Accueil > Documents parlementaires > Projets de loi
La version en format HTML, à la différence de celle en PDF, ne comprend pas la numérotation des alinéas.
Version PDF
Retour vers le dossier législatif
Amendements  sur le projet ou la proposition

R É P U B L I Q U E   F R A N Ç A I S E

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2018

renvoyé à la Commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire,

présenté au nom de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre

par

M. Bruno LE MAIRE Ministre de l’économie et des finances

et par

M. Gérald DARMANIN Ministre de l'action

et des comptes publics

Assemblée nationale

Constitution du 4 octobre 1958

Quinzième législature

Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale le 27 septembre 2017

N° 235

Table des matières

Exposé général des motifs 7

Orientations générales et équilibre budgétaire du projet de loi de finances pour 2018..................................................8

Évaluation des recettes du budget général......................................................................................................................26

Articles du projet de loi et exposé des motifs par article 27

Article liminaire : Prévisions de solde structurel et de solde effectif de l’ensemble des administrations publiques de l’année 2018, prévisions d’exécution 2017 et exécution 2016.................................................................................29

PREMIÈRE PARTIE : CONDITIONS GÉNÉRALES DE L’ÉQUILIBRE FINANCIER..................................30

TITRE PREMIER : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESSOURCES.....................................................30

I. – IMPÔTS ET RESSOURCES AUTORISÉS.............................................................................................................................30

A. – Autorisation de perception des impôts et produits.............................................................................................30

Article 1er : Autorisation de percevoir les impôts existants............................................................................................30

B. – Mesures fiscales...................................................................................................................................................31

Article 2 : Indexation du barème de l'impôt sur le revenu (IR) sur l'inflation.................................................................31

Article 3 : Dégrèvement de la taxe d'habitation sur la résidence principale..................................................................32

Article 4 : Aménagement de l'assiette de taux réduit de TVA applicable aux services de presse en ligne.................35

Article 5 : Exonération de TVA et d'IS : services à la personne.....................................................................................36

Article 6 : Extension de l'exonération de TVA applicable aux psychothérapeutes et psychologues...........................37

Article 7 : Aménagement des modalités de calcul et de répartition de la CVAE...........................................................38

Article 8 : Prorogation et aménagement du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE)................................40

Article 9 : Trajectoire de la composante carbone pour la période 2018-2022 et conséquences en matière de tarifs des taxes intérieures de consommation....................................................................................................................42

Article 10 : Augmentation des seuils des régimes d'imposition des micro-entreprises.................................................46

Article 11 : Mise en oeuvre du prélèvement forfaitaire unique.......................................................................................49

Article 12 : Création de l'impôt sur la fortune immobilière et suppression de l'ISF.......................................................64

Article 13 : Suppression de la contribution de 3% sur les revenus distribués...............................................................75

Article 14 : Suppression du dispositif d'encadrement de la déductibilité des charges financières afférentes à l'acquisition de certains titres de participation...........................................................................................................76

Article 15 : Modification de l'assiette de la taxe sur les transactions financières..........................................................77

II. – RESSOURCES AFFECTÉES............................................................................................................................................78

A. – Dispositions relatives aux collectivités territoriales............................................................................................78

Article 16 : Fixation pour 2018 de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et des allocations compensatrices d’exonérations d’impôts directs locaux (IDL)............................................................................................................78

Article 17 : Compensation des transferts de compétences aux régions et aux départements par attribution d’une

part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE)............................83

Article 18 : Évaluation des prélèvements opérés sur les recettes de l'État au profit des collectivités territoriales.....85

B. – Impositions et autres ressources affectées à des tiers......................................................................................87

Article 19 : Mesures relatives à l’ajustement des ressources affectées à des organismes chargés de missions de service public...............................................................................................................................................................87

C. – Dispositions relatives aux budgets annexes et aux comptes spéciaux............................................................90

Article 20 : Dispositions relatives aux affectations : reconduction des budgets annexes et comptes spéciaux existants.......................................................................................................................................................................90

Article 21 : Relèvement du plafond de recettes de la section « Contrôle automatisé » du compte d'affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers ».......................................................................91

Article 22 : Modification du financement des trains d’équilibre du territoire via le compte d’affectation spéciale « Services nationaux de transport conventionnés de voyageurs ».............................................................................92

Article 23 : Fixation des recettes et élargissement des dépenses du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique »...............................................................................................................................................................93

Article 24 : Modification du barème du malus automobile (compte d'affection spéciale « Aides à l'acquisition de véhicules propres »)....................................................................................................................................................95

Article 25 : Reconduction et actualisation du dispositif de garantie des ressources de l’audiovisuel public (compte

de concours financiers « Avances à l'audiovisuel public »).....................................................................................97

D. – Autres dispositions...............................................................................................................................................98

Article 26 : Relations financières entre l’État et la sécurité sociale................................................................................98

Article 27 : Évaluation du prélèvement opéré sur les recettes de l'État au titre de la participation de la France au budget de l'Union européenne.................................................................................................................................100

TITRE II : DISPOSITIONS RELATIVES À L’ÉQUILIBRE DES RESSOURCES ET DES CHARGES.....101

Article 28 : Équilibre général du budget, trésorerie et plafond d’autorisation des emplois.........................................101

SECONDE PARTIE : MOYENS DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DISPOSITIONS SPÉCIALES......105

TITRE PREMIER : AUTORISATIONS BUDGÉTAIRES POUR 2018 – CRÉDITS ET DÉCOUVERTS.. .105

I. – CRÉDITS DES MISSIONS...............................................................................................................................................105

Article 29 : Crédits du budget général............................................................................................................................105

Article 30 : Crédits des budgets annexes.......................................................................................................................106

Article 31 : Crédits des comptes d'affectation spéciale et des comptes de concours financiers...............................107

II. – AUTORISATIONS DE DÉCOUVERT................................................................................................................................108

Article 32 : Autorisations de découvert...........................................................................................................................108

TITRE II : AUTORISATIONS BUDGÉTAIRES POUR 2018 – PLAFONDS DES AUTORISATIONS D'EMPLOIS..................................................................................................................................................109

Article 33 : Plafonds des autorisations d’emplois de l'État...........................................................................................109

Article 34 : Plafonds des emplois des opérateurs de l'État...........................................................................................111

Article 35 : Plafonds des emplois des établissements à autonomie financière...........................................................114

Article 36 : Plafonds des emplois de diverses autorités publiques..............................................................................115

TITRE III : REPORTS DE CRÉDITS DE 2017 SUR 2018.........................................................................116

Article 37 : Majoration des plafonds de reports de crédits de paiement......................................................................116

TITRE IV : DISPOSITIONS PERMANENTES............................................................................................117

I. – MESURES FISCALES ET BUDGÉTAIRES NON RATTACHÉES............................................................................................117

Article 38 : Déductibilité à l'IR du supplément de contribution sociale généralisée (CSG) résultant de l'augmentation de son taux................................................................................................................................................................117

Article 39 : Prorogation et recentrage de la réduction d'IR en faveur de l'investissement locatif intermédiaire

(dispositif "Pinel")......................................................................................................................................................118

Article 40 : Prorogation et réforme du prêt à taux zéro (PTZ)......................................................................................120

Article 41 : Diminution du taux normal de l'IS................................................................................................................122

Article 42 : Baisse du taux du CICE en 2018 et suppression du crédit d'impôt à compter du 1er janvier 2019.......124

Article 43 : Suppression du crédit d'impôt de taxe sur les salaires..............................................................................125

Article 44 : Suppression du taux supérieur de la taxe sur les salaires........................................................................126

Article 45 : Exonération de la cotisation minimum de CFE des redevables réalisant un très faible chiffre d'affaires

....................................................................................................................................................................................127

Article 46 : Modification du champ de l’obligation de certification des logiciels de comptabilité et de gestion et des systèmes de caisse...................................................................................................................................................129

Article 47 : Suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité......................................................................130

Article 48 : Introduction d’un jour de carence pour la prise en charge des congés de maladie des personnels du secteur public............................................................................................................................................................131

II. – AUTRES MESURES......................................................................................................................................................132

Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales....................................................................................................132

Article 49 : Suppression du fonds d’accompagnement de la réforme du micro-bénéfice agricole............................132

Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation............................................................................................133

Article 50 : Revalorisation de l’allocation de reconnaissance et de l’allocation viagère des conjoints et ex-conjoints survivants d’anciens membres des formations supplétives...................................................................................133

Article 51 : Alignement des pensions militaires d’invalidité au taux du grade.............................................................134

Cohésion des territoires.............................................................................................................................................135

Article 52 : Réforme des aides au logement et de la politique des loyers dans le parc social...................................135

Écologie, développement et mobilité durables.........................................................................................................140

Article 53 : Réforme du dispositif d’exonérations de cotisations sociales pour les entreprises d’armement maritime

....................................................................................................................................................................................140

Article 54 : Création d’une contribution des agences de l’eau au bénéfice d’opérateurs de l’environnement..........141

Engagements financiers de l'État..............................................................................................................................142

Article 55 : Suppression du dispositif de prise en charge par l’État d’une part des majorations de rentes viagères

....................................................................................................................................................................................142

Immigration, asile et intégration................................................................................................................................144

Article 56 : Mise en oeuvre progressive de l’application du contrat d’intégration républicaine à Mayotte................144

Article 57 : Réduction de la durée de versement de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA) des personnes

n’étant plus demandeur d’asile................................................................................................................................145

Relations avec les collectivités territoriales..............................................................................................................146

Article 58 : Automatisation du Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA)........................146

Article 59 : Dotation de soutien à l’investissement local...............................................................................................147

Article 60 : Répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF)....................................................................149

Article 61 : Modification des règles de répartition des dispositifs de péréquation horizontale...................................152

Article 62 : Revalorisation de la dotation pour les titres sécurisés...............................................................................154

Solidarité, insertion et égalité des chances..............................................................................................................155

Article 63 : Évolution de la prime d’activité....................................................................................................................155

États législatifs annexés 157

ÉTAT A (Article 28 du projet de loi) Voies et moyens...................................................................................................158

ÉTAT B (Article 29 du projet de loi) Répartition, par mission et programme, des crédits du budget général...........170

ÉTAT C (Article 30 du projet de loi) Répartition, par mission et programme, des crédits des budgets annexes.....175

ÉTAT D (Article 31 du projet de loi) Répartition, par mission et programme, des crédits des comptes d'affectation spéciale et des comptes de concours financiers....................................................................................................176

ÉTAT E (Article 32 du projet de loi) Répartition des autorisations de découvert........................................................179

Informations annexes 181

Présentation des recettes et dépenses budgétaires pour 2018 en une section de fonctionnement et une section d’investissement........................................................................................................................................................182

Tableaux d’évolution des dépenses et observations générales...................................................................................183

1. Tableau de comparaison, par mission et programme du budget général, des crédits proposés pour 2018 à ceux votés pour 2017 (hors fonds de concours)..............................................................................................................183

2. Tableau de comparaison, par titre, mission et programme du budget général, des crédits proposés pour 2018 à ceux votés pour 2017 (hors fonds de concours).....................................................................................................187

3. Tableau de comparaison, par titre et catégorie, des crédits proposés pour 2018 à ceux votés pour 2017 (budget général ; hors fonds de concours)...........................................................................................................................203

4. Tableau d’évolution des plafonds d’emplois..............................................................................................................204

5. Tableau de comparaison, par mission et programme du budget général, des évaluations de crédits de fonds de concours pour 2018 à celles de 2017......................................................................................................................206

6. Présentation, regroupée par ministère, des crédits proposés pour 2018 par programme du budget général......209

Tableaux de synthèse des comptes spéciaux...............................................................................................................212

Exposé général des motifs

8 PLF 2018

Projet de loi de finances

EXPOSÉ GÉNÉRAL DES MOTIFS

Orientations générales et équilibre budgétaire du projet de loi de finances pour

2018

I. Les orientations générales du projet de loi de finances pour 2018

Le projet de loi de finances pour 2018, premier budget de la législature et du quinquennat, constitue également la première annuité du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022, soumis à l’approbation du Parlement.

Il s’inscrit dans un contexte d’amélioration de la situation économique française, une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,7 % étant attendue en 2017 et 2018 – contre + 0,8 % en moyenne entre 2012 et 2016. Pour autant, la croissance française demeure en deçà de la moyenne européenne ; à cet égard, les prévisions de printemps de la Commission européenne anticipent une croissance de 1,9 % en moyenne en 2017 et 2018 dans l’Union européenne.

Dans ces conditions, le projet de loi de finances vise à tirer pleinement profit d’un environnement économique plus porteur pour engager une transformation profonde de l’action publique, qui permette de libérer l’économie française, protéger les Français et investir dans une croissance durable et riche en emplois.

Le présent projet de loi de finances traduit la vision exposée dans le projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022. La politique budgétaire conduite poursuit simultanément trois objectifs majeurs :

- Le redressement durable des comptes publics par la baisse de la dépense publique. La trajectoire des finances publiques repose sur une baisse de plus de trois points du poids de la dépense publique dans la richesse nationale à l’horizon 2022, qui doit permettre tout à la fois une diminution d’un point du taux de prélèvements obligatoires, un retour durable du déficit public en deçà du seuil de 3 % du PIB et une maîtrise de la dette à compter de 2019 ;

- L’amélioration de la sincérité du budget. Le Gouvernement a tenu à tirer toutes les conséquences de l’audit conduit par la Cour des comptes, dont les conclusions ont été publiées en juin dernier, qui a mis en lumière 4,2 Md€ de sous-budgétisations sous-jacentes à la loi de finances initiale pour 2017 ;

- La transformation en profondeur de nos politiques publiques. Pour libérer l’économie, protéger les Français et investir dans une croissance durable et riche en emplois, nos politiques publiques ne doivent plus être seulement réformées mais transformées : il s’agit de promouvoir les politiques qui ont fait preuve de leur efficacité et de redéfinir celles qui ne répondent plus aux attentes des citoyens.

1. Infléchir la croissance de la dépense de l'État pour financer durablement nos priorités

a. Sur la base de l’audit conduit par la Cour des comptes à l’été 2017, le projet de loi de finances pour 2018 remet à niveau les crédits et remédie aux sous-budgétisations sous-jacentes à la loi de finances initiale pour 2017.

Le Gouvernement a, dès son entrée en fonction, demandé à la Cour des comptes de procéder à un audit des finances de l’État. Cet audit, rendu le 29 juin 2017, a mis en lumière 4,2 Md€ de sous-budgétisations sous-jacentes à la loi de finances initiale pour 2017. Les impasses identifiées concernent de nombreuses missions du budget général, dont les enjeux sont pourtant particulièrement sensibles : « Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales » (0,6 Md€), « Travail et emploi» (1 Md€), « Défense » (0,7 Md€), « Solidarité, insertion et égalité des chances » (0,7 Md€), « Enseignement scolaire » (0,4 Md€) et « Immigration, asile et intégration » (0,2 Md€) pour les plus significatives.

Le présent projet de loi de finances corrige les sous-budgétisations sous-jacentes à la loi de finances initiale pour 2017. L’ampleur des impasses révélées par la Cour des comptes a rendu nécessaire un décret d’avance et un

décret d’annulation, conduisant à rehausser significativement, sur la base d’une analyse fine des besoins des ministères, une partie des crédits ministériels afin de financer les dépenses obligatoires omises dans la loi de finances. Au total les mesures de redressement prises à l'été s’élèvent à 4,2 Md€.

Les sous-budgétisations concernant pour une large part des dépenses obligatoires récurrentes, la mise à niveau des crédits est nécessaire au-delà de 2017. Pour cette raison, le Gouvernement a veillé à ce que chacune des sous- budgétisations identifiées par la Cour des comptes soit remise à niveau, en rehaussant le niveau de crédits correspondants. Le Gouvernement revoit par ailleurs le niveau des provisions : la mission « Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales » porte en 2018, pour la première fois, une provision pour risques et aléas de 300 M€ ; la provision pour opérations extérieures (OPEX) de la mission « Défense » est augmentée de 200 M€ par an dès 2018, pour atteindre 1,1 Md€ en 2020.

b. Le projet de loi de finances pour 2018 marque l’infléchissement de la croissance de la dépense de l’État, poursuivi et amplifié sur le triennal.

Les instruments de maîtrise des dépenses de l’État sont rénovés en 2018 . Le projet de loi de programmation des finances publiques (PLPFP) pour les années 2018 à 2022 redéfinit, pour plus de transparence et de cohérence, les agrégats de pilotage des dépenses de l’État (cf. IV.1) avec :

- Une « norme de dépenses pilotables » de l’État concentrée sur les moyens alloués aux politiques mises en œuvre directement par l’État et ses opérateurs quel que soit l’instrument budgétaire : crédits du budget général, ressources affectées et, pour la première fois, crédits des comptes spéciaux pilotables ;

- Un objectif de dépenses totales de l’État (ODETE) étendu, qui couvre l’ensemble des dépenses de l’État, y compris les prélèvements sur recettes au profit de l’Union européenne et des collectivités territoriales, la charge de la dette, les dépenses des autres comptes spéciaux, y compris les pensions.

Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit un net ralentissement de la dynamique de la dépense de l’État. Au sein du périmètre de la nouvelle norme de dépenses pilotables, le montant des dépenses de l’État progressera de

4,1 Md€ en 2018, pour atteindre 256,9 Md€, après une hausse marquée de 10,4 Md€ sur le même périmètre dans le cadre de la loi de finances initiale pour 2017. Ainsi, l’évolution des dépenses pilotables de l’État sera infléchie dès 2018, et ce en dépit de la nécessaire mise à niveau de certaines dotations en raison des sous-budgétisations sous-jacentes à la loi de finances initiale pour 2017.

La décélération des dépenses de l’État sera poursuivie et amplifiée tout au long du quinquennat. Au cours des années 2019 et 2020, les dépenses pilotables baisseraient de 0,4 % et de 1,0 % en volume, contre une progression de

3,3 % en 2017 et 0,6 % en 2018. En 2020, l’atteinte de cette cible suppose, par rapport aux plafonds triennaux par mission inclus dans le PLPFP, un effort complémentaire d’économies de 4,5 Md€, qui sera documenté par le processus « Action publique 2022 ». Pour les années ultérieures à 2020, le PLPFP 2018-2022 prévoit que ces mêmes dépenses continueraient à diminuer de 1,0 % par an en volume.

Évolution des crédits entre 2016 et 2022

Pour ce qui est du périmètre, plus large, de l’objectif de dépenses totales de l’État (ODETE), la dépense progresserait de 0,6 %, en volume, en moyenne entre 2017 et 2022. Le dynamisme plus important des dépenses totales de l’État se justifie par les contraintes propres aux autres dépenses, n’entrant pas dans le champ de la norme des dépenses pilotables, comme les pensions, la charge de la dette ou le prélèvement sur recettes à destination de l’Union européenne (PSR UE). La trajectoire de charge de la dette, en particulier, est assise sur une remontée régulière et progressive des taux d’intérêt sur la période couverte.

Tableau de norme (en Md€)

2. Le budget 2018 s’inscrit dans une logique de transformation de l’action publique.

Le présent projet de loi de finances traduit la volonté du Gouvernement de transformer en profondeur l’action publique afin de mieux répondre aux attentes des citoyens : libérer l’économie, protéger les Français et investir dans une croissance durable et riche en emplois.

a. Redonner du pouvoir d’achat aux Français et valoriser le travail

Le projet de loi de finances pour 2018 met en œuvre l'engagement du Gouvernement de dispenser progressivement du paiement de la taxe d'habitation sur la résidence principale une large majorité des ménages qui y sont actuellement soumis. Un nouveau dégrèvement, en complément des exonérations existantes, permettra à 80 % des foyers d'être dispensés du paiement de la taxe d'habitation au titre de leur résidence principale d'ici 2020. Cet objectif sera atteint de manière progressive sur trois ans : en 2018 et 2019, l’impôt restant à charge de ces foyers, après application éventuelle du plafonnement existant, sera diminué de 30 % puis de 65 %. Ce nouveau dégrèvement sera accordé en fonction d’un critère de revenu et tiendra compte des charges de famille.

Cette réforme permet d’alléger la charge résultant de cet impôt, dont le poids est particulièrement lourd pour la classe moyenne, et d’augmenter le pouvoir d’achat des ménages concernés. Afin de préserver l’autonomie financière des collectivités territoriales, le Gouvernement a choisi la méthode du dégrèvement, qui conduit à compenser intégralement la perte de recettes fiscales résultant de la mesure aux collectivités.

La baisse des cotisations sociales, financée par la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), augmentera de 7 Md€ le pouvoir d’achat des actifs. Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, 0,75 point de cotisation maladie et 1,45 point de cotisation chômage seront supprimés pour les salariés dès le 1er janvier 2018. Les cotisations chômage seront ensuite intégralement supprimées à compter du

1er octobre, grâce à la suppression supplémentaire des 0,95 point de cotisation restant. Les travailleurs indépendants bénéficieront d’une baisse des cotisations sociales assises sur leurs revenus d’activité qui compensera totalement,

pour tous, le surcoût de la CSG (suppression de la cotisation d’allocations familiales pour la très grande majorité des travailleurs indépendants). En outre, une exonération dégressive des cotisations d’assurance maladie et maternité se traduira par un gain de pouvoir d’achat pour 75 % des travailleurs indépendants, ceux dont les revenus annuels nets sont inférieurs à 43 000 € environ. Ces baisses de charges, financées par une hausse de 1,7 point de la contribution sociale généralisée due par un ensemble plus large de contribuables et sur un champ plus large de revenus, auront pour effet d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés et de renforcer la justice du financement de notre protection sociale. En année pleine, le gain pour les actifs s’élèvera à 7 Md€. Le maintien de celui des agents de la fonction publique d’État sera garanti par la suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité (CES), prévue dans le présent projet de loi de finances et par les autres mesures de compensation qui seront discutées avec les organisations syndicales dans le cadre du « Rendez-vous salarial » de cet automne.

Le pouvoir d’achat des salariés les plus modestes sera augmenté par la revalorisation de la prime d’activité . Portée par la mission « Solidarité, égalité des chances et insertion », la prime d’activité, entrée en vigueur le

1er janvier 2016, sera progressivement revalorisée de 80 € par mois, dont 20 € dès le 1er octobre 2018, soit un effort budgétaire supplémentaire de 1,2 Md€ sur le quinquennat. En parallèle, le barème et les ressources prises en compte pour le calcul de la prime d’activité seront modifiées pour assurer un meilleur ciblage des prestations destinées au soutien à l’activité.

Les citoyens en situation de handicap bénéficieront de la revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Dans un souci d’équité, de soutien au pouvoir d’achat et d’autonomisation des individus, cette prestation sera revalorisée à 860 € en 2018 et à 900 € en 2019, pour un coût plus de 2 Md€ sur le quinquennat. Elle s’accompagnera de l’alignement des règles de prise en compte des revenus d’un couple bénéficiant de l’allocation aux adultes handicapés sur celles d’un couple bénéficiant du revenu de solidarité active (RSA).

b. Lutter efficacement contre le chômage

Les politiques de l’emploi conduites depuis le premier choc pétrolier n’ont pas permis de réduire structurellement le taux de chômage de la population active, et notamment le chômage de longue durée de même que le chômage des jeunes. Face à ce constat, ces politiques doivent être transformées en organisant, notamment, une meilleure allocation des ressources en faveur d’une politique de retour durable à l’emploi.

Les contrats aidés généralisés portés par la mission « Travail et emploi » se sont révélés inefficaces pour traiter la question du chômage de longue durée et de l’insertion des jeunes dans l’emploi . Ils conduisent trop souvent à maintenir leurs bénéficiaires dans une situation précaire, sans perspective de retour pérenne à l’emploi. Pour cette raison, le Gouvernement recentrera l’utilisation des contrats aidés en réduisant à 200 000 le flux des nouveaux contrats aidés en 2018 contre un objectif de 310 000 nouveaux contrats en 2017, sans remettre en cause les contrats existants. Les contrats aidés seront recentrés sur les priorités, tant en termes de publics, comme les emplois aidés dédiés au secteur de l’insertion par l’activité économique et aux entreprises adaptées pour les travailleurs handicapés qu’en termes de secteurs employeurs : les Outre-mer, l’accompagnement des élèves handicapés en milieu scolaire, l’urgence sanitaire et sociale et les communes rurales.

La politique de l’emploi conduite par le Gouvernement est largement réorientée en faveur de la formation professionnelle des jeunes et des chômeurs de longue durée. La mise en œuvre d’un grand plan d’investissement dans les compétences (PIC) permettra la formation d’un million de chômeurs de longue durée et d’un million de jeunes. Cette réorientation stratégique majeure est la seule à même d’améliorer concrètement et durablement l’employabilité des publics les plus éloignés de l’emploi, la formation constituant la meilleure des sécurités dans un parcours professionnel.

Le Gouvernement active de nouvelles protections en renforçant le soutien à des publics ciblés pour lesquels les dispositifs généraux ne s’avèrent pas suffisamment pertinents. L’exonération de cotisations sociales « Aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise » (ACCRE) sera étendue dès 2019 à l’ensemble des travailleurs indépendants qui créent ou reprennent une activité, pour un coût de 0,2 Md€. En 2020, les emplois francs seront mis en œuvre pour encourager l’embauche des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, et ce pour un coût de 0,5 Md€ en année pleine.

c. Améliorer la compétitivité des entreprises et l’attractivité de notre économie

L'allègement du coût du travail sera amélioré grâce à la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et du crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) en allègement pérenne de cotisations sociales patronales à compter de 2019. En effet, si ces dispositifs visant à alléger le coût du travail ont contribué à la

restauration des marges des entreprises et au soutien à l’emploi, le mécanisme du crédit d'impôt aboutit à ce que les sommes correspondantes soient versées aux entreprises l'année suivant l'exercice y ouvrant droit. Ils seront remplacés par un dispositif de réduction des cotisations sociales sur les salaires inférieurs à 2,5 SMIC, qui sera renforcé sur les bas salaires. Ce dispositif conduira à un allègement immédiat et à ainsi qu’à un meilleur ciblage sur les bas salaires et sera donc plus efficace pour l’emploi.

Le projet de loi de finances pour 2018 comporte, conformément aux engagements du Gouvernement, une trajectoire ambitieuse de baisse du taux de l'impôt sur les sociétés qui sera ramené à 25 % d'ici 2022. Les PME continueront de bénéficier d'un soutien particulier grâce à la préservation du taux réduit de 15 % sur les 38 120 premiers euros de bénéfices pour celles dont le chiffre d'affaires est inférieur à 7,63 M€ et au maintien, pour toutes les sociétés, sur les exercices 2018 et 2019, du taux de 28 % sur la part des bénéfices inférieurs à 500 000 €.

Parallèlement, la contribution de 3 % sur les revenus distribués, jugée non conforme au droit de l'Union européenne, est supprimée pour les sommes mises en paiement en 2018. Cette mesure contribuera à l’attractivité des entreprises françaises auprès des investisseurs.

La combinaison de la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés, de la suppression de la contribution de 3 % sur les revenus distribués et de la transformation du CICE bénéficiera aux entreprises. Par exemple, le secteur de l’industrie manufacturière verra sa charge fiscale diminuer d’environ 1,5 Md€ d’ici à la fin du quinquennat. Chaque catégorie de taille d’entreprise (PME, ETI, grandes entreprises) sera gagnante. À titre d’exemple, les PME verront leur charge fiscale diminuer d’environ 1,5 Md€ d’ici à 2022.

Les mesures fiscales en faveur des entreprises bénéficieront également aux salariés. Le remplacement du CICE

par un allègement des cotisations patronales augmentera le montant de la réserve spéciale de participation. Environ

1 Md€ sera ainsi reversé aux salariés au titre de la participation.

Par ailleurs, deux mesures du présent projet de loi de finances pour 2018 contribueront à accroître l'attractivité économique de la France, notamment dans le contexte du « Brexit » : l’abrogation du taux marginal de taxe sur les salaires et l’abrogation de l'extension de l'assiette de la taxe sur les transactions financières (TTF) aux opérations infra-journalières. Elles sont de nature à renforcer le positionnement de la place de Paris comme place financière de référence en Europe et à favoriser la relocalisation ou l’implantation en France d’activités à haute valeur ajoutée.

Les travailleurs indépendants seront également soutenus. En cohérence avec le programme de réforme sociale mené par le Gouvernement en leur faveur, deux mesures fiscales du projet de loi de finances pour 2018 visent à simplifier leur activité. D’une part, les plafonds de chiffre d’affaires permettant de bénéficier des régimes simplifiés d’imposition à l'impôt sur le revenu (dits régimes « micro ») seront substantiellement rehaussés, à hauteur de

170 000 € pour les activités de vente et de 70 000 € pour les activités de prestation de services et les activités non commerciales. Ces nouvelles règles, applicables dès l’imposition des revenus 2017, favoriseront la prévisibilité du régime d’imposition applicable et atténueront les effets de seuils. D’autre part, les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 5 000 € seront exonérées de cotisation foncière des entreprises (CFE) à compter de 2019. Cette mesure mettra fin à une incohérence liée à la disproportion de cette charge, parfois inférieure de peu au montant de leur chiffre d'affaires.

d. Soutenir l’investissement et l’innovation publics et privés

Le présent projet de loi de finances est résolument orienté vers le soutien à l’investissement, tant public que privé. Seul l’investissement peut faire émerger les innovations qui permettront une croissance durable de notre économie, en répondant aux défis de la transition écologique et de la révolution numérique.

Le projet de loi de finances pour 2018 rénove profondément la fiscalité du patrimoine des ménages, en pleine cohérence avec la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés (IS), dans le but d’améliorer le financement de l’économie. La fiscalité doit orienter l’épargne française vers les investissements dans les entreprises qui prennent des risques, qui innovent et qui créent les emplois de demain.

Dès 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), singularité française, frappant la totalité du patrimoine, y compris l’investissement dans le capital des entreprises, sera supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière (IFI). Cet impôt concerne les patrimoines immobiliers nets supérieurs à 1,3 M€, comme l’ISF actuel, et s'applique selon le même barème. Les dons à des œuvres d'intérêt général pourront bénéficier d'une réduction d’IFI de 75 %.

Le projet de loi de finances pour 2018 porte également une réforme globale du régime d’imposition des revenus de l’épargne, dans une logique de simplification des dispositifs existants, afin d’en améliorer la lisibilité et la prévisibilité. Il instaure, ainsi, un taux forfaitaire unique d’imposition des revenus mobiliers de 30 % (qui se décompose en 17,2 % des

cotisations sociales et 12,8 % d’impôt sur le revenu) applicable aux produits et gains de cession dégagés par les investissements mobiliers des particuliers. Cette réforme permet d’harmoniser le taux et les modalités d’imposition de la majeure partie des revenus de l’épargne mobilière et de rapprocher la France des règles fiscales en vigueur dans beaucoup d’États européens. En réduisant les taux marginaux d’imposition, la réforme contribuera également à améliorer l’allocation de l’épargne vers le capital des entreprises, placement présentant un niveau plus élevé de risque et de rendement. En outre, les contribuables les plus modestes, dont le niveau d’imposition résultant de l’ancien régime serait plus favorable, conserveront la possibilité d’opter pour la soumission de leurs revenus mobiliers au barème de l’impôt sur le revenu.

Les produits d’épargne populaire (livret A, LDD, contrat d'assurance-vie des assurés pour lesquels le montant total des encours est inférieur à 150 000 €) et les produits fortement investis en actions (PEA, PEA-PME) conserveront leur régime fiscal favorable.

Le Grand plan d'investissement (GPI) de 57 Md€ sur le quinquennat a pour ambition d’accélérer l’émergence d’un nouveau modèle de croissance. Il poursuit quatre finalités : accélérer la transition écologique, édifier une société de compétence, ancrer la compétitivité sur l’innovation et construire l’État à l’âge numérique. Pour y parvenir, des actions concrètes et innovantes d’investissements seront déployées dans les politiques publiques de la formation et les compétences, la transition écologique et énergétique, la santé, l’agriculture, la modernisation des administrations publiques, notamment grâce à la numérisation, les transports et équipements collectifs locaux et, enfin, l’enseignement supérieur, la recherche, les grands défis et l’innovation. Afin d’engager la transformation de notre modèle de croissance, le Grand plan d’investissement montera rapidement en charge dès 2018.

Le GPI financera le troisième programme d’investissement d’avenir (PIA), à hauteur de 10 Md€. Les actions seront menées en parfaite cohérence avec les politiques publiques du Gouvernement qui sont concernées. Par ailleurs, pour

11 Md€ environ, les actions du GPI, hors PIA, seront financées par des instruments n’ayant pas d’impact sur le déficit public avec la mobilisation de fonds propres et de prêts, notamment de la Caisse des dépôts et consignations.

Le GPI ne constituera pas un budget distinct : il sera directement retracé sur les programmes ministériels du budget de l’État ou de la sécurité sociale. Chaque acteur sera ainsi responsabilisé sur la mise en œuvre des actions du plan qui entrent dans son domaine de compétences. Pour garantir la cohérence de chacun des actions avec la stratégie économique d’ensemble du plan de transformation, une structure légère centralisée, sous l’autorité directe du Premier ministre, sera chargée de suivre la mise en œuvre des actions et d’évaluer l’atteinte des objectifs. Cette structure soutiendra les ministères dans la mise en œuvre de ces actions de transformation.

Afin d’accompagner les ministères dans leur projet de transformation, le GPI comprendra un fonds pour la modernisation de l’action publique, doté de 700 M€ sur la période, dont 200 M€d'autorisations d'engagement dès 2018.

La création d’un fonds pour l’industrie et l’innovation permettra de financer l’innovation. Progressivement doté de 10 Md€ issus de la cession de participations détenues par l’État dans certaines entreprises, il sera plus spécifiquement orienté vers le soutien aux projets d’innovation de rupture, qu’ils soient issus de la recherche universitaire ou de l’entreprise.

Le soutien à l’investissement des collectivités territoriales sera poursuivi et amplifié . La dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) est maintenue à son niveau historiquement élevé de 2017 (996 M€). La dotation de soutien à l’investissement local des communes et de leurs groupements (DSIL), créée pour 2016 et reconduite en 2017, est désormais pérennisée et reliée aux finalités du Grand plan d’investissement (GPI) ; elle s’élève à 665 M€ en 2018, et comprend un fonds d’aide à la modernisation des collectivités territoriales doté de 50 M€ et 45 M€ au titre des contrats de ruralité. La dotation politique de la ville (DPV) s’élève, comme en 2017, à 150 M€, contre 100 M€ les années précédentes. Les crédits correspondants à ces différentes dotations enregistrent une forte montée en charge par rapport à la dernière loi de finances (+ 244 M€). Le fonds de compensation de la TVA, principale dotation de soutien à l’investissement local, connaît également une forte hausse (+ 88 M€) en lien avec la reprise prévisible de l’investissement local.

e. Accompagner la transition écologique

Le présent projet de loi de finances porte la première année de l’application du Plan Climat décidé par le Gouvernement. 20 Md€ du Grand plan d’investissement (GPI) seront dédiés à l’accélération de la transition écologique, en poursuivant des objectifs d’une ambition inédite, notamment dans la rénovation thermique et les énergies renouvelables. La programmation retenue permet des mesures fortes d’accompagnement des citoyens dans la transition écologique. Ainsi, le chèque énergie sera généralisé dès 2018 et revalorisé à partir de 2019 et la prime à la conversion des véhicules polluants souhaitée par le Président de la République sera mise en place dès 2018.

En matière de transports, le présent projet de loi de finances traduit la priorité accordée aux transports du quotidien par la hausse des moyens accordés à l’entretien et à la régénération du réseau routier national non concédé et du réseau fluvial, de même que par la pause réalisée sur les grands projets d’infrastructure.

Les moyens consacrés à la transition écologique sont dimensionnés à la hauteur des ambitions affichées par le Gouvernement en la matière. Les crédits de la mission « Écologie, développement et mobilité durables » sont ainsi majorés, à périmètre constant, de 0,5 Md€ dès 2018 et de 0,7 Md€ en 2020, par rapport à la loi de finances initiale pour 2017 ; les crédits du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique », hors engagements financiers, sont majorés de 0,5 Md€ en 2019 et de 0,9 Md€ en 2020, par rapport à la loi de finances initiale pour 2017. Les opérateurs de l’État sont confortés dans leurs missions, en particulier l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie (ADEME), désormais financée directement par le budget général pour un meilleur pilotage, l’Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF), dont le montant des dépenses opérationnelles sera porté à 2,4 Md€ en 2018, et l’Agence française pour la biodiversité (AFB), consolidée grâce à la simplification des circuits de financement.

La fiscalité environnementale contribue également à l’atteinte des objectifs fixés par le Gouvernement dans le cadre du Plan Climat. Le projet de loi de finances pour 2018 poursuit et amplifie la trajectoire carbone adoptée dans la loi pour la transition énergétique et aligne la fiscalité applicable au gazole et à l’essence en portant les tarifs de taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) applicable à ces carburants au même niveau en quatre années, soit à l’horizon 2021. Ces deux mesures contribueront à fixer le signal prix de la consommation des produits énergétiques carbonés et, ainsi, réduire les émissions « carbone », conformément aux engagements de la France, dans le contexte des accords de Paris. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est un dispositif incitant les contribuables à engager des travaux de rénovation énergétique des logements. Dans l'attente de la mise en place d'un mécanisme budgétaire plus efficient, le présent projet de loi de finances proroge la période d’application du CITE jusqu’au 31 décembre 2018, afin d'assurer la continuité du soutien public à la rénovation énergétique des logements. Le bénéfice du CITE sera progressivement concentré sur les mesures permettant de réaliser le plus efficacement des économies d'énergie.

f. Transformer la politique du logement

Le Gouvernement encourage l’investissement dans la construction de nouveaux logements, renforce la rénovation urbaine ainsi que la rénovation thermique des logements afin d’offrir de meilleures conditions de logement, en particulier pour les plus démunis. Par ailleurs, les aides personnelles au logement, qui représentent plus de 18 Md€ de contributions publiques (soit 15 Md€ par les crédits du budget général et 3 Md€ par la contribution des employeurs), n’ont pas atteint les objectifs d’amélioration des conditions de logement, notamment des plus modestes.

Le Gouvernement engage en 2018 une réforme structurelle des APL afin de faire baisser les loyers et les dépenses publiques de façon conjointe. Ainsi, dans le parc social, la mise en place d’une réduction de loyer de solidarité (RLS) permettra d’adapter les loyers effectivement payés à la situation des ménages les plus modestes. La mise en œuvre concomitante de la transformation des aides au logement et de la réduction de loyer de solidarité conduira à ne pas augmenter les dépenses de logement restant à la charge des ménages les plus modestes. Cette mesure, couplée aux autres mesures inscrites au projet – et notamment le gel en 2018 des loyers dans le parc social – dégage une économie de 1,7 Md€ en 2018.

Le projet de loi de finances pour 2018 renforce les moyens consacrés à la rénovation urbaine et à la rénovation thermique des logements. L’enveloppe dédiée au nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU) sera doublée, pour atteindre 10 Md€, conformément à l’engagement du Président de la République. L’État contribuera sur la durée du programme à hauteur de 1 Md€. En outre, une partie du Grand plan d’investissement (GPI) sera mobilisée, via l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), pour la rénovation thermique des bâtiments. L’État apportera, en 2018, un financement supplémentaire de 110 M€ à l’ANAH.

L’État accompagne également les investisseurs afin de développer l’offre de logements. Le dispositif « Pinel », actuellement applicable jusqu’au 31 décembre 2017, a contribué à la reprise du marché immobilier à destination des investisseurs et, partant, à la relance de la construction de logements neufs. Afin de maintenir le soutien à la production d’une offre locative supplémentaire dans le secteur intermédiaire et de donner de la visibilité aux professionnels de la construction ainsi qu’aux investisseurs, le projet de loi de finances pour 2018 prolonge ce dispositif pour quatre années supplémentaires, soit jusqu’au 31 décembre 2021, à l’exception des zones dans lesquelles le rapport entre l’offre et la demande de logements est le plus détendu.

De même, le dispositif du prêt à taux zéro (PTZ), également applicable jusqu'au 31 décembre 2017, constitue un outil de soutien à l’accession à la propriété des ménages à revenus modestes et intermédiaires. Le projet de loi de finances

pour 2018 proroge pour quatre années supplémentaires ce dispositif, soit jusqu’au 31 décembre 2021. Il sera recentré, pour les acquisitions-rénovations dans l’ancien, sur les zones qui ne sont pas marquées par un déséquilibre entre l'offre et la demande de logements et, pour les constructions neuves, dans les zones où les besoins en logements sont les plus importants.

g. Soutenir nos armées, soutenir l’effort de sécurité et de justice

L’effort consacré aux missions régaliennes est amplifié sur le quinquennat afin de répondre aux exigences de sécurité, de justice et de défense nationale.

La mission « Défense » connaîtra une hausse exceptionnelle de 8,6 Md€ sur le quinquennat afin de renforcer les armées. Dès 2018, les crédits de la mission augmenteront de 1,8 Md€. Ils augmenteront ensuite de 1,7 Md€ par an jusqu’à 2022, conformément à l’engagement du Président de la République de porter l’effort en matière de Défense à

2 % du PIB à l'horizon 2025. Ceci constituera la plus importante augmentation des crédits de la défense sur cinq années consécutives depuis 1981.

Les crédits de la mission « Justice » seront augmentés de 0,3 Md€ en 2018, 0,6 Md€ en 2019 et 0,9 Md€ en

2020, afin de permettre un fonctionnement plus efficace du service public de la justice. Ces hausses de moyens permettront de financer la création de 6 500 postes supplémentaires sur la durée du quinquennat, dont 1 000 dès 2018. L’effort entrepris en matière d’immobilier pénitentiaire sera poursuivi afin de créer 15 000 places de prison supplémentaires à l'horizon 2027 et maintenir le parc existant.

Conformément aux engagements présidentiels, 10 000 emplois supplémentaires viendront, sur le terrain, renforcer les effectifs des forces de sécurité au cours du quinquennat. Dès 2018, les effectifs de la police, de la gendarmerie et de la sécurité civile seront accrus de 2 000 emplois. Les dépenses de fonctionnement et d’équipement des forces de sécurités seront également consolidées.

II. L’équilibre budgétaire du projet de loi de finances pour 2018

1. Le solde budgétaire

En 2017, le déficit de l’État devrait être supérieur de 7,2 Md€ à la prévision initiale. Cet écart résulte des surévaluations de recettes et surtout des sous-budgétisations et risques sur les dépenses identifiés par la Cour des comptes dans son audit des finances publiques de juin 2017. La Cour des comptes avait estimé que les risques sur les dépenses pourraient excéder jusqu’à 6,6 Md€ la budgétisation initiale. Grâce au plan de redressement d’une ampleur inédite mis en œuvre en juillet dernier, pour 4,2 Md€ dont 3,3 Md€ par annulation de crédits, ces dépassements devraient être ramenés à 2,4 Md€ au-dessus de la loi de finances initiale pour 2017 (hors part de la recapitalisation du secteur énergétique financée par crédits du budget général). Ensuite, les prévisions de recettes sont revues à la baisse d’environ 2,8 Md€ (y compris excédents de recettes prévus sur le compte d’affectation spéciale « Transition

énergétique » et sur le compte d’avances aux collectivités territoriales), afin de tenir compte de la réalité des encaissements. Enfin les recapitalisations des entreprises du secteur de l’énergie conduisent à dégrader le déficit budgétaire de 2,1 Md€ supplémentaires.

Le déficit de l’État sera l’an prochain supérieur de 6,4 Md€ à celui prévu en exécution 2017 et se situerait à

82,9 Md€. L’État supportant l’intégralité de l’impact des baisses de prélèvements obligatoires, son déficit est appelé à se dégrader en 2018, tandis que les soldes des administrations de sécurité sociale et des collectivités territoriales s’améliorent. Ainsi, les principales mesures nouvelles en recettes seraient financées par l’État, pour un coût global d’environ 10 Md€. L’évolution spontanée des recettes fiscales (10,2 Md€) serait partiellement consommée par la rebudgétisation de la contribution exceptionnelle de solidarité (coût de 1,5 Md€ supporté par le budget de l’État), par la dynamique du prélèvement sur recettes au profit de l’Union européenne (en hausse de 2,3 Md€) et par les premiers décaissements au titre du troisième volet du programme d’investissements d’avenir (coût de 1,1 Md€ en 2018). La progression des dépenses pilotables serait limitée à seulement 1,7 Md€ par rapport à l’exécution prévisible en 2017.

2. Les dépenses

La cible de dépenses sur le périmètre de la norme de dépenses pilotables s’établit pour 2018 à 256,9 Md€, contre

252,8 Md€ en 2017, soit une hausse de 4,1 Md€ par rapport à la loi de finances initiale pour 2017. Au sein de cet agrégat, plusieurs évolutions doivent être distinguées :

- les crédits du budget général de l'État, hors charge de la dette, hors missions « Investissements d’avenir » et

« Remboursement et dégrèvements » et hors contributions au compte d’affectation spéciale « Pensions » passeront de

236,0 Md€ en 2017 (au format constant 2018) à 240,5 Md€ en 2018, soit un ressaut de 4,4 Md€, correspondant environ à la remise à niveau des crédits pour compenser les sous-budgétisations ;

- la somme des plafonds des taxes affectées passera de 9,3 Md€ à 9 Md€, soit un effort de - 300 M€ à périmètre constant ;

- les dépenses pilotables des comptes spéciaux et les dépenses des budgets annexes seront stables, à 13,3 Md€.

3. Les recettes

Les recettes fiscales nettes pour 2017 s’établiraient à 290,1 Md€, en baisse de 2,3 Md€ par rapport à la prévision de la loi de finances initiale pour 2017, principalement en raison d’une révision à la baisse du niveau des recettes effectivement encaissées en 2016 :

- l’impôt sur le revenu serait en baisse de 0,8 Md€ par rapport à la prévision de la loi de finances initiale et s’élèverait à

72,6 Md€ ; cette révision s’explique, notamment, par une croissance de la masse salariale en 2016 moins dynamique que prévu, ainsi que par la baisse de la prévision des recettes issues de la lutte contre la fraude ;

- l’impôt sur les sociétés serait en moins-value de 0,7 Md€ par rapport à la loi de finances initiale et s’élèverait à

28,4 Md€ ; cette diminution est notamment due à la reprise en base de la moins-value constatée entre la dernière estimation pour 2016 et le montant finalement exécuté ;

- les recettes de TICPE s’élèveraient à 10,4 Md€, en ligne avec la prévision de la loi de finances initiale ;

- la TVA ressortirait en plus-value de 1,2 Md€ par rapport à la loi de finances initiale et s’établirait à 150,5 Md€ ; la prévision a été révisée à la hausse du fait du dynamisme des encaissements constatés en cours d’année ;

- les autres recettes fiscales nettes s’établiraient à 28,2 Md€, soit une diminution de 1,8 Md€ par rapport aux prévisions de la loi de finances initiale ; cette révision s’explique principalement par la reprise en base d’une partie de la baisse des autres recettes fiscales nettes constatée entre la dernière estimation pour 2016 et le montant finalement exécuté et par la baisse des recettes attendues au titre de la lutte contre la fraude.

En 2018, les recettes fiscales nettes s’établiraient à 288,8 Md€, en baisse de 1,3 Md€ par rapport à la prévision révisée pour 2017 :

- l’évolution à législation constante des recettes fiscales nettes en 2018 (+ 10,2 Md€, soit + 3,5 %) est principalement imputable à la croissance spontanée de la TVA, reflet du dynamisme de la consommation des ménages (+ 4,3 Md€, soit + 2,9 %), ainsi qu’à la progression spontanée de l’impôt sur le revenu (+ 2,9 Md€, soit + 3,9 %), en raison notamment de l’évolution favorable de la masse salariale en 2017 ;

- les principales mesures nouvelles en recettes, concernant l’État, inscrites dans le présent projet de loi de finances représentent un montant d’environ - 10 Md€ :

- la suppression de la taxe à 3 % sur les dividendes, jugée non conforme au droit de l'Union européenne, représente une perte de recettes de 1,8 Md€ ;

- par ailleurs, les mesures de transfert entre sous-secteurs représentent un solde de + 0,2 Md€ ; ce montant recouvre, d’une part, le transfert de TVA aux régions en remplacement d’une partie de la dotation globale de fonctionnement (- 4,1 Md€) et, d’autre part, les transferts à destination des administrations de sécurité sociale qui sont diminués de

4,3 Md€ via l’affectation à l’État du rendement des prélèvements de solidarité, jusqu’alors affectés au Fonds de

solidarité vieillesse (+ 2,6 Md€), et la diminution de la fraction de TVA affectée aux organismes de sécurité sociale

(+ 1,7 Md€).

Les recettes non fiscales s’établiraient à 13,0 Md€ en 2017 et à 13,2 Md€ en 2018. À la suite des remarques formulées par la Cour des comptes dans son audit, les prévisions initiales ont été corrigées afin de tenir compte de la réalité des encaissements, notamment en ce qui concerne les reversements au titre des garanties sur le commerce extérieur (prévision revue à 0,3 Md€ en 2017 et à 0,6 Md€ en 2018) et les amendes prononcées par l’Autorité de la concurrence (prévision revue à 0,5 Md€ en 2017 et en 2018).

4. Le solde des comptes spéciaux

En 2017, le solde des comptes spéciaux s’établirait à 5,2 Md€, en baisse de 0,2 Md€ par rapport à la prévision de la loi de finances initiale. En particulier, le solde du compte retraçant les participations financières de l’État est révisé à la baisse pour tenir compte des recapitalisations des entreprises du secteur de l’énergie (le solde négatif du compte spécial de 2,1 Md€ se cumulant avec la contribution directe du budget général à cette recapitalisation pour

1,5 Md€, soit un impact cumulé de 3,6 Md€ de ces opérations sur le solde 2017).

En 2018, le solde des comptes spéciaux s’établirait à 1,4 Md€, en baisse de 3,8 Md€ par rapport à la prévision révisée pour 2017.

Cette révision résulte principalement des deux éléments suivants :

- la diminution du solde du compte « Prêts à des États étrangers » (- 1,2 Md€), compte tenu des opérations anticipées en 2018 ;

- les contrecoups constatés sur le solde du compte retraçant les participations financières de l’État (+ 2,1 Md€), sur le solde du compte de commerce « Soutien financier au commerce extérieur » (- 3,8 Md€) et sur le solde du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique » (- 0,5 Md€) qui reviendraient à l’équilibre en 2018.

III. L’évolution des effectifs de l’État et de ses opérateurs dans le projet de loi de finances pour 2018

1. Après deux années de forte croissance des effectifs, le projet de lois de finances pour 2018 marque un retour à des suppressions nettes d’emplois pour l’État et ses opérateurs.

Pour 2018, le solde global des créations et des suppressions d’emplois s’élève à - 1 600 ETP, dont - 324 ETP pour l’État et - 1 276 ETP pour les opérateurs, ce qui constitue une rupture par rapport aux années 2016 et 2017, marquées par des créations d’emplois de près de 14 000 ETP par an en moyenne.

Ce solde net permet de financer de manière soutenable les priorités du Gouvernement, à savoir :

- la création de 1 870 ETP dans le domaine de la sécurité (police, gendarmerie et sécurité civile), 1 000 ETP au ministère de la justice et 518 ETP dans les armées ;

- des suppressions d’emplois à hauteur de 4 988 ETP dans les autres ministères (3 712 ETP) et dans les opérateurs

(1 276 ETP).

Au sein de l’État, les principaux contributeurs à la baisse des emplois sont les ministères économiques et financiers (1 648 ETP), ainsi que les ministères de la transition écologique et solidaire (828 ETP), de l’Intérieur, hors sécurité (450 ETP), des solidarités et de la santé (258 ETP), du travail (239 ETP), de l’agriculture et de l’alimentation (130 ETP), de la culture (110 ETP), et de l’Europe et des affaires étrangères (100 ETP).

2. Les plafonds d’emplois ministériels poursuivent leur hausse du fait de mesures de périmètre et du décalage de prise en compte des recrutements intervenus en 2017.

Le schéma d’emplois prévu pour 2018 contribue à hauteur de - 682 équivalents temps plein travaillés (ETPT) à l’évolution des plafonds annuels d’autorisations d’emplois des ministères. Toutefois, ceux-ci augmentent de

16 008 ETPT par rapport aux plafonds autorisés par la loi de finances initiale pour 2017, car ils intègrent également les éléments suivants :

- des mesures de transfert et de périmètre, à hauteur de 6 347 ETPT, correspondant pour l’essentiel à la poursuite du plan de déprécarisation des contrats aidés du ministère de l’éducation nationale. La transformation de ces contrats en contrats d’accompagnement d’élèves en situation de handicap (AESH) à hauteur de 6 400 ETPT, ainsi que leur prise en charge directe dans la masse salariale de l’État conduisent, en effet, à leur intégration sous le plafond d’emplois ministériel. Hors opérations de transfert et de périmètre, la hausse des emplois autorisés s’élève donc à 9 661 ETPT ;

- l’effet en année pleine des hausses d’effectifs intervenues en 2017 (+ 10 392 ETPT). Cet effet report est particulièrement prononcé au ministère de l’éducation nationale (+ 7 774 ETPT), où les recrutements interviennent en septembre et pèsent pour les deux tiers sur l’année suivante.

3. Les plafonds d’emplois des opérateurs sont en diminution à périmètre constant, en cohérence avec les suppressions d’emplois prévues pour 2018.

À périmètre courant, l’augmentation du plafond total des autorisations d’emplois des opérateurs entre la loi de finances initiale pour 2017 et le projet de loi de finances pour 2018 est de 5 792 équivalents temps plein travaillé (ETPT).

À périmètre constant, le plafond d’emplois entre 2017 et 2018 est en diminution de 1 457 ETPT. Onze ministères voient le plafond d’emplois de leurs opérateurs en diminution, pour un total de - 1 534 ETPT, trois sont stables et trois sont en hausse. Les trois ministères en hausse sont ceux de l’intérieur (+ 57 ETPT), des armées (+ 15 ETPT) et de la justice (+ 5 ETPT).

La différence entre l’évolution courante et l’évolution constante des emplois dans les opérateurs est principalement liée à l’entrée dans le champ des opérateurs de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes (AFPA), qui compte 7 710 ETPT. Par ailleurs, trois mesures de périmètre visant à rationaliser les financements entre l’État et la sécurité sociale expliquent également cette différence. L’École des hautes études en santé publique (EHESP), pour 299 ETPT, et l’Agence de biomédecine (ABM), pour 239 ETPT, ne seront plus financées par une subvention pour charges de service public (SCSP) et perdent ainsi leur statut d’opérateur, alors que le financement de

80 emplois de chefs de clinique universitaires de médecine générale, précédemment assumé par le budget de la sécurité sociale, sera désormais assuré par le budget de l’État.

4. La masse salariale de l’État augmente de 2 Md€ par rapport à la loi de finances initiale pour 2017.

Les dépenses de personnel du budget général de l’État s’élèvent à 130,0 Md€ pour 2018, dont 87,0 Md€ hors contributions au compte d’affectation spéciale « Pensions ». L’augmentation de la masse salariale hors pensions, à hauteur de 2,0 Md€ (soit + 2,4 %) par rapport à la loi de finances initiale pour 2017, s’explique notamment par :

- des dépenses prévisionnelles 2017 supérieures aux crédits prévus en loi de finances initiale (+ 0,4 Md€) ;

- l’effet en année pleine des recrutements intervenus au cours de l’année 2017 (+ 0,3 Md€) ;

- le solde du glissement vieillesse-technicité, traduisant l’effet mécanique des progressions de carrière sur la masse salariale (+ 0,3 Md€).

IV. Application de la charte de budgétisation de la loi de programmation des finances publiques pour 2018-2020 au projet de loi de finances pour 2018

1. Deux nouveaux périmètres de norme

Le budget pluriannuel présenté à l’occasion du PLPFP 2018-2022 repose sur un double système de norme : une norme recentrée sur les dépenses pilotables de l’État et un objectif de dépenses totales de l’État (ODETE).

Les normes de dépenses fixées sur le périmètre hors charge de la dette et pensions (« zéro valeur ») et sur le périmètre « zéro volume » ont été utiles pour maîtriser la dépense de l’État. Ces instruments sont, cependant, d’autant plus efficaces qu’ils portent sur des dépenses sur lesquelles il est possible d’agir. Plusieurs ajustements sont donc apparus souhaitables pour renforcer l’effectivité du pilotage de la dépense de l’État.

Le prélèvement sur recettes à destination de l’Union européenne n’est pas intégré à la nouvelle norme de dépenses pilotables de l’État. Il était, jusqu’ici, décompté au sein de la norme hors charge de la dette et pensions. Il s’agit pourtant d’une dépense contrainte par les cadres financiers pluriannuels européens négociés tous les six ans et, annuellement, par l’exécution effective du budget de l’Union européenne qui connaît de fortes variations à la fois d’année en année (rattrapage, par exemple, de la sous-exécution des plafonds du cadre financier pluriannuel) et au cours de l’année (à la suite de l’adoption de budgets rectificatifs). Selon les années, les variations du PSR UE ont pu

constituer des effets d’aubaine pour les autres dépenses ou au contraire des contraintes insurmontables. En raison de ces aléas et de son caractère non pilotable, ce prélèvement n’est donc pas intégré à la nouvelle norme de dépenses pilotables de l’État.

Le prélèvement sur recettes à destination des collectivités territoriales n’est pas intégré à la nouvelle norme de dépenses pilotables de l’État. L’inclusion de ces concours dans la norme hors charge de la dette et pensions a pesé dans les choix de limitation des concours à l’inflation, puis à la stabilisation en valeur et enfin à une baisse dans le cadre du plan d’économies engagé en 2014. Le Gouvernement a fait le choix d’un nouveau mode de relation avec les collectivités territoriales, fondé sur une approche contractuelle. Il est ainsi assumé de demander un effort aux collectivités territoriales en contrepartie de la stabilité de leurs dotations, indépendamment des choix faits sur les autres dépenses de l’État.

Les dépenses des budgets annexes et de certains comptes spéciaux sont en revanche assimilables à celles du budget général et sont, à ce titre, intégrés à la nouvelle norme de dépenses . L’analyse fine des comptes spéciaux amène à considérer que certains portent des dépenses assimilables à celles du budget général (à l’exception des comptes d’opérations financières et des comptes prévus par la LOLF pour les opérations patrimoniales et les dépenses de pensions). Il en va de même pour les budgets annexes. Afin d’en renforcer la maîtrise, il est proposé de les intégrer dans le périmètre de la norme des dépenses pilotables de l’État.

Les prélèvements sur ressources accumulées ne minorent plus les plafonds de taxes affectées dans la nouvelle norme de dépenses. Ils ne se traduisent, en effet, pas nécessairement par une baisse de la dépense finale des opérateurs. Compte tenu de la complexité induite par le décompte des prélèvements sur ressources accumulées au sein de la norme de dépense, il est proposé de ne plus les retraiter des plafonds de taxes affectées au sens de l’article 46 de la loi de finances initiale pour 2012. Le principe d’une limitation des réserves de certains établissements demeure toutefois un objectif pertinent de maîtrise des finances publiques.

Au total, la nouvelle norme de dépenses pilotables correspond pour partie aux recommandations de la Cour des comptes et représente, sur la base du projet de loi de finances pour 2018, un montant de crédits de

256,9 Md€. Elle comprend désormais :

- les dépenses du budget général hors mission « Remboursements et dégrèvements » et « Investissements d’avenir », hors charge de la dette et hors contributions au compte d’affectation spéciale « Pensions » ;

- les plafonds de taxes affectées à des tiers autres que les collectivités territoriales et la sécurité sociale ;

- les budgets annexes hors contributions au compte d’affectation spéciale « Pensions » ;

- les dépenses des comptes d’affectation spéciale (hors comptes d’affectation spéciale « Pensions », « Participations financières de l’État », et hors programmes de désendettement, ou portant à titre principal sur des contributions aux collectivités territoriales ou des engagements financiers) ;

- le compte de concours financiers « Avances à l’audiovisuel public ».

L’objectif de dépenses totales de l’État (ODETE) comprend, outre le périmètre de la norme de dépenses pilotables, la charge de la dette, les pensions et les prélèvements sur recettes et autres concours financiers en faveur des collectivités territoriales, ainsi que les dépenses d’investissement d’avenir et les dépenses de certains comptes d’affectation spéciale. Il comprend ainsi :

- les dépenses du budget général et budgets annexes hors mission « Remboursements et dégrèvements » et hors contributions au compte d’affectation spéciale « Pensions » ;

- les plafonds de taxes affectées à des tiers autres que les collectivités territoriales et la sécurité sociale ;

- les prélèvements sur recettes à destination de l’Union européenne et des collectivités territoriales, ainsi que la fraction de taxe sur la valeur ajoutée affectée aux régions, au département de Mayotte et aux collectivités territoriales de Corse, de Martinique et de Guyane telle que définie à l’article 149 de la loi de finances initiale pour 2017 ;

- les dépenses des comptes d’affectation spéciale (hors compte d’affectation spéciale « Participations financières de l’État » et programmes de désendettement) et le compte de concours financiers « Avances à l’audiovisuel public ».

Les éventuels flux financiers entre ces différents agrégats sont retraités.

2. Les changements de périmètre affectant le projet de loi de finances pour 2018

Afin d’apprécier la dynamique de la dépense entre deux lois de finances consécutives, le budget est retraité des mesures de périmètre pour mesurer cette dynamique sur un champ constant. Le champ constant et la mesure de périmètre sont deux notions définies dans la charte de budgétisation rattachée au rapport annexé au projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022.

Les modifications de périmètre relatives aux dépenses comprises dans l’objectif de dépenses totales de l’État (ODETE), au sens de la nouvelle charte de budgétisation, représentent un montant net de 1,1 Md€. Elles se décomposent de la façon exposée infra.

Les mesures de périmètre liées à des transferts de compétences vers les collectivités territoriales ou à la régularisation de transferts antérieurs.

La part résiduelle de financement par l’État du dispositif « Nouvel accompagnement à la création ou la reprise d’entreprise » (NACRE) est transférée aux régions et conduit à minorer les crédits de la mission « Travail et emploi » de 1,1 M€, dans la continuité de la mesure inscrite dans la loi de finances initiale (LFI) pour 2017. Une mesure de périmètre négative est donc prise à hauteur de ce montant.

La dotation générale de décentralisation de continuité territoriale Corse est, par ailleurs, remplacée par l’affectation de taxe sur la valeur ajoutée aux régions, conformément à l’article 149 de la LFI pour 2017. Les crédits de la mission

« Relations avec les collectivités territoriales » sont donc diminués de 90,1 M€ et une mesure de périmètre négative du même montant est donc prise.

Les mesures de périmètre liées à des transferts de compétences vers les administrations de sécurité sociale ou à la régularisation de transferts antérieurs. Dans un souci de simplification des relations financières entre l’État et la sécurité sociale, le mode de financement de l’Agence de biomédecine (ABM), de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) et de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) est unifié. Elles sont désormais intégralement financées par la sécurité sociale, conduisant à réduire les crédits de la mission « Santé » de respectivement 14 M€ et 8 M€ et la mission « Solidarité, insertion et égalité des chances » de 0,9 M€. Par ailleurs, le financement des frais de santé des détenus sans activité professionnelle est transféré de l’État vers la sécurité sociale, conduisant à diminuer les crédits de la mission

« Justice » de 136 M€.

La régularisation de la mise à disposition des agents contractuels de la Direction générale de l’organisation des soins (DGOS) se poursuit dans la lignée des LFI pour 2016 et 2017. Actuellement financés par l’assurance maladie, ils seront désormais assumés par le budget général : les crédits de la mission « Solidarité, insertion et égalité des chances » sont donc majorés de 0,2 M€ et une mesure de périmètre du même montant est retenue. Les crédits de la même mission sont majorés, au titre de la prise en charge financière, par la subvention pour charges de service public des agences régionales de santé, des conseillers techniques et pédagogiques régionaux en soins infirmiers, de

2,6 M€.

Les crédits de la mission « Recherche et enseignement supérieur » sont, par ailleurs, majorés de 1,9 M€ au titre du financement de l’ouverture de postes supplémentaires de chefs de clinique universitaires de médecine générale (CCU- MG).

Chacun de ces mouvements est compensé dans le cadre des relations financières entre l’État et la sécurité sociale par un surcroît ou une diminution d’affectation de TVA.

Les mesures de périmètre liées à une évolution de la fiscalité ou assimilé . Trois mesures de périmètre permettent de neutraliser l’évolution des crédits (ressaut total de + 1,8 M€) liées à une évolution de la fiscalité (changement du régime fiscal de certaines dotations, évolutions de la structure de la dépense donnant lieu au paiement de taxes) ou équivalent, sans impact sur le solde public. Il s’agit notamment de :

- la compensation de la taxe sur les salaires désormais payée par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre et le Conseil national des communes « Compagnon de la Libération » à la suite de transferts de personnel entre l’État et ces opérateurs ;

- l’ajustement du loyer budgétaire à la suite de la réévaluation des surfaces d’un immeuble domanial par la Direction de l’immobilier de l’État sur la mission « Direction de l’action du Gouvernement » ;

- la compensation de la taxe sur la valeur ajoutée payée à partir de la mission « Recherche et enseignement supérieur » à la suite du nouvel assujettissement des établissements publics à caractère industriel et commercial.

Les mesures de périmètre relatives aux prélèvements sur recettes.

La mise en œuvre de la recentralisation sanitaire prévue à l’article 71 de la loi du 13 août 2004, complétée par l’article 100 de la loi de finances rectificative pour 2004, conduit à ce que les départements qui renoncent à l’exercice de cette compétence voient la part « dotation de compensation » de leur DGF réduite d’un montant égal au droit à compensation établi sur la base de l’exploitation des comptes administratifs des départements de 1983, actualisé en valeur 2005. La compétence en matière d’action sanitaire que les départements ne souhaitent plus exercer donne donc lieu à une mesure de périmètre négative sur le champ des prélèvements sur recettes à destination des collectivités territoriales de 1,6 M€.

Pour mémoire, l’affectation de taxe sur la valeur ajoutée aux régions, conformément à l’article 149 de la LFI pour 2017, donne lieu à une diminution de la dotation globale de fonctionnement (DGF) de 3,9 Md€. Ce mouvement, interne aux concours aux collectivités territoriales, ne constitue pas une mesure de périmètre, la fraction de TVA étant en effet intégrée à l’enveloppe des concours de l’État comme précisé à l’article 13 du PLPFP pour les années 2018 à 2022.

Les mesures de périmètre liées aux taxes et ressources affectées.

Conformément à la charte de budgétisation annexée à la loi de programmation des finances publiques pour les années

2018 à 2022, le plafonnement des ressources affectées au Fonds pour la prévention des risques naturels majeurs et l’élargissement des taxes affectées aux agences de l’eau sont traités en mesure de périmètre pour respectivement

208 M€ et 150 M€.

La baisse concomitante du plafond des taxes affectées aux agences de l’eau est par ailleurs traitée en mesure de périmètre sortante pour la partie supérieure au rendement effectif de la taxe, soit 170 M€.

Deux mesures de périmètre ponctuelles.

La suppression du fonds de solidarité, et la reprise sur le budget de l’État du financement de l’allocation spécifique de solidarité (ASS), et parallèlement de la contribution exceptionnelle de solidarité (CES) donnent lieu à l’inscription de crédits supplémentaires sur la mission « Travail et emploi » à hauteur de 1,5 Md€. La mesure n’a pas pour effet d’augmenter la dépense publique et est par ailleurs neutre sur le solde public en raison de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) parallèle à la suppression de la CES.

La compensation de la baisse des cotisations maladie des exploitants agricoles avait par ailleurs donné lieu à mesure de périmètre dans le PLF pour 2017 à la suite du rehaussement de crédits de la mission « Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales ». L’arrêt de cette compensation, parallèlement à l’unification du barème de ces cotisations avec celui applicable aux autres travailleurs indépendants, donne lieu par symétrie à la prise en compte d’une mesure de périmètre négative sur cette même mission de 350 M€.

3. Typologie des changements de périmètre depuis 2014

 

LFI 2014 LFI 2015 LFI 2016 LFI 2017 PLF 2018

1. Modification d'affectation entre le budget géné ral et les comptes spécia ux et budgets annexes

 

- - - - -

2. Suppression de fonds de concours et de compte s de tiers

 

- - -

3. Modification du champ du plafonneme nt des taxe s et ressources affectées (à partir de 2012)

583,0 M€ 595,0 M€ 3 629,4 M€ 300,3 M€ 188,0 M€

Plafonnement de taxes affectées aux

Agences de l’eau, au Fonds national de

Plafonnement de taxes affectées au gestion des risques en agriculture Plafonnement de taxes affectées à

fonds de solidarité pour le Plafonnement de taxes affectées aux (FNGRA), à l’Institut de radioprotection l'Agence Nationale de Sécurité Plafonnement de taxes affectées au

développement, au centre national pour chambres des métiers et de l’artisanat et de sûreté nucléaire (IRSN) à sanitaire de l'alimentation, de Fonds de prévention des risques

le développement du sport (CNDS), aux (CMA), aux établissements publics l’Agence pour la mise en valeur des l'environnement et du travail (ANSES), naturels majeurs ; élargissement des

exploitants d’aérodromes, à l’AMF fonciers (EPF) de l’État, à l’agence espaces urbains de la zone dite des " au Fonds National d'Aide au Logement taxes affectées aux agences de l'eau et

(autorité des marchés financiers) et à nationale de contrôle du logement 50 pas géométriques " en Martinique et (FNAL), à l'établissement public foncier baisse de plafond sur ces mêmes

l’ACPR (autorité de contrôle prudentiel social (ANCOLS) et au CNDS. diminution du plafond de la taxe de Guyane et à France Télévisions taxes

et de résolution) affectée à l’ANTS et à l’Agence de Financement des Infrastructures de

Transport de France (AFITF)

4. Suppression, budgétisation de taxes et autres recettes affectées ou modifications de la répa rtition entre taxes et autres recettes affectées et crédits budgétaires - Autres a justements liés à une évolution de la fisca lité

118,2 M€ 12,4 M€ 3 962,7 M€ 757,3 M€ 0,8 M€

Compensation de TVA au titre d’externalisation, Assujettissement de l’Autorité de la concurrence à la TVA et à la taxe sur les loyers, Compensation de l’imposition des personnels

stationnés à Djibouti à l’impôt sur le Rebudgétisation du Fonds national des revenu français, Compensation du solidarités actives (FNSA).

paiement des cotisations salariales Compensation du paiement des

Compensation de TVA au titre Compensation de TVA au titre pour les collaborateurs occasionnels du cotisations salariales pour les

d’externalisations et de la réforme de la d’externalisations, Prise en compte de service public du ministère de la justice collaborateurs occasionnels du service Assujetissement à la taxe sur les

tarification ferroviaire. Taxe sur les l’évolution de la tarification ferroviaire. suite à leur intégration dans le régime public du ministère de la justice suite à salaires à la suite de transferts d'ETP

salaires (Centre d'études et d'expertise Assujettissement à la TVA du BRGM. général, Changement de régime fiscal leur intégration dans le régime général. d'État vers deux opérateurs du

sur les risques, l'environnement, la Taxe sur les salaires (conseil supérieur du Bureau de recherches géologiques Compensation de TVA ou de taxe sur ministère de la Défense ; nouvel

mobilité et l'aménagement - CEREMA de l'audiovisuel -CSA, Conseil National et minières -BRGM, qui n’est plus les salaires au titre d'externalisations. assujettissement des établissements

et Agence France presse - AFP). des Communes « Compagnon de la soumis à la TVA, Budgétisation du Compensation de l'imposition des publics à caractère industriel et

Assujettissement à la TVA des Libération » - CNCCL, Grande compte d’affectation spéciale (CAS) « personnels stationnés à Djibouti à commercial (secteur recherche et

collaborateurs occasionnels du service chancellerie de la Légion d'honneur Gestion et valorisation des ressources l'impôt sur le revenu français. enseignement supérieur) à la TVA

public du ministère de la justice. (GCLH) tirées de l’utilisation du spectre Rebudgétisation de la Contribution au

hertzien, des systèmes et des service public de l'électricité (effet infrastructures de télécommunications année pleine).

de l’État ». Budgétisation de la

Contribution au service public de l'électricité CSPE). Budgétisation des fonds dédiés du Commissariat à l''énergie atomique et aux énergies alternatives.

5. Modification de la répartition des compétences entre l’Éta t et les collectivités territoriales ou compensation par le budget de l’État de la suppression ou de l’allègement d’impôts locaux

-10,4 M€ -26,2 M€ -8,7 M€ -91,2 M€

Financement de la dotation de

rattrapage et de premier équipement de Transfert des crédits de gestion du

Mayotte par la fiscalité de droit Fonds social européen aux régions

commun. Compensation par la taxe réalisé pour un montant de 0,8 M€ et Divers mesures de décentralisation en DGD de continuité territoriale Corse intérieure de consommation sur les - compensé par TICPE. Divers mesures cours de débat parlementaire. remplacée par une affectation de TVA produits énergétiques (TICPE) de décentralisation en cours de débat

d’ajustements de mouvements de parlementaire.

décentralisation en cours de débat

parlementaire

6. Clarification de la répa rtition des compéte nces entre l’État et des tiers (administrations de sécurité sociale et opéra te urs, notamment)

7 961,3 M€ 7 521,3 M€ 1 191,9 M€ 955,3 M€

Transferts des Etablissements et Budgétisation des allocations de Service d'Aide par le Travail (ESAT) à logement familiale (ALF), des l'Assurance maladie, rebudgétisation déductions forfaitaires pour particuliers de la part financée par l'Assurance

Budgétisation des aides personnelles employeurs, Création de la prime maladie de l'Agence Nationale des Rebudgétisation du fonds de solidarité ; au logement financées par la Caisse d’activité, financée par la suppression Services à la personne (ANSP) et de la arrêt de la compensation par l'État des nationale des allocations familiales de la prime pour l’emploi (PPE), part financée par la Sécurité sociale exonérations de cotisation pour les (CNAF), réintégration au budget général Réforme des modalités de financement des allocations de logement exploitants agricoles ; unification du

du prélèvement de solidarité. du dispositif de protection des majeurs, temporaires (ALT).Transfert Allocation financement de l'ABM, de l'ANESM et

- Compensation au fonds national d'aide Financement de l’aide à la réinsertion de solidarité pour les personnes âgées de l'EHESP ; transfert du financement au logement (FNAL) de la perte de familiale et sociale des anciens (ASPA)/Allocation Adulte Handicapé des frais de santé des détenus ; mise à recette induite par le Pacte de travailleurs migrants, Régularisation (AAH). Transfert des prestations disposition d'agents contractuels de la responsabilité. Compensation des des cotisations au titre des emplois de familiales dans les départements DGOS ; financement de postes de exonérations heures supplémentaires titulaires de la fonction publique d'outre-mer (DOM).Régularisation des chefs de clinique universitaires de

par crédits budgétaires hospitalière et les contrats à durée cotisations des agents contractuels médecine générale ;

indéterminée mis à disposition de la mis à disposition de la direction direction générale de l’organisation des générale de l’organisation des soins. soins Compensation d'exonérations à la

Sécurité sociale

7. Paiement de loyers budgétaires

1,3 M€ 0,5 M€ 0,5 M€ 1,0 M€

Evolutions de périmètre des loyers Réévaluation des surfaces d'un budgétaires en Polynésie Française et Evolutions du périmètre des loyers Evolutions du périmètre des loyers immeuble domanial par la DIE et

à Saint-Pierre et Miquelon ainsi que budgétaires Outre-mer budgétaires en Polynésie Française ajustement du loyer budgétaire en pour le ministère du travail conséquence

8. Mesures de périmètre relatives aux prélèvements sur recettes en

fa veur des collectivités te rritoriales

ou en fa veur de l’Union europé enne

78,8 M€ -22,0 M€ -1,6 M€

Ajustement du prélèvement sur les Transfert des compétences Nouvel

- - recettes de l’État au titre du versement Accompagnement à la Création ou la Recentralisation sanitaire transport, auparavant financé par la Reprise d'Entreprise (NACRE) aux

sécurité sociale régions

Incidence totale sur les dépenses de l'Etat

692,1 M€ 8 569,2 M€ 15 166,5 M€ 2 218,8 M€ 1052,3 M€

V. Mesures envisagées pour assurer en gestion le respect du plafond global des dépenses du projet de loi de finances pour 2018

Conséquence directe de l’amélioration de la sincérité du budget et de la responsabilisation accrue des gestionnaires souhaitée par le Gouvernement, le taux de mise en réserve global sera abaissé à 3 % sur les crédits hors titre 2. Pour la gestion 2018, le Gouvernement a décidé de rendre à la réserve de précaution sa vocation première qui est de faire face aux seuls aléas de gestion. En conséquence, si le taux de mise en réserve est maintenu à un niveau égal à 0,5 % des AE et des CP ouverts sur le titre 2 : « Dépenses de personnel », ce taux est ramené à

3 % (contre 8 % en 2017) sur les AE et CP ouverts sur les autres titres en moyenne sur l'ensemble des programmes doté de crédits limitatifs, avec une possibilité de modulation en fonction de la nature des dépenses.

L’abaissement du niveau de mise en réserve est rendu possible par la présentation d’un budget 2018 sincère . Les sous-budgétisations initiales ces dernières années justifiaient des redéploiements très importants en gestion à partir des crédits mis en réserve dans des proportions significatives : cette approche conduisait à un usage détourné de la réserve. L’effort de sincérité des dotations initiales en 2018 permet de revenir sur cette pratique. En contrepartie, une responsabilisation accrue des ministères est requise pour s’assurer du respect des plafonds de dépense de leurs programmes, et le cas échéant, pour mettre en œuvre le principe d’auto-assurance au sein des crédits ministériels. Des rendez-vous trimestriels de suivi budgétaire seront organisés autour du ministre de l’action et des comptes publics pour s’assurer de la bonne mise en œuvre de ce fonctionnement rénové.

Au total, un niveau de réserve d’environ 4 Md€ en crédits de paiement sera constitué. La mise en réserve prévue par l’article 51-4° bis de la loi organique relative aux lois de finances afin d’assurer en exécution le respect global des dépenses du budget général voté par le Parlement, permettra de constituer, dès le début de la gestion 2018, un niveau de réserve d’environ 4 Md€ en crédits de paiement, dont plus de 3 Md€ ne portent pas sur les dépenses de personnel. Conformément à l’article 14 de la loi organique, toute mise en réserve complémentaire fera l’objet d’une communication aux commissions de l’Assemblée nationale et du Sénat chargées des finances. En contrepartie, le suivi de l’exécution budgétaire sera renforcé à travers des rendez-vous trimestriels de gestion entre le ministère des comptes publics et les autres ministères.

Le Gouvernement souhaite par ailleurs renforcer le rôle du Parlement lors de l’examen de la loi de règlement . Les débats sur la gestion passée doivent en effet permettre de nourrir davantage la préparation de la loi de finances. En 2018, le Gouvernement s’engage ainsi à rénover les usages pour que ce texte financier soit davantage exploité pour éclairer le débat public sur la situation des finances publiques.

Évaluation des recettes du budget général

(en millions d’euros)

Désignation des recettes Évaluations initiales

pour 2017

Évaluations révisées pour 2017

Évaluations pour 2018

A. Recettes fiscales 401 182 398 320 403 978

1. Impôt sur le revenu 78 328 77 313 78 471

2. Autres impôts directs perçus par voie d'émission de rôles 3 219 3 006 3 068

3. Impôt sur les sociétés 59 137 58 392 57 726

3bis. Contribution sociale sur les bénéfices 1 160 1 289 1 291

4. Autres impôts directs et taxes assimilées 13 078 12 808 10 702

5. Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques 10 584 10 421 13 341

6. Taxe sur la valeur ajoutée 203 885 203 467 206 422

7. Enregistrement, timbre, autres contributions et taxes indirectes 31 790 31 624 32 958

À déduire : Remboursements et dégrèvements 108 834 108 232 115 201

A'. Recettes fiscales nettes 292 348 290 088 288 777

B. Recettes non fiscales 14 505 13 013 13 232

C. Prélèvements sur les recettes de l’État 63 064 62 369 60 539

1. Prélèvements sur les recettes de l'État au profit des collectivités

territoriales 44 374 44 500 40 327

2. Prélèvements sur les recettes de l’État au profit de l’Union

européenne 18 690 17 869 20 212

Recettes totales nettes des prélèvements (A’ + B – C) 243 789 240 732 241 470

D. Fonds de concours et recettes assimilées 3 930 3 332

Recettes nettes totales du budget général, y compris fonds de

concours (A' + B – C + D) 247 719 244 802

Articles du projet de loi et exposé des motifs par article

PROJET DE LOI

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l'action et des comptes publics ; Vu l’article 39 de la Constitution ;

Vu la loi organique relative aux lois de finances ; Décrète :

Le présent projet de loi, délibéré en Conseil des ministres, après avis du Conseil d’État, sera présenté à l’Assemblée nationale par le ministre de l'économie et des finances et par le ministre de l'action et des comptes publics, qui sont chargés d’en exposer les motifs et d’en soutenir la discussion.

Article liminaire :

Prévisions de solde structurel et de solde effectif de l’ensemble des administrations publiques de l’année 2018, prévisions d’exécution 2017 et exécution 2016

Article liminaire : Prévisions de solde structurel et de solde effectif de l’ensemble des administrations publiques de l’année 2018, prévisions d’exécution 2017 et exécution 2016

(1) La prévision de solde structurel et de solde effectif de l’ensemble des administrations publiques pour 2018, l’exécution de l’année 2016 et la prévision d’exécution de l’année 2017 s’établissent comme suit :

(2)

(En points de produit intérieur brut ; l'écart entre le solde effectif et la somme de ses composantes s'explique par l'arrondi au dixième des différentes valeurs)

EXÉCUTION 2016 PRÉVISION D’EXÉCUTION 2017

PRÉVISION 2018

Solde structurel (1) - 2,5 - 2,2 - 2,1

Solde conjoncturel (2) - 0,8 - 0,6 - 0,4

Mesures exceptionnelles (3) - 0,1 - 0,1 - 0,1

Solde effectif (1 + 2 + 3) - 3,4 - 2,9 - 2,6

Exposé des motifs

A l’occasion du projet de loi de programmation des finances publiques (LPFP) pour les années 2018 à 2022 et dans la lignée du rapport préparatoire au débat d’orientation des finances publiques de juillet 2017, le Gouvernement a revu ses hypothèses de croissance potentielle et d’écart de production, qui sont désormais cohérentes avec celles des principales organisations internationales et observateurs des finances publiques. Ainsi, la croissance potentielle en

2017 et en 2018 est désormais estimée à 1,25 %. Cette estimation repose, notamment, sur le constat d’une productivité qui a ralenti par rapport à la période d’avant crise. En parallèle, le Gouvernement retient une hypothèse d’écart de production plus réaliste (- 1,5 %) que lors de la précédente LPFP (- 3,1 %).

Ces révisions conduisent à un niveau de déficit structurel plus important que celui présenté à l’occasion de la loi de règlement pour 2016. Selon ces nouvelles estimations, en 2016, le solde public s’est élevé à 3,4 % du PIB, résultant d’un déficit structurel important (- 2,5 % du PIB) et d’un déficit conjoncturel de - 0,8 % du PIB.

En 2017, le solde public atteindrait - 2,9 % du PIB, un niveau qui, combiné avec la perspective d’un solde public 2018 inférieur à - 3,0 % du PIB, permettrait à la France de sortir de la procédure pour déficit excessif dans le calendrier prévu par la recommandation du Conseil de l'Union européenne de mars 2015. Cette évolution serait portée par une amélioration du solde structurel qui passerait de - 2,5 % à - 2,2 % du PIB. Le solde conjoncturel s’améliorerait aussi, passant de - 0,8 % à - 0,6 % du PIB, du fait d’une croissance supérieure à son potentiel (1,7 % contre 1,25 % en volume), permettant une réduction de l’écart de production (de - 1,5 % du PIB potentiel en 2016 à - 1,1 % en 2017). Les mesures ponctuelles et exceptionnelles pèseraient, quant à elles, sur le solde nominal à hauteur de 0,1 point de PIB en 2017 et 2018 (du fait des contentieux OPCVM, Stéria, et sur la cotisation sur la valeur ajoutée), si bien que leur effet serait nul sur l’ajustement structurel.

En 2018, le déficit public serait de - 2,6 %, soit une amélioration de 0,4 point de PIB par rapport à 2017. Cette amélioration serait portée, en partie, par la conjoncture (pour 0,2 point) et par une amélioration du solde structurel de

0,1 point. L’amélioration structurelle serait portée par un effort en dépense de 0,4 point, en partie compensé par l’impact des baisses de prélèvements obligatoires prévues en faveur des ménages et des entreprises (0,3 point de PIB potentiel) ainsi que par la prise en compte de la composante non discrétionnaire, qui pénaliserait l’ajustement structurel à hauteur de 0,1 point de PIB potentiel, principalement en raison du faible dynamisme des recettes hors prélèvements obligatoires.

PREMIÈRE PARTIE : CONDITIONS GÉNÉRALES DE L’ÉQUILIBRE FINANCIER

TITRE PREMIER : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESSOURCES

I. – IMPÔTS ET RESSOURCES AUTORISÉS

A. – Autorisation de perception des impôts et produitsArticle 1er :

Autorisation de percevoir les impôts existants

Article 1er : Autorisation de percevoir les impôts existants

(1) I. – La perception des ressources de l'Etat et des impositions de toute nature affectées à des personnes morales autres que l'Etat est autorisée pendant l’année 2018 conformément aux lois et règlements et aux dispositions de la présente loi.

(2) II. – Sous réserve de dispositions contraires, la présente loi s’applique :

(3) 1° A l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année 2017 et des années suivantes ;

(4) 2° A l’impôt sur les sociétés dû au titre des exercices clos à compter du 31 décembre 2017 ; (5) 3° A compter du 1er janvier 2018 pour les autres dispositions fiscales.

Exposé des motifs

Cet article reprend l’autorisation annuelle de percevoir les impôts et produits existants et fixe, comme chaque année, les conditions de l’entrée en vigueur des dispositions qui ne comportent pas de date d’application particulière.

B. – Mesures fiscalesArticle 2 :

Indexation du barème de l'impôt sur le revenu (IR) sur l'inflation

Article 2 : Indexation du barème de l’impôt sur le revenu (IR) sur l’inflation

(1) Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au second alinéa de l'article 196 B, le montant : « 5 738 € » est remplacé par le montant : « 5 795 € » ; (3) 2° Au I de l'article 197 :

(4) a) Au 1, les montants : « 9 710 € », « 26 818 € », « 71 898 € » et « 152 260 € » sont respectivement remplacés par les montants : « 9 807 € », « 27 086 € », « 72 617 € » et « 153 783 € » ;

(5) b) Au 2, les montants : « 1 512 € », « 3 566 € », « 903 € », « 1 508 € » et « 1 684 € » respectivement mentionnés aux premier, deuxième, troisième, quatrième et dernier alinéas sont remplacés, respectivement, par les montants :

« 1 527 € », « 3 602 € », « 912 € », « 1 523 € » et « 1 701 € » ;

(6) c) Au a du 4, les montants : « 1 165 € » et « 1 920 € » sont respectivement remplacés par les montants : « 1 177 € » et

« 1 939 € ».

Exposé des motifs

Le présent article prévoit d'indexer les tranches de revenus du barème de l'impôt sur le revenu ainsi que les seuils qui lui sont associés comme l’évolution de l’indice des prix hors tabac de 2017 par rapport à 2016, soit 1 %.

Ces dispositions s’appliqueront pour l’imposition des revenus de l'année 2017. Elles permettront de neutraliser les effets de l’inflation sur le niveau d’imposition, et donc sur le pouvoir d'achat des foyers fiscaux.

Le coût de la mesure est évalué à 1 100 millions d’euros.

Article 3 :

Dégrèvement de la taxe d'habitation sur la résidence principale

Article 3 : Dégrèvement de la taxe d’habitation sur la résidence principale

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au troisième alinéa de l'article 1407 bis, la première phrase est supprimée ; (3) 2° A l'article 1413 bis :

(4) a) Les mots : « et de l'article 1414 A » sont remplacés par les mots : « , de l'article 1414 A et de l'article 1414 C » ;

(5) b) Les mots : « , de l'article 1414 A » sont supprimés ;

(6) 3° Au IV de l'article 1414 :

(7) a) Les mots : « au montant de l'abattement fixé au I de l'article 1414 A. » sont remplacés par le mot : « à : » ;

(8) b) Il est ajouté six alinéas ainsi rédigés :

(9) « a) 5 461 € pour la première part de quotient familial, majoré de 1 580 € pour les quatre premières demi-parts et de 2 793 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la cinquième, en France métropolitaine ;

(10) « b) 6 557 € pour la première part de quotient familial, majoré de 1 580 € pour les deux premières demi-parts et de 2 793 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la troisième, en Martinique, en Guadeloupe et à La Réunion ;

(11) « c) 7 281 € pour la première part de quotient familial, majoré de 1 213 € pour les deux premières demi-parts et de 2 909 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la troisième, en Guyane ;

(12) « d) 8 002 € pour la première part de quotient familial, majoré de 1 333 € pour les deux premières demi-parts et de 3 197 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la troisième, à Mayotte.

(13) « Ces montants sont indexés, chaque année, comme la limite supérieure de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu.

(14) « Les montants mentionnés aux a, b, c et d sont divisés par deux pour les quarts de part. » ; (15) 4° L'article 1414 A est abrogé ;

(16) 5° A l'article 1414 B :

(17) a) Au premier alinéa, les mots : « de l'article 1414 A » sont remplacés par les mots : « des articles 1414 A et 1414 C »

et les mots : « à cet article » sont remplacés par les mots : « à ces articles » ;

(18) b) Au premier alinéa, dans sa rédaction issue du a du présent 5°, les mots : « des articles 1414 A et » sont remplacés par les mots : « de l'article » et les mots : « à ces articles » sont remplacés par les mots : « à cet article » ;

(19) 6° Après l'article 1414 B, l'article 1414 C est ainsi rétabli :

(20) « Art. 1414 C. – I. – 1° Les contribuables autres que ceux mentionnés aux I et 1° du I bis et IV de l'article 1414, dont le montant des revenus, au sens du IV de l'article 1417, n'excède pas la limite prévue au 2° du II bis du même article, bénéficient d'un dégrèvement d'office de la taxe d'habitation afférente à leur habitation principale.

(21) « 2° Pour les contribuables dont le montant des revenus, au sens du IV de l'article 1417, n'excède pas la limite prévue au 1° du II bis du même article, le montant de ce dégrèvement est égal à 30 % de la cotisation de taxe d'habitation de l'année d'imposition déterminée en retenant le taux global d’imposition et les taux ou le montant, lorsqu'ils sont fixés en valeur absolue, des abattements appliqués pour les impositions dues au titre de 2017, après application du dégrèvement prévu à l'article 1414 A.

(22) « Toutefois, le dégrèvement est déterminé en retenant le taux global applicable pour les impositions dues au titre de l’année lorsqu'il est inférieur à celui appliqué pour les impositions dues au titre de 2017 et les taux ou le montant, lorsqu'ils sont fixés en valeur absolue, des abattements de l’année d’imposition lorsqu'ils sont supérieurs à ceux appliqués pour les impositions dues au titre de 2017.

(23) « 3° Pour les contribuables mentionnés au 1° dont le montant des revenus, au sens du IV de l'article 1417, excède la limite prévue au 1° du II bis du même article, le montant du dégrèvement prévu au 1° du présent I est multiplié par le rapport entre :

(24) « a) Au numérateur, la différence entre la limite prévue au 2° du II bis de l'article 1417 et le montant des revenus ;

(25) « b) Au dénominateur, la différence entre la limite prévue au 2° du même II bis et celle prévue au 1° du même II bis.

(26) « II. – Pour l'application du I :

(27) « 1° Les revenus mentionnés au I s'apprécient dans les conditions prévues au IV de l'article 1391 B ter ;

(28) « 2° Le taux global de taxe d'habitation comprend le taux des taxes spéciales d'équipement additionnelles à la taxe d'habitation ainsi que celui de la taxe pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

(29) « Ce taux global est majoré, le cas échéant, des augmentations de taux postérieures à 2017 pour la part qui résulte strictement des procédures de lissage, d'harmonisation, de convergence prévues en cas de création de communes nouvelles, de fusions d'établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre ou de rattachement d'une commune à un tel établissement ;

(30) « 3° Lorsqu'en application des II quater et II quinquies de l'article 1411, des articles 1638 et 1638-0 bis, les abattements en vigueur en 2017 ont été réduits, il est fait application de ceux de l'année d'imposition dans la limite de la réduction prévue à ces articles ;

(31) « 4° Lorsque les abattements sont fixés en valeur absolue conformément au 5 du II de l’article 1411, le montant du dégrèvement est déterminé en retenant le montant des abattements appliqués en 2017 ou, s’ils sont inférieurs, le montant des abattements de l’année. » ;

(32) 7° a) Au premier alinéa du 2° du I de l'article 1414 C, dans sa rédaction issue du 6°, le taux : « 30 % » est remplacé par le taux : « 65 % » ;

(33) b) Au premier alinéa du 2° du I de l'article 1414 C, dans sa rédaction issue du a du présent 7° :

(34) – les mots : « à 65 % de » sont remplacés par le mot : « à » ;

(35) – les mots : « , après application du dégrèvement prévu à l'article 1414 A » sont supprimés ;

(36) 8° A l'article 1417 :

(37) a) Au II, la référence : « 1414 A » est remplacée par la référence : « 1391 B ter » ;

(38) b) Après le II, il est inséré un II bis ainsi rédigé :

(39) « II bis. – 1° Le 2° du I de l'article 1414 C s'applique aux contribuables dont le montant des revenus de l'année précédant celle au titre de laquelle l'imposition est établie n'excède pas la somme de 27 000 € pour la première part de quotient familial, majorée de 8 000 € pour chacune des deux premières demi-parts et 6 000 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la troisième, retenues pour le calcul de l'impôt sur le revenu afférent auxdits revenus.

(40) « 2° Le 3° du I de l'article 1414 C s'applique aux contribuables dont le montant des revenus de l'année précédant celle au titre de laquelle l'imposition est établie n'excède pas la somme de 28 000 €, pour la première part de quotient familial, majorée de 8 500 € pour chacune des deux premières demi-parts et 6 000 € pour chaque demi-part supplémentaire à compter de la troisième, retenues pour le calcul de l'impôt sur le revenu afférent auxdits revenus. » ;

(41) c) Au premier et au second alinéa du III, les mots : « et II » sont remplacés par les mots : « , II et II bis » ;

(42) 9° A l'article 1605 bis :

(43) a) Au 2°, les mots : « II de l'article 1414 A » sont remplacés par les mots : « I de l'article 1414 C » ;

(44) b) Le 3° bis est abrogé ;

(45) 10° Le 3 du B du I de l'article 1641 est ainsi modifié :

(46) a) Au premier alinéa, la référence : « 1414 A » est remplacée par la référence : « 1414 C » ;

(47) b) Au 1°, les mots : « et 1414 A » sont remplacés par les mots : « , 1414 A et 1414 C » ;

(48) c) Au 1°, dans sa rédaction issue du b du présent 9°, la référence : « , 1414 A » est supprimée.

(49) II. – L'article L. 173 du livre des procédures fiscales est ainsi modifié :

(50) 1° Au premier alinéa, les mots : « de la taxe professionnelle, » sont supprimés ;

(51) 2° Au second alinéa, après la référence : « 1414 B », il est inséré la référence : « , 1414 C » ;

(52) 3° Au second alinéa, la référence : « , 1414 A » est supprimée.

(53) III. – 1° Le 1°, le a du 2°, le a du 5°, le 6°, les b et c du 8° et le b du 10° du I et les 1° et 2° du II s'appliquent à compter des impositions établies au titre de 2018.

(54) 2° Le a du 7° du I s'applique aux impositions établies au titre de 2019.

(55) 3° Le b du 2°, le 3°, le 4°, le b du 5°, le b du 7°, le a du 8°, le a du 9°, les a et c du 10° du I et le 3° du II s'appliquent à compter des impositions établies au titre de 2020.

Exposé des motifs

Le Président de la République s'est engagé à ce que la taxe d'habitation (TH), impôt de rendement budgétaire perçu par les communes et leurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), soit progressivement allégée pour une très grande majorité des ménages aujourd'hui soumis à la TH au titre de leur résidence principale.

C'est pourquoi il est proposé d'instaurer, à compter des impositions de 2018, un nouveau dégrèvement qui, s'ajoutant aux exonérations existantes, permettra à environ 80 % des foyers d'être dispensés du paiement de la TH au titre de leur résidence principale d'ici 2020. Ce paiement sera en revanche maintenu pour les contribuables aux revenus les plus élevés.

Cet objectif sera atteint de manière progressive sur 3 ans. En 2018 et 2019, la cotisation de TH restant à charge de ces foyers, après application éventuelle du plafonnement existant, sera abattue de 30 % puis de 65 %.

Ce nouveau dégrèvement concernera les foyers dont les ressources n'excèdent pas 27 000 € de revenu fiscal de référence (RFR) pour une part, majorées de 8 000 € pour les deux demi-parts suivantes, soit 43 000 € pour un couple, puis 6 000 € par demi-part supplémentaire.

Pour les foyers dont les ressources se situent entre ces limites et celles de 28 000 € pour une part, majorées de 8 500 € pour les deux demi-parts suivantes, soit 45 000 € pour un couple, puis 6 000 € par demi-part supplémentaire, le droit à dégrèvement sera dégressif afin de limiter les effets de seuil.

De façon à préserver l'autonomie financière des collectivités, l’Etat prendra en charge les dégrèvements, dans la limite des taux et des abattements en vigueur pour les impositions de 2017, les éventuelles augmentations de taux ou d’abattements étant supportées par les contribuables. Un mécanisme de limitation des hausses de taux décidées ultérieurement par les collectivités et de prise en charge de leurs conséquences, de manière à garantir un dégrèvement complet, en 2020, pour les foyers concernés, sera discuté dans le cadre de la conférence nationale des territoires. Dans ce cadre sera également mise à l'étude une refonte plus globale de la fiscalité locale.

Article 4 :

Aménagement de l'assiette de taux réduit de TVA applicable aux services de presse en ligne

Article 4 : Aménagement de l’assiette de taux réduit de TVA applicable aux services de presse en ligne

(1) I. – Le deuxième alinéa de l’article 298 septies du code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Après la première occurrence du mot : « portant », sont insérés les mots : « sur les versions numérisées d’une publication mentionnée à l’alinéa précédent et » ;

(3) 2° Il est complété par une phrase ainsi rédigée : « Lorsque ces prestations sont comprises dans une offre qui comporte pour un prix forfaitaire l’accès à un réseau de communications électroniques au sens du 2° de l’article L. 32 du code des postes et des communications électroniques, ces taux sont applicables à la part de l’abonnement égale aux sommes payées par le fournisseur de service, par usager, pour l’acquisition de ces prestations, nettes des frais de mise à disposition du public acquittés par les éditeurs de presse au fournisseur de service. » ;

(4) II. – Le I est applicable aux prestations de services dont le fait générateur intervient à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

La mesure vise à clarifier les règles d’application du taux de 2,10 % de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) (1,05 % dans les départements d’outre-mer où la TVA est applicable) aux services de presse en ligne proposés par les opérateurs dans le cadre d'offres comprenant des services de télécommunication.

Dans le cadre de l'enrichissement de leurs offres (accès à Internet, téléphonie), qui relèvent du taux normal de la TVA, des opérateurs proposent en effet à leurs clients l'accès à des services de presse en ligne qui relèvent du taux réduit de 2,10 % de la TVA lorsqu’ils sont vendus isolément.

L’application du droit commun prévoit, lorsqu’une offre est composée de plusieurs prestations distinctes passibles de taux de TVA différents, que le redevable ventile les recettes correspondant à chaque taux, de manière simple et économiquement réaliste, sous sa propre responsabilité et sous réserve du droit de contrôle de l’administration. À défaut d’une telle ventilation, le prix doit être soumis dans sa totalité au taux le plus élevé.

La mise en œuvre de ces règles s’effectue ainsi sous le contrôle de l’administration et du juge, selon une temporalité qui n’est pas adaptée à ce secteur particulièrement concurrentiel. Ce manque de sécurité juridique est préjudiciable in fine aux opérateurs.

Afin d’apporter cette sécurité et d’assurer de bonnes conditions de concurrence, tout en préservant le soutien que représente le taux particulier de 2,10 % au développement et au pluralisme de la presse ainsi que la simplicité dans la gestion de l'impôt pour les opérateurs, la mesure proposée a pour objet de prévoir des règles spécifiques objectives de ventilation d'assiette, à l'instar de celles prévues pour les offres de services de télécommunication comprenant un service de télévision, en fixant l'assiette du taux réduit applicable aux services de presse en ligne à raison du coût d'acquisition de ces services de presse.

Article 5 :

Exonération de TVA et d'IS : services à la personne

Article 5 : Exonération de TVA et d’IS : services à la personne

(1) Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au 5 bis de l’article 206, après les mots : « même code » sont insérés les mots : « ou autorisées en application de l'article L. 313-1 du code de l'action sociale et des familles, » ;

(3) 2° Au 1° ter du 7 de l’article 261, après les mots : « code du travail » sont insérés les mots : « ou autorisées en application de l’article L. 313-1 du code de l’action sociale et des familles ».

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet de prendre en compte les modifications apportées par l'article 47 de la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) aux modalités de reconnaissance des associations prestataires intervenant dans le secteur des services à la personne afin de maintenir à périmètre constant les exonérations d’impôt sur les sociétés (IS), prévue au 5 bis de l’article 206 du code général des impôts (CGI), et de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), prévue au 1° ter du 7 de l’article 261 du CGI, leur étant applicables.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi ASV, l’agrément dont la détention subordonne le bénéfice de ces exonérations, prévu par les dispositions de l’article L. 7232-1 du code du travail, n’est plus requis que pour les seuls organismes qui interviennent en mode prestataire pour les activités de services à la personne de garde d’enfants à domicile en dessous de trois ans alors qu’il l’était auparavant également pour les organismes intervenant en mode prestataire auprès de personnes âgées et en situation de handicap. Les associations prestataires intervenant dans ce secteur auprès de personnes âgées et en situation de handicap sont désormais tenues de détenir une autorisation prévue à l’article L. 313-1 du code de l’action sociale et des familles.

Le présent article modifie ainsi le CGI afin d’éviter que les associations de services à la personne qui obtiennent une telle autorisation ne perdent le bénéfice des exonérations d’IS et de TVA qui leur étaient jusqu’à présent applicables.

Article 6 :

Extension de l'exonération de TVA applicable aux psychothérapeutes et psychologues

Article 6 : Extension de l’exonération de TVA applicable aux psychothérapeutes et psychologues

(1) I. – Au 1° du 4 de l’article 261 du code général des impôts, les mots : « ou de chiropracteur et par les psychologues, psychanalystes et psychothérapeutes » sont remplacés par les mots : « , de chiropracteur, de psychologue ou de psychothérapeute et par les psychanalystes ».

(2) II. – Le I s’applique aux prestations pour lesquelles le fait générateur de la taxe sur la valeur ajoutée intervient à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Le présent article vise à tirer les conséquences de l’évolution de la réglementation de l’usage des titres de psychologues et de psychothérapeutes au regard de l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable aux prestations de soins à la personne effectuées dans le cadre de l’exercice des professions médicales et paramédicales.

L’actuelle rédaction du 1° du 4 de l’article 261 du code général des impôts (CGI), qui transpose en droit interne le c) du paragraphe 1 de l’article 132 de la directive n° 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de la TVA, exonère de la taxe les soins dispensés aux personnes par les membres des professions médicales et paramédicales réglementées.

Pour les psychologues et psychothérapeutes, le bénéfice de cette exonération est réservé depuis 1993 aux praticiens titulaires de l’un des diplômes requis, à la date de sa délivrance, pour être recruté comme psychologue dans la fonction publique hospitalière.

L’exonération s’appliquera désormais également aux soins dispensés par les psychologues et psychothérapeutes qui, après examen de leur situation individuelle par l’autorité administrative compétente, se voient reconnaître les qualifications professionnelles requises pour l’usage du titre et sont donc enregistrés sur le système d’information national des professionnels relevant du code de la santé publique (registre ADELI).

Article 7 :

Aménagement des modalités de calcul et de répartition de la CVAE

Article 7 : Aménagement des modalités de calcul et de répartition de la CVAE

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) A. – Le I bis de l'article 1586 quater est remplacé par les dispositions suivantes :

(3) « I bis. – Lorsqu’une entreprise, quels que soient son régime d'imposition des bénéfices, le lieu d'établissement, la composition du capital et le régime d'imposition des bénéfices des entreprises qui la détiennent, remplit les conditions de détention fixées au I de l’article 223 A pour être membre d’un groupe, le chiffre d’affaires à retenir pour l’application du I du présent article s’entend de la somme de son chiffre d’affaires et des chiffres d’affaires des entreprises qui remplissent les mêmes conditions pour être membres du même groupe.

(4) « Le premier alinéa n’est pas applicable lorsque la somme des chiffres d'affaires mentionnée à ce même alinéa est inférieure à 7 630 000 €. »

(5) B. – Au III de l’article 1586 octies :

(6) 1° Au troisième alinéa :

(7) a) Après les mots : « la cotisation foncière des entreprises », sont insérés les mots : « est pondéré par un coefficient de 5 » ;

(8) b) Les mots : « sont pondérés par un coefficient de 5 » sont remplacés par les mots : « est pondérée par un coefficient de 21 » ;

(9) 2° A la dernière phrase du sixième alinéa, les mots : « par un coefficient de 5 » sont remplacés par les mots : « par un coefficient de 21 » ;

(10) 3° Le dernier alinéa est supprimé.

(11) II. – L’article 51 de la loi n° 2016-1918 du 29 décembre 2016 de finances rectificative pour 2016 est abrogé.

(12) III. – Les 1°et 2° du B du I s'appliquent à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises due par les contribuables au titre de 2018 et des années suivantes et à celle versée par l’Etat aux collectivités territoriales et aux établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Dans une décision rendue le 19 mai 20171, le Conseil constitutionnel a jugé que les modalités de calcul du taux effectif de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) pour les sociétés membres d'un groupe étaient contraires à la Constitution. En effet, alors que ce taux est établi en fonction du chiffre d'affaires réalisé, la loi prévoit d'apprécier ce montant au niveau du groupe pour les sociétés fiscalement intégrées à l'impôt sur les sociétés (IS). Le Conseil constitutionnel a jugé que, si une différence de traitement pouvait être admise entre les groupes et les autres sociétés par un motif d'intérêt général consistant à faire obstacle aux comportements d'optimisation, le renvoi au régime de l'intégration fiscale en matière d'IS rendait cette disposition contraire à la Constitution, dès lors que tout groupe de sociétés – fiscal ou non – est susceptible de réaliser des opérations de restructuration visant à optimiser son imposition.

En conséquence, le présent article propose d’appliquer la consolidation du chiffre d’affaires, non plus aux seules sociétés fiscalement intégrées, mais à l'ensemble des sociétés satisfaisant aux conditions de détention du capital pour faire partie d’un groupe fiscal. Cette nouvelle disposition s’appliquerait à compter de la CVAE due au titre de 2018.

Par ailleurs, la valeur ajoutée des entreprises implantées dans plusieurs collectivités est répartie entre elles au prorata, pour le tiers, des valeurs locatives foncières imposées en matière de cotisation foncière des entreprises (CFE) et, pour les deux tiers, de l’effectif salarié. Le présent article modifie ces modalités de répartition de la CVAE à double titre.

D'une part, pour favoriser les territoires accueillant des établissements industriels, qui peuvent notamment engendrer des externalités particulières (pollutions, risques divers, besoins en infrastructures), les effectifs et les valeurs locatives des établissements pour lesquelles les immobilisations industrielles passibles de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) excèdent 20 % de la valeur locative totale sont surpondérés à hauteur d'un coefficient de 5. Or, la révision des valeurs locatives des locaux professionnels prévue par la loi de finances rectificative pour 2010 et qui est entrée en vigueur en 2017 a pour effet de réaligner les valeurs locatives des locaux professionnels sur les valeurs de marché. Toutefois, elle ne concerne pas les locaux industriels, dont les valeurs locatives demeurent inchangées. Dès

1 Décision no 2017-629 QPC.

lors, afin de maintenir le poids des établissements industriels dans la clé de répartition de la CVAE, le présent article propose d'augmenter le coefficient de pondération des valeurs locatives de ces établissements.

D'autre part, l’article 51 de la loi de finances rectificative pour 2016 prévoit, à compter de 2018, une répartition de la valeur ajoutée des entreprises membres d’un groupe fiscal en fonction des valeurs locatives foncières et des effectifs salariés de l’ensemble des établissements des entreprises membres du groupe. Or, l’application de ces nouvelles modalités conduirait à une variation de la CVAE perçue par les collectivités territoriales décorrélée de l’activité économique de leur territoire, à une perte de lisibilité et de prévisibilité, en matière de perception de la CVAE, pour ces mêmes collectivités et au renforcement des obligations déclaratives de près de 50 000 entreprises. Pour ces raisons, le présent article propose l’abrogation de l’article 51 de la loi de finances rectificative pour 2016.

Article 8 :

Prorogation et aménagement du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE)

Article 8 : Prorogation et aménagement du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) A – A l’article 200 quater :

(3) 1° Le b du 1 est ainsi modifié :

(4) a) au premier alinéa, après le mot : « dépenses », sont insérés les mots : « mentionnées aux 1°, 3° et 4° du présent b » et l'année : « 2017 » est remplacée par les mots : « 2018, ainsi qu’à celles mentionnées au 2° du présent b, payées entre le 1er janvier 2005 et le 27 mars 2018 » ;

(5) b) le 1° est complété par les mots : « , à l’exception de celles utilisant le fioul comme source d'énergie » ;

(6) 2° Aux c et d et aux f à k du 1 et à la première phrase du 4, l'année : « 2017 » est remplacée par l'année : « 2018 » ;

(7) 3° Le 5 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(8) « Toutefois, pour les dépenses mentionnées au 2° du b du 1 payées du 27 septembre 2017 au 27 mars 2018, le crédit d'impôt est égal à 15 %. »

(9) B – Au 1 de l’article 278-0 bis A, après les mots : « 200 quater », sont insérés les mots : « dans sa rédaction antérieure à celle résultant de la loi n° XXXXX du XXXXX de finances pour 2018 ».

(10) II. – A – Le b du 1° et le 3° du A du I s'appliquent aux dépenses payées à compter du 27 septembre 2017, à l'exception de celles payées jusqu'au 31 décembre 2018 pour lesquelles le contribuable justifie de l'acceptation d'un devis et du versement d'un acompte avant le 27 septembre 2017.

(11) B – L'article 200 quater du code général des impôts, dans sa rédaction applicable aux dépenses mentionnées au 2° du b du 1 de cet article payées du 27 septembre 2017 au 27 mars 2018, s'applique également à ces mêmes dépenses payées du 28 mars au 31 décembre 2018, pour lesquelles le contribuable justifie de l'acceptation d'un devis et du versement d'un acompte avant le 28 mars 2018.

Exposé des motifs

Le Président de la République s'est engagé, dans le cadre de la campagne présidentielle, à étudier la possibilité de

« transformer le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime immédiatement perceptible au moment des travaux et non l'année suivante », afin de lever la contrainte de liquidité et d'accompagner de manière plus efficiente une politique de rénovation globale des logements. Cet engagement présidentiel sera mis en œuvre à l'horizon de l'année 2019, conformément aux annonces faites par le ministre de la transition écologique et solidaire dans le cadre de la présentation du Paquet solidarité climatique le 19 septembre dernier.

En effet, les travaux d'élaboration et la mise en œuvre d'un tel mécanisme de subventions budgétaires, en remplacement du CITE, ne permettent pas d'envisager sa mise en place dès le 1er janvier 2018.

Dès lors, compte tenu de la nécessité de maintenir un mécanisme public d'accompagnement des contribuables dans la décision d'engager des travaux de rénovation énergétique des logements, le présent article a pour objet de proroger la période d'application du CITE pour une année, soit jusqu'au 31 décembre 2018, afin d'assurer la continuité du soutien public à la rénovation énergétique des logements jusqu'à la mise en place d'un mécanisme alternatif plus efficient.

La prorogation pour une année du CITE est également l'occasion d'améliorer l'efficience du dispositif et d'assurer sa cohérence avec la politique du Gouvernement en matière environnementale. En effet, l'efficience environnementale du CITE et de la dépense fiscale qui en résulte suppose de concentrer ce dispositif sur les équipements, matériaux ou appareils présentant les effets de levier les plus importants et un meilleur rapport coût-bénéfice environnemental.

A cet égard, il est proposé de supprimer l'éligibilité au CITE de certains équipements, matériaux ou appareils, sans que cette exclusion n’ait d’incidence sur le taux réduit de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable.

1/ D'une part, le rapport, prévu par l'article 23 de la loi de finances pour 2017, dont les conclusions figurent dans le jaune budgétaire « Revues de dépenses » du présent projet de loi de finances et rendu par la mission conduite par l'Inspection générale des finances et le Conseil général de l'environnement et du développement durable (IGF - CGEDD) sur les aides à la rénovation énergétique des logements privés, relève que le crédit d'impôt pour les dépenses de parois vitrées, mais aussi de portes d’entrée donnant sur l’extérieur et de volets isolants, est d’une moindre efficience que d'autres composantes du CITE.

En effet, alors que les dépenses afférentes au remplacement de fenêtres constituent le premier poste de dépenses du CITE, elles présentent une efficacité faible lorsque l'on met en regard les montants engagés au titre du crédit d'impôt et les économies d'énergies réalisées.

Dès lors, le présent article a pour objet de réduire puis de supprimer le crédit d'impôt pour les dépenses d'acquisition de matériaux d'isolation thermique des parois vitrées, de volets isolants et de portes d'entrée donnant sur l'extérieur :

- tout d'abord, le taux du crédit d'impôt sera ramené à 15 % au lieu de 30 % pour les dépenses payées à compter du

27 septembre 2017 ;

- ensuite, l'éligibilité au crédit d'impôt sera supprimée pour les dépenses payées à compter du 28 mars 2018.

Ce délai de six mois est de nature à accompagner les acteurs économiques vers ce nouvel environnement fiscal.

Par ailleurs, des dispositions transitoires sont prévues pour les dépenses de l'espèce payées jusqu'au

31 décembre 2018 et engagées par l'acceptation d'un devis et le versement d'un acompte avant respectivement le

27 septembre 2017 ou le 28 mars 2018, afin de maintenir le bénéfice du crédit d'impôt dans ses conditions antérieures, soit respectivement au taux de 30 % ou de 15 %.

2/ D'autre part, la fin des énergies fossiles est l'un des six grands thèmes retenus dans le cadre du Plan climat présenté par le ministre de la transition écologique et solidaire à la demande du Président de la République et du Premier ministre. Dès lors, il convient d’engager, dès maintenant, la révision du champ d’application du CITE à l’aune des orientations définies par le Gouvernement dans le cadre du Plan climat. C’est pourquoi, le présent article a également pour objet d'exclure du bénéfice du CITE, pour les dépenses payées à compter du 27 septembre 2017, les dépenses d’acquisition de chaudières à haute performance énergétique les plus carbonées, celles utilisant le fioul comme source d'énergie.

Cependant, des dispositions transitoires sont également prévues, afin de maintenir l'éligibilité de tels équipements pour les dépenses payées jusqu'au 31 décembre 2018 et engagées par l'acceptation d'un devis et le versement d'un acompte avant le 27 septembre 2017.

Enfin, le taux réduit de 5,5 % de la TVA sera maintenu sans discontinuité pour les travaux portant sur la pose, l’installation et l’entretien des matériaux et équipements que le présent article exclut du bénéfice du CITE.

Article 9 :

Trajectoire de la composante carbone pour la période 2018-2022 et conséquences en matière de tarifs des taxes intérieures de consommation

Article 9 : Trajectoire de la composante carbone pour la période 2018-2022 et conséquences en matière de tarifs des taxes intérieures de consommation

(1) I. – Le code des douanes est ainsi modifié :

(2) A. – Le tableau du 1° du 1 de l’article 265 est remplacé par le tableau suivant : (3) «

l'Espace économique européen.

             

-----supercarburant d'une teneur en plomb n'excédant pas 0,005 g/ litre, autre que les supercarburants correspondant aux indices d'identification 11 et 11 bis, et contenant jusqu'à

10 % volume/ volume d'éthanol, 22 % volume/ volume d'éthers contenant 5 atomes de carbone, ou plus, par molécule et d'une teneur en oxygène maximale de 3,7 % en masse/ masse d'oxygène ;

11 ter

Hectolitre

66,29

68,67

71,05

73,43

75,80

----carburéacteurs, type essence :

             

-----carburant utilisé pour les moteurs d'avions ;

13 bis

Hectolitre

39,79

42,44

45,09

47,75

50,40

-----autres ;

13 ter

Hectolitre

68,51

71,16

73,81

76,47

79,12

----autres huiles légères ;

15

Hectolitre

67,52

69,90

72,28

74,66

77,03

--huiles moyennes :

             

---pétrole lampant :

             

----destiné à être utilisé comme combustible :

15 bis

Hectolitre

15,25

17,90

20,55

23,21

25,86

-----autres ;

16

Hectolitre

51,28

53,93

56,58

59,24

61,89

---carburéacteurs, type pétrole lampant :

             

----carburant utilisé pour les moteurs d'avions ;

17 bis

Hectolitre

39,79

42,44

45,09

47,75

50,40

---autres ;

17 ter

Hectolitre

51,28

53,93

56,58

59,24

61,89

---autres huiles moyennes ;

18

Hectolitre

51,28

53,93

56,58

59,24

61,89

--huiles lourdes :

             

---gazole :

             

----destiné à être utilisé comme carburant sous condition d'emploi ;

20

Hectolitre

18,82

21,58

24,34

27,09

29,85

----fioul domestique ;

21

Hectolitre

15,62

18,38

21,14

23,89

26,65

----autres ;

22

Hectolitre

59,40

64,76

70,12

75,47

78,23

----gazole B 10 ;

22 bis

Hectolitre

59,40

64,76

70,12

75,47

78,23

----fioul lourd ;

24

100 kg nets

13,95

17,20

20,45

23,70

26,95

---huiles lubrifiantes et autres.

29

Hectolitre

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

2711-12

             

Propane, à l'exclusion du propane d'une pureté égale ou supérieure à 99 % :

             

--destiné à être utilisé comme carburant (y compris le mélange spécial de butane et de propane dans lequel le propane représente plus de 50 % en poids) :

             

---sous condition d'emploi ;

30 bis

100 kg nets

15,90

19,01

22,11

25,22

28,32

--autres ;

30 ter

100 kg nets

20,71

23,82

26,92

30,03

33,13

--destiné à d'autres usages.

31

 

Exemption

2711-13

             

Butanes liquéfiés :

             

--destinés à être utilisés comme carburant (y compris le mélange spécial de butane et de propane dans lequel le butane représente au moins 50 % en poids) :

             

---sous condition d'emploi ;

31 bis

100 kg nets

15,90

19,01

22,11

25,22

28,32

---autres ;

31 ter

100 kg nets

20,71

23,82

26,92

30,03

33,13

--destinés à d'autres usages.

32

 

Exemption

2711-14

             

Ethylène, propylène, butylène et butadiène.

33

100 kg nets

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

2711-19

             

Autres gaz de pétrole liquéfiés :

             

--destinés à être utilisés comme carburant :

             

---sous condition d'emploi ;

33 bis

100 kg nets

15,90

19,01

22,11

25,22

28,32

---autres.

34

100 kg nets

20,71

23,82

26,92

30,03

33,13

2711-21

             

Gaz naturel à l'état gazeux :

             

--destiné à être utilisé comme carburant ;

36

100 m ³

8,80

11,02

13,23

15,45

17,66

--destiné, sous condition d'emploi, à alimenter des moteurs stationnaires, y compris dans le cadre d'essais.

36 bis

100 m ³

9,50

11,72

13,93

16,15

18,36

2711-29

             

Autres gaz de pétrole et autres hydrocarbures présentés à l'état gazeux :

             

--destinés à être utilisés comme carburant ;

38 bis

100 m ³

Taxe intérieure de consommation applicable aux produits mentionnés aux indices 36 et

36 bis, selon qu'ils sont ou non utilisés sous condition d'emploi

--destinés à d'autres usages, autres que le biogaz et le biométhane visés au code NC 2711-29.

39

 

Exemption

2712-10

             

Vaseline.

40

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

2712-20

             

Paraffine contenant en poids moins de 0,75 %

d'huile.

41

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

Ex 2712-90

             

Paraffine (autre que celle mentionnée au 2712-20), cires de pétrole et résidus paraffineux, même colorés.

42

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

2713-20

             

Bitumes de pétrole.

46

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

2713-90

             

Autres résidus des huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux.

46 bis

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

Autres

             

2715-00

             

Mélanges bitumeux à base d'asphalte ou de bitume naturel, de bitume de pétrole, de goudrons minéraux ou de brai de goudron minéral.

47

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

3403-11

             

Préparations pour le traitement des matières textiles, du cuir, des pelleteries ou d'autres matières, contenant moins de 70 % en poids d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumeux.

48

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

Ex 3403-19

             

Préparations lubrifiantes contenant moins de 70 % en poids d'huiles de pétrole ou de minéraux bitumeux.

49

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

3811-21

             

Additifs pour huiles lubrifiantes contenant des huiles de pétrole ou de minéraux bitumeux.

51

 

Taxe intérieure de consommation applicable conformément au 3 du présent article

Ex 3824-90-97

             

Émulsion d'eau dans du gazole stabilisée par des agents tensio-actifs, dont la teneur en eau est égale ou supérieure à 7 % en volume sans dépasser 20 % en volume, destinée à être utilisée comme carburant :

             

--sous condition d'emploi ;

52

Hectolitre

10,33

12,61

14,89

17,16

19,44

Autres.

53

Hectolitre

36,94

39,22

41,50

43,77

46,05

Ex 3824-90-97

             

Superéthanol E 85 destiné à être utilisé comme carburant.

55

Hectolitre

11,83

13,61

15,39

17,17

18,95

Ex 2207-20

             

- carburant constitué d’un mélange d’au minimum

90 % d’alcool éthylique d’origine agricole, d’eau et d’additifs favorisant l’auto-inflammation et la

56

Hectolitre

6,43

7,93

9,43

10,93

12,43

lubrification, destiné à l’alimentation des moteurs thermiques à allumage par compression

             

(4) » ;

(5) B. – Le tableau du 8 de l’article 266 quinquies est remplacé par le tableau suivant :

(6) «

DÉSIGNATION DES PRODUITS

UNITÉ DE PERCEPTION

TARIF (en euros)

2018

2019

2020

2021

À compter de 2022

2711-11 et 2711-21 : gaz naturel destiné à être utilisé comme combustible

Mégawattheure en pouvoir calorifique supérieur

8,45

10,34

12,24

14,13

16,02

(7) » ;

(8) C. – Le tableau du 6 de l’article 266 quinquies B est remplacé par le tableau suivant :

(9) «

DÉSIGNATION DES PRODUITS

UNITÉ DE PERCEPTION

TARIF (en euros)

2018

2019

2020

2021

À compter de 2022

2701, 2702 et 2704 : houilles, lignites et cokes destinés à être utilisés comme combustibles

Mégawattheure

14,62

18,02

21,43

24,84

28,25

(10) » ;

(11) D. – Le tableau du B du 8 de l’article 266 quinquies C est remplacé par le tableau suivant :

(12) «

DÉSIGNATION DES PRODUITS

UNITÉ DE PERCEPTION

TARIF (en euros)

Électricité

Mégawattheure

22,5

(13) » ;

(14) II. – Le I s’applique aux opérations dont le fait générateur intervient à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Depuis 2014, les tarifs des taxes intérieures de consommation (TIC) comprennent une part dite carbone qui est fonction du contenu forfaitaire en carbone des produits énergétiques.

Dans un objectif de rendement budgétaire, le présent article tire les conséquences sur les tarifs des TIC, de la trajectoire de la valeur de la tonne de carbone pour la période courant de 2018 à 2022. La nouvelle trajectoire ainsi définie fixe la valeur de la tonne de carbone à 44,60 € en 2018, 55 € en 2019, 65,40 € en 2020, 75,80 € en 2021 et

86,20 € en 2022.

Afin de réaliser le rapprochement de la fiscalité applicable au gazole et à l'essence, le présent article fixe par ailleurs une trajectoire de convergence en quatre ans des tarifs de ces deux produits, de 2018 à 2021.

Enfin, le tarif de la contribution au service public de l’électricité (CSPE) n’étant prévu dans la loi que jusqu’à fin 2017, une disposition est nécessaire pour le fixer sur la période 2018-2022.

Article 10 :

Augmentation des seuils des régimes d'imposition des micro-entreprises

Article 10 : Augmentation des seuils des régimes d’imposition des micro-entreprises

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° A l’article 50-0 :

(3) a) Au 1 :

(4) i) Le premier alinéa est remplacé par trois alinéas ainsi rédigés :

(5) « 1. Sont soumises au régime défini au présent article pour l’imposition de leurs bénéfices les entreprises dont le chiffre d’affaires hors taxes, ajusté s’il y a lieu au prorata du temps d’exploitation au cours de l’année de référence, n’excède pas l’année civile précédente ou la pénultième année :

(6) « 1° 170 000 € s’il s’agit d’entreprises dont le commerce principal est de vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fournir le logement, à l’exclusion de la location directe ou indirecte de locaux d’habitation meublés ou destinés à être loués meublés, autres que ceux mentionnés aux 2° et 3° du III de l’article 1407 ;

(7) « 2° 70 000 € s’il s’agit d’autres entreprises. » ;

(8) ii) Le deuxième alinéa est remplacé par les dispositions suivantes :

(9) « Lorsque l'activité d'une entreprise se rattache aux deux catégories définies aux 1° et 2°, le régime défini au présent article n'est applicable que si son chiffre d'affaires hors taxes global respecte la limite mentionnée au 1° et si le chiffre d'affaires hors taxes afférent aux activités de la catégorie mentionnée au 2° respecte la limite mentionnée à ce même 2°. » ;

(10) iii) A la première phrase du troisième alinéa, les mots : « première catégorie » sont remplacés par les mots :

« catégorie mentionnée au 1° » et les mots : « deuxième catégorie » sont remplacés par les mots : « catégorie mentionnée au 2° » ;

(11) iv) Au quatrième alinéa, les deux occurrences du mot : « troisième » sont remplacées par le mot : « cinquième » ;

(12) v) Les cinquième et sixième alinéas sont remplacés par un alinéa ainsi rédigé :

(13) « Les seuils mentionnés aux 1° et 2° sont actualisés tous les trois ans dans la même proportion que l’évolution triennale de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu et arrondis à la centaine d’euros la plus proche. » ;

(14) b) Au 2 :

(15) i) Au a, les mots : « au premier alinéa » sont remplacés par les mots : « aux 1° et 2° » et le mot : « deuxième » est remplacé par le mot : « quatrième » ;

(16) ii) Le b et le f sont abrogés ;

(17) c) Au 4 :

(18) i) A la première phrase du premier alinéa, les mots : « ou soumises au titre de l’année 1998 à un régime forfaitaire d’imposition » sont supprimés ;

(19) ii) A la première phrase du second alinéa, après les mots : « chaque année », est inséré le mot : « civile » ;

(20) 2° A l'article 102 ter :

(21) a) Au 1 :

(22) i) Le premier alinéa est ainsi rédigé :

(23) « 1. Le bénéfice imposable des contribuables qui perçoivent des revenus non commerciaux dont le montant hors taxes de l’année civile précédente ou de la pénultième année, ajusté s’il y a lieu au prorata du temps d’activité au cours de l’année de référence, n’excède pas 70 000 €, est égal au montant brut des recettes annuelles diminué d’un abattement forfaitaire de 34 %. Cet abattement ne peut être inférieur à 305 € » ;

(24) ii) A la seconde phrase du deuxième alinéa, les mots : « la réfaction mentionnée au premier alinéa est réputée » sont remplacés par les mots : « l'abattement mentionné au premier alinéa est réputé » ;

(25) iii) Après le deuxième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(26) « Le seuil mentionné au premier alinéa est actualisé tous les trois ans dans la même proportion que l'évolution triennale de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu et arrondi à la centaine d'euros la plus proche. » ;

(27) iv) Au troisième alinéa, les mots : « des limites mentionnées » sont remplacés par les mots : « de la limite mentionnée » ;

(28) b) Le 3 est abrogé ;

(29) c) A la deuxième phrase du second alinéa du 5, après les mots : « chaque année », est inséré le mot : « civile » ;

(30) d) Le b du 6 est abrogé ;

(31) 3° A l'article 151-0 :

(32) a) Au II :

(33) i) Au 1°, les mots : « les limites mentionnées au 1° du I de l'article 293 B » sont remplacés par les mots : « le seuil prévu au 1° du 1 du même article » ;

(34) ii) Au 2°, les mots : « les limites mentionnées au 2° du I du même article 293 B » sont remplacés par les mots : « le seuil prévu au 2° du 1 du même article » ;

(35) iii) Au 3°, les mots : « les limites mentionnées au 2° du I dudit article 293 B » sont remplacés par les mots : « le seuil prévu au 1 du même article » ;

(36) b) Au III, le mot : « quatrième » est remplacé par le mot : « sixième » ;

(37) 4° Au second alinéa du 2 du II de l’article 163 quatervicies et au c du 1° du IV de l'article 1417, les mots : « de la réfaction forfaitaire prévue » sont supprimés ;

(38) 5° Après le II de l'article 1586 sexies, il est inséré un II bis ainsi rédigé :

(39) « II bis. – Pour les entreprises soumises au régime d'imposition défini au 1 de l'article 50 -0, la valeur ajoutée est calculée selon les modalités prévues au a du I de l'article 1647 B sexies. »

(40) II. – Au deuxième alinéa du 1° et au 2° du I de l’article L. 252 B du livre des procédures fiscales, le mot : « troisième »

est remplacé par le mot : « cinquième ».

(41) III. – A. 1° Les 1° à 4° du I et le II s'appliquent à compter de l'imposition des revenus de l'année 2017. Pour les entreprises relevant de plein droit d'un régime réel d'imposition au titre de l’imposition des revenus de l'année 2017 conformément aux dispositions applicables avant l'entrée en vigueur des I et II du présent article, l'option pour un régime réel d'imposition prévue au 4 de l'article 50-0 du code général des impôts doit être exercée avant la date limite de dépôt de la déclaration prévue à l’article 53 A du même code pour les impositions dues au titre de l'année 2017.

(42) 2° Pour les travailleurs indépendants relevant du régime prévu à l’article L.133-6-8 du code de la sécurité sociale, les dispositions du I s’appliquent aux cotisations dues au titre des périodes courant à compter du 1er janvier 2018.

(43) B. L’option prévue au I de l’article 151-0 du code général des impôts pour les revenus de l’année 2018 peut être exercée, dans les conditions prévues au IV du même article, avant le 1er avril 2018.

(44) C. Le 5° du I s’applique à compter de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises due au titre de 2017.

Exposé des motifs

Afin de simplifier la vie des entrepreneurs, qu’ils soient artisans, commerçants ou professions libérales, et conformément aux engagements du Président de la République, le présent article prévoit d’augmenter significativement les plafonds de chiffre d'affaires ou de recettes des régimes simplifiés pour l'impôt sur le revenu (IR), appelés régimes micro-BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et micro-BNC (bénéfices non-commerciaux).

Le bénéfice de ces régimes est conditionné aujourd'hui au respect d'un double seuil de chiffre d'affaires ou de recettes, aligné sur la franchise en base de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) : un seuil bas de 82 800 € pour les activités de ventes et de 33 200 € pour les activités de prestations de services et un seuil haut de respectivement 91 000 € et 35 200 €. Le franchissement du seuil bas, sans toutefois dépasser le seuil haut l'année de référence, permet le maintien du régime micro. Le franchissement du seuil haut entraîne la déchéance du régime l'année suivant le dépassement.

Le présent article propose d'augmenter le premier seuil et de ne retenir qu'un seul seuil pour chaque type d'activités : un seuil fixé à 170 000 € pour les activités de ventes et un seuil fixé à 70 000 € pour les activités de prestations de services et les activités non-commerciales. L’année de référence des seuils demeurera l'année civile précédente (N-1) et les entreprises pourront bénéficier du régime micro l’année suivant celle du dépassement du seuil seulement s’il s’agit d’un premier dépassement sur une période de deux ans. Ces nouvelles règles, qui s'appliqueront dès l'imposition des revenus 2017, visent à favoriser la prévisibilité du régime d'imposition applicable et à atténuer les effets de seuils.

Les seuils de chiffre d'affaires ou de recettes des régimes du micro -entrepreneur et du micro-social, qui font référence aux seuils des régimes micro-BIC et BNC, augmenteront automatiquement dans les mêmes proportions et seront applicables aux prélèvements dus au titre des périodes courant à compter du 1 er janvier 2018. Les limites prévues pour le régime de la franchise en base de TVA resteront inchangées.

Le présent article prévoit par ailleurs les mesures de coordination rendues nécessaires par cette réforme, notamment s'agissant du calcul de l'assiette de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) au régime micro-BIC.

Par ailleurs, à l'occasion de cette modification, il est proposé de mettre à jour les dispositions légales relatives aux opérations de location de matériels ou de biens de consommation durable, la doctrine autorisant déjà le bénéfice du régime micro-BIC pour de telles opérations.

Article 11 :

Mise en oeuvre du prélèvement forfaitaire unique

Article 11 : Mise en œuvre du prélèvement forfaitaire unique

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) A. – Au 2 de l’article 13, les mots : « visés aux I à VII bis et au 1 du VII ter » sont remplacés par les mots :

« mentionnés aux I à VI » et les mots : « les plus-values et créances mentionnées à l’article 167 bis » sont remplacés par les mots : « les revenus, gains nets, profits, plus-values et créances pris en compte dans l’assiette de ce revenu global net en application des 3 et 6 bis de l’article 158 ».

(3) B. – Au cinquième alinéa du 3° du 1 de l’article 39, les mots : « 1° bis du III bis de l’article 125 A » sont remplacés par les mots : « premier alinéa de l’article 124 B ».

(4) C. – A l’article 117 quater :

(5) 1° Au 1 du I :

(6) a) Au premier alinéa, le taux : « 21 % » est remplacé par le taux : « 12,8 % » ;

(7) b) Le dernier alinéa est supprimé ;

(8) 2° Le 2 du I est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(9) « c. Aux revenus mentionnés aux articles 163 quinquies B à 163 quinquies C bis exonérés d’impôt sur le revenu dans les conditions prévues par ces mêmes articles. » ;

(10) 3° Après le IV, il est inséré un V ainsi rédigé :

(11) « V. – Le prélèvement prévu au I n’est pas libératoire de l’impôt sur le revenu établi dans les conditions prévues au 1 ou au 2 de l’article 200 A et dû à raison des revenus auxquels s’est appliqué ce prélèvement.

(12) « Ce prélèvement s’impute sur l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année au cours de laquelle il a été opéré. S’il excède l’impôt dû, l’excédent est restitué. ».

(13) D. – Au deuxième alinéa du 1 de l’article 119 bis, les mots : « 1° bis du III bis de l’article 125 A » sont remplacés par les mots : « premier alinéa de l’article 124 B ».

(14) E. – Au premier alinéa de l’article 124 B, les mots : « mentionnés au 1° bis du III bis de l’article 125 A » sont remplacés par les mots : « négociables sur un marché réglementé en application d’une disposition législative particulière et non susceptibles d’être cotés ».

(15) F. – Au premier alinéa de l’article 124 D, les mots : « 1° bis du III bis de l’article 125 A » sont remplacés par les mots :

« premier alinéa de l’article 124 B ».

(16) G. – A l’article 125-0 A :

(17) 1° Le 1° du I est complété par deux alinéas ainsi rédigés :

(18) « Cet abattement s’applique en priorité sur les produits attachés aux primes versées avant le 27 septembre 2017, puis, pour les produits attachés aux primes versées à compter de cette même date et lorsque l’option prévue au 2 de l’article 200 A n’est pas exercée, sur la fraction de ces produits imposables au taux mentionné au b du 2° du 1 de l’article 200 A, puis sur ceux imposables au taux mentionné au a du 2° du 1 du même article.

(19) « Pour l’application de l’abattement aux produits attachés aux primes versées avant le 27 septembre 2017, lorsque l'option pour le prélèvement libératoire mentionnée au 1 du II est exercée, les produits sont soumis audit prélèvement pour leur montant brut, sans qu’il soit fait application de l’abattement mentionné au quatrième alinéa du présent 1°. Dans ce cas, le contribuable bénéfice d’un crédit d’impôt égal au taux dudit prélèvement multiplié par le montant de l’abattement non imputé sur les produits pour lesquels l’option pour ce prélèvement n’a pas été exercée, retenu dans la limite du montant des produits soumis audit prélèvement. Ce crédit d’impôt s’impute sur l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année au cours de laquelle le prélèvement a été opéré. S’il excède l’impôt dû, l’excédent est restitué. » ;

(20) 2° Au II :

(21) a) Au début du premier alinéa, il est inséré la mention : « 1 » ;

(22) b) Au premier alinéa, après les mots : « produits mentionnés au I », sont insérés les mots : « attachés à des primes versées jusqu’au 26 septembre 2017 » ;

(23) c) Le premier alinéa du 1°, le 1° bis et le 2° sont abrogés ;

(24) d) Avant le II bis, il est inséré un 2 ainsi rédigé :

(25) « 2. Les I et V de l’article 125 A sont applicables aux produits mentionnés au I attachés à des primes versées à compter du 27 septembre 2017 » ;

(26) « Le taux du prélèvement appliqué à ces produits est fixé à :

(27) « a) 12,8 % ;

(28) « b) 7,5 % lorsque la durée du contrat a été égale ou supérieure à six ans pour les bons ou contrats souscrits entre le

1er janvier 1983 et le 31 décembre 1989 et à huit ans pour les contrats souscrits à compter du 1er janvier 1990.

(29) « Ce prélèvement n’est pas libératoire de l’impôt sur le revenu établi dans les conditions prévues au 1 ou au 2 de l’article 200 A et dû à raison des revenus auxquels s’est appliqué ce prélèvement.

(30) « Le prélèvement s’impute sur l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année au cours de laquelle il a été opéré. S’il excède l’impôt dû, l’excédent est restitué. » ;

(31) 3° Au II bis :

(32) a) Au premier alinéa, les mots : « Le prélèvement mentionné au II est obligatoirement applicable » sont remplacés par les mots : « Les prélèvements mentionnés au 1 et au 2 du II sont obligatoirement applicables » ;

(33) b) Au deuxième alinéa, les mots : « du prélèvement » sont remplacés par les mots : « de ces prélèvements » ;

(34) c) Après le deuxième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(35) « Les prélèvements mentionnés au premier alinéa du présent II bis libèrent les revenus auxquels ils s'appliquent de l'impôt sur le revenu. » ;

(36) 4° Au II ter, après les mots : « du contribuable » sont insérés les mots : « et pour les seuls produits se rattachant à des primes versées jusqu’au 26 septembre 2017 » et les mots : « au II » sont remplacés par les mots : « au 1 du II » ;

(37) 5° Au III, les mots : « Le prélèvement est établi, liquidé et recouvré » sont remplacés par les mots : « les prélèvements mentionnés au II sont établis, liquidés et recouvrés » ;

(38) 6° Après le III, il est inséré un IV ainsi rédigé :

(39) « IV. – Les entreprises d'assurance sont tenues de communiquer à l’assuré l'ensemble des informations et documents permettant à ce dernier de déclarer les produits, le cas échéant rachetés, selon le régime fiscal qui leur est applicable.

(40) « Elles communiquent également ces informations à l’administration. Cette déclaration est effectuée dans les mêmes conditions que celles prévues à l’article 242 ter. ».

(41) H. – A l’article 125 A :

(42) 1° Le I bis est abrogé ;

(43) 2° Au III, après le premier alinéa il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(44) « Le premier alinéa s’applique quels que soient la qualité du bénéficiaire desdits revenus et produits et le lieu de son domicile fiscal ou de son siège social. » ;

(45) 3° Le III bis est remplacé par les dispositions suivantes :

(46) « III bis. – Le taux du prélèvement est fixé à 12,8 %.

(47) « Toutefois, ce taux est fixé à :

(48) « 1° 5 % pour les revenus des produits d'épargne soumis obligatoirement au prélèvement en application du II ;

(49) « 2° 75 % pour les revenus et produits soumis obligatoirement au prélèvement en application du III. » ;

(50) 4° Au IV, après les mots : « au I », sont insérés les mots : « ou au II » ;

(51) 5° Le V est remplacé par les dispositions suivantes :

(52) « V. – 1. Le prélèvement prévu au I n’est pas libératoire de l’impôt sur le revenu établi dans les conditions prévues au 1 ou au 2 de l’article 200 A ou, le cas échéant, selon les dispositions propres aux bénéfices industriels et commerciaux, aux bénéfices non commerciaux et aux bénéfices agricoles et dû à raison des revenus auxquels s’est appliqué ce prélèvement.

(53) « Ce prélèvement s’impute sur l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année au cours de laquelle il a été opéré. S’il excède l’impôt dû, l’excédent est restitué ;

(54) « 2. Les prélèvements prévus aux II et III libèrent les revenus auxquels ils s’appliquent de l’impôt sur le revenu.

(55) « Le caractère libératoire du prélèvement ne peut être invoqué pour les produits qui sont pris en compte pour la détermination du bénéfice imposable d'une entreprise industrielle, commerciale, artisanale ou agricole, ou d'une profession non commerciale. »

(56) I. – A l’article 125 D :

(57) 1° Au I, les mots : « sont assujetties au prélèvement prévu audit I, aux taux fixés au III bis de ce même article » sont remplacés par les mots : « ou de produits et gains mentionnés au II du présent article attachés à des primes versées à

compter du 27 septembre 2017 sont assujetties au prélèvement prévu au I de l’article 125 A, aux taux fixés selon les cas au III bis de ce même article ou au 2 du II de l’article 125-0 A » ;

(58) 2° Au premier alinéa du II :

(59) a) Après les mots : « peuvent opter », sont insérés les mots : « , à raison de la seule fraction des produits ou gains attachés à des primes versées jusqu’au 26 septembre 2017, » ;

(60) b) Les mots : « premier alinéa du II » sont remplacés par les mots : « premier alinéa du 1 du II » ;

(61) c) Les mots : « aux taux fixés au 1° du II » sont remplacés par les mots : « aux taux fixés au 1 du II » ;

(62) 3° Au III, les mots : « du II » sont remplacés par les mots : « du 1 du II ».

(63) J. – Le II de l’article 137 bis est remplacé par les dispositions suivantes :

(64) « II. – Les gérants des fonds communs de placement sont tenus, le cas échéant, de prélever à la date de la répartition et de reverser au Trésor la retenue à la source prévue à l’article 119 bis et les prélèvements prévus aux articles 117 quater et 125 A qui sont dus à raison de leur quote-part respective par les porteurs de parts. ».

(65) K. – Au premier alinéa de l’article 150 ter, les mots : « au 2 » sont remplacés par les mots : « au 1 ou au 2 ». (66) L. – A l’article 150-0 B ter :

(67) 1° Au I :

(68) a) Le a du 2° est remplacé par les dispositions suivantes :

(69) « a) Dans le financement de moyens permanents d'exploitation affectés à son activité commerciale au sens de l’article 34 ou de l’article 35, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière. Les activités de gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier sont exclues ; »

(70) b) au b du 2°, le mot : « exception » est remplacé par le mot : « exclusion » et les mots : « au e du 3° du 3 du I » sont remplacés par les mots : « au c du 3° du II » ;

(71) c) au c du 2° les mots : « au premier alinéa du d et au e du 3° du 3 du I » sont remplacés par les mots : « aux b et c du 3° du II » ;

(72) 2° Après le V, il est inséré un V bis ainsi rédigé :

(73) « V bis. - Lorsque les titres apportés dans les conditions prévues au I du présent article sont grevés d’un report d’imposition mis en oeuvre en application du II de l'article 92 B, de l'article 92 B decies, de l’article 150 A bis et des I ter et II de l'article 160, dans leur rédaction en vigueur avant le 1er janvier 2000, de l'article 150-0 C, dans sa rédaction en vigueur avant le 1er janvier 2006, de l'article 150-0 D bis, dans sa rédaction antérieure au 1er janvier 2014 et de l’article 150-0 B bis, ledit report d’imposition est maintenu de plein droit et expire lors de la survenance d’un événement mettant fin au report d'imposition mentionné au I du présent article dans les conditions prévues à ce même I ou au IV.

(74) « Il est également mis fin au report d’imposition mis en oeuvre en application de l'article 92 B decies, du dernier alinéa du 1 du I ter et du II de l'article 160, dans leur rédaction en vigueur avant le 1 er janvier 2000, de l'article 150-0 C, dans sa rédaction en vigueur avant le 1er janvier 2006, de l’article 150-0 D bis, dans sa rédaction en vigueur avant le

1er janvier 2014 ou de l'article 150-0 B bis, en cas de transmission, dans les conditions prévues par ces mêmes articles, des titres reçus en rémunération de l’apport mentionné au I du présent article ou des titres mentionnés au 1° du IV. ».

(75) M. – A l’article 150-0 B quinquies :

(76) 1° Au I :

(77) a) Au premier alinéa, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » ;

(78) b) Au cinquième alinéa, les mots : « est réduit des abattements mentionnés au 1 du même article 150-0 D ou à l'article 150-0 D ter » sont remplacés par les mots : « est, le cas échéant, réduit des abattements mentionnés au 1 ter ou au 1 quater du même article 150-0 D ou à l'article 150-0 D ter dans les conditions prévues par ces mêmes articles » ;

(79) 2° Au dernier alinéa du II, les mots : « du présent code » sont remplacés par les mots : « et au 1 ou au 2 de l’article 200 A ».

(80) N. A l’article 150-0 D :

(81) 1° Au 1 :

(82) a) Au troisième alinéa, les mots : « et appliqué lors de cette cession » sont remplacés par les mots : « , quelle que soit la date à laquelle est intervenue la cession à laquelle il se rapporte, lorsque les conditions prévues, selon le cas, au 1 ter ou au 1 quater du présent article sont remplies » ;

(83) b) Au quatriéme alinéa, après les mots : « de l’article 163 bis G » sont insérés les mots : « , ni au reliquat du gain net imposable après application de l’abattement fixe prévu au 1 du I de l’article 150-0 D ter » ;

(84) 2° Au 1 ter :

(85) a) Au début du premier alinéa, il est inséré la mention : « A. » ;

(86) b) Au sixième alinéa, les mots : « du présent 1 ter » sont remplacés par les mots : « du présent A » ;

(87) c) Après le A, il est inséré un B ainsi rédigé :

(88) « B. – L'abattement mentionné au A s'applique sous réserve du respect des conditions suivantes :

(89) « 1° Les actions, parts, droits ou titres ont été acquis ou souscrits antérieurement au 1er janvier 2018 ;

(90) « 2° Les gains nets, distributions ou compléments de prix considérés sont imposés dans les conditions prévues au 2 de l'article 200 A. » ;

(91) 3° le 1 quater est remplacé par les dispositions suivantes :

(92) « 1 quater. Par dérogation au 1 ter, les gains nets résultant de la cession à titre onéreux ou retirés du rachat d'actions ou de parts de sociétés ou de droits démembrés portant sur ces actions ou parts, mentionnés à l'article 150-0 A, sont réduits d'un abattement au taux mentionné au A lorsque les conditions prévues au B sont remplies.

(93) « A. – Le taux de l’abattement est égal à :

(94) « 1° 50 % de leur montant lorsque les actions, parts ou droits sont détenus depuis au moins un an et moins de quatre ans à la date de la cession ;

(95) « 2° 65 % de leur montant lorsque les actions, parts ou droits sont détenus depuis au moins quatre ans et moins de huit ans à la date de la cession ;

(96) « 3° 85 % de leur montant lorsque les actions, parts ou droits sont détenus depuis au moins huit ans à la date de la cession.

(97) « B. – L'abattement mentionné au A s'applique sous réserve du respect de l'ensemble des conditions suivantes :

(98) « 1° les conditions mentionnées au B du 1 ter sont satisfaites ;

(99) « 2° la société émettrice des actions, parts ou droits cédés respecte l'ensemble des conditions suivantes :

(100) « a) Elle est créée depuis moins de dix ans et n'est pas issue d'une concentration, d'une restructuration, d'une extension ou d'une reprise d'activités préexistantes. Cette condition s'apprécie à la date de souscription ou d'acquisition des droits cédés ;

(101) « b) Elle est une petite ou moyenne entreprise au sens de l'annexe I du règlement (UE) n° 651/2014 de la Commission du 17 juin 2014 déclarant certaines catégories d'aides compatibles avec le marché intérieur en application des articles 107 et 108 du traité. Cette condition est appréciée à la date de clôture du dernier exercice précédant la date de souscription ou d'acquisition de ces droits ou, à défaut d'exercice clos, à la date du premier exercice clos suivant la date de souscription ou d'acquisition de ces droits ;

(102) « c) Elle n'accorde aucune garantie en capital à ses associés ou actionnaires en contrepartie de leurs souscriptions ;

(103) « d) Elle est passible de l'impôt sur les bénéfices ou d'un impôt équivalent ;

(104) « e) Elle a son siège social dans un Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales ;

(105) « f) Elle exerce une activité commerciale au sens de l’article 34 ou de l’article 35, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. Les activités de gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier sont exclues.

(106) « Lorsque la société émettrice des droits cédés est une société holding animatrice, qui, outre la gestion d'un portefeuille de participations, participe activement à la conduite de la politique de son groupe et au contrôle de ses filiales et rend, le cas échéant et à titre purement in terne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers, le respect des conditions mentionnées au présent 2° s'apprécie au niveau de la société émettrice et de chacune des sociétés dans laquelle elle détient des participations.

(107) « Les conditions prévues aux quatrième à avant-dernier alinéas du présent 2° s'apprécient de manière continue depuis la date de création de la société ;

(108) « C. – L'abattement mentionné au A ne s'applique pas :

(109) « 1° Aux gains nets de cession ou de rachat de parts ou d'actions d'organismes de placement collectif en valeurs mobilières ou de placements collectifs, relevant des articles L. 214-24-24 à L. 214-32-1, L. 214-139 à L. 214-147 et L. 214-152 à L. 214-166 du code monétaire et financier, ou d'entités de même nature constituées sur le fondement d'un droit étranger, ou de dissolution de tels organismes, placements ou entités ;

(110) « 2° Aux distributions mentionnées aux 7 et 7 bis, aux deux derniers alinéas du 8 du II de l'article 150-0 A, à l'article 150-0 F et au 1 du II de l'article 163 quinquies C, y compris lorsqu'elles sont effectuées par des entités de même nature constituées sur le fondement d'un droit étranger ;

(111) « 3° Aux gains mentionnés aux 3, 4 bis, 4 ter et 5 du II et, le cas échéant, au 2 du III de l'article 150-0 A. » ; (112) 4° Au 1 quinquies :

(113) a) Au 7°, les mots : « au titre desquelles l'avantage salarial défini au I de l'article 80 quaterdecies du présent code est imposé dans la catégorie des traitements et salaires selon les modalités prévues au 3 de l'article 200 A » sont supprimés ;

(114) b) A l’antépénultième alinéa, les mots : « du dernier alinéa du 1 ter » sont remplacés par les mots : « du dernier alinéa du A du 1 ter » ;

(115) 5° Le 2 bis est abrogé ;

(116) 6° Le 11 est remplacé par les dispositions suivantes :

(117) « 11. Les moins-values subies au cours d'une année doivent être imputées exclusivement sur les plus-values de même nature, retenues pour leur montant brut avant application le cas échéant des abattements mentionnés au 1 ter ou au 1 quater du présent article ou à l’article 150-0 D ter, imposables au titre de la même année.

(118) « En cas de solde positif, les plus-values subsistant sont réduites, le cas échéant, des moins-values de même nature subies au titre des années antérieures jusqu’à la dixième inclusivement, puis des abattements mentionnés à l’alinéa précédent.

(119) « En cas de solde négatif, l’excédent de moins-values mentionnées au premier alinéa non imputé est reporté et est imputé dans les mêmes conditions au titre des années suivantes jusqu’à la dixième inclusivement. »

(120) O. – L’article 150-0 D ter est remplacé par les dispositions suivantes :

(121) « Art. 150-0 D ter. I – 1. Les gains nets mentionnés au 1 de l'article 150-0 D et déterminés dans les conditions prévues au même article, retirés de la cession à titre onéreux ou du rachat par la société émettrice d'actions, de parts de sociétés ou de droits portant sur ces actions ou parts, sont réduits d'un abattement fixe de 500 000 € lorsque les conditions prévues au II sont remplies.

(122) « L'abattement fixe prévu au premier alinéa s'applique à l'ensemble des gains afférents à des actions, parts ou droits portant sur ces actions ou parts émises par une même société et, si cette société est issue d'une scission in tervenue au cours des deux années précédant la cession à titre onéreux, par les autres sociétés issues de cette même scission.

(123) « 2. Le complément de prix prévu au 2 du I de l'article 150-0 A, afférent à la cession de titres ou de droits mentionnés au 1 du présent I, est réduit de l'abattement fixe prévu au même 1, à hauteur de la fraction non utilisée lors de cette cession.

(124) « II. – Le bénéfice de l'abattement fixe mentionné au 1 du I est subordonné au respect des conditions suivantes :

(125) « 1° La cession porte sur l'intégralité des actions, parts ou droits détenus par le cédant dans la société dont les titres ou droits sont cédés ou sur plus de 50 % des droits de vote ou, en cas de la seule détention de l'usufruit, sur plus de 50 % des droits dans les bénéfices sociaux de cette société ;

(126) « 2° Le cédant doit :

(127) « a) Avoir exercé au sein de la société dont les titres ou droits sont cédés, de manière continue pendant les cinq années précédant la cession l’une des fonctions suivantes :

(128) – gérant nommé conformément aux statuts d'une société à responsabilité limitée ou en commandite par actions ;

(129) – associé en nom d'une société de personnes ;

(130) – président, directeur général, président du conseil de surveillance ou membre du directoire d'une société par actions ;

(131) « Ces fonctions doivent être effectivement exercées et donner lieu à une rémunération normale, dans les catégories

imposables à l'impôt sur le revenu des traitements et salaires, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices

agricoles, bénéfices non commerciaux et revenus des gérants et associés mentionnés à l'article 62, au regard des rémunérations du même type versées au titre de fonctions analogues dans l'entreprise ou dans des entreprises similaires établies en France. Cette rémunération doit représenter plus de la moitié des revenus à raison desquels l'intéressé est soumis à l'impôt sur le revenu dans les mêmes catégories, à l'exclusion des revenus non professionnels ;

(132) « b) Avoir détenu directement ou par l’intermédiaire d’une société qui relève des articles 8 à 8 ter ou par l'intermédiaire de son conjoint ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou de leurs ascendants ou descendants ou de leurs frères et sœurs, de manière continue pendant les cinq années précédant la cession, au moins 25 % des droits de vote ou des droits dans les bénéfices sociaux de la société dont les titres ou droits sont cédés ;

(133) « c) Cesser toute fonction dans la société dont les titres ou droits sont cédés et faire valoir ses droits à la retraite dans les deux années suivant ou précédant la cession ;

(134) « 3° La société dont les titres ou droits sont cédés répond aux conditions suivantes :

(135) « a) Elle est une petite ou moyenne entreprise au sens de l'annexe I du règlement (UE) n° 651/2014 de la Commission du 17 juin 2014 déclarant certaines catégories d'aides compatibles avec le marché intérieur en application des articles 107 et 108 du traité. Cette condition s’apprécie de manière continue au cours du dernier exercice clos précédant la date de la cession ;

(136) « b) Elle exerce une activité mentionnée au a du 2° du I de l’article 150-0 B ter, sous la même exclusion, ou a pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés exerçant les activités éligibles mentionnées à ce même a.

(137) « Cette condition s'apprécie de manière continue pendant les cinq années précédant la cession ;

(138) « c) Elle est soumise à l'impôt sur les sociétés dans les conditions de droit commun ou y serait soumise dans les mêmes conditions si l'activité était exercée en France et a son siège de direction effective dans un Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales ;

(139) « 4° Les titres ou droits cédés doivent avoir été détenus depuis au moins un an à la date de la cession. Ce délai est décompté suivant les mêmes modalités que celles prévues au 1 quinquies de l’article 150-0 D ;

(140) « 5° En cas de cession des titres ou droits à une entreprise, le cédant ne détient pas, directement ou indirectement, de droits de vote ou de droits dans les bénéfices sociaux de l'entreprise cessionnaire.

(141) « III. – L’abattement fixe mentionné au I ne s'applique pas :

(142) « 1° Aux gains nets mentionnés aux articles 238 bis HK et 238 bis HS ;

(143) « 2° Aux gains nets de cession d'actions de sociétés d'investissement mentionnées aux 1° bis et 3° septies de l'article 208 et de sociétés unipersonnelles d'investissement à risque pendant la période au cours de laquelle elles bénéficient de l'exonération d'impôt sur les sociétés prévue à l'article 208 D, ainsi que des sociétés de même nature établies hors de France et soumises à un régime fiscal équivalent ;

(144) « 3° Aux gains nets de cession d'actions des sociétés de placement à prépondérance immobilière à capital variable régies par les articles L. 214-62 à L. 214-70 du code monétaire et financier et des sociétés de même nature établies hors de France et soumises à un régime fiscal équivalent ;

(145) « 4° A l'avantage mentionné à l'article 80 bis constaté à l'occasion de la levée d'options attribuées avant le

20 juin 2007.

(146) « IV – En cas de non-respect de la condition prévue au 5 du II à un moment quelconque au cours des trois années suivant la cession des titres ou droits, l’abattement fixe prévu au I est remis en cause au titre de l'année au cours de laquelle la condition précitée cesse d'être remplie. Il en est de même, au titre de l'année d'échéance du délai mentionné au c du 2° du II, lorsque l'une des conditions prévues au 1° ou au c du 2° du même II n'est pas remplie au terme de ce délai. La plus-value est alors réduite, le cas échéant, de l'abattement prévu au 1 ter ou au 1 quater de l'article 150-0 D. ».

(147) P. – A l’article 150-0 F :

(148) 1° Au premier alinéa, les mots : « 2 de l'article 200 A » sont remplacés par les mots : « 1 ou au 2 de l’article 200 A » ;

(149) 2° Le second alinéa est supprimé.

(150) Q. – Au 9° bis de l’article 157 :

(151) 1° Au premier alinéa, après les mots : « compte épargne-logement ouverts », sont insérés les mots : « jusqu’au

31 décembre 2017 » ;

(152) 2° Au second alinéa, après les mots : « plans d’épargne-logement » sont insérés les mots : « ouverts jusqu’au

31 décembre 2017 ».

(153) R. – A l’article 158 :

(154) 1° Au premier alinéa du 1, la référence : « 6 » est remplacée par la référence : « 6 bis » ;

(155) 2° Au 3 :

(156) a) Le premier alinéa du 1° est remplacé par les dispositions suivantes :

(157) « 3. 1° Les revenus de capitaux mobiliers pris en compte dans l'assiette du revenu net global comprennent les revenus mentionnés au 1 du II de l’article 125-0 A et au II de l’article 125 D n’ayant pas supporté le prélèvement libératoire

prévu par ces mêmes dispositions ainsi que tous les autres revenus mentionnés au premier alinéa du a du 1° du 1 de l'article 200 A pour lesquels l'option globale prévue au 2 du même article est exercée. » ;

(158) b) Au 2° :

(159) i) Les mots : « la Communauté » sont remplacés par les mots : « l’Union » ;

(160) ii) Après les mots : « sur les revenus », sont insérés les mots : « qui contient une clause d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales » ;

(161) iii) La dernière phrase est supprimée ;

(162) c) Les a, b, c, d du 4° sont remplacés par les dispositions suivantes :

(163) « a) Les organismes de placement collectif de droit français relevant des dispositions de la section 1, des paragraphes 1, 2 et 6 de la sous-section 2, du paragraphe 2 ou du sous-paragraphe 1 du paragraphe 1 de la sous-section 3, ou de la sous-section 4 de la section 2 du chapitre IV du titre Ier du livre II du code monétaire et financier ;

(164) « b) Les organismes comparables à ceux mentionnés au a, constitués sur le fondement d'un droit étranger et établis dans un autre Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales ;

(165) « c) Les sociétés mentionnées au 3° septies de l'article 208 ainsi que les sociétés comparables, constituées sur le fondement d'un droit étranger et établies dans un autre Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales ;

(166) « d) Les fonds de placement immobilier mentionnés à l'article 239 nonies ainsi que les organismes comparables, constitués sur le fondement d'un droit étranger et établis dans un autre Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales. » ;

(167) 3° Le sixième alinéa du 6 est supprimé ;

(168) 4° Le 6 bis est remplacé par les dispositions suivantes :

(169) « 6 bis. – Lorsqu'ils sont pris en compte dans l'assiette du revenu net global dans les conditions prévues au 2 de l'article 200 A :

(170) « 1° Les gains nets de cession de valeurs mobilières, droits sociaux et titres assimilés mentionnés à l’article 150-0 A ainsi que les distributions mentionnées aux 7, 7 bis et 8 du II de cet article, sont déterminés conformément aux articles 150-0 A à 150-0 E ;

(171) « 2° Les profits réalisés sur les marchés d'instruments financiers et assimilés sont déterminés conformément à l'article 150 ter ;

(172) « 3° Les distributions mentionnées à l’article 150-0 F et au 1 du II de l'article 163 quinquies C sont déterminées conformément auxdits articles ;

(173) « 4° Les gains nets réalisés dans les conditions prévues au premier alinéa du I de l'article 163 bis G sont déterminés conformément aux dispositions de ce même article ;

(174) « 5° Les plus-values latentes sur droits sociaux, valeurs, titres ou droits, les créances trouvant leur origine dans une clause de complément de prix et certaines plus-values en report d'imposition imposables lors du transfert du domicile fiscal hors de France sont déterminées conformément à l'article 167 bis. » ;

(175) 5° Le 6 ter est abrogé.

(176) S. – Au I de l’article 163 bis G :

(177) 1° Au premier alinéa, les mots : « au taux de 19 % » sont remplacés par les mots : « au 1 ou au 2 de l’article 200 A » ;

(178) 2° A la première phrase du second alinéa, les mots : « , le taux est porté à 30 % » sont remplacés par les mots : « ,

l’avantage correspondant à la différence entre la valeur du titre souscrit au jour de l’exercice du bon et le prix

d’acquisition du titre fixé lors de l’attribution du bon est imposé dans la catégorie des traitements et salaires » ;

(179) T. – Au 1 du II de l’article 163 quinquies C :

(180) 1° A la première phrase du premier alinéa, les mots : « 2 de l’article 200 A » sont remplacés par les mots : « 1 ou au 2 de l’article 200 A » et le taux : « 30 % » est remplacé par le taux : « 12,8 % » ;

(181) 2° La seconde phrase du premier alinéa est supprimée ;

(182) 3° Au deuxième alinéa, les mots : « au 2 de l’article 200 A » sont remplacés par les mots : « au 1 ou au 2 de l’article 200 A ».

(183) U. – A l’article 167 bis :

(184) 1° Au I :

(185) a) Au 2 bis :

(186) i) Au premier alinéa, les mots : « 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » ;

(187) ii) Au second alinéa, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » ;

(188) b) Au 3 :

(189) i) Au premier alinéa, les mots : « des abattements mentionnés » sont remplacés par les mots : « de l’abattement fixe mentionné » et les mots : « et aux 1, 1 quater et 1 quinquies de l’article 150-0 D » sont supprimés ;

(190) ii) Au deuxième alinéa, les mots : « aux abattements mentionnés » sont remplacés par les mots : « à l’abattement fixe mentionné » ;

(191) 2° Au 1 du II bis :

(192) a) Le premier alinéa est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés :

(193) « II bis. – 1 – Sous réserve du 1 bis, l'impôt sur le revenu relatif aux plus-values et créances déterminées dans les conditions prévues aux I et II du présent article est établi dans les conditions prévues au 1 ou au 2 de l'article 200 A.

(194) « Lorsque l’impôt est établi dans les conditions prévues au 2 de l'article 200 A, celui-ci est égal à la différence entre, d'une part, le montant de l'impôt résultant de l'application de l'article 197 à l'ensemble des revenus de sources française et étrangère mentionnés au 1 de l'article 167 auxquels s'ajoutent les plus-values et créances imposables en vertu des I et II du présent article et, d'autre part, le montant de l'impôt établi dans les conditions prévues à l'article 197 pour les seuls revenus de sources française et étrangère mentionnés au 1 de l'article 167. » ;

(195) b) Au deuxième alinéa, les deux occurrences du mot : « premier » sont remplacées par le mot : « deuxième » ;

(196) 3° A la première phrase du cinquième alinéa du 1 du V, le taux : « 30 % » est remplacé par le taux : « 12,8 % » et la phrase est complétée par les mots : « , retenues pour leur montant brut sans qu’il soit fait application, le cas échéant, des abattements mentionnés aux 2 bis et 3 du I » ;

(197) 4° Au premier alinéa du 3 du VIII, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » ;

(198) 5° Au 2 du VIII bis :

(199) a) Au premier alinéa, les mots : « second alinéa du 1 du » sont supprimés ;

(200) b) Au deuxième alinéa, les mots : « le montant d’impôt sur le revenu » sont remplacés par les mots : « lorsque le montant d’impôt sur le revenu a été déterminé dans les conditions prévues au deuxième alinéa du 1 du II bis, l’impôt » et le mot : « premier » est remplacé par les mots : « même deuxième » ;

(201) 6° Au 4 du IX, les mots : « au 2 » sont remplacés par les mots : « aux 1 et 2 » ;

(202) 7° Au X, les mots : « en Conseil d’Etat » sont supprimés ;

(203) V. – Le troisième alinéa de l’article 170 est remplacé par les dispositions suivantes :

(204) « Dans tous les cas, la déclaration prévue au premier alinéa doit mentionner également le montant des plus-values en report d'imposition en application de l’article 150-0 B ter et le montant des plus-values exonérées en application du 1° bis du II de l'article 150 U, ainsi que les éléments nécessaires au calcul du revenu fiscal de référence tel que défini au 1° du IV de l’article 1417. ».

(205) W . – Au 1 du III de l’article 182 A ter, après les mots : « du régime prévu au », la fin de la première phrase est ainsi rédigée : « premier alinéa du I de l’article 163 bis G, le taux de la retenue à la source est de 12,8 %. » ;

(206) X. – Au 1 de l’article 187 :

(207) 1° Après le premier alinéa, il est inséré un 1° ainsi rédigé :

(208) « 1° Pour les bénéficiaires personnes morales ou organismes, quelle que soit leur forme : » ;

(209) 2° Au troisième alinéa, les mots : « la Communauté » sont remplacés par les mots : « l’Union » ;

(210) 3° Le quatrième alinéa et la deuxième phrase du cinquième alinéa sont supprimés ;

(211) 4° Après le dernier alinéa, il est inséré un 2° ainsi rédigé :

(212) « 2° 12,8 % pour les bénéficiaires personnes physiques. »

(213) Y. – Au b du 4 du I de l’article 197 :

(214) 1° Au 1°, les mots : « dans sa rédaction » sont remplacés par les mots : « dans leur rédaction » ;

(215) 2° Au 2°, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » et la deuxième occurrence du mot : « premier » est remplacée par le mot : « deuxième » ;

(216) 3° Au 3°, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D » et les mots : « a du 2 ter de l’article 200 A » sont remplacés par les mots : « 2° du a du 2 ter de l’article 200 A pour l’application de la deuxième phrase du 3° du même a ».

(217) Z. – A l’article 200 A :

(218) 1° Le 1 est ainsi rétabli :

(219) « 1. L'impôt sur le revenu dû par les personnes physiques fiscalement domiciliées en France au sens de l'article 4 B à raison des revenus, gains nets, profits, distributions, plus-values et créances énumérés aux a et b du 1° du présent 1 est établi par application du taux forfaitaire prévu au 2° de ce même 1 à l’assiette imposable desdits revenus,gains nets, profits, distributions, plus-values et créances.

(220) « 1° Pour l'application du premier alinéa du présent 1, sont soumis à l'imposition forfaitaire :

(221) « a) Les revenus de capitaux mobiliers mentionnés au VII de la 1ère sous-section de la section II du présent chapitre, à l'exception des revenus expressément exonérés de l'impôt en vertu des articles 125-0 A, 157 et 163 quinquies B à

163 quinquies C bis, des revenus ayant supporté le prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu prévu au 1 du II de l’article 125-0 A ainsi que des revenus qui sont pris en compte pour la dé termination du bénéfice imposable d'une entreprise industrielle, commerciale, artisanale ou agricole, ou d'une profession non commerciale. Sont également soumis à l’imposition forfaitaire les produits mentionnés au 5 de l'article 13 qui se rattachent à la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.

(222) « Pour le calcul de l'impôt dû, les revenus mentionnés au premier alinéa sont retenus pour leur montant brut, sous réserve, le cas échéant, de l'application des articles 124 C, 125-00 A et 125-0 A.

(223) « Les revenus mentionnés au premier alinéa de source étrangère sont également retenus pour leur montant brut.

L'impôt retenu à la source est imputé sur l'imposition à taux forfaitaire dans la limite du crédit d'impôt auquel il ouvre droit, dans les conditions prévues par les conventions internationales ;

(224) « b) Les gains nets, profits, distributions, plus-values et créances mentionnés aux 1° à 5° du 6 bis de l'article 158, déterminés conformément à ces mêmes dispositions. Toutefois, pour l'établissement de l'imposition forfaitaire mentionnée au premier alinéa du présent 1, il n'est pas fait application de l'abattement mentionné au 1 ter ou au 1 quater de l'article 150-0 D ;

(225) « 2° a) Le taux forfaitaire mentionné au premier alinéa du présent 1 est fixé à 12,8 % ;

(226) « b) Par dérogation au a, lorsque la condition de durée de détention prévue au b du 2 du II de l’article 125-0 A est remplie, le taux prévu à ce même b est appliqué aux produits mentionnés au premier alinéa du 2 du II de l’article 125-0 A et au II de l’article 125 D attachés à des primes versées à compter du 27 septembre 2017 :

(227) « – pour le montant total desdits produits, lorsque le montant des primes versées par l’assuré sur l'ensemble des bons ou contrats de capitalisation ou placements de même nature qu’il a souscrits et qui, au 31 décembre de l’année qui précède le fait générateur d’imposition des produits concernés, n’ont pas déjà fait l'objet d'un remboursement en capital, n’excède pas le seuil de 150 000 € ;

(228) « – lorsque le montant des primes tel que déterminé à l’alinéa précédent excède le seuil de 150 000 €, pour la seule fraction de ces produits déterminée en multipliant le montant total desdits produits par le rapport existant entre :

(229) « au numérateur, le montant de 150 000 € réduit, le cas échéant, du montant des primes versées antérieurement au

27 septembre 2017, n’ayant pas déjà fait l'objet d'un remboursement en capital ;

(230) « au dénominateur, le montant des primes versées à compter du 27 septembre 2017 et qui, au 31 décembre de l’année qui précède le fait générateur d’imposition des produits concernés, n’ont pas déjà fait l'objet d'un remboursement en capital.

(231) « La fraction des produits mentionnés au premier alinéa du présent b qui n’est pas éligible au taux mentionné à ce même alinéa est imposable au taux mentionné au a du présent 2° ;

(232) « c) Lorsque la condition de durée de détention prévue au b n’est pas remplie, les produits mentionnés à ce même b attachés à des primes versées à compter du 27 septembre 2017 sont soumis :

(233) « – au taux mentionné au a, lorsque le montant des primes versées par l’assuré sur l'ensemble des bons ou contrats de capitalisation ou placements de même nature qu’il a souscrits et qui, au 31 décembre de l’année qui précède le fait

générateur d’imposition des produits concernés, n’ont pas déjà fait l'objet d'un remboursement en capital, excède le seuil de 150 000 € ;

(234) « – au taux de 35 % pour les contrats d’une durée inférieure à quatre ans et de 15 % pour ceux d’une durée égale ou supérieure à quatre ans, lorsque le montant des primes tel que défini à l’alinéa précédent n’excède pas le seuil prévu à ce même alinéa. » ;

(235) 2° Le 2 est ainsi rédigé :

(236) « 2. Par dérogation au 1, sur option expresse et irrévocable du contribuable, l'ensemble des revenus, gains nets, profits, plus-values et créances mentionnés à ce même 1 est retenu dans l'assiette du revenu net global défini à l'article 158. Cette option globale est exercée lors du dépôt de la déclaration prévue à l’article 170 et au plus tard avant l'expiration de la date limite de déclaration. » ;

(237) 3° Le 2 ter est ainsi rédigé :

(238) « 2 ter. a) Les plus-values mentionnées au I de l'article 150-0 B ter sont imposables à l'impôt sur le revenu au taux déterminé comme suit :

(239) « 1° Le taux applicable aux plus-values résultant d'opérations d'apport réalisées entre le 14 novembre et le

31 décembre 2012 est déterminé conformément au A du IV de l'article 10 de la loi n° 2012-1509 du 29 décembre 2012 de finances pour 2013 ;

(240) « 2° Le taux applicable aux plus-values résultant d'opérations d'apport réalisées entre le 1er janvier 2013 et le

31 décembre 2017 est égal au rapport entre les deux termes suivants :

(241) « – le numérateur, constitué par le résultat de la différence entre, d'une part, le montant de l'impôt qui aurait résulté, au titre de l'année de l'apport, de l'application de l'article 197 à la somme de l'ensemble des plus-values mentionnées au premier alinéa du présent 2° réalisées au titre de cette même année ainsi que des revenus imposés au titre de la même année dans les conditions de ce même article 197 et, d'autre part, le montant de l'impôt dû au titre de cette même année et établi dans les conditions dudit article 197 ;

(242) « – le dénominateur, constitué par l'ensemble des plus-values mentionnées au premier alinéa du présent 2° retenues au deuxième alinéa du présent 2°.

(243) « Pour la détermination du taux mentionné au premier alinéa du présent 2°, les plus-values mentionnées au même premier alinéa sont, le cas échéant, réduites du seul abattement mentionné au 1 de l'article 150-0 D dans sa rédaction en vigueur jusqu'au 31 décembre 2017 ;

(244) « 3° Le taux applicable aux plus-values résultant d'opérations d'apport réalisées à compter du 1er janvier 2018 est égal à 12,8 %. Toutefois, lorsque l'option globale prévue au 2 est exercée par le contribuable, le taux applicable à ces plus-values est déterminé suivant les mêmes modalités que celles prévues au 2° du présent a, compte tenu le cas échéant du seul abattement mentionné au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D.

(245) « Les plus-values mentionnées au premier alinéa du présent a auxquelles l'article 244 bis B est applicable sont imposables dans les conditions et au taux prévus par ce même article dans sa rédaction applicable à la date de l'apport.

(246) « b) Les plus-values mentionnées au premier alinéa du a du présent 2 ter, retenues pour leur montant avant application de l'abattement mentionné au 2° ou au 3° du même a, sont également imposables, le cas échéant, à la contribution mentionnée à l'article 223 sexies au taux égal au rapport entre les deux termes suivants :

(247) « – le numérateur, constitué par le résultat de la différence entre, d'une part, le montant de la contribution qui aurait résulté, au titre de l'année de l'apport, de l'application de l'article 223 sexies au revenu fiscal de référence défini à ce même article, majoré du montant de l'ensemble des plus-values mentionnées au premier alinéa du présent b réalisées au titre de la même année, et, d'autre part, le montant de la contribution due le cas échéant dans les conditions dudit article 223 sexies ;

(248) « – le dénominateur, constitué par l'ensemble des plus-values mentionnées au premier alinéa du présent b retenues au deuxième alinéa du présent b. » ;

(249) 4° Le 3 est ainsi rédigé :

(250) « 3. L'avantage salarial mentionné au I de l'article 80 quaterdecies est retenu dans l'assiette du revenu net global défini à l'article 158, après application d’un abattement de 50 % ou, le cas échéant, de l’abattement fixe prévu au 1 du I de l’article 150-0 D ter et, pour le surplus éventuel, de l’abattement de 50 %. Pour l’application de ces dispositions, l’abattement fixe s’applique en priorité sur le gain net mentionné au V de l’article 80 quaterdecies puis, pour le surplus éventuel, sur l’avantage salarial précité. »

(251) Z bis. – Au a du 1° de l’article 219 bis, les mots : « au 1° bis du 3 bis de l’article 125 A » sont remplacés par les mots :

« au premier alinéa de l’article 124 B ».

(252) Z ter. – Au premier alinéa du 1 du I de l’article 223 sexies, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D » sont remplacés par les mots : « au 1 ter ou au 1 quater de l’article 150-0 D ».

(253) Z quater. – Le 3° du 1 de l’article 242 ter est abrogé.

(254) Z quinquies. – Le premier alinéa de l’article 242 quater est complété par une phrase ainsi rédigée :

(255) « Par dérogation, les contribuables formulent leur demande de dispense de prélèvement prévu au 2 du II de l’article 125-0 A au plus tard lors de l'encaissement des revenus. »

(256) Z sexies. – A l’article 244 bis B :

(257) 1° Au premier alinéa :

(258) a) Les mots : « au taux de 45 % » sont remplacés par les mots : « aux taux mentionnés au deuxième alinéa » ;

(259) b) La dernière phrase est supprimée ;

(260) 2° Au début du deuxième alinéa, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

(261) « Le prélèvement mentionné au premier alinéa est fixé au taux prévu au deuxième alinéa du I de l’article 219 bis lorsqu’il est dû par une personne morale ou un organisme quelle qu’en soit la forme et au taux de 12,8 % lorsqu’il est dû par une personne physique. »

(262) Z septies. – Les articles 990 A, 990 B et 990 C sont abrogés.

(263) Z octies. – Au II de l’article 1391 B ter :

(264) 1° Au premier alinéa, les mots : « et du montant des abattements mentionnés respectivement aux a et a bis du 1° du même IV », sont remplacés par les mots : « mentionnées au a du 1° du même IV » ;

(265) 2° Le d est remplacé par les dispositions suivantes :

(266) « d) De l’abattement mentionné au I de l’article 125 A ; ». (267) Z nonies. – Au 1° du IV de l’article 1417 :

(268) 1° Le a bis est remplacé par les dispositions suivantes :

(269) « a bis) du montant des abattements mentionnés au 1 ter ou au 1 quater de l'article 150-0 D, à l'article 150-0 D ter, au 2° du 3 de l'article 158 et au 3 de l’article 200 A, du montant des plus-values en report d'imposition en application de l'article 150-0 B quater, du montant des plus-values soumises au prélèvement prévu à l'article 244 bis A et du montant des plus-values et distributions soumises au prélèvement prévu à l'article 244 bis B ; »

(270) 2° Au c, les mots : « au II de l’article 125-0 A, aux I bis, II, III, second alinéa du 4° et deuxième alinéa du 9° du III bis » sont remplacés par les mots : « au 1 du II et au II bis de l’article 125-0 A, aux II et III » et après les mots : « de l’article 163 bis, », sont insérés les mots : « du montant des produits et revenus soumis aux retenues à la source prévues à l'article 119 bis, aux articles 182 A, 182 A bis et 182 A ter, à hauteur de la fraction donnant lieu à une retenue libératoire de l'impôt sur le revenu.

(271) Z decies. – Au IX de l'article 1649 quater B quater, dans sa rédaction issue du 5° du I de l’article 15 de la loi n° 2016-1918 du 29 décembre 2016 de finances rectificative pour 2016, la référence : « , 990 A » est supprimée.

(272) Z undecies. – L'article 1678 quater, dans sa rédaction issue du 8° du I de l’article 15 de la loi n° 2016-1918 du

29 décembre 2016 de finances rectificative pour 2016 :

(273) 1° Au premier alinéa du I, les mots : « le prélèvement d'office sur les bons et titres anonymes mentionné à l'article 990 A, » sont supprimés et les mots : « le prélèvement sur les produits attachés aux bons ou contrats de capitalisation ainsi qu'aux placements de même nature mentionné au II de l'article 125-0 A » sont remplacés par les mots : « les prélèvements sur les produits attachés aux bons ou contrats de capitalisation ainsi qu'aux placements de même nature mentionnés au II de l'article 125-0 A » ;

(274) 2° Au 1 du II, les mots : « aux articles 125 A et 990 A » sont remplacés par les mots : « à l'article 125 A » ;

(275) II. – L’article L. 315-4 du code de la construction et de l’habitation est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(276) « Les dispositions du présent article s’appliquent aux comptes et plans d’épargne-logement mentionnés au 9° bis de l'article 157 du code général des impôts ouverts jusqu’au 31 décembre 2017. »

(277) III. – Le code monétaire et financier est ainsi modifié :

(278) A. – Au second alinéa de l’article L. 561-14-2, les mots : « à l'article L. 561-5 établis en raison des opérations sur les bons, titres et contrats mentionnés à l'article 990 A du code général des impôts et » sont supprimés et les mots : « de ce code » sont remplacés par les mots : « du code général des impôts » ;

(279) B. – A l’article L. 765-13, dans sa rédaction issue du V de l’article 17 de l’ordonnance n° 2016-1635 du 1er décembre 2016 renforçant le dispositif français de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme :

(280) 1° Au deuxième alinéa, la référence : « L. 561-14-1 » est remplacée par la référence : « L. 561-15 » ;

(281) 2° Après le deuxième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(282) « L’article L. 561-14-2 est applicable dans sa rédaction issue du A du III de l’article X de la loi n°XX du XX

décembre 2017 de finances pour 2018. »

(283) C. – L’article L. 561-14-1 est abrogé.

(284) IV. – Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :

(285) A. – A l’article L. 136-6 :

(286) 1° Au e, après les mots : « de l’article 150-0 A », sont insérés les mots : « , à l’article 150-0 F et au 1 du II de l’article 163 quinquies C » ;

(287) 2° Le e ter est abrogé ;

(288) 3° Au dixième alinéa, les mots : « au 1 de l’article 150-0 D, à l’article 150-0 D ter et au 2° du 3 de l’article 158 » sont remplacés par les mots : « au 1 ter et au 1 quater de l’article 150-0 D, à l’article 150-0 D ter, au 2° du 3 de l’article 158 et au 3 de l’article 200 A » et la fin de l’alinéa est complétée par les mots suivants : « et du coefficient multiplicateur mentionné au 7 de l'article 158 du code précité. »

(289) B. – Au premier alinéa du I de l’article L. 136-7, les mots : « aux II, III, second alinéa du 4° et deuxième alinéa du 9°

du III bis » sont remplacés par les mots : « aux II et III ».

(290) V. – Au troisième alinéa de l’article L. 16 du Livre des procédures fiscales, après les mots : « de l'article 125 A du code général des impôts », sont insérés les mots : « dans sa rédaction antérieure à l’entrée en vigueur de la loi n°XX du XX décembre 2017 de finances pour 2018 ».

(291) VI. – A. – Le présent article s’applique aux impositions dont le fait générateur intervient à compter du 1er janvier 2018, sous réserve des B à G du présent VI.

(292) B. – Le 2° du L du I s’applique aux opérations d’apport réalisées à compter du 1er janvier 2018.

(293) C. – Le O du I s’applique aux cessions et rachats réalisés du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022 ainsi que, le cas échéant, aux compléments de prix afférents à ces mêmes opérations et perçus entre ces mêmes dates.

(294) Toutefois, le complément de prix perçu à compter du 1er janvier 2018 et afférent à une cession pour laquelle s’est appliqué l’abattement fixe prévu à l’article 150-0 D ter du code général des impôts, dans sa rédaction antérieure à l’entrée en vigueur de la présente loi, est réduit le cas échéant de la fraction d’abattement fixe non utilisée au titre de cette même cession. Dans ce cas, l’abattement mentionné au 1 de l’article 150-0 D du même code, dans sa version issue de la présente loi, ne s’applique pas au reliquat de gain net imposable. Ce dernier abattement peut toutefois s’appliquer lorsque le contribuable renonce au bénéfice de l’abattement fixe déjà cité.

(295) D. – Le U du I s’applique aux transferts de domicile fiscal hors de France intervenus à compter du 1er janvier 2018.

(296) E. – Les V, Z octies et Z nonies du I s’appliquent aux revenus perçus et gains réalisés à compter du 1er janvier 2018.

(297) F. – Le Q du I et le II s’appliquent aux plans et comptes ouverts à compter du 1er janvier 2018.

(298) G. – Le présent article s’applique :

(299) 1° A l’avantage salarial mentionné au I de l’article 80 quaterdecies du code général des impôts afférent aux actions gratuites dont l’attribution a été autorisée par une décision de l’assemblée générale extraordinaire postérieure à la publication de la présente loi ;

(300) Toutefois, l’abattement fixe mentionné à l’article 150-0 D ter du code général des impôts, dans sa rédaction prévue au O du I du présent article, s’applique à l’avantage salarial mentionné au I de l’article 80 quaterdecies du même code afférent aux actions gratuites dont l’attribution a été autorisée par une décision de l’assemblée générale extraordinaire prise entre le 8 août 2015 et la date de la publication de la présente loi.

(301) Dans ce cas, l’application de l’abattement fixe mentionné à l’article 150-0 D ter du code général des impôts est exclusive de celle de l’abattement mentionné au 1 de l’article 150-0 D du même code dans sa version antérieure à l’entrée en vigueur de la présente loi. Ce dernier abattement peut toutefois s’appliquer lorsque le contribuable renonce à l’application de l’abattement fixe déjà cité ;

(302) 2° Aux bons de souscription de parts de créateur d’entreprise mentionnés à l’article 163 bis G du code général des impôts attribués à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Le présent article procède à une refonte globale du régime d’imposition des revenus de l’épargne dans une logique de simplification des dispositifs existants.

1. Afin d’améliorer la lisibilité et la prévisibilité de la fiscalité applicable aux produits et gains de cession générés par les investissements mobiliers des particuliers, le présent article prévoit la mise en place d’un taux forfaitaire unique d’imposition des revenus mobiliers de 30 % se décomposant en un taux forfaitaire d’impôt sur le revenu (IR) de 12,8 %, auquel s’ajouteront les prélèvements sociaux au taux global de 17,2 % à la suite de la hausse du taux de la contribution sociale généralisée (CSG) prévue par le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

Les contribuables les plus modestes, dont le niveau d’imposition résultant de l’application du barème serait plus favorable, auront la possibilité d’opter pour la soumission de leurs revenus mobiliers au barème de l’IR.

Le projet du Gouvernement prévoit l’application d’un taux forfaitaire d’IR de droit commun aux revenus suivants :

- l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers (intérêts, revenus distribués et revenus assimilés). A cet égard, le champ d’imposition de cette catégorie de revenus est étendu aux intérêts des nouveaux plans et comptes d’épargne-logement (PEL et CEL) ouverts à compter du 1er janvier 2018. En effet, les intérêts de ces plans et comptes seront désormais imposés dans les conditions de droit commun. Par ailleurs, la prime d’épargne logement sera supprimée pour ces nouveaux PEL et CEL ouverts à compter du 1er janvier 2018 dans le but, là encore, de renforcer la neutralité (notamment fiscale) entre les différents produits d’épargne des ménages ;

- les produits des contrats d’assurance vie afférents à de nouveaux versements (primes versées à compter du

27 septembre 2017). Conformément aux engagements du Président de la République, le taux forfaitaire dérogatoire de 7,5 % continuera de s’appliquer aux produits contenus dans un rachat opéré par un même assuré sur un contrat d’une durée supérieure à 6 ans (contrats souscrits entre le 1er janvier 1983 et le 31 décembre 1989) ou 8 ans (contrats souscrits depuis 1990) lorsque le montant total des encours, net des produits, détenu par l’assuré sur l’ensemble de ses contrats n’excède pas un seuil de 150 000 €. Les produits issus de nouveaux versements, perçus par les contribuables dont l’encours d’assurance vie dépasse ce seuil au 31 décembre de l’année précédant celle au cours de laquelle les produits sont rachetés seront imposés à 12,8 % au prorata de l’encours dépassant le seuil de 150 000 € ;

- les gains de cession de valeurs mobilières et droits sociaux et autres revenus et gains assimilés (distributions de plus-values perçues de certaines structures d’investissement à risque ; profits sur les instruments financiers à terme ; gains de cession de titres souscrits en exercice de bons de souscription de parts de créateurs d’entreprise) ;

- certaines plus-values et créances entrant dans le champ d’application du dispositif d’ « Exit tax ».

Le projet du Gouvernement permet donc d’harmoniser le taux et les modalités d’imposition de la majeure partie des revenus de l’épargne mobilière.

Conformément aux engagements du Président de la République, seront maintenus les dispositifs suivants :

- les produits des contrats d’assurance vie afférents à des versements antérieurs au 27 septembre 2017 continueront d’être imposés suivant le régime actuellement en vigueur ;

- l’exonération des intérêts des livrets A, livrets de développement durable (LDD) et livrets d'épargne populaire (LEP), sera maintenue car ces produits constituent les principaux supports de l’épargne de précaution des ménages. L’exonération constitue en effet une part de la rémunération de ces produits d’épargne, qui participe par ailleurs au financement du logement social et de la politique de la ville ;

- le régime actuellement en vigueur du plan d’épargne en actions (PEA) et du PEA dédié au financement des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire (PEA-PME) sera également maintenu.

Le projet du Gouvernement ne supprime pas la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR) applicable aux revenus de l’épargne mobilière. Ainsi, les contribuables les plus aisés qui perçoivent de tels revenus continueront de contribuer à titre spécifique au redressement des finances publiques, conformément à l’objectif de la CEHR.

La réforme ne modifie ni le calendrier ni les modalités de recouvrement de l’impôt, mais tire les conséquences de l’établissement d’un nouveau taux d’imposition.

Ainsi, le mécanisme actuel du prélèvement forfaitaire obligatoire (PFO) non libératoire de l’IR applicable aux intérêts et distributions l’année de leur perception sera maintenu. Le taux de ce prélèvement sera aligné sur celui du taux de l’imposition forfaitaire. Le mécanisme existant de dispense de prélèvement sous condition de seuils de revenu fiscal de référence (RFR) sera maintenu dans les conditions actuelles. Dans un souci d’harmonisation, les produits d’assurance vie entrant dans le champ de la réforme (produits des primes versées à compter du 27 septembre 2017) seront intégrés à ce mécanisme, en tenant compte du taux dérogatoire applicable aux contrats ouverts depuis plus de 8 ans.

L’imposition forfaitaire définitive sera établie sur la base des revenus et gains concernés mentionnés sur la déclaration d’ensemble des revenus souscrite l’année suivant leur perception ou réalisation. Lors de cette déclaration, les contribuables les plus modestes pourront opter pour l’imposition de l’ensemble desdits revenus et gains suivant le barème de l’IR.

Afin de préserver l’objectif de simplification poursuivi par la réforme tout en préservant les contribuables les plus modestes, cette option sera globale et portera sur l’ensemble des revenus et gains dans le champ de l’imposition forfaitaire. Ainsi, conformément aux engagements du Président de la République, la réforme permettra à la fois de simplifier le régime d’imposition des revenus du capital tout en préservant les contribuables dont l’imposition résultant de l’application du barème de l’IR serait plus favorable.

L’assiette des revenus et gains concernés soumis à l’imposition forfaitaire sera constituée par le montant brut des revenus perçus ou des gains réalisés, comme cela était le cas avant la barémisation de ces revenus.

L’assiette des gains de cession de valeurs mobilières et droits sociaux sera toujours constituée par imputation sur les plus-values réalisées au cours d’une année des moins-values de même nature réalisées au cours de la même année, puis le cas échéant, de celles reportées au cours des dix années antérieures.

La réforme prévoit la suppression des abattements pour durée de détention institués par l’article 17 de la loi de finances pour 2014 pour les gains de cession réalisés à compter de 2018. Néanmoins, une clause de sauvegarde permettra de préserver l’abattement de droit commun ainsi que l’abattement renforcé pour les cessions de titres de PME de moins de dix ans en faveur des contribuables qui ont acquis ou souscrit leurs titres antérieurement au

1er janvier 2018 et qui optent pour une imposition de l'ensemble de leurs revenus du capital au barème de l’IR. L’abattement de 40 % applicable à l’assiette des dividendes sera également maintenu en cas de soumission de ces

revenus au barème progressif de l’IR.

Certains dispositifs spécifiques, qui conservent leur justification, seront néanmoins maintenus :

Le dispositif d’abattement spécifique applicable aux produits imposables des contrats d’assurance vie d’une durée supérieure à 6 ans (pour les contrats souscrits entre le 1er janvier 1983 et le 31 décembre 1989) ou à 8 ans (pour les contrats souscrits depuis le 1er janvier 1990) sera maintenu.

Par ailleurs, afin de tenir compte de la situation spécifique du dirigeant partant à la retraite et dont les gains de cession peuvent constituer un capital visant à financer l’arrêt de l’activité, un dispositif d’abattement spécifique, applicable aux plus-values réalisées par des dirigeants de PME qui cèdent à compter du 1er janvier 2018 et jusqu’au

31 décembre 2022 leurs titres lors de leur départ en retraite sera prévu. Il consistera en un abattement fixe de 500 000 € applicable aux plus-values réalisées par le dirigeant, sous conditions. Cet abattement sera applicable quelles que soient les modalités d’imposition desdites plus-values (taux forfaitaire ou option pour le barème de l’IR). Cet abattement viendra se substituer au dispositif existant actuellement dont l’extinction est fixée au

31 décembre 2017. En revanche, ce dispositif d’abattement fixe ne pourra pas se cumuler avec les dispositifs d’abattements proportionnels de droit commun ou renforcé maintenus dans le cadre de la clause de « sauvegarde » précitée. Ainsi, le contribuable aura le choix, le cas échéant, lorsqu’il opte pour l’imposition de ses revenus du capital suivant le barème progressif, de bénéficier au titre de la plus-value de cession de ses titres réalisée lors de son départ à la retraite soit du dispositif d’abattement fixe, soit du dispositif d’abattement proportionnel.

2. Le présent article aligne, en conséquence de la réforme, le taux de la retenue à la source (RAS) ou du prélèvement applicable à certains revenus de capitaux mobiliers (RCM) et plus-values de cession de participations substantielles (et distributions assimilées) réalisés par des personnes physiques non-résidentes sur celui du taux de l’imposition forfaitaire applicable aux résidents : ces taux seront donc ramenés à 12,8 %. Pour les plus-values de cession de participations substantielles réalisées par des personnes morales ou organismes non-résidents, le taux du prélèvement est aligné sur celui de l’impôt sur les sociétés (IS).

3. En outre, le présent article aménage, en conséquence de la suppression des abattements pour durée de détention applicables dans le cadre du régime des gains de cession de valeurs mobilières, le dispositif des actions gratuites dont l’attribution est autorisée par une décision de l’assemblée générale extraordinaire prise à compter de l’entrée en vigueur de la présente réforme. L’avantage salarial restera imposable au barème progressif avec application, dans la limite de 300 000 € de gains, d’un abattement de 50 %. L’abattement fixe en cas de départ en retraite tel qu’introduit par la présente réforme sera, le cas échéant, applicable.

4. Par ailleurs, le présent article met fin au régime fiscal dérogatoire de l’anonymat applicable à certains bons ou titres détenus au porteur en permettant à l’administration fiscale de connaître l’identité des souscripteurs ou bénéficiaires de l’ensemble des droits financiers. Cette identité est connue des établissements financiers au regard des obligations relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement des activités terroristes, prévues aux articles L. 561-1 et suivants du code monétaire et financier, qui les obligent à obtenir l’identité des bénéficiaires de ces bons, titres et valeurs tout au long de la relation d’affaires. Il n’est donc pas cohérent de conserver un « anonymat

fiscal ». Cette mesure découle directement de l’engagement international de la France en faveur de la transparence fiscale, notamment concernant la connaissance des bénéficiaires effectifs des revenus. Elle participe en outre de la mise en œuvre de la norme mondiale d’échange automatique d’informations sur les comptes financiers à compter de 2017.

5. Enfin, le projet du Gouvernement comporte plusieurs ajustements techniques visant à simplifier et à harmoniser les régimes d’imposition des revenus du capital, notamment en ce qui concerne les différents régimes de report d’imposition des gains de cession de valeurs mobilières.

Les nouvelles modalités d’imposition entreront en vigueur à compter de 2018.

Article 12 :

Création de l'impôt sur la fortune immobilière et suppression de l'ISF

Article 12 : Création de l’impôt sur la fortune immobilière et suppression de l’ISF

(1) I. – A. – Après le chapitre II du titre IV de la première partie du livre premier du code général des impôts, il est inséré un chapitre II bis ainsi rédigé :

(2) « Chapitre II bis. Impôt sur la fortune immobilière

(3) « Section I Champ d’application

(4) « Art. 964. – Il est institué un impôt annuel sur les actifs immobiliers non affectés à l'activité professionnelle de leur propriétaire désigné sous le nom d’impôt sur la fortune immobilière.

(5) « Sont soumises à cet impôt, lorsque la valeur de leurs actifs mentionnés à l’article 965 est supérieure à 1 300 000 € :

(6) « 1° Les personnes physiques ayant leur domicile fiscal en France, à raison de leurs actifs mentionnés à l'article 965

situés en France ou hors de France.

(7) « Toutefois, les personnes physiques mentionnées au premier alinéa qui n'ont pas été fiscalement domiciliées en France au cours des cinq années civiles précédant celle au cours de laquelle elles ont leur domicile fiscal en France ne sont imposables qu'à raison des actifs mentionnés au 2°.

(8) « Cette disposition s'applique au titre de chaque année au cours de laquelle le redevable conserve son domicile fiscal en France, et ce jusqu'au 31 décembre de la cinquième année qui suit celle au cours de laquelle le domicile fiscal a été établi en France ;

(9) « 2° Les personnes physiques n'ayant pas leur domicile fiscal en France, à raison des biens et droits immobiliers mentionnés au 1° de l'article 965 situés en France et des parts ou actions de sociétés ou organismes mentionnés au 2° de l'article 965, à hauteur de la fraction de leur valeur représentative de ces mêmes biens et droits immobiliers.

(10) « Sauf dans les cas prévus aux a et b du 4 de l’article 6, les couples mariés font l'objet d'une imposition commune.

(11) « Les partenaires liés par un pacte civil de solidarité défini par l’article 515-1 du code civil et les personnes qui sont en situation de concubinage notoire font l'objet d'une imposition commune.

(12) « Les conditions d'assujettissement sont appréciées au 1er janvier de chaque année. (13) « Section II Assiette de l’impôt

(14) « Art. 965. – L'assiette de l’impôt sur la fortune immobilière est constituée par la valeur nette au 1er janvier de l'année : (15) « 1° De l'ensemble des biens et droits immobiliers appartenant aux personnes mentionnées à l'article 964 ainsi qu’à

leurs enfants mineurs lorsqu'elles ont l'administration légale des biens de ceux-ci ;

(16) « 2° Des parts ou actions des sociétés et organismes établis en France ou hors de France appartenant aux personnes mentionnées au 1°, à hauteur de la fraction de leur valeur représentative de biens ou droits immobiliers détenus directement ou indirectement par la société ou l’organisme.

(17) Ne sont pas prises en compte les parts ou actions de sociétés ou d’organismes qui ont pour activité une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale dont le redevable détient directement et, le cas échéant, indirectement, seul ou conjointement avec les personnes mentionnées au 1°, moins de 10 % du capital ou des droits de vote.

(18) « Ne sont pas retenus pour le calcul de la fraction mentionnée au premier alinéa du présent 2° :

(19) « a) Les biens ou droits immobiliers détenus directement par la société ou l’organisme mentionné au premier alinéa du présent 2° ou par une société ou un organisme dont la société ou l’organisme mentionné au premier alinéa du présent 2° détient directement ou indirectement des parts ou actions, lorsque ces biens ou droits immobiliers sont affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale de la société ou de l’organisme qui les détient ;

(20) « b) Lorsque la société ou l’organisme mentionné au premier alinéa du présent 2° a pour activité une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, les biens ou droits immobiliers détenus directement ou indirectement par cette société ou cet organisme affectés à son activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale ; à celle de la société ou de l'organisme qui les détient directement ; ou à celle d'une société ou d'un organisme dans lesquels la société ou l'organisme mentionné au premier alinéa du présent 2° détient directement ou par personne interposée la majorité des droits de vote ou exerce en fait le pouvoir de décision.

(21) « 3° Aucun rehaussement n'est effectué si le redevable, de bonne foi, démontre qu’il n'était pas en mesure de disposer des informations nécessaires à l’estimation de la fraction de la valeur des parts ou actions mentionnées au premier alinéa du 2° du présent article représentative des biens ou droits immobiliers qu’il détient indirectement.

(22) Cette disposition ne s’applique pas si le redevable contrôle, au sens du 2° du III de l'article 150-0 B ter, les sociétés ou organismes composant la chaîne de participations au travers de laquelle il détient les biens ou droits immobiliers considérés ; ou si l'une des personnes mentionnée au 1° se réserve, en fait ou en droit, la jouissance des biens ou droits immobiliers que le redevable détient indirectement.

(23) « Art. 966. – I. – Pour l’application de l'article 965, n’est pas considérée comme une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale l’exercice par une société ou un organisme d’une activité de gestion de son propre patrimoine immobilier.

(24) « II. – Pour l’application de l'article 965, sont considérées comme des activités commerciales les activités mentionnées aux articles 34 et 35.

(25) « Sont également considérées comme des activités commerciales les activités de sociétés qui, outre la gestion d'un portefeuille de participations, participent activement à la conduite de la politique de leur groupe et au contrôle de leurs filiales et rendent, le cas échéant et à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers.

(26) « III. – Par exception au II, n’est pas considérée comme une activité commerciale l’exercice par une société ou un organisme d’une activité de location de locaux d'habitation loués meublés ou destinés à être loués meublés lorsque le redevable ne remplit pas, dans la société propriétaire des immeubles, les conditions mentionnées au II ou au III de l'article 975.

(27) « Art. 967. – L'article 754 B est applicable à l’impôt sur la fortune immobilière.

(28) « Art. 968. – Les actifs mentionnés à l'article 965 grevés d'un usufruit, d'un droit d'habitation ou d'un droit d'usage accordé à titre personnel sont compris dans le patrimoine de l'usufruitier ou du titulaire du droit pour leur valeur en pleine propriété.

(29) « Toutefois, à condition, pour l’usufruit, que le droit constitué ne soit ni vendu ni cédé à titre gratuit par son titulaire, ces actifs grevés de l'usufruit ou du droit d'usage ou d'habitation sont compris respectivement dans les patrimoines de l'usufruitier ou du nu-propriétaire suivant les proportions fixées par l'article 669 lorsque :

(30) « a) La constitution de l'usufruit résulte de l'application des articles 757, 1094 ou 1098 du code civil. Les biens dont la propriété est démembrée en application d'autres dispositions, notamment de l'article 1094-1 du code civil, ne peuvent faire l'objet de cette imposition répartie ;

(31) « b) Le démembrement de propriété résulte de la vente d'un bien dont le vendeur s'est réservé l'usufruit, le droit d'usage ou d'habitation et que l'acquéreur n'est pas l'une des personnes mentionnées à l'article 751 ;

(32) « c) L'usufruit ou le droit d'usage ou d'habitation a été réservé par le donateur d'un bien ayant fait l'objet d'un don ou legs à l'Etat, aux départements, aux communes ou syndicats de communes et à leurs établissements publics, aux établissements publics nationaux à caractère administratif et aux associations reconnues d'utilité publique.

(33) « Art. 969. – Les actifs mentionnés à l'article 965 transférés dans un patrimoine fiduciaire ou ceux éventuellement acquis en remploi sont compris dans le patrimoine du constituant pour leur valeur vénale nette.

(34) « Art. 970. – Les actifs mentionnés à l'article 965 placés dans un trust défini à l'article 792-0 bis sont compris, pour leur valeur vénale nette au 1er janvier de l'année d'imposition, selon le cas, dans le patrimoine du constituant ou dans celui du bénéficiaire qui est réputé être un constituant en application du II de l'article 792-0 bis.

(35) « Le premier alinéa du présent article ne s'applique pas aux trusts irrévocables dont les bénéficiaires exclusifs relèvent de l'article 795 ou sont des organismes de même nature relevant de l'article 795-0 A et dont l'administrateur est soumis à la loi d'un Etat ou territoire ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales.

(36) « Art. 971. – 1. Les droits afférents à un contrat de crédit-bail conclu dans les conditions du 2 de l’article L. 313-7 du code monétaire et financier sont compris, pour la valeur des actifs mentionnés à l’article 965 qui font l’objet du contrat appréciée au 1er janvier de l’année d’imposition sous déduction du montant des loyers et du montant de l'option d'achat restant à courir jusqu’à l’expiration du bail dans le patrimoine du preneur, qu'il soit le redevable mentionné au 1° de l'article 965 ou une société ou un organisme mentionnés au 2° du même article.

(37) « 2. Les droits afférents à un contrat de location-accession régi par la loi n° 84-595 du 12 juillet 1984 définissant la location-accession à la propriété immobilière pour la valeur des actifs mentionnés à l’article 965 qui font l’objet du contrat appréciée au 1er janvier de l’année d’imposition, sous déduction des redevances et du montant de l'option d'achat restant à courir jusqu’au terme du délai prévu pour la levée d'option, sont également compris dans le patrimoine de l'accédant.

(38) « Art. 972. – La valeur de rachat des contrats d'assurance rachetables exprimés en unités de compte visées au deuxième alinéa de l'article L. 131-1 du code des assurances est incluse dans le patrimoine du souscripteur, à hauteur

de la fraction de leur valeur représentative des actifs mentionnés à l'article 965 appréciée dans les conditions prévues à ce même article.

(39) « Section III Règles de l’évaluation des biens

(40) « Art. 973. I – La valeur des actifs mentionnés à l'article 965 est déterminée suivant les règles en vigueur en matière de droits de mutation par décès.

(41) « Par dérogation au deuxième alinéa de l'article 761, un abattement de 30 % est effectué sur la valeur vénale réelle de l'immeuble lorsque celui-ci est occupé à titre de résidence principale par son propriétaire. En cas d'imposition commune, un seul immeuble est susceptible de bénéficier de l'abattement précité.

(42) « Les valeurs mobilières cotées sur un marché sont évaluées selon le dernier cours connu ou selon la moyenne des trente derniers cours qui précèdent la date d'imposition.

(43) II – Pour la valorisation des parts ou actions mentionnées au 2° de l’article 965, ne sont pas prises en compte les dettes contractées, directement ou indirectement, par la société ou l’organisme pour l’acquisition auprès de la personne mentionnée au 1° de l’article 965 d’un actif mentionné à ce même article.

(44) « Section IV Passif déductible

(45) « Art. 974. – I. Sont déductibles de la valeur des biens ou droits immobiliers et des parts ou actions taxables les dettes, existantes au 1er janvier de l’année d’imposition, contractées par le redevable et effectivement supportées par lui, afférentes à des actifs imposables, et le cas échéant, à proportion de la fraction de leur valeur imposable :

(46) « 1° Afférentes à des dépenses d'acquisition de biens ou droits immobiliers ;

(47) « 2° Afférentes à des dépenses de réparation et d'entretien effectivement supportées par le propriétaire ou supportées pour le compte du locataire par le propriétaire dont celui-ci n'a pu obtenir le remboursement, au 31 décembre de l'année du départ du locataire ;

(48) « 3° Afférentes à des dépenses d’amélioration, de construction, de reconstruction ou d’agrandissement ;

(49) « 4° Afférentes aux impositions, autres que celles incombant normalement à l'occupant, dues à raison desdites propriétés. Ne relèvent pas de cette catégorie les impositions dues à raison des revenus générés par lesdites propriétés ;

(50) « 5° Afférentes aux dépenses d'acquisition des parts ou actions mentionnées au 2° de l’article 965 au prorata de la valeur des actifs mentionnés au 1° du même article.

(51) « II. – Ne sont pas déductibles les dettes mentionnées au I correspondant à des prêts :

(52) « 1° Prévoyant le remboursement du capital au terme du contrat contractés pour l’achat d’un bien ou droit immobilier.

Ces dettes sont toutefois déductibles chaque année à hauteur du montant total de l'emprunt diminué d'une somme égale à ce même montant multiplié par le nombre d'années écoulées depuis le versement du prêt et divisé par le nombre d'années total de l'emprunt ;

(53) « 2° Contractés directement, ou indirectement par l’intermédiaire d’une ou plusieurs sociétés ou organismes interposés, auprès duredevable, de son conjoint ou du partenaire lié par un pacte civil de solidarité mentionnés à l’article 964, du concubin notoire, des enfants mineurs de ces personnes lorsqu'elles ont l'administration légale des biens de ceux-ci ;

(54) « 3° Contractés directement, ou indirectement par l’intermédiaire d’une ou plusieurs sociétés ou organismes interposés, auprès d'un ascendant, descendant autre que celui mentionné au 2°, frère ou sœur de l'une des personnes physiques mentionnées au 2°, sauf si le redevable justifie du caractère normal des conditions du prêt, notamment du respect du terme des échéances, du montant et du caractère effectif des remboursements ;

(55) « 4° Contractés par l'une des personnes mentionnées au 2° auprès d'une société ou organisme que, seule ou conjointement avec son conjoint, leurs ascendants ou descendants ou leurs frères et sœurs, elle contrôle au sens du 2° du III de l'article 150-0 B ter, directement ou par l'intermédiaire d'une ou plusieurs sociétés ou organismes interposés.

(56) « III. – Lorsque la valeur des biens ou droits immobiliers et des parts ou actions taxables excède 5 millions d’euros et que le montant total des dettes admises en déduction en application des I et II au titre d'une même année d'imposition excède 60 % de cette valeur, le montant des dettes excédant ce seuil n'est admise en déduction qu'à hauteur de 50 % de cet excédent.

(57) « Section V Actifs exonérés

(58) « Art. 975. – I. Sont exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1° de l'article 965 et les parts ou actions mentionnées au 2° du même article représentatives de ces mêmes biens ou droits, lorsque ces biens ou droits

immobiliers sont affectés à l’activité principale industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale des personnes mentionnées au 1° de l'article précité.

(59) « Les biens ou droits mentionnés au premier alinéa affectés à différentes activités pour lesquelles le redevable remplit les conditions prévues à l'alinéa précédent sont également exonérés lorsque les différentes activités professionnelles exercées sont soit similaires, soit connexes et complémentaires. Toutefois, pour l'application du présent alinéa, la condition d'activité principale s'apprécie au regard de l'ensemble des activités précitées.

(60) « Sont également exonérés les locaux d'habitation loués meublés ou destinés à être loués meublés détenus par des personnes mentionnées au 1° de l'article 965, qui, inscrites au registre du commerce et des sociétés en qualité de loueurs professionnels, réalisent plus de 23 000 € de recettes annuelles et retirent de cette activité plus de 50 % des revenus à raison desquels le foyer fiscal auquel elles appartiennent est soumis à l'impôt sur le revenu dans les catégories des traitements et salaires, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices agricoles, bénéfices non commerciaux, revenus des gérants et associés mentionnés à l'article 62.

(61) « II. – Sont également exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1° de l'article 965 et les parts ou actions mentionnées au 2° du même article représentatives de ces mêmes biens ou droits, lorsque ces biens et droits immobiliers sont affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale d’une société de personne soumise à l’impôt sur le revenu mentionnée aux articles 8 et 8 ter dans laquelle les personnes mentionnées au premier alinéa du I exercent leur activité principale.

(62) « Les biens ou droits mentionnés au premier alinéa affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale de plusieurs sociétés de personnes dans lesquelles le redevable remplit les conditions prévues à l'alinéa précédent sont également exonérés lorsque les sociétés ont des activités soit similaires, soit connexes et complémentaires. Toutefois, pour l'application du présent alinéa, la condition d'activité principale s'apprécie au regard de l'ensemble des sociétés précitées.

(63) « III. – 1. Sont également exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1° de l'article 965 et les parts ou actions mentionnées au 2° du même article représentatives de ces mêmes biens ou droits, lorsque ces biens et droits immobiliers sont affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale d’une société soumise, de droit ou sur option, à l’impôt sur les sociétés sous réserve que le redevable :

(64) « 1° Exerce dans la société la fonction de gérant nommé conformément aux statuts d'une société à responsabilité limitée ou en commandite par actions, associé en nom d'une société de personnes, ou président, directeur général, président du conseil de surveillance ou membre du directoire d'une société par actions.

(65) « Les fonctions mentionnées au premier alinéa du présent 1° doivent être effectivement exercées et donner lieu à une rémunération normale, dans les catégories imposables à l'impôt sur le revenu des traitements et salaires, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices agricoles, bénéfices non commerciaux et revenus des gérants et associés mentionnés à l'article 62, au regard des rémunérations du même type versées au titre de fonctions analogues dans l'entreprise ou dans des entreprises similaires établies en France. Cette rémunération doit représenter plus de la moitié des revenus à raison desquels l'intéressé est soumis à l'impôt sur le revenu dans les mêmes catégories, à l'exclusion des revenus non professionnels ;

(66) « 2° Détient 25 % au moins des droits de vote attachés aux titres émis par la société, directement ou par l'intermédiaire de son conjoint ou de leurs ascendants ou descendants ou de leurs frères et sœurs.

(67) « Les titres détenus dans les mêmes conditions dans une société possédant une participation dans la société dans laquelle le redevable exerce ses fonctions sont pris en compte à proportion de cette participation.

(68) « Le respect de la condition de détention de 25 % au moins des droits de vote attachés aux titres émis par la société prévue au premier alinéa du 2° n'est pas exigé après une augmentation de capital si, à compter de la date de cette dernière, le redevable remplit les trois conditions suivantes :

(69) « a) Il a respecté cette condition au cours des cinq années ayant précédé l'augmentation de capital ;

(70) « b) Il détient 12,5 % au moins des droits de vote attachés aux titres émis par la société, directement ou par l'intermédiaire de son conjoint, de leurs ascendants ou descendants ou de leurs frères et sœurs ;

(71) « c) Il est partie à un pacte conclu avec d'autres associés ou actionnaires représentant au total 25 % au moins des droits de vote et exerçant un pouvoir d'orientation dans la société.

(72) « Par dérogation au premier alinéa du 2°, la condition de détention de 25 % au moins des droits de vote attachés aux titres émis par la société n'est pas exigée des gérants et associés mentionnés à l'article 62.

(73) « 2. Sont également exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1 affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale d’une société soumise, de droit ou sur option, à l’impôt sur les sociétés détenue directement par le gérant nommé conformément aux statuts d'une société à responsabilité limitée ou en commandite par actions, le président, le directeur général, le président du conseil de surveillance ou le membre du

directoire d'une société par actions, qui remplit les conditions prévues au 1° du 1, lorsque la valeur des titres qu’il détient dans cette société excède 50 % de la valeur brute du patrimoine total du redevable, y compris les biens ou droits immobiliers précités.

(74) « IV. – 1. Sont également exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1° de l'article 965 et les parts ou actions mentionnées au 2° du même article représentatives de ces mêmes biens ou droits, lorsque ces biens et droits immobiliers sont affectés à l’activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale de plusieurs sociétés soumises, de droit ou sur option, à l’impôt sur les sociétés lorsque chaque participation, prise isolément, satisfait aux conditions prévues au III. Toutefois, la condition de rémunération prévue à la seconde phrase du second alinéa du 1° du 1 du III est respectée si la somme des rémunérations perçues au titre des fonctions énumérées au premier alinéa du même 1° dans les sociétés dont le redevable possède des parts ou actions représente plus de la moitié des revenus mentionnés à la même phrase.

(75) « Lorsque les sociétés mentionnées au premier alinéa ont des activités soit similaires, soit connexes et complémentaires, la condition de rémunération normale s'apprécie au regard des fonctions exercées dans l'ensemble des sociétés dont les parts ou actions répondent aux conditions du III.

(76) « 2. Sont également exonérés les biens ou droits immobiliers mentionnés au 1 affectés par le redevable mentionné au I ou au II dans une ou plusieurs sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés lorsque chaque participation, prise isolément, satisfait aux conditions prévues au III.

(77) « V. – Pour l’application du présent article, les activités commerciales s’entendent de celles définies à l’article 966.

(78) « VI. – Les biens ou droits immobiliers affectés à des sociétés mentionnées aux II à IV sont exonérés à hauteur de la participation du redevable dans celles-ci.

(79) « Art. 976. – I. – Les propriétés en nature de bois et forêts sont exonérées à concurrence des trois quarts de leur valeur imposable si les conditions posées au 2° du 2 de l’article 793 sont satisfaites.

(80) « II. – Les parts de groupements forestiers sont exonérées à concurrence des trois quarts de la fraction de la valeur nette correspondant aux biens mentionnés au 3° du 1 de l'article 793 et sous les mêmes conditions.

(81) « III. – Les biens donnés à bail à long terme dans les conditions prévues aux articles L. 416-1 à L. 416-6, L. 416-8 et L. 416-9 du code rural et de la pêche maritime et ceux donnés à bail cessible dans les conditions prévues par les articles L. 418-1 à L. 418-5 du même code sont exonérés à condition, d'une part, que la durée du bail soit au minimum de dix-huit ans et, d'autre part, que le preneur utilise le bien dans l'exercice de sa profession principale et qu'il soit le conjoint, le partenaire de pacte civil de solidarité ou le concubin notoire du bailleur, l'un de leurs frères et soeurs, l'un de leurs ascendants ou descendants ou le conjoint, le partenaire de pacte civil de solidarité ou le concubin notoire de l'un de leurs ascendants ou descendants.

(82) « A défaut de remplir les deux dernières conditions de l’alinéa précédent, ces mêmes biens sont exonérés à concurrence des trois quarts de leur valeur lorsque la valeur totale des biens loués quel que soit le nombre de baux n'excède pas 101 897 € et pour moitié au-delà de cette limite, sous réserve que la durée du bail soit au minimum de dix-huit ans et que les descendants du preneur ne soient pas contractuellement privés de la faculté de bénéficier des dispositions de l'article L. 411-35 du code rural et de la pêche maritime.

(83) « IV. – Sous les conditions prévues au 4° du 1 de l'article 793, les parts de groupements fonciers agricoles et de groupements agricoles fonciers soumis aux dispositions de la loi n° 62-933 du 8 août 1962 complémentaire à la loi d'orientation agricole et de l’article 11 de la loi n° 70-1299 du 31 décembre 1970 relative aux groupements fonciers agricoles sont exonérées, sous réserve que ces parts soient représentatives d'apports constitués par des immeubles ou des droits immobiliers à destination agricole et que les baux consentis par le groupement ainsi que leurs preneurs répondent aux conditions prévues au premier alinéa du III.

(84) « A défaut de remplir les deux dernières conditions de l’alinéa précédent, ces mêmes biens sont, sous réserve que les baux à long terme ou les baux cessibles consentis par le groupement répondent aux conditions prévues au second alinéa du III, exonérées à concurrence des trois quarts de leur valeur, si la valeur totale des parts détenues n'excède pas 101 897 € et pour moitié au-delà de cette limite.

(85) « V. – Les biens ruraux et les parts de groupements fonciers agricoles et de groupements agricoles fonciers représentatives de ces mêmes biens, donnés à bail dans les conditions prévues au premier alinéa du III à une société à objet principalement agricole contrôlée à plus de 50 % par les personnes mentionnées à ce même alinéa, sont exonérés à concurrence de la participation détenue dans la société locataire par celles des personnes précitées qui y exercent leur activité professionnelle principale.

(86) « Les biens ruraux et les parts de groupements fonciers agricoles et de groupements agricoles fonciers représentatives de ces mêmes biens, donnés à bail dans les conditions prévues au premier alinéa du III lorsqu'ils sont mis à la disposition d'une société mentionnée à l’alinéa précédent ou lorsque le droit au bail y afférent est apporté à une

société de même nature, dans les conditions prévues respectivement aux articles L. 411-37 et L. 411-38 du code rural et de la pêche maritime, sont exonérés dans les mêmes proportions et sous les mêmes conditions que celles définies au premier alinéa.»

(87) « Section VI Calcul de l’impôt

(88) « Art. 977. – 1. Le tarif de l’impôt est fixé à :

(89) (En pourcentage)

FRACTION DE LA VALEUR NETTE TAXABLE du patrimoine

TARIF

applicable

N'excédant pas 800 000 €

0

Supérieure à 800 000 € et inférieure ou égale à 1 300 000 €

0,50

Supérieure à 1 300 000 € et inférieure ou égale à 2 570 000

0,70

Supérieure à 2 570 000 € et inférieure ou égale à 5 000 000 €

1

Supérieure à 5 000 000 € et inférieure ou égale à 10 000 000 €

1,25

Supérieure à 10 000 000 €

1,5

(90) 2. Pour les redevables dont le patrimoine imposable a une valeur nette taxable égale ou supérieure à 1 300 000 € et inférieure à 1 400 000 €, le montant de l’impôt calculé selon le tarif prévu au tableau du 1 est réduit d'une somme égale à 17 500 € - 1,25 % P, où P est la valeur nette taxable du patrimoine.

(91) « Art. 978. – I.– Le redevable peut imputer sur l’impôt sur la fortune immobilière, dans la limite de 50 000 €, 75 % du montant des dons en numéraire et dons en pleine propriété de titres de sociétés admis aux négociations sur un marché réglementé français ou étranger effectués au profit :

(92) « 1° Des établissements de recherche ou d'enseignement supérieur ou d'enseignement artistique publics ou privés, d'intérêt général, à but non lucratif et des établissements d'enseignement supérieur consulaire mentionnés à l'article L. 711-17 du code de commerce ;

(93) « 2° Des fondations reconnues d'utilité publique répondant aux conditions fixées au a du 1 de l'article 200 ;

(94) « 3° Des entreprises d'insertion et des entreprises de travail temporaire d'insertion mentionnées aux articles L. 5132-5 et L. 5132-6 du code du travail ;

(95) « 4° Des associations intermédiaires mentionnées à l'article L. 5132-7 du même code ; (96) « 5° Des ateliers et chantiers d'insertion mentionnés à l'article L. 5132-15 du même code ; (97) « 6° Des entreprises adaptées mentionnées à l'article L. 5213-13 du même code ;

(98) « 7° Des groupements d'employeurs régis par les articles L. 1253-1 à L. 1253-24 du code du travail qui bénéficient du label GEIQ délivré par le Comité national de coordination et d'évaluation des groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification, et qui organisent des parcours d'insertion et de qualification dans les conditions mentionnées à l'article L. 6325-17 du même code ;

(99) « 8° De l'Agence nationale de la recherche ;

(100) « 9° Des fondations universitaires et des fondations partenariales mentionnées respectivement aux articles L. 719-12 et L. 719-13 du code de l'éducation lorsqu'elles répondent aux conditions fixées au b du 1 de l'article 200 ;

(101) « 10° Des associations reconnues d'utilité publique de financement et d'accompagnement de la création et de la reprise d'entreprises dont la liste est fixée par arrêté conjoint des ministres chargés de l'économie et du budget.

(102) « Ouvrent également droit à la réduction d'impôt les dons et versements effectués au profit d'organismes agréés dans les conditions prévues à l'article 1649 nonies dont le siège est situé dans un Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales. L'agrément est accordé aux organismes poursuivant des objectifs et présentant des caractéristiques similaires aux organismes dont le siège est situé en France entrant dans le champ d'application du présent I.

(103) « Lorsque les dons et versements ont été effectués au profit d'un organisme non agréé dont le siège est situé dans un Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales, la réduction d'impôt obtenue fait l'objet d'une reprise, sauf lorsque le contribuable a produit dans le délai de dépôt de

déclaration les pièces justificatives attestant que cet organisme poursuit des objectifs et présente des caractéristiques similaires aux organismes dont le siège est situé en France répondant aux conditions fixées par le présent article.

(104) « Un décret fixe les conditions d'application des douzième et treizième alinéas et notamment la durée de validité ainsi que les modalités de délivrance, de publicité et de retrait de l'agrément.

(105) « II – Les dons ouvrant droit à l'avantage fiscal mentionné au I sont ceux effectués au cours de l’année précédant celle de l'imposition.

(106) « III. – La fraction du versement ayant donné lieu à l'avantage fiscal mentionné au I ne peut donner lieu à un autre avantage fiscal au titre d'un autre impôt.

(107) « IV. – Le bénéfice de l'avantage fiscal prévu au I est subordonné au respect du règlement (UE) n° 1407/2013 de la Commission, du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis et à la condition que le redevable présente, à la demande de l’administration fiscale, des pièces justificatives attestant le total du montant et la date des versements ainsi que l'identité des bénéficiaires.

(108) « V. – Un décret fixe les obligations déclaratives incombant aux redevables et aux personnes mentionnées au I.

(109) « Art. 979. – I. – L’impôt sur la fortune immobilière du redevable ayant son domicile fiscal en France est réduit de la différence entre, d'une part, le total de cet impôt et des impôts dus en France et à l'étranger au titre des revenus et produits de l'année précédente, calculés avant imputation des seuls crédits d'impôt représentatifs d'une imposition acquittée à l'étranger et des retenues non libératoires et, d'autre part, 75 % du total des revenus mondiaux nets de frais professionnels de l'année précédente, après déduction des seuls déficits catégoriels dont l'imputation est autorisée par l'article 156, ainsi que des revenus exonérés d'impôt sur le revenu et des produits soumis à un prélèvement libératoire réalisés au cours de la même année en France ou hors de France.

(110) « Les revenus distribués à une société passible de l'impôt sur les sociétés contrôlée par le redevable sont réintégrés dans le calcul prévu au premier alinéa, si l'existence de cette société et le choix d'y recourir ont pour objet principal d'éluder tout ou partie de l’impôt sur la fortune immobilière, en bénéficiant d'un avantage fiscal allant à l'encontre de l'objet ou de la finalité du même premier alinéa. Seule est réintégrée la part des revenus distribués correspondant à une diminution artificielle des revenus pris en compte pour le calcul prévu au premier alinéa.

(111) « En cas de désaccord sur les rectifications notifiées sur le fondement du deuxième alinéa, le litige est soumis aux dispositions des trois derniers alinéas de l'article L. 64 du livre des procédures fiscales.

(112) « II. – Les plus-values ainsi que tous les revenus sont déterminés sans considération des exonérations, seuils, réductions et abattements prévus au présent code, à l'exception de ceux représentatifs de frais professionnels.

(113) « Lorsque l'impôt sur le revenu a frappé des revenus de personnes dont les biens n'entrent pas dans l'assiette de l’impôt sur la fortune immobilière, il est réduit suivant le pourcentage du revenu de ces personnes par rapport au revenu total.

(114) « Art. 980. – Le montant des impôts équivalents à l’impôt sur la fortune immobilière acquitté, le cas échéant, hors de France est imputable sur l’impôt exigible en France. Cette imputation est limitée à l’impôt sur la fortune immobilière acquitté au titre des biens et droits immobiliers situés hors de France ou sur la valeur des parts et actions définies au 2° de l'article 965 représentative de ces mêmes biens.

(115) « Section VII Contrôle

(116) « Article 981. – L’impôt sur la fortune immobilière est contrôlé, sauf dispositions contraires, comme en matière de droits d’enregistrement. »

(117) « Section VIII Obligations déclaratives

(118) « Art. 982. – I. – 1. Les redevables mentionnent la valeur brute et la valeur nette taxable des actifs mentionnés à l'article 965 sur la déclaration annuelle prévue à l’article 170. Ils joignent à cette déclaration des annexes conformes à un modèle établi par l’administration sur lesquelles ils mentionnent et évaluent les éléments de ces mêmes actifs.

(119) « La valeur brute et la valeur nette taxable des actifs mentionnés à l'article 965 des concubins notoires et de celui des enfants mineurs lorsque les concubins ont l'administration légale de leurs biens sont portées sur la déclaration de l'un ou l'autre des concubins à laquelle sont jointes les annexes mentionnées au premier alinéa.

(120) « 2. Les conjoints, sauf dans les cas prévus aux a et b du 4 de l’article 6 et les partenaires liés par un pacte civil de solidarité défini par l'article 515-1 du code civil doivent conjointement signer la déclaration prévue au 1.

(121) « 3. En cas de décès du redevable, le 2 de l'article 204 est applicable.

(122) « II. – Un décret détermine les modalités d'application du I, notamment les obligations déclaratives incombant aux redevables et aux sociétés ou organismes mentionnés à l'article 965.

(123) « Art. 983. – Les personnes possédant des actifs mentionnés à l'article 965 situés en France sans y avoir leur domicile fiscal ainsi que les personnes mentionnées au 2 de l'article 4 B peuvent être invitées par le service des impôts à désigner un représentant en France dans les conditions prévues à l'article 164 D.

(124) « Toutefois, l'obligation de désigner un représentant fiscal ne s'applique ni aux personnes qui ont leur domicile fiscal dans un autre Etat membre de l'Union européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ayant conclu avec la France une convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales ainsi qu'une convention d'assistance mutuelle en matière de recouvrement de l'impôt, ni aux personnes mentionnées au 2 du même article 4 B qui exercent leurs fonctions ou sont chargées de mission dans l'un de ces Etats. »

(125) B. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(126) 1° Au dernier alinéa de l’article 83, les mots : « , 199 terdecies- 0 B ou 885-0 V bis » sont remplacés par les mots :

« ou 199 terdecies- 0 B » ;

(127) 2° A l'article 150 duodecies, la référence : « 885-0 V bis A » est remplacée par la référence : « 978» ;

(128) 3° Au a de l’article 150-0 B bis, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots : « du 1 du III de l’article 975 » ;

(129) 4° Aux a et h du 3 du I de l’article 150-0 C dans sa version applicable aux plus-values en report à la date du

1er janvier 2006, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots : « du 1 du III de l’article 975 » ;

(130) 5° Au 1° ter du II et au III de l’article 150 U, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots :

« sur la fortune immobilière » ;

(131) 6° Au a du 1° du IV bis de l’article 151 septies A, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots :

« du 1 du III de l’article 975 » ;

(132) 7° Au 1° du III de l’article 151 nonies, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots : « du 1 du III de l’article 975 » ;

(133) 8° Au premier alinéa du 2 du I de l’article 167 bis, les mots : « aux articles 758 et 885 T bis » sont remplacés par les mots : « à l’article 758 et au troisième alinéa de l’article 973 » ;

(134) 9° A l’article 199 terdecies- 0 A, après chaque référence : « 885-0 V bis » ainsi qu'à l'article 199 terdecies- 0 AA, après la référence : « 885-0 V bis B » sont insérés les mots : « dans sa rédaction en vigueur au 31 décembre 2017 » ;

(135) 10° Au 3 du I de l’article 208 D, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots : « du 1 du III de l’article 975 » ;

(136) 11° A l’article 757 C, la référence : « 885-0 V bis A » est remplacée par la référence : « 978 » ;

(137) 12° Au quatrième alinéa du b et au d de l’article 787 B, les mots : « de l'article 885 O bis » sont remplacés par les mots : « du 1 du III de l’article 975 » ;

(138) 13° Le I de l’article 990 I est ainsi modifié :

(139) a) Au premier alinéa, les mots : « aux articles 154 bis, 885 J » sont remplacés par les mots : « à l’article 154 bis » ; (140) b) Après le premier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(141) « Pour l’application du prélèvement prévu à l’alinéa précédent, ne sont pas assujetties les sommes, rentes ou valeurs quelconques dues à raison des rentes viagères constituées dans le cadre d'une activité professionnelle ou d'un plan d'épargne retraite populaire prévu à l'article L. 144-2 du code des assurances, moyennant le versement de primes régulièrement échelonnées dans leur montant et leur périodicité pendant une durée d'au moins quinze ans et dont l'entrée en jouissance intervient, au plus tôt, à compter de la date de la liquidation de la pension du redevable dans un régime obligatoire d'assurance vieillesse ou à l'âge fixé en application de l'article L. 351-1 du code de la sécurité sociale. » ;

(142) 14° L’article 990 J est ainsi modifié :

(143) a) Au I, la référence : « 885 U » est remplacée par la référence : « 977 » ; (144) b) Au III :

(145) - au 1°, les mots : « biens et droits » sont remplacés par les mots : « actifs mentionnés à l’article 965 » et les mots :

« et des produits capitalisés » sont supprimés ;

(146) – au premier alinéa du 2°, les mots : « biens et droits autres que les placements financiers mentionnés à l'article 885 L

situés en France et des produits capitalisés » sont remplacés par les mots : « actifs mentionnés au 2° de l’article 964 »

;

(147) – au quatrième alinéa, les mots : « bien, droits et produits capitalisés » sont remplacés par les mots : « actifs mentionnés aux 1° et 2° » ;

(148) – au cinquième alinéa, après le mot : « patrimoine », sont insérés les mots : « soumis à l’impôt sur la fortune immobilière » et la référence : « 885 G ter » est remplacée par la référence : « 970 » ;

(149) – au sixième alinéa, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » et les mots : « biens, droits et produits capitalisés » sont remplacés par les mots : « actifs mentionnés à l’article 965 » ;

(150) – aux septième et huitième alinéas, les mots : « biens, droits et produits capitalisés » sont remplacés par les mots :

« actifs mentionnés à l’article 965 » ;

(151) – au dernier alinéa, après le mot : « assis », sont insérés les mots : « selon les règles applicables en matière d’impôt sur la fortune immobilière » ;

(152) 15° Au deuxième alinéa du I de l’article 1391 B ter, à l’article 1413 bis et au c du 3° de l’article 1605 bis, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(153) 16° Au troisième alinéa de l’article 1649 AB, les mots : « biens, droits et produits » sont remplacés par le mot :

« actifs » ;

(154) 17° Au quatrième alinéa du 1 de l’article 1653 B, les mots : « ou de la déclaration d’impôt de solidarité sur la fortune »

sont supprimés ;

(155) 18° L'article 1679 ter est ainsi rétabli :

(156) « Art. 1679 ter. – L’impôt sur la fortune immobilière est recouvré selon les modalités prévues à l'article 1658 et acquitté dans les conditions prévues au 1 de l’article 1663 et sous les mêmes sûretés, privilèges, garanties et sanctions que l’impôt sur le revenu. » ;

(157) 19° Le second alinéa du 2 de l’article 1681 sexies est supprimé ; (158) 20° Le II de l’article 1691 bis est ainsi modifié :

(159) a) Au 2 :

(160) i) le c est ainsi modifié :

(161) – au premier alinéa, les deux occurrences des mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacées par les mots :

« sur la fortune immobilière » ;

(162) – aux premier et second alinéas, après les six occurrences du mot : « patrimoine », il est inséré le mot :

« imposable » ;

(163) ii) Au d, les deux occurrences des mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacées par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(164) b) Au 3, la référence : « 885 W » est remplacée par la référence : « 982 ».

(165) 21° Au premier alinéa de l'article 1716 bis, après les mots : « Les droits de mutation à titre gratuit », sont insérés les mots : «, l’impôt sur la fortune immobilière » ;

(166) 22° A l’article 1723 ter- 00 B, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(167) 23° Au troisième alinéa du 1 du IV de l’article 1727, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » et les mots : « si le redevable est tenu à l’obligation déclarative prévue au premier alinéa du 2 du I de l’article 885 W » sont supprimés ;

(168) 24° Au 5 de l’article 1728, la référence : « 885 W » est remplacée par la référence : « 982 » ;

(169) 25° Au c du I de l’article 1729-0 A, les mots : « biens, droits ou produits » sont remplacés par les mots : « actifs » ;

(170) 26° L’article 1730 est ainsi modifié :

(171) a) Au 1, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(172) b) Le c du 2 est abrogé ;

(173) 27° Au 2 de l’article 1731 bis, les mots : « de solidarité sur la fortune, les avantages prévus aux articles 885-0 V bis et

885-0 V bis A ne peuvent » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière, l’avantage prévu à l’article 978 ne peut » ;

(174) 28° A l’article 1840 C, les mots : « III de l’article 885 W » sont remplacés par les mots : « I de l’article 982 » ;

(175) 29° Les articles 885 A à 885 Z sont abrogés ;

(176) 30° L'article 1723 ter- 00 A est abrogé.

(177) II. – Le livre des procédures fiscales est ainsi modifié :

(178) 1° A l’article L. 11 A, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(179) 2° Au premier alinéa du I de l’article L. 18, les mots : « mentionnés à l’article 885 O quater du code général des impôts » sont remplacés par les mots : « ayant pour activité principale la gestion de leur propre patrimoine mobilier ou immobilier » ;

(180) 3° L’article L. 23 A est ainsi modifié :

(181) a) Les trois premiers alinéas sont remplacés par un alinéa ainsi rédigé :

(182) « En vue du contrôle de l’impôt sur la fortune immobilière, l'administration peut demander aux redevables des éclaircissements et des justifications sur la composition de l'actif et du passif du patrimoine mentionné à l’article 965, notamment de l'existence, de l'objet et du montant des dettes dont la déduction est opérée et de l’éligibilité et des modalités de calcul des exonérations ou réductions d’impôt dont il a été fait application. » ;

(183) b) Au dernier alinéa, les mots : « aux demandes mentionnées aux a et b » sont remplacés par les mots : « à la demande mentionnée au premier alinéa » et les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots :

« sur la fortune immobilière » ;

(184) 4° A l’article L. 59 B, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(185) 5° Le second alinéa du 4° de l’article L. 66 est ainsi rédigé :

(186) « Le présent 4° s’applique aux personnes mentionnées à l’article 964 du code général des impôts qui n'ont pas indiqué la valeur nette taxable de leur patrimoine imposable dans la déclaration prévue à l’article 170 du même code ou sur les annexes mentionnées à l’article 982 du même code ou qui n’y ont pas joint ces mêmes annexes. » ;

(187) 6° A l’article L. 72 A, la référence : « 885 X » est remplacée par la référence : « 983 » et les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(188) 7° A l’article L. 102 E, la référence : « 885-0 V bis A » est remplacée par la référence : « 978 » ;

(189) 8° Au premier alinéa de l’article L. 107 B, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière ». ;

(190) 9°. Au 1 du I de l’article L. 139 B, les mots : « et, le cas échéant, en application du 1 du I de l’article 885 W du même code » sont supprimés ;

(191) 10° L’article L. 180 est ainsi modifié :

(192) a) Au premier alinéa, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » et les mots : « au 2 du I de l’article 885 W » sont remplacés par les mots : « à l’article 982 » ;

(193) b) au second alinéa, les mots : « l’impôt de solidarité sur la fortune des redevables mentionnés au même 2 du I de l’article 885 W, par la réponse du redevable à la demande de l'administration prévue au a de l'article L. 23 A du présent livre » sont remplacés par les mots : « l’impôt sur la fortune immobilière, par le dépôt de la déclaration et des annexes mentionnées à l’article 982 du code général des impôts » ;

(194) 11° L’article L. 181-0 A est ainsi modifié :

(195) a) Le premier alinéa est complété par les mots : « ou, pour l’impôt sur la fortune immobilière, par la déclaration et les annexes mentionnées à l’article 982 du même code. » ;

(196) b) Le second alinéa est supprimé ;

(197) 12° A l’article L. 183 A, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(198) 13° Au second alinéa de l’article L. 199, après les mots : « d’enregistrement, », sont insérés les mots : « d’impôt sur la fortune immobilière, » ;

(199) 14° Au premier alinéa de l’article L. 253, les mots : « de solidarité sur la fortune relevant des dispositions du 2 du I de l’article 885 W du code général des impôts » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière ».

(200) III. – Au premier alinéa du V de l’article L. 4122-8 du code de la défense, la référence : « 885 W » est remplacée par la référence : « 982 ».

(201) IV. – Le code monétaire et financier est ainsi modifié :

(202) 1° Au IV de l’article L. 212-3, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(203) 2° Au dernier alinéa de l’article L. 214-121, la référence : « 885 H » est remplacée par la référence : « 976 ».

(204) V. – L'article L. 122-10 du code du patrimoine est abrogé.

(205) VI. – Au premier alinéa du V de l’article 25 quinquies de la loi n° 83-634 portant droits et obligations des fonctionnaires les mots : « et, le cas échéant, en application de l’article 885 W du même code » sont supprimés.

(206) VII. – La loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique est ainsi modifiée :

(207) 1° Au premier alinéa du I de l’article 5, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière » ;

(208) 2° Au premier alinéa de l’article 6, les mots : « et, le cas échéant, en application de l’article 885 W du même code »

sont supprimés ;

(209) 3° Au premier alinéa de l’article 9, les mots : « de solidarité sur la fortune » sont remplacés par les mots : « sur la fortune immobilière ».

(210) VIII. – Entrée en vigueur

(211) A. Le A du I est applicable à compter du 1er janvier 2018.

(212) B. 1° – Le B du I et les II à VII s'appliquent au titre de l’impôt sur la fortune immobilière dû à compter du

1er janvier 2018.

(213) 2° – Les articles modifiés ou abrogés par le B du I et les II à VII du présent article continuent de s'appliquer, dans leur rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, à l'impôt de solidarité sur la fortune dû jusqu'au titre de l'année 2017 incluse.

(214) C. Par dérogation au B, le 29° du B du I est applicable à compter du 1er janvier 2018. Par exception, les dons et versements ouvrant droit aux avantages fiscaux prévus aux articles 885-0 V bis, 885-0 V bis A et 885-0 V bis B du code général des impôts, dans leur rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, effectués entre la date limite de dépôt des déclarations mentionnées à l'article 885 W du code général des impôts, dans sa rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, au titre de l’impôt de solidarité sur la fortune dû au titre de l'année 2017 et le

31 décembre 2017 sont imputables, dans les conditions prévues aux articles 885-0 V bis, 885-0 V bis A et

885-0 V bis B précités dans leur rédaction en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017, sur l’impôt sur la fortune immobilière dû au titre de l’année 2018.

Exposé des motifs

Le présent article institue un impôt sur la fortune immobilière (IFI) des personnes physiques détenant un patrimoine immobilier important (soit un actif net supérieur à 1,3 millions d'euros).

Cet impôt est institué à des fins budgétaires, de manière à créer une contribution spécifique aux charges publiques pesant sur les actifs immobiliers des contribuables dont le patrimoine immobilier est le plus élevé. Elle frappera les capacités contributives constituées par la détention d’un patrimoine immobilier, conformément aux principes déjà établis en matière d’impôts patrimoniaux2.

Parallèlement, le présent article abroge l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

2 En ce sens, notamment les décisions du Conseil constitutionnel n° 2010-44 QPC du 29 septembre 2010, n° 2010-99 du 11 février 2011 et n° 2014-707 du

29 décembre 2014.

Article 13 :

Suppression de la contribution de 3% sur les revenus distribués

Article 13 : Suppression de la contribution de 3% sur les revenus distribués

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au premier alinéa de l’article 213, les mots : « , la contribution additionnelle à l'impôt sur les sociétés sur les montants distribués mentionnée à l'article 235 ter ZCA » sont supprimés ;

(3) 2° L’article 235 ter ZCA est abrogé.

(4) II. – Le I s’applique aux montants distribués dont la mise en paiement intervient à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

La contribution additionnelle à l’impôt sur les sociétés (IS) de 3 % au titre des montants distribués, prévue à l’article 235 ter ZCA du code général des impôts (CGI), a été créée par la loi n° 2012-958 du 16 août 2012 de finances rectificative pour 2012.

Dans un arrêt du 17 mai 2017, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé que cette contribution de 3 % était contraire à l’article 4 de la directive 2011/96/UE du Conseil du 30 novembre 2011 (dite « directive mère-fille »), en ce qu’elle fait peser sur les dividendes perçus par une société mère de ses filiales européennes une charge fiscale qui dépasse le seuil d’imposition prévu par la directive lorsque cette société procède à la redistribution de ces mêmes dividendes.

Le présent article supprime, à compter du 1er janvier 2018, la contribution de 3 % sur les revenus distribués.

Cette mesure met ainsi en conformité la législation française avec le droit de l’Union européenne. Associée à la baisse du taux normal de l’IS, elle vise en outre à renforcer l’attractivité de notre territoire et l’incitation à y investir.

Article 14 :

Suppression du dispositif d'encadrement de la déductibilité des charges financières afférentes à l'acquisition de certains titres de participation

Article 14 : Suppression du dispositif d’encadrement de la déductibilité des charges financières afférentes à l’acquisition de certains titres de participation

(1) Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Le IX de l’article 209 est abrogé ;

(3) 2° Au IV de l'article 212 bis, les mots : « du IX de l'article 209 et » sont supprimés ;

(4) 3° Au IV de l’article 223 B bis, les mots : « du IX de l'article 209, » sont supprimés.

Exposé des motifs

Le IX de l'article 209 du code général des impôts (CGI) encadre la déductibilité des charges financières afférentes à l'acquisition de certains titres de participation.

Ainsi, ce dispositif interdit actuellement la déduction de telles charges lorsque la société qui acquiert les titres ne peut pas démontrer que le pouvoir de décision sur les titres acquis ou le contrôle de la société cible est effectivement effectué en France, soit par elle-même, soit par une autre société du groupe établie en France.

Compte tenu des doutes sur la compatibilité de ce dispositif avec la liberté d'établissement garantie par le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) et par l'accord sur l'Espace économique européen (EEE) et de la portée limitée de ce mécanisme du fait de l'existence d'autres dispositifs de limitation de la déductibilité des charges financières, le présent article propose de supprimer les dispositions du IX de l'article 209 du CGI.

Article 15 :

Modification de l'assiette de la taxe sur les transactions financières

Article 15 : Modification de l’assiette de la taxe sur les transactions financières

(1) L’article 62 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 est abrogé.

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet de maintenir l’assiette de la taxe sur les transactions financières (TTF) en abrogeant l’article 62 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 qui prévoyait d'élargir son assiette aux transactions infrajournalières, à compter du 1er janvier 2018.

Comme analysé par la Cour des comptes dans un référé du 19 juin 2017, l’extension de l'assiette de la taxe aux transactions infrajournalières se heurte à d’importantes difficultés de mise en œuvre.

Il est donc proposé d’abroger les dispositions prévues à l’article 62 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 et de ne pas élargir en conséquence l’assiette de la TTF.

Ces dispositions s’appliquent à compter du 1er janvier 2018.

II. – RESSOURCES AFFECTÉES

A. – Dispositions relatives aux collectivités territoriales

Article 16 :

Fixation pour 2018 de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et des allocations compensatrices d’exonérations d’impôts directs locaux (IDL)

Article 16 : Fixation pour 2018 de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et des allocations compensatrices d’exonérations d’impôts directs locaux (IDL)

(1) I. - L'article L. 1613-1 du code général des collectivités territoriales est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(2) « En 2018, ce montant est égal à 27 050 322 000 euros. »

(3) II. - L’article 149 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 est ainsi modifié :

(4) 1° Le c du 1° du III est abrogé ;

(5) 2° Aux 1° et 2° du IV les mots : « , d’une part » et : « et, d’autre part, du montant perçu au titre du I » sont supprimés.

(6) III. - A. - Les articles L. 2335-3 et L. 3334-17 du code général des collectivités territoriales sont complétés par un alinéa ainsi rédigé :

(7) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués aux mêmes compensations. »

(8) B. - Le code général des impôts est ainsi modifié :

(9) 1° L’article 1384 B est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(10) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. » ;

(11) 2° Avant le dernier alinéa de l'article 1586 B, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(12) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(13) C. - Le septième alinéa du II de l'article 21 de la loi de finances pour 1992 (n° 91-1322 du 30 décembre 1991) est

complété par une phrase ainsi rédigée :

(14) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(15) D. - 1° L’antépénultième alinéa du A du IV de l'article 29 de la loi n° 2006-396 du 31 mars 2006 pour l'égalité des

chances et l’antépénultième alinéa du A du III de l'article 27 de la loi n° 2003-710 du 1 er août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine sont complétés par une phrase ainsi rédigée :

(16) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. » ;

(17) 2° Le cinquième alinéa du III de l'article 7 de la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville est complété par une phrase ainsi rédigée :

(18) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués aux mêmes compensations. »

(19) E. - Le A du II de l'article 49 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(20) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2016 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(21) F. - Le dernier alinéa du IV de l'article 6 de la loi n° 2001-602 du 9 juillet 2001 d'orientation sur la forêt est complété par

une phrase ainsi rédigée :

(22) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(23) G. - Le dernier alinéa du IV bis de l'article 6 de la loi de finances pour 1987 (n° 86-1317 du 30 décembre 1986) est

complété par une phrase ainsi rédigée :

(24) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2008 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(25) H. - Le dernier alinéa du B de l'article 4 de la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996 précitée, le dernier alinéa du III de l'article 52 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d'orientation pour l'aménagement et le développement des territoires, l'avant-dernier alinéa du B du III de l'article 27 de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 précitée, le huitième alinéa du III de l'article 95 de la loi n° 97-1269 du 30 décembre 1997 de finances pour 1998 et le neuvième alinéa du B du IV de l'article 29 de la loi n° 2006-396 du 31 mars 2006 précitée sont complétés par une phrase ainsi rédigée :

(26) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués aux mêmes compensations. »

(27) I. - Le B du II de l'article 49 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 précitée est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(28) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués à la même compensation. »

(29) J. - Les troisièmes alinéas du 2.1.2 et du III du 5.3.2 de l'article 2 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de

finances pour 2010 sont complétés par une phrase ainsi rédigée :

(30) « À compter de 2018, les taux d'évolution fixés depuis 2009 et jusqu'à 2017 sont appliqués aux mêmes compensations. »

(31) K. - Le dernier alinéa du I du III de l'article 51 de la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 de finances pour 2011 est complété par une phrase ainsi rédigée :

(32) « Au titre de 2018, le montant de la même dotation, à laquelle sont appliqués les taux d'évolution fixés depuis 2011, est minoré par application du taux prévu pour 2018 au IV de l'article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. »

(33) L. - Le 8 de l'article 77 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 est ainsi modifié :

(34) 1° L’antépénultième alinéa du XVIII est complété par une phrase ainsi rédigée :

(35) « Au titre de 2018, avant leur agrégation pour former la dotation au profit des départements, chacune de ces allocations compensatrices, à laquelle est appliqué le taux d'évolution prévu pour 2017 au III de l'article 33 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017, est minorée par application du taux prévu pour 2018 au V de l'article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. »

(36) 2° L’avant-dernier alinéa du XIX est complété par une phrase ainsi rédigée :

(37) « Au titre de 2018, avant leur agrégation pour former la dotation au profit des régions et de la collectivité territoriale de Corse, chacune de ces allocations compensatrices, à laquelle est appliqué le taux d'évolution prévu pour 2017 au IV de l'article 33 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017, est minorée par application du taux prévu pour 2018 au VI de l'article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. »

(38) M. - Le II de l'article 154 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales est complété par un M ainsi rédigé :

(39) « M. - À compter de 2018, le taux d'évolution résultant de la mise en œuvre du II de l'article 36 de la loi n° 2007-1822 du 24 décembre 2007 précitée et les taux d'évolution fixés par le D au titre de 2009, par le E au titre de 2010, par le F au titre de 2011, par le G au titre de 2012, par le H au titre de 2013, par le I au titre de 2014, par le J au titre de 2015, par le K au titre de 2016 et par le L au titre de 2017 sont appliqués aux compensations calculées selon les A, B et C du présent II. »

(40) N. - Le deuxième alinéa du I de l’article 1648 A du code général des impôts, est complété par une phrase ainsi rédigée :

(41) « Au titre de 2018, le montant de cette dotation, auquel est appliqué le taux d'évolution prévu pour 2017 au V de l'article 33 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017, est minoré par application du taux prévu pour 2018 au VII de l'article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. »

(42) O. - Le 1.5 de l’article 78 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 est complété par une phrase ainsi rédigée :

(43) « Au titre de 2018, le montant de ces dotations de compensation, auxquelles sont appliqués les taux d'évolution prévus pour 2017, respectivement, aux VI et VII de l'article 33 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour

2017, est minoré par application des taux prévus pour 2018, respectivement, au VIII et IX de l'article □ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. »

(44) P. - L'article 78 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 précitée est ainsi modifié :

(45) 1° Le 1 est complété par un 1.6 ainsi rédigé :

(46) « 1.6. Minoration de la dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle au profit des communes et établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

(47) « À compter de 2018, le montant de la dotation de compensation versée au titre du 1.1 est minoré pour chaque collectivité et établissement public concerné par application du taux prévu pour 2018 au X de l'article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ décembre 2017 de finances pour 2018. » ;

(48) 2° Au deuxième alinéa du III du 2.1 du 2, après la deuxième occurrence de la référence : « 1.1 », sont insérés les mots : « avant application de la minoration prévue au 1.6 du présent article ».

(49) IV. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée dans les dispositions modifiées au K du III du présent article est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 41 775 096 €.

(50) V. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée dans les dispositions modifiées au 1° du L du III du présent article est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 436 027 598 €.

(51) VI. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée dans les dispositions modifiées au 2° du L du III du présent article est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 93 655 180 €.

(52) VII. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation mentionnée dans les dispositions modifiées au N du III du présent article est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 323 507 868 €.

(53) VIII. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée au 1.2 du 1 de l'article 78 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 1 303 415 243 €.

(54) IX. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée au 1.3 du 1 de l'article 78 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 578 780 027 €.

(55) X. - Le taux d'évolution en 2018 de la dotation de compensation mentionnée au 1.1 du 1 de l'article 78 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 est celui qui, appliqué au montant total à verser au titre de l'année 2017 pour cette dotation, aboutit à un montant total pour 2018 de 976 321 971 €.

Exposé des motifs

Conformément aux orientations présentées dans le cadre de la première conférence nationale des territoires, la logique de baisse des dotations qui traduisait jusqu’alors la contribution des collectivités territoriales au redressement des finances publiques est abandonnée au profit d’une logique partenariale, reposant sur la confiance en l’initiative locale pour dégager des économies.

La conférence nationale des territoires installée le 17 juillet 2017 s’appuie sur une conception renouvelée des relations financières entre l’État et les collectivités territoriales. En effet, le Gouvernement souhaite associer les collectivités à l’effort partagé de maîtrise de la dépense publique sans reconduire la baisse de la DGF poursuivie entre 2014 et 2017. Les modalités de maîtrise de la dépense locale seront donc principalement définies dans le cadre d’une contractualisation avec les collectivités.

Le présent article fixe le niveau de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et des allocations compensatrices de fiscalité directe locale. Ce montant, fixé au I, est stabilisé par rapport à 2017, sous réserve des évolutions exposées ci- dessous.

Par conséquent, l’évolution du montant de la DGF par rapport au montant voté en loi de finances pour 2017 (LFI pour 2017) s’explique principalement par une modification de la nature des ressources octroyées aux régions, et non, comme depuis 2014, par l’application d’une contribution au redressement des finances publiques. Le transfert d’une

fraction de taxe sur la valeur ajoutée, avec son dynamisme, que l’article 149 de la LFI pour 2017 a substituée à plusieurs ressources perçues par les régions, dont la dotation forfaitaire et la dotation de péréquation des régions à hauteur de 3,9 Md€ au total, sera bien mis en place en 2018. Le montant de la DGF en 2018 se trouve donc minoré à due concurrence de cette substitution de ressources. Toutefois, dans un contexte de stabilisation des dotations de l’État aux collectivités, le II du présent article retire de la base de TVA transférée aux régions les 450 M€ supplémentaires qui correspondaient à l’intégration du montant du fonds exceptionnel de soutien à destination des régions créé en 2017.

Cette évolution de la DGF s’explique, en deuxième lieu, par une augmentation nette de 95 M€ destinée à financer la moitié de la progression des dotations de péréquation verticale (90 M€ pour les communes et 5 M€ pour les départements). L’autre moitié étant financée par écrêtement en interne des composantes forfaitaires de la DGF, son impact est neutre sur le montant de celle-ci.

Sont également prises en compte :

- une majoration de 30,8 M€ liée à l’augmentation de la DGF effectivement répartie en 2017 entre toutes les catégories de collectivités par rapport au montant inscrit en LFI pour 2017, du fait des cas de dotation forfaitaire nulle qui ont minoré le poids de la contribution au redressement des finances publiques qui aurait dû peser sur la DGF (dits cas de

« DGF négatives ») ;

- une diminution de 1,6 M€ liée au choix de trois départements de recentraliser des compétences sanitaires, entraînant consécutivement une minoration de leur DGF.

Enfin, le montant global de la DGF fait l’objet d’une majoration de 1 M€ dans le but d’abonder le fonds d’aide pour le relogement d’urgence (FARU).

S’agissant des allocations compensatrices d’exonérations d’impôts directs locaux, en 2018, les variables d’ajustement permettront de neutraliser au sein de l’enveloppe des concours financiers :

- les évolutions tendancielles de la mission « Relations avec les collectivités territoriales » pour un montant de

263 M€ ;

- la moitié de la hausse de la péréquation verticale à hauteur de 95 M€, l’autre moitié étant financée en interne à la

DGF ;

- l’évolution spontanée des allocations compensatrices par rapport à la précédente loi de finances, à hauteur de

-35 M€. Cette évolution est principalement due à la variation, entre la LFI pour 2017 et le PLF pour 2018, du montant de la compensation aux collectivités de l’exonération de la taxe d’habitation pour les personnes de condition modeste prorogée et élargie par l’article 75 de la loi de finances pour 2016.

Afin de gager ces opérations, dont le total s’élève à 323 M€, tout en contenant le taux de minoration des allocations compensatrices, le Gouvernement propose, à travers le présent article, un élargissement de l’assiette des variables en incluant désormais la dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle (DCRTP) des communes et établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre. Cette dotation, mise en œuvre depuis 2011 et figée depuis plusieurs années, représente seulement 1,1 % des recettes de fonctionnement des communes et des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre en 2016, alors même que la fiscalité économique est dynamique (+3 % de hausse en moyenne par an depuis 2011). Cette dotation s’éloignant progressivement des dynamiques territoriales, son exclusion du champ des variables soumises à minoration ne se justifie plus.

Par ailleurs, l’élargissement du périmètre des variables d’ajustement à la DCRTP du bloc communal est cohérent avec l’approche retenue par le Gouvernement, selon laquelle les variables d’ajustement relatives à chaque catégorie de collectivités doivent neutraliser les hausses de crédits gagées qui lui bénéficient. Or, les mesures à gager concernent le bloc communal à hauteur de 303 M€, les départements à hauteur de seulement 5 M€ et les régions à hauteur de

50 M€.

Enfin, à compter de 2018, les allocations compensatrices d’exonérations de fiscalité locale soumises à minoration (points A à J et M du III du présent article) verront leur taux de compensation figé au niveau de l’année 2017. Ces allocations compensatrices (56,8 M€ en LFI pour 2017) ne se verront donc plus appliquer le taux de minoration voté en LFI pour 2018 et suivantes. Néanmoins, les taux de minoration votés de 2009 à 2017 restent applicables à ces allocations compensatrices.

Par conséquent, les variables d’ajustement soumises à minoration (et concernées par l’application du taux annuel issu des LFI pour 2018 et suivantes) seront constituées de la dotation pour transferts de compensation d’exonérations de fiscalité directe locale (DTCE dite « dot carrée »), de la dotation unique des compensations spécifiques à la taxe

professionnelle (DUCSTP) et des dotations figées issues de la réforme de la taxe professionnelle (FDPTP et la totalité de la DCRTP).

Le III liste l’ensemble des allocations compensatrices d’exonération de fiscalité directe locale (dont le taux sera désormais figé) et les dotations de compensation composant les variables d’ajustement :

- A à E : dispositifs concernant le foncier bâti ;

- F : compensation de l’exonération de foncier non bâti portant sur les terrains plantés en bois ;

- G : dispositifs relatifs à la dotation de compensation de la taxe professionnelle (DCTP) ;

- H et I : dispositifs relatifs à la cotisation foncière des entreprises (CFE) ;

- J : dispositifs relatifs à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ;

- K : dispositifs relatifs à la dotation unifiée des compensations spécifiques à la taxe professionnelle (DUCSTP) ;

- L : dispositifs relatifs à la dotation de compensation pour transferts des compensations d’exonération de fiscalité directe locale (« dotation carrée ») ;

- M : cas de substitution des établissements publics de coopération intercommunale aux communes pour le bénéfice des compensations d’exonérations de fiscalité directe locale ;

- N : fonds départementaux de péréquation de la taxe professionnelle (FDPTP) ;

- O : dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle (DCRTP) des départements et des régions ;

- P : dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle (DCRTP) des communes et établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Les points IV à X définissent les montants cibles des variables d’ajustement pour 2018 permettant d’établir le taux global de minoration pour cet exercice suite au gage des différentes hausses des concours financiers de l’État précisées supra. Ce taux, de -9,2 % en PLF pour 2018, est évalué par rapport au montant des variables d’ajustement inscrit en loi de finances pour 2017, sur un périmètre prenant en compte l’élargissement proposé en PLF.

Article 17 :

Compensation des transferts de compétences aux régions et aux départements par attribution d’une part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE)

Article 17 : Compensation des transferts de compétences aux régions et aux départements par attribution d’une part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE)

(1) I. - L’article 39 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012 est ainsi modifié :

(2) 1° Le d du I est remplacé par les dispositions suivantes :

(3) « d) Des dispositions de l’article L. 123-1 du code de l’action sociale et des familles relatives au service de protection maternelle et infantile » ;

(4) 2° Après le d du I, il est ajouté un e ainsi rédigé :

(5) « e) De la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels pour le financement de la formation professionnelle. » ;

(6) 3° Au II :

(7) a) Après le g du II, il est ajouté un h puis un i ainsi rédigés :

(8) « h) Un montant de 14 530 672 €, versé au titre du droit à compensation dû au Département de Mayotte pour le financement du service de protection maternelle et infantile, en application de l’article L. 123-1 du code de l’action sociale et des familles ;

(9) « i) Un montant de 917 431 €, versé au titre du droit à compensation dû au département de Mayotte pour le financement de la formation professionnelle, issu de la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale. » ;

(10) b) Aux avant-dernier et dernier alinéas, les tarifs : « 0,068 € » et : « 0,048 € » sont respectivement remplacés par les tarifs : « 0,109 € » et : « 0,077 € ».

(11) II. - Le I de l’article 29 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015 est ainsi modifié :

(12) 1° Au deuxième alinéa du A, l’année : « 2017 » est remplacée par l’année : « 2018 » et le montant : « 150 543 000 € »

est remplacé par le montant : « 154 306 110 € » ;

(13) 2° Au B :

(14) a) Au deuxième alinéa, l’année : « 2017 » est remplacée par l’année : « 2018 » ;

(15) b) Au 1°, le montant : « 0,40 € » est remplacé par le montant : « 0,41 € » ;

(16) c) Au 2°, le montant : « 0,28 € » est remplacé par le montant : « 0,29 € ».

(17) III. - Le I de l’article 38 de la loi n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 de finances pour 2016 est ainsi modifié :

(18) 1° Au quatrième alinéa, l’année : « 2017 » est remplacée par l’année : « 2018 » ;

(19) 2° Aux cinquième et sixième alinéas, les montants : « 0,123 € » et : « 0,092 € » sont respectivement remplacés par les montants : « 0,124 € » et : « 0,093 € » ;

(20) 3° Au huitième alinéa, l’année : « 2017 » est remplacée par l’année : « 2018 » ;

(21) 4° Le tableau du neuvième alinéa est remplacé par le tableau suivant :

(22) «

RÉGIONS POURCENTAGE Auvergne-Rhône-Alpes 8,596

Bourgogne-Franche-Comté 5,541

Bretagne 3,527

Centre-Val de Loire 2,893

Corse 1,255

Grand Est 9,890

Hauts-de-France 7,272

Île-de-France 8,824

Normandie

4,123

 

Nouvelle-Aquitaine

12,932

 

Occitanie

11,487

 

Pays de la Loire

4,622

 

Provence Alpes Côte d'Azur

11,109

 

Guadeloupe

3,151

 

Guyane

0,854

 

Martinique

1,087

 

La Réunion

2,330

 

Mayotte

0,388

 

Saint-Martin

0,109

 

Saint-Barthélemy

0,007

 

Saint Pierre et Miquelon

0,003

 
   

».

(23) IV. - Au titre des années 2009 à 2017, le montant de la compensation allouée au Département de Mayotte en contrepartie du transfert de la compétence en matière de protection maternelle et infantile en application de l’article L. 123-1 du code de l’action sociale et des familles est équivalent à 105 745 169 €. Cette attribution fait l’objet d’un versement de 35 248 390 € en 2018, 35 248 390 € en 2019 et 35 248 389 € en 2020, prélevés sur la part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques revenant à l’État.

Exposé des motifs

Le présent article procède à l’actualisation des modalités et des montants des compensations financières dues par l’État aux collectivités territoriales (régions et départements) au titre de différents transferts de ses compétences à leur profit. Ces compensations financières sont assurées, notamment, par l’attribution à chaque collectivité territoriale d’une fraction du produit de taxes, principalement de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques TICPE).

Dans ce cadre, le présent article contient les dispositions visant :

- à autoriser le prélèvement d’une fraction de la TICPE au profit du département de Mayotte au titre de la compensation des charges résultant de la création, depuis le 1er janvier 2009, d’un service de protection maternelle et infantile (I et IV du présent projet) ;

- à actualiser le montant de la part du produit de la TICPE qui vient compléter la fraction régionale pour l’apprentissage, tel que le prévoit l’article L. 6241-2 du code du travail (III du présent projet) ;

- à actualiser le montant de la compensation financière du transfert de la compétence relative aux actions d’accompagnement à la création et à la reprise d’entreprises prévu par la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) en tirant les conséquences, pour Mayotte, de l’entrée en vigueur du code du travail au 1er janvier 2018 et, pour Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Saint Pierre-et-Miquelon, de l’entrée en vigueur de l’article 74 de la loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l’égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique au 1er janvier 2018 (IV du présent projet) ;

- à actualiser le montant de la compensation financière des transferts de compétences résultant de la loi du

5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et au dialogue social, au bénéfice du département de

Mayotte, afin de prendre en compte l’entrée en vigueur du code du travail métropolitain sur ce territoire au

1er janvier 2018 (I du présent projet).

Au total, le présent article se traduit par un transfert de ressources fiscales depuis l’État vers les collectivités à hauteur de 54,7 M€ en 2018.

Article 18 :

Évaluation des prélèvements opérés sur les recettes de l'État au profit des collectivités territoriales

Article 18 : Evaluation des prélèvements opérés sur les recettes de l’Etat au profit des collectivités

(1) Pour 2018, les prélèvements opérés sur les recettes de l’État au profit des collectivités territoriales sont évalués à

40 326 598 000 € qui se répartissent comme suit :

(2)

Intitulé du prélèvement Montant

(en euros)

Prélèvement sur les recettes de l'État au titre de la dotation globale de fonctionnement 27 050 322 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au titre de la dotation spéciale pour le logement

des instituteurs 12 728 000

Dotation de compensation des pertes de bases de la taxe professionnelle et de

redevance des mines des communes et de leurs groupements 73 500 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au profit du Fonds de compensation pour la taxe

sur la valeur ajoutée (FCTVA) 5 612 000 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au titre de la compensation d'exonérations

relatives à la fiscalité locale

2 018 572 000

Dotation élu local

65 006 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au profit de la collectivité territoriale de Corse et des départements de Corse

40 976 000

Fonds de mobilisation départementale pour l'insertion

500 000 000

Dotation départementale d'équipement des collèges

326 317 000

Dotation régionale d'équipement scolaire

661 186 000

Fonds de solidarité des collectivités territoriales touchées par des catastrophes

naturelles 0

Dotation globale de construction et d'équipement scolaire 2 686 000

Compensation relais de la réforme de la taxe professionnelle 0

Dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle 2 858 517 000

Dotation pour transferts de compensations d'exonérations de fiscalité directe locale 529 683 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au titre de la Dotation unique des compensations

spécifiques à la taxe professionnelle 41 775 000

Dotation de compensation de la réforme de la taxe sur les logements vacants pour les communes et les établissements publics de coopération intercommunale percevant la

taxe d’habitation sur les logements vacants 4 000 000

Dotation de compensation liée au processus de départementalisation de Mayotte 99 000 000

Fonds de compensation des nuisances aéroportuaires 6 822 000

Dotation de garantie des reversements des fonds départementaux de taxe

professionnelle 323 508 000

Prélèvement sur les recettes de l'État au titre de la compensation des pertes de recettes liées au relèvement du seuil d'assujettissement des entreprises au versement

transport 82 000 000

Prélèvement sur les recettes de l’État au profit de la collectivité territoriale de Guyane 18 000 000

Total 40 326 598 000

Exposé des motifs

Le présent article évalue les prélèvements sur les recettes de l’État au profit des collectivités territoriales en 2018 à un montant de 40,3 Md€.

La baisse de 4,1 Md€ constatée par rapport au montant évalué en LFI pour 2017 (44,4 Md€) s’explique principalement par les évolutions suivantes :

- Conformément à l’article 149 de la LFI pour 2017, une fraction du produit net de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est substituée à plusieurs recettes actuellement allouées aux régions, dont leur part de dotation globale de fonctionnement (DGF). En 2018, cette fraction de TVA s'élève à 4,1 Md€ et fait plus que compenser la baisse de DGF de 3,9 Md€ notifiée aux régions ;

- La prévision d’exécution du Fonds de compensation pour la TVA s’élève à 5,6 Md€ en 2018 contre 5,5 Md€ en LFI pour 2017. Cette hausse se justifie par la reprise prévisible de l’investissement local, en lien notamment avec le cycle électoral ;

- Les dotations de compensation entrant dans le périmètre des variables d’ajustement soumises à minoration sont minorées de 323 M€ afin de neutraliser sur l’enveloppe des concours financiers de l’État aux collectivités territoriales certaines évolutions à la hausse des crédits de la mission « Relations avec les collectivités territoriales ». Les allocations compensatrices de fiscalité directe locale connaissent, par ailleurs, une évolution tendancielle à la baisse de 35 M€ ;

- L’article 141 de la loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l'égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique a institué un prélèvement sur les recettes de l’État d’un montant de 18 M€ en 2018 au profit de la collectivité territoriale de Guyane en vue de compenser les pertes de recettes résultant, pour cette collectivité, de la suppression de sa part de dotation globale garantie. Ce même article a, par ailleurs, prévu que le montant de la dotation de compensation liée au processus de départementalisation de Mayotte, instituée par l’article 7 de la loi n° 2014-1655 du 29 décembre 2014 de finances rectificative pour 2014, est porté de

83 M€ à 99 M€.

- Le prélèvement sur les recettes de l’État au titre de la dotation spéciale pour le logement des instituteurs s’élève à

12,7 M€ contre 15,1 M€ en LFI pour 2017. Cet ajustement est nécessaire pour tenir compte des départs en retraite et de l’intégration progressive des instituteurs dans le corps des professeurs des écoles.

- Le prélèvement sur les recettes de l’État au titre de la compensation des pertes de recettes liées au relèvement du seuil d’assujettissement des entreprises au versement transport est légèrement réévalué (82 M€ contre 81,5 M€ en LFI pour 2017).

B. – Impositions et autres ressources affectées à des tiers

Article 19 :

Mesures relatives à l’ajustement des ressources affectées à des organismes chargés de missions de service public

Article 19 : Mesures relatives à l’ajustement des ressources affectées à des organismes chargés de missions

(1) I. - L’article 46 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012, dans sa rédaction résultant de l’article 41 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnel, est ainsi modifié :

(2) A. - Au tableau du I :

(3) 1° La deuxième ligne est supprimée ;

(4) 2° A la troisième ligne, colonne C, le montant : « 571 000 » est remplacé par le montant : « 476 800 » ;

(5) 3° A la quatrième ligne, colonne C, le montant : « 735 000 » est remplacé par le montant : « 1 076 377 » ;

(6) 4° A la cinquième ligne, colonne C, le montant : « 2 300 000 » est remplacé par le montant : « 2 105 000 » ;

(7) 5° La septième ligne est supprimée ;

(8) 6° A la douzième ligne, colonne C, le montant : « 70 000 » est remplacé par le montant : « 65 000 » ;

(9) 7° A la vingt-cinquième ligne, colonne C, le montant : « 1 615 » est remplacé par le montant : « 1 515 » ;

(10) 8° A la vingt-sixième ligne, colonne C, le montant : « 1 615 » est remplacé par le montant : « 1 515 » ;

(11) 9° A la vingt-septième ligne, colonne C, le montant : « 190 000 » est remplacé par le montant : « 188 000 » ;

(12) 10° A la trente-sixième ligne, colonne C, le montant : « 44 600 » est remplacé par le montant : « 34 600 » ;

(13) 11° A la trente-septième ligne, colonne C, le montant : « 159 000 » est remplacé par le montant : « 73 844 » ;

(14) 12° La trente-huitième ligne est supprimée ;

(15) 13° A la trente-neuvième ligne, colonne C, le montant : « 40 900 » est remplacé par le montant : « 25 000 » ;

(16) 14° A la quarante-cinquième ligne, colonne C, le montant : « 376 117 » est remplacé par le montant : « 226 117 » ;

(17) 15° A la quarante-sixième ligne, colonne C, le montant : « 243 018 » est remplacé par le montant : « 203 149 » ;

(18) 16° Après la quarante-sixième ligne, il est inséré une ligne ainsi rédigée :

(19) «

Article L. 6331-50 du code du travail Chambres des métiers et de l’artisanat 39 869

»

(20) 17° A la cinquante-et-unième ligne, colonne C, le montant : « 4 000 » est remplacé par le montant : « 5 000 » ;

(21) 18° A la cinquante-cinquième ligne, colonne C, le montant : « 17 924 » est remplacé par le montant : « 14 970 » ;

(22) 19° A la cinquante-septième ligne, colonne C, le montant : « 83 700 » est remplacé par le montant : « 56 500 » ;

(23) 20° A la cinquante-neuvième ligne, colonne B, les mots : « Poitou-Charentes » sont remplacés par les mots :

« Nouvelle-Aquitaine » et colonne C, le montant : « 9 890 » est remplacé par le montant : « 25 500 » ;

(24) 21° A la soixantième ligne, colonne B, les mots : « de Languedoc-Roussillon » sont remplacés par les mots :

« d’Occitanie » et colonne C, le montant : « 19 231 » est remplacé par le montant : « 33 000 » ;

(25) 22° A la soixante-quatrième ligne, colonne C, le montant : « 3 000 » est remplacé par le montant : « 3 500 » ;

(26) 23° A la soixante-cinquième ligne, colonne C, le montant : « 125 » est remplacé par le montant : « 400 » ;

(27) 24° Après la soixante-sixième ligne, sont insérées deux lignes ainsi rédigées :

(28) «

Article L. 6331-50 du code du travail

II de l’article L. 561-3

Fonds d'assurance formation des chefs d'entreprise inscrits au répertoire des métiers mentionné au III de l'article 8 de l'ordonnance

n° 2003-1213 du 18 décembre 2003

Fonds de prévention des risques

54 000

du code de l’environnement

naturels et majeurs 137 000

»

(29) 25° La soixante-neuvième ligne est supprimée ;

(30) 26° A la soixante-dixième ligne, colonne C, le montant : « 528 000 » est remplacé par le montant : « 798 000 » ;

(31) 27° A la soixante-dix-huitième ligne, colonne C, le montant : « 166 066 » est remplacé par le montant : « 86 400 » ;

(32) 29° A la soixante-dix-neuvième ligne, colonne C, le montant : « 559 » est remplacé par le montant : « 709 » ;

(33) 30° A la quatre-vingt-quatrième ligne, colonne C, le montant : « 385 000 » est remplacé par le montant : « 395 000 » ;

(34) 31° A la quatre-vingt-sixième ligne, colonne C, le montant : « 66 000 » est remplacé par le montant : « 67 000 » ;

(35) 32° A la quatre-vingt-septième ligne, colonne C, le montant : « 132 844» est remplacé par le montant : « 127 800 ».

(36) B. - Au III bis, les mots : « aux versements mentionnés au V des articles L. 213-9-2 et » sont remplacés par les mots :

« au versement prévu à l’article ».

(37) II. - Le code général des impôts est ainsi modifié :

(38) 1° Le XIII de l’article 235 ter ZD est abrogé ;

(39) 2° L’article 1601 A est abrogé ;

(40) 3° Les deuxième et troisième phrases du troisième alinéa de l’article 1609 novovicies sont supprimées.

(41) III. - La deuxième phrase du 1° du II de l’article L. 435-1 du code de la construction et de l’habitation est remplacée par la phrase suivante :

(42) « A compter de 2018, cette fraction est fixée à 375 M€ ».

(43) IV. - Le code de l’environnement est ainsi modifié :

(44) 1° L’article L. 131-5-1 est abrogé ;

(45) 2° La première phrase du II de l’article L. 561-3 est complétée par les dispositions suivantes : « , dans la limite du plafond prévu au I de l’article 46 de la loi n° 2011- 1977 de finances pour 2012. »

(46) V. - L’article L. 6331-50 du code du travail, dans sa rédaction résultant de l’article 41 de la loi n° 2016-1088 du

8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnel est ainsi rédigé :

(47) « Art. L. 6331-50. - La contribution mentionnée au 1° de l’article L. 6331-48 est versée à un fonds d’assurance- formation de non-salariés.

(48) « La contribution mentionnée au a du 2° de l’article L. 6331-48 est affectée aux chambres mentionnées au a de l’article 1601 du code général des impôts dans la limite d’un plafond individuel fixé de façon à respecter le plafond général prévu au I de l’article 46 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012 pour les actions de formation financées par les chambres des métiers et de l’artisanat.

(49) « Ce plafond individuel est obtenu, pour chacun de ces bénéficiaires, en répartissant le montant prévu au I de l’article 46 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 précitée au prorata des appels des contributions mentionnées à l’alinéa précédent émis l’année directement antérieure auprès des travailleurs indépendants situés dans le ressort géographique de chaque bénéficiaire.

(50) « La contribution mentionnée au b du 2° de l’article L. 6331-48 est affectée, dans la limite du plafond prévu au I de l'article 46 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012, au fonds d’assurance formation des chefs d’entreprise mentionné au III de l’article 8 de l’ordonnance n° 2003-1213 du 18 décembre 2003 relative aux mesures de simplification des formalités concernant les entreprises, les travailleurs indépendants, les associations et les particuliers employeurs.

(51) « Les sommes excédant le plafond mentionné au deuxième alinéa sont reversées au budget général de l’État avant le

31 décembre de chaque année. »

Exposé des motifs

Cet article a pour objet de faire contribuer à la réduction de la dépense publique dans la richesse nationale les organismes financés par de la fiscalité affectée et non des subventions de l’État. En effet, de nombreux opérateurs de l’État et organismes chargés de missions de service public sont financés, partiellement ou intégralement, par des

impositions de toutes natures qui leur ont été directement affectées en application des articles 2 et 36 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF). Afin de mieux contrôler le niveau de ces ressources affectées, d’assurer leur adéquation avec les besoins liés aux missions de service public qui sont confiées aux bénéficiaires et de les faire participer au redressement des finances publiques via une modération ou une réduction de leurs dépenses, la loi de finances initiale (LFI) pour 2012 a introduit, pour la première fois, en son article 46, un mécanisme de plafonnement de certaines de ces taxes.

Depuis le projet de loi de finances pour 2013, le Gouvernement a, chaque année, proposé des extensions de ce mécanisme de plafonnement à de nouvelles affectations. Après prise en compte des dispositions du présent projet d’article, ce sont 9 Md€ de recettes affectées qui entreront dans le champ de ce mécanisme, contre 3 Md€ en LFI pour 2012.

Conformément aux orientations de la loi de programmation des finances publiques (LPFP) pour les années 2018 à

2022, qui s’inscrivent dans le prolongement de la LPFP pour 2014 à 2019, les opérateurs et autres bénéficiaires de ces ressources affectées participent à l’effort de redressement des finances publiques par une modulation à la baisse de ces plafonds. Dans le cadre du budget 2018, les ressources affectées contribuent ainsi à hauteur de 635 M€ à ce redressement.

Le présent projet d’article met ainsi en œuvre ces orientations selon plusieurs modalités :

- modulation, à périmètre constant, du montant du plafond des taxes affectées aux opérateurs : en diminuant, d’une part, de 713 M€ la somme des plafonds des taxes affectées à périmètre constant par rapport à celui de la LFI pour

2017 et en augmentant, d’autre part, la somme des plafonds de 384 M€ afin d’accompagner l’évolution des missions des agences concernées ou de tirer les conséquences d’une modification de leurs modalités de financement ;

- poursuite de la péréquation au sein du secteur HLM via le Fonds national des aides à la pierre (FNAP) ;

- modification des modalités d’affectation de la taxe sur les transactions financières (TTF) depuis l’Agence française de développement (AFD) vers le Fonds de solidarité pour le développement (FSD) dans le cadre de la rationalisation de l’architecture budgétaire de l’aide publique au développement. Cette réorientation, tout en sécurisant l’affectation de ces moyens au développement, contribuera à appuyer au niveau international et notamment européen les positons de la France sur les financements innovants ;

- intégration dans le champ du plafonnement des taxes affectées de deux taxes : la contribution à la formation professionnelle des micro-entrepreneurs, d’une part, et le prélèvement sur le produit des primes ou cotisations additionnelles relatives à la garantie contre le risque de catastrophes naturelles affecté au fonds de prévention des risques naturels majeurs, d’autre part ;

- réintégration au sein du budget général de l’État du produit de la taxe générale sur les activités polluantes jusqu’alors affectée à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) qui sera désormais financée par crédits budgétaires ainsi que, dans une logique de clarification et de rationalisation, d’une taxe finançant le Centre national pour le développement du sport (CNDS).

C. – Dispositions relatives aux budgets annexes et aux comptes spéciaux

Article 20 :

Dispositions relatives aux affectations : reconduction des budgets annexes et comptes spéciaux existants

Article 20 : Dispositions relatives aux affectations : reconduction des budgets annexes et comptes spéciaux

Sous réserve des dispositions de la présente loi, les affectations résultant de budgets annexes créés et de comptes spéciaux ouverts antérieurement à la date d’entrée en vigueur de la présente loi sont confirmées pour l’année 2018.

Exposé des motifs

L’article 16 de la loi organique du 1er août 2001 relative aux lois de finances dispose que « certaines recettes peuvent être directement affectées à certaines dépenses. Ces affectations prennent la forme de budgets annexes ou de comptes spéciaux ou de procédures comptables particulières au sein du budget général ou d’un budget annexe ». Le

3° du I de l’article 34 de la même loi organique prévoit que « la loi de finances de l’année comporte toutes dispositions relatives aux affectations de recettes au sein du budget général de l’État ».

En conséquence, l’objet de cet article est de confirmer pour 2018 les affectations résultant des lois de finances antérieures, sous réserve des dispositions de la présente loi.

Article 21 :

Relèvement du plafond de recettes de la section « Contrôle automatisé » du compte d'affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers »

Article 21 : Relèvement du plafond de recettes de la section « Contrôle automatisé » du compte d’affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers »

(1) Le premier alinéa du II de l’article 49 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006 est ainsi modifié :

(2) 1° À la fin de la première phrase, le montant : « 419 millions d’euros » est remplacé par le montant : « 477,85 millions d’euros » ;

(3) 2° À la seconde phrase, le montant : « 249 millions d’euros » est remplacé par le montant : « 307,85 millions d’euros ».

Exposé des motifs

Le présent article a pour objectif de relever le plafond de recettes de la première section du compte d’affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routiers » de 58,85 M€. Le plafond de recettes de cette section passera ainsi de 249 M€ à 307,85 M€.

Cette section finance notamment l’installation et l’entretien des radars routiers et la gestion du système de permis à points. Cette augmentation du plafond de recettes permettra de mener à bien la politique de développement des radars conformément aux décisions prises lors du comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 2 octobre 2015 qui a fixé des objectifs à atteindre d’ici 2020. Il s’agit en particulier de poursuivre l’augmentation des contrôles sur les zones où les accidents sont particulièrement fréquents et d’augmenter le nombre de radars pour le porter à 4 700 à la fin de l’année 2018, contre 4 600 fin 2017, parmi lesquels de nouveaux types de radars apparaîtront (radars tourelles et radars urbains).

La dynamique des recettes du contrôle automatisé permet par ailleurs de rehausser ce plafond de recettes sans diminuer les ressources des autres bénéficiaires : collectivités territoriales, Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) et désendettement de l’État.

Article 22 :

Modification du financement des trains d’équilibre du territoire via le compte d’affectation spéciale

« Services nationaux de transport conventionnés de voyageurs »

Article 22 : Modification du financement des trains d’équilibre du territoire via le compte d’affectation spéciale « Services nationaux de transport conventionnés de voyageurs »

(1) L’article 65 de la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 de finances pour 2011 est ainsi modifié :

(2) 1° Au 2° du III, après le c, il est inséré un d ainsi rédigé :

(3) « d) Les contributions versées par l’État au titre de sa participation aux coûts d’exploitation des services ferroviaires de transport de voyageurs conventionnés par les régions à compter de 2017 et antérieurement conventionnés par l’État ; »

(4) 2° Au IV, le montant : « 42 millions d'euros » est remplacé par le montant : « 141,2 millions d'euros ».

Exposé des motifs

Dans le cadre de la feuille de route pour un nouvel avenir des trains d’équilibre du territoire (TET), l’État a conclu avec les régions plusieurs accords visant à la reprise par celles-ci de services aujourd’hui conventionnés par l’État au titre des TET. En contrepartie, l’État s’est notamment engagé à apporter aux régions une participation à leurs coûts d’exploitation.

Ainsi, le présent article vise à élargir le champ des dépenses du compte d’affectation spéciale « Services nationaux de transport conventionnés de voyageurs » en prévoyant, d’une part, de préciser les dépenses retracées sur le compte au titre de l’exploitation des services nationaux de transport de voyageurs conventionnés par l’État et, d’autre part, d’introduire une nouvelle catégorie de dépenses pour procéder au versement des contributions dues aux régions.

Par ailleurs, l’État s’est engagé à diminuer, sur la période 2017-2022, le niveau de la contribution de solidarité territoriale (CST) qui pèse sur les entreprises ferroviaires. Le produit de CST doit ainsi passer de 90 M€ en 2016 à

40 M€ en 2017 et à 16 M€ de 2018 à 2022.

Afin de respecter ces engagements, il est nécessaire de relever le montant de la part de la taxe d’aménagement du territoire (TAT), déjà affectée au compte d’affectation spéciale précité, et en lien direct et par nature avec la dépense du compte, à hauteur de 141,2 M€ en 2018.

Article 23 :

Fixation des recettes et élargissement des dépenses du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique »

Article 23 : Fixation des recettes et élargissements des dépenses du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique »

(1) I. - Le I de l’article 5 de la loi n° 2015-1786 du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 est ainsi modifié :

(2) 1° Au 1° :

(3) a) Le c est remplacé par les dispositions suivantes :

(4) « c) 1 million d’euros du produit de la taxe intérieure sur les houilles, les lignites et les cokes prévue à l'article 266 quinquies B du code des douanes ; » ;

(5) b) Le d est remplacé par les dispositions suivantes :

(6) « d) 7 166 317 223 euros du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques prévue à l'article 265 du code des douanes revenant à l’État ; » ;

(7) c) Après le e, il est ajouté un f ainsi rédigé :

(8) « f) Les revenus tirés de la mise aux enchères des garanties d'origine prévue à l’article L. 314-14-1 du code de l’énergie, déduction faite des frais de gestion de cette mise aux enchères et des frais d'inscription au registre mentionné à l’article L. 314-14 du même code ; ».

(9) 2° Au 2° :

(10) a) Le h est remplacé par les dispositions suivantes :

(11) « h) Lorsqu'elles sont liées à l'implantation d'installations produisant de l'électricité à partir d'une source d'énergie renouvelable, les dépenses mentionnées à l’article L. 311-10-2 du code de l’énergie ; » ;

(12) b) Après le h, il est ajouté un i ainsi rédigé :

(13) « i) Des versements au profit des gestionnaires des réseaux publics d’électricité pour des projets d’interconnexion et pour un montant maximum cumulé de 42,7 millions d’euros. »

(14) II. - À l’article L. 311-10-2 du code de l’énergie, les mots : « pour réaliser les études techniques de qualification des sites d'implantation sur lesquels portent les procédures de mise en concurrence ou celles relatives à l'organisation matérielle des consultations du public en lien avec la mise en œuvre de ces procédures, notamment s'agissant du choix des sites d'implantation, » sont remplacés par les mots : « relatives à la préparation et à la mise en œuvre des procédures de mise en concurrence mentionnées à l'article L. 311-10, notamment celles relatives à la réalisation d'études techniques, juridiques et financières, et celles relatives à l'organisation des consultations du public en lien avec la mise en œuvre de ces procédures, ».

(15) III. - Le quatrième alinéa de l’article L. 314-14-1 du code de l’énergie est supprimé.

Exposé des motifs

Le présent article vise à fixer un montant de recettes du compte d’affectation spéciale « Transition énergétique » (CAS TE) en adéquation avec le niveau de dépenses prévu, en grande partie déterminé par la délibération du

13 juillet 2017 de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). En effet, la CRE évalue à 5 537,3 M€ les charges de service public de l’énergie à compenser au titre de 2018. À ces dépenses s’ajoutent celles relatives aux études préalables aux lancements d’appels d’offres (5 M€), l’annuité de remboursement de la dette supportée par Électricité de France (1 622 M€), qui fait l’objet d’un échéancier défini par l’arrêté du 13 mai 2016, ainsi que les remboursements partiels de l’ancienne contribution au service public de l’énergie (CSPE) relative à l’énergie consommée jusqu’au

31 décembre 2015 (20 M€). Le montant total des charges à compenser par le CAS au titre de l’exercice 2018 s’élève donc à 7 184,3 M€, contre 6 983,2 M€ en loi de finances initiale pour 2017.

Le présent article propose, à cette occasion, de substituer un montant à un pourcentage de la taxe intérieure sur les houilles, les lignites et les cokes (TICC) et de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) afin de s’affranchir des aléas de prévisions de rendement de cette taxe, alors que les dépenses du CAS sont en grande partie des compensations de charges qui, en l’absence de versement, entraînent des pénalités financières pour l’État sous la forme d’intérêts.

Le dispositif proposé prévoit, en outre, d’élargir les recettes du CAS TE, en intégrant les revenus tirés de la mise aux enchères des garanties d’origine prévue à l’article L. 314-14-1 du code de l’énergie. L’ajout de ces revenus dans les recettes du CAS se justifie par le fait que les garanties d’origine mises aux enchères correspondent à de l’électricité d’origine renouvelable bénéficiant des mécanismes de soutien nationaux qui sont financés par les consommateurs à travers la fiscalité énergétique (TICPE et TICC). Il paraît donc logique que les revenus que l’État tire de la mise aux enchères de ces garanties d’origine puissent venir diminuer l’effort consenti par ces consommateurs pour financer cette énergie renouvelable. Le montant de ces recettes dépendra du prix de réserve que fixera la mise aux enchères et de la concurrence s’exerçant entre les différents fournisseurs d’électricité verte qui sont les principaux intéressés par ces garanties d’origine. Sur la base du prix actuel connu de la garantie d’origine (0,5 €/MW h) et du volume total qui pourra être mis aux enchères (de l’ordre de 35 à 40 TW h), les recettes associées devraient s’élever à environ 17 M€ par an.

Le présent article vise, enfin, à matérialiser l’engagement de la France, issu de la note des autorités françaises (NAF) du 23 novembre 2016, auprès de la Commission européenne dans le cadre de la notification des dispositifs de soutien aux énergies renouvelables électriques afin de rendre compatible le financement de ces mécanismes de soutien au titre de l’année 2016 avec les articles 30 et 110 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), qui interdisent l’instauration de taxes d’effet équivalent à un droit de douane. Pour supprimer toute discrimination au titre du TFUE, les États membres doivent s’assurer que l’électricité verte importée bénéficie des recettes de la taxe (en l’occurrence de la CSPE) dans la même mesure que l’électricité produite sur le territoire national, ce qui est le cas lorsqu’une partie des revenus de la taxe, correspondant à la part des revenus venant des imports d’électricité, est allouée à un dispositif bénéficiant spécifiquement aux produits importés. Dans le cas de l’électricité, la Commission européenne admet que ces sommes soient utilisées dans des projets visant à développer les interconnexions entre réseaux de transport d’électricité. En effet, le développement de ces interconnexions doit permettre de favoriser les importations d’électricité, venant atténuer les effets des distorsions de concurrence subies par le passé par l’électricité verte importée. Aussi la France s’est-elle engagée à consacrer, sur plusieurs années, une somme totale de 42,7 M€, représentative de la discrimination supposée, à des projets de développement des interconnexions. Cet engagement figure dans la décision de la Commission européenne de compatibilité des mécanismes de soutien.

Article 24 :

Modification du barème du malus automobile (compte d'affection spéciale « Aides à l'acquisition de véhicules propres »)

Article 24 : Modification du barème du malus automobile (compte d’affectation spéciale « Aides à l’acquisition de véhicules propres »)

(1) Le III de l’article 1011 bis du code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Le tableau figurant au a est remplacé par le tableau suivant :

(3) «

TAUX D’EMISSION DE DIOXYDE DE CARBONE (en grammes par kilomètre)

TARIF DE LA TAXE (en euros)

taux ≤ 119 0

120 50

121 53

122 60

123 73

124 90

125 113

126 140

127 173

128 210

129 253

130 300

131 353

132 410

133 473

134 540

135 613

136 690

137 773

138 860

139 953

140 1050

141 1153

142 1260

143 1373

144 1490

145 1613

146 1740

147 1873

148 2010

149 2153

150 2300

151 2453

152 2610

153 2773

154 2940

155 3113

156 3290

157 3473

158 3660

159 3853

160 4050

161 4253

162 4460

163 4673

164 4890

165 5113

166 5340

167 5573

168 5810

169 6053

170 6300

171 6553

172 6810

173 7073

174 7340

175 7613

176 7890

177 8173

178 8460

179 8753

180 9050

181 9353

182 9660

183 9973

184 10290

185 ≤ taux 10500

» ;

(4) 2° Le tableau figurant au b est remplacé par le tableau suivant :

(5) «

PUISSANCE FISCALE (en chevaux-vapeur)

TARIF DE LA TAXE (en euros)

Puissance fiscale ≤ 5 0

6 ≤ puissance fiscale ≤ 7 3 000

8 ≤ puissance fiscale ≤ 9 5 000

10 <≤ puissance fiscale ≤ 11 8 000

12 ≤ puissance fiscale ≤ 16 9 000

16 < puissance fiscale 10 500

».

Exposé des motifs

Dans le cadre de sa politique en faveur de la transition écologique, le Gouvernement souhaite modifier le barème du bonus-malus de manière à favoriser l’achat de véhicules neufs émettant le moins de CO2, à décourager l’achat de modèles plus polluants et à stimuler l’innovation technologique des constructeurs.

À la suite des modifications introduites dans la loi de finances pour 2017, le présent article tend à poursuivre l’adaptation du mécanisme en vue d’améliorer son efficacité et de l’adapter tant aux évolutions du comportement à l’achat des consommateurs qu’aux évolutions techniques des constructeurs. Il vise donc, à compter du 1er janvier 2018, à mettre en œuvre :

- un abaissement du seuil d’application du malus à 120 grammes d'émission de dioxyde de carbone par kilomètre ;

- un barème progressif, de 50 € pour les véhicules émettant 120 g CO2/km à 10 500 € pour les véhicules émettant

185 g CO2/km ou plus.

Le nouveau barème de malus proposé pour 2018 permet d’équilibrer budgétairement le compte d’affectation spéciale

« Aides à l’acquisition de véhicules propres », afin notamment de financer la prime à la conversion du programme présidentiel, tout en garantissant l’incitation économique à la baisse des émissions de CO2 des véhicules neufs vendus. Un recentrage des bonus accompagne cette mesure de redressement afin de concentrer les aides sur le soutien aux véhicules les moins émetteurs de CO2 et de limiter la hausse des malus.

Article 25 :

Reconduction et actualisation du dispositif de garantie des ressources de l’audiovisuel public

(compte de concours financiers « Avances à l'audiovisuel public »)

Article 25 : Reconduction et actualisation du dispositif de garantie des ressources de l’audiovisuel public (compte de concours financiers « Avances à l’audiovisuel public »)

(1) Le VI de l’article 46 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006 est ainsi modifié :

(2) 1° Au premier alinéa du 2° du 1, les mots : « 563,3 millions d'euros en 2017 » sont remplacés par les mots :

« 594,4 millions d'euros en 2018 » ;

(3) 2° Au 3, les mots : « 2017 sont inférieurs à 3 202,8 millions d'euros », sont remplacés par les mots : « 2018 sont inférieurs à 3 214,7 millions d'euros ».

Exposé des motifs

Le présent article vise à actualiser, au regard des prévisions d’encaissements nets et de dégrèvements de la contribution à l’audiovisuel public pour 2018, les données relatives au compte de concours financiers « Avances à l’audiovisuel public » et à reconduire le dispositif de garantie de ressources liées à la contribution audiovisuelle publique des organismes du secteur public de l’audiovisuel.

D. – Autres dispositions

A:

Relations financières entre l’État et la sécurité sociale

Article 26 : Relations financières entre l’Etat et la sécurité sociale

(1) I. - Au 1° de l’article L. 1418-7 du code de la santé publique, les mots : « de l’État, » sont supprimés.

(2) II. - Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :

(3) 1° À l’article L. 161-13-1, les mots : « à l’issue de leur incarcération » sont remplacées par les mots : « lorsqu’elles ne sont plus écrouées », les deux occurrences suivantes des mots : « leur incarcération » sont remplacées par les mots :

« leur mise sous écrou » et les mots : « d'incarcération » sont remplacés par les mots : « de mise sous écrou » ;

(4) 2° Au I bis de l’article L. 162-5-13, le mot : « détenues » est remplacé par le mot : « écrouées » ;

(5) 3° L’article L. 225-1-1 est complété par un 7° ainsi rédigé :

(6) « 7° De compenser le coût, pour l’organisme mentionné au premier alinéa de l’article L. 5427-1 du code du travail, de la réduction des contributions salariales mentionnées à l’article L. 5422-9 du même code résultant de l’article □□ de la loi n° 2017-□□□□ du □□ de financement de la sécurité sociale pour 2018. ;

(7) 4° Au 3° du IV de l’article L. 241-2, le taux : « 7,03 % » est remplacé par le taux : « 0,35 % » ;

(8) 5° L’intitulé de la section 9 du chapitre premier du titre VIII du livre III est ainsi rédigé : « Personnes écrouées et retenues dans un centre socio-médico-judiciaire de sûreté » ;

(9) 6° Les quatre premiers alinéas de l’article L. 381-30 sont ainsi rédigés :

(10) « Les personnes écrouées bénéficient de la prise en charge de leurs frais de santé effectuée par le régime général à compter de la date de leur mise sous écrou.

(11) « Par dérogation au premier alinéa, lorsque les personnes écrouées bénéficiant d'une mesure d'aménagement de peine ou d'exécution de fin de peine dans les conditions prévues aux sections 5 et 6 du chapitre II du titre II du livre V du code de procédure pénale exercent une activité professionnelle dans les mêmes conditions que les travailleurs libres, la prise en charge de leurs frais de santé est assurée par le régime d'assurance maladie et maternité dont elles relèvent au titre de cette activité.

(12) « L’article L. 115-6 n’est pas applicable aux personnes écrouées mentionnées au premier alinéa.

(13) « Une participation peut être demandée, lorsqu'elles disposent de ressources suffisantes, aux personnes écrouées assurées en vertu du premier alinéa. » ;

(14) 7° L’article L. 381-30-1 est ainsi rédigé :

(15) « Art. L. 381-30-1. - Les personnes écrouées mentionnées au premier alinéa de l’article L. 381-30 bénéficient de la dispense d'avance des frais et de la prise en charge par le régime général de la part garantie par ce régime, de la participation mentionnée au I de l'article L. 160-13 et du forfait journalier mentionné à l'article L. 174-4.

(16) « Les personnes écrouées titulaires d'une pension d'invalidité liquidée par le régime dont elles relevaient avant leur mise sous écrou bénéficient du maintien de son versement durant leur mise sous écrou. Leurs ayants droit bénéficient, le cas échéant, du capital-décès mentionné à l'article L. 361-1.

(17) « Les personnes écrouées de nationalité étrangère qui ne remplissent pas les conditions prévues à l'article L. 115-6 ne bénéficient que pour elles-mêmes de la prise en charge des frais de santé en cas de maladie et de maternité. » ;

(18) 8° Les articles L. 381-30-2, L. 381-30-3 et L. 381-30-5 sont abrogés.

(19) III. - L’article 4 de la loi n° 94-43 du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et à la protection sociale est abrogé.

(20) IV. - Une fraction égale à 5,64 % du produit de la taxe sur la valeur ajoutée brute budgétaire, déduction faite des

remboursements et restitutions effectués pour l'année en cours par les comptables assignataires, est affectée en 2018 à l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale au titre de sa mission mentionnée au 7° de l’article L. 225-1-1 du code de la sécurité sociale.

(21) V. - Le présent article entre en vigueur le 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet de prévoir, comme chaque année, les différents mouvements financiers entre l’État et la sécurité sociale.

Tout d’abord, il vise à transférer à l’État le surplus ponctuel de recettes résultant de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) et de la baisse, en deux temps, des cotisations salariales maladie et chômage (estimée à 5,9 Md€).

Ensuite, le présent article tend à compenser les pertes de recettes de la sécurité sociale résultant du caractère ponctuel de certaines mesures améliorant le solde de la sécurité sociale en 2017. Ces mesures ont, en effet, conduit à minorer la compensation de l’État au titre du Pacte de responsabilité et de solidarité, pour un montant total de 1,3 Md€. Il s’agit :

- du prélèvement sur ressources accumulées de la section 3 du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) ;

- de la modification de l’acompte de taxe sur les véhicules de société ;

- de la création de la contribution supplémentaire à la contribution sociale de solidarité des sociétés (C4S) ; L’article proposé vise, par ailleurs, à clarifier les relations financières entre l’État et la sécurité sociale.

D’une part, il supprime le co-financement entre l’État et la sécurité sociale de l’agence nationale de biomédecine

(ABM), désormais intégralement financée par la sécurité sociale.

D’autre part, il tend à simplifier la prise en charge des frais de santé des personnes écrouées, actuellement assurée par l’État, en transférant ces dépenses à l’assurance maladie.

Le présent article tient compte de plusieurs mouvements entre l’État et l’assurance maladie, dont il assure la neutralité financière, résultant de dispositions prévues dans d’autres textes. Il s’agit :

- de mesures inscrites au sein du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 ;

- de l’harmonisation des frais d’assiette et de recouvrement (FAR) appliqués aux impositions recouvrées par l’État pour le compte de la sécurité sociale ;

- de la fusion entre l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) et de la Haute autorité de santé (HAS) ainsi que de la suppression du financement de l’ANESM par la Caisse nationale de solidarité à l’autonomie (CNSA) et l’État ;

- du financement sur des crédits du budget général des contrats à durée déterminée mis à la disposition de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), actuellement financés par la fonction publique hospitalière ;

- de la prise en charge financière, par la subvention pour charges de service public (SCSP) des agences régionales de santé (ARS), des conseillers techniques et pédagogiques régionaux en soins infirmiers ;

- du financement, par l’État, de 80 postes supplémentaires de chefs de clinique universitaire en médecine générale

(CCU-MG) dans le cadre du « Pacte territoire santé II » à compter de 2018 ;

- du financement intégral par l’assurance maladie de la fraction portée par le ministère des solidarités et de la santé du financement de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) ;

- de la recentralisation des politiques sanitaires jusqu’ici exercées par certains départements et financée par l’assurance maladie via le Fonds d’intervention régional (FIR).

L’équilibre est obtenu, d’une part, par l’affectation à l’État du prélèvement de solidarité sur les produits de placement et les revenus du patrimoine, actuellement affecté au Fonds de solidarité vieillesse (FSV), et, d’autre part, par un ajustement de la fraction de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) affectée à la sécurité sociale. Le niveau de cette fraction tient également compte de la compensation de l’exonération des cotisations d’assurance chômage, qui sera transitoirement assurée en 2018 par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), tout en étant neutre sur le solde des branches et des organismes du régime général.

Article 27 :

Évaluation du prélèvement opéré sur les recettes de l'État au titre de la participation de la France au budget de l'Union européenne

Article 27 : Evaluation du prélèvement opéré sur les recettes de l’Etat au titre de la participation de la France au budget de l’Union européenne

Le montant du prélèvement effectué sur les recettes de l’État au titre de la participation de la France au budget de l’Union européenne est évalué pour l’exercice 2018 à 20 212 000 000 €.

Exposé des motifs

Pour 2018, la contribution de la France au budget de l’Union européenne est évaluée à 20,2 Md€. Cette contribution est un prélèvement sur les recettes de l’État (PSR).

Le budget de l’Union est financé par trois types de ressources : les ressources propres dites traditionnelles (droits de douane), collectées par les États membres pour le compte de l’Union, une ressource assise sur une assiette de TVA harmonisée et la ressource, qualifiée d’équilibre, fonction du revenu national brut (RNB) de chaque État membre.

Le budget européen pour 2018 est le cinquième du cadre financier pluriannuel portant sur les années 2014 à 2020. Ce cadre prévoit un plafond global de dépenses de 1 026 Md€ en crédits de paiement sur 7 ans.

Le PSR est évalué en fonction des prévisions de recettes et de dépenses du budget de l’Union européenne pour 2018, ainsi que d’une hypothèse de solde européen 2017 reporté sur 2018.

S’agissant des dépenses, l’estimation est fondée sur une hypothèse relative au besoin de financement de l’Union européenne. Pour ce qui est des recettes, les montants des ressources assises sur la TVA et le revenu national brut, ainsi que de la correction britannique pour 2017 payée en 2018, reposent sur les données prévisionnelles de la Commission européenne, issues du comité consultatif des ressources propres réuni à Bruxelles en mai 2017.

L’estimation de la contribution française prend également en compte, pour un montant de 68 M€ en 2018, le financement de la facilité pour les réfugiés en Turquie, conformément au certificat de contribution établissant l’échéancier de paiement envoyé par la France à la Commission européenne le 31 mars 2016.

TITRE II : DISPOSITIONS RELATIVES À L’ÉQUILIBRE DES RESSOURCES ET DES CHARGES

Article 28 :

Équilibre général du budget, trésorerie et plafond d’autorisation des emplois

Article 28 : Equilibre général du budget, trésorerie et plafond d’autorisation des emplois

(1) I. - Pour 2018, les ressources affectées au budget, évaluées dans l’état A annexé à la présente loi, les plafonds des charges et l’équilibre général qui en résulte sont fixés aux montants suivants :

(2)

(En millions d’euros *)

RESSOURCES CHARGES SOLDES

Budget général

Recettes fiscales brutes / dépenses brutes ................................... 403 978 440 964

A déduire : Remboursements et dégrèvements ....................... 115 201 115 201

Recettes fiscales nettes / dépenses nettes ................................... 288 776 325 763

Recettes non fiscales ..................................................................... 13 232

Recettes totales nettes / dépenses nettes ..................................... 302 008 325 763

A déduire : Prélèvements sur recettes au profit des

collectivités territoriales et de l’Union européenne .................... 60 539

Montants nets pour le budget général ....................................... 241 469 325 763 -84 293

Évaluation des fonds de concours et crédits correspondants .................. 3 332 3 332

Montants nets pour le budget général, y compris

fonds de concours ................................................................................ 244 801 329 094

Budgets annexes

Contrôle et exploitation aériens ..................................................... 2 127 2 127 0

Publications officielles et information administrative ...................... 186 173 +13

Totaux pour les budgets annexes .............................................. 2 313 2 300 +13

Évaluation des fonds de concours et crédits correspondants :

Contrôle et exploitation aériens ................................................................ 57 57

Publications officielles et information administrative ................................. 0 0

Totaux pour les budgets annexes, y compris fonds de concours ...... 2 370 2 357 +13

Comptes spéciaux

Comptes d’affectation spéciale ...................................................... 78 028 75 581 +2 446

Comptes de concours financiers ................................................... 128 225 129 392 -1 167

Comptes de commerce (solde) ...................................................... +45

Comptes d’opérations monétaires (solde) ..................................... +62

Solde pour les comptes spéciaux .............................................. +1 387

Solde général ................................................................ -82 894

* Les montants figurant dans le présent tableau sont arrondis au million d'euros le plus proche ; il résulte de l'application de ce principe que le montant arrondi des totaux et sous-totaux peut ne pas être égal à la somme des montants arrondis entrant dans son calcul.

(3) II. - Pour 2018 :

(4) 1° Les ressources et les charges de trésorerie qui concourent à la réalisation de l’équilibre financier sont évaluées comme suit :

(5)

(En milliards d’euros)

Besoin de financement

Amortissement de la dette à moyen et long termes 120,1

Dont remboursement du nominal à valeur faciale 119,4

Dont suppléments d’indexation versés à l’échéance (titres indexés) 0,7

Amortissement des autres dettes - Déficit à financer 82,9

Autres besoins de trésorerie 0,3

Total 203,3

Ressources de financement

Émission de dette à moyen et long termes nettes des rachats 195,0

Ressources affectées à la Caisse de la dette publique et consacrées au désendettement 1,0

Variation nette de l’encours des titres d’État à court terme - Variation des dépôts des correspondants 1,0

Variation des disponibilités du Trésor à la Banque de France et des

placements de trésorerie de l’État 2,8

Autres ressources de trésorerie 3,5

Total 203,3

(6) 2° Le ministre chargé des finances est autorisé à procéder, en 2018, dans des conditions fixées par décret :

(7) a) À des emprunts à long, moyen et court termes libellés en euros ou en autres devises pour couvrir l'ensemble des charges de trésorerie ou pour renforcer les réserves de change ;

(8) b) À l'attribution directe de titres de dette publique négociable à la Caisse de la dette publique ; (9) c) À des conversions facultatives, à des opérations de pension sur titres d'État ;

(10) d) À des opérations de dépôts de liquidités auprès de la Caisse de la dette publique, auprès de la Société de prise de participations de l’État, auprès du Fonds européen de stabilité financière, auprès du Mécanisme européen de stabilité, auprès des institutions et agences financières de l’Union européenne, sur le marché interbancaire de la zone euro, et auprès des États de la même zone ;

(11) e) À des souscriptions de titres de créances négociables émis par des établissements publics administratifs, à des rachats, à des échanges d'emprunts, à des échanges de devises ou de taux d'intérêt, à l'achat ou à la vente d'options, de contrats à terme sur titres d'État ou d’autres instruments financiers à terme.

(12) 3° Le plafond de la variation nette, appréciée en fin d’année, de la dette négociable de l’État d’une durée supérieure à un an est fixé à 75,6 milliards d’euros.

(13) III. - Pour 2018, le plafond d’autorisation des emplois rémunérés par l’État, exprimé en équivalents temps plein travaillé, est fixé au nombre de 1 960 333.

(14) IV. - Pour 2018, les éventuels surplus mentionnés au 10° du I de l’article 34 de la loi organique n° 2001-692 du

1er août 2001 relative aux lois de finances sont utilisés dans leur totalité pour réduire le déficit budgétaire.

(15) Il y a constatation de tels surplus si, pour l’année 2018, le produit des impositions de toute nature établies au profit de l’État net des remboursements et dégrèvements d’impôts, révisé dans la dernière loi de finances rectificative de l’année 2018 ou, à défaut, dans le projet de loi de finances pour 2018, est, à législation constante, supérieur à l’évaluation figurant dans l’état A mentionné au I du présent article.

Exposé des motifs

L’article d’équilibre comporte, en application de l’article 34 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF), un certain nombre de dispositions.

Le I présente le tableau d’équilibre prévu à l’article 34 de la LOLF. Le solde budgétaire de l’État est prévu à 82,9 Md€. Le détail des évaluations des recettes brutes du budget général figure dans l’annexe relative aux voies et moyens. Les

recettes des budgets annexes et des comptes spéciaux font l’objet d’un développement dans l’annexe propre à chaque

budget annexe ou compte spécial. Pour l’évaluation des dépenses brutes, les renseignements figurent à l’« Exposé général des motifs », dans les « Informations annexes », ainsi que dans les fascicules propres à chaque mission.

Le montant des remboursements et dégrèvements d’impôts est déduit des recettes brutes comme des dépenses brutes du budget général. En outre, la présentation du tableau d’équilibre prend en compte l’inscription des montants des prélèvements sur recettes au profit des collectivités territoriales et de l’Union européenne.

Le II de l’article énonce les autorisations relatives aux emprunts et à la trésorerie de l’État prévues à l’article 26 de la LOLF, évalue les ressources et les charges de trésorerie qui concourent à la réalisation de l’équilibre financier, présentées dans un tableau de financement, et fixe le plafond de la variation nette, appréciée en fin d’année, de la dette négociable de l’État d’une durée supérieure à un an.

Outre le renouvellement des autorisations données au ministre chargé des finances nécessaires à la gestion de la dette et de la trésorerie de l’État, ainsi qu’à la réalisation d’opérations d’échange de taux d’intérêt, il prévoit une autorisation relative aux instruments à terme destinée à permettre la réalisation des opérations de couverture financière des variations de change ou de coûts de matières premières. Le ministre chargé des finances est également autorisé à effectuer des opérations de trésorerie avec les institutions et agences financières de l’Union européenne, ainsi qu'avec les institutions de l'Union européenne. Le périmètre des entités avec lesquelles le ministre chargé des finances est autorisé à effectuer des opérations de trésorerie est étendu à la société de prise de participation de l’État.

Le tableau présente les évaluations du besoin de financement de l’État et précise les ressources qui seront mobilisées pour en assurer la couverture.

En 2018, le besoin de financement s’établit à 203,3 Md€. Il comprend les amortissements de dette à moyen et long termes, pour un montant prévisionnel total de 119,4 Md€ en valeur faciale, ainsi que l’indexation du capital des titres indexés sur l’inflation arrivant à échéance (0,7 Md€). Le déficit à financer est de 82,9 Md€. Les autres besoins de trésorerie (0,3 Md€) se composent des décaissements au titre des deux programmes d’investissements d’avenir et de l’annulation des opérations budgétaires sans impact en trésorerie, soit principalement la charge d’indexation du capital des titres indexés.

Les ressources de financement proviennent pour l’essentiel des émissions nouvelles de dette à moyen et long termes nettes des rachats (195,0 Md€). Le besoin de financement sera couvert à titre subsidiaire par d’autres ressources. Les cessions de participation contribueraient au désendettement à hauteur de 1 Md€. Dans un contexte de taux très bas et même négatifs jusqu’aux maturités inférieures à 6 ans en septembre 2017, il est fait l’hypothèse que les émissions de dette à moyen et long termes dégageraient 3 Md€ de primes nettes des décotes. Cette prévision est susceptible de variations en fonction de l’évolution effective des taux et des titres qui seront effectivement émis. Ce montant s’ajouterait à 0,5 Md€ de supplément d’indexation reçu à la réémission de titres indexés, pour un total d’autres ressources de trésorerie de 3,5 Md€. La centralisation d'actifs jusqu'ici détenus hors du périmètre du Trésor, notamment ceux de l'Agence nationale des chèques vacances (ANCV), devrait permettre d'augmenter l'encours de correspondants de 1 Md€. En outre, le niveau du compte du Trésor diminuerait entre le 31 décembre 2017 et le

31 décembre 2018, ce qui contribuerait à augmenter de 2,8 Md€ les ressources de financement.

Le plafond de la variation nette de la dette négociable d’une durée supérieure à un an, demandé au Parlement, est fixé à 75,6 Md€. Ce plafond correspond, pour les titres à moyen et long termes, à la différence entre les émissions nettes des rachats et les amortissements tels qu’ils figurent dans le tableau de financement pour leur valeur faciale (c’est-à- dire hors suppléments d’indexation versés lors des remboursements ou des rachats et hors suppléments d’indexation perçus lors des émissions).

Les dispositions relatives à la stabilisation du service d’emprunt des établissements de crédit spécialisés dans le financement à moyen et long termes des investissements et chargés d'une mission d'intérêt général, désormais inusitées, sont supprimées.

Le III de l’article fixe le plafond autorisé des emplois pour 2018, exprimé en équivalents temps plein travaillé, rémunérés par l’État.

Le IV de l’article précise, enfin, les modalités d’utilisation des éventuels surplus de recettes constatés par rapport aux évaluations de la présente loi de finances, en prévoyant l’affectation par principe de ces surplus à la réduction du déficit budgétaire.

SECONDE PARTIE : MOYENS DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DISPOSITIONS SPÉCIALES

TITRE PREMIER : AUTORISATIONS BUDGÉTAIRES POUR 2018 – CRÉDITS ET DÉCOUVERTS

I. – CRÉDITS DES MISSIONS

Article 29 :

Crédits du budget général

Article 29 : Crédits du budget général

Il est ouvert aux ministres, pour 2018, au titre du budget général, des autorisations d’engagement et des crédits de paiement s’élevant respectivement aux montants de 444 755 408 314 € et de 440 964 254 983 €, conformément à la répartition par mission donnée à l’état B annexé à la présente loi.

Exposé des motifs

Les demandes de crédits sont établies dans le cadre du projet annuel de performances de chaque programme ; ces projets figurent dans les annexes par mission relatives au budget général.

Les tableaux de comparaison, par mission et programme, des crédits ouverts en 2017 et de ceux prévus pour 2018, figurent dans la partie « Informations annexes » du présent document.

Conformément aux dispositions de l’article 43 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, la discussion des crédits du budget général donne lieu à un vote par mission ; les votes portent à la fois sur les autorisations d’engagement et sur les crédits de paiement.

Article 30 :

Crédits des budgets annexes

Article 30 : Crédits des budgets annexes

Il est ouvert aux ministres, pour 2018, au titre des budgets annexes, des autorisations d’engagement et des crédits de paiement s’élevant respectivement aux montants de 2 310 428 342 € et de 2 300 423 342 €, conformément à la répartition par budget annexe donnée à l’état C annexé à la présente loi.

Exposé des motifs

Les demandes de crédits sont établies dans le cadre du projet annuel de performances de chaque programme ; ces projets figurent dans les annexes par mission relatives aux budgets annexes.

Conformément aux dispositions de l’article 43 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, les crédits des budgets annexes sont votés par budget annexe.

Article 31 :

Crédits des comptes d'affectation spéciale et des comptes de concours financiers

Article 31 : Crédits des comptes d’affectation spéciale et des comptes de concours financiers

Il est ouvert aux ministres, pour 2018 au titre des comptes d’affectation spéciale et des comptes de concours financiers, des autorisations d’engagement et des crédits de paiement s’élevant respectivement aux montants de

204 856 358 699 € et de 204 973 828 058 €, conformément à la répartition par compte donnée à l’état D annexé à la présente loi.

Exposé des motifs

Les demandes de crédits sont établies dans le cadre du projet annuel de performances de chaque programme ; ces projets, relatifs aux comptes d’affectation spéciale et comptes de concours financiers, figurent dans les annexes par mission relatives aux comptes spéciaux.

Conformément aux dispositions de l’article 43 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, les crédits des comptes spéciaux sont votés par compte spécial.

II. – AUTORISATIONS DE DÉCOUVERT

Article 32 :

Autorisations de découvert

Article 32 : Autorisations de découvert

(1) I. - Les autorisations de découvert accordées aux ministres, pour 2018, au titre des comptes de commerce, sont fixées au montant de 19 880 809 800 €, conformément à la répartition par compte donnée à l’état E annexé à la présente loi.

(2) II. - Les autorisations de découvert accordées au ministre chargé des finances et des comptes publics, pour 2018, au titre des comptes d’opérations monétaires, sont fixées au montant de 250 000 000 €, conformément à la répartition par compte donnée à l’état E annexé à la présente loi.

Exposé des motifs

Les autorisations de découvert au titre des comptes de commerce et des comptes d’opérations monétaires sont établies dans les annexes relatives à ces comptes.

Conformément aux dispositions de l’article 43 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, les découverts sont votés par compte spécial.

TITRE II : AUTORISATIONS BUDGÉTAIRES POUR 2018 – PLAFONDS DES AUTORISATIONS D'EMPLOIS

Article 33 :

Plafonds des autorisations d’emplois de l'État

Article 33 : Plafonds des autorisations d’emplois de l’Etat

(1) Le plafond des autorisations d’emplois de l’État, pour 2018, exprimé en équivalents temps plein travaillé, est réparti comme suit :

(2)

Désignation du ministère ou du budget annexe Plafond exprimé en ETPT

I. Budget général 1 948 952

Action et comptes publics

126 536

Agriculture et alimentation

30 362

Armées

274 580

Cohésion des territoires

573

Culture

11 148

Économie et finances

13 137

Éducation nationale

1 021 721

Enseignement supérieur, recherche et innovation

8 016

Europe et affaires étrangères

13 530

Intérieur

287 325

Justice

84 969

Outre-mer

5 525

Services du Premier ministre

11 536

Solidarités et santé

Sports

Transition écologique et solidaire

9 938

-

40 805

Travail

9 251

II. Budgets annexes

11 381

Contrôle et exploitation aériens

10 677

Publications officielles et information administrative

704

Total général

1 960 333

Exposé des motifs

Les plafonds des autorisations d’emplois sont établis dans les projets annuels de performances de chaque programme ; ces projets figurent dans les annexes par mission relatives au budget général et aux budgets annexes. Leur respect s’évalue en moyenne sur l’ensemble de l’année.

Pour 2018, le solde des créations et des suppressions d’emplois s’élève à - 324 ETP dans les ministères. Il correspond à :

- la création de 1 870 ETP dans le domaine de la sécurité (police, gendarmerie et sécurité civile), 1 000 ETP au ministère de la justice et 518 ETP aux armées ;

- des suppressions nettes d’emplois dans les autres ministères, à hauteur de 3 712 ETP, dont notamment 1 648 ETP

dans les ministères économiques et financiers, 828 ETP au ministère de la transition écologique et solidaire, 450 ETP

à l’Intérieur hors sécurité, 258 ETP au ministère des solidarités et de la santé, 239 ETP au ministère du travail,

130 ETP à celui de l’agriculture, 110 ETP à celui de la culture et 100 ETP au ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

Le schéma d’emplois prévu pour 2018 contribue à hauteur de - 682 ETPT à l’évolution des plafonds annuels d’autorisations d’emplois. Toutefois, ceux-ci augmentent de 16 008 ETPT par rapport aux plafonds autorisés par la loi de finances initiale pour 2017, car ils intègrent également les éléments suivants :

- des mesures de transfert et de périmètre, à hauteur de + 6 347 ETPT, correspondant pour l’essentiel à la poursuite du plan de déprécarisation des contrats aidés du ministère de l’éducation nationale. La transformation de ces contrats en contrats d’accompagnement d’élèves en situation de handicap (AESH) à hauteur de + 6 400 ETPT, et leur prise en charge directe sur la masse salariale de l’État, conduisent en effet à leur intégration sous le plafond d’emplois ministériel. Hors opérations de transfert et de périmètre, la hausse des emplois autorisés s’élève donc à 9 661 ETPT ;

- l’effet en année pleine des hausses d’effectifs intervenues en 2017 (+ 10 392 ETPT). Cet effet report est particulièrement prononcé au ministère de l’éducation nationale (+ 7 774 ETPT), où les recrutements interviennent en septembre et pèsent pour les deux tiers sur l’année suivante.

Enfin, il convient de noter que l’essentiel des effectifs en charge des politiques du logement est désormais porté par le ministère de la transition écologique et solidaire. Il s’agit d’une opération de simplification dans la mesure où ce ministère assurait déjà, en pratique, la gestion de ces effectifs, qui faisaient l’objet chaque année d’un transfert budgétaire en début d’année.

Conformément aux dispositions de l’article 43 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, les plafonds des autorisations d’emplois font l’objet d’un vote unique.

Article 34 :

Plafonds des emplois des opérateurs de l'État

Article 34 : Plafonds des emplois des opérateurs de l’Etat

(1) Le plafond des autorisations d’emplois des opérateurs de l’État, pour 2018, exprimé en équivalents temps plein travaillé, est fixé à 404 472 emplois. Ce plafond est réparti comme suit :

(2)

Mission / Programme Plafond exprimé en ETPT

Action extérieure de l'État

6 765

Diplomatie culturelle et d'influence

6 765

Administration générale et territoriale de l'État

443

Administration territoriale

129

Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur

314

Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales 14 340

Compétitivité et durabilité de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de la forêt, de la pêche et de l'aquaculture

13 047

Sécurité et qualité sanitaires de l'alimentation

1 287

Conduite et pilotage des politiques de l'agriculture

6

Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation

1 327

Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant

1 327

Cohésion des territoires

379

Urbanisme, territoires et amélioration de l'habitat

285

Politique de la ville

94

Culture

14 361

Patrimoines

8 581

Création

3 413

Transmission des savoirs et démocratisation de la culture

2 367

Défense

6 603

Environnement et prospective de la politique de défense

5 117

Préparation et emploi des forces

354

Soutien de la politique de la défense

1 132

Direction de l'action du Gouvernement

597

Coordination du travail gouvernemental

597

Écologie, développement et mobilité durables

19 791

Infrastructures et services de transports

4 710

Affaires maritimes

235

Paysages, eau et biodiversité

5 258

Expertise, information géographique et météorologie

7 228

Prévention des risques

1 416

Énergie, climat et après-mines

465

Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de la mobilité durables

479

Économie

2 591

Développement des entreprises et régulations

2 591

Enseignement scolaire

3 359

Soutien de la politique de l'éducation nationale

3 359

Gestion des finances publiques et des ressources humaines

1 328

Fonction publique

1 328

Immigration, asile et intégration

1 879

Immigration et asile

795

Intégration et accès à la nationalité française

1 084

Mission / Programme Plafond exprimé en ETPT

Justice

580

Justice judiciaire

222

Administration pénitentiaire

243

Conduite et pilotage de la politique de la justice

115

Médias, livre et industries culturelles

3 023

Livre et industries culturelles

3 023

Outre-mer

127

Emploi outre-mer

127

Recherche et enseignement supérieur

259 376

Formations supérieures et recherche universitaire

164 776

Vie étudiante

12 722

Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires

70 511

Recherche spatiale

2 417

Recherche dans les domaines de l'énergie, du développement et de la mobilité durables

4 403

Recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle

2 291

Recherche culturelle et culture scientifique

1 046

Enseignement supérieur et recherche agricoles

1 210

Régimes sociaux et de retraite

319

Régimes de retraite et de sécurité sociale des marins

319

Santé

1 658

Prévention, sécurité sanitaire et offre de soins

1 658

Sécurités

267

Police nationale

267

Solidarité, insertion et égalité des chances

8 368

Inclusion sociale et protection des personnes

30

Conduite et soutien des politiques sanitaires, sociales, du sport, de la jeunesse et de la vie associative

8 338

Sport, jeunesse et vie associative

580

Sport

529

Jeunesse et vie associative

51

Travail et emploi

55 558

Accès et retour à l'emploi

47 602

Accompagnement des mutations économiques et développement de l'emploi

7 790

Amélioration de la qualité de l'emploi et des relations du travail

74

Conception, gestion et évaluation des politiques de l'emploi et du travail

92

Contrôle et exploitation aériens

812

Soutien aux prestations de l'aviation civile

812

Contrôle de la circulation et du stationnement routiers

41

Contrôle et modernisation de la politique de la circulation et du stationnement routiers

41

Total

404 472

Exposé des motifs

Le présent article fixe le plafond des autorisations d’emplois des opérateurs de l’État pour 2018 en application de l’article 64 de la loi n° 2007-1822 du 24 décembre 2007 de finances pour 2008.

L’évolution courante des autorisations d’emplois des opérateurs entre la loi de finances initiale pour 2017 et le projet de loi de finances pour 2018 aboutit à une augmentation de 5 792 emplois, en équivalent temps plein travaillé (ETPT).

Cette évolution intègre :

- des schémas d’emplois d'un total de - 1 276 ETP, avec un impact de - 1 098 ETPT sur le plafond d’emplois, portant principalement sur les opérateurs des ministères de la transition écologique et solidaire (- 496 ETP), du travail (- 347 ETP), des solidarités et de la santé (- 272 ETP) et de l’agriculture et de l'alimentation (- 95 ETP), des créations d’emplois étant prévues dans le secteur prioritaire du ministère de l’intérieur (+ 57 ETP, dont + 35 à l’OFII et + 15 ETP à l’OFPRA) ;

- l’effet en année pleine des suppressions d’effectifs intervenues en 2017 (- 96 ETPT) ;

- des mesures de périmètre pour 7 249 ETPT, principalement liées à l’entrée dans le champ des opérateurs de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes (AFPA), qui compte 7 710 ETPT. Par ailleurs, trois mesures de périmètre visant à rationaliser les financements entre l’État et la sécurité sociale expliquent également cette différence. L’École des hautes études en santé publique (EHESP), pour 299 ETPT, et l’Agence de biomédecine (ABM), pour 239 ETPT, ne seront plus financées par une subvention pour charges de service public et perdent ainsi leur statut d’opérateur, alors que le financement de 80 emplois de chefs de clinique universitaires de médecine générale, précédemment assumé par le budget de la sécurité sociale, sera désormais assuré par le budget de l’État ;

- des mesures de transfert et des corrections et abattements techniques pour - 263 ETPT.

Le plafond des autorisations d’emplois autorisé par programme dans le tableau du présent article et décliné par opérateur ou catégorie d’opérateurs dans les projets annuels de performances constituera le mandat des représentants de l’État lors du vote des budgets initiaux 2018 des opérateurs.

Article 35 :

Plafonds des emplois des établissements à autonomie financière

Article 35 : Plafonds des emplois des établissements à autonomie financière

(1) I. - Pour 2018, le plafond des autorisations d’emplois des agents de droit local des établissements à autonomie financière mentionnés à l’article 66 de la loi de finances pour 1974 (n° 73-1150 du 27 décembre 1973), exprimé en équivalents temps plein, est fixé à 3 449. Ce plafond est réparti comme suit :

(2)

MISSION / PROGRAMME

PLAFOND

exprimé en équivalents temps plein

Action extérieure de l’État

Diplomatie culturelle et d’influence 3 449

TOTAL 3 449

(3) II. - Ce plafond s'applique exclusivement aux agents de droit local recrutés à durée indéterminée.

Exposé des motifs

Le présent article fixe, pour 2018, le plafond des autorisations d’emplois des établissements à autonomie financière (EAF), en application de l’article 76 de la loi n° 2008-1425 du 27 décembre 2008 de finances pour 2009. S’inscrivant dans le cadre des prérogatives du Parlement de fixer le plafond d’autorisation des emplois rémunérés par l’État, en conciliant exigence de maîtrise de l’évolution de l’emploi pérenne et souplesse de gestion, le présent article complète les dispositions législatives fixant des plafonds d'emplois pour chaque ministère et pour les opérateurs de l'État.

Les EAF sont des établissements et organismes de diffusion culturelle ou de recherche situés à l'étranger et dépendant du ministère de l'Europe et des affaires étrangères. Ils ne disposent pas de la personnalité morale mais perçoivent des recettes propres (cours de langues, certifications de français, droits de participation aux activités culturelles, mécénat, etc.) ainsi que, pour la part restante de leurs ressources, des dotations publiques.

Comme en 2017, ce plafond s’applique aux seuls agents de droit local recrutés à durée indéterminée.

Article 36 :

Plafonds des emplois de diverses autorités publiques

Article 36 : Plafonds des emplois de diverses autorités publiques

(1) Pour 2018, le plafond des autorisations d’emplois de diverses autorités publiques dont les effectifs ne sont pas inclus dans un plafond d’autorisation des emplois rémunérés par l’État, exprimé en équivalents temps plein travaillé, est fixé à

2 577 emplois. Ce plafond est réparti comme suit :

(2)

PLAFOND

exprimé en équivalents temps plein travaillé

Agence française de lutte contre le dopage (AFLD)

62

Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)

1 121

Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER)

75

Autorité des marchés financiers (AMF)

469

Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)

284

Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C)

65

Haute Autorité de santé (HAS)

395

Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits

 

sur internet (HADOPI)

65

Médiateur national de l’énergie (MNE)

41

TOTAL

2 577

Exposé des motifs

À l’initiative du Parlement a été adopté, pour la première fois en loi de finances pour 2012, un plafond d’autorisation annuelle des emplois pour les autorités publiques indépendantes (API) et les autorités administratives indépendantes (AAI). Cette évolution était justifiée par le fait que les effectifs de ces entités ne sont pas inclus dans le plafond d’autorisation des emplois de l’État ou dans celui applicable à ses opérateurs.

Si la loi n° 2017-55 du 20 janvier 2017 est venue modifier le champ des AAI et API, il est proposé de maintenir un plafond d’autorisation des emplois pour les diverses autorités administratives, y compris l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), dont les effectifs ne font, par ailleurs, pas l’objet d’un plafonnement.

Aussi le présent article fixe-t-il, pour 2018, des plafonds couvrant l’ensemble des emplois rémunérés directement par les autorités concernées, hors emplois mis à disposition faisant l’objet d’un remboursement. Le plafond total est arrêté à 2 577 ETPT, marquant une hausse de 4 emplois, qui résulte d’une augmentation du plafond applicable au Haut Conseil du commissariat aux comptes, pour la mise en œuvre des nouvelles missions issues de l’ordonnance du

16 juin 2016 modifiant la loi dite « loi Jardé ».

TITRE III : REPORTS DE CRÉDITS DE 2017 SUR 2018

Article 37 :

Majoration des plafonds de reports de crédits de paiement

Article 37 : Majoration des plafonds de reports de crédits de paiement

(1) Les reports de 2017 sur 2018 susceptibles d’être effectués à partir des programmes mentionnés dans le tableau figurant ci-dessous ne pourront excéder le montant des crédits ouverts sur ces mêmes programmes par la loi n° 2016-

1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017.

(2)

INTITULÉ

du programme 2017

Aide économique et financière au développement

INTITULÉ

de la mission de rattachement 2017

Aide publique

au développement

INTITULÉ

du programme 2018

Aide économique et financière au développement

INTITULÉ

de la mission de rattachement 2018

Aide publique

au développement

Conseil d’État et autres juridictions administratives

Conseil et contrôle de l’État Conseil d’État et autres juridictions administratives

Conseil et contrôle de l’État

Vie politique, cultuelle et associative

Administration générale et territoriale de l'État

Vie politique, cultuelle et associative

Administration générale et territoriale de l'État

Exposé des motifs

L’article 15 de la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF) prévoit que les crédits de paiement disponibles à la fin de l’année peuvent être reportés, dans la limite de 3 % des crédits initiaux inscrits sur le même programme, et que ce plafond peut être majoré par une disposition de loi de finances.

Le présent article fixe la liste des programmes bénéficiant d’une telle exception. Il est ainsi proposé de déroger au plafond de l’article 15 de la LOLF pour les trois programmes suivants :

- « Aide économique et financière au développement » de la mission « Aide publique au développement », compte tenu du report d'une opération de traitement de dette d’un État étranger ;

- « Conseil d’État et autres juridictions administratives » de la mission « Conseil et contrôle de l'État », compte tenu du report sur 2018 du financement de travaux immobiliers ;

- « Vie politique, cultuelle et associative » de la mission « Administration générale et territoriale de l'État », compte tenu des délais de remboursements des dépenses de campagne des candidats aux élections présidentielle, législatives et sénatoriales, qui ne pourront pas en totalité être finalisés sur l’exercice 2017.

TITRE IV : DISPOSITIONS PERMANENTES

I. – MESURES FISCALES ET BUDGÉTAIRES NON RATTACHÉES

Article 38 :

Déductibilité à l'IR du supplément de contribution sociale généralisée (CSG) résultant de l'augmentation de son taux

Article 38 : Déductibilité à l’IR du supplément de contribution sociale généralisée (CSG) résultant de l’augmentation de son taux

(1) I. – L’article 154 quinquies du code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° A la première phrase du I, les nombres : « 5,1 », « 4,2 » et « 6,6 » sont respectivement remplacés par les nombres :

« 6,8 », « 5,9 » et : « 8,3 » ;

(3) 2° Le II est ainsi rédigé :

(4) « II. – La contribution afférente aux revenus mentionnés aux a à e et f du I et au II de l'article L. 136-6 du code de la sécurité sociale et aux premier alinéa et 1° du I de l'article L. 136-7 du même code, imposés dans les conditions prévues à l'article 197 du présent code, est admise en déduction du revenu imposable de l'année de son paiement, à hauteur de 6,8 points.

(5) « La contribution est déductible, dans les conditions et pour la part définies au premier alinéa, à hauteur du rapport entre le montant du revenu soumis à l’impôt sur le revenu et le montant de ce même revenu soumis à la contribution pour :

(6) « a) Les gains mentionnés à l’article 150-0 A qui bénéficient de l’abattement prévu au 1 quater de l’article 150-0 D ou de l’abattement fixe prévu au 1 du I de l’article 150-0 D ter ;

(7) « b) Les avantages salariaux mentionnés au I de l’article 80 quaterdecies qui bénéficient des abattements prévus aux 1 ter ou 1 quater de l’article 150-0 D dans sa rédaction antérieure au 1er janvier 2018, de l'abattement fixe prévu au 1 du I de l'article 150-0 D ter ou de l’abattement de 50 % prévu au 3 de l’article 200 A. ».

(8) II. – Le I s’applique à compter de l’imposition des revenus de l’année 2018.

Exposé des motifs

Le présent article propose de majorer de 1,7 point la part de contribution sociale généralisée (CSG) déductible des différentes catégories de revenus imposés au barème de l’impôt sur le revenu (IR), en conséquence du relèvement proposé, dans les mêmes proportions, par le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018.

A défaut de mesure d’ajustement, le revenu soumis au barème de l’IR serait maintenu constant, alors même que le relèvement de CSG a, en soi, un impact à la baisse sur le revenu disponible des ménages.

En outre, par coordination avec la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU) prévu dans le présent projet de loi de finances, sont proposées les adaptations nécessaires pour réserver la déductibilité de la CSG aux revenus des capitaux mobiliers et aux plus-values mobilières qui restent imposables au barème progressif de l’IR.

Enfin, la CSG afférente aux gains de cessions de valeurs mobilières ou provenant de la cession d’actions gratuites, qui bénéficient de l’abattement fixe de 500 000 € applicable aux dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) partant à la retraite ou d’abattements pour durée de détention spécifiques, sera déductible à due proportion du montant du revenu effectivement soumis au barème de l'IR.

L’ensemble de ces modifications s’applique à compter de l’imposition des revenus de l’année 2018.

Article 39 :

Prorogation et recentrage de la réduction d'IR en faveur de l'investissement locatif intermédiaire

(dispositif "Pinel")

Article 39 : Prorogation et recentrage de la réduction d’IR en faveur de l’investissement locatif intermédiaire (dispositif « Pinel »)

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° A l'article 199 novovicies :

(3) a) Au premier alinéa du A et aux 1°, 2°, 3° et 4° du B du I, l’année : « 2017 » est remplacée par l’année : « 2021 » ;

(4) b) Les deuxième à dernier alinéas du IV sont supprimés ;

(5) 2° Au a de l'article 279-0 bis A, les mots : « premier alinéa du » sont supprimés.

(6) II. – Le b du 1° du I s'applique aux acquisitions de logements et, s'agissant des logements que le contribuable fait construire, aux dépôts de demande de permis de construire, postérieurs au 31 décembre 2017.

(7) Toutefois, le b du 1° du I ne s'applique pas aux acquisitions de logements réalisées au plus tard le 31 mars 2018, pour lesquelles le contribuable peut justifier :

(8) – s'agissant de l'acquisition d'un logement en l'état futur d'achèvement, d'un contrat préliminaire de réservation mentionné à l'article L. 261-15 du code de la construction et de l'habitation signé et déposé au rang des minutes d'un notaire ou enregistré au service des impôts au plus tard le 31 décembre 2017 ;

(9) – dans les autres cas, d'une promesse d'achat ou d'une promesse synallagmatique de vente signée au plus tard le 31 décembre 2017.

(10) III. – Le Gouvernement remet au Parlement un rapport d'évaluation du dispositif prévu à l'article 199 novovicies du code général des impôts avant le 31 décembre 2019.

Exposé des motifs

L’article 199 novovicies du code général des impôts (CGI) prévoit une réduction d’impôt sur le revenu (IR) en faveur de l’investissement locatif intermédiaire pour les contribuables domiciliés en France qui acquièrent ou font construire des logements neufs ou assimilés du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2017 et qui s’engagent à les donner en location nue à usage d’habitation principale du locataire, dans le respect de plafonds de loyer et de ressources.

Afin d'en accroître l'attractivité pour les investisseurs et de pourvoir à la construction de nouveaux logements mis en location dans le secteur intermédiaire, les modalités et conditions d'application de cette réduction d'impôt ont été aménagées par l'article 5 de la loi n° 2014-1654 du 29 décembre 2014 de finances pour 2015, et ce, pour les investissements réalisés depuis le 1er septembre 2014 (dispositif « Pinel »).

Cette réduction d'impôt s'applique aux investissements réalisés dans des communes classées dans des zones géographiques (A, A bis et B1) se caractérisant par un déséquilibre important entre l'offre et la demande de logements entraînant des difficultés d'accès au logement sur le parc locatif existant. Dans les zones géographiques (B2 et C) présentant une moindre tension sur le marché locatif, la réduction d'impôt ne s'applique que dans les communes bénéficiant d'un agrément du représentant de l’Etat dans la région compte tenu des besoins locaux spécifiques en matière de logements.

Ce dispositif, dont la période d'application s'arrête au 31 décembre 2017, a contribué à la reprise du marché immobilier à destination des investisseurs et, partant, à la relance de la construction de logements neufs.

Afin de maintenir le soutien à la production d'une offre locative supplémentaire dans le secteur intermédiaire et de donner de la visibilité aux professionnels de la construction ainsi qu'aux investisseurs, il est proposé de prolonger le dispositif « Pinel » pour quatre années, soit jusqu'au 31 décembre 2021.

Toutefois, compte tenu de son coût croissant pour les finances publiques et du dynamisme retrouvé par le marché immobilier, le dispositif sera recentré sur les zones géographiques où la tension entre l'offre et la demande de logements est la plus forte.

Pour ce faire, le bénéfice du dispositif « Pinel » sera réservé, à compter du 1er janvier 2018, aux seules acquisitions ou constructions de logements réalisées dans les zones A, A bis et B1 du territoire. Une évaluation du dispositif sera menée à mi-parcours.

Ainsi, cette prorogation pour quatre années du dispositif « Pinel », recentré sur les zones les plus tendues, est une composante importante de la stratégie pour le logement du Gouvernement, présentée le 20 septembre 2017 par le ministre de la cohésion des territoires.

Article 40 :

Prorogation et réforme du prêt à taux zéro (PTZ)

Article 40 : Prorogation et réforme du prêt à taux zéro (PTZ)

1) I. – Le code de la construction et de l'habitation est ainsi modifié :

(2) A. – A l’article L. 31-10-2 :

(3) 1° Le premier alinéa est remplacé par six alinéas ainsi rédigés :

(4) « Les prêts mentionnés au présent chapitre sont octroyés aux personnes physiques, sous condition de ressources, lorsqu'elles acquièrent ou font construire leur résidence principale en accession à la première propriété ou lorsqu'elles acquièrent en première propriété les droits réels immobiliers de leur résidence principale dans le cadre d'un bail réel solidaire.

(5) « Lorsque le logement est ancien, les prêts sont octroyés sous condition de vente du parc social à ses occupants ou sous condition de travaux dans les communes classées dans une zone géographique ne se caractérisant pas par un déséquilibre important entre l'offre et la demande de logements entraînant des difficultés d'accès au logement dans le parc résidentiel existant.

(6) « Lorsque le logement est neuf, les prêts sont octroyés sous condition de localisation de ce logement dans les communes classées dans une zone géographique se caractérisant par un déséquilibre entre l'offre et la demande de logements entraînant des difficultés d'accès au logement dans le parc résidentiel existant.

(7) « Un arrêté des ministres chargés du budget et du logement établit le classement des communes par zone géographique, en fonction principalement des besoins en logements ainsi que du montant des prix de vente et des loyers de l’immobilier résidentiel.

(8) « Un arrêté des ministres chargés du budget et du logement précise lesquelles des zones géographiques définies conformément au quatrième alinéa satisfont aux conditions de localisation fixées aux deuxième et troisième alinéas.

(9) « Aucun frais de dossier, frais d'expertise, intérêt ou intérêt intercalaire ne peut être perçu sur ces prêts. » ;

(10) 2° Au troisième alinéa, dans sa rédaction issue du 1°, après le mot : « déséquilibre », est inséré le mot : « important ».

(11) B. – Le troisième alinéa du I de l’article L. 31-10-3 est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés :

(12) « a) Est titulaire de la carte mobilité inclusion comportant la mention « invalidité » prévue au 1° du I de l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles ou d'une carte d'invalidité délivrée en application de ce même article dans sa rédaction antérieure au 1er janvier 2017 ;

(13) « a bis) Perçoit la pension d’invalidité correspondant au classement dans les catégories mentionnées aux 2° et 3° de l'article L. 341-4 du code de la sécurité sociale ; ».

(14) C. – Les deux premiers alinéas du 6° de l’article L. 371-4 sont remplacés par les dispositions suivantes :

(15) « 6° Les a bis et b de l'article L. 31-10-3 sont remplacés par les dispositions suivantes :

(16) « a bis) Perçoit la pension d'invalidité mentionnée au 7° bis de l’article 20-1 de l'ordonnance n° 96-1122 du 20 décembre 1996 relative à l'amélioration de la santé publique, à l'assurance maladie, maternité, invalidité et décès, au financement de la sécurité sociale à Mayotte et à la caisse de sécurité sociale de Mayotte ; ».

(17) II. – Au V de l'article 90 de la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 de finances pour 2011, l'année : « 2017 » est remplacée par l'année : « 2021 ».

(18) III. – Le Gouvernement remet au Parlement un rapport d’évaluation du dispositif prévu aux articles L. 31-10-1 et suivants du code de la construction et de l’habitation et à l’article 244 quater V du code général des impôts avant le

31 décembre 2019.

(19) IV. – A. Le 1° du A, le B et le C du I s’appliquent aux offres de prêt émises à compter du 1er janvier 2018.

(20) B. – Le 2° du A du I s'applique aux offres de prêt émises à compter du 1er janvier 2019.

Exposé des motifs

Le dispositif du prêt à taux zéro (PTZ) s'éteint au 31 décembre 2017. Or, le PTZ constitue un outil important de soutien à l’accession à la propriété des ménages à revenus modestes et intermédiaires. Par conséquent, le présent article prévoit la prorogation pour quatre années supplémentaires du PTZ, soit jusqu’au 31 décembre 2021.

Le présent article vise également à recentrer le PTZ pour les logements neufs sur les zones les plus tendues, où les besoins en logements sont les plus importants.

Ainsi, le présent article propose de restreindre progressivement le PTZ pour les logements neufs aux zones les plus tendues selon le calendrier suivant : exclusion de la zone C en 2018 et de la zone B2 en 2019.

Par ailleurs, le PTZ ancien est actuellement ouvert à toute la France. Le présent article propose de le recentrer sur les zones les moins tendues (B2 et C) dans l’objectif de promouvoir la réhabilitation de logements dans ces zones.

Enfin, en l’état actuel du texte, l’application des critères de dérogation conduit potentiellement à écarter certaines personnes invalides du bénéfice du PTZ en raison d’incohérences entre les législations applicables. Une conséquence des critères de dérogation actuels est notamment la difficulté à faire connaître le dispositif auprès de ces populations et donc à en faciliter le développement. Par conséquent, le présent article précise l’éligibilité du PTZ aux personnes invalides non primo-accédantes et actualise les justificatifs permettant de déroger à la condition de primo-accession.

Ces évolutions interviendront à plafond de dépense générationnelle constant, maintenu à 2,1 milliards d’euros. Le présent article prévoit également que le Gouvernement remet au Parlement un rapport d’évaluation du dispositif à mi-parcours, soit en 2019.

Article 41 :

Diminution du taux normal de l'IS

Article 41 : Diminution du taux normal de l’IS

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) A. – Au dernier alinéa du 12 bis de l’article 39 :

(3) 1° Les mots « égale à [18,1/3]/[33,1/3] » sont supprimés ;

(4) 2° Après la première phrase, il est inséré une phrase ainsi rédigée :

(5) « Cette fraction est égale au rapport entre, au numérateur, la différence entre le taux normal prévu au deuxième alinéa du I de l’article 219 et le taux réduit prévu au deuxième alinéa du a du même I et, au dénominateur, le taux normal précité. »

(6) B. – Au second alinéa du 2 du I de l'article 39 quindecies :

(7) 1° Les mots : « au cours d'un exercice ouvert à compter du 1er janvier 1991 » sont supprimés ;

(8) 2° Après les mots : « de l’exercice de liquidation », la fin de l’alinéa est ainsi rédigée : « dans la limite du rapport existant entre le taux d'imposition des plus-values à long terme applicable à l'exercice de réalisation des moins-values et le taux normal prévu au deuxième alinéa du I de l'article 219 applicable à l'exercice de liquidation. »

(9) C. – Au premier alinéa du II de l'article 182 B, les mots : « à 33 1/3 % » sont remplacés par les mots : « au taux prévu au deuxième alinéa du I de l'article 219 ».

(10) D. – Au cinquième alinéa du 1 de l'article 187, le taux : « 30 % » est remplacé par les mots : « celui prévu au deuxième alinéa du I de l'article 219 ».

(11) E. – Aux premier et deuxième alinéas du b du I de l'article 212, après les mots : « dans les conditions de droit commun », sont insérés les mots : « et au taux normal prévu au deuxième alinéa du I de l’article 219 ».

(12) F. – Au I de l’article 219 :

(13) 1° Le deuxième alinéa est remplacé par un alinéa ainsi rédigé :

(14) « Le taux normal de l'impôt est fixé à 31 % pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019, à 28 % pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020 et à 26,5 % pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021. » ;

(15) 2° Le deuxième alinéa, dans sa rédaction issue du 1° ci-dessus, est remplacé par un alinéa ainsi rédigé :

(16) « Le taux normal de l'impôt est fixé à 25 %. » ;

(17) 3° Au second alinéa du a bis, les mots : « à raison des 15/33,33 de son montant » sont remplacés par les mots :

« dans la limite du rapport existant entre le taux d'imposition des plus-values à long terme applicable à l'exercice de réalisation des moins-values et le taux normal prévu au deuxième alinéa du présent I applicable à l'exercice de liquidation » ;

(18) 4° Le c est ainsi modifié :

(19) a) Au 2°, les mots : « à compter du 1er janvier 2018 » sont remplacés par les mots : « du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2019 » ;

(20) b) Le 3° est abrogé ;

(21) 5° Le c est abrogé.

(22) G. – Au premier alinéa de l'article 244 bis, les mots : « de 33,1/3 % » sont remplacés par les mots : « au taux prévu au deuxième alinéa du I de l'article 219 ».

(23) II. – L’article 11 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017 est ainsi modifié :

(24) 1° Au 2 du II, les mots : « Les a et d du 1° et le b du 3° du I s’appliquent » sont remplacés par les mots : « Le b du 3°

du I s’applique » ;

(25) 2° Les a, b et d du 1° et le 2° du I et les 3 et 4 du II sont abrogés.

(26) III. – A. – Les A, B, C, E, 3° du F et G du I s'appliquent aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018.

(27) B. – Le 1° du F du I s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019.

(28) C. – Le D et le 5° du F du I s’appliquent aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020.

(29) D. – Le 2° du F du I s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.

Exposé des motifs

Conformément aux engagements du Président de la République, le présent article prévoit une baisse du taux normal de l'impôt sur les sociétés (IS) de 33 1/3 % aujourd'hui à 25 % en 2022.

En effet, comme souligné par le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) dans son rapport de 2016 « Adapter l'impôt sur les sociétés à une économie ouverte », une baisse du taux normal d'IS constitue un enjeu d'attractivité pour notre territoire et de compétitivité pour nos entreprises.

Or, la réforme adoptée en 2016 consistant à ramener le taux normal à 28 % ne permet pas de rompre avec la position atypique de l'IS français dans l’Union européenne (UE). En effet, à échéance 2020, le taux normal sera porté à 28 %, soit un taux d'imposition des bénéfices de 28,9 % en tenant compte de la contribution sociale, alors que la moyenne pondérée européenne, hors France, s'établit à 25,6 %, et à 26,2 % si l'on ne considère que les plus grandes économies (l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, la Suède et le Royaume-Uni).

Par conséquent, le présent article vise à ramener progressivement le taux normal de l'IS à 25 % en 2022 pour l'ensemble des entreprises, soit un taux de 25,8 % en tenant compte de la contribution sociale, selon les étapes suivantes :

- en 2018, le cadencement prévu en loi de finances 2017, consistant en un taux de 28 % jusqu'à 500 000 euros de bénéfices et 33 1/3 % au-delà est maintenu afin de ne pas revenir sur les éventuelles anticipations des entreprises ;

- en 2019, le taux normal sera ramené à 31 %, tandis que les 500 000 premiers euros de bénéfices continueront d'être imposés à 28 % ;

- en 2020, le taux de 28 % sera généralisé ; puis, il sera respectivement ramené à 26,5 % et 25 % pour les années 2021 et 2022.

Le présent article prévoit par ailleurs les mesures de coordination induites par cette évolution, parmi lesquelles figure l’actualisation des taux de retenues à la source et de prélèvement applicables sur certaines prestations ou profits réalisés en France par les non-résidents ou sur les distributions que ces derniers perçoivent de sociétés françaises.

Article 42 :

Baisse du taux du CICE en 2018 et suppression du crédit d'impôt à compter du 1er janvier 2019

Article 42 : Baisse du taux du CICE en 2018 et suppression du crédit d’impôt à compter du 1er janvier 2019

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au premier alinéa du III de l’article 244 quater C, le taux : « 7 % » est remplacé par le taux : « 6 % » ;

(3) 2° Les articles 199 ter C et 220 C, le c du 1 de l’article 223 O et l’article 244 quater C sont abrogés.

(4) II. – Le code du travail est ainsi modifié :

(5) 1° Au premier alinéa de l'article L. 2323-12, les mots : « , et sur l'utilisation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi » sont supprimés ;

(6) 2° L'article L. 2313-7-1, le 5° de l'article L. 2323-13 et les articles L. 2323-56 et L. 2323-57 sont abrogés ;

(7) 3° L'avant-dernier alinéa de l'article L. 1233-57-3 est supprimé.

(8) III. – Le dernier alinéa de l'article L. 172 G du livre des procédures fiscales est supprimé.

(9) IV. – L'article 66 de la loi n° 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 est abrogé.

(10) V. – A. – Le 1° du I s’applique aux rémunérations versées à compter du 1er janvier 2018.

(11) B. – Le 2° du I et les II à IV s’appliquent aux rémunérations versées à compter du 1er janvier 2019.

Exposé des motifs

Conformément aux engagements du Président de la République et au discours de politique générale du Premier ministre du 4 juillet 2017, le présent article vise à supprimer le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), instauré par la dernière loi de finances rectificative pour 2012, qui sera remplacé par un allègement de cotisations patronales à compter du 1er janvier 2019.

Cet allègement, qui sera instauré dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, consistera en une réduction pérenne de cotisations patronales de 6 points sur les salaires inférieurs à 2,5 fois le salaire minimum de croissance (SMIC), complété par un allègement renforcé de 3,9 points au niveau du SMIC (soit un total de 9,9 points). Cette bascule accroîtra l’efficacité du soutien accordé aux entreprises :

- en rendant immédiate, sous forme d’exonérations, une aide qui est aujourd’hui différée car perçue au cours de l’année suivant celle où les salaires sont versés. Elle améliorera ainsi la trésorerie des entreprises puisqu’un allègement de cotisations sociales produit son effet financier plus rapidement, dès le paiement des cotisations, c'est-à-dire mensuellement ou trimestriellement ;

- en maximisant son effet sur l’emploi, grâce à une amplification des allègements sur les bas salaires ;

- en facilitant les démarches des employeurs, familiers des allègements généraux de cotisations sociales qui seront ainsi délivrés des formalités déclaratives spécifiques au CICE ;

- en étendant son champ à l’ensemble des employeurs, au-delà des seuls redevables de l'impôt sur les sociétés ou de l'impôt sur le revenu, y compris les acteurs non-lucratifs de l’économie sociale et solidaire.

Afin d’organiser la transition d’un système à l’autre, le taux du crédit d'impôt sera ramené de 7 % à 6 % pour les rémunérations versées à compter du 1er janvier 2018, soit le taux applicable en 2016.

Article 43 :

Suppression du crédit d'impôt de taxe sur les salaires

Article 43 : Suppression du crédit d’impôt de taxe sur les salaires

(1) I. – L’article 231 A du code général des impôts est abrogé.

(2) II. – Le I s’applique aux rémunérations versées à compter du 1er janvier 2019.

Exposé des motifs

Le présent article vise à supprimer à compter de l’année 2019 le crédit d'impôt de taxe sur les salaires (CITS). Ce crédit d’impôt avait été instauré pour accorder au secteur de l’économie sociale (organismes mentionnés à l'article 1679 A du code général des impôts) une aide fiscale qui fasse pendant au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), réservé aux structures lucratives, soumises à l’impôt sur le revenu (IR) ou à l’impôt sur les sociétés (IS).

La transformation du CICE en allègement de cotisations sociales en 2019 provoquera à elle seule un gain supérieur à 1 milliard d'euros (Md€) au profit du secteur non lucratif et supprimera la différence de traitement induite par le CICE entre structures lucratives et non lucratives. La raison d’être du CITS disparaît donc.

Article 44 :

Suppression du taux supérieur de la taxe sur les salaires

Article 44 : Suppression du taux supérieur de la taxe sur les salaires

(1) I. – A la première phrase du 2 bis de l’article 231 du code général des impôts, les mots : « , à 13,60 % pour la fraction comprise entre 15 417 € et 152 279 € et à 20 % pour la fraction excédant 152 279 € » sont remplacés par les mots :

« et à 13,60 % pour la fraction excédant 15 417 € ».

(2) II. – Le I s’applique à la taxe sur les salaires due à raison des rémunérations versées à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet d’alléger la charge fiscale induite par la taxe sur les salaires (TS) et de favoriser ainsi l'implantation en France d'activités à haute valeur ajoutée et le recrutement de cadres étrangers à fort potentiel par les entreprises françaises en diminuant les prélèvements assis sur leur rémunération.

La mesure proposée consiste dans la suppression de la tranche additionnelle de 20 % de TS, créée en 2013, applicable à la fraction des rémunérations excédant 152 279 €. Ces sommes seront donc taxées à 13,60 %, comme c’était le cas jusqu’en 2013.

Article 45 :

Exonération de la cotisation minimum de CFE des redevables réalisant un très faible chiffre d'affaires

Article 45 : Exonération de la cotisation minimum de CFE des redevables réalisant un très faible chiffre d’affaires

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) 1° Au I de l’article 1600, il est rétabli un 12° ainsi rédigé :

(3) « 12° – Les redevables de la cotisation foncière des entreprises qui bénéficient de l'exonération de cotisation minimum en vertu du deuxième alinéa du 1 du I de l'article 1647 D. Le bénéfice de l'exonération est subordonné au respect du règlement (UE) n° 1407/2013 de la Commission, du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis. » ;

(4) 2° Le sixième alinéa de l’article 1601 dans sa rédaction issue de l'article 41 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, est complété par une phrase ainsi rédigée :

(5) « Les redevables de la cotisation foncière des entreprises qui bénéficient de l'exonération de cotisation minimum en vertu du deuxième alinéa du 1 du I de l'article 1647 D du code général des impôts sont exonérés de cette taxe. Le bénéfice de cette exonération est subordonné au respect du règlement (UE) n° 1407/2013 de la Commission, du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis. » ;

(6) 3° Après le tableau de l'article 1601-0 A, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(7) « Toutefois, ces droits ne sont pas dus par les redevables de la cotisation foncière des entreprises qui bénéficient de l'exonération de cotisation minimum prévue au deuxième alinéa du 1 du I de l'article 1647 D. Le bénéfice de cette exonération est subordonné au respect du règlement (UE) n° 1407/2013 de la Commission, du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis » ;

(8) 4° Après le tableau du 1 du I de l'article 1647 D, est inséré un alinéa ainsi rédigé :

(9) « Toutefois, les redevables réalisant un montant de chiffre d'affaires ou de recettes inférieur ou égal à 5 000 € sont exonérés de la cotisation minimum. Le bénéfice de l'exonération est subordonné au respect du règlement (UE) n° 1407/2013 de la Commission, du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis. »

(10) II. – Il est institué un prélèvement sur les recettes de l’Etat destiné à compenser les pertes de recettes résultant, pour les communes et les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, de l’exonération de cotisation foncière des entreprises minimum mentionnée au 1 du I de l'article 1647 D du code général des impôts dans sa rédaction issue du I du présent article.

(11) La compensation de l’exonération de cotisation foncière des entreprises minimum est égale, chaque année et pour chaque commune ou établissements public de coopération intercommunale à fiscalité propre, au produit obtenu en multipliant la perte de bases résultant de l’exonération par le taux de cotisation foncière des entreprises appliqué en 2018 dans la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale. Pour les communes qui, au

1er janvier 2018, étaient membres d’un établissement public de coopération intercommunale sans fiscalité propre, le taux voté par la commune au titre de cette année est majoré du taux appliqué au profit de l’établissement public de coopération intercommunale pour 2018.

(12) Lorsque, à la suite d’une création, d’un changement de régime fiscal ou d’une fusion, un établissement public de coopération intercommunale fait application à compter du 1er janvier 2019 du régime prévu à l’article 1609 nonies C du code général des impôts ou du I de l’article 1609 quinquies C du même code, la compensation est égale au produit du montant des bases faisant l’objet de l’exonération prévue au deuxième alinéa du 1 du I de l'article 1647 D dudit code par le taux moyen pondéré des communes membres de l’établissement public de coopération intercommunale constaté pour 2018, éventuellement majoré dans les conditions fixées à l’alinéa précédent.

(13) III. – Les I et II s'appliquent à compter des impositions établies au titre de 2019.

Exposé des motifs

Les redevables de la cotisation foncière des entreprises (CFE) sont imposés sur la valeur locative foncière des biens dont ils disposent pour leur activité. Toutefois, lorsque cette valeur locative est faible ou nulle, par exemple lorsque le local utilisé par le redevable a une faible surface ou fait partie de son habitation personnelle, l'imposition est établie sur une base minimum dont le montant est fixé, sur délibération, par les communes et leurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, dans les limites prévues par la loi.

Parmi les 2,7 millions de redevables imposés à la CFE 2015 sur la base minimum, soit les deux tiers des redevables de la CFE, près d'un million réalisent un chiffre d'affaires inférieur ou égal à 5 000 €.

Pour ces derniers, l'imposition à la CFE minimum peut apparaître disproportionnée, car représentant parfois quelques centaines d'euros pour un chiffre d'affaires à peine plus élevé. Un taux très important de défaillance de paiement est d'ailleurs constaté parmi ces redevables.

Ainsi, dans le cadre du programme du Gouvernement en faveur des travailleurs indépendants, le Premier ministre a annoncé, lors de son discours à Dijon le 5 septembre 2017, l’exonération de la CFE minimum des redevables réalisant un montant de chiffre d’affaires ou de recettes inférieur ou égal à 5 000 €.

En conséquence, le présent article propose l'exonération de la CFE minimum des redevables réalisant un montant de chiffre d'affaires ou de recettes inférieur ou égal à 5 000 €, avec une compensation par l'Etat de la perte de recettes induite pour les communes et les EPCI.

Afin de permettre la réalisation des aménagements des systèmes d'information qu'elle nécessite, la mesure n'entrera en vigueur qu'à partir de 2019.

En outre, en l'absence de CFE minimum, les personnes réalisant un chiffre d'affaires ou de recettes inférieur ou égal à 5 000 € seront également exonérées des droits additionnels afférents à la CFE pour le financement des chambres consulaires.

Article 46 :

Modification du champ de l’obligation de certification des logiciels de comptabilité et de gestion et des systèmes de caisse

Article 46 : Modification du champ de l’obligation de certification des logiciels de comptabilité et de gestion et des systèmes de caisse

(1) I. – Le code général des impôts est ainsi modifié :

(2) A. – L’article 286 dans sa rédaction issue de l’article 88 de la loi n° 2015-1785 de finances pour 2016 est ainsi modifié :

(3) 1° Le 3° bis du I est remplacé par les dispositions suivantes :

(4) « 3° bis Si elle effectue des livraisons de biens et des prestations de services ne donnant pas lieu à facturation conformément à l’article 289 et enregistre ces opérations au moyen d’un logiciel ou d'un système de caisse, utiliser un logiciel ou un système satisfaisant à des conditions d'inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d'archivage des données en vue du contrôle de l'administration fiscale, attestées par un certificat délivré par un organisme accrédité dans les conditions prévues à l'article L. 433-4 du code de la consommation ou par une attestation individuelle de l'éditeur, conforme à un modèle fixé par l'administration ; »

(5) 2° Le premier alinéa du II constitue un 1 ;

(6) 3° Il est créé un 2 du II ainsi rédigé :

(7) « 2. Les assujettis bénéficiant d’une franchise de taxe mentionnée à l’article 293 B et ceux effectuant exclusivement des opérations ou des prestations exonérées de taxe sur la valeur ajoutée sont dispensés de l’obligation mentionnée au 3° bis du I. »

(8) B. – Au premier alinéa de l’article 1770 duodecies dans sa rédaction issue de l’article 88 de la loi n° 2015-1785 de finances pour 2016 les mots « de comptabilité ou de gestion » sont supprimés dans leurs deux occurrences.

(9) II. – Le livre des procédures fiscales est ainsi modifié :

(10) A. – L’intitulé du chapitre Ier sexies du titre II dans sa rédaction issue de l’article 88 de la loi n° 2015-1785 de finances pour 2016 est remplacé par l’intitulé suivant : « Le droit de contrôle en matière de détention de logiciels ou de systèmes de caisse ».

(11) B. – A l’article L. 80 O dans sa rédaction issue de l’article 88 de la loi n° 2015-1785 de finances pour 2016 : (12) 1° Au premier alinéa, les mots « de comptabilité ou de gestion » sont supprimés ;

(13) 2° Au cinquième alinéa, le mot : « second » est remplacé par le mot : « deuxième ». (14) III. – Le présent article entre en vigueur le 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet de modifier le périmètre du dispositif établi par l'article 88 de la loi n° 2015-1785 du

29 décembre 2015 de finances pour 2016 qui prévoit l'obligation pour les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui enregistrent les règlements de leurs clients au moyen d'un logiciel de comptabilité ou de gestion ou d’un système de caisse d'utiliser un logiciel certifié répondant à des garanties de sécurisation des données.

Face à l’inquiétude exprimée par les entreprises quant à la mise en œuvre de cette obligation, il est proposé que seuls les logiciels et systèmes de caisse, principaux vecteurs des fraudes constatées à la TVA, soient concernés par cette obligation.

La redéfinition du périmètre de l'obligation permettra d'alléger les charges et la complexité induites par les opérations de mise en conformité sans pour autant réduire l'efficacité de ce dispositif dans la lutte contre les fraudes facilitées par les logiciels permettant d'effacer des recettes enregistrées.

Article 47 :

Suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité

Article 47 : Suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité

(1) I. - La cinquième partie du code du travail, dans sa rédaction issue de l’article 143 de la loi n° 2016-1918 du

29 décembre 2016 de finances rectificative pour 2016, est ainsi modifiée :

(2) 1° Au 4° de l’article L. 5312-1, après la référence : « L. 5424-21 » sont insérés les mots : « , l'aide prévue au II de l'article 136 de la loi n° 96-1181 du 30 décembre 1996 de finances pour 1997, les sommes restant dues au titre du versement de l'allocation équivalent retraite prévue à l'article L. 5423-18 dans sa rédaction antérieure à l'entrée en vigueur de l'article 132 de la loi n° 2007-1822 du 24 décembre 2007 de finances pour 2008 et de la prime forfaitaire prévue à l'article L. 5425-3 dans sa rédaction antérieure à l'entrée en vigueur du 3° du B du III de l'article 49 de la loi n° 2016-1917 du 29 décembre 2016 de finances pour 2017, » ;

(3) 2° Au 2° de l’article L. 5312-7, les mots : « la contribution exceptionnelle de solidarité définie à l’article L. 5423-26 du présent code et à l’article L. 327-28 du code du travail applicable à Mayotte ainsi qu’ » sont supprimés ;

(4) 3° La section 2 du chapitre III du titre II du livre IV est abrogée.

(5) II. - Le 2° ter de l’article 83 du code général des impôts est abrogé.

(6) III. - La loi n° 82-939 du 4 novembre 1982 relative à la contribution exceptionnelle de solidarité en faveur des travailleurs privés d'emploi est abrogée.

(7) IV. - Le présent article s'applique aux revenus perçus à compter du 1er janvier 2018.

Exposé des motifs

Dans le cadre de sa politique en faveur du pouvoir d’achat, le Gouvernement a engagé la suppression des cotisations salariales d’assurance chômage et maladie au profit d’une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), dont le taux applicable aux revenus d’activité sera augmenté de 1,7 point le 1er janvier 2018. Cette mesure permettra un gain net de pouvoir d’achat de 1,45 % pour l’ensemble des salariés du secteur privé.

Toutefois, les agents publics et les salariés d’employeurs publics et parapublics, qui ne versent pas de cotisation maladie ou de cotisation chômage, ne pourront bénéficier des suppressions de cotisations prévues pour les salariés du secteur privé afin de compenser l’augmentation de la CSG.

La contribution exceptionnelle de solidarité (CES), au taux de 1 %, est prélevée sur les rémunérations des agents publics et des salariés des employeurs du secteur public et parapublic, dès lors que leur employeur ne relève pas du régime d’assurance chômage. Elle vise ainsi à faire contribuer ces agents et salariés, qui ne sont pas assujettis aux cotisations salariales d’assurance chômage, à l’effort collectif de solidarité à l’égard des chômeurs, la CES étant affectée au financement d’allocations pour les demandeurs d’emplois. La suppression des cotisations d’assurance chômage invite, par parallélisme, à supprimer la CES, mesure qui est proposée par le présent projet d’article.

La suppression de la CES ne constitue qu’un premier pas pour la compensation de la hausse de la CSG pour les agents et les salariés du secteur public ou parapublic. Les modalités plus complètes de cette compensation seront discutées avec les organisations syndicales dans le cadre du « Rendez-vous salarial » de l’automne et seront traduites, pour ce qui concerne les fonctionnaires de l’État, par amendement au présent projet de loi de finances.

Article 48 :

Introduction d’un jour de carence pour la prise en charge des congés de maladie des personnels du secteur public

Article 48 : Introduction d’un jour de carence pour la prise en charge des congés de maladie des personnels du secteur public

(1) I. - Les agents publics civils et militaires en congé de maladie ne bénéficient du maintien de leur traitement ou de leur rémunération, ou du versement de prestations en espèces par l’employeur qu’à compter du deuxième jour de ce congé.

(2) II. - Le I du présent article ne s’applique pas :

(3) 1° Lorsque la maladie provient de l’une des causes exceptionnelles prévues aux articles L. 27 et L. 35 du code des pensions civiles et militaires de retraite ou d’un accident survenu dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions ;

(4) 2° Au deuxième congé de maladie, lorsque la reprise du travail entre deux congés de maladie accordés au titre de la même cause n’a pas excédé 48 heures ;

(5) 3° Au congé pour invalidité temporaire imputable au service, au congé de longue maladie, au congé de longue durée et au congé de grave maladie ;

(6) 4° Aux congés de maladie accordés postérieurement à un premier congé de maladie au titre d’une même affection de longue durée, au sens de l’article L. 324-1 du code de la sécurité sociale, pour une période de trois ans à compter de ce premier congé de maladie.

Exposé des motifs

Le présent article vise à instaurer un jour de carence dans les trois fonctions publiques. Il prévoit à ce titre que les personnels ne perçoivent pas leur rémunération au titre du premier jour de congé de maladie.

En premier lieu, cette mesure s’inscrit dans un objectif d’amélioration de la qualité du service public. La présente disposition devrait, en effet, concourir à résorber les absences pour raison de santé de courte durée dans les administrations publiques. Ainsi que l’a indiqué la Cour des comptes dans son rapport sur les finances locales pour

2016, l’institution du jour de carence dans la fonction publique entre 2012 et 2014 a eu un fort impact sur le volume d’arrêts de travail de courte durée dans la fonction publique territoriale. Dans certaines collectivités territoriales, le nombre d’arrêts de travail d’un jour a ainsi chuté de 60 % entre 2011 et 2013.

En second lieu, cette mesure s’inscrit dans une logique d’équité, le rétablissement d’un jour de carence, déjà institué par l’article 105 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012 puis abrogé par l’article 126 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014, permettant de rapprocher la situation des personnels du secteur public de celle des salariés du secteur privé, pour lesquels trois jours de carence sont prévus par le code de la sécurité sociale.

Ce dispositif s’impose à toute disposition différente ou contraire prévue par les statuts ou quasi-statuts régissant les personnels des administrations et des établissements publics.

II. – AUTRES MESURES

Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales

Article 49 :

Suppression du fonds d’accompagnement de la réforme du micro-bénéfice agricole

Article 49 : Suppression du fonds d’accompagnement de la réforme du micro-bénéfice agricole

(1) La première phrase du dernier alinéa du IV de l’article 33 de la loi n° 2015-1786 du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 est ainsi modifiée :

(2) 1° Les mots : « des années 2017 à 2021 » sont remplacés par les mots : « de l’année 2017 » ;

(3) 2° Les mots : « sur une durée de cinq ans de 2017 à 2021 » sont supprimés ;

(4) 3° Les mots : « pour les années 2017 à 2019, de 6 millions d’euros pour l’année 2020 et de 3 millions d’euros pour l’année 2021 » sont remplacés par les mots : « pour l’année 2017 ».

Exposé des motifs

L’article 33 de la loi n° 2015-1786 du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 a remplacé le régime fiscal du bénéfice agricole forfaitaire par un régime fiscal de micro-bénéfices agricoles.

L’assiette sociale des exploitants agricoles se déduisant de l’assiette fiscale, cette réforme a également eu une incidence sur le montant des prélèvements sociaux. Aussi, un fonds d’accompagnement exceptionnel et transitoire a été institué sur une durée de 5 ans (de 2017 à 2021) afin de compenser financièrement les agriculteurs concernés par une augmentation des cotisations sociales dues au titre des années 2017 à 2021. Le fonds est abondé à hauteur de

8 M€ pour les années 2017 à 2019, de 6 M€ pour l’année 2020 et de 3 M€ pour l’année 2021.

Les mesures du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 en faveur des indépendants pourraient avoir pour conséquence d’ôter au dispositif son intérêt financier pour ses bénéficiaires. L’évolution des circonstances ayant présidé à l’institution de ce dispositif en justifie l’extinction, sans préjudice des engagements dus au titre des cotisations sociales 2017 payés par les exploitants. Cette mesure de rationalisation et d’efficience se traduira par une économie de 25 M€ au titre de la période 2018 2021.

Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation

Article 50 :

Revalorisation de l’allocation de reconnaissance et de l’allocation viagère des conjoints et ex- conjoints survivants d’anciens membres des formations supplétives

Article 50 : Revalorisation de l’allocation de reconnaissance et de l’allocation viagère des conjoints et ex-conjoints survivants d’anciens membres des formations supplétives

(1) I. - Le I de l’article 6 de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés est ainsi modifié :

(2) 1° Au premier alinéa, les mots : « à l'article 67 de la loi de finances rectificative pour 2002 (n° 2002-1576 du

30 décembre 2002) » sont remplacés par les mots : « aux I et I bis de l'article 47 de la loi n° 99-1173 du

30 décembre 1999 de finances rectificative pour 1999 » ;

(3) 2° Au deuxième alinéa, les mots : « 3 515 € à compter du 1er janvier 2017 » sont remplacés par les mots : « 3 663 € à compter du 1er janvier 2018 » ;

(4) 3° Au troisième alinéa, les mots : « 2 422 € à compter du 1er janvier 2017 » sont remplacés par les mots : « 2 555 € à compter du 1er janvier 2018 ».

(5) II. - Au premier alinéa du I de l’article 133 de la loi n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 de finances pour 2016, les mots : « 3 515 € à compter du 1er janvier 2017 » sont remplacés par les mots : « 3 663 € à compter du

1er janvier 2018 ».

Exposé des motifs

Le présent article vise à revaloriser de 100 € les deux types d’allocations versées aux anciens membres des formations supplétives et à leurs conjoints et ex-conjoints survivants, dont le nombre de bénéficiaires est estimé à environ 5 500 personnes en 2018. L’augmentation de 100 € proposée est appliquée aux montants prévus dans les derniers arrêtés d’indexation des allocations sur l’évolution des prix.

Article 51 :

Alignement des pensions militaires d’invalidité au taux du grade

Article 51 : Alignement des pensions militaires d’invalidité au taux du grade

(1) À compter du 1er janvier 2018, sont calculées sur la base du dernier grade détenu par les ayants droit, les pensions militaires d’invalidité :

(2) 1° Des militaires radiés des cadres ou rayés des contrôles avant l’entrée en vigueur de la loi de finances rectificative pour 1962 (n° 62-873 du 31 juillet 1962) ;

(3) 2° Des ayants cause des militaires mentionnés au 1° ou décédés avant l’entrée en vigueur de la loi de finances rectificative pour 1962 (n° 62-873 du 31 juillet 1962).

Exposé des motifs

Le présent article vise à mettre fin à une inégalité de traitement entre titulaires d’une pension militaire d’invalidité.

La loi de finances rectificative du 31 juillet 1962 a introduit pour l’avenir la possibilité de cumuler une pension de retraite et une pension d'invalidité au taux du grade. À défaut d’application rétroactive, certains titulaires ou ayants cause n’ont pu bénéficier du cumul d’une pension de retraite avec une pension militaire d’invalidité établie au taux du grade. En effet, le régime antérieur permettait exclusivement, en cas de cumul, l’établissement de la pension d’invalidité au taux du soldat.

La présente mesure vise donc à mettre fin à cette inégalité de traitement en prévoyant de réviser au taux du grade les pensions versées au taux du soldat à compter du 1er janvier 2018.

Cohésion des territoires

Article 52 :

Réforme des aides au logement et de la politique des loyers dans le parc social

Article 52 : Réforme des aides au logement et de la politique des loyers dans le parc social

(1) I. - Le code de la construction et de l’habitation est ainsi modifié :

(2) 1° L’article L. 351-2 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(3) « Le 1° et le 6° ne sont pas applicables pour les prêts ou les contrats de location-accession signés à compter du

1er janvier 2018. » ;

(4) 2° L’article L. 351-3 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(5) « Le montant de l’aide personnalisée au logement est réduit, pour les bénéficiaires concernés par l’article L. 442-2-1, à hauteur d’une fraction fixée par décret, comprise entre 90 % et 98 %, de la réduction de loyer de solidarité prévue par ce même article. » ;

(6) 3° L’article L. 411-8-1 est remplacé par les dispositions suivantes :

(7) « Art. L. 411-8-1. - Les conventions conclues en application de l'article L. 411-8 peuvent porter sur une mutualisation financière entre les organismes d'habitations à loyer modéré destinée à leur permettre de réaliser les réductions de loyer de solidarité prévues à l’article L. 442-2-1.

(8) « Les stipulations des conventions ainsi conclues par l'Union sociale pour l'habitat regroupant les fédérations d'organismes d'habitations à loyer modéré entrent en vigueur après approbation par arrêté des ministres concernés. » ;

(9) 4° Au premier alinéa de l’article L. 441-3, les mots : « d'au moins 20 % » sont supprimés ;

(10) 5° À l’article L. 441-11, le pourcentage : « 50 % » est remplacé par le pourcentage : « 100 % » ;

(11) 6° Après l’article L. 442-2, il est inséré un article L. 442-2-1 ainsi rédigé :

(12) « Art. L. 442-2-1. - Pour les logements ouvrant droit à l’aide personnalisée au logement gérés par les organismes mentionnés à l’article L. 411-2, à l’exception des logements-foyers conventionnés en application du 5° de l’article L. 351-2, une réduction de loyer de solidarité est appliquée, par les bailleurs, aux locataires dont les ressources sont inférieures à un plafond fonction de la composition du foyer et de la zone géographique.

(13) « Le montant mensuel de la réduction de loyer de solidarité est fixé chaque année par arrêté conjoint des ministres chargés du logement et du budget dans la limite des montants fixés de la manière suivante pour l’année 2018 :

(14) «

Désignation Montant maximal (en euros) Bénéficiaire isolé 50

Couple sans personne à charge 61

Bénéficiaire isolé ou couple ayant une personne à charge 69

Par personne supplémentaire à charge 10

»

(15) « L’arrêté précité peut prévoir un montant de réduction de loyer de solidarité spécifique pour les colocations.

(16) « Ces montants, ainsi que le montant de la réduction de loyer de solidarité sont indexés, chaque année au 1er janvier, sur l'indice de référence des loyers défini à l'article 17-1 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986.

(17) « Les plafonds de ressources mensuelles ouvrant droit à la réduction de loyer de solidarité sont fixés par arrêté conjoint des ministres chargés du logement et du budget dans la limite des montants fixés de la manière suivante pour l’année 2018 :

(18) «

Désignation Montant maximal

(en euros)

Bénéficiaire isolé

1 294

Couple sans personne à charge

1 559

Bénéficiaire isolé ou couple ayant une personne à charge

1 984

Bénéficiaire isolé ou couple ayant deux personnes à charge

2 361

Bénéficiaire isolé ou couple ayant trois personnes à charge

2 890

Bénéficiaire isolé ou couple ayant quatre personnes à charge

3 334

Bénéficiaire isolé ou couple ayant cinq personnes à charge

3 712

Bénéficiaire isolé ou couple ayant six personnes à charge

4 109

Personne à charge supplémentaire

400

»

(19) « Ces montants ainsi que le montant des plafonds de ressources sont indexés chaque année, au 1 er janvier, sur l'évolution en moyenne annuelle de l'indice des prix à la consommation des ménages hors tabac, constatée pour l'avant-dernière année précédant cette revalorisation.

(20) « Les ressources mentionnées au premier alinéa s’entendent comme les ressources prises en compte dans le calcul de l’aide définie à l’article L. 351-3.

(21) « La réduction de loyer de solidarité fait l’objet d’une mention expresse sur la quittance mensuelle délivrée au locataire. » ;

(22) 7° Le I de l’article L. 481-2 est complété par un alinéa ainsi rédigé :

(23) « L’article L. 442-2-1 est applicable aux logements ouvrant droit à l'aide personnalisée au logement et gérés par les sociétés d’économie mixte à l’exception des logements-foyers conventionnés en application du 5° de l’article L. 351- 2. »

(24) II. - Si au 1er avril 2018 la convention mentionnée à l’article L. 411-8-1 n’a pas été approuvée par arrêté, le code de la construction et de l’habitation est, à compter de cette date, ainsi modifié :

(25) 1° Au dernier alinéa de l’article L. 452-4, le pourcentage : « 2,5 % » est remplacé par le pourcentage : « 3,5 % ».

(26) 2° Après le troisième alinéa de l’article L. 452-1, il est inséré l’alinéa suivant :

(27) « Elle contribue, notamment par ses concours financiers, au soutien des organismes de logement locatif social dans la mise en œuvre des réductions de loyer. » ;

(28) 3° À la fin de l’article L. 452-2-1, il est ajouté l’alinéa suivant :

(29) « Une commission de péréquation dédiée au soutien des organismes de logement social et des sociétés d’économie mixte dans la mise en œuvre des réductions de loyer de solidarité prévues à l’article L. 442-2-1, est placée auprès du conseil d’administration de la caisse de garantie du logement locatif social. Cette commission statue sur les concours financiers mentionnés au quatrième alinéa de l'article L. 452-1. » ;

(30) 4° Au second alinéa de l’article L. 452-2-2 du code de la construction et de l’habitation, les mots : « ou de la commission de réorganisation » sont remplacés par les mots : « , de la commission de réorganisation ou de la commission de péréquation ».

(31) III. - Le code de la sécurité sociale est ainsi modifié :

(32) 1° Au 1° du I de l’article L. 542-2, après les mots : « L. 615-10 du même code ; » sont insérés les mots : « l’allocation n’est pas due pour les prêts permettant d’accéder à la propriété de l’habitation qui sont signés à compter du

1er janvier 2018 ; » ;

(33) 2° Le premier alinéa de l’article L. 831-1 est complété par une phrase ainsi rédigée :

(34) « Le présent alinéa n’est pas applicable aux prêts signés à compter du 1er janvier 2018. »

(35) IV. - 1° La réduction de loyer de solidarité prévue au 4° du I créant l’article L. 442-2-1 du code de la construction et de l’habitation est applicable aux contrats en cours ;

(36) 2° L’indexation au 1er octobre des paramètres du barème de l’aide personnalisée au logement, de l’allocation de logement familiale et de l’allocation de logement sociale, prévue respectivement au troisième alinéa du 3° de l’article L. 351-3 du code de la construction et de l’habitation, au deuxième alinéa de l’article L. 542-5 et au troisième alinéa de l’article L. 831-4 du code de la sécurité sociale, n’est pas appliquée en 2018 ;

(37) 3° A compter du 1er janvier 2018 et jusqu’au 31 décembre 2018, par dérogation aux articles L. 353-9-2, L. 353-9-3 et L. 442-1 du code de la construction et de l’habitation, les loyers et redevances maximaux et pratiqués ne peuvent faire l’objet d’aucune révision. Ces dispositions s’appliquent y compris aux contrats de location en cours.

Exposé des motifs

La France consacre plus de 40 Md€ à la politique du logement, soit près de 2 % de sa richesse intérieure, un niveau très supérieur à la plupart de ses voisins européens. Les aides publiques au secteur se répartissent à parts presque égales entre aides personnelles (18 Md€ en 2016) et aides principalement dirigées vers la construction. Le secteur du logement social bénéficie d’un peu moins de la moitié de ces aides (17,5 Md€ en 2014), dont 8 Md€ d’aides personnelles et 9,5 Md€ d’autres aides aux organismes.

Or, ainsi que l’a relevé en dernier lieu la Cour des comptes dans son audit de juin 2017 sur la situation et les perspectives des finances publiques, la dépense publique élevée en faveur du logement n’atteint pas les grands objectifs qui lui sont assignés, qu’il s’agisse de soutenir la construction de logements, de permettre l’accès des plus modestes au logement social, de stimuler ou de rendre fluide le marché locatif privé, la Cour concluant que, sur tous ces plans, d’importants gains d’efficience sont possibles.

Le Gouvernement entend ainsi réduire la dépense publique associée à la politique du logement tout en améliorant ses résultats. La réforme portée par le présent article prévoit ainsi une réduction de 1,7 Md€ du montant des aides personnelles au logement tout en préservant le pouvoir d’achat des allocataires et en améliorant l’accès au logement des plus modestes.

Le niveau élevé des loyers et la progression constante du taux d’effort des ménages, malgré la progression simultanée du volume des aides personnelles, sont au cœur du constat préoccupant qui motive la présente réforme.

Dans son étude sur les conditions de logement en France publiée au printemps 2017, l'INSEE expose ainsi que les locataires consacraient, en 2013, 28,4 % de leur revenu à se loger dans le parc privé, et 24,1 % dans le parc social, et souligne que ces taux d’effort, très élevés, sont en hausse par rapport à 2001 : de + 4,8 points dans le parc privé et de

+ 3,9 points dans le parc social, les loyers ayant progressé plus vite que le revenu des locataires. L’accroissement de l’effort a, en outre, davantage pesé sur les plus modestes : + 7,8 points pour les locataires du parc privé du premier quartile de revenu et + 5,1 points pour ceux du secteur social, et ce malgré la contribution des aides personnelles au logement qui se concentrent sur ces ménages.

Toutefois, malgré un effort budgétaire soutenu, il semble que ces aides, qui ne tiennent pas compte du reste à charge des personnes logées, entretiennent des situations inégalitaires entre locataires et alimentent, de manière plus ou moins prononcée suivant les catégories de logement, un effet inflationniste sur les loyers.

Pour remédier aux difficultés d’accès au logement qui découlent d’un niveau élevé des loyers, le Gouvernement entreprend donc de réviser les dispositifs d’aides, de mieux contrôler le respect par les bailleurs des mécanismes de maîtrise des loyers prévus par la loi, et travaille, par ailleurs, à une accélération de l’offre de logements de nature à diminuer les tensions sur le marché locatif, en particulier dans les zones les plus denses.

Par la présente mesure, il engage une action qui concerne le logement des plus modestes dans le secteur social ou l’inflation des loyers est également forte, malgré un encadrement plus strict : ainsi, sur la période 1984-2018, leur augmentation annuelle moyenne a atteint 1,8 % et entre 2006 et 2010, leur progression a même été plus rapide que celle observée dans le parc privé : + 2,8 % par an, contre + 2,1 %, selon les données publiées en 2014 par la Direction de la recherche, des études et de l’évaluation des statistiques.

Versées directement aux bailleurs sociaux, les aides personnalisées au logement permettent par ailleurs, en améliorant la solvabilité des locataires les plus modestes du parc social, d’appliquer un loyer déterminé exclusivement en fonction du logement et non des revenus.

Ce dispositif conduit les bailleurs sociaux à fixer les loyers à des niveaux qui peuvent être considérés comme élevés au regard des moyens des locataires concernés et de la vocation même de ces organismes sociaux chargés d’une mission de service public sans but lucratif. Il en résulte des niveaux de marge importants dégagés par les organismes

de logement social, qu’il s’agisse de l’excédent brut d’exploitation (10,4 Md€, soit 50 % des loyers), de l’autofinancement net (2,2 Md€, soit 10,4 % des loyers) ou de l’autofinancement global (3,3 Md€, soit 15,8 % des loyers). La trésorerie du secteur a par ailleurs atteint 11 Md€ fin 2014, soit l’équivalent de 7 mois de loyers et charges.

Cette situation est renforcée par la diminution des charges financières qui découle des taux bas actuels – le taux du livret A est passé de 2,25 % en 2012 à 0,75 % depuis août 2015. Or, cette dernière n’est pas restituée aux locataires sous forme d’une diminution de leur loyer, mais se traduit par l’accroissement du résultat des bailleurs. A titre illustratif, une diminution du taux du livret A de 0,25 point allège la charge d’intérêts annuelle du secteur de 300 à 400 M€ selon les niveaux d’encours actuels. Entre 2012 et 2014, la forte baisse du taux du livret A a ainsi permis la diminution des charges financières des organismes de logement social de 600 M€, et l’autofinancement global du secteur a augmenté d’autant (passage de 2,7 à 3,3 Md€).

Alors que les analyses mettent en évidence une difficulté croissante d’accès aux logements du parc social pour les ménages aux revenus les plus modestes, au vu notamment de la fréquence des ajournements en commission d’attribution de logement (CAL) pour cause de faiblesse des ressources et de taux d’effort trop élevés, ce dispositif apparaît de plus en plus inadéquat : il peut entraîner une éviction des ménages aux revenus les plus modestes et ne garantit pas le bon usage des deniers publics consacrés au secteur du logement social (17,5 Md€ par an selon la Cour des comptes).

Pour remédier à ces difficultés, les dispositions du présent article créent une réduction de loyer de solidarité (RLS)

pour les ménages modestes du parc social qui contribuera à améliorer leur accès au logement social.

Ce nouvel instrument, qui permet d’articuler le montant du loyer (fixé en fonction du logement) et le niveau de ressources du locataire, vise à moduler le loyer à la baisse pour les ménages dont le revenu est inférieur à un certain niveau de ressource. S’il existe bien, en effet, un mécanisme de modulation du loyer à la hausse, le surloyer de solidarité, lorsque les revenus du locataire dépassent le plafond de ressources attaché au logement, il n’existe pas à ce jour, de modulation du loyer à la baisse équivalente permettant au bailleur d’adapter le coût du logement à la situation du locataire.

Le dispositif est conçu pour que l’ensemble des locataires du parc social dont les ressources sont inférieures à des niveaux que la loi encadre bénéficient d’une réduction de loyer pratiquée par le bailleur et dont le montant sera également encadré par la loi. Les bénéficiaires de l’APL, qui verront ainsi leur loyer minoré par la réduction de loyer de solidarité, verront en contrepartie leur APL minorée dans une proportion légèrement inférieure (comprise entre 90 et

98 %). Un dispositif réglementaire s’attachera à neutraliser les effets potentiellement défavorables de la mesure dans l’hypothèse où l’application de la réduction de loyer aurait pour effet de rendre l’APL inférieure au seuil de non versement de cette allocation.

Le loyer diminuera donc, de façon effective, du montant de la réduction de loyer qui n’est pas imputée sur l’APL : a minima d’une fraction de la réduction comprise entre 2 et 10 %, et davantage si le montant de la réduction dépasse celui de l’aide personnalisée au logement. La totalité des locataires du parc social concernés par la réduction de loyer connaissent ainsi une diminution effective de leur loyer. La réduction de loyer de solidarité ne sera pas prise en compte dans le calcul de l’aide personnalisée au logement : elle n’est, le cas échéant, imputée sur l’aide personnalisée au logement qu’une fois le montant de celle-ci calculé selon la formule actuelle, qui reste inchangée. Cette précision figurera dans les dispositions de niveau réglementaire qui complètent le présent article.

Pour accompagner les bailleurs dans cette réforme et éviter une dégradation de leur situation financière, des avantages économiques leur sont consentis sous la forme d'un maintien du taux du livret A à son niveau actuel pendant deux ans ainsi que par un allongement de la maturité de certains prêts du fonds d'épargne de la Caisse des dépôts et consignations. Le surloyer de solidarité est, en outre, renforcé par son déclenchement au premier euro de dépassement du plafond de ressources.

Par ailleurs, pour permettre de répartir équitablement les effets de la mesure entre les bailleurs, un dispositif de péréquation est institué, afin que ceux qui hébergent une proportion élevée de ménages modestes ou ceux dont la structure d’emprunt serait peu sensible aux avantages financiers précités ne soient pas pénalisés. Ce dispositif, financé par un accroissement de la contribution à la caisse de garantie du logement locatif social, constitue une garantie nécessaire apportée aux bailleurs qui voient remises en cause par la mesure des conventions légalement conclues afin que la mesure permette de traiter les difficultés actuelles du marché du logement et non de produire des effets dans plusieurs années.

Ce dispositif d’ensemble poursuit un objectif d’intérêt général suffisant, l’accès au logement des plus modestes, pour permettre son application à l’ensemble des baux en cours (n° 2009-578 DC du 18 mars 2009).

Il est par ailleurs centré sur les bailleurs qui bénéficient de l’ensemble des aides publiques en faveur du logement social et dont l’activité se déploie dans un environnement réglementé qui régit les modes de financement, de fixation des loyers et de versement de l’aide personnelle dans le logement social. Il permet également de rétablir un des principes d’origine édicté lors de la création de l’aide personnalisée au logement, basé sur la participation des bailleurs sociaux à l’équilibre de gestion financière de ces aides spécifiquement conçues pour le secteur HLM.

Un chantier de modernisation du système de calcul des aides sera par ailleurs enclenché, en vue d'une mise en œuvre en 2019, pour prendre en compte les revenus des allocataires de façon plus contemporaine, en exploitant les possibilités techniques offertes par la déclaration sociale nominative (DSN) et le prélèvement à la source pour les revenus autres (PASRAU), et les efforts de lutte contre la fraude de la caisse nationale des allocations familiales seront renforcés (mesures non législatives).

L’article porte par ailleurs extinction du bénéfice de l’APL pour les accédants à la propriété, le Gouvernement assignant un objectif équivalent à des instruments de politique publique plus efficients.

Enfin, outre les dispositions destinées à renforcer le supplément de loyer de solidarité, le présent article prévoit que la révision annuelle des loyers plafonds applicables dans le parc social, prévue chaque année au 1er janvier, n’interviendra pas en 2018. De même la révision annuelle du barème de calcul des APL, prévue chaque année au 1er octobre n’interviendra pas en 2018.

Écologie, développement et mobilité durables

Article 53 :

Réforme du dispositif d’exonérations de cotisations sociales pour les entreprises d’armement maritime

Article 53 : Réforme du dispositif d’exonérations de cotisations sociales pour les entreprises d’armement maritime

(1) L’article L. 5553-11 du code des transports est ainsi modifié :

(2) 1° Les mots : « , de la cotisation d’allocations familiales mentionnée à l’article L. 241-6 du code de la sécurité sociale et de la contribution à l’allocation d’assurance contre le risque de privation d’emploi mentionnée à l’article L. 5422-9 du code du travail due par les employeurs, » sont supprimés ;

(3) 2° Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :

(4) « En outre, les entreprises d’armement maritime éligibles au premier alinéa bénéficient, pour les équipages qu’elles emploient à bord de navires de transports de passagers, d’une exonération des cotisations d’allocations familiales prévues à l’article L. 241-6 du code de la sécurité sociale et des contributions à l’allocation d’assurance contre le risque de privation d’emploi dues par les employeurs prévues à l’article L. 5422-9 du code du travail. »

Exposé des motifs

Le présent article vise à réformer le dispositif existant d’exonération de cotisations sociales pour les entreprises d’armement maritime en ciblant le dispositif sur celles d’entre elles qui emploient des équipages à bord de navires de transports de passagers, qui sont celles qui, au sein du secteur, comptent le plus d’emplois peu qualifiés. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la rationalisation des dispositifs de réduction du coût du travail engagée par le Gouvernement. Elle répond, par ailleurs, à la nécessité de remédier à l’incertitude juridique entourant la dernière évolution du dispositif, qui n’a pas fait l’objet, à ce jour, d’une validation par la Commission européenne au titre des aides d’État.

Article 54 :

Création d’une contribution des agences de l’eau au bénéfice d’opérateurs de l’environnement

Article 54 : Création d’une contribution des agences de l’eau au bénéfice d’opérateurs de l’environnement

(1) I. - À compter de 2018, il est institué une contribution annuelle des agences de l’eau mentionnées à l’article L. 213-8-1 du code de l’environnement au profit, d’une part, de l’Agence française pour la biodiversité, à hauteur d’un montant compris entre 240 et 260 millions d’euros, et, d’autre part, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, à hauteur d’un montant compris entre 30 et 37 millions d'euros.

(2) Cette contribution est liquidée, ordonnancée et recouvrée selon les modalités prévues pour les recettes des établissements publics administratifs de l’État.

(3) Chaque année, un arrêté conjoint des ministres chargés de l’écologie et du budget fixe le montant de cette contribution, en précisant les parts allouées à l’Agence française pour la biodiversité et à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, et la répartit entre les agences de l’eau, au prorata de leur part respective dans le produit total prévisionnel pour l’année concernée des redevances mentionnées à l’article L. 213-10 du même code.

(4) II. - L’article 124 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012 est abrogé.

(5) III. - Les deuxième et troisième phrases du V de l’article L. 213-9-2 du code de l’environnement sont supprimées.

Exposé des motifs

Le présent article vise à instituer une contribution annuelle des agences de l’eau au profit de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Il fixe un montant, compris dans une fourchette, de ces contributions et précise les modalités de leur liquidation, de leur ordonnancement et de leur recouvrement. Ce mécanisme se substitue à celui qui prévalait précédemment pour financer l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), intégré depuis au sein de l’AFB.

Engagements financiers de l'État

Article 55 :

Suppression du dispositif de prise en charge par l’État d’une part des majorations de rentes viagères

Article 55 : Suppression du dispositif de prise en charge par l’Etat d’une part des majorations de rentes viagères

(1) I. - Le VIII de l’article 41 de la loi n° 83-1179 du 29 décembre 1983 de finances pour 1984 est ainsi modifié :

(2) 1° Au premier alinéa, les mots : « la réserve » sont remplacés par les mots : « les réserves » ;

(3) 2° Le deuxième alinéa est supprimé ;

(4) 3° À la fin du dernier alinéa, après les mots : « code de la mutualité », sont ajoutés les mots : « ni aux majorations mentionnées à l’article 3 de la loi n° 51-695 du 24 mai 1951 portant majoration de certaines rentes viagères et pensions et au second alinéa de l’article 2 de la loi n° 74-1118 du 27 décembre 1974 relative à la revalorisation de certaines rentes allouées en réparation du préjudice causé par un véhicule terrestre à moteur ».

(5) II. - L’article 6 de la loi n° 49-1098 du 2 août 1949 portant révision de certaines rentes viagères constituées par les compagnies d'assurances, par la caisse nationale des retraites pour la vieillesse ou par des particuliers moyennant l'aliénation de capitaux en espèces est ainsi modifié :

(6) 1° Au premier alinéa, après le mot : « rentes », la fin de la phrase est supprimée ; (7) 2° Le deuxième alinéa est supprimé.

(8) III. - Les I et II entrent en vigueur le 1er janvier 2018. Toutefois, les versements de l’État correspondant aux rentes versées en 2017 par les organismes débirentiers sont effectués le 30 juin 2018.

Exposé des motifs

Le présent article a pour objet d’éteindre, à compter du 1er janvier 2018, la participation financière de l’État au titre du dispositif de majoration légale de certaines rentes viagères.

Afin de protéger les bénéficiaires de rentes des effets de la forte inflation observée après la Seconde Guerre mondiale, le législateur avait mis en place un système de majorations de certaines rentes viagères indexées sur l’inflation, en principe à la charge des organismes débiteurs de rentes. Néanmoins, en raison des difficultés financières rencontrées par les organismes débirentiers à la fin des années 1940, le législateur a prévu que l’État rembourserait une part de ces majorations. À l’origine du dispositif de majorations légales de rentes viagères, l’État remboursait aux organismes débirentiers entre 80 et 97 % de son coût.

Compte tenu du caractère exceptionnel de ce dispositif mais aussi de son coût, des limitations ont été progressivement apportées au cours des dernières décennies à son étendue :

- réduction de la participation de l’État, selon la date de souscription et le type de contrat ;

- subordination du droit à majoration à une condition de ressources à compter du 1er janvier 1979 ;

- fermeture du dispositif, dès lors restreint aux contrats souscrits avant le 1er janvier 1987 ;

- stabilisation des taux de majoration à partir de 1994 pour le stock de contrats existants (aucune revalorisation sur l’inflation constatée à partir de 1994 n’étant plus réalisée).

Dans le cadre du dispositif actuel, l’État rembourse aux organismes débirentiers une part variant entre 10 et 97 % des majorations légales versées aux bénéficiaires des rentes viagères, en fonction de la date de souscription du contrat et de la nature de l’organisme débirentier.

Le dispositif des majorations légales des rentes viagères est donc fermé et appelé à s’éteindre progressivement pour le stock de contrats existants.

Il apparaît que l’avantage concédé par l’État aux organismes débirentiers après la Seconde Guerre mondiale dans un contexte de forte inflation n’est, désormais, plus justifié.

Aussi, dans ces conditions, au regard de l’effort de redressement des comptes publics, le présent article vise à supprimer les remboursements aux organismes débirentiers assurés par le programme « Majoration de rentes » à compter du 1er janvier 2018. Cette disposition, sans incidence sur les bénéficiaires des rentes viagères concernées, aura un impact sur le résultat des compagnies d’assurance intéressées, compatible avec leur situation financière. Une disposition transitoire est, par ailleurs, prévue afin d’éviter tout effet rétroactif de la mesure. Ainsi, un remboursement sera versé par l’État, avant la fin du premier semestre 2018, au titre des majorations servies par les organismes débirentiers en 2017.

Les majorations de rentes au profit des anciens combattants et victimes de guerre prévues à l’article L. 222 2 du code de la mutualité et financées par le programme « Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant » ainsi que les majorations de rentes allouées en réparation d’un préjudice et prises en charge, pour les rentes allouées au titre des accidents survenus avant le 1er janvier 2013, par le fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) en vertu du IV de l’article L. 421-1 du code des assurances, ne sont pas concernées par le présent article.

Immigration, asile et intégration

Article 56 :

Mise en oeuvre progressive de l’application du contrat d’intégration républicaine à Mayotte

Article 56 : Mise en œuvre progressive de l’application du contrat d’intégration républicaine à Mayotte

(1) Le IV de l’article 67 de la loi n° 2016-274 du 7 mars 2016 relative aux droits des étrangers en France est ainsi modifié :

(2) 1° Les mots : « 1er, » et : « et le deuxième alinéa du 6° du II de l'article 61 » sont supprimés ;

(3) 2° Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :

(4) « L’article 1er et le deuxième alinéa du 6° du II de l'article 61 entrent en vigueur à Mayotte le 1er janvier 2020. »

Exposé des motifs

L’article 67 de la loi n° 2016-274 du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France reporte au 1 er janvier 2018 la mise en œuvre du contrat d’intégration républicaine à Mayotte. Ces dispositions devaient, à compter de cette date, faire l'objet, dans des conditions fixées par décret en Conseil d'État, d'une mise en œuvre progressive.

La loi n° 2016-274 du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France a accru les efforts pour lever les obstacles à l’intégration sociale, culturelle et professionnelle des étrangers primo-arrivants désireux de s’installer durablement en France en substituant le contrat d’intégration républicaine (CIR) au contrat d’accueil et d’intégration (CAI). Afin de tenir compte de la spécificité de Mayotte auquel le CAI n’était pas applicable, la loi du 7 mars 2016 a ainsi prévu une « mise en œuvre progressive » du CIR à Mayotte à compter du 1er janvier 2018.

L’entrée en vigueur de ces dispositions au 1er janvier 2018 fixée par la loi précitée est toutefois prématurée à cette échéance. Le déploiement effectif du CIR et des formations afférentes se heurte, en effet, au manque de prestataires locaux capables d’assurer ces missions dont le volume devrait être conséquent compte tenu du dynamisme des flux migratoires à destination de Mayotte. Par ailleurs, le calibrage des cours de français destinés aux étrangers à Mayotte nécessite un travail important en lien avec l’administration locale, eu égard à la circonstance que la majeure partie de la population mahoraise n’est pas francophone. Ce sont là autant de modalités de mise en œuvre qui doivent faire l’objet de consultation et de réflexion-actions dans le cadre des Assises des outre-mer qui sont lancées dès octobre 2017.

L’objet des Assises de l’outre-mer annoncées par le Président de la République sera précisément d’identifier de manière précise les attentes spécifiques de la population de chaque territoire ultra-marin, notamment sur les questions migratoires. La situation particulière de Mayotte sur ces questions impose à l’État de mettre en œuvre des solutions adaptées. Le report de l’entrée en vigueur progressive du contrat d’intégration républicaine du 1er janvier 2018 au

1er janvier 2020 est ainsi pleinement justifié par le temps nécessaire à la concertation puis à la conception et à la mise en place de modalités spécifiques, adaptées au contexte local.

Article 57 :

Réduction de la durée de versement de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA) des personnes n’étant plus demandeur d’asile

Article 57 : Réduction de la durée de versement de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA) des personnes n’étant plus demandeur d’asile

(1) Le deuxième alinéa de l’article L. 744-9 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile est ainsi modifié :

(2) 1° À la première phrase, les mots : « qui suit celui de la notification de la décision définitive concernant cette demande », sont remplacés par les mots : « au cours duquel est expiré le délai de recours contre la décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, a été notifiée la décision de rejet de la Cour nationale du droit d'asile, ou a pris fin le droit du demandeur à se maintenir sur le territoire français dans les conditions prévues à l’article L. 743-

2. »

(3) 2° Après la première phrase, est insérée la phrase suivante :

(4) « Pour les personnes qui obtiennent la qualité de réfugié prévue à l’article L. 711-1 ou le bénéfice de la protection subsidiaire prévue à l’article L. 712-1, le bénéfice de l’allocation prend fin au terme du mois qui suit celui de la notification de la décision. »

Exposé des motifs

Le projet d’article réduit, pour les déboutés du droit d’asile, le délai au terme duquel intervient la cessation du versement de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA).

Cette prestation ne prendra ainsi plus fin au terme du mois qui suit celui de la notification de la décision définitive mais dès la fin du mois durant lequel la notification de cette décision est intervenue. De manière plus précise, le versement de l’allocation prendra fin à l’expiration du délai de recours contre la décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides ou, si un recours a été formé, à la date de la notification de la décision de la Cour nationale du droit d'asile (CNDA).

Cette mesure de rationalisation s’accompagne d’une adaptation pour les personnes bénéficiaires d’une protection. Ainsi, l’allocation demeure versée pendant un mois aux personnes qui obtiennent la qualité de réfugié ou le bénéfice de la protection subsidiaire.

Enfin, cette nouvelle rédaction assure une coordination nécessaire en prévoyant que tous les autres motifs qui mettent fin du droit au maintien (article L.743-2 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) entraînent l’arrêt du versement de l’allocation.

Relations avec les collectivités territoriales

Article 58 :

Automatisation du Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA)

Article 58 : Automatisation du Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA)

(1) Après le premier alinéa de l’article L. 1615-1 du code général des collectivités territoriales, est inséré un alinéa ainsi rédigé :