Accueil > Dossiers

Contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires françaises


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
La Mission d'information a nommé M. Claude Birraux rapporteur le 9 février 1994
Rapport sur le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires (4e rapport) n° 1008 déposé le 9 février 1994 par M. Claude Birraux

Lire le texte intégral du rapport (au format PDF) : tome 1 - tome 2


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



Monitoring the safety and security of nuclear installations
Mr. Claude Birraux, M.P. (4th report) (february 1994)
Many lessons can be drawn from the way our British and German neighbours deal with issues of nuclear safety. Every year 300,000 radioactive packages travel through France. How is the safety of this transport ensured and monitored on the national and international level?
Nearly 30,000 externally contracted staff work in EDF's nuclear power stations. Why do some of them have no proper health physics and medical follow-up?
Superphénix has been shut down since July 1990. Will it ever be restarted? If so, in what conditions and for what purpose?
Such are the main questions to which this report seeks to provide answers.

Résumé



Le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires.
M. Claude BIRRAUX, député (4e rapport, février 1994)
La manière dont nos voisins britanniques et allemand abordent les problèmes de sûreté nucléaire est riche d'enseignements. 300 000 colis radioactifs circulent chaque année en France. Comment la sûreté de leur transport est-elle assurée et contrôlée au niveau national et international ?
Près de 30 000 travailleurs extérieurs interviennent sur les centrales nucléaires d'EDF. Pourquoi certains d'entre eux ne bénéficient-ils pas d'un véritable suivi dosimétrique et médical ? Superphénix est arrêté depuis juillet 1990. Va-t-il redémarrer ? Dans quelles conditions et pour quelle utilisation?
Telles sont les principales questions auxquelles tente de répondre l'Office dans ce rapport.


© Assemblée nationale