XVIe législature
Session ordinaire de 2023-2024

Troisième séance du jeudi 01 février 2024

Sommaire détaillé
partager le compte rendu :
Troisième séance du jeudi 01 février 2024

Présidence de Mme Hélène Laporte
vice-présidente

Mme la présidente

partager

La séance est ouverte.

(La séance est ouverte à vingt et une heures trente.)

1. Relancer l’organisation des classes de découverte

Discussion d’une proposition de loi

Mme la présidente

partager

L’ordre du jour appelle la suite de la discussion de la proposition de loi de Mme Émilie Bonnivard visant à relancer l’organisation des classes de découverte (nos 1794, 1931).

Discussion générale (suite)

Mme la présidente

partager

Cet après-midi, l’Assemblée a commencé d’entendre les orateurs inscrits dans la discussion générale.
La parole est à Mme Lisette Pollet.

Mme Lisette Pollet

partager

« Les voyages forment la jeunesse », écrit Montaigne. Il est bien difficile de ne pas être d’accord avec cette célèbre citation eu égard aux vertus et aux bénéfices du voyage quand on est au début de sa vie. Mais il n’est pas nécessaire de partir loin pour s’ouvrir au monde et aller à la rencontre de l’environnement. Il n’est pas nécessaire non plus d’attendre les études pour voyager et connaître notre pays. Les classes de découverte sont bien plus qu’une simple sortie éducative. Elles représentent une occasion unique pour nos jeunes de vivre des expériences enrichissantes, de développer leur curiosité et de forger des liens durables avec leurs pairs. C’est une chance de sortir des quatre murs de la salle de classe traditionnelle et de plonger dans un monde d’apprentissage pratique et vivant.
Les classes de découverte ont plusieurs vertus. Elles permettent de développer l’autonomie, l’esprit d’initiative, le sens des responsabilités et la socialisation. Partir permet d’apprendre le respect de l’autre et de son travail, celui des règles collectives, de l’environnement et du patrimoine. C’est également le moyen d’acquérir ou de perfectionner des méthodes de travail telles que l’observation, l’analyse, la synthèse ou encore la prise de notes. Malheureusement, au fil des années, nous avons vu décroître ces expériences éducatives, souvent en raison de contraintes budgétaires ou de priorités divergentes. Il est temps de réaffirmer l’importance des classes de découverte et de les replacer au cœur de notre système éducatif primaire.
Depuis 1936, de nombreux enfants ont pu partir. Il est temps que chaque élève ait cette chance, quels que soient son milieu social d’origine et l’endroit où il habite. Les classes de découverte contribuent en effet à réduire les inégalités en offrant à tous les élèves, quelle que soit leur origine socio-économique, l’occasion de vivre des expériences éducatives épanouissantes. Nous devons veiller à ce que chaque enfant ait la possibilité de découvrir le monde qui l’entoure, d’explorer des domaines qui pourraient éveiller une passion et de construire des souvenirs qui dureront toute une vie.
Cependant deux freins sont identifiés : le financement des séjours et l’absence de valorisation du travail des enseignants qui les organisent et les encadrent. Les tarifs ont en effet fortement augmenté, en moyenne de plus de 10 %, en raison de l’inflation et de la hausse du coût des séjours. Il ne faut pourtant pas négliger les subventions des collectivités territoriales et des différents ministères même si elles varient en fonction des territoires. Le reste à charge doit être le plus léger possible pour toutes les familles. Il serait intéressant de disposer d’une fiche récapitulative des aides possibles, afin de guider au mieux les enseignants et d’alléger le volet administratif de l’organisation du voyage.
Pour régler ce premier problème, cette proposition de loi vise à créer un fonds national d’aide au départ en voyages scolaires. C’est une mesure de bon sens qui ne nécessite qu’un faible effort budgétaire. Le ministère de l’éducation nationale a consacré, dans la circulaire du 13 juin 2023, le principe des classes de découverte comme un élément important du parcours scolaire mais aucune mesure concrète n’a été prise dans la loi de finances, si ce n’est celle introduite par un amendement dont nous espérons que le Gouvernement daignera le conserver.
Les enseignants qui organisent et accompagnent les voyages scolaires prennent beaucoup de leur temps familial et personnel et assument une responsabilité importante. Leur volonté et leur engagement ne suffisent cependant plus. Ils doivent faire face aux réticences des parents et essayer de les convaincre. Si l’école est derrière les enseignants, les parents auront moins d’appréhension à laisser leurs enfants partir. En effet, ce voyage pourrait être annoncé dès le CP, en tant que projet d’école. Cela serait une manière de mettre en application ce que les élèves auraient appris tout au long de leur scolarité. S’il est ancré dans les mémoires que chaque année, les CM2 partent en classe de découverte, cela aiderait peut-être les parents à lâcher prise.
Il est donc tout à fait normal que les enseignants aient droit à une reconnaissance du travail qu’ils accomplissent en faveur de leurs élèves, à travers une valorisation financière. C’est une première étape qui sera, espérons-le, prochainement engagée. Les différents rapports demandés au Gouvernement permettront de mieux connaître les modalités de financement des voyages et les besoins des enseignants. Peut-être pourrons-nous, dans un second temps, alléger les contraintes administratives.
En conclusion, la relance des classes de découverte dans le primaire n’est pas seulement un investissement dans l’éducation de nos enfants, mais aussi dans l’avenir de notre société. Ensemble, nous pouvons créer un environnement éducatif qui nourrit la curiosité, stimule la créativité et prépare nos jeunes à faire face aux défis du monde moderne. Les classes de découverte sont une chance pour ces enfants de vivre quelques jours ensemble en autonomie. Nous nous réjouissons donc que cette proposition de loi soit à l’ordre du jour. Le groupe Rassemblement national s’inscrit pleinement dans l’esprit de cette proposition et votera bien sûr en faveur de celle-ci. (Applaudissements sur les bancs du groupe RN.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Fatiha Keloua Hachi.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

Je me réjouis une nouvelle fois, comme en commission, que le sujet des classes de découverte soit inscrit à l’ordre du jour de notre assemblée. Tout d’abord, ces classes de découverte sont non seulement un moment important de la scolarité, mais aussi un moment clé de la vie des jeunes élèves. La proposition de loi nous permet ainsi de nous rappeler que le droit à l’évasion ne peut plus être considéré comme un aspect accessoire de la vie des enfants, mais comme un point fondamental de leur construction.
Permettez-moi de citer l’expérience de la jeune Neïla, habitante de Rosny-sous-Bois en Seine-Saint-Denis dans ma circonscription, qui a effectué son stage de troisième à mes côtés. Elle m’a fait part de son expérience de classe de découverte et de tout ce que celle-ci a pu lui apporter. En classe de CM2, elle a pu découvrir la Bretagne lors d’un voyage placé sous le signe de la découverte des sites néolithiques et médiévaux bretons. Ce voyage lui a permis de mieux comprendre l’histoire de France et de s’y intéresser davantage, de s’évader dans une région qu’elle n’avait pas encore visitée, mais aussi de mieux découvrir ses camarades en dehors des murs de l’école.
Selon nous, socialistes, une telle expérience doit être un droit pour tous les enfants, quelle que soit leur condition sociale. Comme Neïla, tous les enfants doivent pouvoir bénéficier d’une telle expérience, riche d’enseignements pédagogiques, vectrice de confiance en soi pour les élèves, et de vivre-ensemble en dehors du cercle familial. Ainsi, l’école doit naturellement offrir aux enfants des apprentissages en dehors de leur cadre scolaire habituel.
Pourtant, les pas du Gouvernement en la matière restent somme toute timides, et son ambition demeure vaine tant qu’elle se limite à de l’affichage politique sans moyens suffisants. Dans un contexte de baisse sensible du nombre de classes de découverte, la création d’un fonds national d’aide au départ en voyages scolaires, prévue à l’article 1er, nous semble une mesure de bon sens pour les redynamiser. Cela étant, il faut s’assurer que ce fonds contribue à résorber des inégalités sociales et territoriales criantes, qui se répercutent sur les départs en voyages scolaires, dont le nombre varie d’un établissement à l’autre.
Je voudrais désormais m’attarder sur un point fondamental. Certes, les classes de découverte sont très importantes, mais notre politique en la matière n’est qu’un premier pas et doit s’inscrire dans une réflexion plus globale sur les vacances pour tous, hors du temps scolaire. J’y suis pleinement engagée en tant que coprésidente du groupe d’études consacré à l’éducation populaire.
Enfin, même si ce texte aborde deux obstacles majeurs aux départs en classes de découverte – le financement des séjours et l’absence de valorisation des enseignants –, il existe bien d’autres freins à l’organisation de ces séjours, qui ne sont malheureusement pas traités ici, tels que la complexité des procédures administratives ou les réticences d’ordre psychologique.
Enfin, s’il nous semble tout à fait juste et logique d’indemniser et de valoriser les enseignants qui participent à l’organisation de ces voyages, nous ne pouvons que regretter que le mécanisme d’indemnisation prévu soit rattaché au pacte enseignant, auquel le groupe Socialistes et apparentés est farouchement opposé. Ce rattachement nous semble tout simplement contre-productif. On le sait, ce pacte est un échec : moins de 20 % des enseignants l’ont signé.

M. Emmanuel Pellerin

partager

Quarante pour cent !

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

Le poser comme condition de cette indemnisation exclurait tous les enseignants qui ne veulent pas souscrire au pacte, et serait un frein supplémentaire à la généralisation des classes de découverte. Ce serait donc contraire à l’objectif de la proposition de loi.

M. Léo Walter

partager

C’est tout à fait juste !

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

C’est pourquoi nous défendrons des amendements pour que tout enseignant qui s’engage dans un projet de classe de découverte puisse recevoir une prime décorrélée de la signature du pacte enseignant. Enfin, nous considérons que favoriser l’accès des enfants aux classes de découverte est absolument essentiel et que chaque avancée permettant un départ en voyages scolaires de tous les enfants est une bonne occasion qu’il nous faut saisir.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Philippe Juvin.

M. Philippe Juvin

partager

La proposition de loi d’Émilie Bonnivard est tout sauf un texte anecdotique, contrairement à ce que j’ai pu entendre dans la bouche de certains collègues. Elle pose une question et y répond. On lui reproche de ne pas tout traiter, mais quand une loi prétend tout traiter, en général elle ne traite rien. Faire le constat qu’il existe des freins financiers à l’organisation des voyages de découvertes et vouloir y apporter des réponses devrait nous réjouir, car la loi ne doit pas être bavarde, mais utile.
C’est une question de vie quotidienne pour les enfants, les enseignants et les parents. Les classes de découverte représentent un enjeu éducatif et pédagogique indéniable. Chaque lieu devient un livre et nul n’est besoin de faire l’apologie des vertus de la pédagogie hors les murs.
C’est un outil d’émancipation personnelle : chaque camarade de classe devient un compagnon de voyage et nous connaissons tous, en tant qu’enseignant, parent ou ancien élève, le fruit de cette première expérience pour l’émancipation personnelle ; les enfants reviennent changés.
C’est également un enjeu de citoyenneté. Sans rappeler le fameux livre Le Tour de la France par deux enfants, l’enseignement sert non seulement à développer la connaissance, mais aussi à faire aimer la France, sa géographie, son histoire et ses paysages.
C’est un enjeu de sociabilité, qui passe par l’apprentissage de la vie en société.
C’est un enjeu de solidarité, comme cela a été évoqué à plusieurs reprises : de nombreux enfants ne partent pas en vacances et ne connaissent pas la France au-delà du lieu où ils vivent.
C’est aussi un enjeu sur le plan touristique : les classes de découverte permettent de redonner vie aux endroits qui les accueillent, notamment en dehors des vacances scolaires.
C’est un enjeu en matière d’infrastructures. Certains d’entre vous ont évoqué les structures municipales, en particulier, qui reçoivent les classes de découverte – cette question est fondamentale.
Enfin, c’est un enjeu de décentralisation : l’État a raison de s’intéresser aux classes de découverte mais sans les communes, les départements ou les régions, ces classes n’existeraient pas.
La circulaire du 13 juin 2023 relative à l’organisation des sorties et voyages scolaires dans les écoles, les collèges et les lycées publics réaffirme l’importance de ces initiatives, qui constituent des temps forts dans le parcours scolaire de chaque enfant. Malheureusement, bien qu’elle soit intéressante, il ne s’agit que d’une circulaire bavarde : l’incantation, c’est bien, mais les actes, c’est mieux.
D’ailleurs, selon les associations, le nombre de classes de découverte ne cesse de diminuer. C’est bien la preuve qu’il existe des freins, financiers en particulier, auxquels la proposition de loi de notre collègue Émilie Bonnivard propose de s’attaquer : celui du financement des séjours et de l’absence de valorisation du travail des enseignants.
Les Français ne veulent plus de lois bavardes ; ils souhaitent des lois qui améliorent leur vie quotidienne et apportent des solutions à leurs problèmes. Le groupe Les Républicains considère que la présente proposition de loi est utile, puisqu’elle répond à de vrais besoins. C’est pourquoi nous la soutiendrons. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR. – Mme Émilie Bonnivard, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, applaudit également.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Laurent Croizier.

M. Laurent Croizier

partager

Il y a des textes de lois utiles, parce qu’ils traitent de sujets concrets. La présente proposition de loi, qui vise à relancer l’organisation des classes de découverte, en fait partie.
Partir en classe de découverte est un temps fort dans le parcours scolaire d’un élève, voire dans son parcours de vie. Cette expérience permet de découvrir un nouvel environnement et représente souvent le premier éloignement du cercle familial. C’est parfois la première occasion de découvrir la mer, la neige à la montagne ou la campagne, de se fabriquer un imaginaire, ainsi qu’une myriade de souvenirs inoubliables. L’enseignant que je suis en mesure toute l’importance.
Les classes de découverte ont autant une vocation sociale qu’éducative. L’élève quitte le cadre de son école et construit de nouveaux apprentissages. Les leçons de mathématiques, de sciences, d’histoire ou de géographie prennent vie d’une manière qu’aucun manuel scolaire ne saurait égaler.
L’organisation d’une classe de découverte nécessite toutefois un investissement très important de la part de l’enseignant, investissement méconnu et insuffisamment reconnu. Il lui faut, en amont, construire son projet pédagogique, bâtir un budget, trouver une structure d’accueil et d’hébergement, organiser le transport, réunir les familles, les rassurer et parfois les convaincre, ou encore choisir les accompagnateurs. Puis vient le temps du séjour, au cours duquel l’enseignant devient tour à tour professeur, éducateur, confident souvent, gendarme parfois, bienveillant, mais toujours exigeant. Il est le garant du bon déroulement du séjour et en porte la responsabilité, de jour comme de nuit.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Exactement !

M. Laurent Croizier

partager

Vous l’aurez compris, les classes de découverte sont tout sauf des vacances pour les enseignants.

Mme Géraldine Bannier

partager

C’est vrai.

M. Laurent Croizier

partager

J’en parle en connaissance de cause ! Attribuer une indemnité aux enseignants qui s’engagent pour leurs élèves, et pas seulement à l’école primaire, nous apparaît comme une juste et indispensable reconnaissance.

M. Emmanuel Pellerin

partager

Eh oui !

M. Laurent Croizier

partager

C’est pour moi l’occasion de saluer, une nouvelle fois, mes collègues enseignants pour leur investissement et leur dévouement. Ces séjours occasionnent, certes, beaucoup de fatigue, mais procurent aussi et surtout la satisfaction et la fierté d’avoir rempli sa mission.
Les classes de découverte occasionnent également un investissement financier de la part des familles. Permettez-moi de saluer, à cet égard, l’esprit de solidarité des établissements scolaires, des collectivités, de la caisse d’allocations familiales (CAF), des associations de parents d’élèves ou des comités d’entreprise qui s’engagent afin qu’aucun enfant ne soit empêché de partir pour des raisons financières.
Ces dernières années, les tarifs des classes de découverte ont fortement augmenté, en raison du coût du transport et du prix des séjours. De ce fait, les classes partent moins souvent, moins loin et moins longtemps.
Il est donc tout à l’honneur de l’éducation nationale de les encourager et de notre assemblée de vouloir les relancer. L’article 1er de la proposition de loi prévoit de créer un fonds national d’aide au départ en voyages scolaires, à partir de trois nuitées, afin de prendre en charge une partie des dépenses.
Le groupe Démocrate soutient aussi pleinement l’attribution d’une indemnité pour les enseignants qui s’engagent dans l’organisation et l’accompagnement d’une classe de découverte, pour une durée d’au moins trois nuitées également.
Enfin, le texte est renforcé par l’ajout, en commission, d’une demande de rapport sur les modalités d’indemnisation des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH).
C’est pourquoi le groupe Démocrate s’associe à votre volonté de relancer et d’encourager l’organisation des classes de découverte et votera en faveur de la proposition de loi. (Applaudissements sur les bancs du groupe Dem et sur plusieurs bancs des groupes RE et HOR.)

M. Emmanuel Pellerin

partager

Excellent, Laurent !

Mme la présidente

partager

La discussion générale est close.

Discussion des articles

Mme la présidente

partager

J’appelle maintenant, dans le texte de la commission, les articles de la proposition de loi.

Article 1er

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Virginie Duby-Muller.

Mme Virginie Duby-Muller

partager

Chacun de nous garde en mémoire le souvenir nostalgique de séjours effectués pendant sa scolarité, dont l’évocation reste gravée à jamais.
Cependant, malgré les bénéfices pédagogiques et éducatifs avérés des voyages scolaires, nous constatons depuis ces dernières années une tendance à la baisse de leur nombre, en raison des lourdeurs administratives et de la dimension financière de tels voyages, dont le coût a particulièrement augmenté. Cette situation génère ainsi des inégalités territoriales, car les règles de financement sont différentes d’une collectivité à l’autre et dépendent de politiques plus ou moins volontaristes.
Je tiens d’ailleurs à préciser que le département de Haute-Savoie soutient depuis longtemps les départs en classe de découverte et accompagne de nombreuses initiatives dans les écoles primaires ou les collèges, afin d’encourager la pratique d’activités. J’en profite d’ailleurs pour saluer le rôle de Savoie Mont Blanc Juniors qui contribue à faciliter l’organisation des séjours.
Ces séjours recouvrent des champs très diversifiés et permettent de démocratiser l’accès à la culture, au sport, à la mémoire, en matière artistique, scientifique ou de citoyenneté. Ils complètent les cours et s’inscrivent dans le cadre du projet pédagogique défendu par les enseignants, dont je tiens à saluer la grande implication dans leur organisation. Ces séjours sont donc un outil indéniable pour nos enfants, puisqu’ils favorisent leur autonomie, contribuent à leur socialisation, à l’acquisition d’une plus grande confiance en soi et, en définitive, à leur épanouissement.
Néanmoins, aujourd’hui encore, certains élèves n’ont pas la possibilité de visiter des sites, y compris parfois dans leur propre département. Par conséquent, l’article 1er de la proposition de loi, qui crée un fonds national d’aide au départ en voyages scolaires, permet non seulement de relancer la dynamique de ces voyages, mais aussi et surtout de réduire, voire de corriger, les disparités territoriales encore trop nombreuses.
Je terminerai, enfin, en soulignant l’enjeu majeur que représentent les classes de neige, qui donnent goût aux jeunes générations aux sports d’hiver et génèrent des retombées économiques dans nos territoires touristiques et de montagne.

Mme Ségolène Amiot

partager

Attention, placement de produit !

Mme la présidente

partager

Nous en venons aux amendements à l’article 1er.
La parole est à Mme Eva Sas, pour soutenir l’amendement no 41.

Mme Eva Sas

partager

En juillet 2022, l’éducation nationale a rendu publiques, à la suite du recours d’un journaliste qui réclamait l’accès à ces informations pour son enquête, des données statistiques relatives à l’indice de position sociale (IPS) des collèges et des écoles élémentaires. Ces données permettent de comprendre le profil social des établissements scolaires, d’établir des diagnostics et d’évaluer les actions des ministères.
Leur publication a mis en lumière les disparités entre établissements publics et privés. Dans ces derniers, les élèves sont généralement issus de familles davantage favorisées, phénomène observé principalement dans les grandes agglomérations.
L’école publique est actuellement en difficulté et de nombreux établissements peinent, voire renoncent, à proposer aux enfants des temps scolaires qui participeraient pourtant tout autant à leurs apprentissages et à leur autonomie que les cours dispensés dans les salles de classe. Trop d’établissements publics renonçant aux classes de découverte, faute de moyens, nous proposons que le fonds d’aide au départ en voyages scolaires soit orienté prioritairement vers eux.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Émilie Bonnivard, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, pour donner l’avis de la commission.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l’éducation

partager

Avis défavorable, à la fois au nom de la commission et à titre personnel. Nous pourrions très bien faire en sorte que le fonds tienne compte de cet indice dans l’attribution de l’aide. En revanche, décider arbitrairement de priver de soutien les établissements privés qui, rappelons-le, assurent une mission de service public – un élève sur six du premier degré est scolarisé dans l’enseignement privé sous contrat, voire un élève sur deux dans certaines régions de l’Ouest de la France –…

Mme Géraldine Bannier

partager

Eh oui !

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

…aurait des effets de bord négatifs et injustes pour les familles comme pour les établissements. J’ajoute qu’il existe de fortes disparités quant au niveau de revenu des familles qui scolarisent leurs enfants dans le privé. Je viens du département de la Savoie, dans lequel certains établissements privés sont loin de disposer de moyens importants. Avis défavorable, donc, sachant que votre intention devrait être satisfaite par les conditions d’attribution de l’aide financée par le fonds, conditions qui devront tenir compte de l’IPS.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse, des sports et des Jeux olympiques et paralympiques, pour donner l’avis du Gouvernement.

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse, des sports et des Jeux olympiques et paralympiques

partager

Même avis.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Je souhaite soutenir cet amendement déposé par ma collègue Marie Pochon. Vous avez opportunément, madame la rapporteure, évoqué la part d’élèves scolarisés dans le public par rapport au privé, selon les départements.
Permettez-moi d’appeler votre attention sur un point : il n’existe qu’une seule année scolaire, dans l’histoire de France, au cours de laquelle tous les départements français ont atteint un taux de scolarisation dans le public de plus de 50 %. Savez-vous de laquelle il s’agit ? L’année scolaire 2012-2013. À l’époque, une dynamique de soutien à l’école publique avait permis, enfin, de faire en sorte que, dans tous les départements de France, il y ait plus d’élèves scolarisés dans le public que dans le privé.
Ensuite, en 2013, une réforme des rythmes scolaires a été engagée, à laquelle l’école privée n’était pas soumise. Ainsi, dans mon département, l’ensemble des écoles privées ont axé leur publicité de rentrée sur le fait qu’elles maintiendraient la semaine de quatre jours. Étrangement, l’année suivante, la situation s’est inversée pour revenir à celle que nous connaissons encore actuellement, à savoir des départements dans lesquels les élèves sont majoritairement scolarisés dans le privé.
Si j’appelle votre attention sur ce point, c’est pour démontrer qu’il y a là une concurrence déloyale, puisque le public est soumis à des obligations qui ne s’appliquent pas à l’école privée.

M. Jocelyn Dessigny

partager

Quel est votre problème, avec le privé ?

M. Léo Walter

partager

Nous pourrions rééquilibrer cette concurrence déloyale et donner un atout à l’école publique en lui réservant ce fonds d’aide.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Philippe Emmanuel.

M. Philippe Emmanuel

partager

En France, les familles peuvent choisir librement entre l’école publique et l’école privée sous contrat. Cette dernière est subventionnée par l’État pour garantir aux enfants le même niveau d’éducation. Il faut donc accepter que les classes de découverte soient organisées et soutenues dans les deux types d’établissements.

(L’amendement no 41 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter, pour soutenir l’amendement no 16.

M. Léo Walter

partager

J’ai souligné dans la discussion générale le montant dérisoire initialement alloué au fonds national d’aide au départ en voyages scolaires : 3 millions d’euros par an. Même si la circulaire du 13 juin 2023 mentionne l’ensemble de la scolarité obligatoire, je me focaliserai sur la scolarité élémentaire, qui dure cinq ans. Cinq fois trois millions, cela fait 15 millions d’euros. Divisons cette somme par le nombre d’élèves scolarisés chaque année à l’école élémentaire, soit plus de 4 millions, nous obtenons 3,70 euros par élève, ce qui est notoirement insuffisant pour relancer les classes de découverte.
Nous proposons que ce montant, alloué en fonction des besoins, soit réévalué chaque année en fonction des dépenses de l’année précédente – l’article 2 quinquies, que je vous remercie, madame la rapporteure, d’avoir ajouté, permettra de disposer de données fiables en la matière – et de la cible du nombre d’élèves concernés. Nous fixerions ainsi chaque année un budget qui permettrait de couvrir les besoins identifiés l’année précédente mais également de développer les classes de découverte de manière à permettre à chaque élève de partir au moins une fois en classe de découverte au cours de sa scolarité obligatoire.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je partage votre opinion. Tout d’abord, je me félicite d’avoir déposé dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2024 un amendement visant à créer un fonds national d’aide au départ en voyages scolaires doté de 3 millions d’euros. Il a été retenu par le Gouvernement et c’est une manière de mettre un pied dans la porte – rien n’existait auparavant. Je ne peux évaluer si ce montant sera suffisant mais je me doute qu’il ne le sera sans doute pas. En revanche, le montant annuel de ce fonds ne devra pas être fixé par décret mais par la loi. La rédaction de votre amendement n’est donc pas adéquate. Il reviendra à la loi de finances, sur la base des données du rapport faisant état du nombre de voyages scolaires, de réévaluer le montant nécessaire à ce fonds. Je suis d’accord avec vous sur le principe mais, une fois le fonds créé, il sera possible d’en réévaluer le montant chaque année en commission des finances. Avis défavorable.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Même avis, pour le même motif : la mesure relève du domaine de la loi, plus précisément de celui de la loi de finances.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Géraldine Bannier.

Mme Géraldine Bannier

partager

Je rebondis sur l’amendement précédent et la discussion relative aux écoles privées et aux écoles publiques. Nous ne pouvons pas ignorer la réalité qui prévaut dans une partie du territoire français : dans certaines communes, pour des raisons historiques, les élèves n’ont accès qu’à une école privée. Vous ne pouvez pas m’accuser de défendre le privé puisque j’étais professeure dans le public. J’ai été maire d’une petite commune dans l’Ouest de la France qui n’avait qu’une école privée et je puis vous assurer que l’IPS n’y était pas très élevé. Il faut aider également ces enfants, dont les parents sont ouvriers pour certains, à partir en vacances et en voyage scolaire.

(L’amendement no 16 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Walter, pour soutenir les amendements nos 14 et 13, qui peuvent faire l’objet d’une présentation groupée.

M. Léo Walter

partager

Madame Bannier, nous aurons l’occasion de poursuivre cette discussion puisque je défendrai d’autres amendements qui vont dans le même sens que celui de Mme Pochon. Madame Bonnivard, je préfère toujours préciser les choses à l’écrit. Par l’amendement no 14, nous proposons d’indiquer à la suite de l’alinéa 2 que « La nation se fixe comme objectif que chaque élève parte en voyage scolaire au moins une fois à l’école primaire, quelles que soient les ressources dont dispose sa famille. »
Cet ajout vise d’abord à inscrire de manière formelle dans la loi un objectif défini au niveau national et pour toutes les écoles. Ensuite, je l’ai souligné au cours de la discussion générale, cette proposition de loi ne traite pas le problème du reste à charge pour les familles. S’engager formellement par la loi à ce que l’élève puisse partir, quelles que soient les ressources dont dispose sa famille, est une manière d’indiquer que l’État viendra au secours de ceux qui ne peuvent pas payer eux-mêmes le reste à charge.
L’amendement no 13 est un amendement de repli par lequel nous proposons d’inscrire le principe du voyage scolaire dans la loi sans mentionner les ressources de la famille, cette dernière donnée étant susceptible de poser problème.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

La commission des affaires culturelles et de l’éducation émet un avis défavorable sur les deux amendements. À titre personnel, je suis défavorable à l’amendement no 14 et favorable à l’amendement no 13.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Je l’indiquais dans mon allocution à la tribune, la circulaire du 13 juin 2023 a posé le principe selon lequel tout élève, quel que soit son milieu social d’origine, doit pouvoir bénéficier d’au moins un voyage scolaire au cours de sa scolarité obligatoire. Je veux que nous soyons les garants de ce principe. Toutefois, cet objectif ne doit pas nécessairement être atteint au cours de la seule scolarité primaire. Avis défavorable.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Tout d’abord, une circulaire n’a pas la même valeur qu’une loi et c’est dans la loi qu’il serait important d’inscrire cet objectif. Ensuite, madame la ministre, ceux qui connaissent bien l’école savent que la référence à la scolarité dans le primaire est une manière de garantir que chaque élève partira. Les différences qui existent déjà entre les écoles primaires du territoire se creusent encore davantage à l’entrée au collège et il est beaucoup plus difficile de faire partir une classe de collégiens. En effet, alors que quasiment toutes les écoles, grâce à l’aide des municipalités que je salue, réduisent la participation maximale des familles à 75 euros par semaine, soit 15 euros par jour et par élève, ce n’est malheureusement pas le cas des collèges : la participation demandée aux familles y est nettement supérieure, ce qui rend impossible un bon nombre de voyages scolaires. En outre, au collège, tous les voyages scolaires ne sont pas des voyages de classes – certains sont organisés par les professeurs de langues, par exemple. Seuls les élèves dont les familles ont les moyens ou ceux qui sont sélectionnés partent. Le fait d’inscrire ce principe dans le cadre de l’école primaire serait une garantie d’universalité que n’offre absolument pas la référence au parcours de scolarité obligatoire. Si je suis très attaché aux deux amendements, j’apprécierais beaucoup que Mme Bonnivard soutienne le deuxième.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Fatiha Keloua Hachi.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

En ce jour du soixante-dixième anniversaire de l’appel de l’Abbé Pierre, je rappellerai que 550 000 personnes ont basculé sous le seuil de pauvreté en France. Graver dans la loi l’égalité entre tous les enfants pour qu’ils puissent partir au moins une fois en classe de découverte aurait beaucoup plus de poids qu’une circulaire du ministère de l’éducation nationale. Celle du 13 juin n’a pas produit l’effet escompté : les classes ne sont pas plus nombreuses à partir et nous ne disposons toujours pas des chiffres sur les départs en classe de découverte. Ce n’est pas faute d’avoir demandé aux différents rectorats et au ministère de l’éducation nationale. La proposition de loi aura peut-être davantage d’effet.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Émilie Bonnivard,  rapporteure.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je partage l’opinion de notre collègue Walter, c’est pourquoi je soutiens l’amendement no 13. Cette proposition de loi vise à favoriser les classes de découverte en primaire, dont l’intérêt pédagogique pour l’enfant n’est pas comparable à celui des voyages scolaires organisés au collège – ce ne sont pas les mêmes voyages. Il est essentiel, dans le contexte actuel, de graver ce principe dans la loi. Le terme de nation est très important pour moi.

(Les amendements nos 14 et 13, successivement mis aux voix, ne sont pas adoptés.)

Mme la présidente

partager

L’amendement no 30 de Mme la rapporteure est rédactionnel.

(L’amendement no 30, accepté par la commission et le Gouvernement, est adopté.)

Mme la présidente

partager

Je suis saisie de deux amendements identiques, nos 3 et 9.
La parole est à Mme Soumya Bourouaha, pour soutenir l’amendement no 3.

Mme Soumya Bourouaha

partager

Je m’interroge sur la nécessité d’apporter une nouvelle aide publique aux établissements privés pour l’organisation des voyages scolaires. Le financement des établissements privés sous contrat repose déjà en grande partie sur le financement public : pour le premier degré, 55 % des financements sont publics. Si plusieurs établissements privés présentent une certaine mixité scolaire et sociale, celle-ci connaît un net recul dans les établissements privés depuis une vingtaine d’années. En juin 2023, la Cour des comptes notait dans son rapport public thématique « L’enseignement privé sous contrat » que les élèves des familles favorisées et très favorisées représentaient 41,5 % des effectifs de l’enseignement privé sous contrat en 2000 et 55,5 % en 2021. À l’inverse, la part des élèves boursiers s’élevait à 11,8 % des effectifs en 2021 dans les établissements privés sous contrat, contre 29,1 % dans le public. D’après la Cour des comptes, la tendance de l’enseignement privé à apparaître comme une voie de recours face à un enseignement public jugé moins performant expliquerait en partie cette situation. Il ne faut pas laisser persister cette idée. Nous devons renforcer l’école publique et lui donner les moyens nécessaires pour assurer ses missions auprès de tous les enfants scolarisés, qu’elle ne sélectionne pas, pour ce qui la concerne.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter, pour soutenir l’amendement no 9.

M. Léo Walter

partager

Étant donné que c’est un amendement identique à celui que Mme Bourouaha vient de présenter, je vais répondre à quelques collègues. Monsieur Emmanuel, il n’a jamais été question de remettre en cause le choix des parents. Vous avez raison, l’État finance déjà l’école privée puisque sa contribution, ajoutée à celle des collectivités territoriales, représente entre 73 et 77 % du budget des écoles privées. Dans le premier degré, les financements publics représentent 55 % de leur financement. Toutefois, l’intervention de l’État vise à financer les salaires des enseignants et non les projets pédagogiques. Ces projets, parfois pris en charge par les collectivités territoriales, sont très souvent financés grâce aux fonds propres des établissements. Financer des projets pédagogiques instituerait un précédent fâcheux. Enfin, ma collègue Céline Calvez, que je remercie d’avoir soutenu cet amendement en commission, avait souligné la difficulté à faire valoir les qualités des établissements publics. Leur offrir un outil concurrentiel contribuerait à redorer leur blason.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission sur ces deux amendements identiques ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je me vois mal expliquer à des enseignants d’établissements privés situés dans des territoires où les IPS sont bas qu’ils ne bénéficieront pas de sommes issues du fonds pour organiser un séjour. Le critère d’attribution, je le répète, reposera sur l’IPS et non sur le caractère public ou privé de l’établissement.
Je comprends que vous veniez étayer votre démonstration par l’argument selon lequel réserver le bénéfice de ces aides aux établissements publics contribuerait à leur donner une sorte d’avantage comparatif. L’enjeu de l’attractivité de l’école publique dépasse toutefois très largement le champ de cette proposition de loi que j’ai construite dans une logique avant tout pragmatique. Je ne voudrais pas que nous soyons injustes à l’égard de tous ces enseignants d’établissements privés désireux d’organiser ce type de séjour et qui ne disposent pas forcément de beaucoup de moyens à leur consacrer.
Le ciblage du fonds sera tel que les aides ne seront pas octroyées à des établissements qui n’en auraient pas besoin. Vous n’avez pas à craindre une autre injustice.
Avis défavorable.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

J’émettrai un avis favorable sur un amendement à venir visant à faire de la situation sociale de l’établissement un critère d’attribution. Cela me paraît être la bonne clef pour déterminer le champ d’application du dispositif. C’est ainsi que nous pourrons prendre en compte l’égalité des chances, préoccupation que je partage. Avis défavorable.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Laurent Croizier.

M. Laurent Croizier

partager

J’aimerais souligner l’incohérence idéologique dont fait preuve M. Walter. Comment, dans un premier amendement, préciser que « la nation se fixe comme objectif que chaque élève parte en voyage scolaire au moins une fois à l’école primaire » et, dans le suivant, exclure certains établissements du bénéfice des aides, ce qui empêcherait les enfants qui y sont scolarisés de participer à une classe de découverte ?

M. Daniel Labaronne

partager

Eh oui !

M. Laurent Croizier

partager

Tout repose sur la confusion que vous faites entre école privée et école élitiste. (Exclamations sur quelques bancs du groupe LFI-NUPES.) Cette équivalence ne se vérifie pas partout. Ma circonscription compte ainsi des établissements privés où la mixité sociale est réelle. Vous ne pouvez pas exclure les enfants scolarisés dans certains établissements au motif que ceux-ci sont privés. Ces généralités n’existent que dans l’idéologie de La France insoumise. (Exclamations sur les bancs du groupe LFI-NUPES.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Je passerai sur la mise en cause un peu absurde de M. Croizier et ses propos caricaturaux, cela ne m’intéresse pas.
Madame la ministre, l’objectif d’assurer l’égalité des chances entre les élèves, nous le partageons tous, même si nous pourrions aussi évoquer l’inégalité des chances à réparer – mais c’est un autre enjeu. Ce qui nous préoccupe, c’est l’égalité entre établissements. Or, comme je l’ai déjà souligné, il existe une inégalité entre établissements publics et établissements privés en termes d’injonctions et d’obligations. Notre but est non pas de retirer des avantages à certains établissements mais d’en ajouter aux établissements qui en ont besoin, dans une perspective d’équilibrage. C’est en ce sens que l’État doit soutenir l’école de la République.
Monsieur Croizier, je n’ai jamais pensé que toutes les écoles privées accueillaient uniquement des riches. J’en connais qui ne le font pas. Notons tout de même que certaines, alors même qu’elles bénéficient de fonds publics, s’affranchissent des règles de la nation. Nous n’y reviendrons pas car ce serait sans doute un peu lourd.
Enfin, j’aimerais obtenir une réponse à ma question portant sur le précédent que constituerait le fait de verser des fonds publics aux établissements privés pour financer des projets. (Applaudissements sur les bancs des groupes LFI-NUPES, Écolo-NUPES et GDR-NUPES.)

(Les amendements identiques nos 3 et 9 ne sont pas adoptés.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 47.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Par cohérence avec les modifications proposées à l’article 2, nous souhaitons ouvrir le bénéfice du fonds aux voyages scolaires comportant au moins deux nuitées, au lieu de trois comme le propose la rédaction actuelle.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

La commission a donné un avis défavorable à cet amendement.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis défavorable. Deux nuits, cela nous paraît trop court. Nous pourrons cependant mettre à profit la navette pour trouver la durée adéquate car j’ai vraiment à cœur de faire réussir ces projets.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Mme Descamps avait déposé un amendement visant à accorder les aides aux voyages scolaires ne prévoyant qu’une nuitée, ce que prévoyait la rédaction initiale. Il n’a pas été défendu et je regrette de ne pas avoir eu le réflexe de le reprendre.
Je suis d’accord avec vous, madame la ministre, il est important de développer les séjours longs. Rappelons qu’il fut un temps où les classes de découverte s’étalaient sur deux semaines, voire trois, ce qui permettait de conserver des heures de classe le matin, alors qu’actuellement, les journées sont entièrement dédiées aux activités, ce qui est aussi une bonne chose. Je garde un souvenir ému de ma classe de neige à Bernex : nous descendions en pyjama dans la salle de classe, ravis de voir notre maître dans une situation inhabituelle – même si, lui, était sans doute habillé, à moins qu’il ait gardé son pyjama sous sa blouse. (Sourires.) C’était exceptionnel !

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Tout à fait !

M. Léo Walter

partager

Durant toute ma carrière, j’ai tenté d’organiser des séjours ne serait-ce que de deux semaines mais cela s’est révélé impossible du point de vue financier et organisationnel.
Toutefois, les séjours courts ont aussi leur importance. Si l’éligibilité au fonds est conditionnée à une durée d’au moins trois nuitées, cela exclura les séjours des classes maternelles car les plus petits ne peuvent passer autant de nuits loin de chez eux. Pour développer les classes de découverte, il faut donner aux enfants l’envie d’y prendre part. Des gamins ayant voyagé en moyenne ou en grande section – je vous invite à lire les comptes rendus d’expérience de ces séjours, magnifiques ! – seront d’autant plus enclins à partir à nouveau, une fois à l’école primaire.
Soulignons enfin que, quelle que soit la durée du séjour, la charge de travail qui s’impose aux enseignants pour préparer la classe de découverte est incompressible : en dehors du formulaire d’autorisation, ils doivent remplir bien d’autres obligations.

Mme la présidente

partager

Monsieur Walter, vous n’avez pas de regret à avoir, l’amendement de Mme Descamps n’ayant pas été soutenu, vous ne pouviez pas le reprendre.
La parole est à M. Philippe Emmanuel.

M. Philippe Emmanuel

partager

Je vais revenir sur les séjours longs, non pour me lancer dans une surenchère de souvenirs de pyjama avec M. Walter (Sourires), mais pour souligner que l’objet de cette proposition de loi est de les favoriser. Au-delà du parcours pédagogique tracé par l’enseignant, ils permettent en effet de développer l’autonomie des enfants et d’approfondir leur sociabilisation à travers les règles de vivre-ensemble, ce qui est moins aisé lors des séjours courts. Par ailleurs, faute de disposer de données analytiques sur les classes de découverte produites par le ministère de l’éducation, nous ne savons pas trop où nous allons ; à cet égard, fixer la durée à trois nuitées me paraît un bon compromis. Descendre en deçà, ce serait épaissir le brouillard de l’organisation des séjours en montagne.

(L’amendement no 47 est adopté.)
(M. Stéphane Lenormand applaudit.)

Mme la présidente

partager

L’amendement no 31 de Mme la rapporteure est rédactionnel.

(L’amendement no 31, accepté par la commission et le Gouvernement, est adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Eva Sas, pour soutenir l’amendement no 7.

Mme Eva Sas

partager

Les classes rousses, autrement dit les séjours organisés en automne, dès le premier trimestre de l’année scolaire, offrent aux élèves l’occasion d’effectuer leur rentrée des classes dans des conditions idéales pour faire connaissance avec leurs camarades grâce à des temps de partage dans la nature et à des activités adaptées à la saison. Toutefois, comme elles interviennent au début de l’année, elles sont plus compliquées à organiser car il n’est pas toujours possible de prévoir le nombre exact d’élèves à prendre en compte. En outre, les fonds sont plus difficiles à obtenir car les budgets sont décidés un an à l’avance.
Notre amendement vise donc à favoriser ces séjours en faisant en sorte qu’ils reçoivent davantage d’aides issues du fonds.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je rejoins la commission qui a émis un avis défavorable. Je ne minimise pas l’intérêt pédagogique de ces classes rousses, notamment pour renforcer la cohésion du groupe de classe et je n’ignore pas la complexité de leur organisation. Au cours de la navette, il serait peut-être opportun de réfléchir à une sensibilisation des futurs enseignants aux bénéfices pédagogiques des séjours de début d’année scolaire, dans le cadre de la formation qu’ils reçoivent au sein des instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (Inspe).
Toutefois, je crains que l’ajout d’une telle phrase dans la loi ne revienne à contraindre la liberté pédagogique de l’équipe enseignante. Donner plus de moyens aux classes rousses reviendrait à les privilégier par rapport à d’autres types de séjour. On peut imaginer que dans certains territoires, les préférences vont aux séjours d’hiver ou bien aux séjours de printemps et je ne voudrais pas que ces projets aient moins de chance d’aboutir.
Je propose donc que nous revenions, à la faveur de la navette, sur les moyens de faciliter l’organisation des classes rousses en levant certaines contraintes administratives et en sensibilisant les enseignants à leur intérêt pédagogique.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Même avis.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

La rédaction de l’amendement de notre collègue Marie Pochon, « le fonds encourage notamment », me paraît assez peu contraignante pour les enseignants, elle se contente de les inciter à aller en ce sens. S’il y a moins de classes rousses que de classes vertes ou de classes de neige, c’est que leur organisation se heurte chaque année à des difficultés administratives, financières et pédagogiques, notamment parce qu’il faut les prévoir l’année scolaire précédente. Les favoriser aiderait non seulement les enseignants mais aussi les prestataires de séjour. Il existe peu de centres de vacances à même d’accueillir des classes de découverte et il serait dommage de se priver de les remplir à cette période de l’année où ils sont souvent vides. Encore une fois, il ne s’agit pas de pousser à faire quoi que ce soit mais de rétablir un équilibre.
La classe de découverte, quand elle vient clore l’année, est une expérience fabuleuse mais, si elle est organisée en début d’année, elle peut être particulièrement intéressante d’un point de vue pédagogique, éducatif mais aussi social car elle cimente la cohésion de la classe.

(L’amendement no 7 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Sandra Regol, pour soutenir l’amendement no 8.

Mme Sandra Regol

partager

Il vise à rendre les séjours croisés entre les jeunes urbains et les jeunes ruraux éligibles au fonds d’aide à l’organisation des classes de découverte, l’objectif étant de casser les a priori et les amalgames qui peuvent exister entre les jeunes des tours et les jeunes des bourgs, que certains voudraient opposer et caricaturer. Les uns comme les autres sont, trop souvent à notre goût, infantilisés et stigmatisés dans le débat public.
En créant du lien social et des échanges, les séjours scolaires permettraient de sortir des oppositions caricaturales et de contribuer à construire une société solidaire ainsi qu’à l’émancipation de toutes les jeunesses. C’est ce que la France est censée incarner. D’ailleurs, d’après l’Association des maires ruraux de France (AMRF), de nombreux maires de communes rurales sont désireux de contribuer ainsi à la cohésion nationale et aux politiques de la ville, tout en s’impliquant dans la transition écologique. C’est ce que fait, par exemple, la commune de Châtel-en-Trièves, en partenariat avec Lyon.
Pour vous donner un exemple issu de la circonscription de Marie Pochon, auteure de l’amendement, la Fédération des œuvres laïques de la Drôme organise régulièrement ce type de séjour. Elle fait venir des jeunes de différentes communes dans un même lieu et favorise les rencontres.
Une telle démarche rend également possible la mutualisation du coût des équipements, voire celle du coût des déplacements et des activités. En plus de l’interconnaissance et de l’apprentissage de l’altruisme et de la solidarité, les séjours communs entre classes de jeunes venant de différents territoires présentent donc un avantage économique et écologique.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

L’avis de la commission est défavorable, mais je donnerai un avis de sagesse à titre personnel, car j’apprécie l’esprit de l’amendement.
En revanche, je suis opposée à la complexification du dispositif, car le mieux est l’ennemi du bien. Le fonds doit être simple, opérant et peu contraignant pour les enseignants. Gardons-nous de lui attacher trop de contraintes.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Défavorable, car il faut éviter de rendre le texte trop rigide. Du reste, si cet amendement était adopté, on pourrait tout aussi bien évoquer les territoires de montagne ou ajouter d’autres mentions de ce type. Il est conforme à l’esprit du texte, mais point n’est besoin d’en inscrire la lettre dans la loi.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Sandra Regol.

Mme Sandra Regol

partager

La jeunesse des quartiers populaires et celle des campagnes ont trop souvent en commun le manque d’accès aux services publics, voire aux services en général. Les réunir, c’est recréer quelque chose de la solidarité et de la fraternité qui font la France. C’est de cela que nous avons besoin pour composer le monde de demain. Il me semble dommage de donner un avis défavorable à des propositions comme celle-ci, qui visent à créer quelque chose d’encore inexistant.

(L’amendement no 8 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Eva Sas, pour soutenir l’amendement no 27.

Mme Eva Sas

partager

Il va exactement dans le même sens que l’amendement précédent, car il vise cette fois à favoriser l’organisation de séjours communs entre jeunes ruraux et jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).
Là encore, nous constatons que le débat public caricature trop souvent les habitants des QPV et ceux des territoires ruraux. Pour que cela cesse, nous proposons l’organisation de séjours mixtes dont nous espérons qu’ils permettront de dépasser ces assignations et ces présupposés.
Notre devoir consiste à faire en sorte que chaque enfant, chaque jeune, s’épanouisse dans la société et puisse aller à l’école sereinement. C’est pourquoi nous proposons d’inscrire dans l’article que « le fonds encourage notamment » – un adverbe peu contraignant, qui préserve pleinement la liberté éducative – les séjours communs entre les jeunes ruraux et les jeunes issus des QPV.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Défavorable. Je regrette que l’amendement no 8 n’ait pas été adopté ; je comprends l’objectif de l’amendement no 27, mais il me paraît trop restrictif et trop orienté. Je préférais de beaucoup l’amendement précédent, plus conforme à l’esprit de la loi, et j’estime souhaitable que nous y revenions au cours de la navette.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Je souscris à l’objectif de l’amendement, qui tend à encourager la mixité sociale en pratiquant des jumelages entre écoles. Néanmoins, je ne pense pas que la loi soit un véhicule approprié pour organiser cela. L’amendement me semble trop précis et son adoption aurait pour effet de rigidifier le dispositif. Avis défavorable, même si je suis d’accord sur le fond.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Soumya Bourouaha.

Mme Soumya Bourouaha

partager

Je soutiens l’amendement de ma collègue. Je précise que de telles initiatives existent déjà ; j’ai le souvenir d’y avoir assisté lorsque j’habitais à Clichy-sous-Bois, une ville que vous connaissez certainement pour les émeutes qui s’y sont déroulées. Les agents de sécurité et la police avaient proposé de rapprocher des jeunes des quartiers populaires et des jeunes du nord de la France. Des jeunes de la cité des Bosquets, de la cité des 4000 et de tous les quartiers prioritaires de Seine-Saint-Denis allaient dans le centre de la France pour rencontrer des jeunes d’ailleurs. Nous en avions tiré un bilan très positif, constatant la richesse fabuleuse des échanges qu’avait permis cette démarche.
Je trouve que l’idée d’encourager de tels séjours est très bonne et vous invite donc à voter l’amendement.

(L’amendement no 27 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 43 de la commission des affaires culturelles et de l’éducation.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Il vise à conditionner, pour ainsi dire, le bénéfice des aides du fonds national à l’existence d’une aide financière, destinée aux voyages scolaires, accordée à l’école par une collectivité territoriale ou par un établissement public de coopération intercommunale (EPCI).
Cette complémentarité des aides aurait deux vertus. D’une part, elle permettrait de soutenir les collectivités et les EPCI qui réalisent déjà un effort financier pour favoriser l’organisation des voyages scolaires. D’autre part, elle pourrait inciter les collectivités qui n’y contribuent pas encore à instaurer un tel financement.
La notion de collectivité est très large, puisqu’il peut s’agir des régions, des départements, des communes ou encore des EPCI. En tant que conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes, je témoigne que la région accorde des aides considérables aux établissements scolaires pour que les enfants puissent partir en voyage. Il est rare qu’une classe de découverte ne bénéficie d’aucune aide publique de quelque collectivité que ce soit.
La création du fonds national ne doit pas mener les collectivités à se désengager financièrement. Au contraire, je souhaite impliquer tous les acteurs dans cette politique publique. Cette mesure ne me paraît pas excessivement contraignante pour les collectivités locales.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Sagesse. Il est souhaitable d’inciter les collectivités à participer financièrement à l’organisation des voyages scolaires, mais je pense nécessaire de prendre le temps de travailler en ce sens avec leurs représentants, pour les faire participer pleinement à la réflexion et à l’élaboration du dispositif.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Fatiha Keloua Hachi.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

Si je comprends bien, vous souhaitez, par cet amendement, conditionner une aide nationale à un versement territorial. Vous êtes en train de territorialiser la loi ! Cela m’inquiète énormément et devrait tous nous inquiéter. On ne peut pas, on ne doit pas réfléchir ainsi.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je réfléchis comme je veux !

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

Nous n’examinons pas une disposition qui requiert la participation financière d’une région pour que l’État puisse débloquer une aide équivalente, mais bien l’inverse : l’État débloque un fonds national pour aider à l’organisation des classes de découverte, et les régions, les départements ou les mairies feront ce qu’elles peuvent.
Il est extrêmement grave de proposer un tel amendement. Vous ne pouvez pas soumettre le bénéfice d’une aide nationale au versement d’une aide territoriale qui dépend purement des moyens, voire de la volonté politique, d’une collectivité.

M. Laurent Croizier

partager

Cela existe déjà !

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Je comprends tout à fait l’intention de Mme Bonnivard, qui, loin de ce que dénonce Mme Keloua Hachi, consistait simplement à éviter que l’arrivée d’une aide de l’État pousse les mairies à interrompre leurs subventions.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Oui, il ne faut pas que les collectivités se désengagent !

M. Léo Walter

partager

Cela dit, l’amendement présente un problème formel qui m’inquiète ; je rejoins en cela les propos de Mme Keloua Hachi. En effet, si une mairie souhaite empêcher une classe de partir en voyage, il lui suffira de ne pas verser de subvention, ce qui contraindra l’État à retirer la sienne, laissant l’école sans financement.
Je précise que la situation décrite par Mme Keloua Hachi existe déjà, par exemple dans le cas des projets culturels. Je viens d’un département rural où les communautés de communes sont de taille réduite et disposent de peu de moyens. Lorsque la direction régionale des affaires culturelles (Drac) soutient une scène de musiques actuelles (Smac) ou encore une scène nationale, elle subordonne son financement à l’existence d’un financement suffisant par les collectivités locales. Les collectivités du Grand Lyon en ont peut-être les moyens, mais dans mon département des Alpes-de-Haute-Provence, de nombreuses petites structures culturelles n’obtiennent pas de financement de l’État, faute d’un financement local suffisant.
Je pense donc qu’il vaut mieux s’abstenir de mettre le doigt dans ce type d’engrenage, qui pourrait faire plus de mal que de bien.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je veux bien que nous parlions de grands principes, mais il peut suffire ici de 1 euro, qui peut être versé soit par une commune, soit par un département, soit par un EPCI, soit par une région. Ce n’est pas mettre le couteau sous la gorge des collectivités locales !

Mme Ségolène Amiot

partager

Il pourrait y avoir des choix politiques, du coup !

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Je suis conseillère régionale et j’ai été adjointe au maire d’une toute petite commune. En matière de respect des collectivités locales, la gauche n’a aucune leçon à nous donner, étant donné ce qu’elle nous a fait vivre en votant la loi  portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite loi Notre. (Applaudissements sur les bancs des groupes LR et HOR.)

Mme Virginie Duby-Muller

partager

Exactement ! Vous feriez mieux de faire profil bas !

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Par principe, j’estime important d’embarquer tous les acteurs lorsqu’on élabore une loi. Je souhaite donc impliquer toutes les collectivités, et je suis sûre qu’elles nous soutiendront à fond !

(L’amendement no 43 est adopté.)

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

La gauche qui donne des leçons aux collectivités alors qu’elle a baissé la dotation globale de fonctionnement… On aura tout vu !

Mme la présidente

partager

L’amendement no 33 de Mme la rapporteure est défendu.

(L’amendement no 33, accepté par la commission et par le Gouvernement, est adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Ségolène Amiot, pour soutenir l’amendement no 10, qui fait l’objet d’un sous-amendement.

Mme Ségolène Amiot

partager

Nous proposons que le montant de l’aide attribuée par les services du ministère de l’éducation nationale aux écoles primaires tienne compte des différences de situation entre les établissements, notamment en matières économique, territoriale et sociale.
Pour des raisons d’équité, il est absolument nécessaire de prendre en considération l’IPS de l’établissement, variant selon le lieu où il est situé et donc selon la situation sociale des familles qui résident dans cette zone et y scolarisent leurs enfants. Toutefois, il convient aussi de prendre en compte sa situation territoriale, car ce n’est pas la même chose de partir en voyage selon que l’on habite un village ardéchois situé à deux heures de route de la gare la plus proche ou d’une ville moyenne où la gare se trouve à dix minutes de l’école. Certains élèves doivent, par exemple, descendre de la montagne avant d’accéder à l’autoroute ou au train. De telles différences territoriales affectent l’organisation et le financement des classes de découverte.

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir le sous-amendement no 42 et donner l’avis de la commission.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

L’amendement no 10 vise à prendre en considération la situation sociale des établissements pour attribuer les aides du fonds.
La commission y est favorable sous réserve de l’adoption du sous-amendement de clarification no 42 qui vise à ne tenir compte que de la situation « sociale des écoles », notamment grâce aux indices de position sociale. Ce sera plus simple et cela rendra cette disposition opérante.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Le Gouvernement est favorable à l’amendement sous réserve de l’adoption du sous-amendement no 42 afin que l’on tienne compte de la situation sociale de l’établissement.

(Le sous-amendement no 42 est adopté.)

(L’amendement no 10, sous-amendé, est adopté.)

(L’article 1er, amendé, est adopté.)

Article 2

Mme la présidente

partager

Je suis saisie de deux amendements identiques, nos 2 et 18.
La parole est à Mme Fatiha Keloua Hachi, pour soutenir l’amendement no 2.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

Il vise à substituer aux mots « part fonctionnelle de l’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves » le mot « prime ».
En effet, dans sa rédaction actuelle, l’article 2 subordonne à la signature du pacte enseignant le versement d’une indemnité aux professeurs qui organisent et accompagnent un voyage scolaire.
Or, en ce jour de manifestation nationale des enseignants pour une école publique de qualité, ils ont clairement exprimé leur refus de ce pacte, chacun d’entre nous l’a compris. Ils refusent en effet le principe selon lequel chaque brique qui compose ce pacte et qui correspond à une activité qu’ils pourraient accepter d’exercer est conditionnée à l’acceptation d’autres briques. En fait, on demande aux enseignants d’en faire toujours plus, notamment en remplaçant leurs collègues.
En outre, le taux de signature du pacte est actuellement très bas. Si on adoptait l’article 2, les enseignants qui, en majorité, n’ont pas signé le pacte, ne pourraient pas partir en classe de découverte puisqu’ils ne seraient pas indemnisés.
Nous demandons donc plutôt le versement d’une prime. Quelle que soit la prime perçue par les enseignants, ils seront ravis de faire des heures supplémentaires en étant payés, mais cela ne doit pas se faire en passant par le pacte.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

S’ils ont une prime de 150 euros, ils seront plus contents qu’avec 1 250 euros ?

Mme la présidente

partager

L’amendement no 18 de Mme Marie Pochon est défendu.
Quel est l’avis de la commission sur ces deux amendements ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Avis défavorable.
Mon objectif n’est pas idéologique mais pragmatique. Je l’ai dit à plusieurs reprises, si j’ai souhaité travailler sur cette proposition de loi avec les syndicats enseignants, c’est tout simplement pour corriger une injustice : actuellement, les enseignants ne perçoivent pas d’indemnité pour organiser des classes de découverte alors que, à mon avis, cela devrait être le cas.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

On est d’accord !

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Mon objectif est que cette indemnité soit instituée rapidement.
En outre, vous proposez d’attribuer une prime dont nous ne maîtriserions pas le montant, en prétendant que les enseignants seraient plus contents ainsi, tandis que nous prévoyons le versement de 1 250 euros pour deux nuitées : cela me paraît préférable.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis défavorable.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Nous soutenons les amendements nos 2 et 18.
Nous aimerions vraiment voter pour cette proposition de loi. Ces derniers jours, nous avons montré que nous en étions capables, lorsque le Gouvernement faisait preuve d’une volonté de coconstruire et de tirer un peu vers la gauche le curseur des textes qu’examine l’Assemblée nationale. Toutefois, nous avons deux réelles lignes rouges.
Malheureusement, la première, celle du financement du privé par un fonds public, est déjà franchie. Je le répète : dans ce cadre, cela constitue un précédent.
La deuxième ligne rouge réside dans le conditionnement à la signature du pacte enseignant. Cela a été dit, 80 % de la profession est contre le pacte. D’après de très nombreux retours dans différentes académies, il y a un chantage au pacte : pour obtenir une brique particulière, il faut d’abord avoir accepté une autre brique, celle, par exemple, des remplacements de courte durée.
Mme la rapporteure a dit qu’elle voulait être pragmatique ; j’ajoute donc un argument pragmatique.

M. Laurent Croizier

partager

C’est rare !

M. Léo Walter

partager

Je tiens à votre disposition des dizaines de remontées du terrain pour illustrer le problème suivant. Certains enseignants du premier degré ont signé pour une brique de pacte consistant à effectuer des heures de soutien en classe de sixième, mais cela ne valait que jusqu’en décembre. Depuis la rentrée de janvier, les élèves concernés n’ont donc plus de cours de soutien en sixième : il n’y a tout simplement plus de professeurs parce que le nombre de briques qu’ils peuvent ajouter est limité.
Le pacte fonctionne comme un Lego : on monte les briques les unes sur les autres, mais quand il n’y en a plus, il n’y a plus de pacte. Ainsi, dans un établissement, les 10 ou les 100 premiers enseignants qui solliciteront les briques à 1 250 euros les obtiendront, mais ensuite il n’y aura plus de briques à distribuer, et alors il n’y aura plus d’accompagnement.
Il y a bien d’autres manières de verser 1 250 euros à des enseignants. Si le meilleur moyen est d’augmenter les salaires, d’autres systèmes de primes et d’indemnités que le pacte existent. (Applaudissements sur les bancs du groupe LFI-NUPES.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Philippe Emmanuel.

M. Philippe Emmanuel

partager

Je voudrais apporter une précision sur le pacte. Il est vrai qu’il a eu un peu de mal à décoller, et que les syndicats d’enseignants sont relativement remontés contre cette initiative. Au début de l’année scolaire, il n’avait été signé que par 15 % des enseignants, mais il semble que le taux d’utilisation du pacte soit actuellement de 40 %. Je me suis cependant rendu aujourd’hui dans un établissement de ma circonscription qui a utilisé 90 % de sa dotation totale de pacte.
Il est vrai que, si le pacte est relativement bien utilisé dans l’enseignement secondaire, dans le primaire, c’est plus difficile, pour la simple et bonne raison que les enseignants du primaire n’ont généralement pas le temps. En effet, ils assurent souvent déjà des études dirigées le soir, et ils ont moins de temps que les autres à consacrer aux activités du pacte.

M. Rodrigo Arenas

partager

C’est donc bien qu’ils sont déjà occupés !

(Les amendements identiques nos 2 et 18 ne sont pas adoptés.)

M. Rodrigo Arenas

partager

Ils n’aiment pas les enseignants !

Mme la présidente

partager

Chers collègues, il est vingt-deux heures cinquante-cinq. De nombreux amendements restent à examiner. Je vous rappelle qu’en application de l’article 50 du règlement de l’Assemblée, la séance sera levée à minuit et je ne pourrai pas aller au-delà. Je veux simplement vous alerter.
Je suis saisie de deux amendements, nos 1 et 44, pouvant être soumis à une discussion commune.
La parole est à Mme Fatiha Keloua Hachi, pour soutenir l’amendement no 1.

Mme Fatiha Keloua Hachi

partager

En déposant cet amendement, nous voulions diminuer le nombre de nuitées à partir duquel l’enseignant perçoit une indemnité. Je crois que la rédaction initiale de la proposition de loi fixait un minimum de deux nuitées, mais la commission a retenu le seuil de trois nuitées. Nous proposions de fixer ce minimum à une nuitée parce qu’il faut bien comprendre que l’organisation d’une sortie scolaire, d’un voyage scolaire ou d’une classe de découverte, est un véritable projet, qui suppose un travail en amont et en aval.
De nombreuses classes ne partent qu’une nuitée ou deux, parce que les familles ont peur de laisser leurs enfants s’en aller plus longtemps. C’est une réalité, surtout pour les tout-petits, les élèves en maternelle ou en CP. Il faut le reconnaître et aider les enseignants qui emmènent ces élèves pour une nuitée ou deux.
Étant donné que l’amendement no 47 défendu par Mme la rapporteure a été adopté, je retire l’amendement no 1.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Très bien !

(L’amendement no 1 est retiré.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 44 de la commission des affaires culturelles et de l’éducation.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Il vise à passer de trois à deux nuitées le seuil prévu pour que les enseignants bénéficient de la rémunération prévue dans le pacte. Il est le fruit d’échanges nourris, en particulier avec les syndicats enseignants, depuis l’examen de la proposition de loi en commission. Je me réjouis que cette dernière ait pu l’adopter.
L’amendement no 44 prévoit la rémunération correspondant à une brique de pacte pour des séjours de deux nuitées au moins. Nous voulions en effet trouver un compromis pour que la proposition de loi puisse être adoptée.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement sur cet amendement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Je l’ai dit précédemment, la question des nuitées, qui fait l’objet de plusieurs amendements, mérite un travail complémentaire. Nous avions d’abord pensé que le seuil devait être fixé à quatre nuitées, mais vous nous aviez convaincus, madame la rapporteure, de l’abaisser à trois. Nous pensons que c’est là un bon équilibre.
Pour cette raison, à ce stade de nos échanges, j’émets un avis défavorable sur l’amendement no 44. J’aurai la même position sur tous les amendements qui s’écarteront de la logique des trois nuitées.

Un député du groupe RE

partager

Très bien !

(L’amendement no 44 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 45.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Cet amendement de clarification supprime la référence à un texte réglementaire d’application. En effet, la rédaction est suffisamment explicite pour entrer directement en vigueur.

Mme la présidente

partager

La commission a émis un avis favorable ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

En effet.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Je ne suis pas opposée au principe d’une indemnisation, mais, comme je l’ai dit, nous devons travailler sur la mécanique du dispositif. Ce dernier relève du domaine réglementaire, nous ne pouvons donc pas valider un amendement qui supprime le renvoi à un texte réglementaire. Avis défavorable.

(L’amendement no 45 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 49 rectifié.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Il est retiré.

(L’amendement no 49 rectifié est retiré.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 48 rectifié.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

L’objectif est de répondre à la question posée par les écoles maternelles dont les enseignants sont exclus de fait d’une indemnisation dès lors qu’ils partent en voyage scolaire de moins de trois nuitées.
Certes, il est vrai que leur attribuer une part de pacte à 1 250 euros pour une nuitée instaurerait un déséquilibre avec les enseignants qui partent en voyage scolaire pour plusieurs nuitées.
Cet amendement tend donc à créer une indemnité spécifique pour les voyages d’une nuitée organisés par les enseignants en maternelle.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

La commission a émis un avis défavorable sur cet amendement.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis défavorable pour les raisons évoquées précédemment.

(L’amendement no 48 rectifié n’est pas adopté.)

(L’article 2 est adopté.)

Article 2 bis

Mme la présidente

partager

L’amendement no 34 de Mme la rapporteure est rédactionnel.

(L’amendement no 34, accepté par la commission et le Gouvernement, est adopté.)

(L’article 2 bis, amendé, est adopté.)

Article 2 ter

Mme la présidente

partager

Les amendements nos 37 et 35, tous les deux de Mme la rapporteure, sont des amendements de clarification.

(Les amendements no 37 et 35, acceptés par la commission et le Gouvernement, successivement mis aux voix, sont adoptés.)

(L’article 2 ter, amendé, est adopté.)

Après l’article 2 ter

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter, pour soutenir l’amendement no 12 portant article additionnel après l’article 2 ter.

M. Léo Walter

partager

Pendant la discussion générale, j’ai dit qu’il manquait des personnes essentielles dans les dispositifs visant à relancer les classes de découverte : ce sont les accompagnants des élèves en situation de handicap, grands oubliés de l’éducation nationale.
Madame la rapporteure, je sais qu’un article a été ajouté pour proposer que le Gouvernement remette au Parlement un rapport étudiant les futures modalités d’indemnisation des accompagnants d’élèves en situation de handicap qui participent à des voyages scolaires – c’est très bien et je vous en remercie.
En attendant, puisqu’il n’y a pas moyen d’offrir aux accompagnants d’élèves en situation de handicap des primes, des pactes ou des briques, nous proposons qu’ils puissent récupérer les heures supplémentaires sur leur temps de travail sous forme de RTT. Il s’agit pour nous d’une mesure de justice pour ces personnes – essentiellement des femmes, je le rappelle – qui sont nombreuses à vivre sous le seuil de pauvreté.
C’est également – et avant tout – une mesure de justice pour les élèves en situation de handicap, qui, sans leur AESH, ne pourront pas participer aux séjours. On a du mal avec l’école inclusive, mais les séjours inclusifs sont aussi vraiment attendus. (Applaudissements sur les bancs des groupes LFI-NUPES et GDR-NUPES.)

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Avis défavorable, même si je remercie M. Walter d’avoir mis en avant ce sujet en commission : cela nous a permis d’avancer. L’accompagnement des AESH est en effet une question importante.
La solution que vous proposez n’est pas idéale – nous en avons discuté. En effet, le principe du repos compensateur risque de laisser les élèves en situation de handicap sans accompagnement en classe, ce qui n’est pas souhaitable. La commission a adopté l’amendement que je soutenais visant à demander au Gouvernement un rapport qui formulera des propositions afin que les AESH puissent être rémunérés dans le cadre de l’accompagnement des voyages scolaires.
Au Sénat, notre collègue Cédric Vial a fait adopter une proposition de loi portant sur le financement des AESH. Il serait intéressant de travailler sur cette question avec le Sénat, et de voir comment, dans le cadre de la navette, nous pourrions trouver rapidement une solution. Peut-être le Sénat fera-t-il des propositions concrètes puisqu’il a travaillé sur le financement des AESH dans le cadre périscolaire – ces suggestions pourraient être bien meilleures que notre idée d’un rapport.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis défavorable, pour la même raison. Dans le cadre de la navette, je m’engage à travailler sur la question de l’indemnisation spécifique des AESH. En revanche, le dispositif de repos compensateur ne nous paraît pas compatible avec leurs obligations de présence auprès des élèves.

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Sébastien Peytavie.

M. Sébastien Peytavie

partager

Encore une fois, nous voyons arriver un texte sans que la question du handicap ait été posée. Faute d’avoir anticipé, on demande un rapport, éventuellement des indemnités, on réfléchit à une potentielle récupération pour éviter des charges, mais on constate que cette solution diminuerait la présence des AESH pendant le temps scolaire. Tout cela confirme que l’absence d’un véritable statut des AESH et la question du temps partiel posent un problème – il a été évoqué, il y a quelques jours, au sujet du temps périscolaire.
Il est dramatique qu’en 2024, la question du handicap ne puisse pas être intégrée et prise en compte dans tous les textes. Aujourd’hui, on ouvre deux lignes de train de nuit – Paris-Aurillac et Paris-Berlin – sans qu’un seul wagon soit accessibles aux personnes handicapées. Il y a tant de domaines où le handicap n’est pas pris en considération.
Les bienfaits des classes de découverte ont été prouvés ; que les enfants en situation de handicap ne puissent pas y accéder est un vrai problème. (Applaudissements sur les bancs du groupe LFI-NUPES. – Mme Soumya Bourouaha applaudit également.)

Mme la présidente

partager

La parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter

partager

Madame la ministre, madame la rapporteure, vos réponses ne sont pas satisfaisantes. Selon vous, s’il y a un repos compensateur, il n’y aura pas d’accompagnement sur le temps scolaire. Pourquoi ? Parce que les AESH sont en nombre insuffisant pour être remplacées. Pourquoi n’y a-t-il pas assez d’AESH ? Parce qu’elles sont sous-payées, sous-formées, précaires ; il est donc difficile d’arriver à en recruter.

M. Laurent Croizier

partager

C’est incroyable.

M. Léo Walter

partager

Nous vous avons présenté des centaines d’amendements et des propositions de loi pour remédier à cette carence de l’État. Et qui va payer cette carence ? Les élèves en situation de handicap qui ne partiront pas en séjour.
Madame la ministre, je note votre engagement, mais pardonnez-moi d’y mettre un bémol – ces derniers temps, j’ai du mal à croire aux engagements du Gouvernement. En attendant que celui-ci devienne une réalité – si cela arrive un jour –, les élèves en situation de handicap ne partiront pas en classe de découverte. (Applaudissements sur les bancs du groupe LFI-NUPES.)

(L’amendement no 12 n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

Sur le vote de l’ensemble de la proposition de loi visant à relancer l’organisation des classes de découverte, je suis saisie par le groupe Renaissance d’une demande de scrutin public.
Le scrutin est annoncé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

Article 2 quater

Mme la présidente

partager

Les amendements no 36 et 38 de Mme la rapporteure sont rédactionnels.

(Les amendements no 36 et 38, acceptés par la commission et le Gouvernement, successivement mis aux voix, sont adoptés.)

Mme la présidente

partager

L’amendement no 29 de M. Lionel Vuibert est défendu.
Quel est l’avis de la commission ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Défavorable.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Sagesse, dans la mesure où je ne suis pas favorable à la multiplication des rapports.

(L’amendement no 29 n’est pas adopté.)

(L’article 2 quater, amendé, est adopté.)

Article 2 quinquies

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure, pour soutenir l’amendement no 40.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Il complète une demande de rapport déjà votée en commission. Il vise à obtenir « des informations sur les difficultés financières rencontrées par les familles pour garantir les départs en voyages scolaires ». C’est un sujet majeur car il convient de réduire le plus possible le reste à charge des familles.
La commission a émis un avis favorable sur cet amendement.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis de sagesse, pour la raison précédemment évoquée.

(L’amendement no 40 est adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Ségolène Amiot, pour soutenir l’amendement no 17.

Mme Ségolène Amiot

partager

Il propose la remise d’un rapport qui démontrera la faiblesse du montant consacré au fonds national d’aide au départ en classe de découverte. Il s’agira de constater concrètement le montant réel du reste à charge pour les familles, dans tous les établissements du territoire français.
Ces données permettront de prendre conscience de l’effort demandé aux familles pour financer les classes de découverte. Il permettra de vérifier s’il y a des inégalités – s’il n’y en a pas, tant mieux. De plus, il importe de s’assurer que les sommes nécessaires pour abonder ce fonds d’aide sont bien au rendez-vous, afin de rendre réellement l’école gratuite pour tous.
Nous avons entendu plusieurs fois aujourd’hui, sur ces bancs et au perchoir, que les classes de découverte font partie du parcours éducatif de nos enfants ; raison de plus pour les rendre parfaitement accessibles.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission sur l’amendement no 17 ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Défavorable, car il est satisfait par l’amendement que nous venons d’adopter.

(L’amendement no 17, repoussé par le Gouvernement, n’est pas adopté.)

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme la rapporteure pour soutenir l’amendement no 39.

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Il s’agit d’un amendement de simplification rédactionnelle qui a reçu un avis favorable de la commission.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Avis de sagesse.

(L’amendement no 39 est adopté, en conséquence l’amendement no 20 tombe.)

(L’article 2 quinquies, amendé, est adopté.)

Après l’article 2 quinquies

Mme la présidente

partager

La parole est à Mme Géraldine Bannier, pour soutenir les amendements nos 6 et 5, portant article additionnel après l’article 2 quinquies. Ils peuvent faire l’objet d’une présentation groupée.

Mme Géraldine Bannier

partager

Il me semble incongru qu’on puisse parler de mieux indemniser les professeurs du premier degré pour des sorties pédagogiques de deux ou trois nuitées, sans jamais s’interroger sur l’indemnisation des professeurs du second degré. De fait, le séjour de découverte peut concerner des élèves de sixième ou de cinquième qui ne sont jamais partis avec leur classe à l’école primaire.
La découverte se vit à tout âge. Depuis ma ruralité, mon premier volcan, c’était à La Bourboule, en CM2 ; ma première montagne, c’était à Chamonix, en cinquième ; mon premier voyage à l’étranger, c’était en Angleterre, en quatrième. Les classes de découverte concernent également le second degré.
J’ajoute, d’expérience, qu’une sortie avec des adolescents peut se révéler particulièrement ardue. Je me souviens d’un voyage en Italie, il y a quelques années : je me trouvais à une dizaine de kilomètres du séisme de L’Aquila. Heureusement, nous étions sur le chemin du retour. Je vous assure qu’il est difficile de gérer la panique avec des adolescents – j’en garde d’ailleurs un souvenir cuisant.
Par ces amendements, je tiens à rendre hommage aux professeurs du second degré qui sont de plus en plus réticents à organiser ce genre de voyages. Il faut penser à les indemniser et faire en sorte que le fonds favorise les voyages des élèves du second degré.
Les rapports demandés par mes amendements visent à faire bénéficier le second degré des dispositifs financiers prévu par le texte.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis de la commission sur les deux amendements ?

Mme Émilie Bonnivard, rapporteure

partager

Sagesse.

Mme la présidente

partager

Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre

partager

Sagesse.

(Les amendements nos 6 et 5, successivement mis aux voix, sont adoptés.)

Article 3

(L’article 3 est adopté.)

Mme la présidente

partager

Nous avons achevé l’examen des articles de la proposition de loi.

Explications de vote

Mme la présidente

partager

Dans les explications de vote, la parole est à M. Léo Walter.

M. Léo Walter (LFI-NUPES)

partager

Madame Bonnivard, pour de nombreuses raisons, nous aurions vraiment aimé voter pour ce texte auquel nous étions initialement opposés. J’ai expliqué pourquoi il était insuffisant ; il a cependant le mérite d’exister et je vous en remercie. Je vous remercie également d’avoir pris en considération certaines de nos remarques pour essayer de les intégrer au texte final.
Toutefois, un problème demeure : je l’ai dit, deux lignes rouges ont été franchies.
Premièrement, le financement par les deniers publics de projets menés au sein d’écoles privées sous contrat – en dehors de l’encadrement, bien sûr garanti à ces établissements – constitue un précédent extrêmement fâcheux. Je précise qu’en tenant ces propos, je ne remets nullement en cause les choix des parents, là n’est pas la question.
Deuxièmement, il y a la question du pacte. Je comprends votre volonté de faire passer la proposition de loi. Nous le savons, elle sera adoptée de toute façon, donc elle existera. Toutefois, nous ne pouvons pas voter pour un texte qui valide l’idée selon laquelle pour obtenir plus, il faut travailler plus.
M. Emmanuel l’a très bien dit tout à l’heure : si les engagements dans le pacte sont moins nombreux dans le primaire, c’est peut-être parce que, plus qu’ailleurs, les enseignants y sont encore proches de l’idéal de l’enseignant de l’école public, mais c’est aussi parce qu’ils travaillent déjà quarante-trois heures par semaine en moyenne – ils n’ont donc pas besoin de travailler plus, mais de gagner plus.
Garantissons-leur des salaires décents et des paiements d’heures supplémentaires à la hauteur de ce qu’ils font lorsqu’ils s’engagent dans un projet de classe de découverte. En revanche, finissons-en avec ce pacte qui, encore une fois, ne fonctionne pas et qui ne pourra pas fonctionner puisque les briques de pacte sont limitées en nombre et dans le temps.
Nous nous abstiendrons sur ce texte. (Applaudissements sur les bancs du groupe LFI-NUPES.)

Mme la présidente

partager