Fabrication de la liasse

Amendement n°AS232

Déposé le samedi 21 novembre 2020
Discuté
Adopté
(mercredi 25 novembre 2020)
Photo de madame la députée Aurore Bergé
Photo de madame la députée Anne Genetet
Photo de monsieur le député Jean-Michel Fauvergue
Photo de monsieur le député Denis Masséglia
Photo de madame la députée Marion Lenne
Photo de madame la députée Sophie Beaudouin-Hubiere
Photo de madame la députée Laëtitia Romeiro Dias
Photo de madame la députée Liliana Tanguy
Photo de madame la députée Véronique Riotton
Photo de monsieur le député Nicolas Démoulin
Photo de madame la députée Sylvie Charrière
Photo de madame la députée Monique Limon
Photo de madame la députée Charlotte Parmentier-Lecocq
Photo de madame la députée Claire Pitollat
Photo de monsieur le député Pierre Cabaré
Photo de monsieur le député Alexandre Freschi
Photo de monsieur le député Sylvain Templier
Photo de madame la députée Natalia Pouzyreff
Photo de monsieur le député Jean-Michel Mis
Photo de madame la députée Valérie Oppelt
Photo de monsieur le député Jean-Marie Fiévet
Photo de monsieur le député Stéphane Testé
Photo de monsieur le député Rodrigue Kokouendo
Photo de monsieur le député Jean-Marc Zulesi
Photo de monsieur le député Hervé Pellois
Photo de madame la députée Hélène Zannier
Photo de monsieur le député Pierre Person
Photo de madame la députée Ramlati Ali
Photo de madame la députée Fannette Charvier
Photo de monsieur le député Yannick Haury

À l’article L. 162‑4‑4 du code de la sécurité sociale, les mots : « ou par le médecin traitant » sont remplacés par les mots : « , par le médecin traitant ou la sage-femme prescriptrice ».

Exposé sommaire

Actuellement, l’article L. 321‑1 du code de la sécurité sociale (CSS) dispose que l’assurance maladie assure le versement d’indemnités journalières à l’assuré qui se trouve dans l’incapacité physique de travailler, laquelle est constatée par le médecin traitant, ou par la sage-femme dans la limite de sa compétence professionnelle et pour une durée fixée par décret.

Le décret 85‑1354 du 17 décembre 1985 prévoyant les modalités de la prescription d’arrêts de travail par les sages-femmes fixe cette durée à 15 jours calendaires. Il précise également que la prescription d’un arrêt de travail par une sage-femme n’est pas susceptible de renouvellement ou de prolongation au-delà de ce délai.

Aussi, la durée maximale imposée aux sages-femmes pour la prescription des arrêts de travail n’étant pas imposée aux autres professions médicales, l’article 2 de la présente proposition de loi propose de la supprimer en précisant que l’incapacité physique peut être constatée par une sage-femme conformément à des référentiels de prescription fixés par décret.

Afin de compléter cette disposition, cet amendement propose de modifier l’article L. 162‑4-4 du code de la sécurité sociale afin de permettre aux sages-femmes de prolonger ou de renouveler les arrêts de travail dans le cadre du suivi de leurs patientes.