Accueil > Dossiers

Contrôle de la sureté et de la sécurité des installations nucléaires


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
La Mission d'information a nommé M. Claude Birraux rapporteur le 18 mars 1996
Rapport sur le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires (6e rapport) n° 2651 déposé le 18 mars 1996 par M. Claude Birraux

Lire le texte intégral du rapport (au format PDF) : tome 1 - tome 2


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



Monitoring the safety and security of nuclear installations
Mr. Claude Birraux, M.P. (6th report) (1996)
Should we fear the effects of low doses of ionising radiation? Radiation protection standards are soon to be raised: is this justified by recent scientific progress? This report presents the issues of a difficult but fascinating debate. It also points out some of its shortcomings and recalls that a solely scientific approach is not sufficient to answer the real issues.
How are radioactive wastes to be managed in a rigorous manner, including those whose activity is very low? Do we know how satisfactorily to control the hazards of mining tailings, even in the very long term? A year's investigations, interviews and visits have shown that solutions that may be satisfactory from the technical standpoint must also take into account their social context if they are to be fully acceptable.

Résumé



Contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires.
M. Claude BIRRAUX, député (6e rapport, 1996)
Doit-on craindre les effets des faibles doses de rayonnements ionisants ? Le renforcement prochain des normes de radioprotection est-il justifié par les progrès scientifiques récents ? Ce rapport présente les termes d'un débat difficile mais passionnant. Il en montre aussi les insuffisances et rappelle qu'une approche uniquement scientifique ne suffit pas pour répondre aux vraies questions.
Comment gérer de façon rigoureuse les déchets radioactifs, y compris ceux dont l'activité est très faible ? Sait-on bien maîtriser les risques causés par les résidus miniers, même à très long terme ? Une année d'investigations, d'entretiens et de visites ont montré que les solutions, qui peuvent être satisfaisantes au plan technique, doivent également épouser leur contexte social pour être véritablement acceptables.


© Assemblée nationale