Fabrication de la liasse

Amendement n°CL82

Déposé le vendredi 10 janvier 2020
Discuté
Photo de madame la députée Albane Gaillot
Photo de madame la députée Delphine Bagarry
Photo de monsieur le député Philippe Chalumeau
Photo de madame la députée Annie Chapelier
Photo de madame la députée Jennifer De Temmerman
Photo de madame la députée Pascale Fontenel-Personne
Photo de monsieur le député Fabien Gouttefarde
Photo de madame la députée Carole Grandjean
Photo de madame la députée Danièle Hérin
Photo de madame la députée Marjolaine Meynier-Millefert
Photo de madame la députée Nathalie Sarles
Photo de madame la députée Nicole Trisse
Photo de madame la députée Laurence Vanceunebrock
Photo de madame la députée Corinne Vignon
Photo de madame la députée Martine Wonner
APRÈS L'ARTICLE 10, insérer l'article suivant:

« Le 2° de l’article 311‑12 du code pénal est abrogé. »

Exposé sommaire

Depuis quelques années, la problématique des cyberviolences conjugales a émergé dans le débat public.

En 2018, le Centre Hubertine Auclert a mené une recherche action sur les cyberviolences conjugales auprès de femmes victimes de violences conjugales et des professionnel.le.s les accompagnant. Les résultats sont sans appel : au moins 9 femmes interrogées sur 10 ont vécu au moins une forme de cyberviolence conjugale.

Les cyberviolences conjugales peuvent se traduire par le fait pour le conjoint violent de confisquer le téléphone, l’ordinateur ou la tablette de sa conjointe pour l’isoler.

Pourtant, l’article 311-1 du code pénal instaure une immunité familiale : un vol commis par une personne ne peut donner lieu à des poursuites pénales « au préjudice de son conjoint, sauf lorsque les époux sont séparés de corps ou autorisés à résider séparément. »

L’objectif du présent amendement est de supprimer cet alinéa afin de mettre un terme à cette immunité familiale et faciliter ainsi les poursuites judiciaires pour cyberviolences.