieurs centaines de milliers. C’est une honte ! Par ailleurs, si d’aventure la Turquie menait des opérations à des fins d’occupation territoriale ou de conquête, alors elle serait totalement condamnable. Bombarder, ça va ! Ce sont ces deux points-là que nous avons fait valoir aux autorités turques – le Président de la République a eu l’occasion de le dire à M. Erdogan. Vous déshonorez la France ! Au-delà, monsieur le député, il ne faut pas se le cacher, et vous le savez, il y a aussi en Syrie la situation de la Ghouta ouest, la situation d’Idlib. La résolution de cette crise passera par l’urgence d’une solution prise sous l’égide des Nations unies, à Genève. Et ceux qui ont battu Daech n’ont pas d’importance ? C’est une honte ! Tel est l’objectif immédiat de la France. Cela ne se passe pas à Sotchi, cela doit se passer à Genève. (Vives protestations sur les bancs du groupe FI.– Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.)) C’est un scandale ! Monsieur Coquerel, si vous souhaitez poser une question sur ce sujet, ou sur n’importe quel autre, vous vous faites désigner par votre groupe à cette fin ! (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à Mme Émilie Guerel, pour le groupe La République en marche. Ma question s’adresse à Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des armées.
Madame la secrétaire d’État, au cours de la campagne présidentielle, le Président de la République a souhaité que soit mis en place un service national universel. Ce service doit permettre à tous les jeunes Français de se former à la citoyenneté et de faire l’expérience de la mixité sociale.
Cette réforme intéresse l’ensemble des Françaises et des Français. Nombreux sont ceux qui m’interpellent à ce sujet, lors de réunions publiques ou sur les marchés. Le service national suscite l’intérêt d’une jeunesse désireuse de s’engager et l’espoir de tous nos concitoyens, qui appellent plus que jamais à une cohésion nationale renforcée.
Lors de ses vœux aux armées à Toulon, le Président de la République a annoncé que la refonte du service national serait menée à son terme. La semaine dernière, lors de ses vœux aux armées, Mme Florence Parly a elle aussi rappelé son attachement à ce projet.
Aujourd’hui, plus que jamais, l’Assemblée nationale se mobilise. Ma collègue Marianne Dubois et moi-même menons actuellement une mission d’information visant à fournir des préconisations sur ce projet. C’est une mission qui dépasse les clivages partisans, parce que le service national nous concerne tous et que l’avenir de notre jeunesse intéresse la nation tout entière. Nous ferons bientôt part des conclusions de nos travaux
(« Quand ? » sur plusieurs bancs du groupe LR) et nous avons à cœur que ce projet, qui est en train de voir le jour, soit à la fois ambitieux et réaliste. Nous voulons voir vos conclusions ! Il ne faut pas mettre la poussière sous le tapis ! Pourtant, malgré l’engagement explicite du Président de la République, malgré votre engagement clair et sans ambiguïté, malgré la mobilisation de la représentation nationale, certains laissent entendre que le projet n’avance pas.
Madame la secrétaire d’État, pourriez-vous nous indiquer comment le Gouvernement entend mener à bien la refonte du service national universel ?
(Applaudissements sur les bancs du groupe REM, sur quelques bancs des groupes MODEM et UDI-Agir ainsi que sur de nombreux bancs du groupe LR.) Très bonne question ! La parole est à Mme la secrétaire d’État auprès de la ministre des armées. Madame la députée, vous avez raison, le service national est un vrai projet de société, un projet ambitieux souhaité par le Président de la République et qui s’inscrira dans un cadre interministériel.
Le Président de la République a souhaité que l’année 2018 soit celle de l’engagement, et le service national universel est l’un des volets de cette ambition. Il sera un temps où la jeunesse pourra, en commun, approfondir la citoyenneté et l’esprit de défense, faire l’apprentissage des gestes qui sauvent et participer ainsi activement à la protection de la nation, mais également donner de son temps pour autrui.
Ce n’est pas la question ! Vous ne lisez pas la bonne fiche ! Il sera aussi un temps qui permettra à toute une génération de faire une expérience commune et fédératrice d’engagement, ce qui participera à la cohésion de la nation, au-delà des différences d’origine, de sexe, de milieu et d’histoire. Vous l’avez déjà dit ! Le Gouvernement a fait établir un état des lieux des dispositifs existants. Sur cette base, de nouveaux travaux doivent être menés. Quand et comment ? Tous les ministères concernés sont appelés à réfléchir sur le sujet (Rires et exclamations sur les bancs du groupe LR) et, pour notre part, avec Florence Parly, nous y travaillons activement. Nous rencontrons de nombreux interlocuteurs intéressés par ce projet. (Mêmes mouvements.) Beaucoup semblent impatients d’en entendre les détails, y compris sur ces bancs. Il vous reste justement quelques secondes pour nous les donner, ces détails ! Nous ne sommes qu’au début du processus d’élaboration et nous préférons poser des bases solides, plutôt que de céder à la précipitation. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.) Ce sera prêt en 2022 ! Ce que je veux vous confirmer aujourd’hui, c’est la détermination du Gouvernement de voir aboutir ce projet, sans rien lui faire perdre de son ambition.
Je souhaite vous remercier, madame la députée, ainsi que Mme Marianne Dubois et tous les membres de la mission d’information, de vous être emparés de ce sujet.
(Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM – Exclamations sur quelques bancs du groupe LR.) N’importe quoi ! C’est de l’enfumage macroniste ! La parole est à M. Sébastien Leclerc, pour le groupe Les Républicains. Monsieur le Premier ministre, le 15 janvier 2018, dans un rapport remis à la garde des sceaux, des orientations dangereuses quant à l’organisation de notre système judiciaire ont été prônées. Dangereuses ? Catastrophiques, même ! On veut siphonner les juridictions ! Outre le regroupement des cours d’appel à l’échelle des nouvelles régions, le rapport préconise également une réorganisation des ressorts des tribunaux de grande instance à l’échelle des départements pour créer, dans chacun d’entre eux, un unique tribunal judiciaire de première instance. C’est une très bonne question ! Les orientations de ce rapport augurent de la prochaine réforme de la justice que vous entendez conduire. Cela signifie que plus de la moitié des départements français vont perdre soit un tribunal de grande instance, soit le siège d’une cour d’appel. Très juste ! Après les fermetures des succursales de la Banque de France et des perceptions qui disparaissent par dizaines chaque année, après la fermeture de l’accès au public des sous-préfectures, entendez-vous poursuivre ainsi le démantèlement des services publics dans les territoires, en dehors des chefs-lieux de département ou de région ? (Applaudissements sur quelques bancs du groupe GDR.) Très bien ! Un tribunal, dans une ville moyenne comme Lisieux, c’est un accès facilité pour nos concitoyens, à une distance raisonnable, ce sont des magistrats, des personnels du ministère de la justice, plusieurs dizaines d’avocats, qui font également travailler des collaborateurs. Bref, c’est tout une économie des métiers du droit dont l’implantation même serait menacée en cas de fermeture. Très bien ! Et de grâce, monsieur le Premier ministre, ne reprenez pas à votre compte le slogan malhonnête qui figure dans le rapport remis à la garde des sceaux, où l’on tente de nous endormir en nous faisant croire qu’aucun site judiciaire ne fermera. Chacun comprend qu’un tribunal qui perdrait 80 % de ses attributions, même si l’on y maintenait ses compétences de base, n’aurait pas le même impact en termes de service public, ni en termes d’activité économique. Très bien ! C’est vous qui avez fermé les tribunaux ! Monsieur le Premier ministre, vous venez déjà de demander d’énormes efforts à nos concitoyens qui vivent à la campagne et qui vont dépenser 500 euros de plus cette année pour aller travailler en voiture et pour chauffer leur maison. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur quelques bancs du groupe UDI-Agir.)
Ma question est donc très simple : quelle suite entendez-vous donner à ce rapport ? Envisagez-vous vraiment de demander aux Français de faire plusieurs centaines de kilomètres, sur des routes limitées à 80 kilomètres à l’heure, en utilisant un carburant taxé à 90 %, simplement pour défendre leurs droits ? (Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur quelques bancs des groupes UDI-Agir, NG, FI et GDR.) La parole est à Mme la garde des sceaux, ministre de la justice. …et de l’injustice territoriale ! Faites attention à vos propos, madame la ministre, vous êtes enregistrée ! Monsieur le député, à votre excellente question, permettez-moi d’apporter les réponses suivantes.
Il est vrai que le rapport qui m’a été remis par M. Dominique Raimbourg et M. Philippe Houillon formule un certain nombre de propositions, qui sont le fruit d’une large consultation, fondée sur l’audition de plus de 200 personnes et l’exploitation de très nombreuses contributions écrites.
Ce sont des pistes de travail, sur lesquelles je vais m’appuyer pour formuler des propositions, qui seront soumises à concertation.
(« Ah ! » sur les bancs du groupe LR.) Ces pistes de travail reposent sur le postulat que M. le Premier ministre et moi-même avions fixé, à savoir qu’aucun site, ni aucun tribunal ne seraient fermés. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes REM et MODEM – Exclamations sur les bancs du groupe LR.) Mais vous les siphonnez ! Ainsi, monsieur le député, aussi bien à Caen qu’à Lisieux ou à Vire, vous conserverez un tribunal. Je tenais à le préciser ici. La question n’est pas là ! Le rapport suggère de distinguer entre des « tribunaux judiciaires » – ce serait la nouvelle appellation – et des tribunaux judiciaires de proximité. Les premiers géreraient le contentieux complexe, celui qui exige de la collégialité et des juges spécialisés. Les seconds, qui resteraient implantés partout, géreraient pour leur part le contentieux du quotidien, comme les affaires familiales ou celles touchant les baux d’habitation, ainsi que le contentieux pénal simple. C’est une arnaque ! Si je suivais les propositions du rapport, chaque tribunal conserverait donc du contentieux pénal et du contentieux civil. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.) Bravo ! La parole est à Mme Anne-Laure Cattelot, pour le groupe La République en marche. Monsieur le ministre de l’économie et des finances, hier matin, le tribunal de grande instance de Strasbourg a choisi les Germano-Suisses de Schmolz et Bickenbach pour reprendre les sites d’Ascometal, ex-filiale d’Usinor. Or, ce plan fait l’impasse sur Ascoval, l’aciérie de Saint-Saulve, rayonnant sur un large bassin économique dépassant les frontières du Nord. Ce site fait partie intégrante du paysage industriel français, en produisant des aciers spéciaux pour les marchés de l’automobile, de la mécanique et de l’énergie.
Si je suis fière que la France relève la tête en matière industrielle, comme en témoigne l’augmentation de la production manufacturière de 2,5 % entre 2016 et 2017 et l’arrêt des destructions d’emplois dans ce secteur stratégique pour notre économie, ce dossier m’inquiète. Alors que le Président de la République est venu chez Toyota dans le Nord annoncer la création de plus de 700 emplois, 300 salariés d’Ascoval sont aujourd’hui menacés de licenciement.
Le Président ne se déplace que pour les bonnes nouvelles ! Oui, Liberty, le candidat non retenu, apparaissait aux yeux des responsables politiques locaux et d’une majorité des salariés le mieux disant à tous les niveaux pour la reprise du site de Saint-Saulve et le maintien de la quasi-totalité des salariés. Toutefois, dans l’industrie, on ne peut être léger sur le contenu du projet industriel et le plan de financement, deux éléments essentiels qui ont relégué Liberty à la deuxième place. En effet, face aux 195 millions d’euros investis sur fonds propres par Schmolz, Liberty n’a proposé que 10 millions d’euros dans son offre et des débouchés commerciaux incertains.
Je salue un repreneur solide pour les cinq sites d’Ascometal et leurs 1 350 salariés à travers la France : à Dunkerque, à Saint-Etienne, en Meurthe-et-Moselle, en Moselle et dans les Bouches-du-Rhône. Concernant Saint-Saulve, monsieur le ministre, nous ne pouvons baisser les bras et attendre que le rideau se ferme, surtout quand de nombreux industriels français ont besoin d’aciers spéciaux pour leur production.
Monsieur le ministre, à la suite de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui, comment pouvons-nous donner un avenir à ce site et aux familles qui dépendent de cette activité ? Faisons en sorte que le four et la forge ne s’arrêtent pas !
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à M. le ministre de l’économie et des finances. Madame la députée, toutes mes pensées vont vers les 300 salariés du site d’Ascoval à Saint-Saulve. Je veux leur dire ici, devant la représentation nationale, que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour garantir la pérennité du site. (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe FI.) On a déjà entendu ça ! Ce n’est pas suffisant ! Il y a eu une décision de justice : entre deux offres de reprise, celle de Liberty et celle du germano-suisse Schmolz, le tribunal de grande instance de Strasbourg a choisi la seconde. Permettez-moi tout simplement de respecter les décisions de justice et de faire avec, tout en garantissant la pérennité du site. C’est le ministère du renoncement ! J’ai entendu les inquiétudes des salariés. J’ai réuni ce matin, avec Delphine Gény-Stephann, tous les élus locaux, le président de la région, vous-même, et les deux industriels concernés – Vallourec et l’entrepreneur industriel germano-suisse Schmolz – pour leur demander de trouver un accord garantissant la pérennité du site pendant l’année qui vient, dans des conditions industrielles soutenables.
Nous avons obtenu, de la part de Schmolz et de Vallourec, des engagements sur les volumes et les prix, qui garantissent la pérennité du site d’Ascoval pour l’année qui vient.
Et que se passera-t-il l’année suivante ? C’est une bonne nouvelle pour les 300 salariés d’Ascoval.
Ensuite, ce qui compte, c’est d’avoir une solution pour le long terme et de travailler, dès maintenant, à chercher des repreneurs garantissant une reprise dans des conditions satisfaisantes pour les salariés. Dès demain, le commissaire à la réindustrialisation, M. Floris, se rendra sur le site pour rencontrer les salariés. Nous organiserons une deuxième réunion de travail, la semaine prochaine, au ministère de l’économie et des finances. Nous ne relâcherons jamais nos efforts, sur ce site industriel comme sur les autres, pour garantir l’emploi et la pérennité de l’activité.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à Mme Gisèle Biémouret, pour le groupe Nouvelle Gauche. Madame la ministre des solidarités et de la santé, notre modèle des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes – EHPAD – et de l’aide à domicile est au bord de l’implosion. Vous étiez au pouvoir, avant ! Non, il ne fait plus bon vieillir en France. Les niveaux de dépendance, l’accroissement des besoins, le détonateur de la suppression des contrats aidés aboutissent à des contraintes budgétaires croissantes qui ne sont plus supportables.
Le personnel souffre d’un sous-effectif patent et de conditions de travail qui le conduisent à l’épuisement total et à l’usure. Les accidents du travail en EHPAD seraient deux fois supérieurs à la moyenne nationale. Du côté des résidents, le reste à charge, après perception des aides, est évalué à 1 758 euros par mois par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques – DREES –, alors que la pension de retraite moyenne est de 1 376 euros bruts. Et l’étude ne tient pas compte de la hausse de la contribution sociale généralisée – CSG –, que vous venez de mettre en place.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe NG.)
En définitive, tout le monde est perdant.
Aujourd’hui, un mouvement unitaire inédit, regroupant l’ensemble des syndicats et l’association des directeurs d’établissements, se mobilise pour dénoncer les conditions de travail et la précarité extrême des personnels. Vous avez annoncé, vendredi dernier, une enveloppe supplémentaire de 50 millions, presque comme une faveur. Mais comment les autorités régionales de santé – ARS – vont-elles dispatcher une telle enveloppe ? Votre gouvernement a offert 4 milliards au 1 % des plus riches. Avec 4 milliards, on peut créer 100 000 postes de fonctionnaires intervenant auprès des personnes âgées, comme l’indique l’économiste Thomas Porcher. Être bienveillant, c’est d’abord se préoccuper des plus fragiles.
Madame la ministre, vous avez désormais la responsabilité d’apporter une réponse pour restaurer la dignité due à nos personnes âgées et garantir le respect des personnels.
(Applaudissements sur les bancs du groupe NG.) La parole est à Mme la ministre des solidarités et de la santé. Madame la députée, vous avez raison, les EHPAD sont aujourd’hui confrontés à deux sujets. D’abord, 80 % des EHPAD sortiront gagnants de la réforme de la tarification et de l’accompagnement financier qui va avec. Ensuite, ces établissements sont confrontés au problème général et de long terme de l’accompagnement de la dépendance dans notre pays. J’ai demandé au Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie et au Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge un rapport sur le problème de la dépendance et sur le modèle des EHPAD de demain, qui devront être davantage ouverts sur la ville et être conçus comme des plateformes de services pour accompagner nos aînés.
Mais revenons-en à la réforme actuelle des EHPAD. Je rappelle que 160 millions d’euros ont été alloués aux établissements en difficultés, et que les EHPAD publics, qui peuvent perdre davantage, bénéficieront d’un plan d’accompagnement. Nous allons travailler avec les conseils départementaux pour identifier les établissements qui doivent bénéficier en priorité d’aides particulières. Nous allons missionner l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux et renforcer les agences régionales de santé pour aider les EHPAD à se restructurer. En effet, certains sont en difficultés, car ils sont trop isolés et n’ont pas la masse critique pour être rentables.
Ce n’est pas une question de rentabilité ! Nous l’avons dit, la question de la qualité de vie au travail est une question essentielle : un comité travaille aujourd’hui au ministère avec l’ensemble des parties prenantes pour faire des propositions notamment sur les évolutions de carrière et leur attractivité.
En outre, j’ai opéré une profonde refonte de l’évaluation des EHPAD : l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux – ANESM – a fusionné avec la Haute autorité de santé, qui veillera à mieux évaluer la performance, mais surtout la bientraitance dans les établissements.
Enfin, je souhaite que la Haute autorité de santé me fasse des propositions, dès cet été, pour lancer des enquêtes de satisfaction dans les EHPAD, comme c’est le cas actuellement dans les hôpitaux. Les résultats seront, bien entendu, rendus publics. Vous le voyez, l’État s’engage.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à M. Roland Lescure, pour le groupe La République en marche. Monsieur le ministre de l’économie et des finances, il y a une semaine, vous étiez au forum économique mondial de Davos aux côtés du Président de la République… Les super-riches parlent aux super-riches ! …qui s’est montré très clair : il faut redonner un sens à la mondialisation et tous les acteurs, publics et privés, doivent s’y engager. Pour refonder un nouveau contrat mondial, il faut investir dans l’éducation et dans la formation, partager la valeur et les ressources, protéger les individus et la planète.
Nous vivons un tournant exceptionnel. Même Larry Fink, patron de BlackRock, le plus important gestionnaire d’actifs au monde et, pour beaucoup, le symbole du capitalisme financier mondial, a récemment écrit à tous les dirigeants de sociétés pour les exhorter à adopter un nouveau modèle.
Selon lui, les entreprises doivent non seulement produire des résultats financiers – eh oui ! 
(Exclamations sur plusieurs bancs du groupe FI) – , mais aussi montrer comment elles apportent une contribution positive à la société. Leurs activités doivent bénéficier à l’ensemble des parties prenantes : les actionnaires évidemment, mais aussi les salariés et les clients, ainsi que les communautés dans lesquelles elles opèrent. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe REM.)
Au moment où nous préparons le projet de loi PACTE – plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises –, dans le cadre d’une méthode innovante saluée par tous – une consultation publique qui s’achève lundi prochain –, la question du rôle de l’entreprise se pose désormais avec acuité. Il y va de la pérennité de notre modèle économique et social. Si avec tout cela il ne devient pas secrétaire d’État… Monsieur le ministre, j’ai à vous poser non pas une mais quatre questions. Êtes-vous prêt à simplifier radicalement la vie des entreprises françaises, pour leur permettre d’investir, de créer de la valeur et des emplois et d’atteindre ainsi la taille critique permettant de bénéficier de la mondialisation ? (Rires sur les bancs des groupes GDR et FI.) Quelle pauvre question ! Êtes-vous prêt à participer à la refondation du contrat mondial, en créant de nouveaux mécanismes de partage de la valeur ? Les réponses sont dans les questions ! Êtes-vous prêt à pousser les entreprises à s’engager et à contribuer à la société, quitte à redéfinir l’objet social de l’entreprise ? Il ne suffit pas d’être prêt, il faut agir ! Pour résumer, êtes-vous prêt, monsieur le ministre, à aider l’entreprise française à entrer définitivement dans le XXIsiècle ? (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.) La parole est à M. le ministre de l’économie et des finances. Merci aux députés, merci aux sénateurs, merci aux chefs d’entreprises, merci aux salariés, merci aux milliers de Français (Applaudissements sur les bancs du groupe REM - Exclamations sur les bancs des groupes GDR et FI) qui ont participé à la préparation du projet de loi sur la croissance et la transformation des entreprises, parce que c’est de cette manière que nous le concevons : seule la participation de tous permettra de produire un bon texte.
Je donnerai un chiffre : 1,92 % de croissance en 2017. C’est le meilleur chiffre de l’économie française depuis six ans.
(Applaudissements sur les bancs du groupe REM. - Exclamations sur les bancs des groupes NG, FI et GDR, ainsi que sur plusieurs bancs du groupe LR.) Merci la gauche ! Merci Valls ! Merci François Hollande ! J’aimerais que cette croissance profite non pas aux entreprises étrangères mais à nos propres entreprises. J’aimerais, et nous aimerions tous ici, que nos entreprises puissent croître, puissent investir, puissent innover, puissent se moderniser et puissent se digitaliser, pour être encore plus conquérantes et créer plus d’emplois en France pour les Français. C’est l’objectif du projet de loi PACTE.
Pour cela, nous sommes prêts à transformer le financement des entreprises pour le rendre meilleur. Nous sommes prêts à simplifier des règles, simplifier des normes,…
Simplifier les licenciements. …pour faciliter la vie des entrepreneurs, et leur permettre de créer un plus grand nombre d’emplois. Nous sommes prêts à simplifier les seuils sociaux et les seuils fiscaux avec, pour seul objectif, de permettre aux TPE et PME, qui sont bloquées par ces seuils, de créer davantage d’emplois sans plus en être empêchées par des obligations qui ne sont pas fondamentales. Nous sommes prêts à améliorer la transmission des entreprises pour permettre au capitalisme familial, ancré dans nos régions et dans nos territoires, de se développer et de garantir la stabilité de l’économie et de l’emploi au bénéfice des Français.
Tel est l’objet du projet de loi PACTE, qui un grand projet du Président de la République, du Premier ministre et de toute la majorité, visant à donner à la France la puissance économique dont elle a besoin pour l’emploi.
(Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM.) La parole est à M. François Ruffin, pour le groupe La France insoumise. Durant les vacances de Noël, la mère d’une amie, âgée de 90 ans, est tombée chez elle. Les pompiers l’ont conduite à l’hôpital d’Amiens, au service gériatrique. Dès son arrivée, les soignantes l’ont prévenue : « Nous ne sommes que trois pour trente patients. Nous n’aurons pas le temps de nous occuper de vous. » Cette promesse a été tenue. Si, durant son séjour, son plateau-repas lui fut servi, sans aide, l’assiette demeurait intacte devant elle. Le bassin pour ses besoins fut longuement oublié sous ses fesses. Lorsqu’elle eut soif, on estima qu’elle avait assez bu comme ça. Quand finirez-vous les effets de théâtre ? Souvent, cette vieille femme pleurait. Mais elle n’était pas la seule : les soignantes, elles aussi, pleuraient. Au fil de la semaine, elles se confièrent à mon amie : « Cet après-midi, nous avons eu une réunion de service. On a dit à notre chef qu’on n’en pouvait plus, qu’on faisait mal notre travail, que les patients étaient mal soignés. Ils nous répondent plan de retour à l’équilibre. On pleure et ils nous parlent budget ! » (« Arrêtez ! » sur les bancs du groupe REM. - « Il a raison ! » sur les bancs du groupe FI.)
Madame la ministre des solidarités et de la santé, c’est une scène ordinaire des hôpitaux et des EHPAD français. Partout, à Paris, à Bordeaux, à Marseille, à Strasbourg, les hôpitaux craquent. Les médecins s’alarment. Qu’avez-vous à leur offrir ? De la compassion, ça oui, vous en avez, et, je l’admets, cela vaut mieux que le mépris. Mais que prévoit, concrètement, votre budget de la Sécurité sociale ? Zéro création de poste et 1,6 milliard d’économies, alors que, rappelons-le, il faut toujours le rappeler, et nous comptons bien vous le rappeler durant cinq années, cet automne, vous avez trouvé 5 milliards en toute urgence. Mais c’était pour les riches, afin de supprimer leur impôt sur la fortune. (Applaudissements sur les bancs des groupes FI et GDR - Exclamations sur les bancs du groupe REM.) Pour les pauvres, c’est toujours en millions, pour les riches, en milliards.
Alors, madame Buzyn, nous vous le demandons : délaissez un instant les belles paroles. Ne me répondez même pas – pas un mot, pas une phrase, je n’en serai pas outré. Faites simplement un geste : sortez le carnet de chèque pour les patients de ce pays.
(Applaudissements sur les bancs des groupes FI, NG et GDR. - Exclamations sur les bancs des groupes REM et LR.) La parole est à Mme la ministre des solidarités et de la santé. Monsieur le député, vous pointez une réalité ancienne dans nos établissements de santé, que nous avons tous eu à connaître dans notre vie personnelle et familiale. C’est pourquoi j’ai, pour les personnes hospitalisées ou celles qui travaillent dans ces établissements, non seulement, comme vous l’avez souligné, de la compassion, mais également un profond respect, un profond respect pour ces fonctionnaires dévoués, qui sont totalement investis auprès des personnes malades ou âgées. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM ainsi que sur de nombreux bancs des groupes LR et UDI-Agir.)
Que leur apporter ? Je souhaiterais leur apporter une réponse de long terme. C’est pourquoi je réfléchis à une transformation de notre système de santé visant à le rendre pérenne et efficient. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM.) On vous demande non plus de réfléchir mais d’agir ! C’est le plan que je proposerai cette année visant, notamment, une transformation de la tarification de l’activité des hôpitaux, car nous savons que cette tarification conduit, aujourd’hui, à une recherche d’activité sans fin, alors que nous devrions travailler sur la valeur ajoutée des établissements et des personnels au contact des malades. Aujourd’hui la réflexion est globale et cohérente Elle est surtout inopérante. Elle vise à soutenir un système de santé qui est notre bien commun et auquel nous sommes tous attachés. C’est celui auquel vous avez fait référence, monsieur Ruffin : je pense que 100 % des députés ici présents sont capables de reconnaître le travail exceptionnel qui est réalisé par ces salariés et la nécessité de préserver un système de santé pérenne et solidaire. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM et MODEM. - Exclamations sur les bancs du groupe FI.) Ils sont également capables de reconnaître votre mépris ! La parole est à Mme Cendra Motin, pour le groupe La République en marche. Monsieur le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, avec des précipitations cinq fois supérieures aux niveaux habituels, le mois de janvier 2018 est le plus pluvieux depuis plus d’un siècle. De plus, après des chutes de neiges très abondantes au mois de décembre, les températures, élevées pour la saison, ont favorisé une fonte des neiges qui est venue, elle aussi, gonfler les cours d’eau.
Pour protéger les villes de la montée des eaux, de nombreux espaces ont été inondés. L’inondation, parfois volontaire, de ces zones d’origine naturelle ou artificielle appelées zones d’expansion de crues a permis de contenir le débit de grands fleuves comme la Seine, la Saône ou le Rhône. En reportant l’eau sur des espaces peu construits et aux fortes capacités d’absorption, le système des zones d’expansion de crues limite les risques d’inondation des zones urbanisées, qui représentent des risques humains et matériels bien plus importants, comme c’est le cas pour Paris ou Lyon.
Si ce système permet donc de limiter considérablement les risques, il le fait en reportant le coût de l’inondation sur les communes qui accueillent les zones d’expansion des crues. En effet, ces zones, comme la plaine du Bouchage, en Nord-Isère, pour le Rhône, sont le plus souvent des espaces agricoles, traversés par des infrastructures routières. Dans d’autres cas, plus rares, elles sont aménagées en espaces de loisirs et accueillent souvent des habitations. De plus, le passage des surplus d’eau dans les sols peut avoir un impact sur le système local d’assainissement des eaux.
Je salue dès maintenant l’initiative prise par M. le ministre de l’économie et des finances auprès des assureurs afin qu’ils indemnisent au plus vite les sinistrés.
Monsieur le ministre, quelles seront les modalités de compensation que vous comptez mettre en œuvre pour aider les communes les plus touchées à réparer les dégâts occasionnés par les inondations dans ces zones d’expansion de crues ?
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire. Madame la députée, comme vous l’avez rappelé, notre pays a connu une pluviométrie exceptionnelle et un mois de janvier particulièrement doux qui entraînent, une nouvelle fois, une situation de crues de très forte intensité dans plusieurs régions françaises.
Je me suis rendu hier en Seine-et-Marne, d’abord pour apporter un message de solidarité aux victimes, qui en avaient bien besoin. J’ai constaté une grande dignité de leur part, mais il m’est malheureusement impossible de leur assurer que ces événements ne se reproduiront plus.
J’ai également voulu en profiter pour saluer le travail des élus, des bénévoles et des sapeurs-pompiers, qui sont sur le pont depuis plusieurs jours.
(Applaudissements sur les bancs des groupes REM, LR, MODEM, UDI-Agir et NG.)
La vigilance reste de mise, notamment en aval de la Seine, car nous allons être confrontés à la combinaison d’un événement de crues et de grands coefficients de marée. Pour prévenir les conséquences des inondations, les collectivités territoriales et l’État ont, comme vous le savez, renforcé les dispositifs de prévention. Remarquons au moins que cela a très bien fonctionné.
Votre question porte sur les mesures de compensation mises en place autour des zones d’expansion des crues, ces terrains utilisés pour contenir les inondations et protéger les zones les plus denses. Cette pratique est utile et doit être accompagnée, car elle se place au service de l’intérêt général.
Dans ces cas, des travaux sont réalisés dans le cadre des plans d’action de prévention des inondations avec les collectivités et le monde agricole, afin de proposer aux propriétaires fonciers et aux exploitants une indemnisation en cas d’inondations. Pour les autres agriculteurs touchés, le régime de calamité agricole peut s’appliquer, sauf s’il s’agit de cultures assurables et sous réserve de l’évaluation des pertes constatées.
Nous y travaillons, avec Stéphane Travert, dans les départements concernés, notamment dans le Rhône. La direction départementale des territoires – DDT – est mobilisée pour évaluer les impacts de la crue. En outre, comme vous l’avez dit, Bruno Le Maire a reçu ce matin les assureurs et le Gouvernement veillera à reconnaître au plus tôt la situation de catastrophe naturelle.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM.) La parole est à Mme Valérie Lacroute, pour le groupe Les Républicains. Monsieur le Premier ministre, jeudi dernier, le tribunal administratif de Paris a annulé la décision de la région Île-de-France de supprimer l’aide au transport pour les étrangers en situation irrégulière. Cette décision du tribunal s’appuie sur le code des transports, qui prévoit que seule une condition de ressources peut justifier une réduction tarifaire. Ainsi, la régularité du séjour en France ne peut être un critère déterminant et ce sont donc près de 117 000 personnes en situation irrégulière qui récupéreront bientôt leur droit à une aide tarifaire.
En 2015, cette réduction a coûté 43 millions d’euros à la région Île-de-France, soit à peu près le montant que celle-ci consacre au logement social. Comment expliquer aux usagers franciliens en situation régulière, qui paient leur abonnement plein tarif et qui voyagent dans des conditions parfois déplorables, qu’ils devraient contribuer à cet effort ? La région Île-de-France n’est d’ailleurs pas en reste, car 620 000 voyageurs bénéficient déjà d’un tarif réduit.
Accorder des réductions tarifaires aux personnes à faibles revenus résidant régulièrement sur le territoire ? Oui. Procurer des avantages à des personnes qui résident de façon irrégulière sur le territoire national ? Non.
(Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)
La suppression de cette réduction est une décision d’équité et de justice vis-à-vis des autres usagers des transports franciliens. La décision du tribunal administratif constitue une brèche dans la législation et peut conduire, par ricochet, à de nouveaux avantages pour les personnes en situation irrégulière.
Monsieur le Premier ministre, humanité et efficacité sont les mots employés par le Président de la République la semaine dernière à Calais. Or, dans ce dossier, le « en même temps » du Président ne peut tenir : il faut lever cette ambiguïté. Quelle sera donc la position du Gouvernement sur cette question ?
(Applaudissements sur les bancs du groupe LR.) La parole est à Mme la ministre chargée des transports. Madame la députée, vous interrogez le Gouvernement sur l’annulation récente par le tribunal administratif de Paris de la décision d’Île-de-France Mobilités visant à supprimer la réduction à 75 % dont bénéficiaient les titulaires de l’aide médicale d’État. Il ne vous surprendra pas que je ne commente pas la décision du tribunal administratif de Paris, sur laquelle il revient au demeurant à Île-de-France Mobilités, le cas échéant, de faire appel.
Je tiens cependant à revenir sur le sens de l’article L. 1113-1 du code des transports mentionné par le tribunal administratif de Paris, qui impose effectivement à l’ensemble des autorités organisatrices de la mobilité, en Île-de-France comme ailleurs, de mettre en place des réductions tarifaires d’au minimum 50 % pour l’ensemble des personnes dont les revenus sont inférieurs à ceux retenus pour la couverture maladie universelle – CMU – complémentaire. Il s’agit d’une mesure de solidarité d’autant plus importante que beaucoup éprouvent des difficultés pour accéder à la formation, à la scolarisation, à l’emploi, voire à la santé.
(Exclamations sur plusieurs bancs du groupe LR.) Ce sont des irréguliers ! C’est donc une mesure de solidarité qui n’enlève rien à la détermination et à la fermeté du Gouvernement dans la lutte contre l’immigration illégale, dont la politique de mobilité ne me semble pas être le meilleur levier. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe REM. – Protestations sur plusieurs bancs du groupe LR.) La parole est à M. Thierry Michels, pour le groupe La République en marche. Madame la ministre du travail, le programme Erasmus a, l’an dernier, fêté ses trente ans. Si ce programme européen d’échanges bénéficie chaque année, en France, à un grand nombre d’étudiants, seule une minorité d’apprentis a la possibilité d’en tirer profit.
En effet, en 2017, 43 000 étudiants français ont pu partir en mobilité, contre seulement 6 000 apprentis. Or, face au chômage des jeunes, qui s’élève en moyenne en Europe à 20 %, nous pouvons actionner deux leviers : l’apprentissage et la mobilité européenne et internationale.
La résolution parlementaire franco-allemande adoptée le 22 janvier dernier dans cet hémicycle propose un renforcement des liens dans le domaine de l’apprentissage et de la formation, afin d’insuffler une nouvelle dynamique à l’apprentissage dans la langue du partenaire.
En novembre dernier, lors de votre déplacement dans le Bas-Rhin, vous avez eu l’occasion de rencontrer les compagnons du devoir, qui sont précurseurs en la matière.
Député de Strasbourg, je vois les opportunités extraordinaires qu’il y aurait à développer de façon significative la mobilité de la jeunesse dans les régions transfrontalières.
Une frontière commune représente en effet un atout indéniable en termes de croissance comme de création d’emplois. En effet, nombreuses sont les entreprises implantées de part et d’autre du Rhin qui seraient susceptibles d’accueillir des apprentis en mobilité.
Madame la ministre, M. Jean Arthuis vient de vous rendre le rapport que vous lui aviez confié sur les modalités permettant de lever les obstacles à la mobilité européenne des apprentis.
Sur le fondement de ces recommandations, quelles sont, madame la ministre, les mesures concrètes que vous entendez mettre en œuvre en vue d’augmenter de façon significative la mobilité des apprentis en Europe et de contribuer ainsi au renouveau du projet européen ?