Fabrication de la liasse

Amendement n°AC439

Déposé le vendredi 25 janvier 2019
Discuté
Adopté
(mercredi 30 janvier 2019)
Photo de monsieur le député Régis Juanico
Photo de madame la députée Josette Manin
Photo de madame la députée George Pau-Langevin
Photo de madame la députée Sylvie Tolmont
Photo de madame la députée Michèle Victory
Photo de monsieur le député Joël Aviragnet
Photo de madame la députée Ericka Bareigts
Photo de madame la députée Marie-Noëlle Battistel
Photo de madame la députée Gisèle Biémouret
Photo de monsieur le député Christophe Bouillon
Photo de monsieur le député Jean-Louis Bricout
Photo de monsieur le député Luc Carvounas
Photo de monsieur le député Alain David
Photo de madame la députée Laurence Dumont
Photo de monsieur le député Olivier Faure
Photo de monsieur le député Guillaume Garot
Photo de monsieur le député David Habib
Photo de monsieur le député Christian Hutin
Photo de madame la députée Marietta Karamanli
Photo de monsieur le député Jérôme Lambert
Photo de monsieur le député Serge Letchimy
Photo de madame la députée Christine Pires Beaune
Photo de monsieur le député Dominique Potier
Photo de monsieur le député Joaquim Pueyo
Photo de madame la députée Valérie Rabault
Photo de monsieur le député Hervé Saulignac
Photo de madame la députée Cécile Untermaier
Photo de madame la députée Hélène Vainqueur-Christophe
Photo de monsieur le député Boris Vallaud

Le troisième alinéa de l’article L. 311‑1 du code de l’éducation est ainsi rédigé :

« L’évaluation sert à mesurer et à valoriser la progression de l’acquisition des compétences et des connaissances de chaque élève. »

Exposé sommaire

Cet amendement vise à faire de l’évaluation formative et positive des acquis des élèves la norme dans les classes de l’enseignement scolaire.

L’article L. 311‑1 du code de l’éducation dispose que « dans l’enseignement primaire, l’évaluation sert à mesurer la progression de l’acquisition des compétences et des connaissances de chaque élève » et que « cette logique d’évaluation est aussi encouragée dans l’enseignement secondaire ».

Ce distinguo entre enseignement primaire, où l’évaluation est explicitement liée au progrès des acquis, et l’enseignement secondaire, où cette logique est seulement « encouragée », nous paraît symptomatique de la culture française de l’évaluation scolaire et du hiatus qui sépare, encore aujourd’hui, et ce malgré le cycle commun CM1‑6ème, l’école et le collège.

Si l’évaluation par compétences, qui mesure la progression des acquis, est courante dans le primaire, au collège, la notation chiffrée, qui classe, sanctionne et « trie » les élèves en vue de leur orientation, reste profondément ancrée dans les mœurs. Cette approche « traditionnelle » réduit le bien–être scolaire, comme le montrent les études citées dans le rapport du CEC sur la fonction d’évaluation à l’éducation nationale.

Il nous semble que les deux degrés de l’enseignement scolaire ou à tout le moins le continuum école – collège devraient partager la même conception de l’évaluation. Celle-ci devrait être réellement indicative des acquis des élèves et aider ces mêmes élèves à mieux apprécier la qualité de leur travail et à développer, avec le professeur, des stratégies pour mieux « apprendre à apprendre », autant de principes défendus par l’OCDE depuis près de quinze ans (Cf. son rapport sur l’évaluation formative publié en 2005).