Fabrication de la liasse

Amendement n°CL27

Déposé le samedi 14 novembre 2020
Discuté
Photo de monsieur le député Didier Paris
Photo de madame la députée Caroline Abadie
Photo de monsieur le député Pieyre-Alexandre Anglade
Photo de madame la députée Laetitia Avia
Photo de monsieur le député Florent Boudié
Photo de madame la députée Yaël Braun-Pivet
Photo de madame la députée Émilie Chalas
Photo de madame la députée Coralie Dubost
Photo de madame la députée Nicole Dubré-Chirat
Photo de monsieur le député Jean-François Eliaou
Photo de monsieur le député Jean-Michel Fauvergue
Photo de monsieur le député Raphaël Gauvain
Photo de monsieur le député Guillaume Gouffier-Cha
Photo de madame la députée Émilie Guerel
Photo de monsieur le député Sacha Houlié
Photo de madame la députée Catherine Kamowski
Photo de madame la députée Alexandra Louis
Photo de monsieur le député Fabien Matras
Photo de monsieur le député Stéphane Mazars
Photo de monsieur le député Ludovic Mendes
Photo de monsieur le député Jean-Michel Mis
Photo de madame la députée Naïma Moutchou
Photo de madame la députée Valérie Oppelt
Photo de monsieur le député Pierre Person
Photo de monsieur le député Jean-Pierre Pont
Photo de monsieur le député Éric Poulliat
Photo de monsieur le député Bruno Questel
Photo de monsieur le député Rémy Rebeyrotte
Photo de monsieur le député Thomas Rudigoz
Photo de monsieur le député Pacôme Rupin
Photo de monsieur le député Jean Terlier
Photo de madame la députée Alice Thourot
Photo de monsieur le député Alain Tourret
Photo de monsieur le député Guillaume Vuilletet
Photo de monsieur le député Christophe Castaner

L’article 131‑36 du code pénal est ainsi modifié :

1° Le deuxième alinéa est complété par les mots : « , de même que les cas dans lesquels un examen médical préalable est obligatoire, au regard notamment de la qualité du condamné ou la nature des travaux proposés. » ;

2° Le 1° est ainsi rédigé :

« 1° Sauf décision par laquelle le juge de l’application des peines conserve sa compétence, le directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation établit, après avis du ministère public et du juge de l’application des peines du ressort dans lequel se situe la structure d’accueil et consultation de tout organisme public compétent en matière de prévention de la délinquance, la liste des travaux d’intérêt général susceptibles d’être accomplis dans le département ; »

Exposé sommaire

Cet amendement vise à simplifier le recours au travail d’intérêt général (TIG) en complétant les dispositions relatives à la déjudiciarisation de la procédure d’affectation du TIG prévu par l’article 2 de la proposition de loi, par des modifications de l’article 131-36 du code pénal  permettant au directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation d’établir de lui-même la liste des TIG susceptibles d’être accomplis dans le département et en cantonnant la production d’un certificat médical aux cas particuliers prévus par décret en Conseil d’Etat.


En effet, le travail d’intérêt général, dont les effets bénéfiques sur la réinsertion sont largement démontrés, doit pouvoir être mis en place rapidement et facilement, ce qui justifie que son régime se rapproche d’un travail effectué dans des conditions « normales » et que l’aspect judiciaire soit réduit au strict minimum, c’est-à-dire concentré dans le pouvoir de surveillance et de sanction qu’exerce le juge d’application des peines sur le condamné.


Les dispositions relatives à la déjudiciarisaiton de la procédure d’affectation prévoient la possibilité pour le juge d’application des peines de conserver sa compétence. Il est important d’étendre cette possibilité aux dispositions concernant la déjudiciarisaiton de  la  procédure d’habilitation qui permettent au directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation d’établir de lui-même la liste des TIG susceptibles d’être accomplis dans le département.