XVe législature
Session ordinaire de 2021-2022

Séance du mercredi 27 octobre 2021

L’ordre du jour appelle la suite de la discussion de la seconde partie du projet de loi de finances pour 2022 (nos 4482, 4524).
Nous abordons l’examen des crédits relatifs à l’administration générale et territoriale de l’État (no 4524, tome III, annexe 3 ; no 4525, tome I), aux sécurités (no 4524, tome III, annexes 38 et 39 ; no 4601, tome VIII ; no 4525, tomes VII et VIII) et au compte d’affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers » (no 4524, tome III, annexe 38).
La parole est à Mme Jennifer De Temmerman, rapporteure spéciale de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire.
Permettez-moi, pour commencer, de saluer la présence dans les tribunes de citoyens de la quinzième circonscription du département du Nord et plus particulièrement Tom Bécue, qui, pendant le premier confinement de 2020, alors qu’il n’était âgé que de 5 ans, a eu l’idée de créer une infirmière géante, prénommée Camille, pour célébrer nos soignants. Un tel engagement, à un si jeune âge, mérite pour le moins d’être salué et applaudi ! (Applaudissements sur plusieurs bancs.)
Alors que nous examinons le dernier projet de loi de finances de la législature, je veux également saluer le travail des administrateurs de la commission des finances et en particulier celui de M. Raphaël Cazaux, qui m’a accompagné dans ma mission.
Avec 4,4 milliards d’euros de crédits en 2022, le budget de la mission
Administration générale et territoriale de l’État (AGTE) progresse de 4,5 % en crédits de paiement et de 5,4 % en autorisations d’engagement par rapport à l’année dernière. Rappelons que cette mission comprend trois programmes qui financent le réseau des préfectures, les fonctions support de l’administration centrale, ainsi que l’organisation des élections et le financement des partis politiques. La tenue des élections présidentielle et législatives en avril et juin prochains explique d’ailleurs en partie la hausse des crédits de la mission dans ce projet de loi de finances.
S’agissant du programme 354
Administration territoriale de l’État , doté de 2,4 milliards d’euros, soit la moitié des crédits de la mission, je constate une certaine stabilité de son budget et des emplois après deux années marquées par un changement de maquette budgétaire et par la réforme de l’organisation territoriale de l’État, tous deux ayant entraîné d’importants transferts.
Je note avec satisfaction le respect du premier engagement pris par le Comité interministériel de la transformation publique au mois de juillet dernier. Il était de « mettre fin à la baisse systématique des effectifs des services départementaux » ; or l’année 2022 sera en effet une année neutre, sans schéma d’emplois baissier, ce qui est appréciable. Il faudrait toutefois revenir sur une partie des baisses antérieures pour renforcer la présence de L’État dans les territoires. La dégradation des indicateurs de performance incite d’ailleurs à aller dans ce sens, les délais moyens d’instruction des titres d’identité ayant pratiquement doublé entre 2020 et 2021– ils demeureront élevés en 2022. Lors du Printemps de l’évaluation, j’ai dénoncé le manque de moyens humains des centres d’expertise et de ressources des titres (CERT) et l’inadaptation de certains de leurs outils informatiques. Ces difficultés concernent également les services des préfectures destinés aux étrangers. J’ai donc déposé un amendement visant à renforcer leurs moyens humains.
Je souhaite également appeler l’attention du Gouvernement sur la politique d’échange des permis de conduire étrangers. Au cours de mes travaux, j’ai constaté le manque criant de visibilité de l’administration territoriale, en particulier du CERT de Nantes, quant à la négociation et à l’entrée en application de nouveaux accords bilatéraux dont les répercussions pour l’administration, comme pour les usagers, ne sont guère anticipées. Madame la ministre déléguée chargée de la citoyenneté, il est urgent qu’un bilan exhaustif soit dressé dans la perspective d’une éventuelle remise à plat de cette politique.
J’en viens maintenant au programme 232
Vie politique , support budgétaire des élections présidentielle et législatives à venir. Ses crédits augmenteront de 12 % en 2022 par rapport à 2021, une hausse ayant déjà été enregistrée cette année du fait du double scrutin des élections régionales et départementales. Après le fiasco de l’acheminement de la propagande électorale lors de ces élections, permettez-moi de m’attarder quelques instants sur les mesures prises par le ministère de l’intérieur.
Concernant la mise sous pli à proprement parler, elle ne pourra plus être confiée à des prestataires privés et relèvera de nouveau des préfectures et éventuellement des communes par délégation. Cette pratique s’étant malheureusement perdue au fil des années, j’ai fait part de mon inquiétude à vos services, madame la ministre déléguée, concernant ses modalités pratiques, d’autant qu’elle exigera de mobiliser un grand nombre d’agents.
Quant à l’acheminement, qui a subi les défaillances les plus graves dans les régions dans lesquelles la société Adrexo était titulaire de l’accord-cadre, il fera l’objet d’un nouveau marché notifié d’ici au début de l’année prochaine. En application des règles de la commande publique, ce marché fera l’objet d’une mise en concurrence. Néanmoins, compte tenu des caractéristiques du marché postal et de l’élimination d’Adrexo, tout laisse penser que La Poste sera choisie. J’appelle de nouveau votre attention sur la nécessité de tenir compte des contraintes temporelles et de favoriser une bonne organisation afin d’éviter une nouvelle déconvenue, dont l’impact serait terrible pour l’adhésion de nos concitoyens à l’idéal démocratique.
Je termine avec le programme 216
Conduite et pilotage des politiques de l’intérieur, qui sert de support budgétaire à l’administration centrale du ministère, hors police et gendarmerie. Il n’anime finalement qu’une seule politique publique, conduite par le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), dont les crédits augmenteront de 4 millions, ce dont je me réjouis après leur baisse en 2021. Toutefois, cette hausse de 6 % en 2022 résultera principalement des mesures d’harmonisation en matière d’action sociale pour les agents, ainsi que d’une hausse des dépenses immobilières. Veuillez conclure, madame la rapporteure spéciale. En conclusion, tout comme la commission des finances la semaine dernière, je vous invite à voter en faveur des crédits de la mission Administration générale et territoriale de l’État , qui assure des missions essentielles pour l’ensemble de nos concitoyens partout sur le territoire. La parole est à M. Romain Grau, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire. Les crédits de la mission Sécurités connaîtront, en 2022, une progression de plus de 1,4 milliard d’euros en autorisations d’engagement, soit une hausse de 6,8 % par rapport à 2021, pour atteindre 22,7 milliards. Ce budget confirme les efforts menés en faveur de la sécurité des Français depuis le début de la législature. En 2022, au terme d’une dynamique ininterrompue pendant cinq ans, les crédits de la mission auront progressé de 2,9 milliards, soit une hausse de 14,5 % par rapport à la loi de finances initiale pour 2017. Si l’on s’en tient aux seuls crédits de la police et de la gendarmerie, la progression est de 2,6 milliards, soit une hausse de 13,7 %. Les efforts auront été particulièrement massifs en matière d’effectifs, avec un plan de recrutement au terme duquel 6 415 emplois auront été créés sur le programme 176 Police nationale et 2 635 emplois sur le programme 152 Gendarmerie nationale . Tous ces efforts se sont particulièrement intensifiés depuis deux ans sous l’impulsion du Gouvernement. Le budget pour 2022 marque notamment, pour les forces de sécurité intérieure, le début de la mise en œuvre des mesures annoncées par le Président de la République à l’issue du Beauvau de la sécurité, dont l’objectif était de moderniser la politique publique de sécurité au bénéfice de la population, des policiers et des gendarmes.
Pour la police, un ensemble de mesures catégorielles sont inscrites dans le projet de loi de finances pour 2022 pour un montant de 15 millions. S’y s’ajoutent des mesures catégorielles nouvelles ne relevant pas du Beauvau de la sécurité, pour un montant de 1,75 million. Hors titre 2, le programme 176
Police nationale obtient un abondement supplémentaire de 493,2 millions en autorisations d’engagement, dont bénéficieront le fonctionnement, en particulier la formation, les moyens mobiles, les équipements, les systèmes d’information et l’immobilier. Ces crédits permettront notamment la généralisation des caméras-piétons, l’accélération du renouvellement des véhicules, la généralisation des terminaux Néopol et la poursuite, ainsi que l’approfondissement, du plan Poignées de porte.
Pour la gendarmerie nationale, les mesures catégorielles du Beauvau s’élèvent à 13 millions d’euros. Hors titre 2, ce sont 255,8 millions en autorisations d’engagement qui permettront d’améliorer la formation, les moyens de protection et d’intervention et le parc de véhicules. Je tiens à souligner que 20 millions seront consacrés à l’entretien courant et permettront d’améliorer la sécurisation des casernes, tandis que 70 millions contribueront au lancement de grands projets structurants pour la gendarmerie nationale en matière immobilière, tels que les projets de Balma ou de Satory.
Les recrutements se poursuivront au-delà de l’année 2022. Le président de la République a ainsi appelé au doublement, en dix ans, de la présence des policiers et des gendarmes sur la voie publique. Il conviendra de renforcer corrélativement les capacités de formation et de mieux planifier le remplacement des matériels et la maintenance des locaux. La prochaine loi de programmation pour les sécurités intérieures sera l’occasion de nous inscrire dans une vision de long terme, d’anticiper les besoins et de prendre en compte les réalités les plus pratiques et les instruments les plus sûrs pour réaliser l’ambition que nous nourrissons pour nos forces de sécurité intérieure et pour la sécurité des Français. Il conviendra aussi, en matière de ressources humaines, de nous pencher sur des sujets tels que la fidélisation des agents de la région parisienne ou la nécessaire revalorisation de la filière d’investigation.
J’en viens au programme 207
Sécurité et éducation routières . L’année 2020, avec ses confinements et ses couvre-feux, a été particulièrement atypique : 2 780 personnes ont perdu la vie sur les routes de France, soit 20,1 % de moins qu’en 2019 – un résultat jamais atteint depuis 1925 alors qu’il y a près de cent ans, le nombre de véhicules en circulation était près de cinquante fois inférieur. Alors que les déplacements reviennent aujourd’hui à la normale, l’enjeu est d’obtenir des résultats meilleurs qu’en 2019. À la fin du mois d’août dernier, 1 821 personnes avaient perdu la vie sur les routes en métropole depuis le début de l’année, soit 315 morts de moins qu’au mois d’août 2019. La politique de sécurité routière est donc efficace et doit être poursuivie. En 2022, les crédits du programme 207 Sécurité et éducation routières progresseront d’un tiers, principalement en raison de l’acquisition de kits de dépistage et de vérification pour les forces de l’ordre engagées dans la lutte contre l’usage de stupéfiants lors des contrôles routiers. Je rappelle que 13 % des conducteurs contrôlés dans les accidents mortels de la circulation sont positifs aux stupéfiants.
Quant au compte d’affectation spéciale
Contrôle de la circulation et du stationnement routiers , dit aussi CAS sur les radars, ses recettes devraient s’élever à 1,5 milliard en 2022, en baisse de 4,7 %. Les crédits du programme 751 Structures et dispositifs de sécurité routière progressent cependant légèrement, principalement pour moderniser les radars automatiques. Je vous prie de conclure, monsieur le rapporteur spécial. Chers collègues, je vous invite à adopter les crédits des programmes Police nationale, Gendarmerie nationale et Sécurité et éducation routières , ainsi que ceux du compte d’affectation spéciale Contrôle de la circulation et du stationnement routiers . (Applaudissements sur quelques bancs du groupe LaREM.) La parole est à M. Brahim Hammouche, rapporteur spécial de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire. Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais souligner le caractère singulier de la politique de sécurité civile, laquelle est largement décentralisée, ce qui explique un programme budgétaire faiblement doté en comparaison des autres programmes de la mission Sécurités – 570 millions en crédits de paiement pour l’année 2022. Ce sont les collectivités locales qui fournissent l’essentiel de l’effort, soit 5 milliards tous les ans, pour financer les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS).
L’État a certes un rôle subsidiaire pour ce qui est du budget de cette politique, mais il est un acteur essentiel dans la définition de sa stratégie nationale, dans l’acquisition et l’entretien des moyens aériens de la sécurité civile et dans la coordination des multiples acteurs – sapeurs-pompiers professionnels, sapeurs-pompiers volontaires, associations agréées, services de secours relevant du ministère de la santé, etc. L’État gère aussi les crises de trop grande ampleur pour être gérées au niveau local, telles que les inondations, les feux de forêt et les autres catastrophes naturelles. La direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises du ministère de l’intérieur – DGSCGC –, dont j’ai bien sûr auditionné les représentants, est chargée de ces différentes missions.
Toutes les personnes que j’ai entendues me l’ont dit : les crises sont malheureusement de plus en plus fréquentes du fait du réchauffement climatique. Les feux de forêt en sont la triste illustration. L’épidémie de covid-l9, quant à elle, a considérablement fragilisé les associations agréées de sécurité civile, qui ont eu bien plus de travail au cours de l’année écoulée, mais bien moins de recettes, parce qu’elles ne pouvaient pas exercer leurs activités rémunérées pendant les confinements. En 2020, de nombreuses associations ont failli disparaître, mais le Gouvernement a décidé de leur accorder une aide exceptionnelle de 21 millions, ce qui a permis de les sauver. Cette subvention n’a pas été reconduite en 2021. J’espère que les associations agréées pourront diversifier leurs sources de financement et retrouveront leur équilibre d’avant la crise.
Un autre sujet majeur concerne la modernisation, urgente et nécessaire, des moyens aériens de la sécurité civile. En 2020, l’ancienne génération d’avions a été mise hors service à cause d’un défaut de construction. La nouvelle génération est en train d’être livrée : nous avons déjà reçu un avion en mars et un deuxième arrivera dans un mois, ce qui représente un coût total de 80 millions d’euros cette année ; un nouvel avion sera livré l’an prochain et un dernier en 2022. Grâce à cet effort d’investissement, les indicateurs de performance liés à la lutte contre les feux de forêt sont en constante progression.
C’est la modernisation de la flotte des hélicoptères qui nécessitera certainement le plus d’investissements dans les années à venir. En effet, la sécurité civile est censée disposer de trente-huit hélicoptères pour respecter son contrat opérationnel ; or quatre hélicoptères ont été perdus dans des accidents ces dernières années. Dans le cadre du plan de relance, il a été décidé – et c’est une excellente chose – de racheter deux hélicoptères, mais il en manquera encore deux. Je vous alerte donc sur le fait que ces hélicoptères manquants causent une sursollicitation des appareils existants, qui s’usent prématurément et coûtent très cher à entretenir. À moyen terme, il faudra donc faire un effort d’investissement supplémentaire pour réduire les dépenses de fonctionnement et améliorer nos capacités opérationnelles.
Je termine en évoquant un dernier enjeu qui a davantage trait à la prospective ou à la perspective d’avenir. Le système d’information et de commandement unifié de la sécurité civile, NexSIS 18-112, va enfin pouvoir être déployé, son lancement ayant été décalé d’un an du fait de la crise sanitaire. Il s’agit d’une véritable innovation, essentielle à la coordination, à l’interopérabilité et à l’efficacité opérationnelle des forces de sécurité civile. Aujourd’hui, chaque service d’incendie et de secours dispose de son propre système d’information, ce qui pose des problèmes de fiabilité et de sécurité des données. Grâce au nouveau système harmonisé, tout sera interopérable. C’est un vrai progrès, qui sera mis en œuvre progressivement et en priorité dans les départements d’Île-de-France, dans la perspective des Jeux olympiques de 2024. Nous pourrons ainsi montrer au reste du monde notre savoir-faire et faire rayonner notre modèle en matière de protection et de sécurité civile.
La parole est à M. Raphaël Schellenberger, rapporteur pour avis de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. La mission Administration générale et territoriale de l’État regroupe les crédits consacrés aux administrations déconcentrées du ministère de l’intérieur, à ses fonctions support, ainsi qu’aux subventions publiques dont il assure la gestion. Elle retrace également les financements destinés aux partis politiques – cela a été précisé –, ainsi que les crédits affectés à l’organisation des élections.
En 2022, les crédits de paiement de la mission devraient connaître une hausse importante de près de 190 millions d’euros, soit une augmentation de 4,5 %, pour atteindre 4,4 milliards d’euros. La dépense progresse sur les trois programmes de la mission : les crédits du programme
Administration territoriale de l’État augmentent de 52 millions d’euros, conséquence de la hausse des effectifs ; ceux du programme Vie politique intègrent une hausse de 55 millions d’euros, en raison du coût des élections présidentielle et législatives – l’année 2021 a elle aussi connu deux scrutins mais de nature différente ; enfin, les crédits du programme support Conduite et pilotage des politiques de l’intérieur sont en hausse de 85 millions d’euros, du fait d’une hausse des dépenses en matière d’action sociale et d’immobilier.
La stabilisation des effectifs de nos préfectures est certes une bonne chose, puisqu’elle succède à plusieurs années de réductions. Il faudrait néanmoins sans doute aller plus loin, afin de redonner des marges de manœuvre et des capacités d’action à l’administration territoriale de l’État – je pense notamment aux préfectures, qui se sont longtemps vues déshabiller de leurs effectifs au profit d’administrations d’échelle régionale, dont le pilotage politique apparaît de plus en plus fuyant et inefficient.
De cette question dépendent la proximité et l’accessibilité de nos services publics, et surtout l’efficacité de l’action publique. Je rappelle à cet égard que les effectifs dédiés au contrôle de légalité et au conseil aux collectivités territoriales ont fortement diminué, passant de 2 841 ETPT – équivalents temps plein travaillés – en exécution en 2017 à 2 063 prévus pour 2022. Ainsi, on se rend compte que la hausse prévisible des effectifs ne se concentrera pas auprès des collectivités territoriales, alors que c’est là, au plus proche du terrain, auprès des élus et des projets locaux, que nous avons besoin d’État.
J’en viens au thème que j’ai choisi d’étudier plus particulièrement dans le cadre de l’examen du présent budget : l’organisation des élections régionales et départementales de 2021, en comparaison avec celles, présidentielle et législatives, qui auront lieu en 2022. Ce sont deux années particulières, permettant des comparaisons qui me semblent pertinentes.
Les élections de 2021 ont été singulières à plusieurs égards. Organisés dans un contexte de crise sanitaire, les deux scrutins se sont tenus le même jour et ont fait l’objet d’un report de trois mois, de mars à juin 2021 ; ils ont donné lieu à un niveau d’abstention qui n’avait jamais été atteint. Le coût de l’organisation des dernières élections régionales a été estimé à 170 millions d’euros, et des départementales à 148 millions. Les coûts supplémentaires occasionnés par la crise sanitaire ont représenté environ 35 millions d’euros, soit près de 10 % de la prévision initiale. En effet, l’État a assuré la fourniture d’équipements de protection sanitaire et s’est engagé à rembourser les parois de plexiglas achetées par les maires, tandis que les plafonds de campagne ont été majorés de 20 %. Dans l’ensemble, un tel surcoût ne me paraît pas disproportionné d’autant que, malgré la majoration des plafonds, les dépenses n’ont augmenté que de 10 %.
En revanche, de graves dysfonctionnements ont été constatés à l’occasion de la distribution de la propagande électorale. J’ai travaillé sur ce sujet avec mon collègue Jean-Michel Mis et nous avons remis il y a quelques jours à la commission des lois un rapport dans lequel nous formulons plusieurs propositions. Lors de l’examen des crédits en commission, nous avons insisté sur la prudence dont il faudra faire preuve, madame la ministre déléguée, dans le processus de réinternalisation de la mise sous pli de la propagande électorale. Je pense en effet que ce qui est dans les tuyaux – ou ce qui était dans les tuyaux jusque-là – est une véritable usine à gaz, encore plus que ce qui a été imaginé concernant la mise en concurrence de la distribution. Attention ! On a un peu déshabillé les effectifs des préfectures pour ce qui est de l’organisation des élections ; elles ne sont pas, pour la plupart, à même de digérer la réinternalisation de la mise sous pli.
Madame la ministre déléguée, c’est sur ces éléments que je souhaiterais pouvoir vous entendre, en vous appelant à faire preuve de prudence au cours de ce processus de transition.
(Mme Jennifer De Temmerman, rapporteure spéciale, applaudit.) La parole est à M. Xavier Batut, rapporteur pour avis de la commission de la défense nationale et des forces armées. Le 14 septembre dernier, à Roubaix, le Président de la République mettait un point final à huit mois de réflexion et d’échanges ayant eu lieu dans le cadre du Beauvau de la sécurité. Traduction concrète de ces échanges, le trait principal du projet de budget de la gendarmerie pour 2022 est l’augmentation – hors dépenses de personnel – des crédits du programme 152 Gendarmerie nationale de 295 millions d’euros en autorisations d’engagement et de 232 millions d’euros en crédits de paiement, ce qui représente un effort majeur du budget de l’État envers les forces de gendarmerie.
Ces crédits supplémentaires devraient permettre de financer la modernisation des moyens de télécommunication de la gendarmerie, de favoriser la montée en compétence des gendarmes et d’améliorer les conditions de présence de ces derniers sur le terrain. Je me réjouis de cette hausse de crédits au profit de nos forces de gendarmerie, qui œuvrent nuit et jour sur 96 % du territoire national pour assurer la sécurité des Français. Depuis l’an dernier, l’effort a aussi été renforcé par les crédits du plan de relance en faveur du renouvellement des véhicules et des casernes de nos gendarmes. J’estime que ces efforts budgétaires devront être pérennisés dans le cadre de la future loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI), annoncée par le Président de la République.
S’agissant de l’investissement immobilier, je me félicite que le Beauvau de la sécurité ait permis de porter les crédits à 183 millions d’euros en autorisations d’engagement et à 113 millions d’euros en crédits de paiement l’an prochain. J’estime qu’il convient de sanctuariser ces crédits dans la future LOPPSI. Il faudrait même aller plus loin et doter ce poste budgétaire de 300 millions d’euros par an. Si nous voulons que le parc immobilier de la gendarmerie redevienne viable et pour éviter sa dégradation irréversible, des investissements lourds et continus sont en effet nécessaires. J’ai déposé un amendement d’appel en ce sens.
Concernant les dépenses liées au personnel, j’appelle votre attention sur la nécessité d’inscrire en loi de finances les crédits nécessaires à la montée en puissance de la réserve opérationnelle. Le Président de la République a en effet annoncé que le nombre de réservistes, ces « gendarmes du dernier kilomètre », passerait de 30 000 à 50 000 d’ici 2025. J’ai déposé deux amendements à ce sujet.
Par ailleurs, comme je l’ai dit l’an dernier, il est impératif de redéfinir le périmètre de la mise en réserve des crédits budgétaires. Actuellement, le taux de mise en réserve appliqué par le ministère de l’économie et des finances s’élève à 4 %, hors dépenses de personnel. Cela entraîne un effet d’éviction sur les dépenses d’entretien des véhicules et des casernes. Un taux de mise en réserve réduit à 0,5 % est déjà appliqué actuellement, y compris hors dépenses de personnel, à certains programmes particulièrement contraints, en particulier
Aide à l’accès au logement , Handicap et dépendance et Inclusion sociale et protection des personnes . Le budget de la gendarmerie étant lui aussi très contraint, je préconise pour le programme 152 l’application d’un taux de mise en réserve de 0,5 % au lieu des 4 % en vigueur.
Ensuite, je considère qu’il faut faire progresser les effectifs de la gendarmerie nationale, ainsi que les moyens associés à une telle hausse, au même rythme que la croissance démographique observée dans sa zone de compétence. Je rappelle que la croissance démographique, structurellement plus importante en zone gendarmerie, s’est encore accentuée de manière conjoncturelle dans les territoires périurbains et ruraux, à la suite des confinements successifs.
Enfin, il me paraît nécessaire de donner des marges de manœuvre budgétaires aux commandants de compagnie. J’ai donc déposé un amendement tendant à créer une dotation de fonctionnement au profit de cet échelon de commandement.
J’en viens à présent au thème de mon rapport : la « militarité ». Sans son statut militaire, la gendarmerie cesserait d’exister, et elle ferait disparaître avec elle son maillage territorial. Or elle est le dernier service public présent sur certains territoires. Ce modèle militaire, chers collègues, me semble absolument devoir être conforté ; je le dis ici devant vous et vous me direz que c’est une évidence. Pourtant – nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises –, il serait mis à mal s’il nous fallait commencer à compter les heures d’astreinte de nos gendarmes – ainsi que celles de nos pompiers, d’ailleurs –, comme semble le suggérer la Cour de justice de l’Union européenne dans un arrêt rendu le 15 juillet dernier.
Enfin, toujours en lien avec la militarité, je voudrais revenir sur un dernier sujet, et non des moindres : celui des mutualisations de moyens au ministère de l’intérieur. On peut comprendre que dans un souci de bonne gestion et d’économies budgétaires, le ministère souhaite mutualiser nombre de fonctions entre les deux forces de sécurité intérieure ; c’est notamment le cas des achats, de la logistique, du numérique et du soutien automobile. Mais il ne faudrait pas que les mutualisations fassent perdre en autonomie, en efficacité et surtout en résilience ce qu’elles font peut-être gagner sur le plan financier. La mutualisation des moyens ne doit pas avoir pour effet de tirer la gendarmerie vers le bas.
Chers collègues, en évoquant la militarité dans mon rapport, je voulais aussi, encore une fois, rendre un hommage appuyé à nos 130 000 gendarmes d’active et de réserve qui, quels que soient les risques et les circonstances, agissent jour et nuit pour assurer la sécurité des Français.
(Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LaREM et Dem.) La parole est à M. Stéphane Mazars, rapporteur pour avis de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Le projet de loi de finances pour 2022 concrétise sur le plan budgétaire l’engagement du Gouvernement et de la majorité en faveur de la sécurité. Il s’inscrit dans la trajectoire amorcée en 2017, par laquelle les crédits de la police et de la gendarmerie auront bénéficié d’une hausse globale de près de 3 milliards d’euros, soit une croissance d’environ 14 % sur l’ensemble du quinquennat. Plus de 1 milliard d’euros supplémentaires seront engagés par l’État dès l’année prochaine, en intégrant les dotations prévues par le plan de relance. C’est donc tout naturellement que la commission des lois, dont je suis rapporteur pour avis, s’est prononcée favorablement sur les crédits de la mission Sécurités .
Cette évolution tire toutes les conséquences du Beauvau de la sécurité, qui a permis de mettre en lumière le dévouement de l’ensemble des forces de l’ordre, dont les missions au service de nos compatriotes se situent au cœur de notre pacte républicain. Ce moment d’échanges et de rencontres a également offert l’occasion d’objectiver les multiples difficultés auxquelles ces hommes et ces femmes sont confrontés au quotidien. Permettez-moi de saluer ici le travail accompli par les 250 000 policiers et gendarmes, notre force publique, « instituée pour l’avantage de tous », selon la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.
Cet effort budgétaire se décline aux niveaux humain, matériel ou encore immobilier.
Au niveau humain, notons le recrutement de 761 policiers et 185 gendarmes supplémentaires dans le cadre du plan de création de 10 000 emplois à l’horizon 2022. La progression des effectifs participe au renforcement de la présence des bleus sur le terrain, au contact direct de la population.
Au niveau matériel, l’effort budgétaire a permis le renouvellement du matériel dont disposent les forces de l’ordre, qu’il s’agisse de leurs véhicules d’intervention, des outils technologiques qu’ils peuvent ou pourront bientôt utiliser afin d’accomplir leur tâche – caméras-piétons, caméras embarquées et drones – ou de la rénovation des systèmes d’information et de communication – un travail essentiel.
Au niveau immobilier, la mise en œuvre de projets d’envergure permet de poursuivre la réhabilitation des commissariats et des casernes pour améliorer concrètement les conditions de travail de nos agents.
Bien sûr, ces enjeux budgétaires se conjuguent aux réformes initiées, discutées et adoptées par le Parlement depuis 2017. Ce travail législatif de grande ampleur, dont le projet de loi relatif à la responsabilité pénale et à la sécurité intérieure constitue l’une des dernières grandes étapes, aura vocation à se poursuivre dès l’année prochaine, je l’espère, par l’examen d’une grande loi d’orientation et de programmation de la sécurité intérieure.
En tant que rapporteur pour avis de la commission des lois, j’ai choisi de consacrer mon intervention à l’activité des forces d’intervention spécialisées de la police et de la gendarmerie. L’action du RAID, de la brigade de recherche et d’intervention de la préfecture de police de Paris (BRI-PP) et du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) est médiatisée lors des crises d’ampleur nationale – l’actualité des procès du 13 novembre 2015 nous le rappelle –, mais relativement méconnue le reste du temps.
J’ai eu le privilège de visiter chacune de ces unités dans leurs locaux, à Bièvres pour le RAID, à la préfecture de police de Paris pour la BRI-PP et à Versailles pour le GIGN. Présentes sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin, ces trois unités d’élite accomplissent des missions de lutte antiterroriste et de lutte contre la criminalité organisée afin de prévenir ou mettre fin à des attaques ou des prises d’otages.
Selon le schéma national d’intervention mis en place en avril 2016, le RAID, la BRI-PP et le GIGN doivent agir à la suite de la mobilisation des forces de premier et deuxième niveau constituées par les forces d’intervention dites élémentaires et intermédiaires, chargées d’assurer l’intervention initiale dans les meilleurs délais.
Cependant, ces missions d’intervention constituent en réalité une part minoritaire de l’activité du RAID, de la BRI-PP et du GIGN. L’essentiel de leur activité s’étend à des tâches moins spectaculaires, relevant par exemple de l’assistance judiciaire ou de la protection des personnalités. La réussite de leurs opérations dépend notamment de leur capacité de projection, au regard de la dangerosité des situations auxquelles ces unités d’élite sont confrontées, ce qui soulève des enjeux tenant aux moyens budgétaires, humains et techniques dont elles disposent.
Si leur autonomie me semble devoir être préservée, l’approfondissement de leur coopération s’inscrit dans la perspective plus large du renforcement constant de leur efficacité. Je formule plusieurs préconisations afin d’atteindre cet objectif, à la lumière des échanges que j’ai pu avoir sur le terrain avec les responsables, mais aussi les membres de ces unités.
La sensibilité extrême et la diversité des missions qui incombent au RAID, au GIGN et à la BRI-PP impliquent des qualités physiques et morales hors du commun, que ce soit à l’épreuve de preneurs d’otages, de terroristes, ou plus quotidiennement de forcenés. Ce fut récemment le cas à Lyon, où le GIGN a interpellé un homme retranché qui avait préalablement tiré à plusieurs reprises sur les gendarmes. Je tiens à rendre hommage à nos forces d’intervention spécialisées et à leur témoigner la reconnaissance sincère de la représentation nationale.
La parole est à M. Mansour Kamardine, rapporteur pour avis de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. La sécurité civile joue un rôle essentiel dans notre pays, comme cela nous est rappelé à chaque crise que nous traversons. Les hommes et les femmes qui ont choisi d’y faire carrière se trouvent souvent en première ligne pour protéger nos concitoyens des catastrophes qui frappent le territoire, tant dans l’Hexagone que les outre-mer.
Certes, le budget consacré à la sécurité civile augmentera de 9,6 % en 2022 par rapport aux précédents exercices, soit environ 8 % d’augmentation si l’on prend en compte les perspectives d’inflation pour l’année prochaine. Il stagne pourtant sur l’ensemble de la législature, malgré l’engagement de dépenses d’investissement considérables, attendues de longue date et qui révèlent la vétusté de nos équipements.
Les crédits soumis à nos débats représentent une faible part de l’ensemble des dépenses consacrées à la sécurité civile : l’État finance à peu près un tiers de ce total, dans le cadre de ce programme, d’autres programmes du budget général et par l’intermédiaire de la fiscalité transférée aux collectivités. Ce sont ces dernières qui fournissent le plus gros effort en finançant notamment les services départementaux d’incendie et de secours, qui sont au cœur des missions de la sécurité civile.
En tant que rapporteur pour avis de la commission des lois, je souhaite insister sur la préparation des acteurs de la sécurité civile outre-mer face aux nombreux risques naturels auxquels les collectivités ultramarines sont confrontées. Nos territoires sont fragiles à trois égards : du fait de leur éloignement de l’Hexagone ; du fait de la forte concentration de la population sur le littoral et, à l’exception de la Guyane, du fait de leur insularité, voire de leur multi-insularité. Les risques naturels auxquels ils sont soumis sont nombreux : séismes, éruptions volcaniques, cyclones, inondations par submersion marine, feux de forêt, recul du trait de côte, invasion d’algues sargasses, etc. Ils mettent à l’épreuve les effectifs de la sécurité civile, auxquels je veux rendre un hommage appuyé, comme nous l’avons fait en commission. Au fil des auditions menées pour préparer cet avis budgétaire, j’ai pu constater leur grand professionnalisme. Je regrette néanmoins que les moyens consacrés à la sécurité civile outre-mer ne soient pas encore à la hauteur des enjeux actuels, mais surtout des défis à venir, car sous l’emprise du changement climatique, certains événements naturels se feront plus fréquents et plus intenses dans les prochaines décennies et requièrent une préparation particulière.
L’avis budgétaire retient onze recommandations visant à renforcer la sécurité des populations exposées et plus largement à améliorer le fonctionnement de la sécurité civile en outre-mer. Permettez-moi d’insister sur quelques-unes d’entre elles : la première concerne l’accroissement des moyens de la sécurité civile outre-mer. Une réflexion est en cours à ce sujet au sein du ministère de l’intérieur, je souhaite vivement qu’elle aboutisse à un renfort de ses moyens à court terme pour assister les personnels des SDIS, parfois débordés par des sollicitations de plus en plus nombreuses.
Plusieurs recommandations ont trait au rôle des observatoires, essentiels à la meilleure compréhension des événements climatiques et à leur anticipation. L’installation d’une telle structure de plein exercice à Mayotte me paraît nécessaire, de même qu’un renforcement des synergies entre le personnel de ces structures et celui de la sécurité civile. Alors que le délégué interministériel aux risques majeurs outre-mer a été supprimé, il importe de s’assurer que les missions qui lui étaient dévolues pourront être remplies par une structure analogue, par exemple par la mission d’appui aux politiques publiques de prévention des risques majeurs dans les territoires ultramarins, créée récemment.
Des efforts en matière de prévention doivent être faits. Il pourrait être pertinent de généraliser les « journées japonaises » développées en Guadeloupe et d’associer le personnel de la sécurité civile aux campagnes menées par les scientifiques des observatoires, afin de les sensibiliser aux risques naturels et à leur manifestation. D’autres recommandations de l’avis budgétaire concernent le bien connu fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit fonds Barnier, dont les modalités d’accès demeurent trop contraignantes, ainsi que les plans de prévention des risques naturels – PPR –, qui doivent être systématiquement élaborés et régulièrement actualisés. J’ai bien noté la généralisation de la communication satellitaire l’an prochain, je serais attentif à ce déploiement, dont l’intérêt a été souligné par le président et le directeur du SDIS de Mayotte. Pour ce qui concerne particulièrement le cent unième département français, si le risque que survienne un événement dramatique majeur est statistiquement faible à court terme, il existe néanmoins et un tel événement mettrait en danger la vie de nombreuses personnes. C’est pourquoi je demande solennellement la création sans délai d’une mission interministérielle pour intégrer au plus vite l’émergence du phénomène sismo-volcanique au PPR et au plan ORSEC (organisation de la réponse de sécurité civile).
Je suis convaincu que ces recommandations, travaillées avec les personnes auditionnées et détaillées dans l’avis budgétaire, nous permettront d’améliorer le quotidien du personnel de la sécurité civile tout en prévenant les ruptures d’égalité et d’assurer une meilleure protection des populations et des services essentiels dans les territoires ultramarins.
Nous allons à présent entendre les porte-parole des groupes.
La parole est à M. Christophe Euzet.
Je serai bref concernant la mission Administration générale et territoriale de l’État , sur laquelle beaucoup a déjà été dit, pour me réjouir avec le groupe Agir ensemble de la progression globale des crédits qui lui sont attribués, que ce soit en matière d’exercice des libertés publiques – donc des actions d’organisation des élections – mais également en matière de continuité de l’État ou de déclinaison locale des politiques publiques de l’intérieur et d’administration territoriale de l’État.
Je me réjouis des mesures d’insertion consacrées aux personnes handicapées, de promotion de la laïcité, mais également du maintien du personnel en préfecture et en sous-préfecture, dans une période où la question de la présence humaine de l’État auprès des citoyens est d’une acuité toute particulière.
La mission
Sécurités occupera l’essentiel de mon propos. On ne peut que se réjouir de l’augmentation substantielle des crédits alloués, à hauteur de 1 milliard d’euros, qui montre que le Gouvernement a pris la mesure du problème que pose aujourd’hui la sécurité pour nos concitoyens. Qu’il s’agisse de la gendarmerie, de la police, de la sécurité civile ou de la sécurité et de l’éducation routières, on voit poindre les premiers effets du Beauvau de la sécurité. Un projet pour la sécurité de 2030, en attendant l’adoption de la future LOPSI, fixe l’objectif d’un doublement des effectifs sur le terrain dans dix ans. Nous ne pouvons que nous en satisfaire.
Je pourrais égrainer les différents points de satisfaction : augmentation significative des crédits attribués à la numérisation, au perfectionnement du matériel et aux investissements immobiliers ; réalisation du plan « 10 000 jeunes » relatif à la gendarmerie et à la police et renforcement de la DGSI, la direction générale de la sécurité intérieure, et des renseignements territoriaux. Nous n’avons pas encore parlé de l’augmentation des crédits attribués à des actions sociales, notamment en matière de logement, de la mobilisation de moyens pour lutter contre le suicide ou de l’amélioration de la formation des gardiens de la paix, dont la durée est portée à vingt-quatre mois.
Mais comme on le dit souvent dans cet hémicycle, l’argent ne fait pas tout, l’essentiel étant plutôt le fil conducteur, la logique idéologique qui guide la dépense. Cette logique se manifeste par un respect significatif de ce que l’on pourrait appeler les exigences républicaines : renforcement de la police de proximité, recherche perpétuelle d’amélioration de la transparence, optimisation de la formation qui doit conduire à une exemplarité renforcée, obsession de l’efficacité afin de mieux combattre la délinquance, d’optimiser l’emploi des forces sur le terrain et de mieux territorialiser l’action de l’État en matière de sécurité.
Elle se manifeste ensuite par des exigences sociales : accueil renforcé et amélioré des victimes, notamment grâce au guichet unique ; délais de traitement amélioré des enquêtes pour faire la lumière et juger plus vite les personnes qui ont commis un certain nombre de méfaits.
En dernier lieu, les exigences techniques relatives au temps présent ont déjà été rappelées : l’adaptation aux nouvelles technologies – notamment les moyens consacrés à l’amélioration de la lutte contre la cybercriminalité – et les nouvelles expertises, dont nous reparlerons en évoquant les crédits consacrés à la sécurité civile.
C’est ainsi que se construit la sécurité de demain. Aux yeux du groupe Agir ensemble, la situation s’améliore dans ce domaine, toujours dans le respect de nos principes républicains et organisationnels mais aussi de nos libertés fondamentales, à l’égard desquelles nous sommes extrêmement vigilants.
Je précise, madame la ministre déléguée, que notre collègue Alexandra Louis présentera un amendement d’appel visant à développer le recours aux travaux d’intérêt général – TIG. Quoi qu’il en soit, nous voterons bien volontiers les crédits de ces missions.
La parole est à M. Christophe Naegelen. Tout d’abord, il me semble important de saluer l’évolution des crédits de la mission Sécurités , une augmentation non seulement nécessaire mais aussi salvatrice, tant la situation de nos forces de police et de gendarmerie est difficile actuellement. Quiconque prétendrait le contraire serait à l’évidence de mauvaise foi.
Nous devons cependant mener une réflexion plus large, notamment en nous interrogeant sur l’adéquation de ce budget avec les nombreuses réformes votées cette année. Nous avons effet adopté énormément de textes – les médias s’en sont largement fait l’écho – dont l’application demandera encore plus de travail de la part de nos forces de sécurité intérieure, de police comme de gendarmerie.
Or elles sont déjà en sous-effectif. Vous le savez, lorsqu’on discute avec les représentants de la police nationale et qu’on se rend sur le terrain, dans les commissariats, tous tiennent le même discours : « Nous sommes en sous-effectif. » Or nous leur confions des missions supplémentaires !
Il est important de prendre en considération cette situation et surtout de mettre fin à tout le travail obsolète qu’ils doivent accomplir, à toute cette « administrocratie », autrement dit à toutes les tâches administratives dont ils ont la charge mais qui, au fond, ne relèvent pas de leur cœur de métier. Je pense, entre autres, à la délivrance des procurations : il faudrait donner davantage de moyens aux préfectures pour qu’elles s’en occupent.
En outre, certaines heures supplémentaires n’ont pas encore été payées, même si un effort – qu’il faut également saluer – a été fait en ce sens au cours des dernières années. Il faut verser ces sommes le plus rapidement possible. Les heures supplémentaires étant, vous le savez, encore plus nombreuses le week-end, espérons que des manifestations de gilets jaunes – ou d’un autre type – ne se tiendront pas prochainement si nous ne voulons pas voir encore augmenter le crédit d’heures supplémentaires.
Si les taches indues étaient supprimées, il serait également possible de proposer plus d’heures de formation à nos policiers et à nos gendarmes. Or celles-ci seraient nécessaires sur certaines questions, par exemple les violences faites aux femmes, un sujet qui, je le sais, vous tient particulièrement à cœur, madame la ministre déléguée.
À ce propos, vous avez annoncé en commission l’expérimentation d’un dispositif de recueil de plainte chez autrui. À ce jour, cependant, nous ne savons pas dans quels territoires elle se déroulera.
Ah si ! Il est important que les territoires d’outre-mer y participent. Mes collègues Philippe Dunoyer et Philippe Gomès tenaient à vous rappeler la situation particulière de la Nouvelle-Calédonie en la matière. Pourquoi ce territoire n’accueillerait-il pas l’expérimentation d’un tel dispositif ?
S’agissant de la sécurité civile, la proposition de loi relative à la valorisation du volontariat des sapeurs-pompiers, déposée par Fabien Matras, suscite de fortes attentes. Alors que le texte issu de la commission mixte paritaire sera examiné dans trois semaines par notre assemblée, nous espérons que le budget sera à la hauteur. Nous sommes très préoccupés par le manque de moyens destinés à indemniser les employeurs de sapeurs-pompiers volontaires – nous présenterons d’ailleurs un amendement sur cette question.
Concernant la mission
Administration générale et territoriale de l’État , nous espérons que le Gouvernement a tiré les enseignements des dysfonctionnements observés lors des élections régionales et départementales et que les prochains scrutins se dérouleront dans de meilleures conditions. La crise sanitaire n’est pas derrière nous, nous devons en être conscients.
Par ailleurs, notre groupe considère que la fraude documentaire représente un problème important. La commission d’enquête constituée à ce sujet avait démontré l’ampleur du phénomène. Pourtant, le taux de fraude documentaire détectée par les préfectures est encore très bas. Il faut se saisir rapidement de la question.
Après avoir appelé votre attention sur ces différents sujets de préoccupation, je tiens à saluer à nouveau l’augmentation des crédits de ces missions et j’annonce que le groupe UDI et indépendants les votera.
La parole est à M. Jean-Michel Clément. Nous sommes réunis cet après-midi pour répondre à une question : à la fin de ce quinquennat, l’État s’est-il doté d’un ministère de l’intérieur plus performant et plus présent dans les territoires ? Je dispose de cinq minutes pour tenter d’y répondre – cinq minutes pour deux missions et un compte spécial qui totalisent 27,53 milliards d’euros, soit 92 millions par seconde. (Sourires.)
J’irai droit au but : le groupe Libertés et territoire salue l’engagement sans faille dont ont fait preuve l’ensemble des agents du ministère mais ne peut afficher le même soutien aux grandes orientations prises ces dernières années.
Je commencerai par la mission
Administration générale et territoriale de l’État . Notre collègue rapporteure spéciale, Jennifer De Temmerman, a rappelé très justement le manque de moyens dont souffrent les centres d’expertise et de ressources et les faiblesses du plan Préfectures nouvelle génération. Ces failles ne font qu’accroître l’éloignement entre citoyens et administrations déconcentrées. Les moyens dédiés aux préfectures pour gérer les problématiques liées aux migrations, chroniquement insuffisants eux aussi, conduisent à des retards majeurs embolisant tout le système.
Je veux aussi insister sur l’organisation déplorable des élections en 2021 – le terme « désorganisation » serait même plus adéquat. En dehors de la responsabilité de la société Adrexo, notre groupe regrette le manque de réaction du ministère. Nous gardons en souvenir plusieurs réunions du comité de liaison parlementaire au cours desquels les dysfonctionnements ont été largement minimisés, presque niés. Ils étaient pourtant massifs. Des erreurs d’aiguillage inacceptables ont parfois conduit nos concitoyens à recevoir des enveloppes incomplètes, provenant de la mauvaise circonscription, voire pas d’enveloppe du tout. J’attends toujours, pour ma part, de recevoir la propagande électorale des dernières élections départementales et régionales – peut-être dois-je patienter encore un peu.
Après ce fiasco, il n’y avait d’autres choix que d’internaliser à nouveau la mise sous pli et de résilier le contrat avec Adrexo. Cependant, de nouvelles inquiétudes persistent sur le nouvel accord qui sera conclu pour la période 2022-2024. En résumé, le ministère de l’intérieur a vu sa présence dans les territoires s’amoindrir tandis que le lien avec les citoyens s’est tendu au point de rompre.
J’en viens au thème de la sécurité qui sature l’espace politique et l’agenda gouvernemental. Un nombre impressionnant de lois sécuritaires ont été soumises au Parlement depuis 2017. Beaucoup relevaient davantage de l’affichage, avec des mesures superfétatoires ou tendant au durcissement des peines, alors que c’est l’amélioration des conditions de travail des forces de sécurité qui était attendue. À cet égard, le Beauvau de la sécurité et votre projet de loi de programmation ressemblent davantage à des réflexions de précampagne électorale qu’à des propositions concrètement applicables avant la fin de ce quinquennat.
Avec le budget pour 2022 de cette mission, nous en venons enfin au concret, avec bien sûr du bon et du moins bon.
Nous souhaitons tout d’abord exprimer notre satisfaction : la hausse des crédits de la mission
Sécurités est en grande partie dédiée à l’amélioration des moyens matériels. Nous avions dénoncé les conditions de travail déplorables des forces de sécurité, dont le matériel est défectueux, les véhicules hors d’âge et certains commissariats presque insalubres.
Le développement des drones à usage de surveillance de la population est cependant hautement problématique en raison de l’atteinte qu’il représente pour la vie privée. Nous vous avons à plusieurs reprises alertés sur cette question, mais ni les interpellations citoyennes ni la censure par le Conseil constitutionnel des dispositions concernées de la loi relative à la sécurité globale ne semblent vous arrêter.
La mesure visant à proposer des billets de train gratuits aux policiers hors service mais armés nous dérange. Elle pourrait être dangereuse, incitant les policiers ne souhaitant pas avoir leur arme hors service à la prendre pour bénéficier de la gratuité. Par ailleurs, elle conduit progressivement les policiers à exercer leur fonction vingt-quatre heures sur vingt-quatre sans être payés. Également démagogique à nos yeux, à quelques mois des élections, elle ouvre une boîte de Pandore. D’autres professions, les soignants par exemple, pourraient tout aussi légitimement en bénéficier en montant dans un train avec leur blouse blanche – pourquoi pas ? S’il s’agissait de lutter contre l’insécurité, il aurait été plus judicieux de renforcer fortement la présence policière dans les transports, sur leur temps de travail.
Enfin, nous sommes opposés au choix du tout-sécuritaire en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants. La France mène une des politiques les plus restrictives…
L’une des plus répressives ! …tout en étant le premier pays consommateur d’Europe. Il est peut-être temps de réfléchir à ce paradoxe. Un premier bilan de l’amende forfaitaire délictuelle pour consommation de stupéfiants dressé par les forces de l’ordre montre que les points de deal sont toujours là et qu’il est très facile pour les personnes de contourner la sanction. Combien de temps vous entêterez-vous et nierez-vous l’évidence ? Quand en finirez-vous avec des postures dépassées sur le sujet ?
En définitive, si nous voterons les crédits de la mission
Administration générale et territoriale de l’État , les nombreuses réserves que nous avons exprimées nous amèneront à ne pas voter ceux de la mission Sécurités . (Mme Jennifer De Temmerman, rapporteure spéciale, applaudit.) La parole est à M. Ugo Bernalicis. Comme les orateurs précédents, je vais tenter d’accomplir un miracle en parlant de deux missions budgétaires si vastes en un temps si contraint.
Je commencerai par la mission
Administration générale et territoriale de l’État , c’est-à-dire la gestion de nos préfectures et sous-préfectures. Faute de pouvoir entrer dans les détails, je ne serai pas très long.
Je tiens à dire que j’ai peu goûté l’argumentation du ministre de l’intérieur en commission des lois. Il nous expliquait alors que, puisque les effectifs étaient stables en préfecture, tout allait bien. Or nous savons bien que la stabilisation des effectifs est le fruit de réformes de mutualisation au niveau des secrétariats généraux et d’une réorganisation territoriale de l’administration de l’État et de ses services déconcentrés et que, si l’on observe la situation globale des administrations déconcentrées, le nombre de fonctionnaires est en baisse. Les propos du ministre sentent donc un petit peu l’arnaque.
La volonté, affichée par le précédent ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, de considérer de nouveau l’échelon départemental comme étant le plus important dans notre pays constituait pourtant un objectif politique assumé – et ce à la suite de la mobilisation des gilets jaunes qui réclamaient plus de services publics de proximité.
Aujourd’hui il n’en est plus du tout question puisque nous en sommes toujours au stade des maisons France Services, essayant de trouver le moyen, à travers différents systèmes de mutualisation, notamment avec le secteur privé ou avec d’autres entreprises publiques, de proposer un accueil commun parce que les effectifs de l’État – nous dit-on – ne sont pas la hauteur des enjeux.
Je tenais à dénoncer cette situation et à expliquer qu’il faut justement davantage de fonctionnaires dans les administrations déconcentrées parce qu’ils y ont toute leur utilité, au service de nos concitoyens.
Nous avons bien vu que le choix du tout-numérique présentait des écueils. Je rappelle souvent qu’en Seine-Saint-Denis – mais ce problème existe aussi ailleurs –, la prise de rendez-vous en préfecture ou en sous-préfecture pour les étrangers continue de se monnayer sur internet. Il est en effet possible aujourd’hui de revendre en ligne son rendez-vous pour l’obtention d’un titre de séjour. Une telle pratique constitue une infamie pour les services de l’État mais aussi pour la représentation nationale. Je ne sais pas combien de temps nous pourrons continuer à l’accepter.
Pour prolonger des débats qui se sont tenus lors de l’examen de la loi dite séparatisme – comme beaucoup l’ont appelée –, je tiens tout de même à rappeler que pas moins de 1 192 équivalents temps plein sont rémunérés par l’État qui, en vertu du concordat d’Alsace-Moselle, finance les cultes et paie leurs représentants.
Eh oui ! Ils assurent un excellent dialogue interreligieux en Alsace-Moselle ! C’est particulièrement efficace pour apaiser les tensions ! Ces 1 192 équivalents temps plein seraient plus utiles au sein du réseau des préfectures et des sous-préfectures. C’est là que nous en aurions besoin. Au passage, la laïcité ne doit pas s’arrêter aux portes de l’Alsace-Moselle.
J’en arrive à la question de la sécurité civile. Attention, nous vous avons déjà alertés en commission concernant la prévention des risques, notamment d’incendie. En raison du dérèglement climatique, la sécheresse est de plus en plus prononcée dans les massifs boisés du pays, si bien que le risque d’incendie va
crescendo , comme d’ailleurs en Europe et dans le monde. Pourtant le budget ne suit pas. Il est même en baisse concernant le produit retardant alors qu’une anticipation et une planification en la matière sont nécessaires. Le changement climatique est bien là, il serait bon de s’en préoccuper et donc de prévoir plutôt que de subir.
J’en finis en abordant les questions de sécurité, particulièrement celles relatives à la police, et en mettant l’accent sur la formation. Vous avez peu ou prou recruté les 10 000 policiers et gendarmes annoncés, dans des conditions très chaotiques, en réduisant la durée de la formation à huit mois et abaissant fortement le niveau de recrutement par concours. Vous proposez maintenant de rétablir à douze mois la durée de formation. Cette décision se traduit par une hausse des crédits dédiés à la formation – une augmentation bien trop faible au regard du montant global des dépenses du ministère de l’intérieur, mais qui a le mérite d’exister.
En revanche, vous ne prévoyez aucun projet de construction d’écoles nationales de police. Où comptez-vous accueillir les personnes que vous prétendez vouloir former plus longtemps ? Les écoles de police sont déjà pleines à craquer ! La question se pose d’autant plus que vous incluez dans vos objectifs budgétaires la formation des futurs réservistes – puisque vous comptez créer une réserve opérationnelle. J’y suis d’ailleurs globalement favorable – même si nous procéderions d’une manière substantiellement différente de la vôtre –, mais il faut pour cela prévoir une formation initiale ! Où allez-vous les mettre, ces élèves ? Le document budgétaire qui nous est présenté ne prévoit que des dépenses de fonctionnement et ne contient aucune réponse sur ce point.
On y apprend d’ailleurs, au détour du chapitre relatif à la formation, qu’un des enjeux consiste à dupliquer les brigades de répression de l’action violente motorisées (BRAV-M) – vous savez, les types armés jusqu’aux dents qui circulent à moto pour taper les manifestants
(Exclamations sur les bancs des groupes LaREM et Dem) – dans toutes les directions départementales de la sécurité publique (DDSP) de France ! Personnellement, je suis radicalement opposé à l’existence de ces unités, et encore plus à leur multiplication dans tout le pays, particulièrement à Lille : je ne veux pas voir se généraliser ce type de brigades dont le mode d’action, dégradant pour la France, ne correspond pas à l’esprit de ce qui est censé être notre doctrine de maintien de l’ordre, laquelle consiste, aux dires du Gouvernement lui-même, à ne pas aller au contact. De grâce, cessez de développer les BRAV-M !
J’apprécierais d’ailleurs que nous en finissions avec la politique du chiffre, car j’en ai ras le bol d’écouter le ministre de l’intérieur égrener chaque mois des chiffres qui ne reflètent que l’activité de son ministère, laissant ainsi croire qu’il règne un climat anxiogène en France.
Vous ne pouvez pas raconter n’importe quoi, monsieur Bernalicis ! Ce climat anxiogène, c’est vous qui le créez en grande partie. J’espère que nous pourrons nous passer de vos services dès avril 2022 ! La parole est à M. André Chassaigne. L’examen des programmes de la mission Sécurités est pour nous l’occasion de prendre acte, comme l’an dernier, de la hausse des budgets de la police nationale et de la gendarmerie. Le dernier budget du quinquennat s’inscrit toutefois dans un contexte particulier, après la clôture par le Président de la République du Beauvau de la sécurité et l’annonce d’une grande loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure.
Dans son discours de Roubaix, le chef de l’État a mis l’accent sur la nécessité de renforcer la présence des forces de police et de gendarmerie sur la voie publique, sans toutefois s’engager dans une politique de recrutement : l’exécutif mise désormais moins sur la progression des effectifs que sur le réexamen des temps de travail, des cycles horaires et des mobilités, sur des procédures pénales plus courtes, sur le recours aux nouvelles technologies, ou encore sur l’amélioration de la formation. Cependant, toutes les évolutions promises restent pour l’heure cosmétiques.
La question des effectifs n’est pas soldée par la politique de recrutement conduite ces dernières années. Certes, celle-ci a permis d’opérer un rattrapage par rapport à la situation de pénurie antérieure. Deux écueils demeurent cependant : le recours massif aux réservistes, qui met en relief l’insuffisance de l’effort consenti, et l’ampleur des disparités territoriales dans la répartition des effectifs.
Le projet de loi de finances prévoit une montée en puissance de la réserve opérationnelle de la gendarmerie, qui devrait être dotée de 50 000 réservistes en 2024. Mais il ne faudrait pas que les forces de sécurité reposent sur les réservistes, voire sur les gendarmes adjoints, comme c’est actuellement le cas dans les pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), au détriment des forces professionnelles. Nous nous interrogeons par ailleurs sur la qualité de la formation dispensée aux réservistes et sur les moyens qui leur seront alloués, sachant qu’ils pourront porter une arme lors de certaines interventions.
Vous prévoyez en outre d’allonger de quatre mois la durée de formation des policiers et des gendarmes, dès l’année prochaine. Étant donné qu’une personne reçue au concours de gardien de la paix attend déjà parfois jusqu’à un an et demi avant d’intégrer une école de police, nous craignons de voir s’aggraver cet engorgement. Le projet de budget ne prévoit pas, en effet, de créer de nouvelles structures de formation.
Enfin, et surtout, le ministre de l’intérieur, à l’écouter, n’envisage pas davantage que le Président de la République de faire évoluer en profondeur les missions de la police. Pourtant, vous ne pouvez ignorer l’érosion de la confiance de nos concitoyens envers les acteurs et les actrices de la paix publique. Cette érosion est le fruit d’une doctrine de maintien de l’ordre qui crée des risques d’emploi excessif de la force, mais aussi du sentiment d’un manque de réactivité des services lorsqu’il s’agit d’intervenir localement ou de prendre en charge les victimes.
C’est tout le problème de l’encadrement d’une police débordée, désorientée et mal considérée, qui peine à trouver les moyens de répondre à une demande de sécurisation croissante. Nous ne répondrons pas à ces difficultés par le seul déploiement de nouvelles technologies ou par la rénovation des équipements, aussi utiles soient-ils : il nous faut bâtir une police et une gendarmerie qui se sentent toujours davantage investies d’une mission de service public et dont l’action ne soit pas seulement tournée vers la sécurité de l’État, mais s’exerce aussi au service de la population. Aussi faut-il rassurer policiers et gendarmes sur l’utilité sociale de leurs tâches quotidiennes et recréer, en particulier pour les policiers, un lien de confiance indispensable avec la population.
L’amélioration des conditions matérielles de travail s’impose. Je pense en particulier aux équipements qui ont manqué aux gendarmes de la compagnie d’Ambert durant la terrible tragédie de Saint-Just : lunettes à vision nocturne, boucliers de protection, ou encore matériel de transmission en zone blanche. Mais les dotations en matériel, bien qu’indispensables, ne suffiront pas à garantir l’amélioration des conditions d’exercice des métiers de policier et gendarme, qui se sont dégradées au fil des réformes, sous l’effet de l’imprécision des missions, des pesanteurs hiérarchiques, d’une surcharge de travail, parfois d’un sentiment d’inutilité…
C’est vrai. …et d’une perte de sens, qui sont à l’origine d’une terrible souffrance : 24 % des policiers et gendarmes déclarent être confrontés à des pensées suicidaires.
Faute de déceler dans votre projet de budget l’intention de prendre à bras-le-corps la nécessité d’une profonde réforme de l’usage de la force publique pour renforcer le service public et pour améliorer concrètement et durablement les conditions de travail des acteurs et des actrices de la paix publique, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine votera contre ces crédits.
(Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et FI.) C’est dommage ! La parole est à M. Rémy Rebeyrotte. Les quatre programmes de la mission Sécurités progressent encore, en 2022, de plus de 4 %, pour approcher un total de 22 milliards d’euros, en tenant compte de l’apport de 191 millions d’euros inscrits dans la mission Plan de relance pour moderniser les équipements et les dotations à l’issue du Beauvau de la sécurité. Le plan de création de 10 000 emplois de policiers et de gendarmes lancé en 2017 se poursuit. Rappelons que, depuis 2020, la police bénéficie d’une enveloppe supplémentaire de 27 millions d’euros pour indemniser les heures supplémentaires et que les sapeurs-pompiers ont vu la prime de feu revalorisée de près de 100 euros nets.
En 2022, les moyens de lutte contre les trafics de stupéfiants – notamment à travers le développement des unités canines –, contre l’immigration irrégulière ou contre les violences faites aux femmes et la protection de l’espace cyber seront encore significativement renforcées, tout comme la protection des personnels, grâce à la généralisation des caméras-piétons.
Je profite de cette occasion pour saluer les récents apports du Parlement sur ces questions, notamment le travail de Jean-Michel Fauvergue et d’Alice Thourot en faveur de l’établissement d’un continuum de sécurité, ou encore celui de Fabien Matras en matière de sécurité civile. Ils ont défendu, aux côtés de la ministre déléguée et du ministre de l’intérieur, des propositions de lois qui feront date.
Les moyens sont également au rendez-vous en matière de sécurité routière, comme en témoigne le renforcement considérable du nombre de kits de dépistage de stupéfiants. Rappelons ici que le permis à points, utilisé dans plus de vingt pays européens, a permis de faire reculer l’accidentologie, notamment les accidents graves et mortels. D’autres pays européens réfléchissent d’ailleurs à son adoption. À titre personnel, je plaide depuis maintenant plusieurs années pour infliger une simple amende en cas de dépassement inférieur à 10 kilomètres par heure, afin d’assurer une plus grande équité et de mieux distinguer entre les fautes commises en fonction de leur gravité. Adapter le dispositif, oui ; y renoncer, certainement pas !
(M. Jean Terlier applaudit.)
La mission Action générale et territoriale de l’État enregistre elle aussi une progression de 4,5 %, pour atteindre 4,4 milliards d’euros. Je suis ravi que le Premier ministre ait choisi, en rupture avec la politique menée sous les mandats précédents, de « réarmer » le réseau des préfectures et des sous-préfectures, qui conjugue proximité et efficacité, tout en renforçant les fonctions support, notamment numériques. Ces dernières seront, elles aussi, mieux dotées, conformément aux engagements pris à l’issue du Beauvau de la sécurité : les crédits alloués à la lutte contre la délinquance, aux dispositifs de soutien à la vidéoprotection, aux quartiers de reconquête républicaine ou encore à la lutte contre le séparatisme progresseront fortement.
J’insiste à nouveau, en revanche, sur la nécessité de consacrer aussi des moyens à l’amélioration de l’accueil des citoyens en préfecture ou en sous-préfecture. L’accueil physique ou téléphonique doit être maintenu et l’accompagnement des Français dans leurs démarches ne saurait se limiter à leur indiquer une adresse internet commençant par « www.https:// » pour qu’ils aillent consulter le service demandé en ligne. Mes grands-parents ont cru que le « http », c’était un nouveau produit stupéfiant !
(Sourires.)
Enfin, la vie démocratique municipale, départementale et régionale a pu s’exprimer en 2020 et 2021, même dans des conditions difficiles, malgré une crise sanitaire aiguë. Je remercie tous les acteurs qui ont permis la tenue de ces scrutins. À ce propos, pourriez-vous, madame la ministre déléguée, faire un point sur le site www.maprocuration.gouv.fr, qui a été créé à cette occasion ? Chacun comprendra que d’importants crédits soient encore alloués au programme Vie politique en 2022, puisque – vous le savez peut-être – ce sera une nouvelle année électorale, au cours de laquelle nous vivrons des échéances nationales majeures. Ah bon ? Je vous le confirme. On les attend même depuis un moment ! Je ne saurai terminer sans rendre un hommage appuyé à tous ceux qui, sur le terrain, incarnent l’autorité de l’État au quotidien au plus grand bénéfice de tous nos concitoyens – préfets, sous-préfets, forces de l’ordre et de sécurité, sapeurs-pompiers, sans oublier les maires qui, on l’oublie quelquefois, exercent une part de l’autorité de l’État. Qu’ils soient tous remerciés pour leur engagement au service de l’intérêt commun. Je crois qu’ils seront satisfaits de la progression des crédits soumis à notre analyse. Le groupe La République en marche votera naturellement en faveur des crédits en question. (Applaudissements sur les bancs des groupes LaREM et Dem.) La parole est à Mme Emmanuelle Anthoine. Après plusieurs années marquées par des attaques terroristes odieuses tout autant qu’effroyables, la sécurité est au cœur des préoccupations des Français. Le défi migratoire, la délinquance et les incivilités du quotidien devenues insupportables appellent des réponses fortes de la part des pouvoirs publics. Pour lutter efficacement contre l’insécurité qui préoccupe nos concitoyens, il faut des moyens. Tel est l’objet des crédits que nous examinons.
Permettez-moi d’abord de constater que la promesse présidentielle consistant à recruter 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires n’a été que très partiellement tenue. On ne dénombre en effet qu’un peu plus de 8 500 postes supplémentaires en cinq ans. Peut-être serez-vous tentée de contester ces chiffres, madame la ministre déléguée. Ce sont pourtant ceux que le ministre de l’intérieur a avancés pour répondre à Mme Rabault en avril dernier. Vous aviez par ailleurs promis 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires « sur le terrain ». Si l’on exclut donc les hauts fonctionnaires, les personnels administratifs et techniques et les ouvriers d’État, on aboutit à seulement 7 300 créations de postes.
Si nous saluons bien évidemment ces recrutements au sein des forces de sécurité intérieure, nous ne pouvons que déplorer leur caractère insuffisant. Le besoin de sécurité des Français augmente, en effet, à mesure que la violence s’accroît dans notre pays. Les statistiques publiques du ministère de l’intérieur sur l’insécurité et la délinquance parlent d’elles-mêmes : durant les neuf premiers mois de l’année 2021, comparativement à la même période en 2017, les homicides sont en hausse de 13 %, les coups et blessures volontaires de 31 % et les violences sexuelles de 83 % ! C’est peu dire que le bilan de votre ministère, en la matière, est mauvais.
Vous décrivez là une hausse des signalements ! Dans un tel contexte, les augmentations de moyens récemment décidées en faveur de nos forces de sécurité apparaissent essentielles. Les décisions qui font suite au Beauvau de la sécurité sont à cet égard d’autant plus bienvenues qu’elles étaient attendues depuis longtemps. Mais on ne peut que s’interroger sur cette attention soudaine portée à ceux qui œuvrent au quotidien pour notre sécurité, à quelques mois seulement d’une échéance électorale majeure. Cet effort en faveur des forces de sécurité intérieure, ne nous y trompons pas, est bien trop tardif. Les statistiques que je rappelais à l’instant témoignent de ce qu’il eût été nécessaire d’agir plus tôt pour enrayer une tendance inquiétante. Nous attendions ainsi avec impatience une loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure, mais celle-ci n’est jamais arrivée en discussion. Le ministre de l’intérieur la présentera opportunément à la veille des prochaines élections, mais ce ne seront que des annonces qu’il faudra prendre comme telles.
Concernant la mission
Administration générale et territoriale de l’État , j’évoquerai pour commencer la question de la féminisation du corps préfectoral. On dénombre à peine plus de 40 % de femmes dans les primonominations au sein de la filière préfectorale, un ratio qui satisfait tout juste le seuil imposé par la loi, et il n’y a que 38 préfètes sur 132 postes, soit 28 % de femmes, les sous-préfètes ne représentant que 35 % des membres de leur corps. Nous sommes encore loin de la parité. Et le Gouvernement n’a pas réalisé d’efforts extra-légaux pour accélérer la féminisation de la préfectorale.
Qu’en est-il par ailleurs des préfets sans affectation territoriale ? Ces dernières années, ils ont représenté 50 % de l’effectif du corps préfectoral. Il s’agit d’un dévoiement de ce corps censé représenter l’État dans les territoires. Cette configuration traduit une situation de sureffectifs préjudiciable puisque le coût pour l’État est important. Elle résulte des nominations de proches par les chefs de l’État successifs… une pratique qui ne s’est pas éteinte avec Emmanuel Macron.
Elle n’a pas non plus commencé avec lui ! Le Président, qui prétendait pourtant incarner le nouveau monde, a nommé d’anciens conseillers de l’Élysée lors du mouvement préfectoral du 29 juillet 2020, tel Jean-Marie Girier, acteur clé de sa campagne présidentielle. C’est vrai ! Évoquons ensuite la délivrance des titres par les préfectures : on observe une hausse des délais d’instruction, notamment pour les permis de conduire. Les effectifs apparaissent insuffisants pour assurer une réponse rapide aux administrés. Les outils informatiques de traitement des demandes sont par ailleurs soumis à une instabilité particulière, comme le relève le projet annuel de performances. Rien n’est dit dans votre projet de budget sur les moyens de résoudre ces carences.
Pour toutes ces raisons, le groupe Les Républicains prônera l’abstention sur l’ensemble de ces crédits.
(M. Raphaël Schellenberger, rapporteur pour avis, applaudit.) La parole est à Mme Isabelle Florennes. Le groupe Mouvement démocrate (MODEM) et démocrates apparentés se réjouit de la hausse considérable – près de 2 milliards d’euros – que connaît le budget du ministère de l’intérieur dans le projet de loi de finances pour 2022. Celle-ci s’inscrit dans une progression sans précédent de 3,4 milliards d’euros sur les cinq exercices budgétaires de la législature, auxquels il faut ajouter des crédits du plan France relance. Les crédits des quatre programmes de la mission Sécurités augmentent ainsi de 1 milliard d’euros : il s’agit de continuer de tenir compte des réalités du terrain, de prendre des mesures urgentes et concrètes, mais aussi d’anticiper les évolutions à venir. Tout cela s’inscrit dans le contexte du Beauvau de la sécurité, à l’occasion duquel le Président de la République a rappelé que la sécurité était la première de nos libertés. La politique menée en la matière doit être appréhendée dans son ensemble : depuis 2017, non seulement les effectifs n’ont cessé d’augmenter, mais c’est également le cas des moyens matériels. Ce budget 2022 est marqué par la continuité d’une action volontariste clairement affichée depuis le début de la législature.
Chers collègues, loin de moi l’idée de vous faire une liste à la Prévert des différents crédits, mais il me paraît important de dire les choses telles qu’elles sont : 500 millions d’euros sont prévus pour l’application des premières mesures du Beauvau de la sécurité en plus des crédits déjà négociés par le ministère de l’intérieur, à savoir 44 millions pour la formation, 200 millions pour le renouvellement des moyens mobiles, 78 millions de crédits de paiement affectés à la construction et à la rénovation immobilière ainsi que 114 millions consacrés aux projets stratégiques et numériques. Ces crédits permettront, entre autres, à la gendarmerie et à la police de continuer leur grande transformation – au bénéfice de la sécurité de l’ensemble des Français, mais aussi des forces elles-mêmes, qui, sur le terrain, sont mises à rude épreuve : il y a deux jours encore, plusieurs policiers ont été visés par des tirs dans le quartier de La Duchère, à Lyon.
Madame la ministre déléguée, notre groupe soutient aussi pleinement votre volonté de consacrer les crédits nécessaires à la lutte contre les violences conjugales, en permettant, par exemple, l’aménagement de locaux spécifiques pour assurer l’accueil des victimes en présence d’une assistante sociale et d’un psychologue, le recueil des plaintes en dehors du commissariat ou de la gendarmerie, ou la poursuite de la hausse du nombre des intervenants sociaux, passé de 270 en 2017 à 404 aujourd’hui.
Je tiens par ailleurs à aborder la question des rodéos motorisés, pour laquelle vous connaissez mon engagement et celui de mon groupe. Quels sont les moyens financiers et humains que ce budget alloue à la lutte contre ce fléau ? Je pense notamment à la réflexion en cours sur l’usage des drones. Les rodéos sauvages sont dangereux pour tout le monde ; ils engendrent de la violence, comme l’actualité l’a encore récemment montré, lorsque le maire d’une commune de 340 habitants dans le Calvados a été agressé alors qu’il s’opposait à un tel rodéo.
Tout à fait ! Les crédits destinés à la sécurité civile sont également très importants, puisque le programme se voit même allouer 54 millions d’euros supplémentaires. Notre groupe salue cette politique, essentielle pour protéger notre système de sécurité civile, dont l’efficacité est admirable. Il convient également de définir un cadre juridique approprié à ses missions : c’est notamment l’objet de la proposition de loi du député Fabien Matras, aux côtés duquel mon collègue Vincent Bru s’est particulièrement investi.
En ce qui concerne la sécurité et sur l’éducation routières, la baisse du nombre de morts sur les routes ne doit pas être le prétexte à un relâchement de nos efforts, car celle-ci est principalement due aux confinements et aux restrictions de circulation.
Avant de conclure, j’aimerais dire un mot de la mission
Administration territoriale et générale de l’État , qui connaît elle aussi une hausse de crédits importante, de l’ordre de 5 %, pour atteindre 4,4 milliards d’euros. Cette augmentation doit notamment permettre de soutenir le réseau des préfectures et des sous-préfectures qui a fait un travail remarquable pendant la crise sanitaire, mais aussi dans la gestion de la sortie de crise, en matière de soutien économique et territorial, grâce notamment au plan de relance. Nous saluons l’absence de suppression d’effectifs ainsi que le renforcement du service « étrangers » dans certaines préfectures, qui était nécessaire. Enfin, nous souhaitons que ce budget contribue au bon déroulement des prochaines échéances électorales, et qu’il permette la nécessaire modernisation des modalités de vote que notre groupe appelle de ses vœux.
Par conséquent, mes chers collègues, notre groupe votera en faveur des crédits de ces missions.
(Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe Dem et sur les bancs du groupe LaREM.) La parole est à Mme Cécile Untermaier. En préambule, je constate une légère augmentation des crédits alloués à la mission Administration générale et territoriale de l’État , dont le budget augmente de 5 % environ par rapport à 2021 ; nous regrettons cependant que la part consacrée à l’administration territoriale de l’État diminue, elle, de 5 %. Je concentrerai mes propos sur cette mission, sachant que ma collègue Marietta Karamanli évoquera plus particulièrement la mission Sécurités lors de l’examen des amendements.
Je ferai trois observations.
Premièrement, assurer la présence et la continuité de l’État sur l’ensemble du territoire de la République est un objectif essentiel de la mission, pour lequel nous devons consentir un effort constant et amplifié. C’est la raison pour laquelle le groupe Socialistes et apparentés ne votera pas contre ce budget.
Le projet de mutualisation de la gestion des fonctions et moyens étatiques n’est pas nouveau ; il se concrétise ici avec la création des secrétariats généraux communs départementaux, supposée mettre fin à la baisse systématique des effectifs. Ces derniers sont ainsi stabilisés pour la deuxième année consécutive, après la suppression de 1 300 emplois entre 2016 et 2018. Une telle sanctuarisation était indispensable dans la mesure où les services de l’État dans le département sont à la limite de l’effondrement.
L’État n’est pas assez présent sur nos territoires : le ressenti à ce propos est très fort. Il y a une véritable difficulté à accéder aux préfectures et aux sous-préfectures, qui concerne tout le monde, pas seulement les étrangers. Les maisons France services, dont nous saluons la création, ne sont pas là pour exercer les fonctions régaliennes de proximité dévolues aux sous-préfectures. Justifier la réduction des moyens d’accueil dans les sous-préfectures par l’absence de public, les titres étant désormais dématérialisés, c’est méconnaître la réalité du terrain et les effets de la fracture numérique. Les affres de la dématérialisation mettent par exemple les acquéreurs d’une voiture dans des situations invraisemblables.
Les grilles de ces bâtiments sont fermées désormais, faute de personnel, alors que la devise républicaine
Liberté, égalité, fraternité qui orne leur fronton invite pourtant à l’accueil citoyen. Cela conduit nombre de nos concitoyens à renoncer à leurs démarches et alimente le fort sentiment de relégation et d’insécurité ressenti dans nos campagnes. La charge du présentiel revient finalement aux communes, mais son personnel ne peut y faire face et n’a pas les compétences pour instruire toutes les requêtes. Je ne fais pas le procès au Gouvernement de cette situation dont il a hérité ; cela étant, nous ne devons pas nous contenter de constater cet héritage mais, au contraire, travailler à améliorer la situation.
Renforcer les services de l’État dans nos campagnes est également essentiel sur le plan technique : pourquoi ne pas transférer une partie des services des finances publiques au sein des locaux des préfectures et des sous-préfectures afin de constituer de grandes maisons des services de l’État ? Nous essayons d’y travailler dans ma circonscription.
Ma deuxième observation porte sur la modernisation de l’action publique grâce à la numérisation. Celle-ci est une évidence, mais elle ne peut être menée à bien sans prendre en compte la fracture numérique et la nécessité de soutenir les démarches administratives effectuées en présentiel. Je rappelle que 27 % des Français n’ont pas d’accès à internet et que 33 % sont mal à l’aise avec cet outil. Dans un avis récent, le Défenseur des droits a pointé le manque d’information et d’accompagnement des usagers et la tendance des services préfectoraux à les orienter vers des prestataires privés pour réaliser leurs démarches. Seul un service en présentiel peut garantir l’égalité de tous devant le service public. Le train de la modernisation de l’action publique ne doit laisser personne sur le quai.
Troisième observation : en quinze ans, la zone gendarmerie compte 2 000 équivalents temps plein en moins et 2 millions d’habitants en plus. L’exode urbain est désormais une réalité. Fort opportunément, la gendarmerie contribue désormais au maillage du territoire : là où, jusqu’à hier, on parlait regroupement, on évoque maintenant le maintien des brigades. Je menais ce combat depuis plusieurs années, et je remercie donc le ministère de conduire cette politique de proximité. Il faut désormais y ajouter une politique de l’efficacité : les projets annoncés ne doivent pas prendre dix ans pour aboutir ; la création de réserves foncières doit être rendue possible ; il faut recourir à d’autres systèmes que la location, qui conduit l’État, par le prix des seuls baux, à payer trois fois le coût d’une construction.
(Mme Jennifer De Temmerman, rapporteure spéciale, et M. André Chassaigne applaudissent.) La parole est à Mme la ministre déléguée chargée de la citoyenneté. C’est un plaisir et un honneur pour moi d’être avec vous pour présenter le budget du ministère de l’intérieur. Je veux commencer par vous prier d’excuser M. le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, que je représente : il est retenu par d’autres obligations.
Ce budget comporte trois missions : la mission
Administration générale et territoriale de l’État , la mission Sécurités à laquelle est rattaché le compte d’affectation spéciale Contrôle de la circulation et stationnement routiers , et la mission Immigration, asile et intégration . Comme nous l’avons fait avec le ministre de l’intérieur il y a quelques jours devant la commission des lois, je commencerai par me réjouir que, conformément à la volonté du Président de la République et du Premier ministre, le budget du ministère de l’intérieur connaisse, dans son ensemble, une augmentation exceptionnelle de ses crédits de 1,5 milliard d’euros.
Avec ces moyens nouveaux, le budget du ministère de l’intérieur aura enregistré, depuis le début du quinquennat, une augmentation de 3,5 milliards d’euros. Cet effort budgétaire historique doit bien sûr s’incarner dans des résultats sur le terrain, au bénéfice des Français, et il doit être visible pour les agents du ministère.
Dans un premier temps, il me revient de vous présenter les missions
Administration générale et territoriale de l’État et Sécurités . La mission Immigration, asile et intégration sera examinée ultérieurement.
Les crédits de la mission AGTE enregistrent cette année une progression de 351 millions d’euros, plan de relance inclus. Cette mission est fondamentale pour au moins trois raisons.
Tout d’abord, elle inclut le budget du réseau des préfectures et sous-préfectures qui font un travail remarquable dans cette période particulière de crise sanitaire. Elle comprend ensuite les crédits de l’administration centrale du ministère, indispensables pour venir en soutien et à l’appui de l’activité opérationnelle de nos forces. Elle abrite également les crédits destinés au financement de la vie politique et à l’organisation des élections, sachant que, comme cela a été rappelé, deux rendez-vous démocratiques majeurs auront lieu en 2022.
La modernisation de l’action publique est en place avec la nouvelle organisation territoriale de l’État déployée cette année : création des secrétariats généraux communs départementaux, nouveaux périmètres des directions départementales interministérielles du champ jeunesse et sports et de celui de l’emploi. La réforme de l’organisation territoriale mise en place cette année permettra d’améliorer à moindre coût le service rendu aux Français, mais aussi de rassembler l’État déconcentré autour du préfet. Ce dernier est renforcé par la réforme et par les dernières mesures annoncées lors des deux comités interministériels de la transformation publique (CITP) présidés par le Premier ministre.
Cette priorité se traduit dans la dépense de personnels et par trois actions majeures. Premier axe majeur : pour la deuxième année consécutive, les effectifs des préfectures et des sous-préfectures et secrétariats généraux communs sont maintenus au même niveau afin de soutenir l’administration déconcentrée et de renforcer son action – une action de proximité utile au cœur des territoires. La décision inédite de maintenir les effectifs deux années consécutives marque le terme de la forte déflation entamée depuis plus de dix ans, évolution qui avait conduit le réseau à perdre 25 % de ses effectifs. Au total, 454 emplois seront supprimés dans l’administration centrale au lieu de l’être dans les territoires, en préfecture ou en sous-préfecture. Cette mesure permettra de renforcer notamment le service des étrangers dans les préfectures pour accompagner notre action dans ce domaine.
Deuxième axe : la mission
Administration générale et territoriale de l’État permet, dans les départements, de rapprocher les services des Français. Deux actions sont déjà engagées en vue d’atteindre cet objectif. Le ministère de l’intérieur a engagé le chantier de relocalisation de 1 500 emplois d’administration centrale qui seront installés dans des villes en dehors des grandes métropoles, hors de l’Île-de-France. Ces villes seront candidates pour accueillir ces emplois. De plus, vingt-trois postes d’experts de haut niveau et de directeurs de projet sont créés directement auprès des préfets. Ces personnels en cours de recrutement prendront leur fonction au plus tard en janvier 2022. Encore des fonctionnaires ! Encore des créations de postes ! Enfin, la mission comporte un troisième axe notable relatif à la politique de ressources humaines pour 2022. Le ministère de l’intérieur prend en effet toute sa part dans le soutien à la jeunesse. Le financement du plan 10 000 jeunes est prévu, et, en la matière, les résultats sont atteints. Je veux souligner et saluer la forte mobilisation des préfets. Ce plan a permis à des jeunes issus de quartiers dits politiques de la ville d’accéder à des stages et à des postes d’apprentis.
Le budget de fonctionnement et d’investissement est aussi centré sur l’accompagnement et la réforme de l’administration territoriale. Il permettra d’engager une convergence de l’action sociale et du financement des chantiers immobiliers liés à la nouvelle organisation territoriale et à la sécurisation des préfectures.
Je veux dire rapidement un mot rapide sur la féminisation, car ce qui a été dit à cette tribune est faux.
Les chiffres sont parlants ! Le 8 mars dernier, nous avons lancé avec le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, un grand plan concret de féminisation du ministère de l’intérieur, notamment avec le renfort des cycles Ariane et Ariane junior qui visent à trouver des viviers de candidates afin de pouvoir nommer toujours davantage de femmes. Le ministère de l’intérieur était historiquement très masculin, mais nous avons lancé un certain nombre de projets, en particulier des campagnes de recrutement à destination des femmes. Des podcasts et des événements permettent notamment de mettre en avant les femmes. Les résultats sont là : nous sommes passés de 25 % à près de 40 % de femmes nommées dans la préfectorale et aux directions des administrations. Je veux saluer ces femmes nommées pour leurs compétences.
Nous avons nommé un certain nombre de femmes à des postes extrêmement importants. Certaines d’entre elles sont des pionnières.
(Applaudissements sur quelques bancs du groupe LaREM. – Mme Élodie Jacquier-Laforge applaudit également.) Je veux par exemple citer le cas de Pascale Dubois qui a pris la tête des CRS, les compagnies républicaines de sécurité. C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste. La féminisation du ministère de l’intérieur, singulièrement de la préfectorale, est bien au rendez-vous, dans la continuité des orientations du Président de la République.
Outre l’administration territoriale, la mission
Administration générale et territoriale de l’État retrace les crédits nécessaires aux politiques transversales et de soutien aux missions du ministère. Il continue d’investir dans le domaine du numérique, par exemple, et il conduit des projets de grande ampleur en priorité au bénéfice des forces de sécurité intérieure. C’est le cas par exemple du réseau radio du futur (RRF), réseau à haut débit qui sera commun aux forces de sécurité et de secours. Je pense aussi à France alerte qui doit permettre d’alerter en temps réel les populations : cela a été évoqué précédemment.
Les systèmes d’information sont aussi essentiels pour la modernisation et la transformation des autres missions régaliennes. En matière de politiques d’accueil des étrangers en France par exemple, ils faciliteront les demandes de titres. Le déploiement de la nouvelle carte d’identité a débuté en 2021 : entre le 15 mars et le 30 août, nous avons reçu plus de 1,3 million de demandes. À ce stade, 950 000 titres ont été produits.
J’en viens au fonds interministériel de prévention de la délinquance. La vidéoprotection constitue une priorité forte, annoncée par le Président de la République lors de la clôture du Beauvau de la sécurité : les crédits qui y sont consacrés bénéficieront d’une augmentation significative. Ils progresseront de 10 millions d’euros ouverts au titre du plan de relance, ce qui portera le montant global du FIPD à 79,4 millions d’euros l’an prochain.
Ça fait combien de caméras ? Grâce à cette action, les préfets investiront aussi le champ de la lutte contre l’islamisme et contre les différentes atteintes aux principes républicains en veillant à déployer les outils que vous avez inscrits dans la loi du 24 août dernier confortant le respect des principes de la République.
La mission
Administration générale et territoriale de l’État retrace enfin les crédits nécessaires à l’organisation des élections au sein, bien sûr, d’un programme dédié. Le ministère a tenu compte des recommandations très pertinentes de votre mission parlementaire pour sécuriser les importantes opérations électorales de 2022. Afin que les dysfonctionnements constatés en juin dernier ne se reproduisent plus, des mesures correctives ont dès à présent été engagées par le ministère de l’intérieur. Le 13 août dernier, les différents lots qui liaient le ministère de l’intérieur à la société Adrexo ont été résiliés ; ils sont aujourd’hui en cours d’attribution. La mise sous pli ne sera plus assurée par l’administration, si les conditions de sa délégation à un prestataire ne sont pas jugées suffisamment sûres pour en permettre la maîtrise par les préfectures. Les contrôles tout au long de la chaîne logistique seront très fortement accrus. Des moyens correspondants à la bonne tenue des futures élections ont donc été budgétés. Ce programme comporte aussi les crédits nécessaires à la bonne organisation des scrutins de 2022.
Enfin, je veux rappeler le travail que nous menons concernant les procurations. Nous nous sommes engagés dans leur numérisation progressive. Au demeurant, cela a bien fonctionné lors des dernières élections, ce qui a notamment permis d’alléger significativement le temps que les forces de sécurité intérieure consacrent à cette mission.
J’en viens à la mission
Sécurités . Au sein du budget du ministère de l’intérieur, les crédits de cette mission et de ses quatre programmes, Police nationale , Gendarmerie nationale , Sécurité civile et Sécurité et éducation routières sont bien évidemment les premiers bénéficiaires des augmentations prévues dans le projet de loi de finances pour 2022. Cela découle directement de la volonté du Président de la République et du Premier ministre exprimée à l’issue des travaux menés dans le cadre du Beauvau de la sécurité. En prenant en considération France relance, je peux vous dire que la progression des crédits de cette mission est supérieure à 1 milliard d’euros. Depuis le début du quinquennat, cela porte l’augmentation du budget de la mission Sécurités à 2,3 milliards d’euros.
Ces crédits, qui permettront de mettre en œuvre une partie importante des conclusions du Beauvau de la sécurité, concourent aussi à faire avancer nos priorités, avec Gérald Darmanin, pour la protection des Françaises et des Français.
Je mentionnerai à ce titre deux politiques : d’une part, la lutte intense contre les stupéfiants ;…
Très bien ! Nous sommes, comme vous, contre la légalisation ! …d’autre part, la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, dont le Président de la République a fait la grande cause de son quinquennat – nous y reviendrons.
L’évolution des dépenses de personnel pour la police et la gendarmerie sera marquée par la volonté de respecter jusqu’au bout l’engagement du Président de la République de créer 10 000 postes supplémentaires au sein des forces de sécurité intérieure sur l’ensemble du quinquennat. Il faudra aussi lancer des mesures issues du Beauvau de la sécurité.
S’agissant des créations de postes au sein des forces de sécurité intérieure, le projet de loi de finances prévoit le financement de la dernière tranche du plan « 10 000 jeunes », qui permettra de renforcer la présence de policiers et de gendarmes sur le terrain, comme l’a souhaité le Président de la République. Ainsi, toutes les circonscriptions de sécurité publique, je dis bien toutes, connaîtront une progression sur la durée du quinquennat. Nos autres priorités, notamment celle relative au renseignement, bénéficient aussi de ce plan de création de postes de policiers et de gendarmes sur l’ensemble du quinquennat.
Le budget propose également un renforcement qualitatif de la présence sur le terrain de la gendarmerie grâce à la densification des pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie. Ces unités d’intervention spécialisées seront mieux équipées et les personnels qui les composent plus qualifiés, les gendarmes adjoints volontaires étant remplacés par des sous-officiers.
Dans le sillage du Beauvau de la sécurité, les mesures dites catégorielles correspondent à un panier global de mesures salariales structurées autour de priorités stratégiques communes aux deux forces. Il s’agit de mieux valoriser les missions les plus exposées – dans les zones de montagne, par exemple –, d’accompagner la révolution managériale en reconnaissant la prise de responsabilité, ou encore de renforcer l’information et la promotion sociales.
L’augmentation des crédits de fonctionnement et d’investissement correspond au souhait que nous formons, avec le ministre de l’intérieur, de traduire au plus vite les axes de progrès identifiés lors du Beauvau de la sécurité.
Un effort est consenti dès 2022 en matière de formation. Plusieurs mesures phares sont prévues, notamment l’augmentation du temps de formation initiale et du temps de formation continue, ainsi que le lancement des travaux pour la création de l’académie de police par laquelle tous les policiers auront vocation à passer à un moment ou un autre de leur carrière. Nous poursuivons nos efforts pour les policiers et pour les gendarmes, et pour une politique d’action sociale ambitieuse. Je pense à la question de la réservation de logements et à celles de la prévention du suicide ou de la gratuité des transports pour les policiers.
Je vois que mon temps de parole est écoulé, monsieur le président.
Le Gouvernement s’exprime comme il l’entend, mais un cadre un peu exigeant est tout de même fixé. Je conclus donc en résumant mon propos.
Le budget du ministère de l’intérieur pour 2022 permettra de mieux répondre aux besoins de protection de la population, mais aussi aux besoins matériels des forces de sécurité – je pense en particulier au lancement des grands chantiers immobiliers.
Finalement, la ministre déléguée n’aura répondu à personne ! Je reviendrai si vous le souhaitez, dans les réponses aux questions, sur la sécurité civile et la sécurité routière que je souhaitais absolument aborder en détail. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LaREM et Dem.) Nous en venons aux questions. Pour ce qui est des temps de parole, cette fois, les choses sont claires : la durée des questions comme celle des réponses ne peut excéder deux minutes.
La parole est à M. Loïc Kervran.
Je profite de la publication du rapport annuel de la délégation parlementaire au renseignement, il y a deux semaines, pour évoquer le renseignement territorial, moins en tant que service qu’en tant que fonction.
Diverses raisons expliquent qu’il constituera un maillon absolument essentiel de la sécurité intérieure des années à venir. La première tient à l’évolution de la menace. Les services du renseignement territorial seront en effet amenés à jouer un rôle décisif pour contrer les subversions violentes, les violences collectives, les atteintes à la forme républicaine des institutions, mais aussi pour lutter contre le terrorisme, avec le développement d’une menace qui vient de ce qu’on appelle le bas du spectre.
Toutefois le renseignement territorial ne dispose pas aujourd’hui de son autonomie budgétaire. Ainsi, le budget du service central du renseignement territorial (SCRT) n’est pas isolé : il fait partie de celui de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP). L’absence d’autonomie budgétaire constitue un handicap majeur pour la fonction renseignement territorial dont les moyens budgétaires dépendent finalement de plusieurs programmes distincts, alors que les besoins sont très importants, qu’ils soient techniques ou humains.
Madame la ministre déléguée, j’aimerais connaître votre point de vue sur la proposition de la délégation parlementaire au renseignement de créer des budgets opérationnels de programme (BOP) dédiés au renseignement territorial. Cela permettrait au SCRT, à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) et à la sous-direction de l’anticipation opérationnelle (SDAO) de la gendarmerie de bénéficier d’une réelle sécurité budgétaire, mais aussi d’indicateurs de performance et de pilotage. La volonté politique exprimée par la représentation nationale pourrait ainsi être traduite en actes.
La parole est à Mme la ministre déléguée. Je vais tâcher de vous répondre dans les deux minutes qui me sont imparties. Comme vous le savez, le renseignement territorial est rattaché à la direction de la sécurité publique. Cela favorise notamment une bonne intégration entre toutes les actions de sécurité publique au niveau local, mais cela permet également aux services de renseignement de bénéficier de locaux, d’équipements et de moyens pour leur fonctionnement quotidien octroyés directement à l’échelon local. Séparer, au sein de la sécurité publique, les seuls crédits destinés au renseignement territorial n’optimiserait pas cette gestion. Au contraire, cela rajouterait des tâches de soutien aux services opérationnels.
Plus globalement, l’insertion du renseignement territorial dans le programme
Police nationale lui permet de bénéficier des moyens budgétaires importants alloués à ce programme. Cela rend possible une certaine agilité qui est essentielle pour les projets qui, par exemple, nécessitent un financement pluriannuel. Je terminerai en rappelant que, en tout état de cause, le renseignement est – et reste – une priorité du Gouvernement, et qu’il a encore bénéficié de renforts importants. La parole est à M. Rémi Delatte. Comme cela a été dit, les crédits de la mission Sécurités ont été confortés sous l’effet du Beauvau de la sécurité et à la faveur du plan de relance. Il faut le reconnaître : c’est un signal fort. Ce dernier était attendu pour rattraper certains manquements observés les années précédentes en matière d’investissement et d’équipement, mais surtout pour adapter la gendarmerie nationale et la police nationale aux nouveaux risques et aux nouvelles menaces de sécurité civile tout en assurant leur modernisation.
Ma question ciblera plus particulièrement l’entretien et la réhabilitation du parc immobilier de la gendarmerie nationale et de la police nationale. Vous le savez, les attentes des personnels, des militaires et de leurs familles sont très nombreuses et pressantes. Je prendrai un exemple qui me tient à cœur – il justifie d’ailleurs mon implication permanente et inlassable sur ce sujet. À Dijon, le quartier Deflandre est le siège de la gendarmerie pour la région Bourgogne-Franche-Comté. Les travaux nécessaires pour réhabiliter les logements et les installations opérationnelles sont estimés à 77 millions d’euros afin de fournir du chauffage tout l’hiver, d’apporter de l’eau chaude à tous les étages et de rénover l’isolation pour assurer plus de confort aux 400 familles qui sont logées sur place.
Madame la ministre déléguée, pouvez-vous nous garantir que les crédits nécessaires à la mise à niveau de l’ensemble du parc immobilier – autant les logements que les bureaux – seront sanctuarisés ? J’ai cru comprendre que la future LOPPSI pourrait intégrer cette dimension. J’irai aussi jusqu’à vous demander si une montée en puissance des crédits pouvait être envisagée afin d’accélérer les différents programmes immobiliers attendus.
La parole est à Mme la ministre déléguée. S’agissant du lancement de grands chantiers immobiliers, je commencerai par rappeler que nous avons trois objectifs essentiels. Il s’agit tout d’abord de mieux accueillir les victimes – c’est un axe qui est ressorti du Beauvau de la sécurité. Deuxième objectif : améliorer le quotidien de la police et de la gendarmerie. Enfin, nous souhaitons monter en puissance sur les grands chantiers qui ont déjà été annoncés.
Votre constat nous semble juste. D’ailleurs, de nombreux rapports l’ont montré et le Beauvau de la sécurité l’a confirmé : dans le passé, l’immobilier de la police et de la gendarmerie a été sacrifié au bénéfice de mesures salariales. Dans la continuité du plan de relance, ce budget permet d’entreprendre un effort qui est vraiment important. Ainsi, je tiens à souligner l’augmentation sans précédent des crédits pour l’immobilier, avec 185 millions supplémentaires pour la police et 95 millions de plus pour la gendarmerie. En outre, l’accent est mis sur l’entretien et la maintenance des locaux en engageant, par exemple, un plan de sécurisation pour les commissariats et les casernes. Le troisième plan, dit « poignées de portes », voulu par le ministre de l’intérieur pour l’entretien des locaux des services et des équipements du quotidien participe aussi d’un effort de remise à niveau en matière de maintenance des locaux, notamment ceux que vous avez évoqués.
Sur le long terme, le ministère de l’intérieur voudrait étudier avec le ministère des comptes publics la faisabilité et la soutenabilité de certaines pistes innovantes, comme la création d’une foncière qui a notamment été suggérée par certains travaux parlementaires.
J’appelle les crédits de la mission Administration générale et territoriale de l’État , inscrits à l’état B.
La parole est à Mme Stella Dupont, pour soutenir l’amendement no 1006.
Je m’excuse de commencer par un amendement qui comporte une erreur matérielle. Cela n’aura échappé à personne : nous ne souhaitions pas supprimer le programme Vie politique . J’en suis désolée, mais je tenais à le présenter puisque, sur le fond, cet amendement est important. Il rejoint d’ailleurs une proposition faite par Mme la rapporteure spéciale en commission des finances qui concerne l’administration territoriale de l’État et les préfectures.
Au printemps dernier, en tant que rapporteurs spéciaux de la mission
Immigration, asile et intégration , nous nous sommes penchés, avec Jean-Noël Barrot, sur les moyens des préfectures. J’avoue que ce que j’ai découvert en matière de qualité de service est pire que ce que j’imaginais : les usagers subissent des retards très importants qui rendent l’accès aux droits très difficile. Cela engendre un certain nombre de contentieux pour lesquels nous avons d’ailleurs produit des estimations chiffrées.
Avec Jean-Noël Barrot, nous avons proposé de renforcer les services dédiés aux étrangers dans les préfectures. Vous l’avez évoqué dans votre propos introductif, madame la ministre déléguée. Alors qu’on maintient les effectifs dans l’administration préfectorale, je m’interroge sur la manière dont vous comptez renforcer effectivement ces bureaux dans les préfectures. Le besoin est réel, les personnels sont fatigués et la rotation est importante dans ces services. Il y a une forme d’urgence à renforcer les effectifs pour rattraper un retard qui s’est accentué avec la crise sanitaire en matière d’instruction des demandes de titres de séjour pour les étrangers.
Quel est l’avis de la commission ? Nous partageons le même constat et la même volonté. Effectivement, les moyens ne sont pas à la hauteur de la tradition humaniste d’accueil qui est la nôtre. Notre collègue Bernalicis l’a évoqué : sur la plateforme permettant aux étrangers de s’inscrire pour être accompagnés dans la gestion de leur dossier, les créneaux disponibles sont si peu nombreux qu’on assiste désormais à un véritable trafic de rendez-vous. Il faut donc remettre de l’humain et des personnels pour régler ces dossiers qui, je le rappelle, sont ceux de personnes qui ont réellement droit à l’asile et qui sont maintenues dans l’irrégularité du fait du manque de personnel.
Si je souscris donc à l’esprit de votre amendement, je vous invite à vous replier sur celui que je vais présenter puisque, malheureusement, votre amendement vide par erreur entièrement le programme
Vie politique – vu la tenue prochaine des élections, cela pourrait être un peu gênant… Quel est l’avis du Gouvernement ? Tout d’abord, je rappellerai que des renforts sont régulièrement affectés aux services chargés des étrangers pour leur permettre de mener à bien leur mission, et ce dans les meilleures conditions. Par ailleurs, l’amendement proposé reviendrait à mettre en cause de manière significative l’équilibre financier du programme 216 et notamment les moyens de fonctionnement de l’administration centrale. On s’en fout ! Non, on ne s’en fout pas. Je veux rappeler que pour la deuxième année consécutive, il n’y aura aucune suppression d’emploi dans le réseau territorial des préfectures et des sous-préfectures. Cette décision inédite marque le terme de la forte déflation entamée depuis plus de dix ans et qui avait conduit le réseau à perdre 25 % de ses effectifs.
Depuis deux ans, des renforts en équivalents temps plein (ETP) ont donc régulièrement été affectés dans les services s’occupant des étrangers. Mais le principal sujet en interne au ministère de l’intérieur, c’est de pouvoir renforcer l’attractivité de ces services. Quatre leviers ont été identifiés pour améliorer leur fonctionnement : favoriser le déroulement de la carrière des agents et les fidéliser grâce à une approche indemnitaire plus favorable ; adapter les modalités du temps de travail avec la définition de cycles et le paiement des heures supplémentaires ; développer la formation pour les agents comme pour les cadres ; définir des parcours professionnels plus favorables pour les agents qui choisissent de s’engager dans ces services.
Au-delà des renforts sur le plan des moyens, il y a de nouvelles pistes d’amélioration des processus métiers et de l’organisation des services dans le cadre du déploiement de l’administration numérique pour les étrangers en France. Cela devrait aussi contribuer à la poursuite de la réduction des délais de traitement des demandes et à l’amélioration de la qualité du service rendu aux usagers étrangers – c’est une priorité, je vous rejoins sur ce point.
Enfin, je le disais en introduction, transférer les 9 millions d’euros et les emplois associés du programme 216 vers le programme 354 tel que le propose l’amendement remet gravement en cause l’équilibre financier du programme 216 et revient surtout à priver l’administration centrale des moyens de fonctionner correctement.
C’est pas bien, hein ! C’est pourquoi je vous demande de retirer votre amendement. La parole est à M. Ugo Bernalicis. Pour la plupart d’entre nous, cela fait quatre années que nous siégeons sur ces bancs. Excusez-moi de vous le dire mais, au bout de quatre ans, on pourrait s’épargner les arguments de forme comme celui qu’on vient d’entendre… Eh oui ! …du type « Ah oui, mais vous avez pris 9 millions sur le programme de 216 du coup, si on le faisait vraiment, ce serait problématique pour l’administration ». On ne peut pas déposer d’amendement si on ne prend pas l’argent quelque part ! Eh oui ! Nous ne sommes pas le Gouvernement, nous ne pouvons pas créer de nouvelles lignes de crédits ni des dépenses.
Madame la ministre déléguée, dites plutôt que vous ne souhaitez pas lever le gage parce que vous n’avez pas les moyens budgétaires pour le faire. Soyez honnête, mais arrêtez avec ces arguments de forme.
Je donne les arguments que je veux ! En plus, on gagnera du temps dans la discussion budgétaire et cela facilitera la compréhension de nos débats pour ceux qui nous regardent. Je tiens à bien leur rappeler que, pour déposer un amendement afin de renforcer les crédits d’un programme, il faut en prendre ailleurs, parce que nous ne sommes pas le Gouvernement ; seul ce dernier peut accepter l’amendement et lever le gage. Assumez ces discussions certes un peu techniques, mais quand même, au bout de quatre ans on pourrait avoir, au moins sur la forme, un débat de meilleure qualité. (MM. Maxime Minot et Mansour Kamardine applaudissent.) Monsieur Bernalicis, permettez-moi une petite remarque de vocabulaire : s’agissant d’un amendement de crédit, le Gouvernement ne peut pas lever le gage. Mais si ! Ce n’est pas tout à fait pareil qu’en matière fiscale, où les parlementaires doivent prévoir une recette supplémentaire pour combler le surcroît de déficit.
La parole est à Mme Stella Dupont.
Merci pour ce rappel, monsieur le président. Madame la ministre déléguée, je vous remercie pour les précisions que vous avez apportées. Ce sujet mérite une attention globale et je partage tout ce que vous avez évoqué concernant la formation et l’évolution de carrière.
Permettez-moi d’insister : nous avons besoin de professionnels présents physiquement dans les bureaux des préfectures…
Il n’y a personne en préfecture ! …et en particulier dans celles où les usagers rencontrent des difficultés extrêmement fortes entraînant des retards d’accès aux droits. Nous avons vraiment besoin de moyens humains dans les préfectures. Comme Mme la rapporteure spéciale l’expliquait, mon amendement pose question puisqu’il comporte une erreur matérielle. Je le retire,… Tout ça pour ça ! …mais je reste convaincue de l’intérêt… Merci.
(L’amendement no 1006 est retiré.) La parole est à Mme Cécile Untermaier, pour soutenir l’amendement no 357. Cet amendement participe du même esprit. Il s’agit de renforcer les moyens de l’administration territoriale, et en particulier ceux des préfectures et des sous-préfectures.
Ne croyons pas que les citoyens ne s’intéressent pas du tout aux préfectures et aux sous-préfectures et que ce ne serait qu’une affaire d’élus. Elles participent beaucoup de la vie administrative et de la sécurité locales. Quand on voit les grilles de la sous-préfecture fermées, c’est anxiogène pour la population. D’ailleurs, pourquoi ne fait-on pas en sorte que la sous-préfecture ou la préfecture puisse être ouverte au même titre que les établissements France Services ? On ne demande pas qu’elles soient ouvertes toute la journée, mais que le matin, on ait au moins le sentiment de pouvoir entrer en ayant accès au guichet d’un service de l’État.
Il y a des avancées puisque vous sanctuarisez les effectifs, mais il me semble qu’il faut faire un pas en avant en augmentant les effectifs et en permettant à toutes les sous-préfectures et toutes les préfectures de renforcer l’accueil au guichet ; c’est le sens de cet amendement.
Quel est l’avis de la commission ? Je partage totalement votre constat. De mon côté, j’ai été un peu moins ambitieuse que vous – 100 millions je n’oserais pas en rêver. Mme la ministre déléguée l’a évoqué : face aux problèmes de recrutement dans les préfectures, il est important de définir une véritable stratégie pour redonner envie à nos agents d’exercer dans les CERT et dans les services dédiés aux étrangers.
Ce n’est toutefois pas suffisant : dès lors que des baisses d’effectifs ont eu lieu pendant plusieurs années, comment donner envie aux agents de s’engager dans une voie sans savoir combien de temps leur poste sera maintenu ? Il faut aller plus loin, il faut revenir sur les baisses des années précédentes et recréer des postes pour remettre de l’humain dans nos territoires.
Juste une petite chose : dans votre amendement, vous prenez les crédits dans l’action 03,
Numérique , or le numérique pose question. Selon moi, on ne met pas assez d’argent pour avoir des outils efficaces. Par exemple, au CERT de Nantes que j’ai visité, les agents traitent les permis étrangers en bricolant à partir de l’application dédiée aux permis français. Or il y a quand même quelques spécificités qui ne vous échapperont pas, notamment sur le contrôle des documents produits. J’ai vu des agents faire des tableaux Excel à côté pour pallier l’inefficacité des outils numériques. Je ne suis donc pas vraiment favorable à la réduction des moyens. Au contraire, il faut mettre davantage d’argent pour avoir des outils numériques efficaces. Sur le fond, je partage néanmoins votre avis. La commission n’a pas examiné votre amendement mais, à titre personnel, j’y suis favorable. Quel est l’avis du Gouvernement ? Avis défavorable. La parole est à M. Ugo Bernalicis. Affecter davantage de personnel aux sous-préfectures et aux préfectures et renforcer l’échelon départemental dans l’action de l’État était censé être une priorité. À effectifs constants, si vous renforcez des services en interne, le service des étrangers par exemple, cela signifie qu’il y a moins d’agents dans d’autres services, qui doivent pourtant continuer de fonctionner. S’il faut davantage de personnes au service des étrangers, cela doit se traduire par des recrutements supplémentaires et non par une ponction sur la bête, laquelle a déjà été bien dépecée d’année en année, comme la rapporteure spéciale l’a rappelé. Mais ce gouvernement, qui préfère les autosatisfecits permanents, explique que les chiffres sont stables. Tout ça, c’est de l’arnaque. La parole est à M. Jean-Paul Dufrègne. Je soutiens l’amendement. On n’a pas les moyens, donc, nous dit-on, on ne fait pas. Je vous présente une suggestion : l’examen d’un projet de loi de finances rectificative (PLFR) va être ouvert dans les prochains jours. Inscrivez donc les moyens nécessaires dans ce PLFR. Ah oui, voilà ! Très bien ! La parole est à Mme Cécile Untermaier. Je remercie Mme la rapporteure spéciale d’avoir une vision objective de la situation sur le terrain. De fait, la situation ne doit pas échapper à la vigilance de l’État et du Gouvernement. Les préfectures et sous-préfectures conduisent un travail remarquable, les préfets et sous-préfets sont aux manettes mais, dans une direction départementale des territoires (DDT), vous avez trois agents : comment voulez-vous qu’ils conduisent un travail crédible vis-à-vis des élus qui viennent les voir ou des particuliers qui rencontrent un problème ? Il convient de renforcer les préfectures et sous-préfectures ainsi que les services territoriaux dans nos campagnes, c’est essentiel. Voir un service ouvert participe du sentiment de sécurité. Or, aujourd’hui, seules les gendarmeries sont ouvertes.
(L’amendement no 357 n’est pas adopté.) La parole est à Mme la rapporteure spéciale, pour soutenir l’amendement no 789. Il concerne le même sujet : le manque de moyens, que j’ai pu constater en me rendant dans les CERT. Les agents m’ont dit qu’ils avaient probablement sous-évalué les besoins lors de la mise en place des centres de titres dans le déploiement du plan Préfectures nouvelle génération (PPNG) en 2017. Je l’ai dit hier dans l’hémicycle, en matière d’immigration, nous devons avoir une stratégie globale, et un premier pas concret serait de renforcer les moyens pour les régularisations.
Cet amendement est moins ambitieux. Il ne coûte rien puisqu’il optimise les crédits. Il va en effet chercher sur la ligne « dépenses de personnel » de l’action
État-major et services centraux du programme 216, Conduite et pilotage des politiques de l’intérieur de l’argent qui n’est pas utilisé depuis 2018. On constate en effet une sous-exécution de ces crédits entre 16 et 30 millions depuis 2018. Je vous propose de prendre cet argent inutilisé de manière récurrente pour créer 254 ETP dans nos préfectures et sous-préfectures. Il s’agit, encore une fois, de remettre de l’humain dans nos territoires, pour nos concitoyens, les personnes concernées et nos agents au bord du burn-out. Quel est l’avis du Gouvernement ? Défavorable. La parole est à M. le rapporteur pour avis de la commission des lois. Il y a certes une question de nombre d’agents dans les préfectures et sous-préfectures, car c’est l’échelon de proximité, mais avant la question du nombre se pose celle de la qualification. Le travail des préfectures et sous-préfectures a beaucoup changé, l’outil informatique a modifié bien des choses et, parfois, le personnel n’est pas qualifié pour ces nouvelles missions. Celles-ci peuvent exiger une montée en compétences et un recrutement accru, en en sous-préfecture, d’agents de catégorie A spécialisés dans l’accompagnement territorial ou l’ingénierie précise plutôt que dans des tâches d’exécution qui ont disparu parce qu’elles ont été industrialisées et numérisées. Sur cet enjeu, l’État n’est pas réactif.
Cet amendement me semble pertinent car, si le chiffre n’est pas énorme, il concerne un sujet, la qualification des agents, sur lequel nous devons travailler. Il faut absolument placer à côté des sous-préfets des agents de catégorie A chargés de problématiques complexes. Cela devient urgent dans nos territoires.
La parole est à M. François-Michel Lambert. J’entends bien la volonté du Gouvernement d’être plus performant, plus qualitatif, mais, pendant ce temps, que fait-on pour remédier aux défaillances ? Dans nos circonscriptions, nous sommes en permanence appelés à nous « dépatouiller », passez-moi le terme, pour résoudre des problèmes administratifs. Sommes-nous là pour suppléer les réponses que devraient apporter les services de la préfecture ?
Enfin, au moment où l’économie française redémarre et connaît des difficultés de recrutement, comment recruter quelqu’un qui ne reçoit pas son permis de conduire ou une personne qui est dans un entre-deux vis-à-vis d’une régularisation ? Comment aller de l’avant si l’administration n’a pas les moyens, ne peut répondre ? Les patrons en font les frais, partant l’économie, qui dysfonctionne : au final, c’est de la perte collective, pour les individus qui en souffrent comme pour les budgets des collectivités et de l’État.
La parole est à Mme Stella Dupont. Cet amendement, qui me semble intéressant et mesuré, vise en outre des crédits non consommés habituellement. J’y suis donc favorable. Bravo !
(L’amendement no 789 est adopté.) (Applaudissements sur divers bancs.) Bravo, madame la rapporteure spéciale ! La parole est à Mme la ministre déléguée, pour soutenir l’amendement no 979. La France s’est mobilisée pour obtenir 736 millions des 5 milliards de la réserve d’ajustement au Brexit, et il convient désormais pour notre pays d’optimiser le retour financier de ce fonds européen. Pour répondre à cette ambition, des moyens sont nécessaires au profit du ministère de l’intérieur, désigné organisme intermédiaire pour la gestion du volet « frontières ». Ces moyens sont dévolus à la mission Administration générale et territoriale de l’État , qui est l’administration assurant le financement des services de la direction générale des étrangers en France (DGEF).
Par ailleurs, cet amendement complète la mesure annoncée par le Premier ministre en juillet dernier au comité interministériel de la transformation publique. À la suite du succès de l’appel à candidature, la création d’un vingt-troisième poste d’expert de haut niveau a été décidée. L’amendement proposé vise donc à en assurer le financement sur le programme 354,
Administration territoriale de l’État . Quel est l’avis de la commission ? La commission n’ayant pas examiné cet amendement, je parlerai à titre personnel. Le Gouvernement souhaite mettre à jour les crédits de la mission pour tenir compte de l’allocation du fonds Brexit par l’Union européenne et pour créer un vingt-troisième poste d’expert de haut niveau. L’action État-major et services centraux a été sous-exécutée à chaque reprise lors des exercices précédents. Compte tenu des sommes en jeu, il ne semble pas opportun d’y apporter davantage d’argent. Par ailleurs, le recrutement d’experts de haut niveau n’est pas en soi une mauvaise chose mais, alors que les services au contact manquent de moyens et d’effectifs, ne serait-il pas plus judicieux – et je vous remercie tous d’avoir voté mon amendement – d’allouer cette somme aux CERT et au service des étrangers ? La parole est à M. Ugo Bernalicis. Pour enfoncer le clou définitivement, l’amendement du Gouvernement ne prévoit pas de crédits en moins, contrairement aux nôtres, qui sont soumis à cette contrainte. Quand il y a un débat là-dessus, j’aimerais donc qu’on soit techniquement au point et qu’on arrête de s’envoyer des arguments fallacieux à la figure.
S’agissant de l’amendement, je rejoins l’avis de la rapporteure spéciale. Ce n’est qu’un expert en plus et ce n’est pas ce qui va changer la face du monde, surtout quand on voit la sous-exécution d’une partie des crédits de ce programme 216.
(L’amendement no 979 est adopté.) L’amendement no 954 de Mme Anne-Laure Cattelot est défendu.
(L’amendement no 954, repoussé par la commission et le Gouvernement, n’est pas adopté.) L’amendement no 955 de Mme Anne-Laure Cattelot est défendu.
Quel est l’avis de la commission ?
Défavorable. Quel est l’avis du Gouvernement ? Même avis. La parole est à M. Ugo Bernalicis. Ces amendements portant sur le FIPD, je profite de l’occasion pour rappeler que ce fonds conduit assez peu de prévention de la délinquance et sert essentiellement à de l’ingénierie en vue de mettre en place des caméras de vidéosurveillance un peu partout. Nous avons un ministre de l’intérieur qui se prend pour un VRP d’une société commerciale d’installation de caméras,… Toujours dans la nuance, monsieur Bernalicis ! …expliquant de ville en ville que la délinquance reculerait s’il y avait plus de caméras par ci, plus de caméras par là, comme pas plus tard qu’hier à Lyon. Vous en avez vous-mêmes fait un sujet d’actualité et le ministre en fait un sujet politique. Arrêtez ! C’est une mauvaise dépense d’installer des caméras de vidéosurveillance. (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe LR.) Vous auriez bien besoin d’êtres humains sur le terrain, d’une police technique et scientifique renforcée, car le taux d’élucidation d’un officier de police judiciaire et d’un technicien de police technique et scientifique est bien meilleur que celui d’une caméra, alors qu’une caméra coûte un pognon de dingue : 15 000 euros à l’installation, sans compter l’entretien. Avec cela, nous pourrions remettre habilement des personnes sur le terrain et conduire un véritable travail de prévention. La parole est à Mme la ministre déléguée. Je ne peux laisser tenir de tels propos sans réagir. Tout d’abord, l’attaque personnelle contre le ministre de l’intérieur me paraissait dispensable : nous pouvons avoir des débats de bon niveau sur le fond sans insulter les uns ou les autres. (Mme Blandine Brocard applaudit.)
Ensuite, c’est moi qui suis la ministre chargée du FIPD et de sa bonne exécution et je peux donc vous répondre très précisément sur ce qui est fait, notamment à travers le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPDR) que je vous invite à visiter : vous serez utilement renseigné sur son action, notamment vis-à-vis des quartiers populaires.
Le FIPD contribue ainsi au programme Quartiers d’été, un programme efficace, plébiscité, qui permet de financer des associations…
C’est sous-exécuté ! Non, le programme n’est pas du tout sous-exécuté, au contraire : il est cofinancé avec les crédits du ministère de la politique de la ville. Pas du tout ! Monsieur Bernalicis, nous vous écoutons quand vous parlez, écoutez les autres quand ils parlent ! C’est assez simple, il me semble. Le programme Quartiers d’été est financé conjointement avec le ministère chargé de la politique de la ville. L’été dernier, le Président de la République s’est rendu à Chambord pour une restitution nationale de cette opération. Des associations comme Raid aventure organisation ont présenté la manière dont elles tissent des liens entre des jeunes de quartiers populaires et des services de polices, ce qui contribue à la prévention de la délinquance.
C’est aussi le FIPD qui finance les activités du comité des parents contre le harcèlement. Il nous permet de travailler avec le ministère de l’éducation nationale pour que les jeunes ne soient pas violents entre eux et pour que les services de police et de gendarmerie, les services sociaux et les services éducatifs soient plus accessibles, mieux connus des parents et des jeunes afin de mieux les protéger. Il est donc faux de dire qu’il n’y a pas de prévention de la délinquance.
(Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LaREM et Dem.) La parole est à M. Pierre Cordier. Madame la ministre déléguée, vous avez annoncé 10 millions d’euros supplémentaires pour cette ligne budgétaire. Combien de caméras cette somme permet-elle de financer ?
L’État est effectivement présent pour aider les collectivités territoriales en ce qui concerne l’investissement, mais le fonctionnement de ces structures pèse ensuite entièrement sur le budget des collectivités territoriales.
Ben oui, évidemment ! Ça s’appelle se faire arnaquer !
(L’amendement no 955 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Emmanuelle Ménard, pour soutenir l’amendement no 268. Je ne suis pas du tout d’accord avec M. Bernalicis en ce qui concerne l’usage des caméras,… Évidemment : vous êtes d’accord avec le Gouvernement ! …qui sont extrêmement utiles : cela se vérifie au quotidien dans toutes les villes qui en ont installé.
L’action 01 du programme 354 que je souhaite compléter vise notamment à prévenir la radicalisation. En août 2020, le ministre de l’intérieur a annoncé que plus de 8 132 personnes étaient recensées dans le fichier de traitement des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Compte tenu du fait qu’un grand nombre de terroristes auront bientôt fini de purger leur peine de prison et seront libérés, la France doit augmenter les moyens alloués à la prévention de la radicalisation. Pour rappel, parmi les condamnés, 42 personnes ont été libérées en 2020, 62 l’ont été ou le seront en 2021 et 50 en 2022, après avoir exécuté leur peine.
La constitution des unités de prévention pour la radicalisation (UPRA) pour isoler ces condamnés en prison, n’a fait que reconstituer, malheureusement, des petites cellules terroristes entre détenus radicalisés. Du reste, ces unités dédiées n’ont jamais été complètement étanches. Parmi les détenus terroristes islamistes qui doivent sortir de détention entre 2021 et 2023, on sait que certaines personnes présentent un profil encore extrêmement préoccupant. Il faut absolument mettre en place des instruments de suivi et d’accompagnement à leur sortie. Il est donc essentiel d’augmenter les crédits affectés à la prévention de la radicalisation, notamment en prison.
Quel est l’avis de la commission ? La commission n’a pas examiné cet amendement qui vise à renforcer les moyens de la prévention de la radicalisation. L’action 01, Coordination de la sécurité des personnes et des biens , sert à rémunérer des emplois dédiés dans les préfectures au pilotage de la sécurité, pour un total de près de 3 000 emplois auxquels viendront s’ajouter une cinquantaine d’autres en 2022. Le budget de cette action est ainsi en hausse de 1,7 %. Au sein de la mission, c’est plutôt le FIPD du programme 216, Conduite et pilotage des politiques de l’intérieur , qui est l’outil le plus pertinent pour la prévention de la radicalisation.
À titre personnel, j’émets donc un avis défavorable.
Quel est l’avis du Gouvernement ? Je reviendrai brièvement sur la question des caméras de surveillance. Monsieur Cordier, le prix de l’installation de caméras de surveillance varie beaucoup selon la nature des travaux et selon que la collectivité participe ou non au financement. Je ne puis donc faire de division sur la base d’un chiffre fixe pour vous donner le nombre précis de caméras qui seront financées avec le présent budget. J’espère néanmoins avoir répondu à votre question ; si tel n’est pas le cas, je me tiens à votre disposition.
Madame Ménard, nous pensons que la prévention de la radicalisation manquait surtout de moyens juridiques ; or ceux-ci ont été renforcés grâce à l’adoption de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République.
La mobilisation des services de l’État autour du préfet et du procureur est totale. Elle se concrétise par des dissolutions d’association, par des fermetures de commerces séparatistes, par des refus de subvention et par tous les outils que nous avons évoqués, notamment la mobilisation autour des cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR). Des moyens budgétaires sont prévus pour accompagner cette mobilisation : le programme 354 contribue à cette politique transversale à hauteur de 28,8 millions d’euros en 2022, avec un plan de renfort de 10 ETP mis en œuvre en 2021 sur le programme 354 pour renforcer dans les préfectures les équipes des départements qui sont les plus touchés par ce phénomène de radicalisation.
Le Gouvernement émet donc un avis défavorable.
La parole est à M. le rapporteur pour avis de la commission des lois. La prévention de la radicalisation est une question importante du programme 354, Administration territoriale de l’État , et m’amène à revenir sur un propos insupportable qu’a soutenu M. Bernalicis dans la discussion liminaire. La prévention de la radicalisation est un tout : elle repose sur les moyens que l’on accorde aux différentes instances qui sont créées dans les territoires, mais aussi sur les politiques de prévention. Considérer comme le fait M. Bernalicis que la République devrait promouvoir une religion d’athéisme et sortir de la laïcité contrevient à cette démarche de prévention de la radicalisation.
L’État laïc se doit d’avoir un dialogue avec les cultes : c’est essentiel. C’est pourquoi l’attaque systématique que vous menez contre le droit local en Alsace-Moselle et contre les moyens qui y sont alloués aux cultes pour des raisons historiques relève d’une démagogie insupportable :
in fine , elle conduit à la radicalisation.
L’État laïc reconnaît la liberté de culte. La laïcité est une liberté et non l’imposition d’une autre religion, à savoir l’absence de religion, l’athéisme. Si on reconnaît les religions, si on organise un dialogue entre les cultes, les choses se passent plus simplement. Cette attaque populiste de votre part ne fait que soutenir la volonté de radicalisation que nous observons dans certains territoires !
La parole est à M. Ugo Bernalicis. Je rappellerai simplement à M. Schellenberger que la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État dispose explicitement que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » Le concordat en Alsace-Moselle constitue donc une dérogation à la loi de 1905.
Je réaffirme que je suis favorable à l’application de la loi de 1905 sur l’ensemble du territoire : non seulement en Alsace-Moselle, mais aussi dans une partie des outre-mer où quelques établissements de culte sont financés par la puissance publique.
Je ne prône pas un athéisme d’État, mais l’application de la loi de 1905.
(L’amendement no 268 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Emmanuelle Ménard, pour soutenir l’amendement no 270. L’action 02 du programme 354 couvre notamment le domaine du droit des étrangers : demande d’asile, titres de séjour, reconduite à la frontière, naturalisation.
Le transfert opéré dans cet amendement vise à permettre une meilleure application des obligations de quitter le territoire français (OQTF), qui sont le parent pauvre de la politique de l’immigration en France.
En effet, selon les chiffres fournis par le ministère de l’intérieur, entre janvier et juillet 2021, l’administration ne serait parvenue à expulser vers l’Algérie que 22 migrants illégaux sur les 7 731 obligations de quitter le territoire délivrées par les préfectures, Alger ayant concédé seulement 31 laissez-passer consulaires. Durant la même période, la France a renvoyé 80 Marocains sur 3 301 OQTF et 131 Tunisiens sur 3 424 OQTF.
Certains pays africains sont encore moins coopératifs. Ainsi, le Mali n’a délivré aucun laissez-passer consulaire depuis trois ans, et ce malgré les moyens de pression que nous avons sur ce pays avec l’opération Barkhane que nous conduisons sur son territoire. À ce propos, je regrette de n’avoir pas eu de réponse de la ministre des armées hier, lorsque je lui ai demandé si la France continuerait cette opération. En effet, la ministre avait menacé de retirer nos soldats si le Mali acceptait de recevoir sur son territoire des mercenaires russes, ce qui semble avoir eu lieu courant octobre.
Quel est l’avis de la commission ? La commission n’a pas pu examiner cet amendement qui tend à allouer 1 million d’euros à l’action 02 du programme 354, Administration territoriale de l’État , une action qui porte en réalité les emplois des centres d’expertise et de ressources titres, que l’on a déjà évoqués. Ces centres instruisent les demandes de carte nationale d’identité, de passeport, de permis et de carte grise ainsi que, dans les services destinés aux étrangers, les titres de séjour, d’asile et de naturalisation.
Ni cette action ni ce programme ne me semblent être les bons supports pour votre objectif. Si nous sommes un certain nombre dans cet hémicycle à avoir exprimé notre volonté de renforcer les moyens du programme 354, force est de constater que nos objectifs sont diamétralement opposés.
Quel est l’avis du Gouvernement ? Défavorable également.
(L’amendement no 270 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Annie Chapelier, pour soutenir l’amendement no 391. Ce très bel amendement de ma collègue Alexandra Louis vise à développer les travaux d’intérêt général au niveau local et à lever un certain nombre de freins.
Le travail d’intérêt général est une peine très intéressante pour certains auteurs d’infractions en ce qu’elle permet de sanctionner mais également de réparer, voire de réinsérer. Le Gouvernement a mené différentes actions pour développer les travaux d’intérêt général et en faire la peine alternative phare.
Malgré plusieurs avancées législatives, il existe de nombreux freins à la création de postes de TIG. C’est pourquoi un soutien de l’État en direction des collectivités territoriales par une dotation fléchée rattachée au Fonds interministériel de prévention de la délinquance en préfecture est envisageable. Le TIG entre en effet dans le cadre du FIPD qui est destiné à financer la réalisation d’actions dans le cadre des plans de prévention de la délinquance.
Quel est l’avis de la commission ? Je partage votre point de vue sur les travaux d’intérêt général. En outre, le FIPD est effectivement un outil pertinent pour prévenir la délinquance.
Toutefois, son budget de 69 millions d’euros a déjà été renforcé de 4 millions d’euros en 2022, ce qui est une bonne chose. Par ailleurs, vous avez proposé de prélever 1 million d’euros sur les crédits de l’action 02,
Organisation des élections . Or nous avons eu quelques soucis avec l’organisation des élections, étant donné les circonstances actuelles, aussi je préfère que les crédits soient sanctuarisés afin d’assurer les meilleures conditions de vote pour nos concitoyens.
Avis défavorable, donc.
Quel est l’avis du Gouvernement ? Même avis. La parole est à Mme Cécile Untermaier. Je tiens à souligner l’intérêt de cet amendement, indépendamment du fait qu’il prélève certains crédits là où il ne le faut pas – mais nous en sommes tous réduits à cet expédient.
Les TIG sont essentiels. Les collectivités sont prêtes à jouer le jeu mais elles ont besoin d’être aidées, d’autant que le référent n’est pas toujours sur place. Je pense que le FIPD est un bon outil pour nouer le dialogue avec les collectivités locales au sujet des TIG, car le FIPD doit être une interface entre les collectivités territoriales, la justice et les préfectures.
Mon groupe soutiendra donc cet amendement.
(L’amendement no 391 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Sandrine Mörch, pour soutenir l’amendement no 900. Je voudrais, par cet amendement, témoigner de l’action inestimable des commissaires à la prévention et la lutte contre la pauvreté et tenter de renforcer cette action.
Nous avons créé cette fonction en 2020 ; depuis, nous travaillons main dans la main avec eux. C’est l’échelon dont nous avons besoin pour mettre fin aux politiques en silos : les treize commissaires à la prévention et la lutte contre la pauvreté assurent à l’échelle de chaque région et sous l’autorité du préfet de région le pilotage interministériel, la coconstruction avec les associations et un partenariat étroit avec les collectivités locales. En fait, c’est ce dont on a toujours rêvé, cette synergie des efforts qui nous manque tant pour que nous soyons véritablement efficaces et que nous réclamons tous à cor et à cri.
La fonction de ces commissaires est de rompre la reproduction sociale de la pauvreté des enfants, d’assurer des droits sociaux plus accessibles, plus équitables et plus incitatifs à l’activité et de lutter contre les inégalités sociales de santé. Concrètement, on peut retenir l’obligation de formation des jeunes de 16 à 18 ans ; la lutte contre les sorties sèches de l’aide sociale à l’enfance ; la mise en œuvre par les départements du premier accueil social inconditionnel de proximité ; le dispositif Aller vers pour la vaccination, si nécessaire, des publics précaires ; l’accompagnement global des publics éloignés de l’emploi avec Pôle emploi et les départements ; le service public de l’insertion et de l’emploi (SPIE) avec les conseils départementaux, Pôle emploi et les caisses d’allocations familiales, qui agissent ensemble et non séparément.
Et si tous ces acteurs essentiels dans le déploiement de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté – je pense ici aux commissaires – bénéficient de l’appui des services du préfet de région, aucun fonctionnaire ne leur est rattaché, ce qui rend très fragile leur action qui dépend des moyens des préfets. Pour poursuivre et concrétiser cette volonté décentralisatrice du Gouvernement, l’amendement vise à permettre à chaque préfet de région de rattacher pleinement un cadre A, chargé de mission, au commissaire à la lutte contre la pauvreté sous l’autorité duquel il se placerait.
Quel est l’avis de la commission ? L’amendement vise à renforcer les moyens des commissaires à la lutte contre la pauvreté qui, en effet, dans chaque région, jouent un rôle important car ils mobilisent l’ensemble des administrations concernées par les politiques de prévention et de lutte contre la pauvreté. D’après le rapport d’étape consacré à cette stratégie nationale, une enveloppe annuelle de 28 millions d’euros a permis de soutenir plus de mille projets en matière d’insertion, de logement et d’alimentation.
Je regrette que l’amendement n’ait pas été adopté par la commission. J’y suis en effet d’autant plus favorable que vous prélevez 800 000 euros sur un programme dont on a déjà dit qu’il était sous-exécuté entre 18 à 30 millions d’euros chaque année depuis plusieurs années. Si nous avons prélevé 15 millions d’euros tout à l’heure, nous pouvons nous permettre sans remettre en cause les équilibres de la mission, d’aller chercher 800 000 euros pour ce travail capital.
Quel est l’avis du Gouvernement ? Vous avez raison de saluer le travail réalisé par les commissaires à la lutte contre la pauvreté auprès de chaque préfet de région. C’est cette majorité qui les a créés et qui leur a octroyé tous les moyens nécessaires à leur action. Chaque commissaire à la lutte contre la pauvreté peut par ailleurs mobiliser les services régionaux et départementaux et l’ensemble des acteurs, et, s’il l’estime nécessaire, le préfet de région dispose de la capacité d’affecter un emploi auprès du haut-commissaire comme il peut le faire pour tous les services placés sous son autorité. Votre amendement étant satisfait, nous vous en demandons le retrait. La parole est à Mme Sandrine Mörch. Je suis très consciente des efforts faits et la création de cette fonction est très bénéfique. Il faut toutefois vraiment renforcer les moyens dont disposent ces très bons acteurs de la prévention de la pauvreté car ils sont complètement débordés. Je retire mon amendement mais j’enjoins à tous les députés de se saisir de leur commissaire à la lutte contre la pauvreté, parce que beaucoup de parlementaires ne connaissent même pas son existence.
(L’amendement no 900 est retiré.)
(Les crédits de la mission Administration générale et territoriale de l’État , modifiés, sont adoptés.)
J’appelle maintenant les amendements portant article additionnel avant l’article 42.
La parole est à Mme la rapporteure spéciale, pour soutenir l’amendement no 790.
Cet amendement appelle l’attention sur la pratique de la mise à disposition des fonctionnaires rémunérés sur les crédits de la mission Administration générale et territoriale de l’État . En effet, la moitié des mises à disposition ne donnent lieu à aucun remboursement de la part de l’organisme d’accueil, ce qui représente une perte de 8,4 millions d’euros pour le programme. C’est pourquoi je souhaite que le Gouvernement remette un rapport au Parlement sur le sujet.
(L’amendement no 790, repoussé par le Gouvernement, n’est pas adopté.) La parole est à Mme la rapporteure spéciale, pour soutenir l’amendement no 797. Il s’agit également d’une demande de rapport – vous savez bien que ce genre d’amendement n’a pour vocation que de susciter une réponse du Gouvernement sur un sujet qui nous interpelle, et c’est pourquoi j’aimerais que Mme la ministre déléguée, sans vouloir l’offenser, développe un peu plus ses réponses. Le présent rapport préciserait les conséquences budgétaires du déploiement des espaces France services dans le réseau des préfectures et sous-préfectures. Nous sommes nombreux à partager cette volonté de l’État de réinvestir les territoires afin d’être à la fois plus réactif, plus efficace et plus réaliste quant à leurs besoins. Ces points de contact doivent renforcer une offre de services publics de proximité qui soient de qualité. Nous manquons cependant d’informations sur deux points en particulier : d’abord, le nombre d’agents mobilisés et le nombre de recrutements prévu par le programme 354 ; ensuite, la répartition des 36 millions d’euros de financement consacrés à ce déploiement dans le programme 112, Impulsion et coordination de la politique d’aménagement du territoire , de la mission Cohésion des territoires .
(L’amendement no 797, repoussé par le Gouvernement, n’est pas adopté.)
J’appelle les crédits de la mission Sécurités , inscrits à l’état B.
La parole est à M. Xavier Batut, rapporteur pour avis, pour soutenir l’amendement nos 804.
Je défendrai dans le même temps l’amendement no 805, monsieur le président. En voilà, un homme efficace ! Ces amendements d’appel visent à rappeler au Gouvernement la nécessité de doter la gendarmerie de moyens supplémentaires, en particulier d’investir dans l’immobilier. Bien entendu, je ne souhaite pas priver la police nationale de crédits ni opposer ces deux forces de sécurité intérieure. Pour mémoire, l’article 47 de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) dispose que, pour l’application de l’article 40 de la Constitution, « la charge s’entend, s’agissant des amendements s’appliquant aux crédits, de la mission ». Toute augmentation de dépense au sein d’un programme doit donc être impérativement gagée, pour qu’un amendement soit financièrement recevable et mis en discussion, sur un autre programme de la mission. Le gage ici appliqué pourra être levé par le Gouvernement.
Je considère, comme le soulignait mon prédécesseur, Aude Bono-Vandorme, dans son avis pour le projet de loi de finances pour 2020, que, « à défaut d’abondement budgétaire massif et durable, des modes innovants de gestion du parc immobilier deviennent incontournables ». Je partage ce point de vue : en triplant les crédits d’investissement, il serait possible de confier la gestion et l’exploitation du parc domanial à une société foncière. Je me félicite que le Beauvau de la sécurité ait abouti à porter pour l’an prochain les crédits à 183 millions d’euros en autorisations d’engagement et à 113 millions d’euros en crédits de paiement, et qu’ils aient conduit aux efforts importants consentis dans le cadre du plan France relance et du plan « poignées de porte ». Il faudrait sanctuariser ces crédits dans la future loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure et porter ce poste budgétaire à 300 millions d’euros.
Quel est l’avis de la commission sur ces deux amendements ? Ils n’ont pas été examinés par la commission, aussi m’exprimerai-je à titre personnel. Les nombreuses visites que nous avons effectuées sur le terrain, cher collègue, ont bien démontré que nous étions préoccupés par la situation du parc immobilier de la gendarmerie. Il s’agit, vous l’avez précisé, d’amendements d’appel. Vous pourrez donc, à la suite des explications que nous donnera le Gouvernement, les retirer.
Cela étant, je ne peux qu’approuver la teneur de votre intervention. À moyen terme, le parc immobilier de la gendarmerie nécessitera des investissements lourds et continus. Ce pourra être précisément, vous l’avez suggéré, l’un des enjeux de la future loi de programmation de la sécurité intérieure. Vous avez également souligné que les efforts entrepris, notamment grâce au plan « poignées de porte », mais également grâce aux budgets alloués pour l’occupant ou bien pour le propriétaire quand l’État joue un de ces deux rôles, sont sans précédent depuis quinze ans. Eu égard à tous ces efforts et à ceux prévus par le PLF pour 2022, si vous ne retiriez pas vos amendements, j’y serai – à titre personnel, je le répète – défavorable.
Quel est l’avis du Gouvernement ? Défavorable. Les maintenez-vous, monsieur Batut ? Je les retire, monsieur le président. C’était bien la peine ! Être aussi facilement battu. Elle est bien bonne…
(Les amendements nos 804 et 805 sont retirés.) La parole est à Mme Marietta Karamanli, pour soutenir l’amendement nos 923. Je présenterai également le suivant, le no 924, si vous le voulez bien, monsieur le président, dans la mesure où ils portent sur le même sujet. Au sein de la commission d’enquête relative à l’état des lieux, la déontologie, les pratiques et les doctrines de maintien de l’ordre, j’avais insisté sur la nécessité de rendre commune à tous les agents la formation au maintien de l’ordre, et sur la nécessité de reprofessionnaliser les forces spécialisées face aux nouvelles configurations des foules. Le présent amendement vise donc à abonder les crédits destinés à la formation des agents. Loin d’être un sujet technique, il s’agit également d’améliorer l’attractivité des métiers et d’assurer une plus grande adéquation entre les besoins constatés et les moyens affectés. Le groupe Socialistes et apparentés, s’il note des progrès, considère qu’il est déjà possible de faire mieux tant les besoins sont importants. Quel est l’avis de la commission ? Je partage, comme nous tous ici, votre souci de la formation des policiers, qui peut toujours être améliorée. Cependant, cette préoccupation est plus que jamais prise en compte par le Gouvernement, notamment dans le PLF pour 2022. J’en veux pour preuve la rénovation de la formation des gardiens de la paix, avec une nouvelle formation initiale d’une durée, précisément, de vingt-quatre mois. Par ailleurs, à compter de mars 2022, la durée de la scolarité des policiers adjoints sera portée à quatre mois. Des terminaux NEOPOL – nouvel équipement opérationnel pour la police – et des ordinateurs portables avec des applications professionnelles seront mis à disposition dans les écoles de police à partir de 2022. De manière générale, l’offre de formation continue de s’étoffer à de multiples égards. Et, à la suite du Beauvau de la sécurité, les dépenses de formation vont doubler, passant de 21 à 42 millions d’euros.
La commission n’ayant pas examiné ces amendements, à titre personnel, j’émets un avis défavorable.
(Les amendements nos 923 et 924, repoussés par le Gouvernement, successivement mis aux voix, ne sont pas adoptés.) La parole est à M. Ugo Bernalicis, pour soutenir l’amendement no 766. Il vise à consacrer 8 millions d’euros à la réouverture d’une école nationale de police (ENP) – et, avec une telle somme, autant vous dire qu’il s’agirait d’une petite école. Ces 8 millions d’euros seraient prélevés sur le budget des caméras-piétons qui, je le rappelle, selon les données scientifiques internationales à notre disposition, ont un bilan avantages-coût nul. Cet argent serait donc bien mieux employé à rouvrir des ENP, étant donné que la formation initiale est censée être un objectif.
On entend d’ailleurs parler d’académie de police, d’une formation initiale de vingt-quatre mois. Or, en réalité, il y aura bien douze mois de formation initiale, les douze mois suivants devant être employés à une formation à la prise de poste au sein du service. On se contente par conséquent de décaler d’un an la titularisation de l’élève gardien de la paix. Une véritable formation initiale de vingt-quatre mois – deux ans – est donc essentielle afin que nous nous calions sur les standards européens et même internationaux en matière de qualité de formation des gardiens de la paix, des policiers de terrain, de proximité.
En effet, être policier, c’est un métier difficile dont l’exercice vous conduit à composer avec des situations très différentes – notamment quand vous êtes policier de proximité : dans le cadre de la police secours, vous êtes appelé pour un tapage nocturne ou diurne, puis pour un conflit intrafamilial, ensuite pour une bagarre à la sortie d’un bar, et pour que sais-je encore – porter secours à une personne sans abri, par exemple. Nous avons donc besoin de gardiens de la paix ayant reçu une formation de haut niveau.
Or, pour cela, nous avons besoin d’écoles, ce que je réclame depuis quatre ans. Pas une de plus n’a été ouverte. C’est tout à fait lamentable et cela montre votre niveau d’exigence concernant une police dont nous avons pourtant bien besoin.
Ça tape !