XVe législature
Session ordinaire de 2020-2021

Séance du jeudi 25 mars 2021

L’ordre du jour appelle la suite de la discussion de la proposition de loi visant à l’accompagnement des enfants atteints de pathologie chronique ou de cancer (nos 3863 rectifié, 3988).
Ce matin, l’Assemblée a commencé la discussion des articles de la proposition de loi, s’arrêtant à l’article 2.
La parole est à Mme Jacqueline Dubois. L’article 2 est important pour la scolarité des élèves atteints de cancer ou de maladies chroniques car il prévoit l’organisation d’une réunion avec l’ensemble des acteurs concernés – les responsables légaux, le directeur de l’établissement scolaire, si nécessaire un représentant de la collectivité territoriale et d’autres professionnels encore – pour aborder les conséquences de la maladie et les modalités de mise en œuvre du projet d’accueil individualisé, le PAI.
Cette réunion doit être organisée si possible dans un délai de vingt-et-un jours à compter de l’annonce du diagnostic d’une pathologie chronique ou d’un cancer ou lors de l’arrivée de l’enfant dans l’établissement. Dans un esprit consensuel, pour ne mettre personne en difficulté, nous proposons que cette réunion soit organisée si possible dans ce délai. Sur ce point, l’article 2 rejoint l’objectif de la circulaire interministérielle du 10 février 2021 qui actualise les modalités d’élaboration et d’application du PAI pour raison de santé.
Rappelons que le PAI prévoit déjà une réunion entre les différents acteurs, mais que celle-ci ne se tient pas de manière systématique et bien rarement au cours des premières semaines suivant l’arrivée de l’enfant dans un établissement, comme le demande la proposition de loi. L’article 2 permet donc une avancée importante pour tous les enfants malades et leurs familles.
Cette réunion unique après l’annonce du diagnostic de la maladie permettra de mettre en évidence les points qui requièrent la plus grande attention du point de vue des conséquences de la maladie sur la journée scolaire de l’enfant. Je souscris donc à ce dispositif, qui représentera un cadre rassurant pour la communauté éducative. Alors que le Gouvernement travaille à la mise en place d’une école inclusive, l’article 2 de la proposition de loi est bienvenu pour renforcer la confiance des familles.
La parole est à M. François Ruffin. Pour les enfants qui souffrent de maladies chroniques ou de cancer, deux possibilités existent afin de poursuivre leur scolarité.
La première consiste à réintégrer l’école après un séjour à l’hôpital grâce au soutien des AESH, les accompagnants – bien souvent des accompagnantes – d’élèves en situation de handicap. Ce dispositif se heurte malheureusement à deux obstacles, dénoncés par la fédération Grandir sans cancer.
Le premier concerne la lourdeur du dossier à fournir à la MDPH, la maison départementale des personnes handicapées. Ce dossier est volumineux et très long à remplir pour les parents à un moment où ils ont bien d’autres préoccupations. Il paraît indispensable de remédier à cette difficulté.
La situation des AESH elle-même constitue le second obstacle. Ces professionnelles sont sous-payées et tentées d’abandonner leur métier. Elles sont découragées par la création des pôles inclusifs d’accompagnement localisés, les PIAL, qui les obligent à se consacrer à plusieurs élèves et à courir d’un établissement à l’autre. Je saisis d’ailleurs cette occasion pour appeler le Gouvernement à davantage de vigilance s’agissant de la mise en place des PIAL : dans la pratique, nous sommes loin de l’école inclusive ! Ce nouveau dispositif décourage les AESH davantage qu’il ne facilite l’exercice de leur mission.
La seconde possibilité pour les enfants qui souffrent de maladies chroniques ou de cancer de poursuivre leur enseignement scolaire est l’enseignement à domicile, quand leurs soins exigent qu’ils restent chez eux. En commission, j’avais déposé un amendement visant à prévoir un accompagnement à domicile grâce à l’intervention d’un enseignant, mais on m’a expliqué que cela existait déjà puisque c’est précisément le rôle des services d’assistance pédagogique à domicile, les SAPAD, dont, je l’avoue, j’ignorais l’existence. J’ai retiré mon amendement, mais je réitère ma demande, car je ne suis pas le seul à ignorer l’existence de ces services : de nombreux enseignants, mais aussi des inspecteurs d’académie, ne les connaissent pas. En outre, l’accompagnement qu’ils proposent se fait sur la base du volontariat. Or on ne trouve pas toujours un enseignant volontaire pour se rendre au domicile d’un enfant malade. La fédération Grandir sans cancer a recueilli un grand nombre de témoignages qui vont dans le même sens : il faut souvent attendre de longs mois avant qu’un enseignant n’intervienne au domicile d’une famille.
On aura beau constituer un PAI pour permettre à un enfant de poursuivre sa scolarité, si les établissements manquent d’AESH et si les enseignants volontaires sont trop peu nombreux, le PAI restera lettre morte. Pour faire vivre l’article 2, il est indispensable de prévoir des moyens supplémentaires pour les AESH, mais aussi de renforcer les SAPAD.
La parole est à Mme la rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, pour soutenir l’amendement no 41 rectifié. Il s’agit d’un amendement rédactionnel. La parole est à Mme la secrétaire d’État chargée de l’éducation prioritaire, pour donner l’avis du Gouvernement. Cet amendement est en effet rédactionnel, madame la rapporteure, mais il concerne un nouvel article du code de l’éducation, l’article L.351-5. D’après l’exposé sommaire de l’amendement, nous comprenons qu’il s’agit de ne pas restreindre les situations de handicap qui sont ici prises en compte, mais vous ne mentionnez pas le nouvel article dans l’amendement lui-même, alors que vous y faites explicitement référence dans votre amendement no 40. De ce fait, l’amendement no 41 rectifié ne peut pas être accepté en l’état. Avis défavorable. La parole est à Mme la rapporteure. Je précise que le service de la séance a distingué les deux amendements pour une question de cohérence.
(L’amendement no 41 rectifié est adopté.) La parole est à Mme Sereine Mauborgne, pour soutenir l’amendement no 38. Cet amendement, déposé à l’initiative de Mme Mirallès et plusieurs de nos collègues, tend à mettre en conformité l’article du code de l’éducation visé par l’article 2 avec les modifications apportées par la proposition de loi. L’extension des dispositifs d’adaptation scolaire aux enfants atteints de cancer est pertinente et le texte doit refléter cette évolution. Quel est l’avis de la commission ? Je comprends l’objectif de cet amendement, mais les mots « un traitement médical lourd » sont trop vagues. La modification que vous proposez concerne, en outre, un alinéa du code de l’éducation spécifiquement consacré au handicap, puisqu’il mentionne notamment le projet personnalisé de scolarisation, le PPS. Avis défavorable.
(L’amendement no 38, repoussé par le Gouvernement, n’est pas adopté.) Je suis saisie de deux amendements identiques, nos 30 et 42 rectifié.
La parole est à Mme Jacqueline Dubois, pour soutenir l’amendement no 30.
Cet amendement rédactionnel vise à déplacer en fin de paragraphe une phrase qui concerne la documentation. L’amendement no 42 rectifié de Mme la rapporteure est défendu.
Quel est l’avis du Gouvernement ?
Avis favorable également. Je propose toutefois une légère modification de nature rédactionnelle afin d’éviter une répétition. Il s’agirait de remplacer le terme « permettant » par les mots « concourant à » dans la phrase suivante : « Une documentation concourant à un suivi adapté est accessible aux équipes pédagogiques. » Madame Dubois, acceptez-vous cette modification de l’amendement no 30 ? Bien sûr, madame la présidente ! Et vous, madame la rapporteure ? Également.
(Les amendements identiques nos 30 et 42 rectifié, tels qu’ils viennent d’être rectifiés, sont adoptés ; en conséquence, l’amendement no 26 devient sans objet.) La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 40. Cet amendement de cohérence, qui s’inscrit dans le prolongement de la modification adoptée par l’amendement no 41 rectifié, vise à codifier la réunion portant sur les modalités de mise en œuvre du PAI et la documentation permettant un suivi adapté par la rédaction d’un nouvel article inscrit dans le titre précédemment modifié.
(L’amendement no 40, accepté par le Gouvernement, est adopté.) La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 44, qui fait l’objet d’un sous-amendement. Il est rédactionnel. La parole est à Mme Jacqueline Dubois, pour soutenir le sous-amendement no 47. Il est également rédactionnel et précise que l’élève est présent à la réunion lorsqu’il est majeur. Quel est l’avis de la commission sur le sous-amendement ? Avis favorable. Quel est l’avis du Gouvernement ? Là encore, avis favorable sous réserve d’une légère modification rédactionnelle. Ce sous-amendement de précision vise à insérer l’élève, s’il est majeur, dans la liste des participants à la réunion. Quel que soit son âge, l’élève doit être partie prenante des décisions qui le concernent : nous ne pouvons qu’être d’accord avec cela. Il doit donc être convié systématiquement aux réunions. Libre à lui d’accepter ou de refuser d’y assister.
La circulaire précise bien que le PAI « est élaboré avec le jeune et ses responsables légaux, à leur demande ou en accord avec eux et avec leur participation » et qu’il « associe l’enfant ou l’adolescent, ses responsables légaux, l’équipe éducative ou de la structure d’accueil,… ».
La formulation que je vous propose va au-delà de votre proposition, madame Dubois, puisqu’il s’agit d’insérer les mots suivants à l’alinéa 4, après le mot « légaux » : « de l’élève, s’il le souhaite, sauf s’il est majeur, auquel cas sa présence est obligatoire. »
La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Nous nous sommes interrogés sur la nécessité de rendre cette présence obligatoire. Je considère qu’il s’agit d’une très bonne idée.
(Le sous-amendement no 47, tel qu’il vient d’être rectifié, est adopté.)
(L’amendement no 44, sous-amendé, est adopté ; en conséquence,l’amendement no 45 devient sans objet.) Je suis saisie de deux amendements, nos 27 et 11, pouvant être soumis à une discussion commune.
L’amendement no 27 fait l’objet d’un sous-amendement.
La parole est à Mme Mireille Robert, pour soutenir l’amendement no 27.
Il concerne le délai de trois semaines initialement prévu avant l’installation des protocoles. Lorsque la pathologie est déjà installée ou connue, la préparation de l’arrivée de l’enfant pourrait commencer dès la fin de l’année scolaire ou à la rentrée des classes. En tout état de cause, un délai de trois semaines est beaucoup trop long. La parole est à Mme Jacqueline Dubois, pour soutenir le sous-amendement no 46. La proposition de Mme Robert est très intéressante, mais je propose de modifier légèrement la rédaction de l’amendement afin de recommander également que la réunion se tienne, lorsque c’est possible, en amont de l’arrivée de l’enfant dans l’établissement – lors d’un changement d’établissement et quand la maladie est déjà connue –, et plus seulement dans les vingt-et-un jours, si possible, après l’annonce du diagnostic. D’où la rédaction suivante : « si possible, dans un délai de vingt-et-un jours à compter de l’annonce du diagnostic d’une pathologie chronique ou d’un cancer, ou en amont de l’arrivée de l’enfant dans l’établissement. » La parole est à M. Frédéric Reiss, pour soutenir l’amendement no 11. Il concerne également le délai de vingt-et-un jours. Nous en avons parlé en commission et nous nous étions dans un premier temps ralliés à la rédaction proposée par la rapporteure, mais elle avait elle-même concédé que les circonstances ne rendaient pas toujours possible le respect d’un tel délai et qu’il faudrait sans doute réécrire l’alinéa. L’amendement no 27 sous-amendé permet de gagner en précision, mais le mien a le mérite de la sobriété : il propose que la réunion se tienne « dans les meilleurs délais », soit le plus vite possible. S’agissant par exemple d’un PAI, plus on fait vite, mieux c’est pour la famille et pour l’enfant. Quel est l’avis de la commission ? Je suis favorable à l’amendement no 27 de Mme Robert puisqu’il va dans le sens de notre proposition de loi en créant les conditions d’un accueil de l’enfant qui soit le meilleur et le plus précoce possible. Je suis également favorable au sous-amendement no 46 de Mme Dubois.
En revanche, je donne un avis défavorable à l’amendement de M. Reiss. Écrire que la réunion doit se tenir « dans un délai de vingt-et-un jours », comme nous l’avons fait, permet de fixer une durée plus précise que les « meilleurs délais » dont on ne sait pas exactement à quoi ils correspondent. Pourquoi vingt-et-un jours ? Nous l’avons expliqué : il faut un délai qui puisse être tenu par les établissements. Dès lors qu’un diagnostic est posé au cours de l’année scolaire, la réunion peut être organisée très rapidement, mais c’est aussi possible dans le cas où plusieurs élèves – par exemple une dizaine – arrivent dans un collège à la rentrée scolaire après avoir fait l’objet d’un PAI. Le délai de vingt-et-un jours me paraît raisonnable, d’autant qu’il n’est pas contraignant – nous avons ajouté les mots « si possible ». La formulation proposée par M. Reiss ne me satisfait pas car elle laisse trop de marge de manœuvre. Avis défavorable.
Quel est l’avis du Gouvernement ? S’agissant de l’amendement no 27 de Mme Robert, le fait qu’il systématise la tenue d’une telle réunion pour tous les enfants atteints d’une pathologie chronique, quelle qu’elle soit, me gêne. Je suis favorable à davantage de souplesse et je préférerais que nous nous contentions de recommander la tenue de la réunion. Avis défavorable, donc, ainsi qu’au sous-amendement no 46 qui, de même, impose la tenue d’une réunion en amont de l’arrivée de l’enfant dans l’établissement.
Je suis en revanche favorable à l’amendement no 11 de M. Reiss : en proposant d’organiser la réunion « dans les meilleurs délais », par exemple en fonction de la gravité de la pathologie, il laisse de la souplesse aux médecins et leur permet d’apporter une réponse graduée et adaptée.
La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Permettez-moi, madame la secrétaire d’État, d’exprimer un avis différent. Je trouve la rédaction proposée par M. Reiss magnifique ; elle est fluide, très jolie, et je l’ai d’ailleurs moi-même utilisée ce matin au cours de la discussion générale. Je lui rends donc hommage.
Cependant, nous devons fixer un cap. Pour avoir été enseignante – je suis du cru –, je sais combien il peut être difficile d’organiser de telles réunions ; il est donc essentiel de disposer d’un cap afin de savoir à peu près où l’on va. En proposant que la réunion soit organisée « en amont » mais seulement « si possible », notre sous-amendement n’implique rien d’obligatoire. À titre personnel, je voterai l’amendement de Mme Robert sous-amendé.
La parole est à M. Frédéric Reiss. Je vous remercie pour vos avis. Mon amendement a le mérite de la sobriété ; en outre, il fait appel à la conscience professionnelle des chefs d’établissements et des directeurs d’école qui, confrontés à une situation nouvelle, doivent lui apporter une réponse « dans les meilleurs délais ». Une telle souplesse permettrait de réagir le plus rapidement possible. Nous avons tendance à produire des lois trop bavardes et j’avoue que par sa rédaction un peu trop détaillée – « si possible, dans un délai de vingt-et-un jours » –, l’autre amendement me paraît plus compliqué à appliquer. La parole est à Mme Mireille Robert. Je voudrais simplement revenir sur un point important. L’enseignant participe à l’élaboration du PAI en concertation avec l’ensemble de l’équipe pédagogique, mais pensons à celui qui reçoit dans sa classe un enfant atteint par exemple d’un diabète de type 1 ou d’épilepsie : s’il faut qu’il attende trois semaines voire davantage alors qu’il sait depuis le mois de juin qu’il accueillera un enfant souffrant de ces pathologies, je trouve que c’est une perte de temps qui met en danger la vie de l’enfant. Je veux bien de la souplesse mais je veux surtout de la sécurité, à la fois pour l’enseignant et pour la famille de l’enfant concerné. Quand c’est possible et quand la pathologie est connue, il faut agir le plus tôt possible. La parole est à Mme Sereine Mauborgne. Pour mettre tout le monde d’accord et revenir sur les propos tenus par François Ruffin tout à l’heure, je voudrais rappeler que la maladie n’est pas toujours diagnostiquée en juin ou en septembre, au moment de la rentrée scolaire. Il y a donc une nuance importante entre l’élaboration en amont d’un plan qui permettra de sécuriser l’ensemble des personnes concernées, et son application au moment du retour de l’enfant à l’école, après sa première hospitalisation.
Je le dis d’expérience, pour avoir vécu de nombreuses annonces de diagnostic à des enfants malades : la première hospitalisation est souvent assez longue, même en cas d’épilepsie ou de diabète de type 1. Le fait de prendre une décision dans un délai de quinze jours à trois semaines à compter de l’annonce du diagnostic permet aussi de préparer l’enfant et les moyens qui accompagneront son retour à l’école, car ils ne seront parfois déclenchés que plusieurs semaines plus tard. Dès lors, il ne me paraît pas absurde que le ministère exige de respecter cette contrainte des trois semaines, dans la mesure du possible.
(Le sous-amendement no 46 est adopté.)
(L’amendement no 27, sous-amendé, est adopté ; en conséquence, l’amendement no 11 tombe et l’amendement no 10 devient sans objet.) La parole est à Mme Michèle Victory, pour soutenir l’amendement no 4. Sur le même sujet, il propose de préciser qu’« un professionnel de santé ou de la médecine scolaire participe à la réunion ». Nous en avions parlé en commission et la rapporteure nous avait expliqué pourquoi elle ne souhaitait pas rendre cette présence obligatoire, afin d’éviter d’introduire un frein à la tenue de la réunion. Cependant, il nous semble qu’en vertu de son expertise, la présence d’un professionnel de santé est indispensable à la bonne intégration de l’enfant au sein de l’établissement scolaire ; se contenter de la recommander n’est pas suffisant.
Nous en revenons à la discussion que nous avons eue tout à l’heure sur la présence insuffisante de la médecine scolaire dans les établissements – encore une fois, il y a un médecin scolaire pour 12 572 élèves et un infirmier pour 1 300 élèves. Par cet amendement, nous voulons insister sur son rôle primordial, même si nous n’avons pas ici le pouvoir d’en augmenter les effectifs. Il est nécessaire qu’un membre du personnel médical soit présent à la réunion.
Quel est l’avis de la commission ? Comme je l’ai dit en commission, je comprends parfaitement vos arguments. Bien entendu, la présence d’un professionnel de santé ou d’un médecin scolaire est fortement souhaitable, mais, comme vous le disiez, je ne voudrais pas que son absence crée un blocage. Je rappelle qu’au moment où la réunion a lieu, le PAI a été rédigé par un médecin et validé par un médecin de l’éducation nationale en tenant compte des certificats délivrés par les spécialistes qui suivent l’enfant. Il existe donc un document sur lequel les participants à la réunion pourront s’appuyer.
Je voudrais aussi insister sur le fait que la réunion a vraiment une visée pédagogique. Il ne s’agit pas d’y évoquer la maladie elle-même mais d’envisager les répercussions qu’elle pourrait avoir sur la scolarité de l’enfant, afin de l’aider au mieux. Avis défavorable, donc, même s’il est évidemment préférable qu’un professionnel de santé soit présent, comme le précise déjà le texte.
Quel est l’avis du Gouvernement ? J’irai dans le même sens que la rapporteure en insistant de nouveau sur le rôle primordial des médecins scolaires – nous sommes évidemment tous d’accord là-dessus – et sur le caractère indispensable de leur action auprès des élèves, notamment ceux qui sont atteints d’une maladie chronique.
Toutefois, la situation de ces élèves ne justifie pas toujours la présence d’un professionnel de santé à leur arrivée dans un établissement. Là encore, je ne souhaite pas que l’on fige les choses car cela pourrait finalement s’avérer contre-productif et se retourner contre nos objectifs. Avis défavorable.
(L’amendement no 4 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Michèle Victory, pour soutenir l’amendement no 5. Celui-ci se place du point de vue du personnel scolaire, en particulier des enseignants : nous souhaitons que la réunion soit comptabilisée dans leur emploi du temps. Nous le savons, leurs tâches s’accumulent et sont de plus en plus nombreuses et variées ; à force de charger la barque, pour utiliser une expression un peu familière, on finit par aboutir à une situation où les personnels n’ont plus la motivation pour faire les choses aussi bien qu’ils le pourraient et qu’ils le devraient.
Vous pourriez m’objecter qu’il ne s’agit que d’une réunion dans l’année et qu’elle ne mérite pas de figurer dans l’emploi du temps, mais les répercussions de la maladie sur la pratique pédagogique des enseignants et sur la façon dont ils vont devoir travailler ne peuvent se mesurer qu’au fur et à mesure. Une seule réunion ne suffit pas à observer comment le PAI est appliqué. Il me semble donc que des rendez-vous réguliers sont nécessaires ; pour qu’ils puissent avoir lieu et se dérouler dans de bonnes conditions, il faut absolument qu’ils soient prévus comme des temps de concertation, sur le modèle de ce qui existait auparavant pour certaines classes en difficulté.
Quel est l’avis de la commission ? Pour avoir travaillé de longues années dans l’éducation nationale, je sais que les réunions y sont relativement fréquentes. (Sourires.) Cependant, il me semble que ce que vous proposez ne relève pas de la loi. Par ailleurs, comme je l’ai dit en commission, je sais qu’en maternelle ou en élémentaire – je connais mieux l’école primaire –, de telles réunions entrent dans le cadre des 108 heures annuelles prévues en dehors de la présence d’élèves : nous les intégrions dans nos tableaux de service. Il faudrait peut-être affiner le dispositif et voir comment les choses se passent dans le secondaire, mais je pense que l’organisation interne des établissements peut déjà permettre de satisfaire votre demande. Avis défavorable. Quel est l’avis du Gouvernement ? J’irai là encore dans le même sens que la rapporteure. L’accompagnement des élèves fait évidemment partie intégrante du travail des personnels enseignants, de direction et de santé. Nous pourrions nous pencher sur les 108 heures d’obligations de service et voir éventuellement s’il est possible d’améliorer le dispositif, mais quoi qu’il en soit, nous ne pouvons le faire dans le cadre de la loi. Avis défavorable. La parole est à Mme Michèle Victory. Je comprends l’écueil qui s’oppose à ma demande, qui ne relève pas du domaine de la loi. Mais comme chacun parle de ce qu’il connaît le mieux, je faisais plutôt référence au secondaire : on sait bien qu’à ce niveau, une heure de réunion par mois ne correspondra finalement qu’à un quart d’heure en heures supplémentaires année. Des aménagements doivent donc être réalisés ; si ce n’est pas possible d’un point de vue législatif, il faudra vraiment que nous nous penchions sur la question et que ces moments soient correctement reconnus dans le secondaire, afin que chaque enseignant puisse prendre tout au long de l’année le temps nécessaire au suivi des jeunes concernés.
(L’amendement no 5 n’est pas adopté.) L’amendement no 43 de Mme la rapporteure est rédactionnel.
(L’amendement no 43, accepté par le Gouvernement, est adopté.)
(L’article 2, amendé, est adopté.)
La parole est à Mme Mireille Robert, pour soutenir l’amendement no 35, qui fait l’objet du sous-amendement no 50 rectifié du Gouvernement. Après le bouleversement de la vie quotidienne de l’enfant et le retour à la maison, vient le moment du retour à l’école. Lorsque l’élève le souhaite, cette étape nécessite d’informer le milieu scolaire – enseignants, camarades, personnel administratif. Ce travail est vraiment important quand il s’agit d’enfants atteints d’un cancer, par exemple, qui peuvent revenir à l’école après avoir perdu leurs cheveux.
Il est alors primordial de s’appuyer sur les compétences et le rôle de formateur des professionnels de santé de l’éducation nationale, qui pourront former et informer les professionnels de l’éducation, informer les familles de leurs droits et accompagner l’accueil des jeunes atteints d’une maladie chronique.
Le but de l’amendement est donc d’inscrire dans la loi l’information et la formation des élèves et étudiants, du personnel enseignant et des enseignants d’éducation physique et sportive à la question des pathologies chroniques et du cancer.
La parole est à Mme la secrétaire d’État, pour soutenir le sous-amendement no 50 rectifié. Je serais favorable à l’amendement à condition qu’il soit légèrement modifié. Je comprends parfaitement l’objectif de cet amendement, qui vise à renforcer l’information et la formation des élèves et étudiants et du personnel, mais sa rédaction, qui fait référence à deux articles du code de l’éducation, pose un problème. Le premier alinéa se réfère à l’article L. 312-4 et le deuxième alinéa à l’article L. 541-1. Or ce dernier article n’a rien à voir avec la formation des enseignants.
Par ce sous-amendement, je propose de supprimer le deuxième alinéa de votre amendement, c’est-à-dire la mention suivante : « La dernière phrase du premier alinéa de l’article L. 541-1 est complétée par les mots : et notamment en cas de maladie chronique ou de longue durée. »
Quel est l’avis de la commission sur ce sous-amendement et sur l’amendement no 35 ? J’y suis favorable.
(Le sous-amendement no 50 rectifié est adopté.)
(L’amendement no 35, sous-amendé, est adopté.) La parole est à Mme Michèle Victory, pour soutenir l’amendement no 6, qui fait l’objet du sous-amendement no 48 de la rapporteure. Cet amendement vise à prévoir la formation des enseignants et des équipes pédagogiques aux pathologies chroniques chez l’enfant. Tout le monde s’accorde à penser que cet accompagnement nécessite une connaissance des pathologies et un savoir-faire pour s’adresser aux camarades de classe de l’enfant. Quelle forme cette formation pourrait-elle prendre ? Il faudrait que nous en rediscutions, et ses modalités devraient être définies par décret.
Quoi qu’il en soit, on peut imaginer qu’elle soit plutôt générale au cours de la formation initiale, puis qu’elle se déroule sous forme de modules particuliers en formation continue. Lors de cette deuxième phase, l’enseignant pourrait aborder les situations et pathologies auxquelles il est régulièrement confronté en classe.
La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir le sous-amendement no 48. Toute mesure permettant d’approfondir les connaissances des enseignants sur les maladies chroniques doit en effet être encouragée. Cependant, la mise en place d’une formation spécifique semble difficile – je ne reviens pas sur tous les arguments soulevés en commission à ce sujet. Par le biais de ce sous-amendement, nous préférons donc insérer une sensibilisation dans le cadre des dispositifs existants en matière de handicap. Quel est l’avis du Gouvernement ? Cette formation aux pathologies chroniques, proposée par Mme Victory, est déjà dispensée dans les instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation – INSPE – et présente dans leur référentiel. Le code de l’éducation prévoit que les INSPE organisent des formations de sensibilisation « à la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers, dont les élèves en situation de handicap et les élèves à haut potentiel. (…) Ils préparent les enseignants aux enjeux de l’entrée dans les apprentissages et à la prise en compte de la difficulté scolaire dans le contenu des enseignements et la démarche d’apprentissage. » Cette présentation générale englobe le cas d’un élève ayant un PAI pour un simple régime particulier.
C’est pourquoi je suis défavorable à l’amendement et au sous-amendement, déjà satisfaits.
La parole est à Mme Michèle Victory. Pour ma part, je pense que l’amendement n’est pas tout à fait satisfait : dans le texte auquel vous faites référence, il est question de handicap. La sensibilisation effectuée dans les INSPE risque d’être assez générale. Il faudrait vraiment prévoir une formation spécifique répondant aux besoins des enseignants qui seront confrontés à ces situations particulières au cours de leur carrière. La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Pour rassurer Mme Victory, je signale que lors des auditions, les organisations professionnelles des enseignants ont indiqué qu’elles étaient davantage intéressées par la prise en charge des conséquences de la maladie plutôt que par la maladie elle-même. Or la formation englobe déjà la prise en charge de besoins particuliers. Il a aussi été proposé d’ajouter une mention complémentaire relative aux maladies chroniques sur la plateforme numérique Cap école inclusive, où elle serait aisément consultable par les enseignants. La parole est à Mme la rapporteure. Il me paraît compliqué de mettre en place une formation, je le répète. La documentation préconisée à l’article 2 aidera l’enseignant au moment où il est confronté à la situation, alors que sa formation initiale est parfois déjà lointaine. Cela étant, le sous-amendement me semble intéressant dans la mesure où il introduit la notion de sensibilisation aux maladies chroniques. Si une formation serait lourde et compliquée, une sensibilisation me semble opportune. La parole est à Mme la secrétaire d’État. Ce matin, madame la rapporteure, vous nous avez interpellés sur le handicap en général, disant que vous faisiez bien la différence entre les maladies chroniques, le cancer et le handicap. Pour que nous nous comprenions bien, je vais clarifier les choses. Dans les textes en vigueur, la situation de handicap concerne d’une part les enfants présentant un handicap et, d’autre part, les enfants atteints d’un trouble de la santé invalidant – physique ou psychique, celui-ci ne doit pas être réduit aux seules maladies chroniques et au cancer.
Cela étant, après avoir entendu votre argumentation, j’émets un avis de sagesse sur le sous-amendement et sur l’amendement.
(Le sous-amendement no 48 est adopté.)
(L’amendement no 6, sous-amendé, est adopté.) La parole est à M. François Ruffin, pour soutenir l’amendement no 18. En commission, j’avais présenté un amendement visant à ce que les enseignants puissent se rendre au domicile d’un enfant malade ne pouvant pas aller à l’école. Comme vous m’aviez répondu qu’il était déjà satisfait, madame la rapporteure, je l’avais retiré.
Après vérification, cette demande ne me paraît satisfaite qu’en théorie. Dans les faits, le dispositif est souvent ignoré des enseignants eux-mêmes, des directeurs d’école, voire des inspecteurs d’académie. Selon la fédération Grandir sans cancer, cette pratique se passe très bien dans certains endroits alors qu’elle est inexistante ailleurs.
Voici le témoignage d’un père dont l’enfant s’appelle Timoty. « Mon petit bonhomme de 6 ans a été diagnostiqué d’un ostéosarcome », écrit-il, indiquant que l’enfant pouvait reprendre des cours à domicile après avoir passé plusieurs mois à l’hôpital. Et de poursuivre : « Or, malgré diverses sollicitations, notamment auprès de l’inspecteur de la circonscription de Guéret, aucune suite n’a été donnée à ma requête. Il a fallu l’intervention de l’association « Eva pour la vie » auprès de Jean-Michel Blanquer pour que la situation se débloque, et que mon enfant obtienne une enseignante. »
Dans certains endroits, le SAPAD intervient en une semaine – c’est-à-dire très rapidement – alors qu’il met plus d’un an à le faire ailleurs. Dans certaines circonscriptions, on demande aux parents de trouver eux-mêmes un enseignant. Surtout, tout repose sur le volontariat de l’enseignant. Il faut maintenir l’idée du volontariat, mais imposer que l’enseignement à domicile se fasse même en l’absence de volontaires.
Nous proposons une expérimentation dans trois régions pendant deux ans, en précisant qu’une solution doit être trouvée quand il n’y a pas d’enseignant volontaire.
Quel est l’avis de la commission ? En effet, monsieur le député, je vous ai répondu en commission que le dispositif existe, en précisant qu’il y a parfois des difficultés d’application. Vous mettez l’accent sur la diversité des situations selon les territoires, qui est réelle et se retrouve, d’une manière générale, dans l’accompagnement des enfants malades.
En revanche, je ne pense pas que les directeurs académiques des services de l’éducation nationale – DASEN –, les chefs d’établissements et les enseignants ignorent le dispositif ; du moins, j’espère qu’ils le connaissent. Je ne pense pas non plus que l’expérimentation ait ici sa place car je ne vois pas comment nous pourrions la conduire. En me tournant vers Mme la secrétaire d’État, je dirais cependant que le dispositif peut être amélioré et que nous pourrions y travailler, si elle en est d’accord.
Bien sûr ! Quel est l’avis du Gouvernement ? Je ne saurais mieux dire que Mme la rapporteure : j’émets un avis défavorable pour les mêmes raisons. Je retiens aussi votre proposition de travailler sur le sujet, madame la rapporteure. La parole est à M. François Ruffin. L’expérimentation ne me semble pas poser trop de problèmes. Il s’agit de tester, dans certaines régions, l’obligation d’apporter ce service à domicile en l’absence de volontaire. En fait, je ne vois pas comment vous pourrez vous dispenser d’obliger l’éducation nationale à fournir ce service à l’enfant maintenu à domicile, au moins quelques heures par semaine, quand il n’y a pas de volontaire. Vous pouvez me dire que ce n’est pas le lieu et le moment, que cela nécessite d’en passer par un texte spécifique. De toute façon, je ne peux faire mieux que cette demande d’expérimentation dans certaines régions. Nous pourrions au moins commencer par là. La parole est à Mme Jennifer De Temmerman. J’avais également demandé la parole lors de l’examen de l’amendement précédent, mais vous ne m’avez pas vue, madame la présidente… Je ne regarde pas assez à droite… C’est un comble ! (Sourires.) L’amendement de M. Ruffin met en lumière un vrai problème. J’ai été enseignante et je n’étais pas forcément au courant de ces dispositifs. J’entends bien la volonté de la rapporteure et de la secrétaire d’État d’approfondir la question. Il serait intéressant de créer une sorte de brigade, comme cela existe pour la restauration scolaire, ce qui serait une manière d’utiliser les ressources humaines dont nous disposons et qui ne sont pas toujours employées – je pense à tous les enseignants qui, du fait de pathologies, ne peuvent plus exercer devant une classe complète et qui pourraient peut-être devenir les acteurs de l’expérimentation que propose M. Ruffin. Il y a en effet à creuser en ce sens.
(L’amendement no 18 n’est pas adopté.) La parole est à M. François Ruffin, pour soutenir l’amendement no 23. Il s’agit ici aussi d’une demande d’expérimentation. Nous voudrions que soit mise en place une formation pour les accompagnants des élèves en situation de handicap avant la prise en charge d’un élève. Au-delà, j’appelle votre attention sur l’urgence de la situation des AESH. D’un côté, je le vois à Amiens, des gens se sont formés à l’autisme et autres handicaps sur le terrain ou se sont formés eux-mêmes grâce à internet, et, au bout de quelques années, ils abandonnent, par désespoir d’être payés 700 ou 800 euros par mois avec des temps partiels contraints. Sur le plan matériel, ce métier apporte peu de satisfaction alors qu’il en apporte par son utilité, au jour le jour, pour les enfants : on les voit évoluer, on les aide…
Or la mise en place des PIAL est partout dénoncée. J’étais encore le week-end dernier à Lyon où des AESH m’ont alerté : on leur demande de mutualiser leur activité, de faire du saute-mouton d’un élève à l’autre, d’une classe à l’autre, voire d’un établissement à l’autre. Et ce qui leur restait de leur goût du travail, à défaut d’être bien payés, à défaut d’avoir un temps complet, ce qui leur restait de souci du travail bien fait, on le gâche uniquement parce que, comme le nombre de demandes d’accompagnement en MDPH est en hausse et qu’on n’augmente pas d’autant les effectifs, on mutualise les tâches.
Cette pratique provoque chez les AESH le dégoût de leur travail qu’ils ont en effet le sentiment de mal faire. Je tiens donc vraiment à alerter le Gouvernement sur l’instauration de ces PIAL, bien souvent contre le gré des équipes éducatives, des AESH en particulier.
Quel est l’avis de la commission ? Vous avez raison, monsieur Ruffin, la formation des AESH reste un vrai problème même si elle beaucoup évolué. Vous savez combien l’accompagnement des élèves handicapés et la situation des AESH me sont chers. Toutefois, je pense que ces questions ne relèvent pas du texte que je propose ici et qui concerne plus particulièrement les élèves malades qui, la plupart du temps, sauf notification de la MDPH, ne sont pas accompagnés par une AESH. Je vous demande par conséquent de retirer votre amendement, faute de quoi j’émettrai un avis défavorable. Quel est l’avis du Gouvernement ? Je vous renvoie à l’article 25 de la loi pour une école de la confiance, lequel prévoit l’obligation professionnelle des AESH. Je vous renvoie également à l’arrêté d’octobre 2019 qui fixe le cahier des charges de la formation continue spécifique des AESH – je pense en particulier à la formation de soixante heures dès la première année d’exercice. Votre amendement étant satisfait, je vous demande de le retirer ; sinon, mon avis sera défavorable. La parole est à M. François Ruffin. Non, madame la ministre, mon amendement n’est pas satisfait ni moi non plus. Ça ne m’étonne pas ! Et, madame la rapporteure, alors que j’ai eu la chance de passer le filtre de la recevabilité, je ne vais pas retirer mon amendement même si vous considérez qu’il n’est pas pleinement en phase avec le texte. Que les choses soient claires : j’utilise le moment qui m’est donné pour une vigoureuse interpellation sur la situation des AESH. À la préfecture d’Amiens, j’ai fait rencontrer à Mme Cluzel des AESH qui étaient au bord des larmes : comment vit-on avec 700 ou 800 euros par mois ? Ce n’est pas le sujet ! Mais si, c’est le sujet ! Nous prévoyons comment se passera la réunion sur les PAI ; très bien, mais dès lors que les professionnels sont absents parce qu’ils ne sont pas assez nombreux, qu’ils sont malheureux dans leur travail ou parce qu’on leur demande de faire du saute-mouton d’un élève à l’autre, on est pleinement dans le sujet ! La qualité du suivi ne doit pas être seulement théorique avec une réunion formalisée sur un bout de papier, mais elle doit être bien réelle, et cela grâce au travail de l’AESH, à son engagement auprès de l’enfant – et son épanouissement contribue à celui de l’enfant. La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Nous vous entendons bien, monsieur Ruffin, et nous sommes d’accord avec vous. Il faut travailler encore et encore à la professionnalisation des AESH et améliorer leur revenu. Seulement, aujourd’hui, nous examinons le cas des enfants atteints d’une maladie chronique ou d’un cancer et pour lesquels on établit un PAI, lequel n’a rien à voir avec un PPS, c’est-à-dire un projet personnalisé et réservé aux enfants en situation de handicap ou affectés d’une maladie causant un grave trouble invalidant. Bien que vos remarques soient pertinentes, elles n’entrent pas dans le champ de notre discussion.
(L’amendement no 23 n’est pas adopté.) La parole est à M. François Ruffin, pour soutenir l’amendement no 24. Nous proposons d’instaurer un temps d’échange entre les AESH et les enseignants qui soit intégré dans l’emploi du temps. L’objectif est double : intégrer plus encore les AESH à l’équipe pédagogique – je ne nie pas les progrès réalisés en la matière pendant cette législature – et augmenter leur temps de travail afin de les sortir du temps de travail partiel contraint et par là augmenter leur salaire. L’une des pistes que je propose avec Bruno Bonnell, avec qui j’ai rédigé un rapport d’information sur les métiers du lien, c’est de prévoir davantage de temps d’échange intégré et d’intégrer au temps de travail le temps d’autoformation du soir. Quel est l’avis de la commission ? Bien sûr que le temps d’échange est important. L’article 2 y est consacré : c’est donc que j’y suis très attachée. Mais encore une fois, vous avez évoqué les enfants handicapés alors que ce n’est pas l’objet de la présente discussion. Tout ce que vous dites, je le partage presque entièrement : oui, les AESH doivent être défendues ; oui, elles doivent bénéficier de contrats de travail de bien plus de vingt ou vingt-cinq heures afin de toucher un salaire correct dont elles sont loin. Néanmoins, je ne peux donner suite à votre proposition puisqu’elle ne correspond pas au texte. Quel est l’avis du Gouvernement ? Même avis : défavorable. La parole est à M. François Ruffin. Il va donc falloir proposer un nouveau métier, madame la rapporteure, celui d’accompagnant d’enfants en situation de maladie chronique. Mais ces enfants ne sont pas accompagnés ! Mais si ! J’ai reçu des témoignages concernant des enfants atteints d’une maladie chronique et pourtant suivis par des AESH. Nous ne sommes donc pas hors sujet. La parole est à Mme la rapporteure. Pour faire simple : il y a des enfants atteints d’une maladie chronique – diabète ou, plus souvent, épilepsie… – qui est notifiée par la MDPH. Ils peuvent donc être accompagnés par une AESH. Seulement, j’ai vraiment voulu concentrer ma proposition de loi sur les enfants qui ne relèvent pas de la MDPH et qui, n’étant pas notifiés, ne bénéficient pas d’accompagnant. C’est pour ces enfants-ci que j’entends que nous agissions en leur permettant d’avoir le meilleur suivi possible de la part de leurs enseignants. Alors, vous avez raison : des enfants épileptiques ont bénéficié d’une AESH mais, dans ce cas, ils relèvent d’un handicap notifié par la MDPH.
(L’amendement no 24 n’est pas adopté.) La parole est à Mme Sandrine Josso, pour soutenir l’amendement no 1. Il porte sur l’organisation d’un temps d’échange, lors du retour d’un enfant malade à l’école, avec un intervenant du monde associatif conjointement avec l’enseignant. J’en profite pour rendre un immense hommage aux associations de parents d’enfants malades, en particulier au consortium d’associations qui a publié le livre intitulé Regards , témoignage très touchant de leur épreuve quotidienne et de la difficulté d’accompagner un enfant atteint d’un cancer. Ayant personnellement vécu cette réalité, je crois profondément que les acteurs du monde associatif et du monde médical, forts de leur expérience, sont à même de soutenir l’enseignant.
L’implication d’une personne extérieure – c’est du vécu – permet d’apporter une forme de neutralité, encourage la parole de l’enfant et s’inscrit dans la continuité du travail de l’enseignant en faveur de son inclusion. C’est pourquoi, au nom du groupe Mouvement démocrate (MODEM) et démocrates apparentés, je vous demande de vous associer à ma démarche d’inclusion de l’enfant malade au sein de son milieu scolaire.
Quel est l’avis de la commission ? Vous avez raison, madame Josso : tenir compte des autres élèves de la classe est particulièrement important. J’ai néanmoins du mal à comprendre si vous évoquez l’intervention d’un représentant du monde associatif au sein de la classe, auprès des élèves, ou bien au sein de l’établissement et donc dans le cadre de la réunion préconisée à l’article 2. Cela dit, une telle intervention, en binôme avec l’enseignant, ne peut être qu’un plus. Dès lors que l’enseignant a bien compris lui-même la pathologie de l’enfant, il sera en mesure de trouver les bons mots pour échanger avec ses élèves. La présence d’une autre personne peut être rassurante. Aussi vais-je donner à votre amendement un avis favorable, à titre personnel, même si je ne suis pas sûre qu’il relève du domaine de la loi – la pratique que vous préconisez existe déjà et la question est de savoir s’il faut la généraliser par le biais d’un texte de loi. Quel est l’avis du Gouvernement ? À la lecture de votre amendement, j’avoue me poser la même question que la rapporteure : je comprends la démarche que vous préconisez mais je me demande si elle doit être inscrite dans la loi. C’est pourquoi je m’en remets à la sagesse de l’Assemblée. La parole est à M. Frédéric Reiss. Je découvre en séance cet amendement et je comprends l’hésitation qui vient d’être exprimée – et donc que le Gouvernement s’en remette à la sagesse de l’Assemblée. En outre, il est ici question des parents alors qu’on se réfère par ailleurs aux représentants légaux. Il faudra donc sans doute, par la suite, toiletter quelque peu l’amendement pour le rendre cohérent avec le texte.
(L’amendement no 1 est adopté.)
La parole est à Mme Jennifer De Temmerman, inscrite sur l’article. Puisque nous arrivons au terme de l’examen de cette proposition de loi, je tiens à remercier notre collègue Béatrice Descamps du travail remarquable qu’elle a fourni sur cette question essentielle. Pour avoir eu l’occasion, par le passé, de travailler dans le même bassin d’éducation prioritaire qu’elle – elle enseignait à l’école de Crespin tandis que j’étais enseignante au collège de Quiévrechain –, je connais son engagement intime et professionnel en faveur des jeunes. Je sais à quel point elle travaille avec cœur et acharnement, et je suis certaine que chaque mot de cette proposition de loi a été pesé et réfléchi pour offrir la meilleure solution possible à ces jeunes.
Ce texte constitue la première étape du combat que nous partageons également avec le jeune Hakaroa, que je veux saluer ici.
(Applaudissements sur divers bancs.) Je sais que la plupart d’entre vous l’ont rencontré. J’espère que nous continuerons à faire progresser l’inclusion des jeunes qui sont malheureusement atteints de maladie chronique ou de cancer et qui se heurtent à des obstacles pour accéder à certains emplois. J’espère également que les engagements pris par certains ministres pour lever, par des textes réglementaires, les freins à l’accès à certaines professions – que ce soit dans les domaines de la police ou de l’armée – seront tenus et que le travail de Mme Descamps permettra de mettre en avant la nécessité de regarder ces jeunes comme des jeunes, tout simplement. La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Dans l’article 3 est abordé un temps important de la vie d’un élève, à savoir celui des examens et des concours, auxquels une attention particulière est portée. Ce souci figure déjà dans les projets d’accueil individualisé tels qu’ils sont rédigés actuellement, puisqu’ils peuvent comporter un paragraphe consacré au passage des examens et prévoir un aménagement pédagogique. Nous souhaitons, sur la base de l’intention initiale de la rapporteure, appeler l’attention des centres d’examen sur la santé des élèves qui en ont le plus besoin. La parole est à M. Bruno Fuchs. Nous en venons au troisième article de la proposition de loi, dont je ne doute pas, à ce stade, qu’elle sera adoptée. Je veux d’ailleurs à nouveau remercier et féliciter la rapporteure pour son travail.
Les dispositions prévues à ces trois premiers articles permettront de renforcer la dimension humaine au prisme de laquelle la société considère les enfants atteints de pathologies ainsi que leurs parents, qui doivent surmonter un défi gigantesque lorsque la maladie survient. C’est grâce à ce type de « petites lois », souvent d’initiative parlementaire, que nous devenons plus humains face aux malades. Tout comme la proposition de loi visant à mettre fin à la discrimination subie par les personnes atteintes de maladies chroniques sur le marché du travail, comme celle relative à l’allongement du congé de deuil pour les parents d’un enfant décédé, ou encore comme celle de notre collègue Nadia Essayan visant à améliorer l’accessibilité des personnes handicapées aux grandes surfaces, le présent texte s’inscrit dans une dynamique grâce à laquelle la législation imposera progressivement une meilleure prise en considération des malades en tant qu’individus, avec leurs spécificités.
L’article 3 complète cette réflexion et promeut une démarche globale en traitant, après les parents et le corps enseignant, d’une étape essentielle : celle du parcours scolaire et du passage des examens. Nous avons tous été témoins de situations dans lesquelles un jeune a dû affronter ce moment très important après s’être trouvé dans un état de santé précaire ou difficile la veille ou le matin même. Combien d’enfants ont été dans l’impossibilité de se présenter à un examen, ou alors dans des conditions de fébrilité extrême ? L’article 3 a toute sa place et me paraît particulièrement opportun dans le cadre de la réflexion globale que nous devons mener.
Plus largement, au vu du consensus qui règne sur cette question, j’ai la conviction qu’en continuant à travailler ensemble, en dialoguant et en partageant des principes de solidarité comme nous le faisons aujourd’hui, nous pourrons aller plus loin encore dans les années à venir et, pourquoi pas, travailler à la création d’un statut de parent d’enfant malade – statut qui prévoirait l’indemnisation, même partielle, des pertes liées à la cessation ou à la réduction de l’activité professionnelle, suspendrait les créances de la famille et maintiendrait les droits à la retraite et au chômage des parents.
S’agissant de l’article 3 que nous nous apprêtons à examiner, il procède d’une meilleure prise en considération de l’intérêt de l’enfant. Le groupe Dem le votera bien évidemment.
La parole est à Mme Agnès Firmin Le Bodo. Je saisis l’occasion de l’examen de l’article 3 pour rappeler qu’il y a exactement quinze mois, nous vivions un moment très important – et très intense, comme en avaient témoigné les larmes du jeune Hakaroa dans cet hémicycle – lors de l’adoption de la proposition de loi visant à lutter contre la discrimination dans l’accès aux métiers et aux études, que je défendais au nom du groupe Agir ensemble. À ce jour, le Sénat ne s’est toujours pas saisi de ce texte. D’après les dernières informations dont j’ai eu connaissance, cela ne devrait toutefois plus tarder : enfin, nous franchirions, tous ensemble, une nouvelle étape – car, comme l’a souligné notre collègue Fuchs, sur cette question c’est bien en procédant par petits pas que nous pourrons offrir des solutions aux enfants malades et à leurs familles. Nous pouvons nous enorgueillir de ce travail collectif – j’insiste sur ce terme, car toutes ces propositions de loi ont été adoptées de façon unanime, consensuelle et transpartisane. Il faut s’en féliciter, car nous le devons à nos concitoyens. Je suis saisie de trois amendements, nos 39, 32 et 12, pouvant être soumis à une discussion commune.
La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 39.
Nous en venons, comme l’a souligné M. Fuchs, à ces moments particulièrement importants que sont les examens – moments angoissants s’il en est, et plus encore pour des adolescents malades. Il me paraissait important d’y consacrer un moment dans notre réflexion. Certes, ma proposition initiale, consistant à imposer la présence d’un médecin ou d’un infirmier scolaires dans chaque centre d’examen, était utopique. Je l’entends bien. J’oserai même dire, peut-être, que je le savais mais que je souhaitais que nous abordions tout de même la question. Cette position de départ a d’ailleurs ouvert des échanges intéressants en commission.
L’article 3, tel que la commission l’a adopté, dispose qu’il peut être indiqué dans le PAI si la présence d’un professionnel de santé est souhaitable dans le centre d’examen au cours des épreuves. C’est déjà un grand pas. Je propose d’aller plus loin, conformément à nos échanges et à la proposition que j’avais déjà formulée en commission, en précisant que le PAI doit être transmis au centre d’examen si les épreuves n’ont pas lieu dans l’établissement où l’élève est inscrit.
Nous évoquions tout à l’heure la diversité qui existe entre certains territoires. Je peux affirmer qu’en la matière, elle est flagrante : dans le département du Nord, par exemple, cette pratique est déjà observée, alors qu’elle ne l’est pas du tout dans certains départements, et qu’elle a cours de façon non officielle dans d’autres. Il me semble donc important de mentionner la transmission du PAI dans le texte.
L’article tel qu’il serait ainsi rédigé traduirait fidèlement les échanges que nous avons eus en commission. Par cohérence, il conviendra également de modifier l’intitulé du chapitre du code de l’éducation concerné.
La parole est à Mme Jacqueline Dubois, pour soutenir l’amendement no 32. Nous proposons, dans le même esprit, de créer dans le code de l’éducation un nouvel article relatif au passage des examens, afin que « selon des conditions définies par voie réglementaire, pour tout examen ou concours de l’enseignement scolaire, le projet d’accueil individualisé soit transmis au centre d’examen, si celui-ci est différent de l’établissement d’affectation de l’élève ». Cet article serait complété par la disposition déjà adoptée en commission : « Il peut y être mentionné par le médecin si la présence d’un professionnel de santé dans le centre d’examen est souhaitable lors de ces épreuves. » L’objectif est d’apporter une solution sur mesure aux adolescents concernés. La parole est à M. Frédéric Reiss, pour soutenir l’amendement no 12. Tout d’abord, permettez-moi de souligner qu’à la lecture de texte, on mesure tout le chemin parcouru depuis la loi du 11 février 2005, à travers laquelle nous commencions à nous préoccuper des élèves en situation de handicap ou atteints d’un trouble de santé invalidant : la proposition de loi que nous examinons aujourd’hui entre presque dans les détails, puisque nous allons jusqu’à veiller à ce que les enfants malades puissent passer leurs examens dans de bonnes conditions.
Ces trois amendements présentent un point commun : alors que les débats en commission ont permis d’établir clairement que le premier jet de la rapporteure n’était pas satisfaisant, la rédaction adoptée en commission n’était visiblement pas la bonne non plus, puisqu’il s’agit aujourd’hui de réécrire l’article 3 en séance publique. Chacune des rédactions proposées a probablement ses avantages et ses inconvénients – Mme la secrétaire d’État nous livrera son sentiment en la matière. Dans celle que je vous soumets, je n’opère pas de distinction entre les cas dans lesquels l’établissement d’affectation de l’élève est différent du centre d’examen et les autres.
Il convient également de préciser, comme Mme la rapporteure l’a fait, que la pratique consistant à transmettre les PAI au centre d’examen a déjà cours dans certaines académies. Il est nécessaire, selon moi, d’ajouter, comme je le propose dans mon amendement, que cette transmission intervient « sauf opposition d’un responsable légal de l’élève ou de celui-ci s’il est majeur ». Il me semble important d’inscrire ce point, que nous avions déjà évoqué en commission, à cet endroit du texte.
Quel est l’avis de la commission sur ces amendements ? Il est favorable à mon propre amendement et donc défavorable aux deux autres. Sur le fond, chacun aura compris que nous partageons le même objectif. Sans aucune prétention, je crois que l’amendement que j’ai présenté est juridiquement mieux rédigé, mais je peux faire erreur. Peut-être Mme la secrétaire d’État peut-elle nous éclairer sur ce point. Je demande une suspension de séance, madame la présidente. La séance est suspendue.
(La séance, suspendue à seize heures dix, est reprise à seize heures vingt.) La séance est reprise.
Quel est l’avis de la commission sur les amendements nos 32 et 12 de la discussion commune ?
Défavorable. On me dit qu’un sous-amendement aurait été déposé mais j’ignore qui en est l’auteur. C’est un peu folklorique ! (Sourires.)
La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Ce matin, j’avais fait part à Mme la rapporteure de la possibilité de déposer un sous-amendement mais celle-ci m’a répondu que ce n’était pas nécessaire car l’amendement no 32 ne lui posait pas de problème. Il me semble que la rédaction de cet amendement est considérée comme étant la meilleure mais je laisse Mme la secrétaire d’État exprimer son avis. Puisqu’il n’y a pas de sous-amendement, madame la secrétaire d’État, quel est l’avis du Gouvernement sur ces trois amendements ? La rédaction originelle de l’article me semblait problématique, notamment concernant la transmission du PAI, un document important qui contient des informations médicales confidentielles sur les élèves. Il fallait donc trouver les moyens de sécuriser cette navette.
Avec ces trois amendements, trois rédactions nous sont proposées, l’objectif étant le même : communiquer le PAI au centre d’examen. L’amendement de Mme la rapporteure prévoit qu’un décret précise les conditions d’application de cet article, donc les conditions de circulation de cette navette. Celui de Mme Dubois prévoit que ces précisions seront apportées par voie réglementaire, ce qui, me semble-t-il, donne plus de souplesse et permet de disposer d’un spectre plus large.
Je donne donc un avis favorable au no 32 et un avis défavorable aux nos 39 et 12.
La parole est à M. Pascal Brindeau. J’entends, comme chacun ici sans doute, l’argument de la ministre selon lequel la voie réglementaire, qui supposerait de prendre éventuellement un arrêté plutôt qu’un décret, est plus souple.
Cependant, et puisque nous évoquons des questions d’ordre rédactionnel, je ferai remarquer que l’article, tel que le prévoit l’amendement no 32, commencerait par les mots : « Selon des conditions définies par voie réglementaire ». Or cette mention figure généralement après la disposition prévue par l’article. Je ne sais s’il faut sous-amender dès maintenant cet amendement mais je signale qu’il faudra veiller, au cours de la navette, à rétablir l’ordre habituel.
(L’amendement no 39 est adopté ; en conséquence, l’article 3 est ainsi rédigé, les amendements nos 32 et 12 tombent et l’amendement no 37 devient sans objet.)
La parole est à M. Frédéric Reiss, pour soutenir les amendements nos 13 et 14, qui peuvent faire l’objet d’une présentation groupée. Ils visent à compléter l’article 3 en reprenant des éléments figurant dans la première rédaction de cet article.
Le no 13 prévoit qu’un infirmier scolaire soit présent dans chaque centre d’examen et qu’en cas d’absence, il soit possible de faire appel à un médecin scolaire, joignable pendant la durée des épreuves. Le no 14 est un amendement de repli.
Quel est l’avis de la commission sur ces amendements ? Favorable au no 13 et défavorable au no 14 à titre personnel. Quel est l’avis du Gouvernement ? Défavorable aux deux amendements. Vous proposez de rendre obligatoire la présence d’un infirmier scolaire lors des examens, mais que se passerait-il si l’infirmier n’était pas disponible le jour de l’épreuve ? En rendant cette présence obligatoire, on ajouterait une difficulté supplémentaire.
(Les amendements nos 13 et 14, successivement mis aux voix, ne sont pas adoptés.) La parole est à M. François Ruffin, pour soutenir l’amendement no 19. Tout à l’heure à la tribune, j’ai décrit la situation financière et sociale difficile dans laquelle se retrouvent les parents d’enfants atteints de maladie chronique, avec des crédits, une perte d’emploi et des dépenses supplémentaires pour se loger à proximité de l’hôpital et pour se déplacer.
Je faisais remarquer, en citant plusieurs témoignages, que nous avions le pouvoir, non pas, certes, de soigner la maladie – ce pouvoir-là est entre les mains des scientifiques, des chercheurs et des médecins – mais au moins d’alléger, voire de supprimer, l’angoisse financière qui s’ajoute aux autres difficultés.
C’est, je pense, votre horizon comme le mien. Vous ne pourrez atteindre cet objectif immédiatement, j’en conviens. Allons-y à petits pas. Mais demandons au moins qu’un rapport soit rédigé afin d’étudier ce qu’apporterait le statut de parent protégé. Je rappelle que la demande de création de ce statut émane de la fédération Grandir sans cancer. Les parents auxquels ce statut serait accordé bénéficieraient d’un gel des crédits, d’un arrêt maladie ou encore d’un emploi garanti – d’autres pistes encore pouvant être explorées dans le rapport.
Tous les députés souhaitent que ce progrès humain soit la réalité de demain. Que cette demande de rapport soit aujourd’hui approuvée et validée est à mes yeux le minimum. Un tel rapport permettra peut-être, dans quelques mois, dans quelques années – le plus vite possible, j’espère – d’accoucher d’un dispositif qui sécurise les parents confrontés à ce chemin de croix.
Quel est l’avis de la commission ? Vous avez raison, monsieur Ruffin. Certaines familles rencontrent d’immenses difficultés. Nous avons tous entendu des témoignages poignants à ce sujet. Une nouvelle fois, je ne pense pas qu’un rapport soit la bonne solution mais le problème que vous soulevez étant bien réel – j’insiste –, j’émets un avis de sagesse à titre personnel. Quel est l’avis du Gouvernement ? Je suis moi aussi consciente du problème que vous évoquez. Il n’est pas anodin, loin de là. Il faut y réfléchir et travailler ensemble pour apporter à ces parents des solutions concrètes.
Lorsqu’un parent interrompt son activité professionnelle pour assumer la charge d’un enfant malade, handicapé ou accidenté, les conséquences sont lourdes pour la famille, y compris sur le plan financier, comme vous l’avez dit.
Néanmoins, je rappelle qu’il peut déjà aujourd’hui bénéficier d’un congé de présence parentale indemnisé de deux fois 310 jours, que votre assemblée a adopté d’autres dispositifs comme le congé de proche aidant et que, si le handicap ou la maladie nécessite des dépenses importantes, des compléments pour frais peuvent être attribués aux familles modestes. Bref, les dispositifs sont là. Je comprends vos motivations, monsieur le député, et le sujet que vous soulevez me semble évidemment très important, mais, au regard des dispositifs existants, je ne peux malheureusement donner un avis favorable à votre amendement.
La parole est à Mme Sereine Mauborgne. Je vous remercie, monsieur Ruffin, pour vos propos, en particulier parce que vous avez cité dans l’exposé sommaire de votre amendement le cas d’Evan, que je connais trop bien : il a disparu il y a presque deux ans maintenant et sa maman Sonia, pour qui j’ai une pensée, habite dans ma circonscription.
Au-delà de cette demande de rapport, il est très intéressant de se poser la question de la souplesse et de l’adaptation des aides. À titre personnel, je voterai cet amendement parce que nous avons un gros travail à réaliser, madame la secrétaire d’État,…
Oui, oui, je l’entends ! …notamment en matière de forfaitisation. Il faut sortir des dogmes et des propositions simplistes. Il reste énormément de choses concrètes à inventer autour de ce qu’on appelle le « pendant ». Je rappellerai simplement qu’on est plus aidé après s’être cassé une cheville : on a alors droit à trente heures d’aide ménagère au titre d’un accident de la vie, ce qui n’est pas le cas quand on apprend une maladie grave pour soi-même ou pour son enfant. Voilà un exemple de mesure que nous pourrions cranter dans le temps, dans une perspective de long terme, plutôt que de perdre parfois notre temps à discuter de petites choses. La parole est à M. François Ruffin. Madame la rapporteure, madame la secrétaire d’État, mon idéal n’est pas de produire du papier, un rapport de plus… Mais vous ne proposez rien à la place, vous n’évoquez pas de projet de loi en préparation.
Par ailleurs, un tel rapport pourrait nous aider à savoir combien de familles sont concernées, quelles seraient les meilleures pistes pour les sécuriser et leur coût éventuel. Vous dites, madame la secrétaire d’État, qu’il faut y réfléchir ensemble, mais il me semble qu’un rapport, avec toutes ses limites, peut être le premier petit pas en ce sens, étant entendu qu’« ensemble » ne signifie pas seulement avec nous, députés, mais aussi avec les associations, notamment avec la fédération Grandir sans cancer.
Vous avez fait la liste, madame la secrétaire d’État, des dispositifs existants, des congés et des aides possibles. Je ne nie pas leur existence, mais un rapport qui montrerait les trous dans la raquette, ce qui ne marche pas, les formalités superflues accomplies par des parents qui ont la tête à tout autre chose, bref un rapport qui dresserait un bilan de tous ces dispositifs et leurs limites, pourrait être un premier pas dans la direction que vous indiquez. Ce serait bien de votre part de vous en remettre à la sagesse de l’Assemblée sur cet amendement, qui ne propose rien d’extravagant.
(Mme Sereine Mauborgne applaudit.) La parole est à Mme la secrétaire d’État. Encore une fois, monsieur Ruffin, j’entends parfaitement ce que vous dites, mais je doute de l’efficience d’un tel rapport. En outre, la commission des affaires culturelles et de l’éducation n’est pas la mieux placée pour se saisir des problèmes que vous évoquez. Il me semblerait plus pertinent que la commission des affaires sociales ouvre une réflexion à ce sujet, par exemple dans le cadre d’une mission d’information. Cela nous permettrait d’identifier précisément les problèmes et, probablement, d’apporter les bons éléments de réponse. Monsieur Ruffin, je ne peux pas vous donner une deuxième fois la parole après les avis.
La parole est à Mme Michèle Victory.
Je vais dans le sens de notre collègue Ruffin. Nous demandons souvent des rapports, lesquels nécessitent, on le sait, beaucoup de travail et sont facteurs d’une certaine lourdeur. Toutefois, pour réfléchir sur un tel sujet, il faut bien partir d’éléments clairement identifiés. Je ne comprends pas l’argument selon lequel un rapport ne serait pas la bonne réponse. Ce serait un premier petit pas, qui s’inscrirait dans la suite logique de nos échanges. Je ne vois pas bien ce que cela coûterait, ni en quoi cela dérange. La parole est à M. Jean-Christophe Lagarde. Le sujet est important, tout le monde en est d’accord – Mme la secrétaire d’État le reconnaît elle-même. Dès lors, il doit être documenté. En règle générale, je ne supporte pas les demandes de rapport : si l’Assemblée nationale demande tout le temps des rapports, c’est parce qu’elle n’exerce pas la réalité du pouvoir, la Constitution de la Ve République la réduisant à l’impuissance. Regardons les choses en face : depuis bon nombre de législatures, tous les groupes politiques multiplient les demandes de rapport, faute de mieux. Toutefois, ce n’est pas le cas sur ce texte.
Puisque cette demande de rapport pose problème, il me semble, madame la vice-présidente de la commission, qu’il faudrait créer une mission flash, en accord avec le Gouvernement, pour faire le point sur la situation. Ce serait vraiment une solution de sortie raisonnable : ne pas ajouter dans la loi un rapport de plus, mais documenter le sujet pour que le Gouvernement et le Parlement puissent avancer.
La parole est à Mme Constance Le Grip, vice-présidente de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Je n’avais pas prévu d’intervenir dans ce débat, restant très modestement à ma place de vice-présidente suppléant le président Studer, mais comme nous abordons les relations entre l’exécutif et le législatif à la faveur d’un amendement demandant un rapport du Gouvernement au Parlement, et comme il a été fait mention des travaux que pourrait mener telle ou telle commission de notre assemblée, j’apporte volontiers ma contribution au débat.
Je rappellerai tout d’abord que le sujet tout à fait réel et poignant qu’évoque notre collègue François Ruffin ne relève pas des compétences de la commission des affaires culturelles et de l’éducation.
Bien sûr ! La commission des affaires sociales pourrait certainement s’en emparer. Il ne m’appartient évidemment pas d’aller plus loin à cet égard, mais je veux bien relayer auprès du président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation les propos échangés cet après-midi sur ce sujet qui avait affleuré à plusieurs reprises dès la discussion générale et lui suggérer de voir avec son homologue de la commission des affaires sociales s’il n’y a pas là matière à une mission d’information ou à une mission flash, en tout cas à une initiative qui honorerait notre assemblée. Nous avons besoin en effet de collecter un certain nombre d’informations pour pouvoir approfondir le sujet.
(L’amendement no 19 est adopté.) (Mme Sereine Mauborgne applaudit.)
La parole est à Mme la secrétaire d’État, pour soutenir l’amendement no 49, qui tend à supprimer l’article 4. Il s’agit de lever le gage.
(L’amendement no 49, accepté par la commission, est adopté ; en conséquence, l’article 4 est supprimé.)
La parole est à Mme Emmanuelle Ménard, pour soutenir l’amendement no 8. Je le retire, madame la présidente.
(L’amendement no 8 est retiré.) Sur l’ensemble de la proposition de loi, je suis saisie par le groupe UDI et indépendants d’une demande de scrutin public.
Le scrutin est annoncé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.
La parole est à M. Guy Bricout. Je crois que nous pouvons nous réjouir d’avoir eu des débats instructifs, admirablement éclairés par la rapporteure, que je souhaite une fois de plus saluer pour son travail et pour son engagement. Je suis persuadé que de nombreuses familles qui ont connu tant de peine nous regardent aujourd’hui et se réjouissent de voir que la représentation nationale ne les oublie pas.
Ce texte est un premier pas nécessaire pour reconnaître les difficultés des enfants et de leurs parents. Je suis sûr qu’il conduira à des améliorations encore plus importantes dans l’accompagnement de nos concitoyens qui connaissent de telles épreuves de la vie. Il s’inscrit dans la droite lignée de nombreux travaux menés ces dernières années pour une école plus inclusive. L’école de la République doit donner la chance à tous les enfants de s’épanouir, et nous devons nous féliciter que les enfants atteints de maladie chronique ne soient pas oubliés dans ce combat quotidien pour une école pour tous.
Madame la rapporteure, chère Béatrice, vous savez que vous avez le plein soutien de l’ensemble du groupe UDI et indépendants, qui votera ce texte avec enthousiasme. J’invite l’ensemble de nos collègues à faire de même.
La parole est à Mme Jennifer De Temmerman. Le groupe Libertés et territoires salue cette proposition de loi, qui répond à un double enjeu : d’une part, elle reconnaît véritablement la difficulté à concilier la vie privée et la vie professionnelle lorsque survient l’annonce d’une maladie chronique ou d’un cancer chez son enfant ; d’autre part, elle vise à renforcer l’accompagnement des enfants atteints de maladie chronique durant leur scolarisation, étape absolument essentielle dans leur sociabilisation.
Cependant, nous sommes tout de même inquiets de l’insuffisance de la médecine scolaire, qui a été soulignée à plusieurs reprises. Nous espérons que le fait d’avoir mis le sujet des enfants atteints de maladie chronique sur la table permettra de renforcer les moyens de cette médecine.
Le groupe Libertés et territoires est très honoré de pouvoir voter une telle proposition de loi.
La parole est à M. François Ruffin. Je tiens à saluer le travail accompli dans la durée par le groupe UDI-I sur cette question : cette proposition de loi de Mme Descamps fait suite à celle de Guy Bricout et une autre de Paul Christophe ; un chemin a ainsi été tracé. Il s’agit de mini-pas sur la voie d’un progrès humain.
Je considère que la société régresse dans de nombreux domaines, qu’elle va vers le pire, parfois dans le mur. Il suffit de regarder les situations de précarité au travail, auxquelles on s’habitue. En revanche, pour ce qui est du handicap, des maladies et du suivi des enfants concernés, on va vers le mieux… lentement. Les gens qui travaillent dans ces secteurs ont le sentiment que cela n’avance pas.
Je voterai ce texte sans hésitation, mais il y a un fossé entre les intentions affichées et les moyens alloués sur le terrain pour que les enseignants interviennent au domicile des enfants malades ou pour que les AESH assurent un véritable suivi des enfants à l’école. On peut être heureux de voter des textes, mais encore faut-il qu’ils prennent force de réalité, ce qui suppose que les moyens suivent et que l’on ne fonctionne pas à l’économie. En tous cas, je vous remercie, madame Descamps, pour votre travail et je salue une fois encore celui de l’ensemble du groupe UDI-I.
(Applaudissements sur les bancs des groupes UDI-I et GDR.) La parole est à Mme Jacqueline Dubois. Vous le savez, chers collègues, nous comptons dans nos classes de plus en plus d’élèves atteints de maladie chronique. Dans la lignée des engagements continus en faveur d’une société et d’une école inclusives, la proposition de loi du groupe UDI-I, si nous l’adoptons, permettra aux parents de bénéficier désormais de deux jours de congé après l’annonce du diagnostic si cette pathologie nécessite l’apprentissage de gestes thérapeutiques – sur le modèle de ce qui existe en cas d’annonce du handicap d’un enfant. Il permettra aussi l’organisation d’une réunion au sein de l’établissement scolaire pour offrir à l’élève malade les meilleures conditions de scolarisation sur tous les temps de présence. Enfin, au moment du passage des examens, une attention particulière sera accordée à l’état de santé de l’élève.
Je salue le soutien enthousiaste à la proposition de loi exprimé sur l’ensemble des bancs de l’Assemblée. Le groupe LaREM la votera avec grand plaisir.
La parole est à M. Frédéric Reiss. Le groupe Les Républicains considère que la santé scolaire est essentielle, car elle participe à la santé globale et à la prévention, qui sont absolument fondamentales pour la vie des enfants mais aussi pour notre système de santé. Nous approuvons l’article 1er, qui prévoit la mise en place d’un congé de deux jours à la suite de l’annonce du diagnostic d’une maladie chronique ou d’un cancer pour un enfant. En effet, nous considérons que la pédagogie à faire auprès de l’enfant et, le cas échéant, l’adaptation de sa vie nécessitent un temps de prise de conscience et d’apprentissage pour les parents. En outre, le PAI et l’assurance du bon déroulement des examens constituent de réelles avancées.
Je regrette néanmoins que l’examen de la proposition de loi, par ailleurs plutôt consensuelle, ait parfois manqué de rigueur – je pense aux moments de flottement que nous avons connus à l’article 3. Malgré cela, le groupe Les Républicains votera résolument en faveur de ce texte.
(Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur quelques bancs du groupe UDI-I.) La parole est à Mme Sandrine Josso. Le groupe Dem se réjouit des avancées permises par le texte, pour les enfants et pour les parents. La parole est à Mme Michèle Victory. Je tiens à remercier sincèrement la rapporteure, Béatrice Descamps, de nous avoir permis d’aborder ces situations bien réelles et vraiment douloureuses – certains d’entre nous le savent –, mais que l’on a souvent tendance à oublier. C’était important de le faire. Même si notre groupe aurait souhaité aller plus loin – par exemple s’agissant du congé – et s’il reste un chemin important à parcourir, nous nous réjouissons des petits pas franchis.
La proposition de loi révèle un point noir, celui de la médecine scolaire. Nous en avions déjà discuté lors de l’examen du projet de loi pour une école de la confiance. Nous devons être conscients du problème et progresser sur cet énorme dossier, car l’avenir des jeunes enfants est en péril.
Bien évidemment, le groupe Socialistes et apparentés votera ce texte, avec un grand plaisir.
La parole est à Mme Agnès Firmin Le Bodo. C’est à la fois avec fierté et enthousiasme que le groupe Agir ensemble votera la proposition de loi de notre collègue Béatrice Descamps, que je remercie pour tout le travail qu’elle a accompli. Il ne faut pas le nier : le pas que nous franchissons aujourd’hui est une grande avancée, tant pour les enfants que pour les parents, qui vont se sentir accompagnés lorsque survient l’annonce d’un cancer ou d’une pathologie chronique.
Ce texte nous fait prendre conscience davantage encore qu’il est nécessaire et urgent d’agir dans le domaine dans la médecine scolaire. Comme nous le verrons dans les semaines et les années à venir, l’enjeu concerne non seulement les cancers et les pathologies chroniques, mais aussi, plus largement, la prise en charge des enfants.
Je mets aux voix l’ensemble de la proposition de loi.
(Il est procédé au scrutin.) Voici le résultat du scrutin :
Nombre de votants 83
Nombre de suffrages exprimés 83
Majorité absolue 42
Pour l’adoption 83
Contre 0
(La proposition de loi est adoptée à l’unanimité.)
(Applaudissements sur tous les bancs.)
La parole est à Mme la rapporteure. Je tiens à vous remercier, mes chers collègues, pour votre vote et, plus encore, pour l’intérêt que vous avez porté au texte. C’est un petit pas, mais nous avons posé une première pierre : les maladies chroniques sont désormais prises en compte dans le code de l’éducation. Je suis émue parce que je mesure toute l’importance de ce que nous venons d’accomplir.
Je remercie toutes les personnes avec qui j’ai travaillé, l’association Aide aux jeunes diabétiques, qui avait réalisé, en amont, un travail très important sur la question de la scolarisation des enfants diabétiques
(Applaudissements sur les bancs des groupes UDI-I et LaREM) , le docteur Simone Fortier de Valenciennes, de l’association Épilepsie France, ainsi que la fédération Grandir sans cancer.
Merci à vous, madame Dubois, pour votre collaboration. D’emblée, vous avez dit comprendre l’intérêt de mes propositions. Merci à vous également, madame la secrétaire d’État. J’adresse aussi mes remerciements à la commission des affaires culturelles et de l’éducation, notamment à son administrateur, qui a accompli un travail considérable à mes côtés, ainsi qu’à Clément, collaborateur du groupe, et à mes collaborateurs.
Merci à tous. Merci notamment à mon groupe parlementaire de m’avoir fait confiance et d’avoir inscrit cette proposition de loi à l’ordre du jour. À cet instant, je pense à beaucoup d’enfants et beaucoup de familles.
(Applaudissements sur tous les bancs.)
(La séance, suspendue quelques instants, est immédiatement reprise.)
L’ordre du jour appelle la discussion de la proposition de loi visant à mieux lutter contre la fraude à l’identité dans le cadre des mineurs non accompagnés (nos 3443, 3989).
La parole est à Mme Agnès Thill, rapporteure de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Le groupe UDI et indépendants a fait le choix d’inscrire à l’ordre du jour de la journée qui lui est réservée une proposition de loi visant à lutter contre la fraude à l’identité pour mieux protéger les mineurs non accompagnés, les MNA. Certains se sont émus que notre groupe se saisisse de ce sujet,… Oui ! …mais le problème est urgent. Des solutions doivent être apportées aux départements, aux magistrats, aux services de police, aux travailleurs sociaux et, surtout, aux enfants étrangers isolés que nous n’arrivons plus à prendre en charge et que nous laissons parfois dormir dans des chambres d’hôtel.
Je dois dire que je suis déçue. Alors que de nombreuses propositions sont sur la table, la majorité n’a pas daigné amender le texte et profiter du véhicule législatif qui lui était offert. Par orgueil – et aux dépens des personnes qui sont sur le terrain –, elle semble préférer attendre le dépôt hypothétique d’une proposition de loi issue de ses rangs. C’est dommage et ce n’est pas conforme à la promesse du quinquennat.
Ma proposition de loi ne stigmatise pas les MNA. Rappelons que seuls 10 % d’entre eux commettent des infractions. Les autres sont venus en France pour travailler et soutenir leur famille ; ils veulent s’insérer. En matière civile comme en matière pénale, ils doivent bénéficier des protections que notre droit leur accorde.
Encore faut-il que ces mineurs le soient vraiment. Or 60 % à 90 % d’entre eux sont majeurs.
Non ! Ces chiffres figurent dans des rapports du Sénat, de l’Assemblée nationale et de l’Assemblée des départements de France. La situation n’est plus tenable, car elle met en péril l’ensemble de notre modèle de protection de l’enfance. Il est donc urgent de pouvoir mieux identifier ces jeunes qui se prétendent MNA et d’évaluer leur minorité plus efficacement.
Quelle est la situation ? Un jeune majeur peut se présenter sous plusieurs identités, avec plusieurs dates de naissance, dans plusieurs départements. Lorsqu’il existe un doute sur la minorité du jeune, le conseil départemental ou le service de police procède à une évaluation de son âge. En dernier recours, ils peuvent demander au juge de faire procéder à un test osseux. Si le juge estime le doute légitime, le test est proposé au jeune. Or, en cas de refus de ce dernier, le juge n’a absolument aucune solution ; il est confronté à un dilemme : soit, faute de preuves matérielles, il considère le jeune comme mineur – au risque de mettre un majeur au contact de jeunes mineurs dans les établissements de l’aide sociale à l’enfance, l’ASE, ou dans les établissements pénitentiaires pour mineurs ; soit il le considère comme majeur sur sa seule apparence physique, et le tribunal correctionnel risque de se déclarer incompétent.
Il faut sortir de cette impasse. Tel est l’objet de ma proposition de loi, qui répond à une difficulté récurrente : le refus de certains jeunes d’effectuer les examens radiologiques, aussi appelés tests osseux, afin que leur majorité ne soit pas révélée. Cette stratégie est bien connue des réseaux criminels qui les embrigadent et utilisent cette méthode pour les rassurer. Je souhaite donc que l’on puisse, en cas de refus, présumer – et seulement présumer – que l’intéressé est majeur.
Les tests osseux ont été inscrits et encadrés par le législateur dans la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant. Pour mémoire, en l’état du droit, trois conditions sont requises pour procéder à un test osseux : l’absence de documents d’identité valables, une décision de l’autorité judiciaire et le consentement éclairé de l’intéressé.
Cet examen, qui s’opère à partir d’une radiographie des os – poignet ou clavicule – ou des dents, intervient de manière subsidiaire lorsqu’un doute persiste au cours de l’évaluation d’une personne se présentant comme MNA, c’est-à-dire lorsque les autres informations recueillies ne suffisent pas à certifier sa minorité. D’autres garanties protègent le mineur faisant l’objet d’un test osseux : les résultats doivent indiquer la marge d’erreur et ne peuvent suffire à déterminer la minorité ; de plus, le doute bénéficie à l’intéressé. Mon texte reprend ces garanties car, en aucun cas, un mineur ne doit être considéré comme majeur.
J’ai conscience des limites de la fiabilité des examens radiologiques. Il existe à cet égard un consensus scientifique, selon lequel la marge d’erreur pour ces tests osseux varie de douze à vingt-quatre mois. C’est à la fois peu et beaucoup, car cela signifie que toutes les personnes de plus de 20 ans pourraient être identifiées comme majeures.
Pour ma part, je ne vois pas de difficulté à ce que certains très jeunes majeurs intègrent un parcours en protection de l’enfance, à condition qu’ils en respectent les obligations en matière d’éducation et de surveillance. Si les intéressés ont plus de 20 ans, en revanche, l’écart d’âge au sein des établissements devient trop important, ce qui pose des difficultés vis-à-vis des mineurs et des travailleurs sociaux.
Je proposerai une nouvelle rédaction d’ensemble de l’article 1er, afin de rétablir la nécessité de préciser la marge d’erreur, tout en fixant celle-ci à vingt-quatre mois maximum, et de rappeler que le test osseux ne peut permettre à lui seul de déterminer la majorité. Cet examen est réalisé actuellement à titre complémentaire, et c’est bien ainsi que nous l’entendons.
Par ailleurs, le référentiel utilisé est ancien – il date de 1940 – et établi à partir d’une population américaine, ce qui explique également cette marge d’erreur. Je proposerai qu’il soit actualisé.
Je connais les critiques adressées à ce dispositif en raison de sa potentielle inconstitutionnalité. La présomption de majorité n’est pas incompatible avec la Constitution, mais ce principe est aujourd’hui contraire à la loi. Or il nous appartient de modifier la loi.
Il semble en effet que la position du Conseil constitutionnel sur le sujet soit moins radicale que certains l’affirment. Dans sa décision du 21 mars 2019, rendue à l’occasion de l’examen d’une question prioritaire de constitutionnalité – QPC –, le Conseil constitutionnel a admis le principe des tests osseux, sous réserve des garanties prévues par le législateur, que je viens de présenter. La proposition de loi les préserve et en précise un certain nombre, notamment concernant l’information du mineur et la qualité de l’examen effectué.
Le Conseil a en outre indiqué que le refus de procéder à l’examen ne saurait entraîner une présomption de majorité. Toutefois, il faut se référer au commentaire de la décision pour mesurer la portée de cette affirmation : le Conseil a constaté que telle n’était pas l’intention du législateur en 2016 et précisé que ce rappel « [visait] à répondre à l’argumentation développée par certains intervenants selon laquelle il existerait des pratiques en sens contraire ». En effet, un magistrat ayant des doutes sur l’âge d’un mineur en raison de son apparence physique et faisant face au refus de celui-ci de procéder au test pourrait être tenté de le déclarer majeur. Certains d’entre eux, y compris des juges des enfants, le font par manque d’éléments fiables, mais cette pratique est contraire à la loi.
En tant que législateur, nous pouvons inverser cette présomption dès lors que les protections persistent, notamment le fait que la décision doit se fonder sur des éléments complémentaires, lesquels peuvent renverser une présomption qui n’est en aucun cas irréfragable.
J’ai conscience que cette solution ne répondra pas à toutes nos difficultés. J’ai auditionné de nombreuses personnes et j’ai entendu les remarques de mes collègues en commission, notamment les pistes évoquées par Jean-François Eliaou et Antoine Savignat à la suite de leur rapport d’information sur les problématiques de sécurité associées à la présence sur le territoire de mineurs non accompagnés. J’ai pu constater qu’au-delà de la question de l’âge, qui est primordiale, celle de l’identité est elle aussi centrale.
Dès lors, il me semble utile d’encourager le recours au fichier d’appui à l’évaluation de la minorité, le fichier AEM, qui recense les informations relatives aux MNA, y compris l’évaluation de leur âge, afin d’éviter qu’un même mineur ne déclare plusieurs identités dans différents départements ou à l’occasion de diverses interpellations. J’ai en conséquence déposé un amendement visant à rendre obligatoire la transmission au fichier AEM des évaluations effectuées par un département.
Je souligne en outre qu’il est urgent d’accélérer la coopération internationale sur ce sujet. L’initiative prise par M. le garde des sceaux avec le Maroc va dans ce sens. Il faut désormais que les magistrats fassent usage des accords de coopération dont nous disposons. De nombreux pays, d’origine ou de passage, détiennent des informations utiles pour identifier les mineurs et mieux comprendre leur parcours. Nous devons encourager nos magistrats à les interroger.
Les amendements que j’ai déposés tendent à améliorer encore une proposition de loi dont la finalité est bien de protéger les mineurs non accompagnés,…
Ah bon ? …car l’intérêt supérieur de l’enfant nous impose de ne pas les exposer à des majeurs et de faire bon usage des moyens et des protections qui leur sont destinés. J’espère que nous aurons un débat constructif à ce sujet, sur lequel nous sommes très attendus. (Applaudissements sur les bancs du groupe UDI-I.) La parole est à M. le secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles. La proposition de loi que Mme Agnès Thill et le groupe UDI et indépendants ont souhaité inscrire à l’ordre du jour porte sur la question des mineurs non accompagnés, sujet important et sensible qui concerne des enfants et qui ne peut donc souffrir de caricature. À titre liminaire, je considère essentiel de rappeler, comme chaque fois que c’est nécessaire, ce qui relève de l’évidence : derrière l’acronyme MNA, il y a avant tout des personnes, des enfants ; derrière les chiffres et les procédures administratives, il y a des personnes, des enfants. Peu importe qu’ils soient étrangers ou non : ils doivent être protégés.
Pour être tout à fait sincère, je regrette que le texte soumis à votre examen aujourd’hui s’éloigne peut-être un peu – nous en discuterons – de l’équilibre qui me semble devoir primer, en toutes circonstances, entre, d’un côté, la nécessité de traiter sans faux-semblants, sans éluder les difficultés, les enjeux liés à l’arrivée sur le territoire français de mineurs non accompagnés et, de l’autre, la responsabilité qui nous incombe de n’avoir pour seule boussole que l’intérêt supérieur de l’enfant.
Rappelons tout d’abord quelques données objectives. Alors qu’il y avait 13 000 mineurs non accompagnés sur le territoire français en 2016, on en dénombrait 31 000 au 31 décembre 2019. L’augmentation a été particulièrement importante sur deux années précises : entre fin 2016 et fin 2018, le nombre de MNA a crû de près de 115 %.
Depuis lors, la situation a changé : alors que plus de 17 000 personnes étaient reconnues MNA en 2018, ce chiffre a chuté, en 2020, à moins de 9 000. Ce mouvement a commencé dès 2019, avec une diminution du flux de 1,5 %. Cette baisse du nombre de minorités reconnues est sans doute liée à la généralisation du fichier AEM, mais aussi, de manière très claire, à la crise sanitaire, qui a conduit, en 2020, à une forte diminution des flux migratoires internationaux, donc des arrivées sur le territoire français.
J’ajoute que 95 % des mineurs en question sont des garçons et que la plupart sont âgés de 15 ou 16 ans. Ils viennent principalement de Guinée, du Mali, de Côte d’Ivoire, et plus récemment du Maghreb. Pour venir en France, ils ont traversé des épreuves particulièrement pénibles, qui ne cessent pas nécessairement à leur arrivée sur notre territoire.
Bien évidemment, les pouvoirs publics accompagnent ces jeunes et ont pour principale préoccupation d’assurer leur accueil, leur mise à l’abri, leur protection. À chacune de ces étapes, l’État travaille de concert avec les départements, autorités compétentes en matière d’aide sociale à l’enfance, dont dépendent les mineurs non accompagnés. Ce travail commun se traduit par une contribution financière forfaitaire de l’État à la phase de mise à l’abri et d’évaluation des personnes se présentant comme mineurs non accompagnés. Son montant a été fixé au début de l’année 2019 en concertation avec l’Assemblée des départements de France. Elle se double, depuis 2018, d’une participation exceptionnelle aux dépenses de prise en charge par l’aide sociale à l’enfance.
Les sommes allouées permettent notamment la réalisation de bilans de santé physique et psychique. L’idée est bien de faire bénéficier ces enfants d’une première évaluation de leurs besoins en santé car, trop souvent, leur parcours a laissé des traces visibles, et, plus souvent encore, des traces invisibles. J’ai souhaité que le renforcement de ce bilan de santé – en particulier pour ce qui concerne l’évaluation psychologique – fasse partie des axes de travail de la mission quadripartite que nous avons lancée, avec les ministres de l’intérieur, de la justice et de la santé, au mois d’octobre dernier. Il s’agit d’un enjeu majeur, car les difficultés ou les réussites futures de ces enfants en découlent largement ; le parcours qu’ils empruntent à leur arrivée est crucial, et leur état de santé le détermine en partie.
L’engagement de l’État aux côtés des départements s’est également manifesté dans la révision du dispositif de répartition géographique des mineurs non accompagnés. Je pense à la fameuse clé de répartition : dès ma nomination, je m’étais engagé, notamment auprès de Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, à ce qu’elle prenne mieux en compte les critères démographiques et la situation spécifique de certains territoires.
C’est sûr qu’il y a de quoi faire ! Des mesures ont en outre été prises pour encourager l’utilisation du fichier AEM, qui a contribué à fluidifier et à fiabiliser la procédure d’évaluation des personnes se présentant comme mineurs non accompagnés. Je me permets d’insister sur ce point important, car les départements chargés de l’accueil et de la protection des mineurs non accompagnés font face à des demandes de reconnaissance qui, pour certaines, relèvent manifestement d’un détournement. Ces pratiques mobilisent des ressources au détriment des mineurs isolés dont la prise en charge doit être rapide et efficace.
Lorsqu’un département a conclu que le demandeur est majeur, il arrive que la demande soit à nouveau déposée dans un autre département. La mise en place du fichier AEM, qui se fait pour l’instant sur la base du volontariat, a permis de réduire, parfois de façon importante, ces demandes manifestement excessives. La présente proposition de loi vise à aller plus loin sur ce sujet, mais prenons garde de ne pas apporter de mauvaises réponses à des questions réelles. L’examen des amendements nous permettra d’y revenir.
Permettez-moi de préciser que le fichier AEM est protecteur pour les enfants dont la minorité a été reconnue. Il évite que l’on exige d’eux qu’ils en apportent la preuve une seconde fois dans le cas où ils seraient réorientés vers un autre département – de telles situations se produisent parfois.
L’État a réalisé un important travail pour préciser les modalités d’évaluation des personnes se présentant comme mineurs non accompagnés. Un guide à destination des départements a été rédigé et publié en décembre 2019, afin de faire converger les modalités de l’évaluation sur tout le territoire, au nom de l’égalité de traitement que nous devons à ces enfants.
Le Gouvernement accorde une attention toute particulière à l’aide à l’orientation des mineurs non accompagnés. Je cite fréquemment la circulaire du ministre de l’intérieur du 21 septembre 2020 par laquelle le Gouvernement a souhaité proposer aux mineurs non accompagnés placés à l’aide sociale à l’enfance et engagés dans un parcours professionnalisant d’anticiper l’examen de leur droit au séjour à la majorité. L’objectif est de leur permettre d’effectuer sans attendre les démarches liées aux actes d’état civil, notamment grâce à un entretien d’accès à l’autonomie, l’année de leurs 17 ans.
Cette démarche constitue une avancée majeure qui permet de sécuriser un grand nombre de parcours. La question de l’autonomie et de l’intégration ne doit pas être posée à « 18 ans moins le quart » : elle doit être anticipée à la fois par les services départementaux et par les services préfectoraux. Cette approche permet de reconnaître l’implication d’un grand nombre de ces enfants en matière d’apprentissage de la langue et en matière d’insertion sociale et professionnelle.
Il y a encore du travail à faire pour garantir aux enfants concernés des conditions d’existence dignes sur notre territoire. C’est l’honneur de notre société de poursuivre dans cette voie. On peut admettre que le compte n’y est pas encore sur certains points. Je pense notamment à la situation de certains mineurs placés par les départements dans des hôtels, dans des conditions souvent déplorables, avec un déficit de suivi éducatif et d’accompagnement. J’ai eu récemment l’occasion de le dire, je souhaite que l’hébergement de mineurs à l’hôtel soit interdit.
(Mme Maud Petit applaudit.) J’y travaille avec certains d’entre vous et avec les départements, qui s’inscrivent eux aussi dans cette dynamique.
Les difficultés en la matière restent criantes dans certains territoires, même si elles ont eu tendance à s’atténuer au cours de l’année 2020. J’avais commandé un rapport sur le sujet à l’inspection générale des affaires sociales. Celle-ci a évalué qu’il restait aujourd’hui encore 7 500 à 10 000 enfants dans des hôtels, dont 95 % de mineurs non accompagnés. J’espère que le calendrier législatif vous fournira très prochainement l’occasion d’acter cette interdiction.
L’actualité relayée par les médias nous a montré il y a peu, notamment à Besançon, la richesse de certains parcours de mineurs non accompagnés. Cette richesse se transmet à ceux qui veulent bien la voir et la recevoir, à ceux qui dépassent les polémiques et savent que les difficultés peuvent être surmontées. Rappeler toutes les facettes de ce sujet, ce n’est pas faire preuve d’angélisme ; c’est, bien au contraire, voir la réalité dans toute sa complexité et toute sa diversité.
Nous aurons l’occasion d’évoquer l’évaluation de la minorité, les tests radiologiques et le recueil d’empreintes digitales. Ayons le débat, mais en gardant à l’esprit ce qu’il comporte de positif et de constructif pour l’avenir.
(Applaudissements sur les bancs du groupe LaREM.)
Dans la discussion générale, la parole est à M. Michel Zumkeller. L’excellent Michel Zumkeller ! Bien évidemment ! Je commencerai par rappeler quelques chiffres, dont certains ont été évoqués par M. le secrétaire d’État : en 2019, le nombre d’enfants reconnus comme mineurs non accompagnés s’établissait à près de 31 000, alors qu’ils n’étaient que 1 700 en 2003 et 4 000 en 2010. Les MNA représentent, pour les départements, un coût de près de 2 milliards d’euros en 2019 ; ils constituent près de 20 % des mineurs pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Or la part des individus se présentant comme MNA mais qui sont en réalité de jeunes majeurs oscille entre 60 % et 90 %, selon que l’on s’intéresse à ceux qui souhaitent bénéficier des dispositifs de l’aide sociale à l’enfance ou à ceux qui revendiquent les protections de la justice pénale des mineurs. Ces chiffres très parlants justifient entièrement la proposition de loi de notre collègue Agnès Thill, qui porte sur un sujet très important.
Ces chiffres nous éclairent sur plusieurs points. Tout d’abord, le coût global que représentent l’accueil et la prise en charge des MNA pose de très sérieuses difficultés aux collectivités, notamment aux départements, qui se retrouvent le plus souvent démunis. Ensuite, la part des individus tentant de frauder sur leur âge constitue un problème d’autant plus aigu qu’il fait peser sur les départements et sur l’aide sociale à l’enfance une charge qui ne devrait pas être la leur. Enfin, il résulte indéniablement de l’ampleur de cette fraude une diminution des moyens alloués aux vrais mineurs – vous l’avez évoquée, monsieur le secrétaire d’État –, et c’est bien là le fond du sujet.
Au cœur de ces constats réside souvent la grande difficulté, pour les acteurs concernés, de déterminer la minorité ou la majorité des jeunes, d’autant plus lorsque ceux-ci refusent l’examen médical auquel on souhaiterait les soumettre. La présente proposition de loi, dont le fil conducteur est d’instaurer une présomption de majorité en cas de refus de se soumettre à un tel examen, permettrait sans aucun doute de remédier en partie à cet état de fait, en diminuant le nombre de majeurs dans le circuit de la prise en charge et en libérant des places et du temps pour les professionnels, au bénéfice des vrais mineurs non accompagnés. Elle permettrait, de plus, de lutter efficacement contre les réseaux criminels et les filières de passeurs ou de traite des enfants,…
Mais non ! …puisque ceux-ci instrumentalisent des jeunes majeurs isolés en leur recommandant de se prévaloir de leur minorité.
Par ailleurs, la fraude à l’identité est une clé d’entrée pour d’autres types de fraude, comme l’immigration clandestine, la fraude aux prestations sociales ou le travail dissimulé. La présente proposition de loi permet ainsi une réflexion plus large sur de multiples enjeux. Elle se justifie également par l’insuffisance démontrée des dispositifs existants : l’évolution des chiffres concernant les MNA est exponentielle, et les départements ne cessent de nous alerter sur le phénomène de la fraude.
Absolument ! Le faisceau d’indices utilisé actuellement pèche par manque de certitude. Avec certains pays, la collaboration internationale relative à l’identification des MNA est totalement inexistante. Le fichier AEM, en place depuis le mois de janvier 2019, peine à faire ses preuves dans certains départements. S’agissant de l’intervention de l’État, un référé de la Cour des comptes de 2020 indique que subsistent « des carences majeures en termes de suivi statistique, de réduction des inégalités territoriales et d’évaluation des dispositifs mis en œuvre localement ». Plus largement, la problématique des MNA montre une nouvelle fois que les départements ne bénéficient pas d’un soutien suffisant de l’État pour exercer leurs compétences de solidarité.
La proposition de loi a fait l’objet de critiques, et nous avons entendu les remarques formulées en commission des lois. Mes chers collègues, vous appelez de vos vœux un texte qui prenne en compte la problématique des MNA de manière plus globale. Nous ne nions pas que le texte que nous proposons ne résout pas tout. Mais je constate un phénomène qui devient récurrent : chaque fois que nous proposons quelque chose, on nous explique qu’il y aura bientôt une grande loi sur le même thème. Or, à un an de la fin de la législature, permettez-nous d’en douter ! Peut-être vaudrait-il mieux commencer à progresser avec le présent texte, ce qui permettrait de poser des jalons et, peut-être, d’apporter des solutions.
En outre, le risque d’inconstitutionnalité est perpétuellement brandi. Mais, s’il est invoqué pour chaque texte déposé, à quoi servons-nous ? Supprimez le Parlement ! Demandez directement au Conseil constitutionnel ! Sortons de ce travers qui devient permanent, car notre rôle de parlementaires est de proposer des textes, des avancées, pour faire évoluer la société.
Très juste ! Chacun son boulot ! De plus, le dispositif proposé par la rapporteure conserve toutes les garanties nécessaires : décision judiciaire ; consentement de l’intéressé, qui doit recevoir une information dans une langue qu’il comprend ; rappel du fait que le doute bénéficie à l’intéressé. En outre, cette présomption n’est pas irréfragable et le juge reste souverain pour apprécier la minorité. Eh oui ! En sus du maintien de ces garanties, il est proposé un dispositif plus protecteur, puisque les modalités de l’examen médical seraient encadrées : celui-ci devrait être réalisé exclusivement dans une unité médico-judiciaire et sur la base d’un protocole unique. Les pratiques seraient donc unifiées et clarifiées. La réécriture de l’article 388 du code civil que nous proposons est donc complète et équilibrée.
Enfin, il serait explicitement inscrit dans la loi que, si la minorité est finalement avérée, le mineur doit faire l’objet d’une protection renforcée, dans une structure adaptée, qui en est responsable, qui le protège, l’encadre, l’éduque et le surveille.
(Mme la rapporteure acquiesce.)
Notre groupe est très attaché à l’intérêt supérieur de l’enfant et à la protection des plus fragiles d’entre eux. C’est en éliminant les aides indues et en évitant les détournements que nous pourrons recentrer notre soutien vers les mineurs. Sur ce sujet, comme sur celui de la fraude sociale – un sujet majeur pour notre groupe, dont l’un des membres a été, l’an dernier, rapporteur de la commission d’enquête relative à la lutte contre les fraudes aux prestations sociales –, trois attitudes peuvent être adoptées, face aux constats que fait Agnès Thill.
La première option consiste à rejeter en bloc la proposition, comme certains l’ont fait en commission et ne manqueront pas de le faire dans quelques instants, estimant qu’elle stigmatise les étrangers. Ils préfèrent ne rien faire, mettre la poussière sous le tapis, laisser prospérer les doutes et les dysfonctionnements, laisser se détériorer la confiance de nos concitoyens et le mésusage de l’argent public.
La deuxième option est d’utiliser cette situation, souvent liée à la détresse, et d’en faire un fonds de commerce politique, d’appuyer sur les problèmes sans chercher les solutions.
La troisième option, celle que nous défendons, est de regarder la réalité en face, de traiter la fraude à la racine et de s’assurer que les destinataires des politiques de solidarité sont bien ceux que nous souhaitons.
Nous sommes d’accord avec vous, monsieur le secrétaire d’État : l’intérêt des mineurs doit primer. Mais la meilleure manière de le préserver est de nous assurer que ceux qui sont pris en charge sont vraiment des mineurs, car les finances des départements ne sont pas extensibles. C’est la seule manière de faire en sorte que les mineurs non accompagnés, qui méritent notre soutien, bénéficient de toute l’attention nécessaire. Tel est le but – il n’y en a pas d’autre – de la présente proposition de loi : recentrer le soutien aux mineurs non accompagnés sur ceux qui le sont effectivement. Notre rapporteure n’a d’autre volonté que de préserver ceux qui ont besoin de notre protection, sans d’autres conditions.
(Applaudissements sur les bancs du groupe UDI-I.) La parole est à Mme Martine Wonner. La proposition de loi que vous présentez, chers collègues du groupe UDI-I, vise à réécrire l’article 388 du code civil, pour instaurer une présomption de majorité pour les jeunes étrangers isolés qui refuseraient de se soumettre à un test osseux visant à déterminer leur âge. Vous savez que cette disposition est inconstitutionnelle – vous l’avez dit vous-même –, mais vous persistez. Ce texte se fonde sur l’instrumentalisation politique d’outils médicaux datant d’un autre siècle. Une telle méthode est inefficace et indigne. Le groupe Libertés et territoires s’y oppose fermement.
Juridiquement, votre texte ne tient pas la route. Dans une décision de 2019 consécutive à une QPC, le Conseil constitutionnel a rappelé que le recours aux tests osseux n’était possible qu’avec plusieurs garanties, afin d’être conforme au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant. Or vous proposez de supprimer ces garanties.
Le Conseil constitutionnel a en particulier rappelé que la majorité d’une personne ne saurait être déduite de son seul refus de se soumettre à un examen osseux. Dans la mesure où la proposition de loi instaure une présomption de majorité pour les personnes refusant de se soumettre au test, son inconstitutionnalité fait peu de doutes. Par ailleurs, plusieurs instances internationales, notamment la Cour européenne des droits de l’homme et le comité des droits de l’enfant des Nations unies, ont affirmé le principe d’une présomption de minorité.
Vous souhaitez en outre rendre obligatoires des pratiques médicales détournées de leur but initial. En instaurant une présomption de majorité pour les enfants qui refusent de se soumettre aux tests osseux, vous créeriez une obligation de fait de s’y soumettre, puisqu’en cas de refus, les enfants isolés ne pourraient pas bénéficier de la prise en charge par l’aide sociale à l’enfance, alors qu’elle est vitale pour eux.
Les tests que vous souhaitez imposer consistent en une radio du poignet ou de la main, qui est ensuite comparée à des planches d’images, l’atlas de Greulich et Pyle, constitué auprès de 1 000 jeunes Américains de classe aisée dans les années 1930 et 1940 aux États-Unis. Cet atlas ne correspond plus du tout aux morphologies de notre époque. Une vaste étude, menée en 2017 au centre hospitalier régional universitaire de Marseille, a mis en évidence que ces tests sont fiables de six mois à un an près entre 0 et 10 ans, et d’un à deux ans près au-delà de 10 ans. Entre 16 ans et 18 ans, la variabilité atteint fréquemment deux ans. Or 88 % des mineurs isolés pris en charge appartiennent précisément à cette tranche d’âge. Une autre étude a montré que ce test n’est pas fiable, en particulier, pour les jeunes mineurs isolés étrangers, victimes d’une croissance souvent ralentie par des facteurs économiques, sociaux et nutritionnels dégradés.
Un tel manque de fiabilité a des conséquences dramatiques sur la vie de certains enfants. À plusieurs reprises, des mineurs ont été chassés de l’aide sociale à l’enfance, car considérés à tort comme majeurs. Le comité d’éthique du centre hospitalier universitaire de Brest a rapporté, en 2018, le cas de jeunes migrants jugés majeurs et remis à la rue sur le seul fondement d’un examen osseux, malgré une évaluation positive de leur minorité par les services de l’aide sociale à l’enfance. En 2014, des médias ont relayé le cas similaire d’une jeune fille de 16 ans, mise à la rue à la suite d’un test osseux erroné qui lui donnait 18 ans.
Enfin, quel affront de présenter une telle proposition de loi ! L’argument avancé pour la justifier est qu’une partie importante des jeunes ayant le statut de mineurs non accompagnés et bénéficiant à ce titre de l’aide sociale à l’enfance sont en réalité des majeurs qui se font passer pour mineurs. À aucun moment, vous ne vous demandez pourquoi certains majeurs cherchent à se faire passer pour mineurs pour bénéficier de ce statut. En fait, ils risquent de vivre dans la rue s’ils ne bénéficient pas de cet accompagnement. Est-ce réellement ce que vous voulez ? Ou s’agit-il plutôt de vous réapproprier le discours de l’extrême droite ? Dites-le clairement, s’il vous plaît.
Les réponses à apporter consistent en des politiques de gestion des flux migratoires et d’accueil des migrants respectueuses de la dignité humaine, du droit national et du droit international. Vous proposez tout le contraire avec ce texte, raison pour laquelle nous nous y opposerons.
(Mme Michèle Victory applaudit.) La parole est à Mme Danièle Obono. L’article 20 de la convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France en 1990, stipule : « Tout enfant qui est temporairement ou définitivement privé de son milieu familial, ou qui dans son propre intérêt ne peut être laissé dans ce milieu, a droit à une protection et une aide spéciales de l’État. » En France, la loi dispose : « La protection de l’enfance a également pour but de prévenir les difficultés que peuvent rencontrer les mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et d’assurer leur prise en charge. »
Ainsi que le rappelle UNICEF France, le comité français du Fonds des Nations unies pour l’enfance, les mineurs non accompagnés sont des enfants. En vertu de l’article 375 du code civil, les protéger est non pas une option, mais une obligation, car ces mineurs sont des enfants ou des jeunes en danger.
Nombre d’entre eux ont transité par les routes de la Méditerranée au cours d’un périple souvent très risqué, où les mauvais traitements, la traite et l’exploitation des êtres humains sont monnaie courante. Ainsi, les trois quarts des mineurs interrogés dans le cadre d’une étude menée par l’UNICEF et l’initiative REACH déclaraient avoir subi violences, harcèlements et agressions de la part d’adultes, pendant leur périple vers l’Europe. À ces maux s’ajoute un état de santé souvent déplorable, du fait des conditions de vie dans le pays d’origine ou de sa dégradation au cours du parcours migratoire.
Malgré la vulnérabilité extrême de ces publics, associations et institutions, allant d’UNICEF France à la Cour des comptes, constatent que l’effectivité des droits des mineurs non accompagnés n’est pas garantie en France. Dans son référé du 8 octobre 2020, la Cour des comptes a relevé, entre autres, des « carences observées dans la connaissance statistique des effectifs concernés », le non-respect de l’obligation de mise à l’abri dans de nombreux départements – les préfets ne jouant pas leur rôle de rappel à la loi – et une « inégalité flagrante de traitement de ces jeunes à toutes les étapes ». L’évaluation de la minorité est, toujours selon la Cour, très hétérogène selon les départements : certains d’entre eux procèdent à des pré-évaluations valant refus de reconnaissance de la minorité ; le recours à la pluridisciplinarité et à la collégialité, pourtant requis par la loi, est extrêmement rare ; souvent, le délai réglementaire de cinq jours n’est pas respecté, l’évaluation prenant parfois plusieurs mois.
Il y a donc beaucoup à faire pour nous mettre en conformité non seulement avec nos engagements internationaux, nos valeurs et nos principes fondamentaux, mais aussi avec nos propres lois. Or, avec le présent texte, vous nous proposez de faire tout le contraire de ce qu’il faudrait. La proposition de loi vise en effet à exclure le plus grand nombre possible de ces jeunes de la protection sociale et judiciaire de l’enfance.
Son article 1er tend à introduire une présomption de majorité en cas de refus de se soumettre aux examens médicaux – essentiellement aux tests osseux –, auxquels il serait recouru automatiquement dans le cas où les documents d’identité du mineur ou de la mineure seraient falsifiés ou ne pourraient être valablement certifiés conformes. Il s’agit d’une remise en cause pure et simple du principe de la présomption de minorité consacré tant par les textes internationaux que par notre propre jurisprudence.
Un tel renversement serait contraire aux engagements que nous avons pris dans la convention internationale des droits de l’enfant ; à l’article 10, paragraphe 3, de la convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains ; à l’article 13, paragraphe 2, de la directive 2011/36/UE concernant la prévention de la traite des êtres humains et la lutte contre ce phénomène ainsi que la protection des victimes ; à l’article 25, paragraphe 5, de la directive 2013/32/UE relative à des procédures communes pour l’octroi et le retrait de la protection internationale.
La présomption de minorité est par ailleurs consacrée par l’architecture résultant d’une décision de principe du Conseil d’État de juillet 2015 et de dispositions introduites en 2016 dans le code civil et le code de l’action sociale et des familles. Rappelons également que le Conseil constitutionnel a jugé que la majorité d’une personne ne saurait être déduite de son seul refus de se soumettre à un examen osseux. De leur côté, la Commission nationale consultative des droits de l’homme, la Défenseure des droits, le Comité consultatif national d’éthique, le Haut Conseil de la santé publique, l’Académie nationale de médecine, le comité des droits de l’enfant des Nations unies et le Conseil de l’Europe – sans parler de nombreuses organisations de défense des droits humains et des migrants – condamnent le recours aux tests osseux, au motif qu’ils manquent de fiabilité.
Seule l’amélioration du dispositif de protection de l’enfance de droit commun dans son ensemble, son adaptation à la situation des mineurs non accompagnés et la garantie de sa conformité au respect de leurs droits fondamentaux permettront de réduire le nombre, d’une part, des enfants en errance et sans protection, d’autre part, de ceux qui entrent en conflit avec la loi. C’est ce qu’a expliqué, le 10 mars, un des chargés de plaidoyer d’UNICEF France. Avec votre texte, vous ne faites rien de cela. Voilà pourquoi nous ne le voterons pas.
(Applaudissements sur les bancs du groupe GDR.) La parole est à Mme Elsa Faucillon. Cet après-midi, le groupe UDI-I nous propose deux textes et deux ambiances. Le premier l’honore, car il témoigne de son souci pour les enfants malades scolarisés. Le second est indigne à nos yeux : indigne en raison des dispositions proposées ; indigne car il instaure et accompagne un climat de méfiance envers l’ensemble des mineurs non accompagnés ; indigne car il ajoute une humiliation supplémentaire à ces enfants qui ont vécu des drames ; indigne, enfin, car il valide les propos orduriers d’un petit polémiste de grande écoute. (Mme Danièle Obono applaudit.)
Il suffit de parler à ces enfants pour comprendre leur douleur et la difficulté d’avoir quitté si jeunes une famille, des amis et un pays, par nécessité. Vous lirez dans leurs yeux – uniquement dans leurs yeux, car eux-mêmes ont souvent bien du mal à les évoquer oralement – les violences subies pendant ce qu’ils appellent le « voyage ».
Nous assistons à la généralisation d’un discours sécuritaire particulièrement inquiétant, qui fait de ces enfants un grand danger pour la stabilité de notre pays. Ils sont peut-être 10 000, 20 000 ou 30 000, mais de quoi parle-t-on ? Pendant que vos mesures leur font porter la responsabilité de tous les désordres internationaux et nationaux, les trafiquants, eux, sont laissés bien tranquilles. Quand les mineurs non accompagnés sont l’objet de trafic, nous devons les protéger et non leur en faire porter la responsabilité.
Votre proposition de loi sous-entend que ces enfants n’ont pas leur place ici, en France. Or, dans les faits, nous le voyons chaque jour, ces enfants sont plus qu’acceptés, ils sont soutenus et défendus par des habitants, des acteurs associatifs et des patrons qui croisent leur route. La grève de la faim du boulanger Stéphane Ravacley pour la régularisation de Laye Fodé Traoréiné a mis en lumière cette réelle solidarité. Au Puy-en-Velay, à Besançon, à Fleurey-sur-Ouche, partout fleurissent des collectifs de soutien à des mineurs non accompagnés ou à des personnes en contrat jeune majeur sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français.
Votre texte vise à généraliser les tests osseux en présumant majeur tout individu qui refuse de faire l’objet d’un tel test, lequel vise à déterminer son âge lorsqu’il existe un doute sur sa minorité – preuve que des mineurs seront soumis à ces tests. Dans les faits, et à notre grand désarroi, la présomption de majorité est déjà appliquée dans certains départements. Les avocats, qui font régulièrement face à des expertises documentaires de la police aux frontières défavorables aux mineurs – elles sont monnaie courante –, demandent ce type de test pour prouver la minorité de l’enfant.
L’ensemble des associations demande que ces tests soient à tout le moins pratiqués par des pédiatres, qui disposent d’une compétence pour les effectuer. Actuellement, dans nombre de départements, ils sont confiés à des médecins légistes. C’est pourquoi nous nous opposons également à l’obligation prévue par votre loi de réaliser les tests osseux exclusivement au sein d’une unité médico-judiciaire. Fort heureusement, votre proposition d’entériner dans la loi la présomption de majorité en cas de refus du test osseux serait censurée par le Conseil constitutionnel.
Nous rappelons en outre notre ferme opposition à la méthode de l’expertise osseuse afin de déterminer l’âge des mineurs non accompagnés, notamment parce que cette pratique est très contestée par la communauté scientifique. Il n’existe en effet aucun procédé médical permettant d’affirmer avec certitude l’âge d’un individu. La plupart du temps, sur les enfants de 16 à 22 ans, l’avis est le même : 19 ans, plus ou moins. Or le juge se fonde sur cet avis. En mettant fin à la présomption de minorité, vous souhaitez en fait que ceux qui seront évalués en cas de soupçon de fraude documentaire ne soient pas protégés. La Commission nationale consultative des droits de l’homme et le Défenseur des droits se sont opposés à l’utilisation de ces examens médicaux, jugés à la fois inadaptés et inefficaces. Ils ne sont pas les seuls.
Un mineur non accompagné est avant tout un mineur en danger, un enfant en détresse, d’autant plus qu’il est isolé dans un pays dont il n’a pas la nationalité et qui lui est étranger. Pour cadrer le débat qui va suivre et puisque nous allons parler d’enfants, nous tenons à rappeler que « l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale », principe énoncé dans la convention internationale des droits de l’enfant, que la France a signée et ratifiée – je le répète puisqu’il le faut.
Dans votre niche, je l’ai dit, votre groupe a proposé un texte visant à améliorer l’accompagnement des enfants malades dans le cadre de leur scolarisation. Pourquoi vouloir, par celui-ci, faire subir à d’autres enfants des examens médicaux inutiles ? Est-ce seulement parce qu’ils sont étrangers ?
(Applaudissements sur les bancs des groupes SOC, LT et FI. – Mmes Delphine Bagarry, Albane Gaillot et Sandrine Mörch applaudissent également.) La parole est à M. Jean-François Eliaou.