Fabrication de la liasse

Amendement n°165

Déposé le mercredi 16 novembre 2022
En traitement
Photo de monsieur le député Paul-André Colombani
Photo de monsieur le député Olivier Serva
Photo de monsieur le député Jean-Félix Acquaviva
Photo de madame la députée Nathalie Bassire
Photo de monsieur le député Guy Bricout
Photo de monsieur le député Jean-Louis Bricout
Photo de monsieur le député Michel Castellani
Photo de madame la députée Béatrice Descamps
Photo de monsieur le député Stéphane Lenormand
Photo de monsieur le député Max Mathiasin
Photo de monsieur le député Paul Molac
Photo de monsieur le député Pierre Morel-À-L'Huissier
Photo de monsieur le député Christophe Naegelen
Photo de monsieur le député Bertrand Pancher
Photo de monsieur le député Laurent Panifous
Photo de monsieur le député Benjamin Saint-Huile
Photo de monsieur le député David Taupiac
Photo de monsieur le député Jean-Luc Warsmann
Photo de madame la députée Estelle Youssouffa

Supprimer cet article. 

Exposé sommaire

Cet amendement propose la suppression d'un article introduit au Sénat, et qui vise à créer une « convention nationale pour l’emploi des seniors et la sauvegarde du système de retraites ». Il s'agit surtout, en cas d'échec de compromis sur des questions très complexes comme la pénibilité, l'équilibre financier du système de retraite ou encore les régimes spéciaux, d'introduire dès 2024 des mesures bouleversant notre système actuel : accélération de la réforme Touraine, recul de l'âge d'ouverture des droits à 64 ans, ou encore convergence des régimes spéciaux. 

Ces questions, cruciales pour tous les assurés, méritent un débat et une concertation bien plus ambitieux. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous nous étions opposés dès le départ à tout amendement gouvernemental visant à augmenter la durée du travail. Le PLFSS n’est pas le bon véhicule législatif. Il ne faut pas résumer le sujet des retraites à une simple question comptable. 

Il faut une vraie négociation avec les partenaires sociaux, et toutes les parties prenantes. Cela demande du temps, du dialogue, de l'écoute. Ne nous précipitons pas sur une réforme qui nous engage autant pour les prochaines années.