Accueil> Dossiers

risque d'inondation des installations nucléaires

( 1er avril 2005 )


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
La Mission d'information a nommé M. Claude Birraux rapporteur le 12 avril 2000
Rapport sur le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires. Première partie : analyse des incidents survenus à la centrale nucléaire du Blayais lors de la tempête du 27 décembre 1999 : enseignements sur le risque d'inondation des installations nucléaires. n° 2331 déposé le 2 avril 2000 par M. Claude Birraux


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



Monitoring safety and security in nuclear installations
Part 1: Review of incidents that occurred at the Blayais nuclear power plant during the storm on 27th December 1999: information on the risk of flooding of nuclear installations.
Mr Claude Birraux, M.P. (2000)
During the night of 27-28 December 1999, waves from the Gironde estuary washed over the dikes protecting the Blayais nuclear power plant and flooded the basements of two of the station’s fuel buildings.
As a result of this incident, which was classified at level 2 on the International Nuclear Events Scale (INES), two of the four units of the Blayais nuclear power plant were shut down.
Since 10 May 1990, Claude Birraux, deputy, has been tasked by the French Parliamentary Office for the evaluation of scientific and technological choices (OPECST) on an annual basis, with reviewing, amongst other things, "the reliability of the emergency arrangements provided inside and outside nuclear installations".
From an analysis of this "emergency" it appeared to Mr Birraux that, quite apart from the polemics and controversies it raised, the lessons to be learned about the safety and security of civilian nuclear installations went well beyond the particular problems encountered during the storm. For example, shortcomings in the arrangements for protecting civil nuclear installations against the risk of flooding were demonstrated. Accordingly he wanted to provide an initial review as soon as possible, without waiting for the final conclusions of the experts, since a number of recommendations had to be implemented at once.
This is entirely in line with the approach of the Parliamentary Office. It is a question not of contributing to a polemic but of attempting calmly to review and qualify this incident, and identify any lessons to be learned.

Résumé



Contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires :
Première partie : Analyse des incidents survenus à la centralenucélaire du Blayais lors de la tempête du 27 décembre 1999 : enseignements sur le risque d'inondation des installations nucléaires
M. Claude BIRRAUX, député (2000)
Dans la nuit du du 27 au 28 décembre 1999, des vagues, provenant de l'estuaire de la Gironde, ont franchi les digues de protection de la centrale nucléaire du Blayais pour inonder les sous-sols de deux des bâtiments combustibles de cette dernière.
Cet incident, classé au niveau 2 sur l'échelle INES, a conduit à l'arrêt de deux des quatre tranches de la centrale nucléaire du Blayais.
Depuis le 10 mai 1990, Claude Birraux, député, et en charge par le biais d'une saisine de l'OPECST, renouvelée tous les ans, d'analyser, entre autres, "la fiabilité des dispositifs prévus à l'intérieur et à l'extérieur des installations nucléaires pour les périodes de crise".
Au-delà des polémiques et des controverses initiées à cette occasion, il lui est apparu, en analysant cette "crise" que les enseignements que nous pouvions en tirer sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires civiles allaient bien au-delà des problèmes rencontrés à l'occasion de la tempête. Des défaillances dans la protection des installations nucléaires civiles contre le risque d'inondation ont été mises en évidence. Aussi a-t-il souhaité livrer rapidement une première analyse, sans attendre les conclusions définitives des experts, car un certain nombre de recommandations doivent d'ores et déjà être mises en œuvre.
La démarche de l'Office parlementaire se situe dans cette perspective. Il ne s'agit pas de participer à une polémique mais d'essayer d'analyser sereinement cet incident, de le qualifier et d'en tirer les leçons.


© Assemblée nationale