Accueil > Travaux en séance > Les comptes rendus > Les comptes rendus de la session > Compte rendu intégral

Afficher en plus grand
Afficher en plus petit
Edition J.O. - débats de la séance
Articles, amendements, annexes

Assemblée nationale
XIVe législature
Session ordinaire de 2012-2013

Compte rendu
intégral

Première séance du mardi 11 juin 2013

20130611000000000 1 265 AN 14 valide complet public avant_JO 10:00:53:53
Présidence de M. Claude Bartolone

La séance est ouverte.

(La séance est ouverte à neuf heures trente.)

1

Questions au Gouvernement

L’ordre du jour appelle les questions au Gouvernement.

Emploi des jeunes

La parole est à Mme Marie-Louise Fort, pour le groupe de l’union pour un mouvement populaire.

Des mots pour cacher les maux, vous en êtes réduit, avec le Président de la République et votre gouvernement, au ministère de la parole (Exclamations sur les bancs du groupe SRC. - Applaudissements sur quelques bancs du groupe UMP) : parler pour vous convaincre vous-même car vous ne pouvez convaincre les Français ; parler pour masquer vos échecs et vous enflammer parfois, y compris contre l’opposition. Le tout sans pour autant apporter de réponses aux vrais problèmes de notre société.

Prenons le chômage des jeunes, auquel, j’imagine, nul ne peut se résoudre sur les bancs de cet hémicycle : alors qu’un chômeur sur quatre a moins de vingt-cinq ans, MM. Sapin et Moscovici en sont réduits à faire une tribune dans un grand quotidien du soir, appelant, en amoureux de la langue française, à un new deal !…

La parole est à M. le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.

Un ton caustique et déplaisant (Exclamations sur les bancs du groupe UMP) , une intervention peu constructive et dépourvue de véritable question, des imprécisions et des mises en cause qui n’ont aucun sens : je retrouve bien là ce dont vous semblez maintenant avoir fait votre marque de fabrique, madame la députée.

Le Président de la République travaille avec la chancelière Angela Merkel, nous travaillons avec le gouvernement allemand, parce que nous sommes tout simplement confrontés à des défis communs. Et le premier de ces défis est, en effet, le chômage des jeunes. En Europe, le chômage touche plus de 25 % des jeunes : il atteint ce taux dans notre pays, va jusqu’à 50 % en Espagne et en Grèce et augmente même aujourd’hui en Allemagne…

Initiative européenne sur l’emploi des jeunes

La parole est à M. Christophe Castaner, pour le groupe socialiste, républicain et citoyen.

Monsieur le ministre de l’économie et des finances, l’Europe vit une crise profonde, doute d’elle-même et nos concitoyens s’en éloignent.

Aujourd’hui, l’essentiel, c’est le retour de la croissance, de la confiance et, comme le disait hier le Président de la République, de l’espérance.

Pour cela, nous devons agir vite : comment retrouver l’espérance quand 6 millions de jeunes sont au chômage en Europe - pire, quand ils sont 14 millions sans travail, sans étude et sans apprentissage ?

Nous ne pouvons pas laisser cette génération sans perspective, laisser se développer cette colère, cet abandon…

La parole est à M. le ministre de l’économie et des finances.

Et des impôts !

Monsieur le député Castaner, je vous réponds à nouveau en mon nom et au nom de Michel Sapin, qui ne peut pas être parmi nous aujourd’hui.

Vous avez noté que, contrairement à ce que disait Mme Fort, la lutte contre le chômage des jeunes est un axe essentiel, structurant, et constitue même la priorité du Président de la République et de l’action du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Vous avez rappelé les dispositifs que nous avons mis en place à cet égard. Le pacte de compétitivité est fait pour muscler l’économie française au service de la lutte contre le chômage, et notamment contre le chômage des jeunes. Les emplois d’avenir, qui démarrent bien, sont là pour offrir une réponse à des jeunes sans qualification, de la même façon que les contrats de génération sont là pour établir une solidarité entre les générations.

Nous avons terminé les questions au Gouvernement.

Suspension et reprise de la séance

La séance est suspendue.

(La séance, suspendue à seize heures cinq, est reprise à seize heures vingt.)

La séance est reprise.

2

Fait personnel

La parole est à Mme Nathalie Kosciusko-Morizet.

Je dis un truc.

3

Ordre du jour de la prochaine séance

Prochaine séance, demain, à neuf heures trente :

Questions orales sans débat.

La séance est levée.

(La séance est levée à midi.)

Le Directeur du service du compte rendu de la séance

de l’Assemblée nationale

Nicolas Véron