XVIe législature
Session ordinaire de 2022-2023

Première séance du jeudi 11 mai 2023

Sommaire détaillé
partager
Première séance du jeudi 11 mai 2023

Présidence de Mme Naïma Moutchou
vice-présidente

Mme la présidente

  • partager

    La séance est ouverte.

    (La séance est ouverte à neuf heures.)

    1. Mobilité internationale des alternants, pour un "Erasmus de l’apprentissage"

    Discussion d’une proposition de loi

    Mme la présidente

  • partager

    L’ordre du jour appelle la discussion de la proposition de loi de M. Sylvain Maillard, Mme Aurore Bergé, M. Laurent Marcangeli et plusieurs de leurs collègues visant à faciliter la mobilité internationale des alternants, pour un Erasmus de l’apprentissage (nos 576, 1179).

    Présentation

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Sylvain Maillard, rapporteur de la commission des affaires sociales.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur de la commission des affaires sociales

  • partager

    Cette semaine n’est pas une semaine comme les autres : nous célébrons l’Europe. À cette occasion, le groupe Renaissance a souhaité, avec cette proposition de loi visant à promouvoir l’Erasmus de l’apprentissage, envoyer un symbole fort à la jeunesse. Pour aimer l’Europe, il faut en effet mieux la connaître, en allant au-delà de ses frontières et en découvrant son histoire. Les Européens que nous sommes partagent un héritage commun consacré dans le traité de Lisbonne, qui mentionne les « héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe », véritables sources d’inspiration. Nous avons construit notre Europe au fil du temps pour préserver la paix, pour renforcer l’économie, mais également pour protéger les emplois de demain notamment en développant un marché de la formation à l’échelle européenne.
    Fruit d’une réflexion de plusieurs mois, réclamé par les acteurs du secteur, empreint de pragmatisme, le texte que je défends affirme notre volonté profonde et puissante de permettre à chaque jeune Français d’avoir une expérience en Europe. Cet engagement est celui à la fois de notre majorité et du Président de la République. Depuis 2017, notre majorité présidentielle a fait de la recherche du plein emploi l’un des objectifs prioritaires de son action.

    M. Emeric Salmon

  • partager

    C’est un échec !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Nous sommes tous conscients que la formation reste et restera le meilleur bouclier contre le chômage de masse des publics les plus éloignés de l’emploi, en particulier les jeunes. Nous réaffirmons sans cesse cette ambition et nous le faisons une nouvelle fois avec ce texte.
    Outre une meilleure employabilité de nos jeunes, une expérience à l’étranger, comme un stage en entreprise ou une formation, a bien d’autres effets bénéfiques pour les apprenants et les étudiants. Selon une étude de l’Observatoire Erasmus +, publiée en décembre 2022, cette expérience hors du commun permet d’améliorer son niveau de langue, de développer ses compétences, son réseau à l’international ainsi que, grâce à l’ouverture à d’autres cultures, ses capacités d’adaptation et d’autonomie.

    M. Didier Martin

  • partager

    C’est vrai.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Je pourrais vous parler de ma propre expérience Erasmus à Munich…

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Ah non ! (Sourires.)

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    …mais cela ne nous rajeunirait pas. Plus récemment, le 13 mars dernier, avec ma collègue Fanta Berete, que je salue, nous avons discuté sur le campus d’Orly avec des élèves préparant le bac pro maintenance de véhicules et leurs professeurs. Ces élèves nous ont parlé de leur expérience inoubliable et très formatrice chez leurs homologues italiens. Au fil de l’eau, ils nous ont raconté ce court voyage qui les a transcendés. Leurs yeux brillaient. Ils nous ont fait part de techniques de réparation de véhicules et d’enseignements différents de ceux qui ont cours en France. À l’issue de nos échanges, ils nous ont confié qu’ils étaient impatients de renouveler cette expérience, pour une durée plus longue.
    En 2018, la mobilité internationale des apprentis, y compris à l’intérieur des frontières de l’Union européenne, était très peu développée, puisque seulement 25 000 apprentis avaient bénéficié d’une expérience professionnelle hors de France, pour une durée oscillant entre deux et trois semaines, alors que plus de 600 000 étudiants français avaient pu se rendre à l’étranger. Le rapport que Jean Arthuis avait remis à Muriel Pénicaud en 2018, intitulé « Lever les freins à la mobilité des apprentis en Europe », faisait d’ailleurs état de cet écart important.
    Dans un rapport publié en novembre 2017, l’Igas – Inspection générale des affaires sociales – évoquait déjà l’existence de freins multiples au développement de la mobilité, liés pour l’essentiel aux obligations des entreprises françaises, tenues de rémunérer l’apprenti et de payer les cotisations sociales pendant la période de mobilité à l’étranger, aux calendriers pédagogiques des CFA – centres de formation d’apprentis –, aux difficultés de la certification des compétences et à la complexité des procédures administratives de mobilisation des crédits d’Erasmus +. Dans un autre rapport sur le développement de la mobilité européenne des apprentis, remis en décembre 2022, l’Igas formulait vingt et une recommandations visant à augmenter significativement le nombre des apprentis qui partent en mobilité. La présente proposition de loi s’inscrit dans l’esprit de ce rapport.
    La loi du 5 septembre 2018 a opportunément donné un véritable cadre juridique à la mobilité internationale des alternants, mais les dispositions en vigueur ne laissent pas aux entreprises – à l’encontre de la volonté de certaines d’entre elles – la possibilité de continuer à rémunérer le jeune lorsque la mobilité dure plus de quatre semaines, ce qui peut le mettre en difficulté s’il ne perçoit aucune rémunération dans le pays d’accueil. L’article 1er a donc pour objet de rendre optionnelle plutôt qu’obligatoire la mise en veille de certaines clauses du contrat d’apprentissage. Cela paraît indispensable pour lever un frein préjudiciable au développement de la mobilité internationale des apprentis et des salariés en contrat de professionnalisation. À mon initiative, la commission a adopté un amendement destiné à lever un frein supplémentaire à la multiplication des départs à l’étranger en autorisant que la convention de mise en veille soit, par dérogation au régime de droit commun, conclue uniquement entre les parties françaises, dès lors que l’employeur de l’État d’accueil apporte des garanties à l’alternant, en particulier en termes d’organisation de la mobilité et de conditions d’accueil. Cette modification répond à une difficulté identifiée par les acteurs de terrain, qui nous ont fait savoir que certains partenaires étrangers refusent de signer la convention de mise en veille au motif qu’ils ne se sentent pas liés par ses stipulations.
    L’article 2 facilite la conclusion de conventions pour les alternants effectuant une mobilité internationale dans un organisme de formation en supprimant l’obligation d’une convention individuelle de mobilité lorsqu’un partenariat existe déjà. Sur ma proposition, la commission a adopté un amendement étendant cette simplification aux structures assurant tout ou partie des enseignements dispensés par les CFA, notamment par les CFA « hors les murs ».
    L’article 3 prévoit d’organiser une convergence des prises en charge financières par les opérateurs de compétences et de rendre la compensation des coûts liés aux cotisations sociales obligatoire et non plus facultative. J’ai tenu, comme plusieurs d’entre vous, à ce que cette obligation figure explicitement dans la loi. Je présenterai un amendement et un sous-amendement en ce sens afin de traduire la volonté d’assurer une couverture sociale minimale gratuite pour tous.
    Dans un contexte où le marché du travail est de plus en plus mondialisé, la mobilité des alternants constitue un véritable levier pour favoriser l’insertion de nos jeunes dans l’emploi. L’année 2022 a permis à notre politique de l’apprentissage de franchir un nouveau cap avec 837 000 nouveaux contrats signés. N’oublions pas ce record historique ! Nous devons continuer à soutenir, à accompagner et à réguler la formation des parties prenantes de l’apprentissage : soutenir, en pérennisant l’aide de 6 000 euros à l’embauche des alternants pour tous jusqu’en 2027, comme cela a été annoncé par le Président de la République…

    M. Didier Martin

  • partager

    Bravo !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    …accompagner, en développant le nombre d’apprentis pour atteindre un million d’apprentis par an d’ici à la fin du quinquennat ; réguler, grâce à la certification de France Compétences, pour améliorer la qualité des formations et mieux connecter l’offre et la demande.
    Ce texte consensuel s’inscrit dans la continuité des politiques conduites en matière de formation et d’apprentissage et leur donne aujourd’hui une dimension européenne et internationale. Chers collègues, vous en conviendrez, chaque jeune devrait avoir une expérience européenne, car devenir un citoyen européen ne se décrète pas : cette relation doit se construire et se nourrir par de multiples rencontres au-delà des frontières de notre beau pays. Les étudiants et les apprentis ont tant à apprendre de leurs homologues européens et réciproquement !
    L’Europe, c’est la solidarité, c’est défendre nos valeurs démocratiques et humaines, c’est à la fois libérer et protéger nos entreprises et nos salariés, c’est libérer et protéger nos jeunes en leur permettant de se former dans un autre pays européen. Nous sommes des Européens convaincus. Voilà le message que je souhaitais partager avec vous. Vive l’Europe ! Vive l’Erasmus de l’apprentissage ! (Applaudissements sur les bancs des groupes RE et Dem. – Mme Fadila Khattabi, présidente de la commission des affaires sociales, applaudit également.)

    M. Didier Martin

  • partager

    Excellent !

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme la ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels

  • partager

    L’Europe s’est dotée, il y a de cela vingt-trois ans, d’une devise qui m’est chère : Unie dans la diversité. Au-delà du symbole, cette devise nous oblige : États, représentants politiques, mais également citoyens de l’Union. Elle nous rappelle l’histoire d’un continent qui s’est déchiré à de trop nombreuses reprises, mais qui a su, par la force de ses convictions, bâtir une union d’États mue par les principes de respect des souverainetés, de partage et de coopération. Ce projet, il nous revient d’en porter l’héritage, mais, surtout, d’en inventer la destinée par les institutions européennes bien sûr, mais également par des décisions nationales qui permettent de rendre concrètes, pour l’ensemble de nos concitoyens, les avantages et les opportunités qu’offre l’Union.
    Chers députés de la majorité, cher Sylvain, la proposition de loi que vous soumettez à l’Assemblée nationale ce matin fait partie de celles qui offrent à nos concitoyens la liberté de s’enrichir de cultures et de compétences diverses. Avec Erasmus, nous avons permis l’émancipation de nos jeunes étudiants à travers l’Union. Avec Erasmus +, nous leur avons ouvert l’accès au monde. Le succès de ce programme emblématique n’est plus à démontrer.
    Par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, nous avons œuvré pour que nos apprentis bénéficient de périodes de formation dans un pays étranger, qu’il soit membre de l’Union européenne ou non. La tâche d’organiser et de financer la mobilité de véritables salariés d’une entreprise était loin d’être simple. Nous avons alors pris deux décisions fortes. La première a été l’instauration d’une obligation pour tous les CFA de se doter d’un référent mobilité dont le rôle est d’accompagner les apprentis dans leur projet, d’aider à la constitution des dossiers de visa, de demande de logement et de transport, d’organiser le financement et de faciliter les partenariats entre le CFA et les écoles ou entreprises étrangères. La seconde a été l’aide au financement de ces mobilités en garantissant aux CFA le financement de la fonction de référent, par les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage et par la possibilité laissée aux opérateurs de compétences (Opco)  de prendre en charge certains frais liés à la mobilité des apprentis relevant de leur entreprise. Il a également fallu convaincre les employeurs de l’opportunité que représente pour eux et leur entreprise le départ de leur apprenti dans une entreprise ou une école étrangère.
    Des progrès considérables ont été réalisés en la matière, grâce aux efforts de nombreux acteurs engagés, parmi lesquels les CFA et l’association Euro App Mobility, mais nous avons dû redoubler d’effort pour parvenir à l’objectif fixé par le Président de la République : faire en sorte que la moitié d’une classe d’âge puisse avoir passé, avant ses 25 ans, au moins six mois à l’étranger.
    Ce vœu repose sur un constat simple : la mobilité internationale enrichit les jeunes. Elle les rend plus employables, leur permet de gagner en expérience et d’acquérir des compétences transversales qui sont des richesses importantes pour les employeurs.
    Tout cela, vous l’avez bien compris et avez donc souhaité favoriser l’accès à la mobilité des apprentis à travers cette proposition de loi. Je partage pleinement votre ambition d’accélérer et d’amplifier le mouvement lancé en ce sens lors du précédent quinquennat, en agissant sur deux leviers essentiels, la sécurisation des parcours de mobilité et la simplification des procédures. La sécurisation des parcours de mobilité renvoie à un enjeu capital d’égalité entre les apprentis. Quant à la simplification des procédures, elle présente un enjeu évident de facilitation et d’attractivité.
    L’article 1er permettra de favoriser les mobilités longues, c’est-à-dire d’une durée supérieure à quatre semaines, et de sécuriser le parcours à l’étranger des apprentis français. Une disposition légale en vigueur, qui oblige à mettre en veille certaines clauses des contrats d’apprentissage – dont la rémunération et la protection sociale – pour les mobilités longues, fait perdre en souplesse, notamment à cause de la lourdeur des procédures qu’elle nécessite. Elle compte parmi les causes du non-recours aux dispositifs de mobilité pour beaucoup d’apprentis. Il fallait corriger cela. Votre texte permettra demain aux employeurs d’apprentis de choisir entre la mise en veille du contrat ou la mise à disposition de l’alternant auprès de la structure accueillante à l’étranger – modalité plus souple et surtout plus sécurisante pour l’apprenti, qui pourra conserver la rémunération et la protection sociale attachées à son contrat d’apprentissage. Les effets de cet article seront, j’en suis convaincue, importants et permettront de multiplier les mobilités longues.
    L’article 2 de votre proposition de loi s’inscrit dans le même esprit de simplification et vise à faciliter le recours aux mobilités pour les apprentis, en simplifiant les démarches de partenariats pour les acteurs, notamment les CFA qui, grâce à leurs référents mobilité et à la force de leurs réseaux, démarchent des entreprises et écoles étrangères pour trouver des opportunités de mobilités à leurs apprentis. De nombreuses conventions cadres de coopération en matière de mobilité sont ainsi signées entre écoles, pour des mobilités académiques.
    Toutefois, le droit français en vigueur oblige l’école étrangère à signer chacune des conventions individuelles de mobilité des jeunes apprentis français. Outre la difficulté administrative évidente que cela constitue pour les gestionnaires dans chaque pays, c’est un véritable frein à la conclusion de partenariats et in fine aux mobilités, notamment dans le supérieur, alors que, dans certains cursus – je pense notamment aux formations d’ingénieur –, une période de mobilité est nécessaire à l’obtention du diplôme. Vous ne vous en êtes pas satisfaits ; je vous approuve. L’article dispensera ainsi l’organisme de formation étranger de l’obligation de signer les conventions individuelles de mobilité dès lors qu’une convention cadre existe. Cette mesure pragmatique sera, je le sais, saluée par les réseaux de CFA pour la simplification qu’elle permet et le temps qu’elle permettra de dégager pour leurs équipes, afin que celles-ci accompagnent toujours mieux les jeunes.
    Enfin, votre proposition de loi relèvera le défi de l’égalité entre les apprentis, en offrant un socle de protection sociale et en ouvrant la possibilité d’une harmonisation de la prise en charge des frais par les opérateurs de compétences. Les parcours seront sécurisés, grâce à différentes aides financières perçues par le CFA ou l’apprenti, lors de la construction de son projet de mobilité.
    Pour les familles des apprentis, un point capital est la protection sociale. Actuellement, quand celle attachée au contrat d’apprentissage français est suspendue lors de la mobilité, il revient à l’apprenti lui-même d’en trouver une autre. Si certains opérateurs de compétences peuvent compenser une partie de ces frais, les pratiques sont inégales et ne permettent pas de gommer les inégalités. En effet, s’assurer socialement à l’étranger peut être particulièrement onéreux. Cette proposition de loi offrira une solution efficace, en garantissant à tous les jeunes en mobilité un socle de financement de leur protection sociale. Cette mesure forte, porteuse d’égalité, en rassurant parents et apprentis, permettra de favoriser les départs, en toute sérénité.
    Vous l’aurez compris, il s’agit ce matin de voter pour le développement des mobilités des apprentis, avec cette proposition de loi pragmatique et efficace, qui lèvera les derniers freins empêchant certains de nos jeunes d’accéder à l’expérience unique d’une formation à l’étranger. Je salue à nouveau le travail transpartisan et d’intérêt général mené par le groupe Renaissance, qui a su rassembler au-delà des divergences politiques, grâce à la qualité des échanges menés en son sein et à son souci d’égalité, illustrés notamment durant les discussions concernant la mobilité des apprentis en outre-mer.
    Ce texte élaboré par le groupe Renaissance entre pleinement dans l’objectif gouvernemental de démocratiser et de valoriser la formation en apprentissage. Il s’inscrit en outre dans l’ambition du Gouvernement de développer les apprentissages transfrontaliers, qui permettent à un apprenti d’effectuer l’intégralité de la partie pratique ou théorique de sa formation dans un pays frontalier de la France ou, pour les outre-mer, dans un pays géographiquement proche.
    Je le répète avec force et conviction : en permettant à davantage d’apprentis d’étudier dans un pays de l’Union européenne ou dans le monde, nous leur offrons toutes les clés de la réussite sur le marché du travail français ; nous diffusons également notre savoir-faire, l’excellence de nos formations et un peu de notre culture. La France rayonnera plus fort grâce à ses apprentis.
    Chers députés, vous l’avez compris, vous avez ici l’occasion de vous exprimer en faveur du développement des compétences des jeunes, en les ouvrant à de nouvelles manières de faire, de penser et d’apprendre. Outre les questions d’insertion sociale et professionnelle ou d’accomplissement personnel des jeunes concernés, l’enjeu est de renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe et la construction de la nouvelle génération Erasmus. Le texte permettra enfin d’apporter une nouvelle pierre à notre politique de plein emploi et de bon emploi. Je compte donc sur vous toutes et tous, pour voter largement ce texte. (Applaudissements sur les bancs des groupes RE, Dem et HOR.)

    Discussion générale

    Mme la présidente

  • partager

    Dans la discussion générale, la parole est à M. Michel Castellani.

    M. Michel Castellani

  • partager

    Nous aurions pu parler d’Erasmus lors de la Journée de l’Europe. Cela aurait été un beau symbole tant le programme est un succès de l’Union européenne. Malheureusement nous avons perdu beaucoup de temps sur un autre sujet, dont l’intérêt m’échappe quelque peu : l’obligation de pavoiser le fronton des mairies.
    Le programme Erasmus est justement le contraire d’un ordre vertical et jacobin : il participe assurément au sentiment d’appartenance européen, à la construction d’une identité européenne. Il permet de renforcer les liens entre les différents États membres, par la rencontre, les échanges, comme l’ont indiqué M. le rapporteur et Mme la ministre déléguée.
    Au niveau individuel, il contribue à développer des compétences nécessaires à l’insertion professionnelle, mais aussi à l’épanouissement personnel et culturel. Malheureusement, son pendant Erasmus +, ouvert aux apprentis depuis 1995, ne rencontre pas le même succès. Rares sont ceux qui y recourent, alors même que le nombre d’apprentis augmente en France. En 2021, seuls 18 000 apprentis ont bénéficié d’une mobilité, d’une durée moyenne d’une quinzaine de jours seulement. Alors que dans l’enseignement supérieur 40 000 étudiants en ont bénéficié, pour une durée moyenne de plusieurs mois.
    Soucieux de garantir à tous les étudiants – à l’université comme en apprentissage – les mêmes chances de partir à l’étranger, les membres du groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires soutiennent donc cette proposition de loi, qui permettra de lever les freins à la mobilité internationale des alternants.
    Le texte lèvera un premier frein d’ordre juridique. Le droit en vigueur, qui prévoit deux types de mobilité pour les apprentis et les personnes en contrats de professionnalisation, empêche le maintien de la rémunération du jeune pour les mobilités de plus de quatre semaines. Aussi, nous considérons que la piste d’un droit d’option entre mise en veille et mise à disposition est intéressante, notamment pour les grandes entreprises qui disposent d’une filiale à l’étranger et souhaitent y envoyer les alternants en mission. Cela permettra à leur filiale française de continuer à rémunérer leur apprenti, tout en permettant à celui-ci de vivre une expérience à l’étranger. La mesure risque en revanche d’être sans effet sur les entreprises de taille plus modeste, qui seront sans doute peu nombreuses à mettre à disposition des alternants et à leur garantir une rémunération. Si nous sommes favorables à cette proposition, nous sommes donc lucides quant au nombre potentiellement limité d’apprentis concernés.
    Le principal frein demeure financier. La priorité est de garantir des revenus suffisants aux apprentis. Il faut démocratiser Erasmus + au-delà de l’enseignement supérieur, en s’assurant que le programme profite à tous, particulièrement aux familles les moins aisées. La proposition de loi ne prévoit malheureusement rien sur ce point pourtant important.
    Nous souscrivons à l’objectif de prise en charge par les Opco des coûts de la mobilité et de la protection sociale. L’article 3 mériterait toutefois d’être plus explicite sur ce point, plutôt que de renvoyer à un décret la fixation des règles de prise en charge forfaitaire. Il faut écrire noir sur blanc que les cotisations sociales seront bel et bien prises en charge par le CFA ou l’organisme de formation.
    Le montant des bourses doit être revu, car il ne compense pas la perte de rémunération des apprentis. La récente réforme annoncée par le Gouvernement n’apaise absolument pas cette préoccupation ; nous le regrettons. Au-delà des freins financiers, il faut aussi tout mettre en œuvre pour faciliter l’accès à l’information et l’accompagnement. Les référents mobilité doivent être présents dans tous les CFA ; ils sont encore trop peu nombreux et inégalement répartis.
    En commission, nous avons abordé la création d’un portail unique de la mobilité en apprentissage : nous souscrivons pleinement à un tel projet. Quels engagements ont été pris à ce stade en la matière ? Enfin, notre groupe appelle à poursuivre la réflexion sur les dispositifs d’échange pour les apprentis ultramarins et leur évaluation, car leur situation géographique et économique tout à fait particulière constitue un frein supplémentaire.
    Même s’il reste donc des obstacles à lever pour démocratiser le programme Erasmus +, notre groupe soutiendra la proposition de loi.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Fanta Berete.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Comme l’a souhaité le président Emmanuel Macron et comme le montrent les derniers chiffres de la Dares – direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques –, l’apprentissage est devenu la voie royale pour trouver un emploi.
    La loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, adoptée grâce à la précédente majorité, a grandement boosté l’alternance. Les chiffres démontrent incontestablement les résultats obtenus par le Gouvernement en matière de plein emploi : nous comptions 500 000 apprentis dès 2019 ; nous approchons actuellement du million. Nous avons donné aux Français les moyens de se saisir de cette chance qu’est l’apprentissage pour transformer leur destin et ils l’ont fait ! Notre pays va de l’avant, les jeunes se forment et le chômage se réduit progressivement.
    Dans le prolongement de cette réussite indéniable, nous devons transformer l’essai pour encourager les apprentis à vivre une partie de leur cursus au-delà de nos frontières. En effet, les bienfaits d’une mobilité ne sont plus à démontrer. L’apprentissage d’une langue, le développement de soft skills tels que l’adaptation ou l’ouverture à la nouveauté, l’immersion dans une culture différente et l’acquisition de nouvelles techniques professionnelles constituent autant d’atouts qui renforcent l’employabilité de nos jeunes.
    Pourtant, le constat est sans appel : les alternants ne représentent que 10 % des apprenants en mobilité et ils sont encore trop peu nombreux à bénéficier d’une réelle expérience d’immersion dans un pays étranger.
    Le cadre légal actuel, bien que consolidé peu de temps après son élaboration, ne présente pas la souplesse nécessaire pour faciliter et augmenter les départs. Lever les freins persistants au développement de la mobilité internationale des alternants, telle est l’ambition de la proposition de loi de notre collègue Sylvain Maillard.

    M. Didier Le Gac

  • partager

    Excellente proposition de loi !

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Elle prévoit des mesures importantes, attendues par les employeurs, les CFA ou les associations comme Euro App Mobility, dans le fil des préconisations de l’Igas dans son rapport de décembre 2022 sur le développement de la mobilité européenne des apprentis.
    L’article 1er propose deux modifications majeures. La première dispose que le contrat pourra être exécuté en partie à l’étranger, pour une durée qui ne pourra excéder la moitié de la durée totale du contrat, mais qu’il n’aura plus à être exécuté en France pendant une période minimale de six mois. La seconde revient sur la mise en veille systématique du contrat en cas de mobilité supérieure à quatre semaines, en créant un droit d’option. Ainsi, quelle que soit la durée du contrat, la mobilité s’accompagnera au choix, soit d’une mise en veille du contrat, soit d’une mise à disposition. Cette dernière solution permettra de sécuriser l’apprenti en ne suspendant plus de façon automatique la responsabilité de l’employeur et donc, en maintenant notamment la rémunération et la protection sociale des apprentis. Ainsi, nous l’espérons, ceux-ci pourront partir plus longtemps. En effet, selon les données de l’agence Erasmus +, entre 2014 et 2020, seuls 933 alternants sont partis plus d’un mois hors de France.
    L’article 2 assouplit l’obligation de mettre en place une convention individuelle de mobilité dans le cas où une convention de partenariat préexiste entre les organismes de formation français et étranger. Cette convention individuelle, obligatoire pour les alternants, était jugée trop rigide par les acteurs de terrain, voire contre-productive, puisqu’ils observaient que les universités d’accueil à l’étranger privilégiaient souvent les étudiants, aux dépens des alternants, devant tant de complexité administrative.
    Pour faire face à la disparité des prises en charge des coûts de la mobilité, l’article 3 encourage une convergence entre les opérateurs de compétences et encadre, au niveau réglementaire, leur caractère forfaitaire, leur périmètre, le nombre de versements par contrat, leur plafond et leur minoration en cas d’octroi d’une bourse. Cet article prévoit également que les frais engagés par les CFA ou les organismes de formation seront obligatoirement compensés par l’opérateur de compétences. Ainsi, aucun apprenti ne renoncera à partir en mobilité faute de couverture sociale.
    Sur ce point, je tiens à saluer le travail de fond que nous avons mené, avec mon équipe, en lien avec les chambres de commerce et d’industrie (CCI) qui nous ont alertés sur cette hétérogénéité des prises en charge, ceci afin de veiller à ce que les frais de la mobilité pèsent moins sur les CFA et sur les apprentis.
    Mes chers collègues, le législateur doit, entre autres, faciliter et simplifier la vie des Français. Ici, il s’agit de rendre leur vie professionnelle plus facile et plus mobile à l’international, en particulier pour les plus jeunes apprentis qui évoluent au sein des structures d’enseignement et de formation professionnels et qui ont vocation à entrer rapidement sur le marché du travail.

    Mme la présidente

  • partager

    Merci de bien vouloir conclure.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Il faut donc adopter cette proposition de loi afin de sécuriser leur départ. (Applaudissements sur les bancs des groupes RE, Dem et HOR.)

    M. Didier Martin

  • partager

    C’est très clair !

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Victor Catteau.

    M. Victor Catteau

  • partager

    La semaine dernière, en commission, nous avons eu l’occasion d’examiner cette proposition de loi visant à faciliter la mobilité internationale des alternants, en rendant les programmes d’échange plus accessibles, notamment par le biais de la suppression des freins administratifs et l’attribution d’aides financières et logistiques.
    De telles mesures sont essentielles, tant pour l’épanouissement personnel et professionnel de la jeunesse de notre pays que pour la santé et la compétitivité du marché du travail. Il est en effet difficile de comprendre la mise à l’écart des étudiants sous contrat d’apprentissage lorsque l’on voit les bénéfices du programme Erasmus pour les étudiants universitaires au cours des dernières années. Il est capital que les alternants de notre pays disposent des mêmes chances que les autres étudiants et puissent partir en échange à travers l’Europe, et le reste du monde. Alors que la concurrence internationale est féroce et que la France est progressivement déclassée sur le plan économique, de tels échanges sont indispensables.
    En en bénéficiant pleinement, les alternants français pourront acquérir des compétences linguistiques et professionnelles, mais aussi développer un réseau de contacts internationaux qui leur sera utile tout au long de leur longue vie professionnelle.
    La proposition de loi constitue une première étape pour parvenir à ces objectifs, en permettant aux alternants français de vivre une expérience enrichissante à l’étranger, et de découvrir de nouvelles méthodes de travail. Elle permettra également de développer un principe de réciprocité clair dans les échanges, et donnera aux entreprises françaises la possibilité de bénéficier, elles aussi, d’un afflux d’étudiants étrangers, faisant ainsi rayonner le génie et le savoir-faire français.
    L’intérêt de ce texte est donc double : pour les étudiants qui pourront se former à l’étranger et ouvrir leur esprit à d’autres cultures ; pour les entreprises de notre pays qui bénéficieront à leur tour de l’apport d’étudiants étrangers désireux d’apprendre et de transmettre, eux aussi, de nouveaux savoir-faire.
    Depuis longtemps, le Rassemblement national plaide pour un renforcement de l’action de l’État en faveur des jeunes, en proposant des mesures concrètes, telles que l’octroi de nouvelles aides financières. Nous sommes heureux de constater les améliorations apportées à cette proposition de loi, ainsi plus juste et plus égalitaire, en accord avec notre vision. Il faut que ces nouvelles mesures soient accessibles au plus grand nombre grâce à la mise en place d’aides financières destinées à favoriser le départ des alternants les plus précaires.
    Mais les quelques avancées ne vont pas assez loin et présentent plusieurs limites. Il conviendra donc d’améliorer le dispositif dans les années à venir. L’une de ces limites, c’est le choix des destinations proposées aux étudiants. Nous déplorons que la mobilité s’effectue principalement au sein des pays de l’Union européenne, au détriment des autres régions du monde. Les trente-trois pays membres du programme Erasmus + ne sont pas suffisants – nous restons européanocentrés.
    Il est indispensable de renforcer la mobilité de nos alternants dans le reste du monde en multipliant, par exemple, les accords d’échanges bilatéraux avec des pays qui se situent en dehors du continent européen. Ainsi, tant pour nos étudiants que pour notre économie, il serait bénéfique d’établir ou de renforcer nos partenariats avec le continent africain. Afin d’élargir les possibilités d’échanges en Afrique, en particulier dans les pays d’Afrique francophone, nous pourrions nous appuyer sur les accords existants avec certains pays d’Afrique de l’Est, qui permettent aux étudiants de Mayotte et de La Réunion de partir en échange. Ainsi, la création d’un Erasmus de la francophonie pourrait renforcer les bénéfices de cette proposition de loi, en offrant de nouvelles possibilités de mobilité à nos étudiants tout en renforçant nos liens avec les pays en question.
    Bien qu’incomplète, cette proposition de loi constitue une première étape pour répondre à un véritable besoin des jeunes Français. Elle est globalement en adéquation avec la vision que porte notre présidente de groupe, Marine Le Pen. C’est pourquoi, en cohérence avec ce que nous défendons et avons toujours défendu, nous voterons en faveur de ce texte. (Applaudissements sur les bancs du groupe RN.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Hendrik Davi.

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Renforcer l’apprentissage en facilitant la mobilité, tel est l’objet de la présente proposition de loi. Qui s’opposerait à la mobilité des jeunes en Europe ? Les voyages ne forment-ils pas la jeunesse ? Rappelez-vous L’Auberge espagnole ! Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions et je suis toujours méfiant quand le prospectus est trop beau, surtout quand ceux qui vous vendent le produit sont des macronistes – on doit reconnaître que les députés de la start-up nation possèdent un véritable savoir-faire en termes de marketing, sauf peut-être pour les retraites…
    Pour comprendre une politique, il faut commencer par en faire la généalogie et regarder l’ensemble de la logique qui la sous-tend. Pour comprendre le rôle que vous attribuez à l’apprentissage, il est d’abord nécessaire d’examiner votre politique concernant l’enseignement professionnel dans sa globalité.
    Or les trois derniers quinquennats ont affaibli l’enseignement professionnel public, avec un cocktail dévastateur de mépris pour les qualifications et de soumission aux intérêts du grand patronat,…

    Mme Fanta Berete

  • partager

    C’est n’importe quoi…

    M. Emeric Salmon

  • partager

    Ce n’est pas le sujet !

    M. Hendrik Davi

  • partager

    …les déclarations récentes du Président n’y changeant rien. Entre 2010 et 2022, les effectifs des lycées professionnels ont baissé de 78 000 élèves tandis que, sur la même période, les voies générale et technologique en gagnaient 200 000.
    En outre, les personnels de l’enseignement professionnel se mobilisent car ils sont les laissés-pour-compte d’un service public de l’éducation lui aussi asphyxié. Pourquoi le service public de l’enseignement professionnel est-il démantelé ? Le premier objectif est simple : faire place au privé afin que les plus riches fassent, comme sur notre santé, des profits sur l’enseignement professionnel – c’est par exemple le cas pour l’enseignement professionnel agricole.
    Deuxième objectif, fournir une main-d’œuvre corvéable à merci (Mme Maud Petit s’exclame) grâce à l’apprentissage et, troisième objectif, il s’agit de remplacer les qualifications du système scolaire par les compétences requises par l’entreprise avec, au passage, une individualisation de tous les parcours.
    Ajoutons quelques éléments de contexte : avec la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, dite Pénicaud, chaque branche professionnelle, chaque entreprise a la main sur la formation professionnelle et agricole ; avec la loi du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants – la loi Ore – et Parcoursup, les formations privées du supérieur bénéficient d’un cadre avantageux – je suis bien placé pour le savoir – et prospèrent en profitant de l’apprentissage.
    Le tout-apprentissage est la clé de voûte de votre système, du CFA au bac + 5 – d’ailleurs, vous le revendiquez –, financé par le contribuable, avec un déficit abyssal pour France Compétences de 5,9 milliards d’euros en 2022.
    Le système est-il favorable aux jeunes ? Non, ils sont en réalité perdants : un contrat d’apprentissage sur trois se solde par une rupture avant terme – vous n’en parlez jamais –, un sur quatre par un abandon définitif sans diplôme.

    M. Carlos Martens Bilongo

  • partager

    Eh oui !

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Attachés à leur poste de travail, ces jeunes sont plus vulnérables que jamais en cas d’évolution de l’outil de production, de délocalisation ou de faillite de leur entreprise, car leur employabilité est locale et sa validité, limitée dans le temps. Les entreprises sont également perdantes : ce système alimente la pénurie de travailleurs qualifiés, alors que nous avons besoin d’eux, et rend plus difficile le recrutement. Rien ne remplace jamais la qualification…
    Comprendre le contexte permet de se faire un avis sur ce texte qui ne constitue qu’une étape de plus dans cette politique d’ensemble. Cette étape supplémentaire peut être dangereuse : envoyer des jeunes qui connaissent mal la langue sur des chantiers à l’étranger risque de l’être pour leur sécurité.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Comment apprend-on les langues étrangères ?

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Cette étape supplémentaire renforce les inégalités : tous les jeunes ne disposent pas des mêmes moyens pour se rendre à l’étranger. Ceux qui profiteront de cette mobilité, leur permettant d’ajouter une ligne à leur CV, seront avantagés par rapport aux autres. En outre, cette étape supplémentaire constitue une véritable aubaine pour les formations privées du supérieur, notamment dans le commerce.
    Enfin, et surtout, cette mobilité doit être souhaitée, et non contrainte. La relation entre apprenti et employeur étant extrêmement inégale, rien n’indique que la mobilité ne sera pas contrainte.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Arrêtez ! Les jeunes veulent partir !

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Travaillant dans la recherche, j’ai connu trop de chercheurs obligés d’aller travailler à l’étranger, sacrifiant leur couple, voire leur famille, car la mobilité était un sésame pour un poste. Ne généralisons pas cette injonction dogmatique à la mobilité !

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Là, vous parlez de votre propre vie !

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Eh oui ! Mais où sont les garde-fous pour éviter un usage contraint de la mobilité ? Je ne suis pas contre la mobilité, en Europe, aux États-Unis ou en Afrique francophone, nous en reparlerons. Mais le plus urgent, ce sont des moyens pour renforcer l’enseignement des langues étrangères, préalable à toute mobilité. Il faut également octroyer une allocation d’autonomie…

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Ah oui, toujours…

    M. Hendrik Davi

  • partager

    …et de vraies bourses pour accompagner les projets de mobilité. Si nous voulons renforcer l’enseignement professionnel, redonnons des moyens au CFA, aux lycées professionnels…

    M. Didier Le Gac

  • partager

    Et que faites-vous de la réforme des lycées professionnels ?

    M. Hendrik Davi

  • partager

    …et aux formations professionnalisantes du supérieur, comme les brevets de technicien supérieur (BTS) et les bachelors universitaires de technologie (BUT) qui, malheureusement, sont sous-dotés. Vous l’avez compris, pour l’instant, le groupe LFI-NUPES votera contre cette proposition de loi. (Exclamations sur les bancs des groupes RE et Dem.)
    Quel dommage, madame la ministre déléguée, que vous ayez annulé votre visite demain à Marseille. Nous aurions pu en débattre, et vous auriez pu en discuter avec tous les personnels et les organisations syndicales…

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Évidemment, vous êtes sur le terrain !

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Je salue cette initiative parlementaire qui vise à faciliter la mobilité internationale des alternants et des apprentis. C’est l’occasion de faire le point sur l’apprentissage et sur le soutien que nous devons lui apporter, ainsi qu’à toutes les formations en alternance.
    La reconnaissance de l’apprentissage progresse depuis plusieurs années dans notre pays. Une autre culture est en train de l’emporter : celle du choix de l’apprentissage pour monter en compétence, pour apprendre un métier, pour acquérir des savoirs.
    Depuis plusieurs années, les choses vont mieux, s’organisent et nous allons dans la bonne direction. C’est un choix politique opposé de celui de la fin des années 1980 quand, au nom d’un dogme égalitariste, et d’un postulat stupide, notre pays fait le choix d’amener toute une génération au baccalauréat, et de la confiner au sein de l’éducation nationale, plutôt que de favoriser l’apprentissage pour soutenir la montée en compétence.
    Nous sommes nombreux à considérer que l’apprentissage est une voie de réussite, le chemin vers l’insertion professionnelle. Je suis donc favorable à la promotion, pour les apprentis aussi, de la mobilité internationale, qui reste pour eux une exception. Erasmus ne doit pas être le privilège des universités ; il ne doit pas être réservé à l’enseignement supérieur. La situation montre que les départs sont insuffisants car trop compliqués, ce que les rapports confirment.
    Le groupe Les Républicains est d’accord pour simplifier l’accès au dispositif, pour sécuriser la mobilité en matière de rémunération, de protection sociale, de conditions d’accueil, pour ouvrir les possibilités de mobilité à tous les alternants.
    La proposition de loi vise à répondre au constat que les apprentis sont peu nombreux à se rendre à l’étranger, notamment en Europe, et que leurs séjours sont plus courts que ceux de leurs homologues européens. Les raisons en sont connues : elles sont juridiques – le contrat d’apprentissage rend les mobilités difficiles ; relatives au manque d’autonomie de certains apprentis, en particulier ceux des niveaux 3 et 4 ; elles sont aussi linguistiques, puisqu’un niveau insuffisant peut faire obstacle au fait d’aller travailler et se former à l’étranger. En outre, certaines entreprises ne sont pas assez convaincues des effets bénéfiques de la mobilité, pour les apprentis et pour elles-mêmes. Enfin, les financements sont peut-être insuffisants ; le système de bourses, propre à chaque Opco, n’est pas assez lisible et fluide. Tout cela est trop compliqué.
    Le texte tend à simplifier et à uniformiser ; il va dans la bonne direction. Nous sommes favorables à une promotion plus puissante et plus efficace de la mobilité des apprentis ; en ce sens, la proposition de loi est utile. Il s’agit d’une expérience bénéfique à la fois pour les apprentis, qui trouveront ailleurs une formation différente et enrichiront ainsi leur bagage, et pour les entreprises, qui recueilleront les fruits de l’expérience acquise. Les économies nationales aussi trouveront avantage à mieux se connaître et mieux se comprendre. Chacun y gagnera.
    Le groupe Les Républicains soutient l’ouverture internationale pour favoriser la réussite des apprentissages et devrait donc voter le texte. Toutefois, monsieur le rapporteur, vous avez évoqué un texte consensuel. Certes, il l’est par son esprit, même si nous avons compris qu’un des groupes ne le voterait pas, mais je veux dénoncer clairement, pour l’avenir, l’approche unilatérale, verticale – conforme à l’enseignement de votre maître –, peu propice à la coconstruction, que vous avez adoptée en commission. En effet, vous avez repoussé des amendements : il s’agit d’une façon de faire désuète et inopportune si nous voulons trouver des solutions pour faire avancer le pays. Votre attitude ne s’accorde pas aux concessions qu’une majorité relative doit accepter, tout particulièrement dans une période difficile pour le pays, lorsque les gens responsables et de bonne volonté cherchent des solutions à même de le sortir de la crise. Vous avez conservé l’approche qui prévalait lors du précédent quinquennat ; j’aspire à la voir évoluer pour l’examen des textes consensuels à venir.

    Mme Emmanuelle Anthoine

  • partager

    Il a raison !

    M. Stéphane Viry

  • partager

    S’agissant des conventions de mobilité Erasmus qui seront délivrées aux établissements, je souhaite que tous les établissements soient éligibles à la charte Erasmus, que personne ne soit exclu de la mobilité internationale. Or j’ai cru comprendre que certaines décisions n’allaient pas dans cette direction. Quelles sont vos intentions en la matière, madame la ministre déléguée ?
    Malgré ces réserves, et en fonction du sort des amendements déposés, le groupe Les Républicains devrait voter cette proposition de loi. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Maud Petit.

    Mme Maud Petit

  • partager

    Il y a fort longtemps, Montaigne écrivait que les voyages forment la jeunesse.

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    Il n’était pas apprenti !

    Mme Maud Petit

  • partager

    Le célèbre moine humaniste Érasme avait fait sien cet adage, voyageant à travers l’Europe pendant de longues années pour s’enrichir de ses différentes cultures. Le texte de Sylvain Maillard que nous examinons tend à l’appliquer concrètement aux alternants, en instaurant un Erasmus de l’apprentissage. Il vient ainsi à compléter les dispositions de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.
    La mobilité constitue une chance ; expérience enrichissante et gage d’autonomie, elle valorise le parcours personnel. Elle favorise l’acquisition de compétences nouvelles et utiles, atout non négligeable pour l’insertion professionnelle dans une société mondialisée. Comme leurs camarades étudiants, les alternants doivent pouvoir en bénéficier. C’est le cas de 7 000 à 10 000 d’entre eux ; 80 % de ces jeunes sont issus de l’enseignement secondaire et 45 % viennent d’un milieu social populaire. Nous devons encourager ce facteur d’inclusion et de justice sociale. Pour y parvenir, il faut lever certains freins administratifs et juridiques.
    Les objectifs juridiques sont ambitieux. Il s’agit de simplifier le dispositif de mobilité internationale des apprentis et de garantir aux alternants des conditions d’accueil optimales, notamment en matière de protection sociale et de rémunération.
    Voici les principales dispositions adoptées à l’issue de l’examen du texte en commission. L’article 1er permet de choisir le cadre de la mobilité, entre la mise en veille du contrat pendant la durée du séjour et une mise à disposition. Cette mesure facilitera les séjours à l’étranger, par exemple au sein de filiales de grandes entreprises. L’article 2 simplifie les signatures de conventions en prévoyant des délégations élargies. La formation théorique pourra ainsi se dérouler pour partie dans un autre pays. L’article 3 assure le droit à une couverture minimale gratuite pour les apprentis, quel que soit le pays. L’article 3 bis, ajouté en commission, prévoit l’établissement d’un rapport qui dresse un état des lieux des bourses et aides financières destinées aux apprentis qui souhaitent partir à l’étranger, et examine les perspectives en matière d’harmonisation.
    En cherchant à simplifier et à améliorer les dispositifs de séjour à l’étranger pour les apprentis, votre texte, cher Sylvain Maillard, contribue à atteindre l’objectif du Gouvernement de permettre à la moitié d’une classe d’âge d’avoir passé, avant d’atteindre 25 ans, au moins six mois dans un autre pays européen. C’est une belle perspective.
    Particulièrement attaché à l’émancipation et à l’épanouissement des jeunes, ainsi qu’aux échanges avec les pays étrangers, notamment en Europe, le groupe Démocrate soutient cette belle initiative du groupe Renaissance. L’unité dans la diversité est une force et le restera.
    À l’issue de l’examen en commission, le texte a été adopté sans modification significative. Notre groupe n’a pas souhaité déposer d’amendement pour l’examen en séance, considérant que la rédaction était satisfaisante. Il salue une avancée pour la place des jeunes Français, de l’Hexagone et d’outre-mer, dans le territoire européen. Il votera donc la proposition de loi. (Applaudissements sur les bancs du groupe RE.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Anna Pic.

    Mme Anna Pic

  • partager

    Au lendemain de la célébration de la construction européenne, le 9 mai, nous nous réjouissons de discuter de l’un des projets européens les plus positifs : Erasmus. Ce programme est l’antithèse de l’organisation de l’Union européenne selon la logique de marché. Depuis 1987 et l’arrivée d’un socialiste, Jacques Delors, à la tête de la Commission européenne, cet outil d’émancipation profite à des millions de citoyens européens. Erasmus est aussi un formidable rempart contre l’idéologie de repli que prône l’extrême droite – le groupe Rassemblement national n’a proposé d’échanges qu’avec des pays francophones.

    M. Emeric Salmon

  • partager

    Ce n’est pas vrai !

    Mme Anna Pic

  • partager

    À ces apôtres du repli sur soi, nous opposons les mots de Léon Blum en 1948 : « Il y aurait une incroyable régression à considérer aujourd’hui un peuple quelconque comme une sorte d’unité close, dont la vie échappe à la connaissance et au jugement des autres peuples. Cette autarcie politique et intellectuelle serait aussi absurde et elle me paraît encore plus scandaleuse que l’autarcie économique. » Voir l’Europe, c’est sortir de l’autarcie intellectuelle et politique.
    Au vu des chiffres cités lors de l’examen en commission, la question se pose néanmoins de l’accessibilité de cet outil d’émancipation pour toutes et tous, dans la durée. Depuis six ans, chaque année, 155 alternants en moyenne partent plus d’un mois en Erasmus, soit 933 en tout. Votre rapport le montre, monsieur le rapporteur : sur les 100 000 mobilités financées par l’agence française, on compte un peu plus de 7 000 alternants. L’inégalité est donc criante, ou les inégalités : outre celle qui concerne les alternants, il est évident que les coûts financiers d’un séjour de plusieurs mois à l’étranger sont plus difficiles à assumer pour les bénéficiaires issus des classes populaires.
    Pourtant, nous connaissons tous les avantages du programme. Bien sûr des bourses et des financements existent, mais le titre de cette proposition de loi, « visant à faciliter la mobilité internationale des alternants », ne serait-il pas plus ambitieux que son contenu ? Le groupe Socialistes et apparentés soutiendra les mesures proposées, mais nous regrettons que la question des moyens ne soit pas abordée, non plus que celle de l’expansion d’un projet dont trop peu d’alternants bénéficient, sans que les contraintes administratives soient seules en cause. Je profite donc de la présence au banc de la ministre déléguée pour suggérer que le Gouvernement s’engage envers les jeunes et moins jeunes qui ne sont pas issus de l’enseignement supérieur et qui souhaiteraient participer à l’aventure, mais qui rencontrent des difficultés économiques ou tout simplement qui pensent que le programme Erasmus est réservé à l’université. Il faut les accompagner économiquement et mieux communiquer. Madame la ministre déléguée, il faudrait donc plus d’ambition que vous n’en montrez avec ce simple texte, et plus de moyens. Pourquoi pas un Erasmus universel pour tous les Européens ?
    Enfin, parce que cette proposition de loi nous offre l’occasion d’évoquer la situation des alternants et des apprentis, je dénonce avec force la réforme du lycée professionnel, engagée par Emmanuel Macron. Parce qu’elle nourrit la confusion entre apprentissage et enseignement, qu’elle allonge et rémunère les périodes en entreprise de lycéens, cette réforme est révélatrice de la vision du Président et de ses ministres successifs : loin de favoriser l’émancipation des lycéens, ils souhaitent les asservir aux logiques de marché, et ce aux frais de l’État et au détriment de leur orientation. Avec la réforme, les élèves de terminale devront choisir entre un stage prolongé en entreprise, en vue d’une insertion professionnelle immédiate après le bac, et un module de quatre semaines pour préparer une entrée en classe de préparation au BTS. Cette mesure institutionnalise le tri social comme une fatalité.
    En supprimant quatre-vingts filières, vous fermez des portes menant à des métiers, des compétences. Que dire également de vos précédentes réformes du lycée professionnel qui ont diminué le nombre d’heures d’atelier et donc la qualité de la formation professionnelle, ainsi que celui des heures consacrées aux humanités, aux langues et aux sciences humaines, dont les connaissances sont pourtant le socle indispensable à la formation de tout citoyen européen ? (Applaudissements sur les bancs des groupes LFI-NUPES et Écolo-NUPES.)
    Erasmus ne concourt pas à former des travailleurs corvéables et multitâches ; c’est un outil d’émancipation. Vous l’aurez compris, le vote du groupe Socialistes sur ce texte n’est pas un blanc-seing à votre politique à l’égard de la jeunesse et de la formation, bien au contraire. Nous soutenons les quelques mesures de votre proposition de loi qui favorisent l’Erasmus de l’apprentissage, mais nous défendrons, avec force, la justice sociale et la voie professionnelle, que vous détruisez méthodiquement, comme vous menacez, petit à petit, notre édifice social. (Applaudissements sur les bancs des groupes Écolo-NUPES et GDR-NUPES.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Paul Christophe.

    M. Paul Christophe

  • partager

    Depuis sa création en 1987, plus de 3,5 millions de jeunes ont bénéficié du programme Erasmus et ont ainsi enrichi leurs compétences linguistiques, découvert de nouvelles pratiques professionnelles et culturelles, et développé leur réseau international. Avec ces milliers de retours d’expérience très positifs, le programme a fait la preuve de son intérêt ; les jeunes comme les entreprises le plébiscitent.
    Néanmoins, les apprentis ne représentent que 5 % des effectifs concernés ; ils participent généralement à des échanges beaucoup plus courts, aux moindres bénéfices. Freinée par des obstacles juridiques et financiers, la mobilité des apprentis s’est développée au ralenti, ce qui crée une forte inégalité d’accès au dispositif.
    Par ailleurs, cette majorité a toujours œuvré pour renforcer l’apprentissage dans notre pays et en faire une voie d’excellence. D’abord, la réforme du gouvernement d’Édouard Philippe,…

    M. Jean-Paul Lecoq

  • partager

    C’est bon ! Il l’a cité !

    M. Paul Christophe

  • partager

    …avec la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, a rendu ses lettres de noblesse à l’apprentissage. Ensuite, le plan « 1 jeune, 1 solution », entré en vigueur pendant la pandémie de covid-19, a instauré une aide exceptionnelle et ainsi facilité le recrutement de milliers d’alternants, pour tous les contrats conclus entre juillet 2020 et décembre 2022. Cette mesure a été prolongée pour tous les contrats d’apprentissage ou de professionnalisation conclus au cours de l’année 2023.
    Enfin, la réforme des bourses, annoncée en mars dernier par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Sylvie Retailleau, permettra de revaloriser les bourses étudiantes et d’ouvrir de nouveaux droits à plus de 35 000 étudiants boursiers supplémentaires, pour un budget total de 500 millions d’euros. Ces nombreuses mesures ont contribué au succès de cette formation qui, depuis 2018, a séduit plus de 2,5 millions de jeunes.
    Nous pouvons nous réjouir du développement de l’apprentissage, véritable pont entre enseignement général et enseignement professionnel. En découvrant le monde du travail, les apprentis acquièrent directement de nouvelles compétences. À la fin de leurs études, leurs formations expérimentées, qui sont un atout indéniable pour les entreprises, leur permettent une insertion de qualité dans la vie active.
    Pour toutes ces raisons et conformément aux déclarations de la Première ministre Élisabeth Borne, notre objectif consiste à renforcer la dynamique enclenchée depuis 2017 et à former un million d’apprentis par an d’ici à 2027. Pour y parvenir, nous devons améliorer l’attractivité des formations en développant notamment la mobilité à l’étranger des apprentis. Si le cadre de l’apprentissage en France a été considérablement assoupli et adapté, ce qui a permis de multiplier par deux le nombre d’alternants, les dispositions permettant de réaliser une partie de son apprentissage à l’étranger demeurent trop strictes et limitent les possibilités d’internationalisation des cursus.
    La proposition de loi de notre collègue Sylvain Maillard vise à simplifier les conditions d’accès au dispositif, afin de confirmer le succès de l’apprentissage dans notre pays – nous l’espérons. Son article 1er autorise l’employeur à mettre à disposition un apprenti pour une mobilité de plus de quatre semaines, tout en maintenant sa rémunération. L’article 2 clarifie le cadre juridique des conventions individuelles de mobilité. L’article 3 organise une convergence des niveaux de financement de la mobilité par les Opco et la garantie d’une couverture sociale minimale gratuite pour tous.
    Enfin, un article additionnel, inséré par amendement en commission des affaires sociales, demande un rapport sur les financements et les bourses alloués à la mobilité internationale des apprentis. Madame la ministre déléguée, je vous invite à y voir un amendement d’appel visant à faire évoluer les modalités d’accompagnement financier des projets de mobilité internationale des apprentis. Nous connaissons votre attachement au renforcement des bourses allouées aux étudiants ; le Gouvernement l’a récemment démontré en leur octroyant une enveloppe supplémentaire de 500 millions. Nous ne doutons pas de votre volonté de prendre cet enjeu en considération.
    Grâce à ces quatre articles, ce texte permettra de lever les freins juridiques qui empêchent certains jeunes d’améliorer leurs compétences linguistiques et d’enrichir leurs pratiques professionnelles en réalisant une partie de leur apprentissage dans un pays étranger.
    Le groupe Horizons et apparentés partage la volonté du groupe Renaissance de faire de l’apprentissage un vecteur de transmission de compétences, et de la mobilité à l’international un outil de celle-ci. La présente proposition de loi, par le développement d’un Erasmus de l’apprentissage, serait pour la jeunesse un remarquable facteur d’intégration dans un marché du travail mondialisé et une formidable occasion de découvrir la diversité culturelle et professionnelle existante. Le groupe Horizons et apparentés la votera donc, comme l’ensemble des groupes ici présents – nous l’espérons. (Applaudissements sur les bancs des groupes HOR et RE.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Jean-Claude Raux.

    M. Jean-Claude Raux

  • partager

    Les mobilités permises par le programme Erasmus sont l’occasion pour les jeunes européens de vivre ensemble, de s’entraider, de se respecter et de s’ouvrir aux autres. Elles sont l’occasion de vivre une expérience fondatrice pour tout Européen. Bien qu’imparfaites, elles forgent les citoyennes et les citoyens qui feront l’Europe de demain : plus inclusive, plus soutenable, plus résiliente et plus juste.
    Le programme Erasmus est né en 1987 d’une ambition commune : coopérer en Europe dans le domaine de l’éducation. Le programme s’est transformé en 2014 en Erasmus + et regroupe l’ensemble des anciens programmes européens dédiés à l’éducation, à la formation, à la jeunesse et au sport. Pensé à l’origine pour les étudiants de l’enseignement supérieur, le programme Erasmus + concerne désormais des publics plus larges. Depuis 2014, près de 850 000 personnes ont bénéficié d’une mobilité pour étudier, faire un stage ou du volontariat, participer à un échange, suivre une formation ou enseigner, à l’étranger.
    Le texte que nous nous apprêtons à examiner a pour objet de faciliter la mobilité Erasmus pour les étudiants et les étudiantes en apprentissage. Il corrige une inégalité dans l’accès à l’éducation et à la mobilité internationale pour tous les étudiants. En permettant de ne plus réserver les mobilités Erasmus aux seuls étudiants de l’enseignement supérieur, il est porteur d’égalité et de justice sociale – il faut le reconnaître. Si les voyages forment la jeunesse, ils doivent former toutes les jeunesses ! C’est un premier pas, qui ne lève cependant pas tous les freins à l’accès à ces mobilités : les étudiants en formation professionnelle ne représentent que 22 % de l’ensemble des demandes de mobilité Erasmus.
    La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a permis la création de référents mobilité au sein des CFA. Toutefois, ceux-ci sont encore trop peu nombreux et les informations manquent pour construire de véritables projets de mobilité. Pour donner les mêmes possibilités à tous les étudiants, il faut leur fournir les moyens d’être accompagnés dans leur démarche. C’est à ce titre qu’en commission, mon collègue Sébastien Peytavie a déposé un amendement d’appel visant à créer un portail unique, qui inclurait une cartographie des dispositifs favorisant la mobilité européenne des apprentis et permettrait un recensement des bourses et des aides correspondantes. Sur ce point, nous sommes toutes et tous d’accord : il est évident qu’une demande de rapport ne suffit pas.
    Le groupe Écologiste-NUPES espère donc vivement que le Gouvernement profitera de l’examen de ce texte pour annoncer un calendrier de développement de cette plateforme tant attendue. Pour que cet accompagnement soit effectif, notre groupe appelle également à disposer d’un état des lieux de la généralisation des référents mobilité au sein des CFA, clefs de voûte du dispositif.
    Enfin, si les bourses du programme Erasmus + ont été augmentées, leur montant varie en fonction du pays de destination ; elles peuvent se révéler insuffisantes, en particulier pour les étudiants les plus précaires. Tous les étudiants et étudiantes devraient avoir la possibilité de partir se former à l’étranger, quels que soient leur milieu d’origine, leurs revenus et leurs études. À défaut de pouvoir demander une augmentation de la bourse Erasmus + ou un complément de ressources lorsque cela est nécessaire, nous avons cependant la possibilité d’agir en faveur d’une harmonisation des dispositifs de soutien financier existants. S’il y a aussi, à l’échelle régionale, des aides financières à destination des apprentis, ces dispositifs varient selon les territoires, ce qui engendre d’importantes inégalités d’accès.
    Notre groupe se réjouit que son amendement visant à obtenir un état des lieux des aides financières existantes et de leurs perspectives d’harmonisation ait été adopté en commission : c’est un enjeu d’égalité d’accès aux opportunités et de réduction des inégalités entre les territoires, dont la puissance publique doit pleinement se saisir. Bien sûr, un rapport ne suffira pas, mais c’est un premier pas.
    À l’issue de l’examen de ce texte, les freins juridiques, financiers et administratifs au développement de la mobilité internationale des apprentis seront encore nombreux, mais la proposition de loi aura eu le mérite de s’attaquer à certains d’entre eux. Nous aurions aimé qu’elle aille plus loin, afin que l’idéal européen soit accessible à toutes et à tous, que le programme Erasmus soit un acte fondateur de la jeunesse européenne et qu’il reste un succès européen.
    Parce que ce programme est le premier fondement d’une Europe des citoyennes et des citoyens, notre groupe votera ce texte.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Yannick Monnet.

    M. Yannick Monnet

  • partager

    Je me fais ce matin le porte-parole de mon collègue réunionnais Frédéric Maillot, empêché au dernier moment d’être présent :
    « Depuis La Réunion, on compte 15 000 kilomètres pour aller au Canada et 2 000 pour aller en Inde faire son alternance ; sachant que la logique est une manière méthodique de se tromper en toute confiance, qu’est-ce qui vous semble le plus logique ? La logique européocentrée est favorisée et rendue prioritaire. La proposition de loi le souligne : durant l’expérience à l’étranger des alternants, leurs droits sociaux et leur rémunération ne sont pas garantis. Pendant leur mobilité, seule une mise en veille du contrat est possible, puisqu’elle dure moins de quatre semaines – une ineptie quand on connaît les prix d’un billet et d’un logement ! Les entreprises ont alors le choix de se dédouaner de leurs responsabilités sociales ou de les maintenir.
    « Cette proposition de loi donne une chance aux alternants de suivre leur formation théorique ailleurs que dans un CFA français. C’est une occasion à saisir ! Pourtant, il existe plusieurs écueils sur le chemin de leur réussite.
    « Un million d’alternants, 6 000 euros par an et par apprenti : ce sont les chiffres voulus par le Gouvernement, mais la taxe d’apprentissage n’est pas suffisante pour permettre un tel niveau de financement. La dette structurelle de France Compétences s’élève à 9 milliards d’euros ! Depuis la libéralisation des CFA en 2018, 1 500 CFA ont été créés, mais sont-ils vraiment efficaces ?
    « Le deuxième écueil porte sur la protection des alternants. Ici comme à l’étranger, ils doivent être payés et protégés ; ils ont donc besoin d’une mise à disposition et non d’une mise en veille de leur contrat. L’excellence de nos alternants passe par la garantie de leurs droits, parce qu’ils ne se contentent pas de traverser la route pour travailler : ils traversent des océans.
    « Le troisième écueil est leur rémunération. Il faudrait une garantie de ressources, comme Jean Arthuis l’a préconisé. Nous devons surtout sortir des schémas de pensée actuels. En tant que fervent défenseur de la préférence régionale, je défends l’opinion suivante : la mobilité ne peut plus être uniquement européocentrée. Jusqu’à maintenant, le Canada et les pays européens sont les premiers pays mis en avant pour la mobilité. Dès lors qu’il s’agit d’un choix réfléchi et désiré par l’alternant, je n’y vois pas d’opposition. Mais le bassin océanique est riche de possibilités et de compétences. Nos voisins de l’océan Indien sont des puissances émergentes et nous avons tout à gagner à accroître nos liens avec eux.
    « Nous devons œuvrer à la coopération régionale. À titre d’exemple, la région Réunion soutient un Erasmus de l’océan Indien, en partenariat avec le Mozambique, le Kenya et l’île Maurice. Nous vous invitons à prendre exemple sur cette initiative, car nous devons et nous pouvons aller plus loin. Un paradoxe persiste : des dispositifs existent, mais sont trop peu connus, alors qu’ils apportent des solutions. Ainsi, pour favoriser une mobilité indo-océanique, nous pourrions améliorer l’identification des structures d’accueil et la sensibilisation des jeunes et des entreprises.
    « Si faire partir nos jeunes nécessite l’accompagnement des politiques publiques, il est important et cohérent de déployer la même énergie pour les faire revenir, afin que la porte de la mobilité ne soit pas celle du non-retour. Telles sont nos propositions, qui n’attendent que votre approbation, puisque nous ne sommes pas opposés par principe à cette proposition de loi, qui a du sens. Nous attendons cependant que nos amendements reçoivent des avis favorables. Mes chers collègues, ne jouons pas aux apprentis sorciers et aux politiciens avec l’avenir de nos apprentis. » (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR-NUPES et sur quelques bancs du groupe Écolo-NUPES.)

    Mme la présidente

  • partager

    La discussion générale est close.
    La parole est à M. Sylvain Maillard, rapporteur.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Mes chers collègues, je voudrais tout d’abord vous remercier pour vos propos et vos encouragements. Il me semble que cette proposition de loi fait l’unanimité sur nos bancs, ou quasiment. Je m’en réjouis, en particulier pour les apprentis.
    Aimer véritablement l’Europe, c’est la vivre : il faut que chaque jeune puisse avoir un rendez-vous avec elle, pour l’aimer et la construire. Concrètement, il nous revient, secteur par secteur – aujourd’hui nous parlons de l’apprentissage –, d’identifier les freins qui empêchent les jeunes de partir.
    Notre collègue Castellani est favorable à ce texte et s’inquiète de son succès. Je me souviens des discussions sur nos bancs en 2018, lors de l’examen de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, et des inquiétudes qui s’étaient exprimées de part et d’autre de l’hémicycle. Nous constatons désormais qu’elle est un vrai succès. Il nous fallait transformer l’apprentissage : c’est ce que nous avons fait. Il importe désormais de transformer l’Erasmus de l’apprentissage : c’est ce que nous ferons.
    Ma chère Fanta Berete, je vous remercie pour vos propos, mais surtout pour votre engagement à mes côtés pour élaborer cette proposition de loi. Ce que nous avons vécu il y a quelques semaines au CFA d’Orly – je l’ai évoqué à la tribune – a renforcé notre conviction : il est essentiel que les jeunes souhaitant partir – et ils sont nombreux – puissent le faire. Les apprentis que nous avons rencontrés sont revenus différents de leur expérience à l’étranger ; ils ont même poussé leurs enseignants à changer leur façon de faire en matière de mécanique automobile, parce que les Italiens réparent les voitures différemment des Français. Cette façon de travailler et d’expérimenter l’Europe, à titre non seulement à titre personnel, mais aussi professionnel, les a profondément transformés. Les six apprentis avec lesquels nous avons discuté ne souhaitaient qu’une seule chose : repartir, notamment pour apprendre une langue étrangère. Nous en reparlerons.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Monsieur Catteau, je me réjouis de vous voir satisfait que des apprentis étrangers viennent étudier et travailler en France – j’ai bien fait de me lever ce matin –, alors qu’il me semblait que vous souhaitiez plutôt fermer les frontières. J’espère qu’à compter de ce matin, votre parti changera vraiment de doctrine. Nous verrons bien.

    Mme Sophie Blanc

  • partager

    N’importe quoi ! Vous mélangez tout !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Notre collègue Davi…

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    Ici représenté !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    …commence son discours en demandant qui peut s’opposer à la mobilité des jeunes en Europe. C’est très simple : lui et vous, députés du groupe LFI-NUPES, assumez d’être depuis toujours opposés à l’apprentissage pour de nombreuses raisons. En effet, vous estimez qu’un jeune ne doit pas travailler en entreprise, c’est une véritable différence politique entre nous. Je suis surpris et ne comprends pas le cheminement politique qui conduit le parti de Jean-Luc Mélenchon à s’opposer à l’apprentissage,…

    Mme Karen Erodi

  • partager

    Pas du tout !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    …alors même que celui-ci fut ministre délégué à l’enseignement professionnel, chargé des questions relatives à l’apprentissage.

    M. Carlos Martens Bilongo

  • partager

    Pas pendant quatre ans !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    M. Davi s’est demandé si on ne forcerait pas les jeunes à partir à l’étranger.

    M. Carlos Martens Bilongo

  • partager

    Il leur faudrait plutôt un travail en France !

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Plusieurs d’entre vous sont en relation avec les CFA. Je connais peu de jeunes qui, lorsqu’ils sont aidés et accompagnés, notamment au niveau financier, ne veulent pas vivre une aventure à l’étranger. Quand on est jeune, on a envie de découvrir le monde ; c’est triste si tel n’est pas le cas. Je n’ai pas bien compris cette phrase, qui est hors de propos ; du reste, je ne suis pas convaincu que l’ensemble de votre groupe y souscrive.
    Monsieur Viry, je connais votre engagement en faveur de l’apprentissage et me souviens des doutes que vous aviez exprimés en 2018 lors de l’examen de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Vous l’avez dit : ces mesures ont eu un succès incroyable, au-delà des dispositions de la loi de 2018, car, à chaque fois que l’on rapproche le monde de l’apprentissage de celui de l’entreprise, cela fonctionne. Nous avons regardé ce qui fonctionnait à l’étranger, notamment en Allemagne ou en Suisse. Ce que nous voulons, c’est transformer la culture de l’apprentissage, qui a déjà évolué – vous l’avez dit. Je me souviens que nous en avions discuté avec Muriel Pénicaud, en nous demandant comment nous financerions ces mesures si le nombre d’apprentis dépassait 500 000, ce qui serait un bon problème. Nous y sommes. Nous devons donc trouver des financements et continuer à avancer.
    Vous avez soutenu que le système de prise en charge des coûts par les Opco doit être plus homogène ; nous partageons cet objectif. S’agissant de la demande de rapport au Gouvernement, vous m’avez reproché de ne pas avoir retenu en commission des amendements que vous défendrez à nouveau en séance. J’ai toujours considéré – je suis constant depuis six ans – qu’il revient aux parlementaires de se saisir de l’application d’une proposition de loi, alors que je conçois qu’on demande au Gouvernement la remise d’un rapport sur l’application d’un projet de loi.
    Néanmoins, nous ferons preuve d’ouverture sur des points fondamentaux. En commission, j’ai déjà émis des avis de sagesse sur la demande de rapport au Gouvernement ; nous aurons l’occasion d’en parler lors de l’examen des articles.
    Je remercie Maud Petit pour son soutien constant. Je sais à quel point le MODEM est attaché à l’Europe, attachement qui est un pilier fondateur de son groupe.
    Mme Pic, députée du groupe Socialistes et apparentés, a souligné que la question essentielle était celle des moyens. Donner aux jeunes apprentis les moyens financiers de partir est précisément au cœur de la proposition de loi, dont les trois premiers articles sont consacrés à cette question. En effet, lorsqu’on parle de lever les freins, il s’agit également des freins financiers. Je n’ai donc pas vraiment compris sa position. Néanmoins, je me réjouis qu’elle ait apporté son soutien à la proposition de loi. Par ailleurs, nous discuterons prochainement dans l’hémicycle de la formation et des lycées professionnels.
    Je remercie Paul Christophe pour son soutien. Pour que l’apprentissage soit un succès, c’est une affaire de volonté – vous l’avez souligné. Pendant des années, nous avons tous entendu que l’apprentissage était une voie royale. Depuis six ans, nous le développons, nous lui allouons des moyens, nous levons les freins ; nous continuerons à le faire. Dans les années à venir, nous ne manquerons pas d’identifier d’autres obstacles.
    Monsieur Raux, vous avez dit que le texte était porteur d’égalité. Je suis convaincu que les apprentis ont également le droit de bénéficier d’une mobilité européenne, que nous avons le devoir de garantir. Le texte propose des solutions afin de les accompagner.
    Vous avez également souligné que le nombre d’apprentis qui bénéficient d’une expérience d’immersion dans l’Union européenne est faible, notamment lorsque la durée du séjour est supérieure à quatre semaines – le cadre juridique est un véritable obstacle aux mobilités excédant cette durée. Nous leur permettrons de partir longtemps, de vivre une expérience, notamment humaine, qui les transformera, leur apportera des compétences supplémentaires et leur permettra de découvrir le monde, au-delà de la formation technique – je m’en réjouis avec vous.
    Enfin, notre collègue Monnet a évoqué la mobilité des apprentis d’outre-mer, qui représente une des grandes avancées que nous défendons depuis quelques mois. Nous avons abordé cette question en commission, nous aurons l’occasion d’en reparler lors de la discussion des amendements. Vous avez notamment évoqué Mayotte et La Réunion. L’ordonnance du 22 décembre 2022 relative à l’apprentissage transfrontalier a ouvert aux apprentis la possibilité d’effectuer une partie de leur formation avec tous les pays de la façade orientale de l’Afrique et l’ensemble des archipels – madame la ministre déléguée y reviendra ; il s’agit d’une véritable avancée.
    Vous avez raison de souligner que la mobilité coûte très cher, notamment dans les outre-mer. Les séjours qui excéderont quatre semaines, voire atteindront deux à trois mois, seront plus faciles à organiser. Bien entendu, monsieur Lecoq, la proposition de loi prévoit des mesures relatives aux apprentis d’outre-mer ; les outre-mer sont essentiels.

    Discussion des articles

    Mme la présidente

  • partager

    J’appelle maintenant, dans le texte de la commission, les articles de la proposition de loi.

    Article 1er

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Yannick Monnet, pour soutenir l’amendement no 10.

    M. Yannick Monnet

  • partager

    Il vise à ajouter l’information sur la mobilité nationale et internationale des apprentis aux missions des entreprises les accueillant. Cet accompagnement doit se faire en lien avec les référents mobilité des CFA, dont le rôle doit être renforcé.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Nous avons déjà discuté de l’objet de cet amendement, sur lequel j’émets un avis défavorable. Pour essentielle que soit la délivrance d’une bonne information aux apprentis, il ne paraît pas indispensable d’en faire une obligation légale pesant sur l’employeur.
    Alors que la loi prévoit que ce dernier s’engage à faire suivre à l’apprenti la formation dispensée par le CFA ou qu’il veille à son inscription et à sa participation aux épreuves du diplôme, l’organisation d’une mobilité ne répond pas à la même logique puisqu’elle ne constitue qu’une faculté pour l’apprenti.
    Pour mémoire, la loi confie au CFA la mission d’encourager la mobilité nationale et internationale des apprentis « en nommant un personnel dédié » à cette tâche. Il revient aux CFA de dispenser cette information.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    La loi du 5 septembre 2018 prévoit déjà l’obligation pour les CFA de nommer un référent mobilité. En vertu des alinéas 10 et 11 de l’article L. 6231-2 du code du travail, la mobilité internationale doit être encouragée et le suivi pédagogique des apprentis assuré.
    De plus, la loi relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l’action publique locale, dite 3DS, et la proposition de loi précisent le contenu de la convention-cadre, notamment l’obligation pour l’employeur d’informer sur les conditions d’apprentissage et certaines modalités liées à l’apprentissage européen ou international.
    Enfin, je souhaite rappeler la démarche d’Euro App Mobility, association qui organise le partenariat entre les entreprises et les écoles, encourage le développement de l’apprentissage au sein des CFA et anime un réseau de référents, qu’elle professionnalise. La volonté d’informer les jeunes est largement partagée, afin de susciter chez eux le désir de mobilité. Ce sont probablement les CFA qui en assureront la meilleure transmission, notamment auprès des employeurs. Certains se sont déjà engagés dans ce sens, à l’instar des entreprises membres du Global Deal, que j’ai réunies hier au ministère, et qui devraient partager leur expérience relative à la mobilité. Avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Jean-Paul Lecoq.

    M. Jean-Paul Lecoq

  • partager

    Madame la ministre déléguée, je vous entends bien et serais tenté de dire que je bois vos paroles. Je suis un enfant des lycées techniques, j’ai été en contact avec l’entreprise. Dans mon métier d’électricien, de nombreux aspects des rencontres avec mes maîtres de stage en entreprise m’ont passionné, du reste, bien davantage que l’apprentissage théorique.
    Le fait que les entreprises promeuvent l’intérêt d’aller à l’étranger afin de découvrir ce qui se passe ailleurs et qu’elles organisent des échanges avec ceux qui ont bénéficié de la mobilité est une richesse. Cette mesure est complémentaire – et non antagoniste – à ce que vous défendez, à savoir le rôle que doivent jouer les CFA et les professionnels qui y travaillent.
    Les CFA comme les entreprises doivent prendre part à cette promotion. Faisons en sorte que, y compris dans l’entreprise, cette question soit abordée calmement. Les employeurs savent comment s’y prendre, ils sont organisés, ont l’appui des chambres de métiers, et sont parfois gestionnaires de CFA. Il s’agit de mettre au cœur du projet de loi non pas l’obligation – car il est impossible de contrôler son respect – mais la responsabilité, pour les employeurs, de porter ce message. Tel est le sens de l’amendement. Ne le rejetez pas car il présente une mesure complémentaire à ce que vous suggérez. Réfléchissez bien !

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    C’est tout réfléchi !

    (L’amendement no 10 n’est pas adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    Les amendements rédactionnels nos 26 et 25 de M. le rapporteur sont défendus.

    (Les amendements nos 26 et 25, acceptés par le Gouvernement, successivement mis aux voix, sont adoptés.)

    Mme la présidente

  • partager

    L’amendement no 24 de M. Nicolas Ray est défendu.

    (L’amendement no 24, repoussé par la commission et le Gouvernement, n’est pas adopté.)

    (L’article 1, amendé, est adopté.)

    Article 2

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Dominique Potier, pour soutenir l’amendement no 9, qui fait l’objet d’un sous-amendement.

    M. Dominique Potier

  • partager

    Le groupe Socialistes, vous l’avez compris, soutient l’initiative de la majorité. Par cet amendement technique, mais important pour les alternants ou les apprentis, nous proposons de rendre obligatoire la transmission de la convention conclue en France à l’organisme de formation d’accueil situé dans ou hors de l’Union européenne. Cette transmission est importante au regard du continuum du projet de formation, de la connaissance que doit avoir l’organisme d’accueil des qualités et des éventuelles faiblesses de l’apprenti et du projet pédagogique dans lequel s’inscrit son apprentissage hors de nos frontières.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Victor Catteau, pour soutenir le sous-amendement no 39.

    M. Victor Catteau

  • partager

    Il s’agit de préciser que la transmission de la convention doit se faire dans le respect de la législation applicable en matière de protection des données à caractère personnel.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    L’amendement va à l’encontre de l’objectif de la proposition de loi, qui est de simplifier.
    L’accord de partenariat comportera plusieurs stipulations relatives aux engagements de l’organisme d’accueil vis-à-vis de l’alternant en mobilité. Il est également prévu qu’une liste nominative des alternants concernés soit annexée à ces accords. Toutes les garanties leur seront donc apportées pour qu’ils jouissent d’une protection similaire à celle dont ils bénéficient actuellement.
    Encore une fois, le texte vise à lever tous les freins qui entravent la mobilité des alternants. Gardons-nous donc de complexifier un dispositif qui, précisément parce qu’il est trop complexe – au-delà de la question des moyens –, ne fonctionne pas comme il le devrait et n’est pas à la hauteur des enjeux.
    C’est pourquoi je demande le retrait de l’amendement et du sous-amendement ; à défaut, avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Même avis que le rapporteur.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Dominique Potier.

    M. Dominique Potier

  • partager

    Si l’on veut simplifier les choses en Europe, mieux vaut intervenir dans d’autres domaines que celui-ci. Il s’agit tout de même de plusieurs mois de la vie d’un jeune.
    La transmission de la convention, notamment de son objet, est un élément important du continuum pédagogique. Notre proposition me semble frappée au coin du bon sens ! Grâce au numérique, il s’agit d’une simple formalité, qui représenterait une sécurité pour tous, notamment pour le jeune, lequel est au cœur de nos préoccupations. Je maintiens donc l’amendement, et j’appelle nos collègues à le soutenir.
    Monsieur le rapporteur, vous ne pouvez pas construire des propositions de loi de manière consensuelle en refusant le dialogue sur des éléments aussi importants. Votre refus me paraît incongru.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    J’entends ce que vous dites, monsieur Potier. Mais notre objectif est simple : il est de lever les freins. On pourrait ajouter plein d’éléments et accepter des amendements venant de partout, car il y a beaucoup de bonnes idées. Mais nous avons étudié la manière dont les choses se passent concrètement, en nous rendant dans les CFA, en rencontrant les différents acteurs, et ceux-ci nous demandent de simplifier le dispositif, pour qu’il fonctionne.
    Il ne s’agit pas de concevoir un système idéal, qui serait parfait vu d’ici, mais de faire en sorte qu’il fonctionne. Encore une fois, j’entends vos arguments. Toutefois, si nous ne levons pas les freins, le dispositif sera magnifique, voire parfait, mais personne ne s’en saisira. C’est pourquoi j’émets un avis défavorable.

    (Le sous-amendement no 39 n’est pas adopté.)

    (L’amendement no 9 n’est pas adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur, pour soutenir l’amendement no 36.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    L’article 2 prévoit que la signature de la convention individuelle de mobilité par l’organisme de formation d’accueil ne sera pas nécessaire lorsqu’une convention de partenariat liera déjà cet organisme aux organismes de formation français. Par cet amendement, nous proposons d’étendre cette simplification – vous êtes nombreux à l’avoir demandé, avec raison – au contrat de professionnalisation afin que celui-ci soit soumis au même traitement que le contrat d’apprentissage.
    Ainsi, la signature de la convention individuelle de mobilité par l’organisme de formation d’accueil ne sera pas nécessaire lorsqu’une convention de partenariat liera déjà cet organisme à toute structure française chargée de dispenser des enseignements généraux, professionnels et technologiques du contrat de professionnalisation.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Cet amendement va dans le sens de l’évolution que souhaite promouvoir le Gouvernement en facilitant la mobilité européenne et internationale des apprentis. Nous souhaitons réfléchir avec les partenaires sociaux à une alternance tout au long de la vie. L’amendement contribue à la progression des droits de l’ensemble de ces actifs, notamment en alternance. Avis favorable.

    (L’amendement no 36 est adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    Sur les amendements no 20 rectifié et identique, je suis saisie par le groupe Renaissance d’une demande de scrutin public.
    Le scrutin est annoncé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

    (L’article 2, amendé, est adopté.)

    Après l’article 2

    Mme la présidente

  • partager

    Je suis saisie de deux amendements identiques, nos 20 rectifié et 34 rectifié.
    La parole est à Mme la ministre déléguée, pour soutenir l’amendement no 20 rectifié.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Il s’agit d’écarter l’application de la limite d’âge d’entrée en apprentissage, qui est de 29 ans révolus, dans le cadre de l’accueil d’apprentis d’autres États de l’Union européenne en mobilité.
    Il est admis que la mobilité européenne des apprentis, notamment la mobilité longue, sera facilitée par le développement de partenariats permettant l’échange d’apprentis entre structures d’accueil et structures d’envoi. Il y va de l’application d’un principe fondamental de l’Union européenne : la réciprocité. Or les législations des États membres comportent des dispositions variables concernant la limite d’âge d’entrée en apprentissage sur leur territoire. Ainsi, en l’état du droit français, les CFA sont contraints de refuser l’échange d’alternants européens âgés de plus de 29 ans, ce qui limite l’application du principe de réciprocité et rend plus complexe la conclusion de véritables partenariats entre écoles en matière de mobilité. Cette situation constitue un frein au développement des parcours d’échange européens.
    L’amendement permet de tenir compte de la diversité des situations pour l’accueil d’apprentis de l’Union et de multiplier les partenariats sur notre continent. Il me paraît essentiel pour favoriser les échanges au sein de l’Union européenne. En outre, il manifeste la volonté de la France de s’inscrire pleinement dans le cadre ambitieux défini par la Commission européenne, qui se traduit par l’organisation de l’année européenne des compétences, que nous avons lancée cette semaine.
    J’en suis convaincue : la mobilité internationale de nos apprentis ne peut pas être envisagée à travers le seul prisme du droit national. Nous devons tenir compte de la diversité des situations juridiques existant sur notre continent. C’est par l’attention que nous portons aux règles qui régissent l’alternance chez nos voisins que nous favoriserons le sentiment d’unité qui doit guider notre action en la matière.
    Pour ces différentes raisons, je vous demande de voter cet amendement essentiel au développement de l’espace européen de l’apprentissage que nous appelons de nos vœux.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Fanta Berete, pour soutenir l’amendement no 34 rectifié.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Vous connaissez la devise de l’Union européenne : Unie dans la diversité. Cette diversité est une richesse mais elle nécessite parfois une coordination pour supprimer les contraintes qui freinent la mobilité des Européens. Ainsi, en matière d’apprentissage, les États membres appliquent, sur leurs territoires respectifs, des dispositions différentes concernant la limite d’âge d’entrée en apprentissage.
    Vous n’êtes pas sans savoir que la mobilité européenne est fondée sur le principe selon lequel, pour qu’un apprenti parte, il faut qu’un autre apprenti vienne. L’amendement, soutenu par le groupe Renaissance, vise donc à écarter la limite d’âge, qui est de 29 ans révolus, pour faciliter l’accueil d’apprentis de ceux des États membres de l’Union européenne qui, comme l’Allemagne, autorisent l’apprentissage après 29 ans.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Je remercie Mme la ministre déléguée d’avoir déposé l’amendement no 20 rectifié, sans quoi l’amendement no 34 rectifié aurait subi le couperet de l’article 40. Il s’agit d’un point fondamental : en Europe, chaque pays a, du fait de son histoire, un rapport différent à l’apprentissage, de sorte que la limite d’âge, notamment, varie d’un État à l’autre. Or, Erasmus repose sur le principe de réciprocité : pour que nos jeunes puissent partir, il faut que des apprentis européens viennent en France. Nous devons donc offrir à ceux d’entre eux qui sont âgés de plus de 29 ans et 364 jours – qui est la limite d’âge actuelle – la possibilité de venir se former dans notre pays. C’est l’objet de ces amendements.
    Je salue Fanta Berete, qui a défendu l’amendement soutenu par groupe Renaissance, lequel souhaite profondément l’adoption de cette mesure, et le président Anglade, dont la présence dans l’hémicycle souligne la dimension européenne du texte. Celui-ci a été conçu pour permettre aux Français de partir à l’étranger mais aussi aux Européens de venir se former en France. Il s’agit d’une belle avancée !

    Mme la présidente

  • partager

    Je mets aux voix les amendements identiques nos 20 rectifié et 34 rectifié.

    (Il est procédé au scrutin.)

    Mme la présidente

  • partager

    Voici le résultat du scrutin :
            Nombre de votants                        60
            Nombre de suffrages exprimés                60
            Majorité absolue                        31
                    Pour l’adoption                54
                    Contre                6

    (Les amendements identiques nos 20 rectifié et 34 rectifié sont adoptés.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry, pour soutenir l’amendement no 3.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Je présume que M. le rapporteur jugera cet amendement satisfait. Cependant, j’ai estimé nécessaire de le déposer car, si, aux termes de la loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, un référent mobilité existe, en principe, dans chaque CFA, avec pour rôle d’être la cheville ouvrière en matière de mobilité – il a pour mission d’organiser les projets, d’encourager la mobilité, de faire le lien avec les pays étrangers, de gérer les demandes de financement… –, je ne suis pas certain qu’il soit opérationnel et efficient partout en France.
    En proposant de réaffirmer le rôle-clé du référent mobilité, je souhaite susciter un débat, provoquer une mobilisation concrète, pour que des directives soient données. Je présume que chaque CFA est doté d’un tel référent, mais j’attends avec impatience les avis de M. le rapporteur et de Mme la ministre.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Vous exprimez une inquiétude, mais il ressort de nos échanges avec les acteurs de terrain qu’ils ne rencontrent pas de difficultés pour désigner des référents mobilité. Faut-il former ces référents, les accompagner et leur donner davantage de moyens ? Probablement. C’est le rôle des centres de formation d’apprentis. Mais il ne nous a pas semblé – en tout cas, cette question n’a pas été évoquée lors des auditions – que leur désignation se heurtait à des difficultés. Demande de retrait ; sinon, avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    L’amendement est effectivement satisfait puisque la loi de 2018 impose déjà à chaque CFA de se doter d’un référent mobilité. J’ai cependant entendu votre appel, et je tiens à vous apporter les éléments complémentaires suivants.
    Selon une étude de 2022 sur les besoins de professionnalisation des CFA diligentée par le ministère du travail, plus de 77 % des CFA n’ont pas rencontré de difficultés pour désigner un référent mobilité. Au-delà, nous avons la volonté d’accompagner la professionnalisation, comme je l’ai indiqué, et le développement des partenariats avec les écoles comme avec les entreprises au niveau international, pour favoriser la mobilité des apprentis français et accueillir des apprentis étrangers.
    Par ailleurs, je sais que vous avez déposé un autre amendement, que nous examinerons bientôt et qui a pour objet de demander au Gouvernement de remettre un rapport sur la bonne application de cette disposition de la loi de 2018. C’est plutôt de cet aspect-là que nous pourrons discuter. Demande de retrait ; sinon, avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Qu’il y ait des référents mobilité désignés dans 77 % des CFA est une chose, mais je suis soucieux d’efficacité. Néanmoins, compte tenu de votre réponse, je retire mon amendement, quitte à revenir sur cette question par la suite afin que nous nous assurions du bon fonctionnement du dispositif.

    (L’amendement no 3 est retiré.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme la ministre déléguée.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    J’ai omis de préciser qu’il y a bien un référent mobilité dans tous les CFA. L’étude montre simplement que 77 % des CFA n’ont pas rencontré de difficultés pour leur installation.

    Article 3

    Mme la présidente

  • partager

    Les amendements nos 27 et 28 de M. le rapporteur sont rédactionnels.

    (Les amendements nos 27 et 28, acceptés par le Gouvernement, sont successivement adoptés.)

    Mme la présidente

  • partager

    Je suis saisie de trois amendements, nos 43, 44 et 13, pouvant être soumis à une discussion commune.
    Les amendements nos 43 et 44 sont identiques.
    La parole est à Mme la ministre déléguée, pour soutenir l’amendement no 43.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    En l’état actuel du droit et en cas de mise en veille du contrat d’apprentissage à des fins de mobilité internationale, les coûts correspondant aux cotisations sociales sont actuellement pris en charge de façon facultative par les opérateurs de compétences. Cela entraîne une double inégalité entre les apprentis et il nous appartient de la corriger. D’abord, les Opco ont établi des forfaits différents : un apprenti dans le commerce ne percevra pas le même montant qu’un apprenti dans l’industrie. Ensuite, en l’absence de garantie de prise en charge de ses frais, il revient à l’apprenti de se couvrir personnellement lors de sa mobilité à l’étranger. Or celle-ci peut coûter cher et, en l’absence de soutien familial, les apprentis sont contraints de renoncer à leur projet.
    Le présent amendement entend par conséquent rendre obligatoire, au niveau législatif, la prise en charge de ces frais lorsqu’ils sont supportés par le CFA ou l’organisme de formation. C’est une mesure importante pour que chaque apprenti bénéficie d’un départ en mobilité sécurisé et serein. C’est aussi la condition d’une égalité entre les apprentis essentielle au développement des mobilités, en particulier des mobilités longues que le Gouvernement entend favoriser afin que chaque jeune d’une classe d’âge puisse passer six mois à l’étranger avant ses 25 ans, ainsi que l’a souhaité le Président de la République.
    Aussi, pour mieux protéger tous les apprentis lors de leur départ, je vous demande de voter cet amendement d’égalité.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur, pour soutenir l’amendement no 44.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    La ministre déléguée vient de présenter excellemment la proposition. Je me contenterai d’ajouter que nous voulons lever les freins, homogénéiser les prises en charge – c’est fondamental et répond à un souhait de l’ensemble des bancs. Il ressort de nos discussions avec les opérateurs de compétences – discussions auxquelles Fanta Berete a participé – qu’il faut en effet uniformiser les prises en charge afin de ne pas démultiplier les coûts. L’idée est simple : faire en sorte que chaque jeune puisse partir dans le cadre d’Erasmus et vivre une expérience européenne, ce qui suppose, j’y insiste, la prise en charge pour tous des cotisations sociales. J’espère que ces amendements identiques seront adoptés à l’unanimité.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Jérôme Legavre, pour soutenir l’amendement no 13.

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    Nous soutenons les deux amendements identiques qui viennent d’être présentés. Reste que si l’article 3 supprime le caractère facultatif de la prise en charge, ce qui est évidemment positif, il renvoie les modalités de la mise en œuvre de la mobilité au domaine réglementaire. C’est pourquoi nous entendons nous assurer que le coût des cotisations sociales sera bien inclus dans le forfait obligatoire pris en charge par l’opérateur de compétences.

    (Les amendements identiques nos 43 et 44 sont adoptés ; en conséquence l’amendement no 13, qui a reçu un avis défavorable de la commission et du Gouvernement, tombe.)

    (L’article 3, amendé, est adopté.)

    Après l’article 3

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme la ministre déléguée, pour soutenir l’amendement no 23, portant article additionnel après l’article 3.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Par le biais du présent amendement, le Gouvernement propose la ratification de l’ordonnance no 2022-1607 du 22 décembre 2022 relative à l’apprentissage transfrontalier. Reconnu par la loi relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l’action publique locale, dite loi 3DS, l’apprentissage transfrontalier permet à un jeune d’effectuer l’intégralité de la partie pratique ou théorique de sa formation en apprentissage dans un pays frontalier. Un jeune pourra ainsi se former dans un CFA français et être employé en apprentissage dans une entreprise allemande. La loi prévoit que ces apprentissages feront l’objet de conventions binationales conclues entre la France et ses voisins directs. Une convention franco-allemande sera ainsi signée avant l’été et nous avons entamé la rédaction de conventions avec le Luxembourg, la Belgique, la Suisse, l’Italie et l’Espagne.
    C’est un véritable espace privilégié de l’apprentissage que nous allons ainsi construire avec nos voisins. La loi 3DS prévoit que nous prenions par ordonnance les mesures permettant d’abord de détailler les règles d’application et d’exclusion de certaines dispositions de la législation française relative à l’apprentissage afin de tenir compte du caractère international de l’apprentissage transfrontalier, mais aussi afin de confier la gestion des contrats transfrontaliers à un opérateur de compétences unique dans le but de simplifier les démarches, et enfin d’adapter les dispositions de la loi aux territoires ultramarins qui ne disposent pas, pour certains, de frontières physiques avec un autre pays.
    Sur ce dernier point, l’ordonnance permet aux territoires d’outre-mer de conclure des conventions visant à ouvrir des apprentissages transfrontaliers avec des pays situés dans leur environnement géographique direct. Pour les territoires antillais, l’ordonnance permet la conclusion de conventions d’opérationnalisation des apprentissages transfrontaliers avec les pays de l’Amérique du Nord ainsi qu’avec les pays de la côte Est de l’Amérique du Sud. (Mme Maud Petit applaudit.) Pour La Réunion et Mayotte, des conventions peuvent être signées avec l’Afrique du Sud.
    Cette ordonnance permet donc aux territoires d’outre-mer de développer ou d’approfondir des partenariats structurants en matière d’apprentissage et ainsi de renforcer l’attractivité de la formation pour leurs apprentis. Pour toutes ces raisons, je vous demande de bien vouloir voter cet amendement de ratification.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Voilà une belle ordonnance que nous serons heureux de ratifier et d’intégrer au texte. Moi qui ai la chance de présider le groupe d’amitié France-Allemagne, j’ai été sensible au fait que vous ayez pris l’exemple de l’Allemagne, madame la ministre déléguée. De nombreux apprentis vont en effet pouvoir se former en France et travailler en Allemagne de façon plus automatique.
    En ce qui concerne les territoires d’outre-mer, la proposition de loi et l’ordonnance constituent une vraie avancée. La Réunion et Mayotte, ainsi que les archipels alentour pourront renforcer leurs nombreux échanges avec l’île Maurice. La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane pourront pratiquer des échanges avec toute la façade Est de l’Amérique du Sud mais aussi avec l’Amérique du Nord. L’Erasmus de l’apprentissage concernera par conséquent presque l’ensemble du monde, ce dont je me réjouis.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Jérôme Legavre.

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    Deux raisons nous conduisent à ne pas partager la vision idyllique de Mme la ministre déléguée et de M. le rapporteur.

    Mme Maud Petit

  • partager

    De toute façon, vous ne voulez pas du texte…

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    La première est que nous n’avons pas un goût très prononcé pour les ordonnances, surtout quand elles sont ratifiées par voie d’amendement. La seconde, sur le fond, est que quand on examine l’ordonnance en question, on peut craindre que ne se créent des dérogations au régime du droit commun en ce qui concerne la protection des jeunes, lesquelles iront vers le moins-disant. (Mme la ministre déléguée fait un signe de dénégation.) Nous sommes en la matière instruits par l’expérience. Je souhaite par conséquent que vous nous apportiez des garanties, ou tout au moins des éléments de réponse, car pour l’heure nous ne sommes guère rassurés.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Fanta Berete.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Il faut de temps en temps savoir se satisfaire de certaines avancées. J’aurais souhaité que, lors de ce débat, les députés ultramarins soient plus nombreux. Depuis le début de la législature, lors de l’examen de chaque texte, ils nous reprochent de ne pas avoir pensé à l’outre-mer, alors même que les députés du groupe Renaissance s’en préoccupent. Vous pouvez sourire, monsieur Legavre, mais il se trouve que ce texte constitue une proposition de la ministre déléguée et du rapporteur.
    Je ne suis pas originaire de ces territoires, je le rappelle, mais je fais partie de ceux et celles…

    M. Fabien Di Filippo

  • partager

    De « celles et ceux » !

    Mme Fanta Berete

  • partager

    …qui, pas après pas, texte après texte, tentent de trouver des solutions pour que le sentiment d’inégalité éprouvé par certains soit pris en compte lorsqu’on fait la loi. Aussi, j’y insiste, vous pourriez de temps en temps applaudir ce que nous proposons. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE. – Mme Maud Petit applaudit également.)

    (L’amendement no 23 est adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry, pour soutenir l’amendement no 1 rectifié.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Je souhaite promouvoir la mobilité internationale et nous allons vraisemblablement voter la proposition de loi. Encore faut-il qu’il ne s’agisse pas que d’un simple texte et que le dispositif monte effectivement en puissance. La France fait-elle le nécessaire ? Je n’en suis pas certain. Nous entendons donc proposer qu’on touche directement les jeunes dans les collèges afin qu’ils sachent qu’ils pourront renforcer leurs compétences, s’ils ont choisi la voie de l’apprentissage, grâce à une expérience à l’étranger.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Nous partageons tous votre intention de mieux faire connaître ce dispositif afin qu’il se déploie le plus largement. Seulement, l’amendement concerne l’éducation nationale, donc seulement 66 000 jeunes sur 837 000 apprentis au total. Ensuite, il ne me semble pas que votre proposition de campagne de promotion relève du domaine de la loi – même si, encore une fois, je partage votre intention. Je suis persuadé que le Gouvernement lancera de telles campagnes, l’intérêt de tous étant que le dispositif fonctionne et soit connu. Je souhaite donc que vous retiriez votre amendement, faute de quoi j’émettrai un avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Le Gouvernement partage pleinement votre volonté, monsieur le député, de mieux promouvoir la mobilité européenne des apprentis, notamment de ceux qui étudient dans les lycées professionnels. Un nombre croissant de lycéens professionnels partent en mobilité, et je tiens à saluer le travail extraordinaire réalisé par les équipes pédagogiques auprès de ces jeunes. Je rappelle à cet égard que 64 000 apprentis sont actuellement inscrits dans un lycée professionnel.
    Si elle doit prendre encore davantage d’ampleur, la promotion de la mobilité en formation professionnelle est déjà une réalité. Il est possible de la retrouver, entre autres, sur les sites de l’Onisep – Office national d’information sur les enseignements et les professions – du Centre Inffo, du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, ainsi que sur celui du ministère du travail, du plein emploi et de l’insertion. Je tiens aussi à rappeler l’action de l’agence Erasmus +, qui dispose d’une équipe d’experts dédiée à l’enseignement et à la formation professionnels, équipe qui promeut la mobilité et qui accompagne les acteurs souhaitant développer des partenariats. Notons enfin que l’association Euro App Mobility promeut et préfigure en quelque sorte la création d’un espace européen de l’apprentissage et de la mobilité.
    Nous adhérons donc pleinement à cette dynamique et lancerons d’ailleurs d’ici à la fin de l’année une campagne d’information et de promotion de l’apprentissage en dehors de nos frontières. Votre amendement étant satisfait, j’en demande le retrait : dans le cas contraire, j’émettrai un avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Jérôme Legavre.

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    En ce qui le concerne, le groupe LFI-NUPES est en désaccord avec cet amendement de notre collègue Viry,…

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Étonnant !

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    …et ce pour une raison très simple : il fait dangereusement écho à l’actuel projet de réforme de la voie et des lycées professionnels.
    Pour répondre à M. le rapporteur, qui s’étonnait tout à l’heure de notre cohérence ou de notre manque de cohérence vis-à-vis de l’apprentissage, je précise que nous ne sommes pas contre l’apprentissage, mais contre sa généralisation et son utilisation en vue de mettre en concurrence les centres de formation privés avec l’enseignement public, qu’il s’agisse des lycées professionnels publics ou des universités. À cet égard, les personnels des lycées professionnels et leurs organisations sont vent debout contre ce projet de réforme, car ils y voient une véritable entreprise de démantèlement et de destruction de l’enseignement professionnel.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Vous avez raison, c’est moche ce que je fais !

    M. Jérôme Legavre

  • partager

    Or par cet amendement, M. Viry nous propose de prêter un concours, certes modeste et s’apparentant à un simple saupoudrage, à des objectifs que nous contestons.
    Pour le dire franchement, au collège comme au lycée, qu’ils enseignent à des classes de quatrième, de troisième ou de seconde, il me semble que les professeurs ont bien mieux à faire que de participer à des campagnes de promotion telles que celles qui nous sont proposées. Il serait selon moi urgent, entre autres, de rétablir toutes les heures de cours qui ont été supprimées par le Gouvernement lors du dernier quinquennat (Applaudissements sur les bancs du groupe LFI-NUPES), ainsi que par les précédents gouvernements, que nous n’avions pas davantage soutenus.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Pour ma part, je prends note de votre rappel, madame la ministre déléguée, sur ce qui existe déjà, et accepte de retirer mon amendement, en espérant que, si elle est votée, la proposition de loi sera correctement appliquée.

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Merci.

    (L’amendement no 1 rectifié est retiré.)

    Mme la présidente

  • partager

    Vous conservez la parole, monsieur Viry, pour soutenir l’amendement no 8.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Il porte sur le rôle des référents mobilité internationale dans l’ensemble des CFA – rôle dont nous venons de parler. En effet, ne serait-il pas utile de faciliter le recours à la mobilité internationale non en nous appuyant sur des référents que l’on pourrait qualifier d’administratifs, mais sur des tuteurs qui seraient présents pour les alternants, les apprenants, avant, pendant et après leur séjour.
    Ce rôle relèvera-t-il bien des compétences, du champ d’attributions des référents tel que vous prévoyez les choses, monsieur le rapporteur ? Si la réponse est oui, je reconnaîtrai qu’il n’est pas nécessaire de désigner des tuteurs, mais je tiens vraiment à m’assurer que les gamines et gamins qui partiront à l’étranger ne seront pas livrés à eux-mêmes, et ce par souci que cette expérience, qui doit être profitable à toutes et tous, soit une réussite.

    Mme Emmanuelle Anthoine

  • partager

    Très bien dit !

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Je vous rassure, monsieur Viry, il relèvera bien de la compétence du référent mobilité d’accompagner les étudiants, apprentis et alternants partant en mobilité.
    Je rebondirai par ailleurs sur les propos que vous avez tenus tout à l’heure : en effet, il convient de ne pas multiplier le nombre de tuteurs ou de référents. Au contraire, il faut professionnaliser ce rôle – vous l’avez également dit.
    Ce sera donc bien à ces référents d’accompagner les jeunes tout au long de leur mobilité : ce sont eux qui auront les réponses et qui les soutiendront. Ils sont déjà prévus par la loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel – ils sont même au cœur de ce texte –, donc professionnalisons-les, accompagnons-les et formons-les. Leurs attributions étant conformes à ce que vous souhaitez, je vous demande de bien vouloir retirer l’amendement, à défaut de quoi je lui donnerai un avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Même avis.

    (L’amendement no 8 est retiré.)

    Article 3 bis

    Mme la présidente

  • partager

    Les amendements nos 29, 30, 31 et 32 de M. le rapporteur sont rédactionnels.

    (Les amendements nos 29, 30, 31 et 32, acceptés par le Gouvernement, sont successivement adoptés.)

    (L’article 3 bis, amendé, est adopté.)

    Après l’article 3 bis

    Mme la présidente

  • partager

    Je suis saisie de deux amendements, nos 37 et 16, portant article additionnel après l’article 3 bis et pouvant être soumis à une discussion commune. L’amendement no 16 fait l’objet du sous-amendement no 41.
    La parole est à M. Bruno Fuchs, pour soutenir l’amendement no 37.

    M. Bruno Fuchs

  • partager

    Par cet amendement, Christopher Weissberg et moi-même souhaitons étudier les conditions d’un élargissement du programme Erasmus, dont nous connaissons l’ambition, aux pays de la francophonie, notamment africains.
    En 1990, en effet, nous comptions 9 000 coopérants, contre moins de 900 désormais. Nous voyons donc bien que de moins en moins de personnes – Français, membres de la diaspora ou Africains venant travailler en France – participent à ces échanges. Or, si nous voulons concrétiser la stratégie du Président de la République, nous avons besoin que ceux-ci soient nettement plus nombreux, aussi bien dans le domaine professionnel que dans les autres domaines de la société, par exemple le sport ou la culture. Il faut multiplier les points de passage, les interactions et donc développer les relations au-delà du cadre actuel d’Erasmus, en créant un tel programme avec les pays de la francophonie.
    Si la France ne fait pas cet effort, si elle ne promeut pas cette idée, il ne se passera rien, ou presque, alors qu’il y a urgence. C’est pourquoi nous estimons que, dans le cadre de ce texte, le Gouvernement pourrait, sous six mois, produire un rapport sur les conditions de déploiement dans d’autres pays de cet excellent programme Erasmus.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Hendrik Davi, pour soutenir l’amendement no 16.

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Il est similaire et vise également à créer un Erasmus francophone. Il s’agit aussi d’une nouvelle occasion de débattre de nos conceptions de l’Europe et des relations internationales, l’enseignement professionnel constituant un autre point de désaccord entre nous dans le domaine européen, après celles qui ont pu être constatées ces derniers jours.
    Plusieurs blocs font montre d’un comportement impérialiste, en l’occurrence la Chine, les États-Unis et la Russie, et il me semble que, dans ce contexte, vous considérez l’Europe comme une forteresse : une forteresse vouée soit à lutter contre ces impérialismes, soit à y apporter votre soutien lorsqu’il s’agit des États-Unis. Selon nous, il importe que l’Europe soit un espace ouvert, et cette proposition de loi sur la mobilité peut être l’occasion de reprendre la discussion sur la nécessité d’ouvrir le programme Erasmus à l’ensemble des pays de l’espace francophone, avec notamment la venue d’apprentis en France ou leur envoi à l’étranger.
    Je me permets d’être quelque peu solennel : notre ambition a été abîmée par la loi obligeant à pratiquer des frais d’inscription tout à fait exorbitants pour les étudiants étrangers. Si le rapport que nous demandons dans cet amendement pouvait nous conduire à réfléchir de nouveau à cette question et à proposer la création d’un véritable Erasmus francophone, ce serait une très bonne chose.

    Mme la présidente

  • partager

    Le sous-amendement no 41 de M. Victor Catteau est défendu.
    Quel est l’avis de la commission sur ces deux amendements et ce sous-amendement ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Nous en venons donc aux amendements portant article additionnel après l’article 3 bis, lesquels visent à obtenir des rapports.
    Vous souhaitez la création d’un Erasmus de la francophonie. Nous ne pouvons qu’adhérer à cette idée, mais je me permettrai de vous renvoyer la question, car il me semble que ce serait plutôt à l’Assemblée parlementaire de la francophonie de se saisir du sujet. En tant que secrétaire général parlementaire, vous occupez d’ailleurs un poste éminent au sein de cet organisme, si bien que vous pourriez y proposer la conduite de travaux sur le développement d’un programme Erasmus de l’apprentissage, ou même d’un Erasmus général de la francophonie. Il s’agirait d’un bon objectif, d’un bel objet politique, derrière lequel nous pourrions tous nous unir, mais qui, je le répète, devrait plutôt être défendu par l’Assemblée parlementaire de la francophonie.
    Je demanderai donc le retrait de ces amendements visant à obtenir des rapports et, dans le cas contraire, j’émettrai un avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Je rappellerai simplement que le programme Erasmus relève de l’échelon communautaire et non de l’échelon national, ce qui renforcera l’argument énoncé par M. le rapporteur. Comme lui, j’estime que le rapport que vous demandez, monsieur Fuchs, pourrait être réalisé par cet organe consultatif qu’est l’Organisation internationale de la francophonie. Il revient en effet plutôt à cette instance de réfléchir à un telle démarche.
    Je demande donc le retrait de ces amendements, à défaut de quoi mon avis sera défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Fanta Berete.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Nous avions eu cette discussion lors de l’examen d’un amendement déposé par la présidente Fiat, lequel avait retenu notre attention. En effet, nous avons toujours essayé de promouvoir la francophonie, élément que je trouve important dans les rapports Nord-Sud.
    Le programme Erasmus doit permettre à des apprentis d’aller travailler dans un autre pays. S’agissant des pays dont il est question dans ces amendements, notamment ceux d’Afrique de l’Ouest, la difficulté à laquelle pourrait aussi réfléchir votre assemblée, monsieur Fuchs, est celle de la concrétisation, du financement de la démarche. Faire venir chez nous un Guinéen ou un Malien pour une période d’apprentissage serait formidable, mais certaines questions matérielles sont à envisager. Pour ma part, je serais heureuse que vous puissiez instruire ce dossier et nous faire un retour le moment venu.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Bruno Fuchs.

    M. Bruno Fuchs

  • partager

    Je vous remercie de me renvoyer la balle, mais je crains qu’il n’y ait une confusion, que vous entretenez peut-être à dessein, entre francophonie et pays francophones. Nous parlons ici de la relation de la France et de l’Europe avec les pays francophones, mais pas dans le cadre de la francophonie.
    Depuis dix ou vingt ans, nous assistons à un désengagement de la France vis-à-vis de la francophonie. Le principal avantage d’Erasmus est l’apprentissage de l’anglais en Europe. Dit autrement, nous finançons largement ce programme pour que nos jeunes, avant toute chose, apprennent l’anglais, si bien que le revers de la médaille, c’est que cet engagement budgétaire n’est pas nécessairement utile à la France.
    Les meilleurs défenseurs de la langue française sont les Canadiens, les Africains, bref tout le monde sauf les Français. Nous utilisons des slogans comme « Choose France » et de nombreux anglicismes dans nos communications internationales. Si nous ne nous saisissons pas du sujet, nous aboutirons à une réelle démission.
    Quant à l’Assemblée parlementaire de la francophonie, il s’agit d’une belle instance, forte de quatorze permanents. Si nous lançons un rapport, il sera terminé dans un an et demi, et sans moyens derrière.
    Je le répète, si la France ne joue pas un rôle moteur, l’espace de la francophonie se délitera. Il y avait 9 000 coopérants français dans les pays africains en 1990 : désormais, il y en a moins de 900 dans le monde, dont environ 600 en Afrique. Si nous n’investissons pas réellement dans des relations, des échanges avec les pays de l’espace francophone, les Chinois, les Turcs ou les Russes, qui y sont déjà nombreux, le feront.
    Nous ne demandons ici qu’un rapport de faisabilité et non un engagement budgétaire. Il est évident que l’Assemblée parlementaire de la francophonie soutiendra ensuite l’idée, mais la responsabilité incombe bien à la France. Depuis des dizaines d’années, le pays reporte sur les autres sa responsabilité et son engagement en Afrique et dans l’espace francophone. Il est temps de montrer que la France est présente et honore les engagements qui lui incombent, à elle particulièrement.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Erasmus est un programme européen auquel participe la France. Ce n’est donc pas un rapport du Gouvernement ni même de l’Assemblée qui pourrait apporter une réponse. Vous avez cependant tout à fait raison, monsieur Fuchs ; nous entendons et partageons vos préoccupations. Je vous le répète, je pense qu’il convient de saisir l’Assemblée parlementaire de la francophonie. Celle-ci me semble le bon vecteur, car son rôle consiste notamment à porter des idées et à fixer des caps à l’ensemble des pays de la francophonie, dont la France. C’est à vous, dans le cadre de vos prérogatives, de vous saisir pleinement du sujet. Je réitère la demande de retrait de l’amendement. À défaut, avis défavorable.

    (L’amendement no 37 n’est pas adopté.)

    (Le sous-amendement no 41 n’est pas adopté.)

    (L’amendement no 16 n’est pas adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    L’amendement no 2 de M. Stéphane Viry est défendu.

    (L’amendement no 2, repoussé par la commission et le Gouvernement, n’est pas adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    Je suis saisie de deux amendements, nos 12 et 4, pouvant être soumis à une discussion commune.
    La parole est à M. Jean-Claude Raux, pour soutenir l’amendement no 12.

    M. Jean-Claude Raux

  • partager

    Aujourd’hui, les rares occasions de mobilité à l’étranger pour les étudiants apprentis se cantonnent aux CFA les plus volontaristes en la matière. Si la levée des freins juridiques à la mobilité est une nécessité, il convient avant tout de donner aux apprentis les moyens administratifs d’y accéder.
    La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018, déjà évoquée, a élargi les missions des CFA en proposant la création d’un référent mobilité nationale et internationale. Force est de constater cependant que, faute d’accompagnement, ces référents sont encore trop peu nombreux et les informations sur les occasions de mobilité encore trop éparses. Cela engendre, pour les apprentis, des inégalités territoriales d’accès à la mobilité ; comme je l’ai dit tout à l’heure, ceux-ci ne sont à l’origine que de 22 % des demandes de mobilité Erasmus.
    Avec cet amendement de notre collègue Sébastien Peytavie, le groupe Écologiste propose donc d’obtenir un état des lieux de la présence effective des référents mobilité dans les CFA.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry, pour soutenir l’amendement no 4.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Il est de moins en moins aisé, depuis 2018, d’évaluer la situation. Je conviens qu’une demande de rapport n’est pas toujours recevable – vous avez évoqué, monsieur le rapporteur, votre doctrine s’agissant de cette proposition de loi. Il semble toutefois qu’en l’occurrence, un rapport nous permettrait d’être éclairés sur le sujet des référents mobilité, raison pour laquelle j’en fais la demande.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    S’agissant d’une proposition de loi, je pense que c’est aux parlementaires d’établir les rapports. J’entends bien que la nomination et le travail des référents sont un sujet particulier, mais il me semble que l’Igas a apporté de nombreuses réponses dans son rapport de décembre 2022. Ces amendements me semblent donc largement satisfaits. Des avancées peuvent encore être réalisées, mais je pense que nous avons davantage besoin de volontarisme que d’un rapport. C’est la raison pour laquelle je demande le retrait des amendements ; j’émettrai à défaut un avis défavorable.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis du Gouvernement ?

    Mme Carole Grandjean, ministre déléguée

  • partager

    Nous avons eu de nombreux échanges, monsieur le député Viry, sur la question de la promotion de la mobilité internationale des apprentis, sur la communication à ce sujet et sur l’animation du dispositif, au sein notamment des organismes de formation. Nous nous sommes largement accordés sur l’importance de la fonction des référents mobilité : leur nomination effective est clairement la clé de voûte de la réussite de la mobilité des apprentis. Le temps qui s’est écoulé depuis la mise en œuvre de cette obligation, issue de la loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, rend possible aujourd’hui une évaluation de son déploiement. J’émets donc un avis favorable à la demande de rapport formulée par l’amendement no 4 et un avis défavorable à l’amendement no 12.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    Je précise que, s’agissant de l’amendement no 4, sur lequel nous avons déjà échangé et au sujet duquel j’ai exprimé l’avis défavorable de la commission, j’émettrai à titre personnel un avis de sagesse.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Hendrik Davi.

    M. Hendrik Davi

  • partager

    Notre groupe est favorable à l’encadrement de l’apprentissage et considère qu’il est très important d’obtenir un rapport sur les référents mobilité. Je voudrais répondre à M. Maillard au sujet de l’injonction à la mobilité, dont nous avons débattu. Je pense pour ma part que de nombreux jeunes sont motivés pour partir à l’étranger et que ce peut être intéressant pour eux s’ils sont accompagnés, d’où l’importance de ce rapport.
    Mais vous n’avez pas vraiment répondu, monsieur Maillard, à la question de la mobilité contrainte – qui peut prendre deux formes. La contrainte peut venir d’un employeur qui aurait intérêt à envoyer un apprenti dans une filiale à l’étranger alors que ce dernier n’en aurait pas envie, par exemple parce que ce ne serait pas le bon moment pour lui. Mais la mobilité peut aussi devenir une injonction ; c’est ce que nous vivons dans le milieu de la recherche, et je vous demande de m’entendre sur ce point. C’est le cas lorsque la candidature d’une personne à un poste commercial, par exemple, est refusée au prétexte qu’elle n’a pas d’expérience à l’étranger.
    Cette injonction est problématique pour les jeunes, et plus encore, depuis que vous avez levé la barrière d’âge, pour les personnes ayant des enfants : en les contraignant à partir en Suède, en Norvège ou je ne sais où, vous risquez de briser des vies. Je voudrais savoir comment vous comptez garantir que personne ne sera contraint de partir à l’étranger contre son gré, tout en rappelant que nous ne sommes évidemment pas contre la mobilité en général.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. le rapporteur.

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager

    La présente proposition de loi améliorera justement l’information des apprentis et leur permettra de savoir dès le début ce à quoi ils s’engagent en intégrant un CFA, notamment en termes de mobilité. À l’inverse de vous, monsieur Davi, je pense que c’est la possibilité de partir à l’étranger qui motivera le choix de l’immense majorité des jeunes en faveur d’un CFA en particulier. Je retourne donc votre argument. La majorité d’entre eux voudront partir parce qu’il est formateur d’avoir une expérience à l’étranger, sur le plan professionnel comme sur le plan personnel. Vous parlez d’obligation ; je vous invite à me présenter les cas d’apprentis que l’on aurait forcés à partir à l’étranger. Je crois au contraire que de nombreux jeunes souhaitent partir mais n’en ont pas les moyens. J’entends vos propos mais l’exemple que vous avez cité, celui des chercheurs que l’on oblige à partir, n’a rien à voir avec la situation des apprentis qui rejoignent une formation en espérant partir à l’étranger. C’est une problématique différente de celle qui sous-tend ce texte.

    Mme Ségolène Amiot

  • partager

    Vous ne répondez pas à la question.

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à Mme Fanta Berete.

    Mme Fanta Berete

  • partager

    Nous sommes en 2023 et nous savons, pour l’avoir lu dans la presse notamment, que les jeunes d’aujourd’hui changeront certainement dix à quinze fois de métier au cours de leur vie professionnelle. Notre vision de la formation initiale doit en tenir compte ; toutes les expériences, qu’elles se déroulent à l’étranger ou ici, selon d’autres modalités d’apprentissage, sont à cet égard importantes.
    Vous nous invitez très souvent, chers collègues, à aller voir sur le terrain. Nous avons eu l’occasion, avec M. le rapporteur, de rencontrer des jeunes en CFA. On peut certes imaginer que certains ont un peu enjolivé les choses parce qu’ils rencontraient deux députés, mais je puis vous assurer que les élèves du lycée professionnel de l’automobile nous ont expliqué, avec force et conviction, combien une expérience à l’étranger était importante pour eux. Pour certains, c’était l’occasion de voyager en Europe alors qu’ils n’en avaient jamais eu l’occasion. Je crois qu’il nous faut « ouvrir nos chakras », comme dirait la présidente de la commission, et réajuster le dispositif si cela s’avérait nécessaire. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe RE.)

    (L’amendement no 12 n’est pas adopté.)

    (L’amendement no 4 est adopté.)

    Mme la présidente

  • partager

    La parole est à M. Stéphane Viry, pour soutenir l’amendement no 5.

    M. Stéphane Viry

  • partager

    Il concerne l’un des éléments que j’ai évoqués lors de la discussion générale : l’accréditation des centres de formation d’apprentis pour le programme Erasmus +. Je m’interroge sur l’existence d’un goulet de sélection, qui pourrait être source d’inéquité, et souhaiterais qu’un rapport puisse faire la lumière sur cette question. Je présume néanmoins que les services de l’éducation nationale disposent des éléments d’information nécessaires et, dans cette hypothèse, j’aimerais que ceux-ci soient rendus publics plus aisément. Dans ce cas, je retirerai mon amendement.

    Mme la présidente

  • partager

    Quel est l’avis de la commission ?

    M. Sylvain Maillard, rapporteur

  • partager