Accueil > La séance publique > Les comptes rendus > Les comptes rendus intégraux de la session > Cahier annexe

Afficher en plus grand
Afficher en plus petit
Ecouter le document
Articles, amendements, annexes (JO)
Retourner au compte rendu

Assemblée nationale

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

Article 13

Article 14

Article 14 bis (nouveau)

Article 14 ter (nouveau)

Article 14 quater (nouveau)

Article 14 quinquies (nouveau)

Article 14 sexies (nouveau)

Article 14 septies (nouveau)

Article 15

Article 15 bis (nouveau)

Article 15 ter (nouveau)

Article 15 quater (nouveau)

Article 16

Article 16 bis (nouveau)

Article 16 ter (nouveau)

Article 16 quater (nouveau)

Article 16 quinquies (nouveau)

Article 16 sexies (nouveau)

Article 16 septies (nouveau)

Article 17

    Département

    Pourcentage

 

    Ain

    0,8752

 

    Aisne

    0,7007

 

    Allier

    0,9608

 

    Alpes-de-Haute-Provence

    0,3243

 

    Hautes-Alpes

    0,2399

 

    Alpes-Maritimes

    1,3572

 

    Ardèche

    0,8651

 

    Ardennes

    0,6232

 

    Ariège

    0,4224

 

    Aube

    0,4559

 

    Aude

    0,9190

 

    Aveyron

    0,6030

 

    Bouches-du-Rhône

    3,4201

 

    Calvados

    -

 

    Cantal

    0,3443

 

    Charente

    0,8859

 

    Charente-Maritime

    0,7138

 

    Cher

    0,4934

 

    Corrèze

    0,5341

 

    Côte-d’Or

    0,3445

 

    Côtes-d’Armor

    1,3468

 

    Creuse

    0,2724

 

    Dordogne

    0,7025

 

    Doubs

    1,2350

 

    Drôme

    1,2769

 

    Eure

    0,5411

 

    Eure-et-Loir

    0,5818

 

    Finistère

    1,5412

 

    Corse-du-Sud

    0,6021

 

    Haute-Corse

    0,4464

 

    Gard

    1,6035

 

    Haute-Garonne

    2,1950

 

    Gers

    0,5195

 

    Gironde

    1,9662

 

    Hérault

    1,8837

 

    Ille-et-Vilaine

    1,8976

 

    Indre

    0,3177

 

    Indre-et-Loire

    0,4331

 

    Isère

    3,1910

 

    Jura

    0,6026

 

    Landes

    0,8946

 

    Loir-et-Cher

    0,4500

 

    Loire

    1,7232

 

    Haute-Loire

    0,5454

 

    Loire-Atlantique

    1,6897

 

    Loiret

    -

 

    Lot

    0,3451

 

    Lot-et-Garonne

    0,6332

 

    Lozère

    0,0832

 

    Maine-et-Loire

    0,4726

 

    Manche

    1,0275

 

    Marne

    -

 

    Haute-Marne

    0,3307

 

    Mayenne

    0,5574

 

    Meurthe-et-Moselle

    1,6947

 

    Meuse

    0,4232

 

    Morbihan

    1,0252

 

    Moselle

    1,3705

 

    Nièvre

    0,6953

 

    Nord

    5,0669

 

    Oise

    1,4902

 

    Orne

    0,3756

 

    Pas-de-Calais

    3,7614

 

    Puy-de-Dôme

    0,9247

 

    Pyrénées-Atlantiques

    1,1146

 

    Hautes-Pyrénées

    0,6927

 

    Pyrénées-Orientales

    1,1454

 

    Bas-Rhin

    1,9801

 

    Haut-Rhin

    1,9846

 

    Rhône

    -

 

    Haute-Saône

    0,4070

 

    Saône-et-Loire

    1,0027

 

    Sarthe

    1,0215

 

    Savoie

    0,9315

 

    Haute-Savoie

    1,2086

 

    Paris

    -

 

    Seine-Maritime

    2,1056

 

    Seine-et-Marne

    1,6614

 

    Yvelines

    -

 

    Deux-Sèvres

    0,5709

 

    Somme

    1,4725

 

    Tarn

    0,9037

 

    Tarn-et-Garonne

    0,5577

 

    Var

    1,4186

 

    Vaucluse

    1,3654

 

    Vendée

    1,5125

 

    Vienne

    0,5181

 

    Haute-Vienne

    0,6849

 

    Vosges

    1,2880

 

    Yonne

    0,5715

 

    Territoire de Belfort

    0,2680

 

    Essonne

    2,3569

 

    Hauts-de-Seine

    -

 

    Seine-Saint-Denis

    3,3714

 

    Val-de-Marne

    1,8873

 

    Val-d’Oise

    1,0123

 

    Guadeloupe

    0,5616

 

    Martinique

    0,2296

 

    Guyane

    0,3743

 

    La Réunion

    -

     »

Article 17 bis (nouveau)

Article 17 ter (nouveau)

Article 17 quater (nouveau)

Article 17 quinquies (nouveau)

Article 17 sexies (nouveau)

Article 17 septies (nouveau)

Article 17 octies (nouveau)

Article 17 nonies (nouveau)

Article 17 decies (nouveau)

Article 17 undecies (nouveau)

Article 17 duodecies (nouveau)

Article 17 terdecies (nouveau)

Article 17 quaterdecies (nouveau)

Article 17 quindecies (nouveau)

Article 18

Article 18 bis (nouveau)

Article 18 ter (nouveau)

     

    (En %)

 

    « 

    Groupe de produits

    Taux normal

    Taux spécifique

 
 

    Cigarettes

    45 

    10 

 
 

    Cigares et cigarillos

    10 

 
 

    Tabacs fine coupe destinés à rouler les cigarettes

    27 

    15 

 
 

    Autres tabacs à fumer

    22 

 
 

    Tabacs à priser

    15 

 
 

    Tabacs à mâcher

    13 

     » 

     

    (En %)

 

    « 

    Groupe de produits

    Taux normal

    Taux spécifique

 
 

    Cigarettes

    50 

    10 

 
 

    Cigares et cigarillos

    15 

 
 

    Tabacs fine coupe destinés à rouler les cigarettes

    30 

    15 

 
 

    Autres tabacs à fumer

    25 

 
 

    Tabacs à priser

    20 

 
 

    Tabacs à mâcher

    15 

     »

Article 19

Article 20

Article 20 bis (nouveau)

Article 21

Article 21 bis (nouveau)

Article 21 ter (nouveau)

Article 21 quater (nouveau)

Article 22

Article 22 bis (nouveau)

Article 23

Article 24

Article 24 bis (nouveau)

Article 24 ter (nouveau)

Article 24 quater (nouveau)

Article 24 quinquies (nouveau)

    « 

    Montant de la plus-value imposable

    Taux applicable

 

    Supérieur à 50 000 € et inférieur ou égal à 100 000 €

    2 %

 

    Supérieur à 100 000 € et inférieur ou égal à 150 000 €

    3 %

 

    Supérieur à 150 000 € et inférieur ou égal à 200 000 €

    4 %

 

    Supérieur à 200 000 € et inférieur ou égal à 250 000 €

    5 %

 

    Supérieur à 250 000 €

    6 %

    « 

    Article 1609 nonies G du code général des impôts

    Caisse de garantie du logement locatif social

    120 000

     »

    Fraction de la plus-value imposable

    Taux applicable

    Supérieure à 100 000 € et inférieure ou égale à 200 000 €

    3 %

    Supérieure à 200 000 €

    4 %

    Montant de la plus-value imposable (en euros)

    Montant de la taxe
    (en euros)

 
 

    De 50 001 à    60 000

    2 % PV - (60 000 - PV) x 1 / 20

 

    De 60 001 à   100 000

    2 % PV

 

    De 100 001  à 110 000

    3 % PV - (110 000 - PV) x 1 / 10

 

    De 110 001  à 150 000

    3 % PV

 

    De 150 001  à 160 000

    4 % PV - (160 000 - PV) x 15 / 100

 

    De 160 001 à  200 000

    4 % PV

 

    De 200 001 à  210 000

    5 % PV - (210 000 - PV) x 20 / 100

 

    De 210 001 à  250 000

    5 % PV

 

    De 250 001 à  260 000

    6 % PV - (260 000 - PV) x 25 / 100

 

    Supérieur à   260 000

    6 % PV

 

Article 25 A (nouveau)

Article 25

Article 26

Article 26 bis (nouveau)

Article 26 ter (nouveau)

Article 26 quater (nouveau)

Article 26 quinquies (nouveau)

Article 27

Article 27 bis (nouveau)

Article 28

Article 28 bis (nouveau)

Article 28 ter (nouveau)

Article 29

Article 30

Article 31

Article 32 (nouveau)

Article 33 (nouveau)

Article 34 (nouveau)

Article 35 (nouveau)

Article 36 (nouveau)

Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017

Article 1er

             

    (En %)

 

    2011

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    PIB

    1,7

    0,3

    0,8

    2,0

    2,0

    2,0

    2,0

    Déflateur de PIB

    1,3

    1,7

    1,8

    1,75

    1,75

    1,75

    1,75

    Indice des prix à la consommation

    2,1

    2,0

    1,8

    1,75

    1,75

    1,75

    1,75

    Masse salariale privée

    3,4

    2,5

    2,3

    4,0

    4,0

    4,0

    4,0

    Croissance potentielle

    1,1

    1,3

    1,4

    1,5

    1,5

    1,6

    1,6

    Écart de production
    (% du PIB)

    -0,8

    -1,7

    -2,3

    -1,9

    -1,4

    -1,0

    -0,6

    (En points de PIB)

    2011

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Solde structurel

    – 4,8

    – 3,6

    – 1,6

    – 1,1

    – 0,5

    0,0

    0,0

    Solde public

    – 5,2

    – 4,5

    – 3,0

    – 2,2

    – 1,3

    – 0,6

    – 0,3

    Ratio de dépenses publiques

    56,0

    56,3

    56,3

    55,4

    54,4

    53,7

    53,1

    Ratio de prélèvements obligatoires

    43,9

    44,9

    46,3

    46,3

    46,2

    46,2

    45,9

    dont ratio de PO hors contentieux

    43,8

    45,0

    46,5

    46,4

    46,2

    46,2

    45,9

    Ratio de recettes hors prélèvements obligatoires

    7,2

    7,1

    7,2

    7,2

    7,2

    7,2

    7,2

 

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Moyenne 2000-2011

    Taux de croissance de la dépense publique en volume

    0,4 %

    0,9 %

    0,4 %

    0,2 %

    0,7 %

    0,8 %

    2,1 %

    Taux de croissance de la dépense publique en volume (hors dépenses militaires et recettes de fréquence hertzienne)

    0,5 %

    0,5 %

    0,4 %

    0,2 %

    0,7 %

    0,8 %

 

    Inflation hors tabac

    2,0 %

    1,75 %

    1,75 %

    1,75 %

    1,75 %

    1,75 %

 

Mesures nouvelles en prélèvements obligatoires

(Md€)

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Mesures nouvelles en prélèvements obligatoires

21

20

30

1

-3

-1

-6

    Dont MN au sens du compteur LPFP (hors compétitivité)

0

7

24

0

-1

-3

-7

    Dont compétitivité

0

0

0

-4

-6

0

0

    Dont contentieux

1

-3

-3

3

2

0

0

    Dont autres

20

16

9

1

2

2

1

Élasticité des prélèvements obligatoires (hors UE)

1,2

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

1,0

    Les mesures nouvelles au sens du présent
    projet de loi de programmation

    L’article 13 du présent projet de loi de programmation indique : « L’incidence, appréciée une année donnée au regard de la situation de l’année précédente, des mesures adoptées par le Parlement ou prises par le Gouvernement par voie réglementaire à compter du 1er juillet 2012 et afférentes aux prélèvements obligatoires, mentionnées dans le rapport prévu à l’article 52 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, ne peut être inférieure aux montants retracés ci-dessous, exprimés en milliards d’euros :

2012

2013

2014

2015

2016

2017

7

24

-3

-7

-3

-7

    Sur les années 2012 et 2013, le compteur est constitué des mesures votées en LFRII 2012 et présentées en PLF 2013 et PLFSS 2013. Le compteur n’inclut pas le plan de lutte contre la fraude mis en place par le Gouvernement qui consiste en un renforcement des contrôles et de la lutte contre la fraude à état du droit constant.

    Ils se décomposent comme suit :

Compteur de mesures nouvelles en prélèvements obligatoires de la LPFP 2012–2013

En Md€

2012

2013

Mesures LFR II 2012

7

5

Mesures PLF 2013 et PLFSS 2013

0

19

Total compteur

7

24

    Projection à « politique inchangée »
    au sens de la directive européenne sur les cadres budgétaires

    Ce rapport présente une trajectoire « spontanée » de déficit compte tenu du rythme spontané de progression des recettes publiques, des dépenses maladie et des dépenses de l’État. Plus précisément, côté recettes, ce scénario intègre l’évolution spontanée, fonction de l’environnement économique et des élasticités aux bases taxables observées par le passé, les évolutions habituellement observées des taux des impôts locaux en fonction du cycle électoral, de même que les indexations d’impôts (comme la hausse minimale de la contribution au service public de l’électricité prévue par la loi, par exemple). Sont retenus, en outre, les effets (éventuellement pluriannuels) des mesures déjà votées dans l’ensemble des lois ayant un impact sur les finances publiques, en particulier les lois de finances (jusqu’à la LFR votée en juillet 2012). En revanche, il n’est pas tenu compte des mesures nouvelles en recettes dans le cadre du projet de loi de finances et du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour l’année 2013 et dans la loi de programmation pluriannuelle 2012-2017. Côté dépenses, sont retenues les évolutions spontanées des prestations (maladie, pensions, prestations familiales etc.) dues aux règles d’indexation ou à la démographie. La trajectoire inclut aussi les comportements réguliers (comme par exemple le cycle électoral local qui influe sur les dépenses d’investissement), ainsi que le dynamisme spontané des dépenses de l’État et d’assurance maladie sans application des normes budgétaires. Sans les efforts engagés par le Gouvernement et décrits dans la présente loi de programmation, le déficit resterait au-dessus de 3,0 % du PIB jusqu’en 2017.

    Par ailleurs, ce rapport présente, conformément à la directive du Conseil de l’Union européenne, du 8 novembre 2011, sur les exigences applicables aux cadres budgétaires des États membres, un scénario « à législation et à pratique budgétaire inchangée ». Ce scénario retient les mêmes conventions côté recettes mais diffère côté dépenses. En effet, la loi de programmation pluriannuelle inclut des objectifs budgétaires ambitieux en dépenses qui seront assurés au travers de la stabilisation en valeur des dépenses de l’État et de la progression modérée de l’objectif national d’assurance maladie (ONDAM), et qui se sont révélés des instruments efficaces de maîtrise de la dépense. Selon la terminologie de la Commission européenne, la stabilisation en valeur des dépenses de l’État et la progression de l’ONDAM limitée à 2,6 % en moyenne sur 2013-2017 sont considérés comme atteints, « à législation et à pratique budgétaire inchangée ».

(En points de PIB)

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Scénario tendanciel

-4,5

-4,5

-4,0

-3,6

-3,2

-3,0

Mesures en dépenses

0,0

0,6

1,1

1,5

2,0

2,4

Dont inflexion de l'ONDAM par rapport à 4,1% (hors mesures d'économies complémentaires du pacte pour la compétitivité, la croissance et l'emploi)

0,1

0,2

0,4

0,5

0,6

Dont inflexion sur les dépenses de l'État (hors mesures complémentaires LPFP)

0,5

0,8

1,2

1,5

1,7

Scénario à pratique budgétaire inchangée, avant PLF 2013

-4,5

-3,9

-3,0

-2,0

-1,2

-0,6

Mesures en recettes (y compris pacte pour la compétitivité, la croissance et l'emploi)

0,0

0,9

0,7

0,3

0,2

-0,1

Économies supplémentaires en dépenses du pacte pour la compétitivité, la croissance et l'emploi

0,2

0,4

0,4

0,4

Trajectoire cible

-4,5

-3,0

-2,2

-1,3

-0,6

-0,3

    Pour l’année 2012, le scénario à politique inchangée aboutit à un déficit de 4,5 %, identique à la trajectoire cible, l’ensemble des mesures de dépenses et de recettes ayant déjà été adoptées.

    Pour l’année 2013, le scénario tendanciel fait apparaître un besoin de redressement de 1,5 point de PIB avec l’objectif de 3 %, qui est couvert pour un tiers par une réduction des dépenses et pour deux tiers par des augmentations de recettes. L’effort s’accentue sur la période 2014-2017 entre le scénario tendanciel et la trajectoire cible mais la composition de ce partage évolue avec le temps puisque les mesures en dépense qui montent progressivement en charge permettront à terme de diminuer les prélèvements obligatoires.

Évolution de l’effort structurel (APU)

(En % du PIB)

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Solde public

-5,2

-4,5

-3,0

-2,2

-1,3

-0,6

-0,3

Solde structurel

-4,8

-3,6

-1,6

-1,1

‐0,5

0,0

0,0

Variation du solde structurel

1,5

1,2

2,0

0,6

0,6

0,5

0,1

Dont effort structurel

1,2

1,4

1,9

0,5

0,5

0,4

0,1

Mesures nouvelles en PO

1,0

1,1

1,6

-0,1

-0,2

0,0

-0,3

Effort en dépenses

0,2

0,3

0,3

0,6

0,7

0,4

0,4

Dont composante non discrétionnaire

0,4

-0,3

0,1

0,1

0,1

0,1

0,0

Montants en Md€, impact en écart à la trajectoire sous-jacente de la LPFP

2014

2015

2016

2017

Dépenses publiques*

-4

-10

-10

-11

Prélèvements obligatoires (impact État seul)

-4

-10

-10

-11

* Les économies en matière de dépenses publiques seront ventilées entre sous-secteurs des administrations publiques dans le cadre de la démarche de modernisation de l’action publique à laquelle sera associée le Parlement.

Évolution des dépenses publiques en volume, transferts compris

 

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2014‐2017*

Administrations publiques (yc compétitivité)

0,4%

0,9%

0,4%

0,2%

0,7%

0,8%

0,5%

Décomposition par sous-secteur hors économies complémentaires du pacte pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

Administrations publiques

0,4%

0,9%

0,7%

0,7%

0,7%

0,8%

0,7%

Administrations publiques centrales

-0,5%

0,3%

-0,1%

0,1%

-0,1%

-0,1%

-0,1%

Administrations publiques locales (APUL)

0,4%

0,8%

0,5%

0,2%

0,8%

1,4%

0,7%

Administrations de sécurité sociale (ASSO)

0,8%

1,1%

1,1%

1,1%

1,0%

1,2%

1,1%

(Hors dépenses militaires, recettes de fréquence hertzienne)

Administrations publiques

0,5%

0,5%

0,7%

0,7%

0,7%

0,8%

0,7%

Administrations publiques centrales

-0,4%

-0,5%

-0,1%

0,1%

-0,1%

-0,1%

-0,1%

Administrations publiques locales (APUL)

0,4%

0,8%

0,5%

0,2%

0,8%

1,4%

0,7%

Administrations de sécurité sociale (ASSO)

0,8%

1,1%

1,1%

1,1%

1,0%

1,2%

1,1%

(*) Il s'agit de la moyenne des progressions annuelles.

ÉTAT

(En points de PIB)

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Dépenses

20,8

20,5

20,4

19,9

19,5

19,1

18,6

Recettes

16,4

16,9

17,8

17,9

18,0

17,9

17,6

Solde

-4,4

-3,7

-2,5

-2,0

-1,5

-1,2

-1,0

Solde en Md€

-87,5

-75,0

-52,9

-44,3

-34,5

-28,2

-25,0

    Solde budgétaire

    (en Md€, périmètre courant)

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Périmètre de la norme étroite « zéro valeur »

    279,4

    279,5

    279,5

    279,5

    279,5

    Dépenses du BG + prélèvements sur recettes

    374,6

    372,4

    373,8

    378,6

    382,1

    Dépenses du budget général

    298,5

    297,0

    298,3

    302,3

    304,9

    Prélèvements sur recettes (PSR)

    76,1

    75,3

    75,5

    76,3

    77,2

    Recettes fiscales nettes

    298,6

    309,4

    323,8

    334,2

    340,2

    Recettes non fiscales

    14,2

    14,7

    15,3

    15,9

    16,6

    Solde des CST (hors FMI)

    0,3

    0,7

    0,7

    0,8

    0,8

    Solde budgétaire

    -61,5

    -47,6

    -33,9

    -27,7

    -24,5

    Clé de passage

    8,5

    3,2

    -0,5

    -0,5

    -0,5

    Solde de l'État en comptabilité nationale

    -52,9

    -44,3

    -34,5

    -28,2

    -25,0

    Clé de passage de l’État

Soldes en CN et budgétaire de l'État

(Md€)

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Solde en comptabilité nationale

-87,5

-75,0

-52,9

-44,3

-34,5

-28,2

-25,0

Solde budgétaire

-90,7

-86,1

-61,5

-47,6

-33,9

-27,7

-24,5

Clé associée

3,2

11,2

8,5

3,2

-0,5

-0,5

-0,5

    La clé de passage entre le solde de l’État en comptabilité budgétaire et le solde de l’État en comptabilité nationale serait très positive sur la période 2012-2014 (autour de 8,5 Md€ en 2012-2013 puis 3,2 Md€ en 2014) avant de devenir négative sur la période 2015-2017, aux environs de - 0,5 Md€.

    En effet, les opérations dans le cadre de l’aide aux pays de la zone euro (prêts bilatéraux aux États membres, dotations au MES) ainsi que la dotation à la Banque européenne d’investissement (BEI), qui sont des dépenses en comptabilité budgétaire, ne sont pas considérées comme des dépenses en comptabilité nationale. Elles sont enregistrées en opérations financières et n’impactent donc pas le déficit public en comptabilité nationale car elles ne conduisent pas à un appauvrissement financier des administrations publiques. La dernière dotation au MES est prévue en 2014, il n’y aurait plus d’impact sur la clé à ce titre à partir de 2015.

    Par ailleurs, les primes et décotes à l’émission réduiraient le déficit en comptabilité nationale en début de période. Elles sont le reflet des écarts entre la valeur d’émission et la valeur de remboursement des titres. Lorsque les émissions se font sur des souches anciennes dont les taux d’intérêt sont plus élevés que le taux de marché, la valeur d’émission est plus élevée que la valeur de remboursement et ce gain de trésorerie (non comptabilisé en recette en budgétaire) est étalé par la comptabilité nationale sur la durée de l’emprunt, ce qui se traduit par une clé de passage positive. Cet effet s’estomperait progressivement sur la période de la prévision au fur et à mesure de l’épuisement du stock d’obligations concernées.

    Une fois ces effets dissipés, la clé devrait être légèrement négative sous des hypothèses conventionnelles retenues notamment pour :

    – les partenariats publics privés, qui sont enregistrés en comptabilité nationale au moment de la livraison du bien et non du paiement des loyers. Compte tenu de l’incertitude concernant les montants, une hypothèse de clé constante à 0,5 Md€ a été retenue ;

    – les dépenses militaires qui sont enregistrées au moment de la livraison en comptabilité nationale et non au fur et à mesure du paiement (hypothèse de clé neutre sur 2014-2017).

    Enfin, une partie des dépenses du grand emprunt (notamment des fonds de la Caisse des dépôts et consignations) est attachée directement à l’État en comptabilité nationale et accroîtra donc le déficit de l’État en comptabilité nationale, sur l’ensemble de la période de programmation.

Crédits de paiement, en Md€

PROGRAMMATION PLURIANNUELLE

LFI 2012 Format 2013

2013

2014

2015

Action extérieure de l'État

2,79

2,83

2,81

2,81

Administration générale et territoriale de l'État

2,22

1,97

2,19

1,95

Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales

3,47

3,10

3,00

2,92

Aide publique au développement

3,30

3,10

3,07

3,07

Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation

3,12

3,04

2,95

2,83

Conseil et contrôle de l'État

0,48

0,49

0,50

0,50

Culture

2,54

2,44

2,38

2,35

Défense

30,35

30,11

30,15

30,15

Direction de l'action du Gouvernement

1,14

1,14

1,13

1,12

Écologie, développement et aménagement durables

8,00

7,63

7,29

7,09

Économie

1,59

1,56

1,53

1,52

Égalité des territoires, logement et ville

8,20

7,77

7,73

7,73

Engagements financiers de l'État (hors charge de la dette)

1,15

1,11

1,04

0,98

Enseignement scolaire

45,40

45,69

46,10

46,58

Gestion des finances publiques et des ressources humaines

9,03

8,85

8,78

8,61

Immigration, asile et intégration

0,59

0,67

0,66

0,64

Justice

6,02

6,20

6,30

6,32

Médias, livre et industries culturelles

1,41

1,22

1,09

0,97

Outre-mer

1,90

1,99

2,07

2,14

Politique des territoires

0,34

0,32

0,31

0,30

Provisions

0,15

0,03

0,23

0,18

Recherche et enseignement supérieur

25,12

25,62

25,74

25,86

Régimes sociaux et de retraite

6,37

6,54

6,75

6,84

Relations avec les collectivités territoriales

2,56

2,74

2,60

2,59

Santé

1,41

1,29

1,30

1,30

Sécurité

11,58

11,68

11,78

11,96

Sécurité civile

0,39

0,39

0,40

0,41

Solidarité, insertion et égalité des chances

12,53

13,18

13,48

13,74

Sport, jeunesse et vie associative

0,49

0,47

0,48

0,56

Travail et emploi

9,95

10,13

9,68

9,74

Pour mémoire : Pouvoirs publics

1,00

0,99

0,99

0,99

CP, en M€

LFI 2012 format 2012

Mesures de périmètre

Transferts

LFI 2012 format 2013

2013

2014

2015

Dépenses du budget général

290 714

87

4

290 805

291 180

293 895

298 368

Prélèvements sur recettes

74 457

 

-4

74 453

76 128

75 324

75 467

Taxes affectées plafonnées

3 013

2 234

 

5 247

5 056

4 982

4 782

Compensation en gestion de la hausse du PSR UE

       

-837

   

Total des dépenses de l'État

368 184

2 321

0

370 504

371 526

374 201

378 617

Évolution annuelle en volume

             

Charge de la dette

48 773

0

0

48 773

46 895

48 368

50 864

Contribution au CAS Pensions (État + opérateurs)

42 265

12

0

42 277

45 237

46 378

48 299

Total norme 0 valeur

277 146

   

279 455

279 394

279 455

279 455

Écart à l'annuité 2012

       

-60,7

0,0

0,0

Montants en Md€, impact en écart à la trajectoire sous-jacente de la LPFP

2014

2015

2016

2017

Dépenses publiques*

-4

-10

-10

-11

Prélèvements obligatoires (impact État seul)

-4

-10

-10

-11

* Les économies en matière de dépenses publiques seront ventilées entre sous-secteurs des administrations publiques dans le cadre de la démarche de modernisation de l'action publique à laquelle sera associée le Parlement.

Contribution à l’effort
du sous-secteur des APU

Contribution
au solde structurel

Dépenses d’un sous-secteur

Dépenses du sous-secteur vers un agent économique en dehors des APU (par exemple dépenses de fonctionnement de l’État, allocations familiales pour la CNAF)

Contribue à l’effort du sous-secteur dès que la dépense corrigée des effets du cycle progresse moins rapidement que le PIB potentiel

Contribue à l’amélioration du solde structurel du sous-secteur dès que la dépense corrigée des effets du cycle progresse moins rapidement que le PIB potentiel

Dépenses du sous-secteur vers un autre sous-secteur des APU (par exemple les prélèvements sur recettes de l’État à destination des collectivités locales)

N’est comptabilisé ni en effort, ni en déseffort du sous-secteur dépensier

Contribue à l’amélioration du solde structurel du sous-secteur dès que la dépense progresse moins rapidement que le PIB potentiel

Recettes d’un sous-secteur

Mesures nouvelles en PO affectée à un sous-secteur (par exemple hausse d’impôt)

Contribue à l’effort du sous-secteur

Contribue à l’évolution du solde structurel du sous-secteur

Changement de périmètre sur les recettes entre sous-secteurs (par exemple changement d’affectation de recettes)

N’est comptabilisé ni en effort, ni en déseffort des sous-secteurs concernés

Contribue à l’évolution du solde structurel du sous-secteur

Recettes du sous-secteur en provenance d’un autre sous-secteur des APU (par exemple les prélèvements sur recettes de l’État à destination des collectivités locales)

N’est comptabilisé ni en effort, ni en déseffort des sous-secteurs concernés

Contribue à l’évolution du solde structurel du sous-secteur en fonction de son évolution relative au PIB potentiel

Évolution spontanée des recettes différente de l’évolution du PIB (par exemple fortes variations de l’impôt sur les sociétés)

N’est comptabilisé ni en effort, ni en déseffort des sous-secteurs concernés

Contribue à l’amélioration du solde structurel du sous-secteur dès que l’élasticité spontanée des recettes dépasse l’élasticité moyenne historique (réciproquement contribue à la réduction du solde structurel dès que l’élasticité est inférieure à l’élasticité moyenne historique)

Le projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance des finances publiques (article 5) prévoit que le rapport annexé contient les éléments suivants :

Parties correspondantes du rapport annexé

– Hypothèses retenues pour programmation

Partie I. A : le cadrage macroéconomique

– Perspectives de recettes, dépenses et solde des sous-secteurs, en comptabilité nationale

Partie I. D : la trajectoire des finances publiques : analyse par sous-secteur

– Réformes et mesures propres à garantir la programmation

Parties II pour l’État et III pour ASSO

– Toute information utile au contrôle du respect des plafonds et objectifs de dépenses, notamment les principes permettant de comparer les montants que la LPFP prévoit avec les montants figurant dans les LF et LFSS de l’année.

Partie I. D : la trajectoire de l’État, et encadré : clé de passage de l’État

– La projection à politique inchangée et les politiques envisagées pour réaliser l’OMT au regard de ces prévisions

Partie I. C : la trajectoire de finances publiques : analyse de l’effort global de redressement, premier encadré

– L’effort structurel au titre de chacune des années décomposé par sous-secteur avec les éléments permettant le passage entre effort et solde structurels

Annexe 3

– Hypothèses de croissance potentielle

Partie I. A : le cadrage macroéconomique, tableau Principales hypothèses du scénario macroéconomique 2013-2017

    0,2

    0,3

    1,1

    1,1

    1,1

    1,1

Article 2

    (En points de produit intérieur brut)

 

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Solde public effectif (1+2+3)

    -4,5

    -3,0

    -2,2

    -1,3

    -0,6

    -0,3

    Solde conjoncturel (1)

    -0,8

    -1,2

    -1,0

    -0,8

    -0,5

    -0,3

    Mesures ponctuelles et temporaires (2)

    -0,1

    -0,2

    -0,1

    0,0

    0,0

    0,0

    Solde structurel (en points de PIB potentiel) (3)

    -3,6

    -1,6

    -1,1

    -0,5

    0,0

    0,0

    (En points de produit intérieur brut)

 

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

 

    Solde public effectif

    -4,5

    -3,0

    -2,2

    -1,3

    -0,6

    -0,3

    Dont :

    – Administrations publiques centrales

    -3,9

    -2,7

    -2,1

    -1,6

    -1,2

    -1,1

    – Administrations publiques locales

    -0,1

    -0,1

    -0,1

    0,0

    0,1

    0,1

    – Administrations de sécurité sociale

    -0,5

    -0,2

    0,0

    0,3

    0,6

    0,8

Article 2 bis

    (En points de produit intérieur brut)

 

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Effort structurel

    1,4

    1,9

    0,5

    0,5

    0,4

    0,1

    Dont :

    - Mesures nouvelles sur les prélèvements obligatoires

    1,1

    1,6

    -0,1

    -0,2

    0,0

    -0,3

    – Effort en dépenses

    0,3

    0,3

    0,6

    0,7

    0,4

    0,4

Article 3

    (En points de produit intérieur brut)

 

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    Dépense publique

    56,3

    56,3

    55,4

    54,4

    53,7

    53,1

    Taux de prélèvements obligatoires

    44,9

    46,3

    46,3

    46,2

    46,2

    45,9

    Dette des administrations publiques

    89,9

    91,3

    90,5

    88,5

    85,8

    82,9

    Dette des administrations publiques, hors soutien financier à la zone euro

    87,4

    88,4

    87,3

    85,4

    82,9

    80,1

    Dépense publique

    56.3

    56.3

    55.35

    54.4

    53.7

    53.1

    Taux de prélèvements obligatoires

    44.9

    46.3

    47

    47.2

    47.1

    46.8

Article 4

Article 5

Article 6

Article 7

Article 8

Article 9

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    454,7

    469,9

    484,6

    499,6

    514,8

    531,0

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    170,8

    175,4

    180,0

    184,5

    189,1

    193,8

Article 10

    Crédits de paiement

    Programmation pluriannuelle

    Loi de finances pour 2012
    Format 2013

    2013

    2014

    2015

    Action extérieure de l’État

    2,79

    2,83

    2,81

    2,81

    Administration générale et territoriale de l’État

    2,22

    1,97

    2,19

    1,95

    Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales

    3,47

    3,10

    3,00

    2,92

    Aide publique au développement

    3,30

    3,10

    3,07

    3,07

    Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation

    3,12

    3,04

    2,95

    2,83

    Conseil et contrôle de l’État

    0,48

    0,49

    0,50

    0,50

    Culture

    2,54

    2,44

    2,38

    2,35

    Défense

    30,35

    30,11

    30,15

    30,15

    Direction de l’action du Gouvernement

    1,14

    1,14

    1,13

    1,12

    Écologie, développement et aménagement durables

    8,00

    7,63

    7,29

    7,09

    Économie

    1,59

    1,56

    1,53

    1,52

    Égalité des territoires, logement et ville

    8,20

    7,77

    7,73

    7,73

    Engagements financiers de l’État

    1,15

    1,11

    1,04

    0,98

    Enseignement scolaire

    45,40

    45,69

    46,10

    46,58

    Gestion des finances publiques et des ressources humaines

    9,03

    8,85

    8,78

    8,61

    Immigration, asile et intégration

    0,59

    0,67

    0,66

    0,64

    Justice

    6,02

    6,20

    6,30

    6,32

    Médias, livre et industries culturelles

    1,41

    1,22

    1,09

    0,97

    Outre-mer

    1,90

    1,99

    2,07

    2,14

    Politique des territoires

    0,34

    0,32

    0,31

    0,30

    Provisions

    0,15

    0,03

    0,23

    0,18

    Recherche et enseignement supérieur

    25,12

    25,62

    25,74

    25,86

    Régimes sociaux et de retraite

    6,37

    6,54

    6,75

    6,84

    Relations avec les collectivités territoriales

    2,56

    2,74

    2,60

    2,59

    Santé

    1,41

    1,29

    1,30

    1,30

    Sécurité

    11,58

    11,68

    11,78

    11,96

    Sécurité civile

    0,39

    0,39

    0,40

    0,41

    Solidarité, insertion et égalité des chances

    12,53

    13,18

    13,48

    13,74

    Sport, jeunesse et vie associative

    0,49

    0,47

    0,48

    0,56

    Travail et emploi

    9,95

    10,13

    9,68

    9,74

    Pour mémoire : Pouvoirs publics

    1,00

    0,99

    0,99

    0,99

Article 11

    2013

    2014

    2015

    191

    265

    465

Article 12

    2012

    2013

    2014

    2015

    50,53

    50,53

    49,78

    49,03

Article 13

    2012

    2013

    2014

    2015

    2016

    2017

    7

    24

    -3

    -7

    -3

    -7

Article 14

Article 15

Article 16

Article 17

Article 18

Article 19

Article 19 bis

Article 20

Article 21

D023992/01. – Projet de règlement (UE) de la Commission modifiant le règlement (CE) nº 1126/2008 portant adoption de certaines normes comptables internationales conformément au règlement (CE) nº 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil, pour ce qui concerne les états financiers consolidés, les partenariats et les informations à fournir sur les intérêts détenus dans d'autres entités: dispositions transitoires (modifications des normes internationales d'information financière IFRS 10, IFRS 11 et IFRS 12).

D023991/01. – Projet de règlement de la Commission modifiant le règlement (CE) n° 1126/2008 portant adoption de certaines normes comptables internationales conformément au règlement (CE) n° 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil, pour ce qui concerne les améliorations annuelles des normes internationales d'information financière IFRS, cycle 2009-2011.

D023041/03. – Règlement UE de la Commission modifiant l'annexe XIV du règlement (CE) n° 1907/2006 du Parlement européen et du Conseil concernant l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH) (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE).

16738/12. – Acte du Conseil arrêtant les tables de mortalité visées aux articles 6 et 35 de l'annexe 6 du statut du personnel d'Europol.

COM(2012) 757. – Proposition de décision d'exécution du Conseil modifiant la décision d'exécution 2011/344/UE sur l'octroi d'une assistance financière de l'Union au Portugal.

1 () « Outright Monetary Transactions » ou OMT.

2 () C’est-à-dire, aux termes du système européen de comptabilité (SEC 95), « au moment de la naissance, de la transformation ou de la disparition/l’annulation d’une valeur économique, d’une créance ou d’une obligation ».

3 () L’enregistrement en comptabilité budgétaire se fonde en revanche sur les flux d’encaissement et de décaissement, de sorte que les montants annuels peuvent différer.

4 () Il s’agit pour 1,6 Md€ du précompte mobilier (dont le coût passe de 0,2 à 1,8 Md€ entre 2012 et 2013), pour 0,25 Md€ du contentieux OPCVM (dont le coût passe de 1,5 à 1,75 Md€) et pour 1,3 Md€ du contentieux concernant la taxe sur les communications électroniques.

5 () Eurostat a en effet décidé que les montants prêtés par le FESF devaient être rattachés directement à la dette des États apportant des garanties, au prorata de celles-ci (ce qui correspond à la clé BCE hors Grèce, Irlande et Portugal).

6 () Cet ensemble de 6 textes a introduit une réforme du pacte de stabilité et de croissance dans ses volets préventif et correctif, une nouvelle procédure concernant la surveillance des déséquilibres macroéconomiques et un mécanisme renforcé de mise en œuvre.

7 () i.e. les mesures nouvelles afférentes aux prélèvements obligatoires, mentionnées dans le rapport prévu à l’article 52 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances et votées par le Parlement ou prises par le Gouvernement par voie réglementaire à compter du 1er juillet 2012.

8 () À l’exception de la Caisse de la dette publique et de la Société de prises de participation de l’État.

9 () Ces prélèvements sur recettes restent néanmoins en dehors du champ des concours normés aux collectivités locales défini par l’article 10 du présent projet de loi de programmation et sur lequel s’applique l’évolution précisée dans cet article.

10 () Les quatre départements et régions d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion) font partie des collectivités territoriales résidant sur le territoire économique, et donc du sous-secteur administrations publiques locales (APUL), de même que Mayotte qui est devenue en 2011 le cinquième département d’outre-mer. Les collectivités d’outre-mer (Wallis-et-Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon) et les pays d’outre-mer (Polynésie et Nouvelle-Calédonie) sont en revanche classés dans le « Reste du Monde », en dehors des administrations publiques françaises.