Version PDFRetour vers le dossier législatifVoir le texte de référenceVoir le compte rendu

ART. 18N°362

ASSEMBLÉE NATIONALE
13 décembre 2019

PLF POUR 2020 - (N° 2493)

Commission
 
Gouvernement
 

Rejeté

AMENDEMENT N°362

présenté par

Mme Dalloz, M. Straumann, Mme Valentin, Mme Corneloup, Mme Louwagie, Mme Anthoine, Mme Bazin-Malgras, M. Hetzel, Mme Duby-Muller, M. Reiss, Mme Poletti, M. Deflesselles et M. Viala

----------

ARTICLE 18

I. – Rédiger ainsi le tableau de l’alinéa 74 :

«

Émissions de dioxyde de carbone

Tarif unitaire

(en grammes par kilomètre)

(en euro par gramme de dioxyde de carbone)

Inférieur ou égal à 26

0

27

0,8

Supérieur à 27 et inférieur ou égal à 79

1,5

80

1,6

Supérieur à 80 et inférieur ou égal à 128

1,7

129

1,8

130

1,9

Supérieur à 130 et inférieur ou égal à 132

2

Supérieur à 132 et inférieur ou égal à 134

2,2

135

2,3

136

2,4

137

2,5

138

2,6

139

2,7

140

2,8

141

2,9

142

3

Supérieur à 142 et inférieur ou égal à 144

3,2

145

3,3

Supérieur à 145 et inférieur ou égal à 147

3,4

148

3,5

149

3,6

150

4

151

4,4

152

4,8

153

5,2

Supérieur à 153 et inférieur ou égal à 155

5,8

156

6,1

157

6,4

158

6,7

159

7

160

7,3

161

7,6

162

7,9

163

8,2

164

8,5

165

8,8

166

9,1

167

9,4

Supérieur à 167 et inférieur ou égal à 169

10

170

10,3

171

10,6

172

10,9

173

11,2

174

11,5

175

11,8

176

12,1

177

12,4

178

12,7

179

13

180

13,3

181

13,7

182

14

183

14,3

184

14,6

185

14,9

186

15,2

187

15,5

188

15,8

189

16,1

190

16,4

191

16,7

192

17

193

17,2

194

17,3

195

17,4

196

17,5

197

17,6

198

17,8

199

17,9

200

18

201

18,1

202

18,2

203

18,4

204

18,5

205

18,6

206

18,7

207

18,8

208

19

209

19,1

210

19,2

211

19,3

212

19,4

213

19,6

214

19,7

215

19,8

216

19,9

217

20

218

20,2

219

20,3

220

20,4

221

20,5

222

20,6

223

20,8

224

20,9

225

21

226

21,1

227

21,2

228

21,4

229

21,5

230

21,6

231

21,8

232

21,9

233

22,1

234

22,3

235

22,5

236

22,6

237

22,8

238

23

239

23,1

240

23,3

241

23,5

242

23,7

243

23,8

244

24

245

24,2

246

24,4

247

24,5

248

24,7

249

24,9

250

25

251

25,2

252

25,4

253

25,6

254

25,7

255

25,9

256

26,1

257

26,2

258

26,4

259

26,6

260

26,8

261

26,9

262

27,1

263

27,3

264

27,5

265

27,6

266

27,8

267

28

268

28,1

269

28,3

270

28,5

271

28,7

272

28,8

Supérieur ou égal à 273

29

                                                                                            ».

II. – Compléter cet article par l’alinéa suivant :

« IX. – La perte de recettes pour l’État est compensée à due concurrence par la création d’une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

Le barème actuel de la composante CO2 de la TVS se présente sous une forme d’escalier, ce qui génère des effets de seuil importants.

De surcroît, le nouveau barème CO2 tel que proposé dans le projet de loi de finances pour 2020 va accentuer fortement les effets de seuils, créant des montants de TVS considérables.

Par exemple, avec la nouvelle grille, en passant de 120 à 121g, le gramme supplémentaire fait augmenter de 127 % la TVS (de 240 € à 544 €). Sous-entendu, les véhicules mesurés à 96 g.CO2/km en NEDC corrélé (type Peugeot 208 essence) subiront une taxation de +127 % lors du passage au WLTP.

Avec la mise en place du certificat de conformité électronique (eCoC) et la prise en compte pour l’immatriculation des valeurs d’émissions WLTP, une adaptation de cette grille s’avère indispensable.

En effet, le passage du cycle NEDC au WLTP devrait générer des écarts, en termes d’émissions CO2, plus importants sur les petites cylindrées que sur les véhicules de gamme supérieurs. Ces effets sont de nature à accroitre les prélèvements de TVS sur les petits véhicules si le barème de la TVS n’est pas convenablement ajusté.

L’objet du présent amendement est donc de mettre en place une grille de TVS gramme par gramme, à l’image de ce qui est fait pour le malus, afin de neutraliser la variation des écarts entre WLTP et NEDC, tout en assurant un niveau constant de recettes pour l’État.