Accueil> Dossiers

essais nucléaires français de 1960 à 1996

( 1er avril 2005 )


Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques


- Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques
Rapport sur les incidences environnementales et sanitaires des essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1996 et les éléments de comparaison avec les essais des autres puissances nucléaires n° 3571 déposé le 5 février 2002 par MM. Christian Bataille et Henri Revol


En savoir plus
Summary
Résumé

Summary



The environmental and health effects of nuclear tests carried out by France between 1960 and 1996, and a comparison with those conducted by the other nuclear powers
By Mr Christian BATAILLE, Deputy, and Mr Henri REVOL, Senator (2002)
From July 1945 when the first nuclear test was carried out in the United States, up to the recent underground tests conducted by India and Pakistan in May 1998 (including the most powerful explosion ever - 58 megatons - in the USSR in 1961, 2419 nuclear tests, of which 543 were in the atmosphere, have been carried out by the United States, the USSR, the United Kingdom, France, China and the two Asian states already mentioned.
In line with the Office's usual practice, the two rapporteurs, Messrs Christian Bataille, deputy, and Henri Revol, senator, have carefully analysis the facts and circumstances based on a large number of interviews in metropolitan France, Polynesia and Australia.
As far as France is concerned, they were able to make use of the earlier studies carried out by different foreign and French teams, and also the two basic appraisals done by the IAEA International Consultative Committee and the International Geomechanical Commission (1998), all of which suggested that Mururoa and Fangataufa were "the most carefully inspected areas on earth".
Following the collapse of the USSR, and as a result of a United States policy of declassifying a large number of documents over the last decade, it has been possible to begin examining the organisation, procedures and results of nuclear tests, all of which was quite impossible at the end of the 1980s.
All in all, for most of the nuclear test sites, this study provides unpublished data and analysis which should permit the different procedures and their consequences to be evaluated on the basis of properly verified facts and recent research, even though some of the consequences, notably as regards the two superpowers, are still far from allowing evaluation to any great extent.

Résumé



Les incidences environnementales et sanitaires des essais nucléaires effectués par la France entre 1960 et 1996 et éléments de comparaison avec les essais des autres puissances nucléaires
M. Christian BATAILLE, député, et M. Henri REVOL, sénateur (2002)
Depuis juillet 1945 où le premier essai nucléaire eut lieu aux Etats-Unis jusqu'aux récents essais souterrains de l'Inde et du Pakistan en mai 1998, en passant par le tir le plus puissant de 58 mégatonnes en URSS en 1961, 2 419 essais nucléaires, dont 543 atmosphériques, ont été pratiqués par les Etats-Unis, l'URSS, le Royaume-Uni, la France, la Chine et les deux états asiatiques précités.
Conformément aux pratiques de l'Office, les deux rapporteurs, MM. Christian Bataille, député, et Henri Revol, sénateur, ont procédé à une analyse rigoureuse des faits et des situations grâce à de nombreuses auditions en métropole, en Polynésie et en Australie.
Pour la France, outre les travaux réalisés précédemment par différentes missions étrangères et françaises, ils ont notamment pu s'appuyer sur les deux expertises fondamentales du Comité consultatif international de l'AIEA et de la Commission géomécanique internationale (1998), l'ensemble permettant de dire que Mururoa et Fangataufa constituent « le point le plus ausculté de la planète ».
L'éclatement de l'URSS et la politique qui, aux Etats-Unis, a amené à déclassifier de très nombreux documents depuis une douzaine d'années, ont permis de commencer à dresser un tableau des structures, des actions et des conséquences des essais nucléaires, ce qui aurait été tout à fait impossible à la fin des années quatre-vingts.
Au total, on trouvera dans cette étude pour la plupart des sites d'essais nucléaires des éléments d'information inédits et des analyses qui doivent permettre de porter sur les différentes pratiques et leurs conséquences des appréciations étayées à partir de réalités vérifiées et de travaux de recherche récents, même si certaines de ces conséquences, notamment pour les deux superpuissances, sont loin de pouvoir être appréciées à ce jour dans toute leur ampleur.


© Assemblée nationale